Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Barack Obama est-il trop parfait ?

Barack Obama est-il trop parfait ?

Le 20 janvier prochain, Barack Obama deviendra le 44° président des Etats-Unis. Partout l’attente est énorme. Voilà sans doute le danger le plus important pour lui, pour son pays et pour le monde.

Savoir si Barack Obama est trop parfait est une interrogation bien incongrue car personne n’est trop parfait. En revanche, de savoir si Barack Obama ne peut que décevoir parce que nous le voyons trop parfait, est une question tout à fait pertinente. Et une question que beaucoup ne veulent pas se poser tant la réponse semble, à la fois, évidente et lourde de conséquences. Car même si Barack Obama obtient de grands succès dans sa politique, même s’il demeure lui-même, tout ce qui a été investi dans sa personne, dans son image ne peut qu’amener de la déception. Cette déception ne viendra pas de ce qu’il est mais de ce que nous avons investi en lui. Nous attendons tellement de sa présidence que même un Superman, un Batman, un Spiderman, chacun de leur côté ou tous les trois ensemble, ne pourraient relever le défi. Seul sans doute Dieu en serait capable. A l’heure du désenchantement du monde, voilà qui est bien paradoxal. Mais Barack Obama Superstar est aussi emblématique de nos attentes dans ce XXI° siècle où nous avons l’impression de ne plus savoir où nous allons, à moins que ce ne soit pas seulement une impression… Dès lors, Barack Obama peut devenir un grand président des Etats-Unis s’il est capable d’indiquer un chemin et d’y guider son pays et le monde à sa suite.

Mais nous ne devons pas attendre tout de Barack Obama. A cause de la déception dont nous avons parlé, bien sûr, mais aussi parce que si c’est le cas nous risquons de détruire tout ce qu’il peut apporter de bon. La passion, même si elle n’est pas partagée, lorsqu’elle se sent trahie est de celle qui porte souvent le plus de ressentiment et appelle à plus de vengeance. Elle devient aveugle en brûlant ce qu’elle a adoré la veille. Ce danger guette Obama plus que tout autre président des Etats-Unis et plus, peut-être, que tout autre dirigeant de notre monde contemporain. Cette passion trahie nous guette et sera peut-être terriblement destructrice. Car lorsque l’on investi autant, après que l’on se croit trahi, alors, il n’y a plus rien, il n’y a plus d’espoir.

D’autant qu’il faudra bien savoir de quel Obama l’on parle. De celui qui dit ce qu’il pense et ce qu’il veut faire ou de celui à qui on prête toutes nos attentes. Dans les médias du monde entier, on lit et on entend des gens qui viennent dire ce qu’Obama doit faire, ce qu’il faut qu’il fasse, ce qu’ils veulent qu’il fasse. On s’éloigne de la vraie personne d’Obama pour penser, tel un dieu que l’on prie, qu’il pourra exaucer nos vœux, tous nos vœux. Cette attente totalement irrationnelle n’est évidemment pas nouvelle dans l’histoire de l’Humanité ni même dans celle de la politique. Mais elle semble ici démultipliée. Car tout le monde à son Obama. Les noirs, les blancs, les jaunes, les rouges, les chrétiens, les athéistes, les musulmans, les bouddhistes, ceux qui votent à droite, ceux qui votent à gauche, les Arabes, les Juifs, les employés de l’industrie automobile, les activistes de l’environnement et de l’écologie, les pacifiques, les faucons, les tenants de la grandeur militaire des Etats-Unis, les tenants du softpower américain, les supporters d’une politique économique libérale et les interventionnistes, et ainsi de suite. Il y a autant de Barack Obama que d’habitants sur terre ! Non pas parce que chacun de nous en a une vision particulière, ce qui est le cas pour tous les gens connus, mais parce que chacun a investi ses propres attentes dans le nouveau président des Etats-Unis.

Nous devons ainsi être préparés à être déçus. Mais nous devons aussi nous préparer à relever les défis du XXI° siècle avec Barack Obama et à l’aider. Car s’il déçoit, s’il faillit, ce sera sans doute aussi parce que nous n’avons rien fait de notre côté (bien entendu, Barack Obama peut aussi ne pas se révéler à la hauteur de sa tâche ni même à celle de ses promesses). La personnalité providentielle n’existe pas et n’existera jamais. Mais celui qui possède le charisme et l’intelligence, capable de montrer le chemin, celui-là existe. Et quand on en trouve un, si Obama est bien un de ceux-là comme on peut l’espérer au vu de son parcours jusqu’à aujourd’hui, il serait bête de gâcher cette formidable opportunité de bâtir un nouveau monde, tous ensemble.

Alexandre Vatimbella


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • nexus 2 janvier 2009 02:17

    Cette vision parfaite de B. Obama vient de l’homme mais aussi d’une contribution énorme des médias mainstream. Avez vous remarqué a quel point l’éléction avait une dimension "mondiale" ? J’avais l’étrange imperssion que l’on avait élu le chef du monde... Les médias ont contribué énormément en cela.

    Sans être défaitiste, les présidents américains n’ont jamais eu beaucoup de marge de manoeuvre tant la "démocratie" US tient à un fil. Le système est ultra-corporatiste. Les lobbies dictent la marche à suivre. Sans parler des groupes plus ou moins secrets tels que la CIA qui sont responsables des catastrophes géo-politiques de la politique exterieure que l’on connait (dont Bush n’a été que la marionette = la partie immergée de l’iceberg).

    L’examen de la suite donnée à la politique étrangère le dira...

    Restons très vigilants... Je pense perso qu’un deuxieme 11 sept se prépare pour justifier une invasion encore plus légitime (car président au dessus de tout soupcons) en IRAN !!!! (premier pays au niveau des ressources pétrolieres mondiales).


    • Charles Bwele Charles Bwele 2 janvier 2009 02:30

      @ l’auteur

      Remarquables observations. Barack Obama est en fait le réceptacle d’aspirations tous azimuts générées par la traumatisante ère "W".

      C’est une marque que tout le monde veut effectivement s’approprier comme on le ferait avec une paire de Nike ou un iPhone. Il est métis = Noir et Blanc, né de père kenyan = africain, il s’appelle Hussein = musulman, il a grandi en Indonésie et a un beau-frère sino-canadien = asiatique, etc. Bref, un vrai pack intégral, toutes options en série. smiley D’où un "charisme weberien" au sens où cette aura tient des attentes et des projections qu’on se fait de lui, en plus de celles intrèsèques à son personnage politique. 

      Le monde voit en Obama un Koffi Annan avec le costume et les pouvoirs de Spiderman. Abyssale illusion. Beaucoup - notamment les Européens - ne tarderont pas à réaliser qu’il s’agit d’abord et avant tout d’un "President of United States of America" dans la continuité globale de ses prédécesseurs en politique étrangère.

      Amicalement


      • non666 non666 2 janvier 2009 10:42

        Excellent commentaire !

        Ce à quoi on rajoutera, que son election, qui etait à peine une caricature de notre dernière présidentielle ne pouvait mener qu’a son election.

        Nous avions le choix entre une idote et un traitre malin, le résultat ne faisait aucun doute , surtout qu’il correspondait aux impulses des grands medias.

        Pour les yankees, le choix etait entre un ex-soutien de Bush , un des lobbyistes de la PNAC dans son assemblée , un viellard sénile et l’incarnation du chevalier blanc, mais en noir...

        Trop dur le choix !
        Obama est la pour faire oublier Bush et surtout, eviter qu’on ne se pose trop de questions , sur ce qui s’est passé avant son arrivée au pouboir.
        La crise financière est declanchée au bon moment, à un instant ou faire le bilan des exactions de Bush, faire la vérité sur le 11/09 couterait trop cher aux etats unis.

        Obama est un nuage de fumée destiné à permettre aux coupables de s’enfuir, en comptant sur notre absence de mémoire. Il va avoir a gerer le merdier et ne pourra se permettre de creuser trop profond s’il ne veut eviter de voir couler le bateau qu’il commande.


      • ASINUS 2 janvier 2009 11:22

        yep , je sais ça n est pas dans l air du temps , mais Obama que vous le vouliez ou non cher auteur , est le " mieux disant" pour permettre a l appareil militaro industriel de se refaire une virginité à bon compte ; par ailleurs de ce tenant de l aide droite democrate us le proletariat us black et latino recevras moins qu il n eut obtenu de h clinton, les support et conseillers militaire de ce " civis americanus " vont valoir au obamaniaque mondialiste bien des surprises ce nouvel Hadrien raccourcira surement les limes mais si la nouvelle toge vous plais vous pouvez pariez qu Obama à le "gladio" bien en pogne , enfin cerise sur le gateau les specialiste auront remarqué que ce nouveau president sera doté grace a Bush d un appareil legislatif et coercitif federal qui ramene les usa au temps de la semi dictature Lincoln.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès