Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Banderille : Sarkozy, unbreakable ?

Banderille : Sarkozy, unbreakable ?

Il règne sur les sondages comme les Etats-Unis après la chute du Mur, brillante hyperpuissance de la présidentielle. Mais être la seule superpuissance dans un monde politique complexe comporte des risques d’une tout autre nature...

La fin de l’histoire ?

On se croirait quasiment à la fin de la Guerre froide. L’Union des républicains ségolénistes et socialistes, qui autrefois bénéficiait d’une image positive et moderne, est en train de se désagréger. Reste l’empire sarkoaméricain, capitaliste, démocrate et libéral. Il a la machine de guerre de campagne la plus élaborée qui soit. Il a pour lui la finance et un budget de guerre énorme (32 millions de dollars). Il a réponse à tout, ne se trompe jamais, triomphe de toutes les épreuves télévisuelles, est capable d’intervenir avec son armée (de communicants) dans tous les points de l’Hexagone. Il est en train de gagner la course aux programmes. Bref, les jours passent et dans les décombres de la campagne présidentielle qui avait commencé bloc contre bloc, semble ne rester qu’un seul vainqueur-annoncé-qui-sera-forcément-au-second tour.

Prix d’excellence au Petit Nicolas

J’exagère à peine. Nicolas Sarkozy est un homme politique brillant. Tellement brillant que ses concitoyens semblent l’appréhender un peu comme une classe qui a en son sein un premier de la classe surdoué. Il est assis au premier rang et connaît par coeur toutes les réponses à toutes les questions (cf. les comptes rendus de sa dernière émission sur TF1). La maîtresse balaye la classe d’un regard blasé : il y a Jean-Marie, près du radiateur, qui est le bouc émissaire un peu bourrin que tout le monde évite ; la belle Ségolène qui se repoudre dans son miroir de poche ; le petit François aux oreilles décollées qui a deux ans de retard et que toute la classe charrie... "Qui sait comment on réduit le déficit public ?". Ségolène lève un oeil indifférent et replonge immédiatement dans son activité principale, dédaigneuse. Le petit Nicolas, au premier rang, agite frénétiquement la main "Moi ! Moi ! Moi, Madame ! J’ai la réponse, moi !". La maîtresse voudrait bien interroger quelqu’un d’autre, mais si c’est pour entendre François lui annoner qu’il suffit de réduire les dépenses de l’Elysée de 20%, autant interroger Nicolas... Et celui-ci, tout fier, de déclamer sa leçon apprise par coeur ("Le déficit public est de 36,3 milliards d’euros. Il est dû à une mauvaise gouvernance gnagnagna fonctionnaires gnagnagna dépenses structurelles gnagnagna...).

Oui, Nicolas Sarkozy c’est le meilleur. La meilleure campagne. Le meilleur slogan. Le meilleur sacre. Le meilleur communicant. Le meilleur d’entre nous. Tellement meilleur qu’il fait peur. Toute la classe le regarde inquiète, partagée entre un désir instinctif de lui faire sa fête à la récré et le respect qu’il impose. On ne l’aime pas, mais on le craint. "Oderint dum metuant", comme disait Néron ("Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent").

2007, année de référendum présidentiel ?

Mais pour le candidat UMP, il y a lieu de s’inquiéter de cet effondrement de sa grande opposante. Comme le montre l’exemple des Etats-Unis, être la seule unique superpuissance n’est pas de tout repos, principalement parce que sur chaque sujet, l’élection devient un référendum sur Nicolas Sarkozy.

Il y a ceux qui vont voter oui parce qu’ils aiment son discours, parce qu’ils pensent qu’il a changé, parce qu’ils croient qu’il va tout changer, parce qu’il est de droite, parce qu’il rassemble, etc., que sais-je encore.

Et puis, il y a la coalition hétéroclite du non : l’extrême gauche qui le hait parce qu’il est né. La gauche parce qu’il est de droite. Ses amis de droite "de trente ans" (selon l’expression consacrée) parce qu’ils sont jaloux. Et enfin l’extrême droite parce que c’est un chasseur qui vient braconner la caille électorale sur ses terres. Or, en étant seul, Sarkozy prend le risque de ne pas bénéficier de l’effet repoussoir du candidat d’en face, nommément peut-être même de favoriser l’émergence du candidat du moindre mal, du plus petit dénominateur commun, celui que toute la classe préfèrerait au premier de classe. L’éternel second, par exemple Bayrou.

Drame de la politique qu’est celui de vaincre sans péril. A trop vouloir ressembler à Napoléon, Nicolas Sarkozy est en train de transformer 2007 en plébiscite. Or, on peut parfois être bon à gagner les élections, mais mauvais pour ne pas perdre les référendums...


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Non666 (---.---.7.210) 8 février 2007 12:11

    Très joli exercice de pom-pom girl...

    Si, si j’insiste. Trouver brillant Sarkozy n’est finalement que mettre en premier element de jugement le Paraitre sur l’Etre. Car sur votre exemple de reduction des deficits, quel est le bilan de sarkozy au ministere des Finances, par exemple ?

    A t’il mis en oeuvre , commencé a mettre en oeuvre, ou meme simplement evoqué ces brillantes solutions qu’il evoque aujourd’hui et que toute la droite UMP evoquaient deja en 2002 ?

    NON

    Alors oui, il est brillant en communication. Oui il repete son texte depuis 5 ans. Mais est il credible ?

    Il est en tete des sondages de ceux qui expriment deja leur opinion. Mais ceux qui resistent savent qu’il faut se taire et attendre le jour J pour l’assaut.

    En voulant aller vers le bipartisme, Sarkozy a fait une declaration de guerre au FN et a l’UDF. Comment pourraient ils se rallier a leur futur assassin ?

    Meme s’il arrivait au deuxieme tour il ne pourrait pas rassembler. Ses incoherences (gaulliste ou Pro-USA ?) le rendent dangeureux pour tous car personne ne sait qui il trahira en premier.

    Pour l’instant , on est dans la com, la propagande qui nous chante qu’il rassemble des foules immenses, que la totalité de son camps est derriere lui.

    Mais quand on examine le detail, on decouvre qu’il n’y avait pas 100 000 citoyens a son sacre, mais seulement 25 000 « obligés ». Les deputés français et europeens, les senateurs ,les maires, les conseillers generaux, regionnaux...

    Tous ceux qui ont besoin de se voir confirmer leur investitures aux prochaines elections ont été convoqués. Le compte est bon.

    Mais la com est une chose, le choix des electeurs une autre. Comptez les pro-sarkozy autour de vous. Vous voyez 1/3 des votres derriere lui ? Moi non plus.

    On va bien rire dans 6 semaines


    • Toreador (---.---.178.54) 8 février 2007 12:15

      Dénieriez-vous donc à Nicolas Sarkozy qu’il est brillant ? Sur la réduction du déficit, il faudrait convoquer à la barre à peu près tout ce que la Vème République compte de parlementaires et d’anciens ministres des finances. Sincèrement, je trouve qu’il est plus aisé de lui reprocher son action à l’Intérieur.

      Merci de votre commentaire. Toreador


    • (---.---.108.104) 8 février 2007 18:01

      « Sur la réduction du déficit, il faudrait convoquer à la barre à peu près tout ce que la Vème République ... »

      C’est pas faux cependant nous pouvons facilement remarquer la corrélation suivante . Sous la droite la dette explose , sous la gauche elle est sous contrôle . Question économie la droite est assurément le cancre de la classe smiley


    • Toreador (---.---.62.50) 8 février 2007 20:36

      Sur la dette tu as des chiffres ? tu m’étonnes


    • JL (---.---.73.200) 8 février 2007 20:58

      Il y a dette et dette.

      lorsqu’on dit que les impôts servent à rembourser les intérêts de la dette, c’est peut-être vrai mais c’est une hérésie d’autant plus insupportable que ceux qui perçoivent les intérêts de cette dette sont les mêmes que ceux qui condamnent l’impôt et en réclament la suppression.

      Le bon sens voudrait que les impôts soient affectés à la redistribution et la protection sociale - hommage que la liberté rendrait à l’égalité quelle ne cesse de bafouer - cependant que les taxes à la consommation serviraient à tout le reste : fonctionnement et remboursement de la dette liée aux emprunts.

      Mais la logique humaniste et la logique capitaliste sont antinomiques.

      Cette question de la dette, empoussiérée par des décennies d’obscurantisme, mérite d’être revisitée.


    • (---.---.108.167) 8 février 2007 21:56

      « par Toreador Sur la dette tu as des chiffres ? tu m’étonnes »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

      les graphiques c’est plus parlant

      celui là est pas mal (le deuxième % par rapport au pib ) http://www.danielmartin.eu/Economie/Trente-ans-de-deficit.htm

      et pour la dernière période

      http://adbox.free.fr/Blog/index.php?2007/01/14/65-la-dette-publique-est-de-droite-ou-de-gauche

      http://www.jakouiller.com/index.php/2006/04/19/118-la-dette-publique-de-la-france-enfle-malgre-les-promesses

      Bref on voit bien que depuis 1980 la gauche maintient sous contrôle la dette même si elle augmente alors qu’elle explose sous la droite smiley

      Tu pourras certainement trouver des graphiques plus complets (1980 -> 2006 ) sur google , j’ai la flemme de chercher smiley


    • (---.---.31.81) 9 février 2007 12:56

      C’est étonnant l’importance de la dette en 1994-1995-1996.

      Ces socialistes !

      Ah non ? C’était Balladur ?

      Et qui était ministre du Budget ?

      Non !

      Pas lui !

      Sarko ?


    • tim (---.---.218.7) 9 février 2007 15:58

      Je ne suis pas d’accord avec ta remarque un peu rapide, je ne suis pas le meilleur economiste de la terre mais de ce que j’ai pu voir dans le rapport de DSK la dette de la france explose à partir des années Mitterand pour retomber entre 1988 et 1991, et véritablement exploser entre 92 et 97, elle diminue entre 98 et 2002 et a une croissance de 7.7 % depuis 2002. On peux donc dors est deja dire que cette dette commence sous la gauche ce qui a été expliqué par beaucoup d’economiste. La diminution de la dette qu il y a eu lieu entre 97 et 02 et expliqué par une croissance forte.Il est domage que ce tableaux ne fasse pas correspondre les périodes au moment ou la gauche (ou la droite )etait au pouvoir. En tout cas les grandes lignes de se tableaux sont une maitrise de la dette tres relative par la droite, et un dérapage par la gauche. Bien que a mon sens les deux soit à incriminer car c’est aujourd hui un probleme majeur en France. Pour finir je dirais que de facon idéologique la gauche utilise plus la dette qu’elle veut utiliser comme un effet levier.


    • tim (---.---.218.7) 9 février 2007 15:58

      Je ne suis pas d’accord avec ta remarque un peu rapide, je ne suis pas le meilleur economiste de la terre mais de ce que j’ai pu voir dans le rapport de DSK la dette de la france explose à partir des années Mitterand pour retomber entre 1988 et 1991, et véritablement exploser entre 92 et 97, elle diminue entre 98 et 2002 et a une croissance de 7.7 % depuis 2002. On peux donc dors est deja dire que cette dette commence sous la gauche ce qui a été expliqué par beaucoup d’economiste. La diminution de la dette qu il y a eu lieu entre 97 et 02 et expliqué par une croissance forte.Il est domage que ce tableaux ne fasse pas correspondre les périodes au moment ou la gauche (ou la droite )etait au pouvoir. En tout cas les grandes lignes de se tableaux sont une maitrise de la dette tres relative par la droite, et un dérapage par la gauche. Bien que a mon sens les deux soit à incriminer car c’est aujourd hui un probleme majeur en France. Pour finir je dirais que de facon idéologique la gauche utilise plus la dette qu’elle veut utiliser comme un effet levier.


    • (---.---.31.81) 9 février 2007 16:50

      IL faut absolument lire l’article du monde :

      http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-865596@51-823374,0.html

      sur le « nègre » de Sarkozy. C’est lui qui est brillant.


    • (---.---.38.189) 8 février 2007 12:22

      Il y a aussi ceux qui n’aiment pas du tout l’homme, dont je suis, mais qui considèrent que son programme tient la route pour sortir la France de la faillite et de l’invasion, et que sa détermination le conduira à l’appliquer tel qu’il l’énonce.

      Qui y a t il en face ? Quel programme ?

      Le soutien le plus efficace à Sarko n’est autre que Royal elle même et non pas les médias. Ses kirielles de bévues démontrent son insuffisance, et nombre d’électeurs se retournent vers Sarko qui est le seul à proposer un programme cohérent de redressement du pays et à le défendre brillament.

      Bayrou, qui est est loin d’avoir l’envergure d’un présidentiable, represente un parti, l’UDF, qui a été dans les années 1970 le fossoyeur de l’économie Française, le précurseur de l’invasion migratoire, et le promoteur de l’accession du socialo communisme au pouvoir en 1981.

      Il représente le ventre mou de la France et ne trouvera d’électorat que parmi les faibles et les tièdes qui fort heureusement ne représentent qu’une minorité.

      Se poser comme n’étant ni d’un bord ni de l’autre pour récolter des voix indécises des deux cotés, est pratiquer la politique de la chauve souris : regardez mes ailes je suis un oiseau ; regardez ma tête je suis une souris.

      l’alliance contre nature du socialo commnisme et du libéralisme ne peut qu’accentuer les divisions, les polémiques stériles,et empècher la mise en place d’une vraie politique de redressement d’un pays en voie de sous développement accéléré.

      Reste le Front National. Mais beaucoup ne sont pas prêt à tenter ce coup là. Donc, ou est le choix ! En tout cas pour ceux qui ne vivent pas du parasitisme social organisé par l’Etat.


      • Non666 (---.---.7.210) 8 février 2007 12:51

        Nier qu’il existe un vrai choix, une alternative, est AUSSI un brillant exercice de com.

        Ne voir dans Bayrou que le « ni droite ni gauche », quand la droite et la gauche sont a ce point caricaturés est risible. Bayrou est un chretien democrate, la seule famille a avoir une vraie doctrine sociale et humaniste qui ne soit pas a visée marxiste. Il percera s’il valide cette position et evidemment pas dans le discours du « ni-ni »

        Croire que personne n’est pret a tenter « l’aventure LePen » est une erreur. Dans les territoires occupés, les autochtones sont desesperés. Ils voient Sarkozy arriver avec 200 gardes du corps, faire une declaration tonitruante et se barrer avec la sirene après son numéro de claquette... Eux, restent seuls avec des colons de plus en plus arrogants, meprisants et dangeureux. Vous croyez que nos compatriotes abandonnés des ghettos vont hesiter ?

        Ils ont hesité en 2002, puis ils ont fait confiance aux equipes en place qui leur disent aujourd’hui : « heu ce sera pour ce coup ci »... Donc le choix n’est pas aussi ecrit que ça, rien qu’a droite.

        Et si vous corrigez les resultats des sondages du coefficient de mensonge observé dans les elections presidentielles precedentes, vous vous rendrez compte que Lepen, Sarkozy et Bayrou sont probablement aujourd’hui dans un mouchoir de poche.


      • David972 (---.---.46.235) 8 février 2007 14:27

        Mais tais-toi donc. Tu connais les sondages. Boucle-la un peu. Je suis volontairement insultant car toi et les autres commencez à faire chier le monde avec votre incapacité imbécile à lire els sondages.

        Un sondage se lit ainsi : Sarkozy réaliserait un score au promet tour de 32(27 à 37)% et Royal réaliserait un score au premier tour de 27(22 à 32)% alors que Le Pen et Bayrou réaliserait un score de 15(10 à 20)%.

        Un sondage n’est fiable qu’à 95%. De fait, la théorie des sondages déjà éprouvée montre clairement que si un sondage donne un score, la réalité se situe dans un intervalle situé entre le score moins 5% et le score plus 5%.

        De fait, en étant pessimiste, cela donne à Royal 22% et à Le Pen et Bayrou 20% et à Sarkozy 27%. Or, Bayrou comme Le Pen n’atteindront pas 20%.

        Alors où as-tu vu que les sondages se trompent. Lis-les mieux simplement au lieu de faire chier le monde avec tes remises en cause des sondages !


      • (---.---.7.210) 8 février 2007 15:31

        > Banderille : Sarkozy, unbreakable ? par David972 (IP:xxx.x8.46.235) le 8 février 2007 à 14H27 "Mais tais-toi donc. ..... Alors où as-tu vu que les sondages se trompent. Lis-les mieux simplement au lieu de faire chier le monde avec tes remises en cause des sondages ! "

        David mon fils,.... Tu es dans l’erreur et comme je suis infiniment bon, je vais ouvrir tes yeux embués a ma divine lumière ! Je ne remet pas en cause les sondages sur des impressions, sur des emotions ou sur des croyances. Je remet en cause la fiabilité des sondages sur leur efficacité antérieure observée et mesurable.

        Va sur le site TNS-Sofres (ou un autre si tu veux, hein, on ne va pas t’en vouloir) Regarde les chiffres donnés en janvier 2002 sur le candidat UMP, le candidat PS, le candidat FN et le candidat UDF. Je le fait pour toi, car je te sais timide.... Chirac 27 Jospin 24 Lepen 8 Bayrou 4 et a l’extreme gauche c’est pire encore ....

        Resultat : les partis de « gouvernement » UMP/PS sont a +30% (Ils ont meme été a +70% pour Jospin en septembre 2001) Les autres, sont a -50%

        La tu peux insulter, jurer, maudire Dieu, ses saints ou Sarkozy c’est un FAIT. Tu peux verifier la règle sur les presidentielles 1981 ; 1988 ; 1995 si cela t’amuse, ce sera toujours les memes coefficients de mensonge : En janvier surevaluation de 30% pour le duo de siamois Sous evaluation de 30 à 70% pour les autres.

        A partir de la, ou tu crois que les sondeurs sont mysterieusement devenus plus competents, honnetes ou rigoureux, ou tu applique le coefficient de mensonge qu’ils pratiquent aux resultats vendus.

        Et la, boumbadaboum. Le 30/27/12/10 de sarkozy/Royal/Bayrou/Lepen devient : un 22 / 20 / 24 / 20 et la, on rigole.

        Enfin, on ne rigole pas tous, c’est sur. Mais il suffit de voir a un instant T qui sarkozy courtise pour savoir lequel de ces deux rivaux a droite est en train de monter dans les sondages reels, ceux des RG

        Hiers c’etait vers le FN que le courtisan UMP s’exprimait


      • noireb (---.---.12.45) 13 février 2007 20:25

        « Alors où as-tu vu que les sondages se trompent. Lis-les mieux simplement au lieu de faire chier le monde avec tes remises en cause des sondages ! »

        Moi !

        Je l’ai vu a presque tous les saondages politiques. A part pour le TCE, il me semble que je n’ai jamais vu un seul sondage se rapprocher de la réalité.

        JAMAIS !

        et 92% des gens sont d’accord avec moi smiley


      • toto1701 (---.---.131.47) 8 février 2007 12:54

        « l’etat est endetté les français pas assez !!! » de qui est cette phrase insensée ?


        • toto1701 (---.---.131.47) 8 février 2007 12:59

          s’il souhaite désendetter la france en endettant les français par l’application de sa politique « travailler plus pour gagner plus »qu’il le dise !!


        • alex (---.---.132.84) 8 février 2007 13:16

          Le problème de Sarkozy c’est qu’il est trop intelligent pour que les gens le comprennent. Par « endettement des français » il voulait tout simplement dire qu’il faut encourager les français de s’endetter pour acheter un logement et créer ainsi un patrimoine, qu’ils puissent ensuite laisser à leurs enfants. C’est en tout cas mieux que de jeter l’argent par la fenêtre en payant toute sa vie un loyer qui ne capitalise pas.


        • gem gem 8 février 2007 13:31

          pourquoi insensé ? à l’échelle du monde, les français sont des épargants massifs, exceptionnels, on peut même dire : déraisonnables. Alors qu’ils sont censés ne pas en avoir besoin pour assurer leur retraite ou leur santé, grace à la merveilleuse sécurité sociale... Pas d’argent pour créer des emplois ou financer des innovations, par contre, pour construire de la bicoque en banlieue et bétonner la riviera, là ça manque pas (avec des aides fiscales et des subventions, en plus, un comble !). Et ça n’est pas Mme Royal, dont le pognon est dans « la pierre » et n’a jamais servi à financer la moindre entreprise (même SCOP ou mutuelle) ou le moindre emploi, qui me contredira.

          Et ça ne date pas d’aujourd’hui, au contraire aussi loin qu’on regarde ça a toujours été comme ça. Donc pas la peine d’incriminer quiconque...

          Une utilisation un peu plus active de l’argent ne ferait que du bien aux finances publiques.


        • Toreador (---.---.178.54) 8 février 2007 14:39

          Cher Gem, c’est dit de manière franche et directe. On sent le fonctionnaire des finances smiley

          Toreador


        • toto1701 (---.---.156.53) 8 février 2007 17:41

          avec des pret a 50ans et 42 ans de cotisations pour se faireensuite euthanasier a la veille de sa retraite c’est beau une vie de labeur !!!je le dis l’ump est a l’image de l’armée americaine et la FRANCE son IRAK ....au bilan des lendemains qui déchantent !!


        • toto1701 (---.---.156.53) 8 février 2007 17:54

          une fois de plus je constate que l’homme a perdu sa place dans les projets politiques :économie par ci , travailler plus par là,bouclier fiscal de l’autre ... et si tous les travailleurs du monde se solidarisaient pour exiger une meilleure redistributions des richesses ...a quand une greve generale a l’ensemble de la planete contre l’arnaque deguisée que constitue le liberalisme !!!0,5% de la population mondiale se partage 99% des richesses et il se trouve qu’il y a des travailleurs payés 2000 euros/ mois pour defendre ce systeme, c’est dément !!!


        • toto1701 (---.---.156.53) 8 février 2007 18:12

          le ratio d’endettement c’est quoi ? 33%du salaire !!avec 1700 eurospar mois je ne peux m’endette qu’a hauteur de 550 euros par mois/ si je travaille a paris intra muros !! j’aimerais que me sarkozy s’engage a m’offrir un appartement pour 550 euros par mois !!!


        • (---.---.31.81) 8 février 2007 18:12

          à alex

          >« Le problème de Sarkozy c’est qu’il est trop intelligent pour que les gens le comprennent. »

          Et non ! Les gens le comprennent très bien : travail, propriété, répression, gagner plus, moins d’impôt, etc. La musique passe très bien.. Ou alors, il n’arrive pas à se faire comprendre et c’est inquiétant.

          Il est intelligent parce qu’il s’approprie les thèmes dominant, les peurs, les fantasmes, etc. et il y répond, non pas par des solutions (affaire d’experts) mais par des slogans, des formules, des raisonnements simplistes (que tous comprennent).

          Lepen faisait pareil : « Un million de chômeurs, un million d’émigrés. Lesquels sont de trop ? » Il n’y a pas de réponse à cette question parce que cette question n’est pas pertinente. Elle bloque la pensée, interdit la réplique. Sarkosy est dans le même registre quand il oppose celui qui se lève tôt à l’assisté.

          La faiblesse de Sarkosy, c’est qu’il tente de tout maîtriser : sa personne, sa carrière, son discours, ses amis, ses ennemis, sa femme, l’UMP, les médias, etc. Dans cette « petite » sphère (parisienne) qui gravite autour de lui, ça fonctionne. Au-delà, il est bien évident que c’est impossible. Ca dérape, les émeutiers brûlent les cars de CRS, les prix immobiliers flambent, la dette publique explose. Où sont les résultats de son action gouvernementale et parlementaire ?

          Sur l’immobilier, mon cher Alex, je crois que tu te fais des illusions. L’immobilier est en train de plonger. Alors si tu veux acheter ton pavillon 300 000 € en t’endettant sur 20 ans, regardes y à deux fois car dans moins de cinq ans il aura perdu 40 % de sa valeur (et c’est même Borloo qui le dit).


        • parkway (---.---.18.161) 9 février 2007 11:47

          cher alex,

          « il voulait tout simplement dire qu’il faut encourager les français de s’endetter pour acheter un logement et créer ainsi un patrimoine, qu’ils puissent ensuite laisser à leurs enfants. »

          le problème avec sarko, c’est qu’il ne connaît pas la vie des citoyens, pour lui il n’y a que 2 millions de chômeurs en france dont 50% de racailles.

          peu de connaissances du terrain, des arguments à l’emporte pièce et racoleurs, voila le beau politicard.


        • Eric 8 février 2007 13:04

          Je vois un risque plus important encore au stade actuel de la campagne.

          Effectivement Ségolène donne l’impression d’être laminée. Hors il y a beaucoup de choses à faire et à changer dans notre pays. Il y a des choix de fond, notamment en matière de financement, d’impôt de dette, d’organisation du travail, d’école de service public.

          Pour les mettre ne oeuvre, le candidat élu aura besoin d’un mandat clair et donc d’une majorité significative.

          Mais je pense qu’il aura besoin aussi que ses opposant acceptent sa légitimité électorale. Que ceux ci puissent croire qu’une forte majorité a vraiment tranché un vrai débat. Si la gauche s’effondre du fait de la candidature Ségolène, alors elle pourra avoir le sentiment d’avoir ete flouée, de ne pas s’être vraiment s’exprimée comme en 2002.

          Chirac, élu avec 80% des voix n’a pas même pu faire passer une réformette, le CPE.

          Un Sarkozy, élu avec une faible majorité et en l’absence d’opposant représentatifs de la gauche aura sans doute du mal a faire passer des reformes qu’il promet et qui pour beaucoup, concernent en premier lieu des publics sociologiquement de gauche.

          Mes copains socialistes sont tristes en ce moment de la piètre prestation de leur candidate. Mais après une défaite éventuelle, il pourront avoir l’impression que ce n’est pas celle de leurs idées mais de leur communication et ne seront pas prêt à accepter le verdict démocratique dans la pratique.

          Le virage actuel vers une réactualisation des discours archaïques de gauche dure me semble un signe assez positif.

          Si on continue comme cela, il y aura un vrai choix : plus d’impôt de service public, de 35 heures ou moins d’impôts et une autre organisation du service public.

          Si cela prend un tour plébiscitaire après tous pourquoi pas, c’est comme cela que De gaulle a réussi à changer un peu la France a l’époque.


          • alex (---.---.132.84) 8 février 2007 13:08

            Très joli article ! Mais il faut se rendre à l’évidence, Sarkozy est brillant et la France a grand besoin d’un vrai président qui puisse lui rendre sa fierté, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières. Le refuser parce qu’il est trop bon se serait trop bête.


            • jrr (---.---.103.18) 8 février 2007 13:19

              Il semble que M. Sarkozy se dirige vers « l’ouverture » politique, qui offre une chance de sortir de la bipolarité gauche-droite stérile. L’idée de la Communauté Méditerranéenne est brillante, afin d’intégrer mieux la Turquie et au-delà, jusqu’aux pays du Sahel, à cette Europe qui doit enfin prendre son essor. La France réconciliée pourrait alors sortir de l’enlisement gauche-droite qui paralyse le pays. J’espère que Madame Royal va le comprendre, elle vaut mieux que sa stratégie de « victimisation » et aurait intérêt à se réconcilier avec la richesse matérielle, puisqu’elle fait partie des possédants. Sans renier les idées de gauche intelligentes. Il me parait évident, en suivant ce débat politique, que les deux principaux candidats, de par leur personnalité, sortent enfin du schéma manichéen habituel. Reste à espérer que les électeurs français dépassent ENFIN le nombrilisme hexagonal qui fait rire le mode entier ! (mieux vaut rire que pleurer...)


              • LE CHAT LE CHAT 8 février 2007 13:35

                j’aime pas les corridas , mais toréador de politicien c’est un beau métier , surtout que le gibier n’est pas sans défenses ! merci pour ces quelques banderilles !


                • David972 (---.---.46.235) 8 février 2007 14:56

                  Sarkozy réussit parfaitement le tour de force qu’il voulait réaliser. En effet, il a transformé cette campagne en référendums pour ou contre lui. En effet, il oblige ses adversaires à l’attaquer alors que lui ne s’occupe pas d’eux. De fait, il y a d’un côté tous les candidats qui parlent de Sarkozy et de l’autre Sarkozy qui parle de la France !

                  Je conviens qu’il y a un risque mais cela en vaut parfaitement la chandelle ! Car Sarkozy réussit à se montrer rassembleur, visionnaire, humain tandis que tous les autres se montrent sectaires, critiques mais n’exprime aucun projet pour le pays. Or, c’est inédit dans la vie politique française moderne ! Mais si cela est risqué, cela comporte bien d’autres avantages terriblement importants : Sarkozy peut en effet fixé les thèmes de la campagne et attirer à lui toutes les attentions. Or, celui qui a réussit dans tous les pays démocratiques à imposer ses thèmes de campagne renforte pratiquement toujours l’élection. Je dis pratiquement toujours car il peut y avoir un énorme scandale... On ne connaît pas Sarkozy ni Royal donc il faut rester prudent mais c’est tout de même peu voire très peu probable !

                  Ainsi tous les socialistes sortent du bois et traitent Sarkozy de tous les noms. Mais en attendant, on ne voit pas leur projet...

                  Or, le 11 février, les socialistes devront se surpasser, ce dont ils sont parfaitement incapables, pour pouvoir contrer la machine qu’a mis Sarkozy en place pour ce jour. En effet, il devrait y avoir tous ses soutiens réunis à la Mutualité (un symbole de gauche) et un grand discours d’ouverture sur le cendre (droit et gauche)... De fait, il sera extrêmemnt difficile de lutter face à ce ressemblement. D’autant que Royal paraîtra sectaire puisqu’elle apparaîtra une femme de parti et pas une femme de rassemblement quand Sarkozy lui le paraîtra !

                  Voici un extrait d’un article politique sur le discours de Sarkozy dimanche : ’Faut-il s’attendre dès dimanche à la révélation des noms de personnalités issues de la gauche prêtes à rallier un futur gouvernement Sarkozy ? « Nous n’en sommes pas là », répond cet autre proche du candidat, bien que des pourparlers semblent déjà en cours. Au sein du mouvement Diagonale, dont les membres se sont autoproclamés « Sarkozystes de gauche », des noms circulent. Comme ceux du directeur de Sciences-Po Richard Descoings, ancien conseiller de Jack Lang, ou de la présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, ancien sherpa de François Mitterrand. Le sénateur-maire socialiste de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, semble lui aussi faire partie du casting. Contacté hier, son cabinet a cependant indiqué qu’il n’était « au courant de rien », mais ne ferait « pas de commentaire avant le discours » de Nicolas Sarkozy dimanche. Avant même de savoir quel accueil recevront ces propos chocs, le camp Sarkozy se frotte les mains. En plus des signes adressés aux électeurs de la gauche et de François Bayrou, grand chantre de l’ouverture, le discours de dimanche revêt un intérêt stratégique majeur. Il devrait rendre moins audible celui très attendu de Ségolène Royal, qui annonce le même jour les grandes orientations de son projet présidentiel. « Tout le monde me dit que le 11 février est la journée de Ségolène Royal. On va voir », ironise ce conseiller de Sarkozy.’

                  L’histoire disant ’aucun commentaire avent le discours de dimanche’ montre bien qu’il y aura une annonce forte de Sarkozy que tout le monde voit annoncer son intention de former un gouvernement d’ouverture si il était élu. De plus, quand l’équipe de Sarkozy jubile autant, c’est généralement très mauvais signe pour les autres et c’est pratiquement toujours à raison !

                  D’ailleurs, voici comment un journaliste du Figaro a titré son article : ’Le social-bonapartisme, l’arme fatale de Nicolas Sarkozy contre Ségolène Royal’. Dans cet article, l’auteur atteste que les socialistes ont été dépourvus de tout angle d’attaque lors du Congrès du 14 janvier. Ils ont trouvé un Sarkozy rassembleur, prenant témoignage de l’Histoire et n’ont pas pu contre-attaquer ! C’est exactement ce que je disais plus haut : en prenant ce positionnement de rassembleur, Sarkozy ôte tout angle d’attaqe à ses adversaires qui ne peuvent alors que l’attaquer sur sa personne, sur son ’bushisme’ mais pas sur son projet ! Ainsi on entend les socialistes le qualifié d’homme dangereux... mais il n’y a pas une seule critqiue sur le projet de Sarkozy. D’ailleurs, Julien Dray a avoué à demi-mot sa grande impuissance face à Sarkozy : ’Sarkozy n’est pas le candidat du rassemblement !’. Dans ce type de phrase, la négation indique qu’on dit l’inverse de ce qu’on pense ! Pourquoi donc avoir répliqué ainsi ? C’est simplement que Dray ne pouvait dire que Sakozy fut excellent ! Or, le Chirac de 1995 est pratiquement imbattable : car ce Chirac là est le Chirac proche de la préoccupation des Français, populaire, sincère !

                  Onvoit décidément très mal comment Royal s’en sortira ! D’ailleurs, disons carrément qu’à ce stade, il est mission impossible de s’en sortir !


                  • Romain Baudry 8 février 2007 15:46

                    Je ne suis pas expert en comm’, mais il me semble qu’il y a bien des angles d’attaque dont les socialistes pourraient se servir contre Sarkozy. Un programme ne fait pas tout ! Sarkozy traîne derrière lui ses actions en tant que Ministre de l’Intérieur et elles offrent matière à critiquer. Les socialos pourraient parler du bidouillage des chiffres, de l’absence d’efficacité réelle de Sarkozy contre l’insécurité, des bavures policières, etc. Dire « j’ai changé » n’est qu’un artifice de communication, ça ne fait pas miraculeusement disparaître tous les points négatifs qui émaillent son bilan.


                  • David972 (---.---.114.185) 8 février 2007 16:15

                    Non, les socialistes ne le peuvent point non plus. Et pour cause, Sarkozy a bétonné ses chiffres de la délinquance. En effet, si les chiffres d’attaque au personne augmentent, ceux de la délinquance générale baisse de façon irrémédiable. De plus, Sarkozy a parfaitement expliqué pourquoi les chiffres de la délinquance aux personnes augmentent. Sarkozy explique en effet qu’il reste beaucoup à faire et surtout que les attaques aux personnes ne peuvent êre baissées que par une action sur l’éducation, l’emploi, la santé, la justice, le sport... De fait, une fois ce mea culpa de Sarkozy fait, les socialistes n’ont plus d’angle d’attaque sur ce sujet !

                    De plus, pendant que les socialistes l’attaquent sur son bilan, Sarkozy parle de son projet pour l’avenir. De fait, les socialistes paraissent s’occuper du passé quand Sarkozy paraît s’occuper de l’avenir.

                    Bref, la position des socialistes ne peut être différente à ce qu’elle est actuellement et conduira de façon irrésistible à l’échec !

                    Carce qui valait pour Bush avec l’Amérique profonde vaut aussi pour Sarkozy avec la France profonde ! Il ne s’agit pas des sondages faient dans les grandes villes françaises qui sont pratiquement toutes de gauches. Or, à analyser chaque région, le résultat est sans appel : Sarkozy va rafler la mise avec une relative facilité car son positionnement semble, d’après mes études, particulièrement en phase avec cette France profonde !


                  • David972 (---.---.114.185) 8 février 2007 16:39

                    ’Jack Lang s’est insurgé ce matin avec virulence contre l’utilisation, par Nicolas Sarkozy, pour son annonce concernant le deuxième porte avion nucléaire, de la frégate Lafayette. Cette utilisation par le candidat de l’UMP, ministre de l’intérieur (et non pas de la défense) d’un bâtiment de guerre de la marine nationale est jugée par le conseiller de Ségolène Royal comme un nouvel exemple du mélange des genres permanent du ministre de l’intérieur. Jack Lang en a appelé au Président de la République pour un rappel à l’ordre.’

                    Voilà que les socialistes continuent. Ils critiquent Sarkozy sur des trucs très superficiels dont tous les Français se foutent pas mal. Ce qui compte c’est le projet. Or, les socialistes ne veulent absolument pas donne raison à Sarkozy alors ils critiquent la façon dont il annonce cela. De fait, encore une fois, Sarkozy développe sa vision de la France tandis que les socialistes s’enferment dans la critique !

                    Non, définitivement non, les socialistes ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. C’est comme Kerry en 2004 aux Etats-Unis. Kerry dominait Bush dans les sondages, ils paraissaient proches des Américains. Puis, une fois la Convention républicaine passée, Bush s’est envolé sans jamais certes creusé un écart immense mais suffisant pour battre Kerry facilement. Kerry s’est alors enfermé dans la critique de tout ce qui est Bush, il est evenu plus agressif en traitant Bush de je ne sais quoi. C’est exactement ce que fait Royal... De fait, le résultat est clair : c’est une défaite qui attend Marie pleine de disgrâce !


                  • (---.---.108.104) 8 février 2007 18:16

                    @David « De fait, les socialistes paraissent s’occuper du passé quand Sarkozy paraît s’occuper de l’avenir »

                    Quand Sarkozy paraît s’occuper de l’avenir !!

                    Sarkozy paraît s’occuper !!

                    paraît !!

                    Paraître serait donc le fil conducteur de la campagne de N.S ... smiley


                  • (---.---.31.81) 8 février 2007 18:36

                    Vous vous intéressez à ce genre de petites escarmouches (dont l’UMP nous a bassiné durant des semaines : ISFitude et autres) mais vous passez à côté de ce qu’a dit S. Royal le 6 février.

                    Ce n’était pas inintéressant son affirmation du clivage gauche-droite (on peut être contre), sa reconnaissance de la diversité (on peut contester), son engagement pour la jeunesse (on peut ne pas y croire), etc. Ce sont ces paroles là, même si elles vous semblent creuses, artificielles, etc. qui devrait retenir votre attention.

                    Vous parlez du « projet » de Sarkosy, de sa « vision », comme si c’était un concept clair et défini. Franchement, j’ai du mal à m’en faire une idée. Je ne vois vraiment pas où il veut nous entraîner. Travailler plus, être propriétaire de sa maison, c’est un projet de société ça ?


                  • David972 (---.---.55.154) 8 février 2007 18:55

                    Quand on a ton niveau intellectuel, il est normal qu’on ne comprenne rien au projet de Sarkozy !


                  • (---.---.70.15) 8 février 2007 19:13

                    T’aurais pas un lien de parenté avec le candidat ? Nan je demande parce qu’apparemment tu as oublié de prendre ton exomile smiley


                  • (---.---.31.81) 9 février 2007 11:12

                    A DAVID972

                    « Quand on a ton niveau intellectuel, il est normal qu’on ne comprenne rien au projet de Sarkozy ! »

                    Je ne sais pas si vous vous adressez à moi en particulier, mais je prends ça pour un compliment.


                  • parkway (---.---.18.161) 9 février 2007 11:54

                    pauvre david972 !

                    on voit bien que tu as les trouilles pour topn copain !

                    je te rassures tout de suite : à mon avis, tu as parfaitement raison, ton pote va se prendre une belle gamelle !


                  • noireb (---.---.12.45) 13 février 2007 20:45

                    Sarkozy décide des themes de la campagne !

                    Mort de rire !

                    Lui qui va jusqu’a piquer les idées de Bayrou (afin de le convaincre de se rallier ?). Continue comme ça David, tu es encore plus drole que ton idole.

                    Tu as compté le nombre de fois où tu écris « Sarkozy » par post ? Il arrive qu’il soit là une fois par ligne !

                    Tu as un poster de Nicolas dans ta chambre ?

                    Je t’imagine bien avec une revue pleine de photo de ton chéri cachée sous ton matelas smiley.

                    Petit coquin smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès