Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou 2012 : au cœur de l’être humain avec la majorité du (...)

Bayrou 2012 : au cœur de l’être humain avec la majorité du courage

Candidat à l’élection présidentielle : « Je me présente devant vous en homme libre. ».

Ça y est, c’est maintenant officiel : François Bayrou est candidat à l’élection présidentielle de 2012. Il a prononcé sa déclaration de candidature d’une manière solennelle, sobre, mais aussi souriante et intimiste, à la Maison de la Chimie à Paris ce mercredi 7 décembre 2011 à 16 heures 30, pendant vingt-trois minutes qui ont confirmé ce que tout le monde pressentait depuis le 22 avril 2007.

J’ai senti dans ses propos un homme qui a mûri et qui a appris beaucoup de ses expériences. C’est sûr que la solitude politique est matière à méditation. En fait, il n’est pas si isolé que cela. Sa démarche est initiée par un grand sens de la réflexion, à la fois politique et intellectuelle, qui est susceptible d’entraîner beaucoup de citoyens prêts à ce que les choses bougent.


Il faut que ça bouge !

Très gaullien lorsqu’il évoque ce rendez-vous particulier entre le peuple français et lui, ce qui l’autorise à court-circuiter un ostracisme médiatique qui se satisfait d’un bipartisme très manichéen, après avoir énuméré les problèmes de la France, il lâche : « Cela ne peut plus durer. Il faut un choc, et un choc salutaire. Il faut qu’après cette élection, ce ne soit pas comme avant. Il faut que le peuple français sache pour lui-même et les peuples avec lui qu’il a choisi de tourner une page, de sortir de l’impuissance et du brouillard, et qu’il débute un autre chapitre de son histoire. ».

Il propose aux Français deux repères : la lucidité et la volonté. Et il explique que la lucidité, ce n’est pas seulement celle des dirigeants (la sienne par exemple qui avait été grande en 2007 à propos de la dette publique), mais aussi celle des citoyens sans laquelle aucune volonté n’est possible.

Son moyen, c’est l’arme de la vérité. Il se refusera à faire « des promesses agréables avant les élections et désastreuses après les élections ».


Produire et instruire : le fruit et la racine

Il cite plusieurs fois 1958 pour dire que 2012 doit être une nouvelle année charnière dans la vie nationale. Et il rappelle que le rétablissement économique peut être rapide : en 1958, la France vivait au crochet du FMI et est devenue prospère trois ans après (grâce au plan Rueff). En 2004, l’Allemagne était en sérieuses difficultés économiques et cinq ans après, elle est maintenant en pleine croissance industrielle.

yartiBayrouCandiC02

François Bayrou estime avec raison que le problème de la France aujourd’hui est que nos ressources partent chez nos partenaires commerciaux (il parle d’hémorragie cause de l’anémie) car nous importons beaucoup plus que nous n’exportons. Pour renverser la vapeur, il n’y a qu’un seul moyen qu’il développe depuis septembre 2011, c’est de produire, de réindustrialiser la France : « Produire n’existe pas sans instruire. Ces deux verbes sont liés comme le sont du même arbre la racine et le fruit. ».

Pour lui, la clef est dans la rencontre entre l’esprit de formation, l’esprit de recherche et l’esprit de production. Il évoque également la transition énergétique et la prise en compte de l’environnement (allant jusqu’à parler des abeilles).


Entre démagogues et personnes de bonne volonté

Il rappelle avec force le clivage à mon sens essentiel entre ceux qui pensent que tous nos maux proviennent de l’extérieur, de l’Union Européenne, de l’euro, des banques, de la finance internationale, de l’immigration etc. et ceux qui proposent d’améliorer ce qui ne convient pas chez nous. Car les premiers sont voués à l’immobilisme et occultent les insuffisances de la France.

Il ne veut pas que la règle d’or (qu’il a été le seul à défendre en 2007) soit pour satisfaire un traité, la Commission européenne ou le FMI, alors que cet équilibre budgétaire est bon avant tout pour nous et nos enfants. Cet effort doit être accompli uniquement pour le peuple français.

Refusant les sanctions automatiques contre les États, ce qui pourrait révolter les peuples européens, il assène : « L’Europe n’est pas faite pour excuser nos lâchetés. ».

Il apporte déjà une petite idée de sa politique budgétaire : en gros, pour lui, il faudra augmenter de 5% les contributions et réduire de 5% les dépenses de l’État. En ajoutant que finalement, c’est un effort qui ne devrait pas être insurmontable à condition de se restreindre à une règle de justice qu’il propose : « demander plus à ceux qui peuvent le plus et demander moins à ceux qui peuvent le moins ».


Le seul à garder intact l’idéal européen

Je suis fort heureux que François Bayrou en profite pour exprimer sa foi en la construction européenne, n’hésitant pas à aligner son idéal dans le sillage de Victor Hugo, Robert Schuman, Jean Monet, Pierre Pflimlin (mort il y a onze ans), Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Delors, Romano Prodi, Jean-Claude Juncker et Wolfgang Schäuble (l’actuel Ministre allemand des Finances).

yartiBayrouCandiC03

Il réaffirme l’importance du couple franco-allemand : « L’intimité entre la France et l’Allemagne est le cœur de la construction européenne. Elle doit le rester. » ; mais il regrette l’image déplorable d’un « directoire qui se met tous les jours en scène » et qui dicterait ses décisions à l’Union Européenne alors que l’Europe est avant tout un espace communautaire où chaque pays doit avoir la même dignité.

Sur les institutions européennes, François Bayrou est sans surprise très clair sur sa position défendant l’existence d’un seul Président de l’Europe élu par tous les citoyens européens et une plus grande prise en compte tant du Parlement Européen que des parlements nationaux. Il redonne aussi écho au principe de subsidiarité : « Il faut que l’Europe décide sur l’essentiel (…) et moins sur l’accessoire. ».


Un État impartial et uni

Reprenant un thème cher au candidat Raymond Barre en 1988, François Bayrou s’engage à ce qu’aucun groupe privé puisse avoir un avantage quelconque : « Je restaurerai sans faille l’impartialité de l’État. » et il s’engage à la cohésion nationale : « Je n’opposerai pas les Français les uns aux autres. Le pays n’avance solidement que s’il avance solidairement. Je ne diviserai pas ; je rassemblerai. ».

Il évoque sa volonté de changer le mode de scrutin pour permettre la représentation au Parlement de toutes les forces politiques (je regrette cependant cette proposition d’introduction de la proportionnelle).

Se félicitant du « génie » de la Ve République, François Bayrou parle à propos des institutions d’un « robuste fusil à deux coups » : l’élection présidentielle et les élections législatives qui seront l’occasion d’un profond renouvellement politique. Il exprime la « nécessité d’un esprit d’union nationale » qui rassemblera une « majorité du courage » composée de tous les réformistes de tous horizons.

Enfin, rompant avec l’inconsistance intellectuelle de bien des personnalités politiques, François Bayrou montre sa très grande ambition et sa foi en l’humain et suggère que la France soit un éclaireur du monde en formulant « un projet pour développer l’être humain » dans toutes ses dimensions (instruction, libertés, droits sociaux, santé, créativité, culture, etc.).

yartiBayrouCandiC04

Il le justifie ainsi, de manière très philosophique : « Nous ne sommes pas des organismes à produire et à consommer. Nous sommes destinés à nous élever au-dessus de nous-mêmes, pour comprendre le monde et pour le changer dans le but d’humaniser le monde et d’humaniser l’homme. Le monde ne se satisfait pas que les uns sont gavés (…) et que les autres n’ont même pas d’eau. Le monde ne se satisfait plus du matérialisme. Il exige qu’on prenne en charge la nécessité de tous et il espère qu’on lui montrera d’autres horizons pour l’être humain, pour sa liberté et pour sa conscience. ».


Cinq mois de campagne…

Candidat le plus expérimenté à l’élection présidentielle (pour une troisième édition), probablement avec Nicolas Sarkozy, le seul à l’avoir déjà été par rapport à ses actuels concurrents, François Bayrou incarne aujourd’hui un réel espoir de changement car il a toujours tenu un langage de vérité, il a toujours montré des valeurs fermes et claires, dans une cohérence intellectuelle incontestable, et il a toujours prôné la réconciliation nationale.

yartiBayrouCandiC05

Rassembleur, il l’est en refusant le jeu des petites phrases politiciennes, n’ayant critiqué aucun candidat, pas même son ancien lieutenant Hervé Morin, candidat déclaré le 27 novembre 2011, qui, lui, ne s’en prive pas.

Entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, il est assurément le seul autre candidat capable d’être élu à l’Élysée le 6 mai 2012. Voulant casser la fatalité bipolaire, il devra entre temps battre vigoureusement campagne et convaincre les citoyens français qu’il est temps de bâtir un État impartial basé sur la production industrielle, l’instruction, le renforcement de la démocratie et la mise en place d’un nouvel idéal commun autour de l’humain.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (7 décembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le rassembleur de Giens.
L’homme honnête.
L’homme libre.
L’homme qui mûrit.
Produire.
Le potentiel Bayrou.
La famille centriste.
La proportionnelle.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 8 décembre 2011 10:04

    Y’a qu’la foi qui sauve !... smiley


    • Nicolepoto 8 décembre 2011 10:07

      Bravo et merci d’avoir pris le temps d’écrire tout ça, je suis bien d’accord avec cet article mais les critiques sur Bayrou sont tellement basses, rapide et faciles que c’est parfois déprimant...

      Mais je commence à me dire que si la seule chose qu’ils ont a répliqué c’est qu’il est « neu-neu » et qu’il change d’avis comme de chemises (2 choses qu’il n’est pas du tout !) et bien c’est qu’ils n’ont rien à dire et qu’il va donc continuer de grimper dans les sondages.
      Bref, merci pour le coup de pouce au moral smiley

      • TSS 8 décembre 2011 10:17

        On a pu constater son envergure et son courage quand il fut ministre de l’education

        un poteau telegraphique aurait été aussi performant... !!


        • Voltaire Voltaire 8 décembre 2011 10:34

           @l’auteur : je ne partage que partiellement votre analyse.

          Sur la forme du discours tout d’abord. Certes, je n’ai vu cette déclaration que sur internet. Mais l’impression donnée était plutôt grave, volontariste, parfois émouvante, mais finalement assez sobre. A cet égard, je ne l’ai pas trouvée ’gaullienne" , mais finalement très typique de Bayrou, avec une sincérité indiscutable qui émane du fait qu’il écrive lui-même ses discours (petite remarque technique, je suis surpris qu’il utilise encore des feuilles plutôt qu’un prompteur pour ce type d’évènement...mais le fait d’avoir écrit son discours lui permet heureusement de lever les yeux).

          Le début a été un peu hésitant sur la situation actuelle ; puis il est rentré dans son sujet et a été excellent à mon avis.

          Sur le fond, inutile de commenter en détail ici, mais j’ai noté plusieurs éléments intéressants :

          - une préoccupation environnementale, nouvelle pour lui, clairement exprimée, avec cette proposition de grand débat sur la transition énergétique notamment ; il a clairement fait du chemin sur ce sujet, notamment depuis Fukushima, il sera intéressant de suivre ses propositions concrètes.

          - une véritable solidité sur le plan économique ; il est évident que là aussi il y a eu un travail en profondeur fait depuis 2007. J’ai regretté par contre qu’à propos de la production française et du déficit commercial, il n’ai pas plus abordé le problème de la compétitivité de nos entreprises, notamment PME, à l’export. C’est un sujet sur lequel il faudra avancer des propositions.

          - une empathie retrouvée envers ceux qui souffrent, des abandonnés du système. C’est un élément très important de l’idéologie centriste, que Bayrou porte tout particulièrement, il était important qu’il passe ce message, avec une émotion non feinte.

          Les sujets sur l’Europe, l’impartialité de l’Etat ou l’éducation étaient bien traités mais plus classiques. Et la conclusion plus philosophique était certainement très forte mais n’aura guère touché les journalistes présents, même si, pour son électorat de base, ce message est important.

          La campagne qui s’annonce pour Bayrou sera de nouveau ardue. Il est plutôt mieux entouré qu’en 2007 en termes de compétences, et dispose d’un véritable espace politique, mais de peu de relais médiatiques. Arriver à dépasser les 15% en mars, et donc commencer à espérer un second tour, demeure toujours un véritable défi. Mais Bayrou secoue le microcosme politique et propose une alternative intéressante aux partis dominants. En ce temps de crise, c’est une voie à creuser...


          • Pie 3,14 8 décembre 2011 10:39

            L’auteur de cet article drague Bayrou d’une manière qui relève du racolage actif.

            Tout est dit dans le titre, il s’agit de rallier Bayrou à « la majorité du courage » ( le nouveau nom autoproclamé de l’UMP).

            Sarkozy sait qu’il aura besoin des voix du centre s’il veut emporter le second tour. Il sait que Morin fera un score minable et Bayrou sans doute un score honorable.
            Récupérer ses voix contre, par exemple la promesse d’un poste de premier ministre est envisageable. Ce ne serait pas la première fois que la droite et le centre gouverneraient ensemble dans un relatif équilibre.

            Finies les critiques acerbes contre Bayrou. Désormais pour l’UMP, Bayrou est un saint homme, que dis-je, un visionnaire, un phare de l’humanité... et accessoirement un moyen d’éviter la déroute.


            • sisyphe sisyphe 8 décembre 2011 14:15

              Entièrement d’accord avec Pie 3,14 


              A ce propos, une loi n’est-elle pas en train d’être votée contre ; non seulement le racolage actif, mais également les clients ? 

              Allez, tout ce petit monde au bloc ! 

            • ZEN ZEN 8 décembre 2011 11:20

              Pie

              Vos parole impies et iconoclastes ...ont tout de même du vrai smiley


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 8 décembre 2011 11:40

                Bayrou part plus haut dans les sondages qu’en 2007 où il était passé pas loin du second tour.
                Moi je pense qu’il a de réelles chances de gagner, il brasse les indécis et ils sont de plus en plus nombreux.

                Sur les sondages internet c’est le pen et mélenchon qui ont la cote en général.
                Vous pouvez voter chaque semaine :

                http://resultatselections-2012.over-blog.fr/

                http://2012.cmonvote.com/


                • Nanar M Nanar M 8 décembre 2011 13:10

                  Ya des candidatures irrésistiblement comiques.
                  L’autre jour c’était la boutin, vla maintenant le bayrou, c’est du même tonneau.


                  • bernard29 bernard29 8 décembre 2011 13:25

                    Enfin, ça y est !! c’est « le jour de gloire » pour Sylvain.

                    on a failli attendre !!!


                    • wesson wesson 8 décembre 2011 14:26

                      bonjour l’auteur,
                      rien que au titre on se doute que ça va être du racolage, et au bout de quelques lignes, on en est convaincu, et c’est du lourd, de l’actif !

                      Bon ben cet article confirme bien celui d’hier qui décrivait l’hypothèse d’une union sacrée de Bayrou à Le Pen.

                      Au passage, les articles ou l’auteur s’amusait à déféquer sur la tête du (pauvre) Bayrou n’en sont que plus pétillants maintenant qu’on lui fait la cours !


                      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 décembre 2011 17:59

                        Salut Wesson.

                        Sarko est tellement aux fraises dans les sondages qu’il semble prêt à draguer tout ce qui bouge. S’il continue à s’enfoncer dans les études d’opinion il va peut-être même bientôt se rapprocher de Hollande.

                         smiley


                      • airlane 8 décembre 2011 15:46

                        Le terme de « majorité du courage » a été employé par Bayrou bien avant que l’UMP ne s’en empare tout autant que Hollande au PS qui s’emploie maintenant à la réindustrialisation de la France...


                        • Pyrathome Pyrathome 8 décembre 2011 18:01

                          L’auteur ne doit plus avoir de langue, la lèche, à force ça use.....
                          Lamentable !! .....demain, il lèche la foufoune à Marine... smiley...

                          Mais de toute façon, « si on perd le AAA, je suis mort.... », ce n’est pas la France ni les Français ( il en a strictement rien à foutre, mais lui.......)
                          Paix à son âme.... smiley et surtout bon débarras, la justice ne demande que ça, lui demander des comptes........


                          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 décembre 2011 23:44

                            Oui on peut considérer que l’affreux Sarkozy est déjà mort. Il n’y a plus que Rakosarko pour mener un combat d’arrière garde. Même si les études d’opinion sont à prendre avec des pincettes elles traduisent des mouvements de fond. Les deux tiers des Français veulent chasser Joe Dalton de l’Elysée et 81% d’entre eux affirment que leur choix est définitif. En prenant en compte les derniers sondages (60% conte 40% en faveur de Hollande) Sarko devrait faire basculer le coeur de dix millions d’électeurs (pas moins) en quatre mois alors que sa cote de popularité s’effrite encore.

                            Il est mort. Tant mieux et bon débarras.


                          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 décembre 2011 23:47

                            Correction : Sarko devrait faire basculer le coeur de dix millions d’électeurs (pas moins) en quatre mois pour égaler Hollande alors que sa cote de popularité s’effrite encore.


                          • bdoume bdoume 8 décembre 2011 19:25

                            Au risque de me repéter, la candidature de ce monsieur est un non évenement.


                            • Dzan 8 décembre 2011 21:07

                              Mr Rotoariston
                              vous devriez lire ce que le journal New Yorker pense de Sarkozy « l’Américain »

                              http://www.lepost.fr/article/2011/12/08/2656072_nicolas-sarkozy-a-would-be-napoleon-selon-le-journal-americain-the-new-yorker.html

                              Ca vous fera un prochain article, avec boite à cirage.


                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 décembre 2011 23:50

                                Si Rakosarko lit ça, il va se brûler les yeux.

                                 smiley


                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 décembre 2011 23:58

                                Un peu plus de détail ici, lien :

                                Dans un article de 15 pages publié dans sa dernière édition, le magazine new yorkais ne fait guère de cadeau au président français. « Au début, il était le plus populaire des Présidents français depuis l’établissement de la cinquième république », écrit le journaliste Philip Gourevitch, qui est le correspondant du New Yorker à Paris, « aujourd’hui, il est le plus impopulaire ».

                                Et Gourevitch de souligner que Sarkozy est « souvent décrit comme celui qui aurait aimé être Napoléon » et que les Français le considèrent à la fois comme « une tragédie et une farce ».

                                Durant quinze pages, il liste méthodiquement toutes les raisons de l’impopularité du président, de la soirée du Fouquet’s en passant par le yacht de Bolloré ou encore la réception de Kadhafi à Paris en 2007, qualifiée « d’humiliation » par un officiel français. Il s’attarde aussi longuement sur l’affaire de Karachi et des ventes de sous marins au Pakistan en assurant que ce fut un nouveau coup pour l’image du locataire de l’Elysée.

                                « Nicolas Sarkozy n’aime pas le vin. Il n’aime pas les fromages qui sentent fort. Il aime le Coca et les cigares », commence l’article. 

                                « La ferveur avec laquelle on le rejette ne peut être comprise qu’à l’aune de son attrait originel, comme une mesure de la désillusion ».

                                Etc, etc, etc...


                              • Taverne Taverne 8 décembre 2011 23:44

                                Tout est exact dans cet article mais je trouve l’auteur toujours aussi naïf - ou constant, c’est comme on voudra - dans sa manière de présenter les choses d’une façon si peu appropriée à l’esprit Agoravox. Mais bon, c’est un style. smiley


                                • emphyrio 9 décembre 2011 07:54

                                  L’UMP sent le désastre approcher. Personne n’est dupe et Bayrou le premier qui ne répondra pas à ses clins d’oeil putassiers. On pourra toujours lui reprocher de croire en une chimère, l’Europe, mais pas sa constance.
                                  Allez Bayrou, promeus une loi pour la prise en compte du vote blanc et on croira à ton discours sur la nécessité de mettre fin à l’arnaque UMPS.


                                  • Yurf_coco Yurf_coco 9 décembre 2011 12:22

                                    Bonjour :


                                    Bon déjà, juste la dessus : 
                                    « Rassembleur, il l’est en refusant le jeu des petites phrases politiciennes »
                                    -> Avez vous déjà oublier ses allusions à Cohn-Bendit sur ces soit disant lien avec l’Élysée ? N’est ce pas de la manœuvre sournoise et politicienne ?

                                    Ensuite il y a un truc que je ne comprends pas avec les adorateurs de Bayrou... Tout le monde dis qu’on a à marre de la droite, et marre de la gauche... 
                                    Alors que si on regarde dans l’histoire, Bayrou ne propose rien de neuf, il prends des idées à droite et a gauche.... Rappelons nous un petit peu de ses trahisons envers la droite (pour la gauche) et inversement ! Il faut voir, il y a quelques années, certaines loi de droite qu’il a voté, pour conservé son siège !!

                                    Alors je vois pas exactement ou est le changement... On dit que la droite fait de la gauche, la gauche de la droite... et le centre fais de la droite-gauche...

                                    Personnellement il faudra qu’on m’explique en quoi c’est une « révolution ». Il se dit anti-système.... Mais c’est un hybrid du système !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès