Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bal des vampires à l’Elysée

Bal des vampires à l’Elysée

En ce jour, trente aout 2016, s'est ouvert à l’Élysée le grand bal des Imposteurs opportunistes.

A tout Saigneur, tout honneur, François le Bouffi, esquisse un pas vers la gauche, mais pas trop en libérant le Hérault Macron des médias progressistes auto-déclarés hors du gouvernement.

Le sémillant Macron fait un pas vers la droite libérale mais pas trop, histoire de libérer les énergies de tous ces jeunes milliardaires en puissance qui s'ignorent mais au delà des clivages politiques du passé au bon soin de ses compétences 2.0 et de sa grande sagacité auto-suggérée.

D'un côté le vaillant capitaine du pédalo surfe à contre jour sur l'orgie droitière wauquiezienne de la primaire des ex UMP devenus Républicains à la mode Bush espérant ainsi passer pour un social libéral bien tempéré à la mode Blair. Et Hop, la courbe du chômage en trois coups de cuillère à pot et quelques 350000 stages de formation bidon, juste le temps de sortir des stats du mois ! Ouste, le trop libéral ex banquier Macron ! Pour un peu la loi El Khomry passerait presque pour une grande avancée sociale au sens cfdt du terme.

Le capitaine du pédalo va à la pêche aux voix. Ni à droite, ni à gauche... Non, dans le ventre mou de la classe moyenne élargie du prof d'école au cadre bobo urbain sans oublier l'électorat de la diversité reconnue ou espérant l'être. Quelques indemnités pour les uns, des baisses d'impôt promises pour les autres et toujours moins d'amalgame pour tous dans une France multiculturelle mais laïque avec ou sans burkini ! En prime, il nous rend même le Tafta, lui qui voulait l'accélérer il y a peu encore. Il faut dire aussi que Merkel n'en voulait plus, ni Clinton, ni Trump d'ailleurs !

Oubliés l'électorat populaire traditionnel de la gauche et les promesses de campagne ! Il y a peu de voix à en attendre car le pédalo va toujours dans le sens du courant dominant, européiste à la Merkel et atlantiste selon le bon vouloir d'Obama. Et vivent Pacte de stabilité et CICE ! Une broutille de quelques 40 milliards d'euro à peine et toujours moins d'emplois industriels. C'est donc la politique de l'offre a-t'il dit. Offert à qui ? Ne voilà-t-il pas maintenant que le boss Gattaz fait le dos rond sous l'avalanche de milliards et nous parle de deux millions d'emplois à venir !

De l'autre côté, le fils vertueux, gendre idéal, anciennement marié, surfe lui sur la vague de rejet des politiques et des partis et se met en marche avant que la vague ne le submerge et nous la joue à la manière de l'homme nouveau, du Zorro de l'économie numérique et de la France à sauver. On a échappé au spectre gaullien déjà réservé pour le triste Fillon.

Le champion encensé des médias dominants-dominés a desserré, lui, la chape de plomb qui bride l'économie ; le travail du dimanche, c'est lui ; les bus longs courriers, c'est encore lui, de même que la modernisation des notaires, et la dérèglementation d'un certain nombre de professions ; son ombre plane aussi sur la triste loi travail mais il ne s'en réclame pas encore de trop car les résultats à venir risquent d'être bien trop maigres pour ce premier sabordage du code du Travail.

Il a mis à l'honneur les ténors de la Nouvelle Économie Numérique, en vrac un ancien du minitel rose, un as des sites de rencontre (to meet en anglais), un champion des ventes privées, quelques apôtres des Jeux vidéo, tous milliardaires à souhait et surfant sur la vague du gadget et de l'inutile. Il semblerait cependant que notre petit Génie média-proclamé ne fasse que marcher dans les pas du rapport Attali. Attali son protecteur et maitre à panser chez Rothschild ou Hollande !

Peu importe si au printemps 2014, on avait appris le rachat de SFR par le câblo-opérateur Numéricâble, société du franco-israélien Patrick Drahi très « optimisée » fiscalement via Luxembourg, Guernesey, la Suisse et autres Antilles bien choisies, puis si on avait découvert l’OPA de l’Américain General Electric sur Alstom, fleuron français emblématique des centrales et réseaux électriques, du TGV et autres tramways, mais aussi des éoliennes et hydroliennes.

Déjà, à l’automne 2013, les annonces de la liquidation de l’Entreprise de composants microélectroniques LFoundry ainsi que les projets de fermeture de nombreux sites français d’Alcatel-Lucent .avaient sérieusement noirci le paysage industriel français. La débacle se poursuit dans les années Macron. Le rachat par Nokia d'Alcatel-Lucent voit donc la disparition de fait du dernier vestige souverain de la CGE, ancienne Compagnie Générale d'Electricité.. Quand on connait la proximité de Nokia avec le géant Microsoft-qui a déjà racheté la branche téléphone mobile-on peut penser que l'optimisme du ministre Macron et de son protecteur Hollande sur l'emploi et l'émergence d'un champion européen relève plus du cynisme que de la naïveté. Les emplois industriels se perdent ainsi par milliers, y compris dans les industries de pointe et ce ne sont pas les difficultés actuelles de ST-Microelectronics qui vont aérer le tableau.

Et pendant que nos deux imposteurs opportunistes ouvrent le bal du Titanic, l'orchestre des médias continue sa rengaine...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • fred.foyn fred.foyn 1er septembre 12:24

    Depuis que des politiques habitent « Les-Lisiers »...ça pue... !


    • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 17:08

      les lapins crétins ont envahis l’Élysée en 2012 chassant les trous de balle ....


      • Clofab Clofab 1er septembre 19:44

        Excellent cet article ! Bravo.


        Une belle analyse de la situation.

        • petit gibus 2 septembre 07:22

          Quand remplaces tu Pujadas sur la 2 ?  smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès