Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou de secours

Bayrou de secours

Que révèle dans cette campagne l’omni-présence télévisuelle des visions politiques d’un homme du siècle passé ? Que le pouvoir est en place, et que les médias sont là, comme autant de coussins d’amortissements aux chocs des sociétés. M. Bayrou en est sûrement un de ses plus épais air-bags.

Au lendemain des deux heures trente de l’émission de France 2, “Des Paroles et des actes” avec François Bayrou on se dit que de toute évidence -à voir son artificiel crédit de 14% d’intention de vote sans faire d’efforts, Bayrou est l'auxiliaire éligible des consortiums privés de fabrication de l'opinion, qu’on appelle tantôt Instituts de sondage, tantôt Agences de notations.

Soi-disant opposé à Manuel Valls au milieu d’une émission pleine de bons sentiments, tellement que mon écran en dégoulinait, François Bayrou eut bien du mal à masquer la girouette perpétuelle qu’il est depuis trente ans de présence à droite. De son coté, son adversaire d’un soir, ami de toujours, le dit socialiste eut peine à faire avouer à Bayrou (pourquoi d'ailleurs) qu’il est un homme de cette “Seconde Gauche” chère à Michel Rocard, cette gauche européiste béate, cette social-démocratie qui fit tant de mal en Allemagne, en Italie ; et en Amérique du Sud à toute la gauche socialiste qu’elle a absorbée et disqualifiée en trompant les électeurs sur ses objectifs. Jusqu’à se faire renverser.

Face à un opposant politique réel, François Bayrou aurait eu sans doute plus de difficultés face à son bilan droitier. Mais les chiens de garde du temple néo-libéral étaient là pour ne pas l’exposer trop durement, lui qui fait d’emblée partie du carré de tête qu’on présente au JT, tantôt léche-cul, tantôt faux-cul, garant de l’alternance euro-libérale qu’elle soit de droite ou dite de gauche. Mais nous allons nous en charger.

D’abord, le Giscard des temps modernes a le don de s’attribuer les mérites de projets qui sont déjà dans les tuyaux ou mieux, déjà en place. 

Par exemple, le sieur Bayrou se fait fort d’imposer la règle d’Or. Il est parfaitement dans la ligne autoritaire de l’austérité décidée à Bruxelles pour rassurer les marchés financiers puisque ce serait le seul horizon possible... Mais c’est pour ne pas choquer ses ouailles qu’il omet de dire que cette règle d’or budgétaire vient d’être adoptée, de fait, par le Mécanisme Européen de Stabilité et au Traité sur la Gouvernance passés sous silence et adoptés dernièrement par les deux Chambres, grâce -il est vrai- à l’abstention massive du Parti dit socialiste sur ce vote. 

Contempteur de l’Europe assommante d’aujourd’hui, les coups d’état supra-nationaux de Bruxelles ne dérangent guère M. Bayrou. 

Il avait appelé à voter OUI en 2005, et c’est aujourd’hui un digne représentant de la petite bourgeoisie satisfaite qui se presse à ses petits meetings. Cohérent, il l’a montré lors cette émission d’un ennui mortifère, les transferts de souveraineté dans sa novlangue pudibonde voire bon-dieu-sarde, sont rebaptisés “des gains de cohérence”. Puis, dans une sortie qui ose le gros mot : “Le clivage Droite/Gauche est une stupidité”, alors que nous devrions tous plutôt redouter l’abstention, due au sentiment de l’absence de clivage politique clair, abstentions massives que ce flou politique là a provoqué dans toute l’Europe. Mais dans sa bouche c'est plus simple, la ligne de démarcation qui le sépare du P.S majoritaire est une stupidité, nous en serons d'accord.

Le faux-cul de la droite française, c’est magnifiquement Bayrou, avec un seul sésame aux lèvres : la modernité. Pitoyable.

S’intronisant apôtre moderne d’un gouvernement européen, et bien sûr zélote de la discipline budgétaire il sort son martinet : “Quand les citoyens connaîtront leurs dirigeants, ils pourront mieux s’en plaindre”. On ne peut que lui donner raison : ils mettront enfin un visage sur celui qui donne le fouet !

Et donc, il va comme un costume neuf à cet homme de regretter la disparition des services d’urgence ruraux, quand celui-ci avait voté pour la privatisation de La Poste en 2005, pour les directives européennes sur le Gaz et l’électricité, pour la Révision Générale des Politiques Publiques... Toute cette casse de services que ces gens là détestent lorsqu’ils sont garantis d’une continuité par la puissance publique, mais dont ils plaignent la détérioration une fois que les investisseurs compriment le personnel ou précarisent le travail. Alors humaniste oui, version fiasco. 

Le candidat ni de gauche-ni de gauche se présente comme un "humaniste". En effet, mais avec son masque de la version “fascio”, il a plaidé pour la baisse de l’ISF, a voté les lois de mars 2003, loi anti-mendicité, délit de racolage des Hortefeux et Sarko qu’il défie tant et tant et qui, en grand démocrate a voté les lois contre les “rassemblements menaçants” (menaçants pour qui ?) . 

En 2005, il jurait qu’un “changement de République ne peut se faire que par la guerre”. Aujourd’hui il découvre les vertus qu’aurait une VI° République, qui découlerait d’un processus démocratique... Alors, humaniste version fascio.

C’est selon le vent, en effet.

Voilà comme se présente le soi-disant humaniste bon teint : brave bourgeois Balzacien de nos vertes vallées, candidat des notaires et des huissiers, qui du fond de son terroir appelle à la mémoire de Delors et Rocard, pour tenter de nous persuader que ceux qui se sont lourdement trompés hier sur les visées néo-libérales de la construction européenne seraient modernes demain. Le brave bourgeois affiche les premiers signes inquiétants de sénescence politique  ; on en vient à espérer pour lui que ce soit moins grave : de l’opportunisme... 

Aujourd'hui, c'est la Gauche Socialiste et Ecologique qui est un Humanisme, et j'appelle tous les citoyens de bonne volonté à se pencher sur le programme écologique de Jean-Luc Mélenchon, si mal relayé dans les médias.

Mais M. Bayrou devrait savoir puisqu’il semble si intelligent que plus personne n’a besoin son courant de pensée, totalement discrédité par le cataclysme financier de 2008. Depuis, les pouvoirs socio-démocrates accompagnent les dérives, constatent les dégâts au travail du néo-libéralisme, toujours immoralisable.

Leurs voix sont douces et leurs politiques sont dures. Comme Bayrou, qui tient Mario Monti en grande estime (!) ils sont inaudibles sur les remises en cause nécessaires pour s’en affranchir. En grand analyste économique, il pense sérieusement que “les Allemands ont dérégulé le travail, pour s’aligner sur les salaires français” qui étaient plus bas. On croit rêver à entendre le meilleur déni de libéralisme allemand qui fut prononcé. Ce Don Quichotte se dit en guerre contre des moulins qu’il ne combat jamais.

De plus, le centrisme est aujourd’hui tellement bien incarné par François Hollande et ses piliers socio-démocrates (Valls, Moscovici) et par les dissidents aux Sarkozysme comme De Villepin et Borloo à droite, que le Centrisme devient mécaniquement inutile.

Une inutilité aveuglante, portée au pinacle dans les sondages et servie à tous les J.T, prenant du temps d’antenne aux candidats de la gauche, dans un contexte de gravité de la situation internationale où les velléités d'Israël sur l'Iran risquent d'occuper la scène dramatiquement, que passer le temps à parler des volte-face de François Bayrou ferait presque pleurer de honte sur la qualité , ou la liberté, du journalisme politique français.


Moyenne des avis sur cet article :  2.79/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

155 réactions à cet article    


  • LINCOLN 10 mars 2012 09:01

    C’est une farce cet article ? Les médias sont pour Sarko et Hollande, la division et l’illusion.

    Mélenchon est un râleur et un bon petit soldat de François Hollande (à condition qu’il ne grimpe pas trop haut dans les sondages)

    • kali 10 mars 2012 10:29

      @Lincoln, Bonjour
      Pour vous donc, les français qui ne sont pas dans les 12 à 15 % qui ambitionnent de voir Bayrou au second tour sont des petits -voire grands- farceurs smiley
      Cet article dit des choses sensées, avec lesquelles on peut être ou pas d’accord. Certes et Point. Permettez- moi SVP msieur cette opinion différente de la votre.
      Suite aux derniers articles sur Bayrou, je découvre sur AGORAVOX une tendance étrange : L’extrémisme pro-Bayrou. Attention pas touche !!
      Sauf que vous oubliez que votre candidat ne recueille dans l’opinion publique - qui dépasse le cadre AV fort heureusement- qu’un« entre 12 et 15%. »
      Donc si vous voulez aider votre candidat cessez de mépriser les citoyens qui ne sont pas - encore- convaincus par Bayrou.
      Bonne journée


    • musashi 10 mars 2012 13:53

      @kali
      quand on fait de l’extrémisme anti-Bayrou faut pas s’étonner ensuite d’avoir des réactions pro Bayrou... smiley

       


    • tesla_droid84 10 mars 2012 16:04

      Oui mais Bayrou est soutenu pour le puissant « partis democrate européen » qui fait parti de Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE).  En gros ya pas plus Européiste et libéral comme parti. Si cette mouvante n’a pas beaucoup de relais dans les média Français qui comme le dit Lincoln sont vérouillés UMPS, ils sont pas mal représentés sur internet.


    • Agerate Agerate 10 mars 2012 20:29

      @Kali : j’ai le plus profond respect pour tout ceux qui se reconnaissent pas dans Bayrou.

      Je respecte tous les démocrates et tous les humanistes.

      En revanche, j’ai le plus profond mépris pour ceux qui utilisent l’invective. C’est le cas de Sarkozy. C’est le cas de l’auteur de l’article. C’est le cas de beaucoup des commentateurs ici présents.

      Le débat démocratique c’est le respect de l’autre. Le contraire c’est tout ce qu’on veut, du terrorisme intellectuel, mais ce n’est pas de la démocratie. Et en tant que démocrate, je me battrai toujours contre ces gens, quelques soient les « bonnes intentions » dans lesquels ils enrobent leur sectarisme.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 10 mars 2012 23:07

      De toute façon personne n’a regardé la prestation soporifique de Bayrou. L’émission a connu l’un de ses plus faibles score depuis sa création : « François Bayrou fait chuter la moyenne de Des Paroles et des actes ».

      Et c’est assez logique. Même si le personnage de « Bayrou » apparaît aussi penaud et inoffensif qu’un « Casimir », il peut difficilement enthousiasmer et convaincre les Français en continuant à faire la promotion de l’Europe technocratique et de la règle d’or néolibérale.

      Avec le Gloubiboulga à la sauce Papandréou qui lui sert de programme, Bayrou donne la fâcheuse impression de travailler au service du remboursement de la dette aux banksters. Si par malheur ce bougre était élu il payerait la rançon rubis sur l’ongle et nous ferait les poches comme à de vulgaires grecs.


    • kali 11 mars 2012 00:12

      @Musahi
      l’’Extrémisme pro Bayrou constaté ici est bien antérieur à mon supposé « extrémisme » anti-bayrou qui n’existe que dans votre imagination. Sur près de 30 articles écrits sur Av, un seul a évoque le nom de bayrou, et il a été écrit hier...Alors si vous y voyez de l’extrémisme, je ne peux rien faire pour vous.
      Je constate cependant que certains pro Bayrou sont réellement à fleur de peau comme vous. Est-ce le fait d’être minoritaires dans l’opinion, qui les rend si désireux de convaincre ? Mais je doute que cela soit la bonne façon. Le seul fait de considérer qu’un article qui analyse un débat en défaveur de Bayrou est extrémiste est en soi une réaction démesurée. Et vous l’avez eue. Qu’auriez-vous dit si je m’étais fait une spécialité de combattre les idées de Bayrou ? Je pense qu’il ya des progrès à faire en matière de reflexe démocratique. Admettre la contradiction. Pas de confusion possible avec l’attitude de pro Bayrou qui sont arrivés avec des « quel art icle de merde » etc.. Pas de quoi convaincre les indécis.


    • musashi 11 mars 2012 13:29

      @kali

      Quand je parle d’extrémiste anti-bayrou je parle de cet article et de certains commentaires pas de votre sujet qui était certes partisan mais pas du tout extrémiste au contraire.

    • musashi 11 mars 2012 13:43

      @kali

      Je ne suis pas à fleur de peau, simplement conscient de la situation critique de la France et notamment de ses finances. Ce qui ne semble pas être le cas de certaines personnes ici.
      Je suis surtout atterré de voir tous ces candidats que ne parlent pas de réduction des dépenses publiques...


    • speeder speeder 10 mars 2012 09:06

      c’est quoi cet article de m..de !


      • Tall 10 mars 2012 09:33

        Bayrou, c’est un sarkomou avec langage de curé et pot de vaseline.


        • Agerate Agerate 10 mars 2012 09:42

          Tiens, le gamin est réveillé.


        • Tall 10 mars 2012 09:58

          la démocratie permettant aux bayroutolâtres de se masturber le neurone tous les 5 ans pendant 2 mois, vous auriez tort de vous en priver


        • Agerate Agerate 10 mars 2012 10:04

          Soit.

          Je te laisse dans ton bac à sable.


        • musashi 10 mars 2012 13:50

          Ça vole haut..


        • Agerate Agerate 10 mars 2012 09:37

          N’importe quoi cet article. De la première à la dernière lettre.


          • kali 10 mars 2012 10:33

            @Agerate
            Bravo pour la tactique de débat et l’amour de la démocratie smiley 
             


          • supermanu72 10 mars 2012 16:42

            Je ne dirais pas que c’est n’importe quoi mais on voit que l’auteur n’aime pas Bayrou un peu trop lisiblement !


          • Agerate Agerate 10 mars 2012 19:01

            @Kali : Je suis pour la démocratie et pour le débat d’idée, et probablement de façon plus absolue que la plupart des commentateurs ici présents.

            Mais justement, la démocratie et le débat d’idée ce ne sont pas l’insulte et le mensonge, qui constituent la quasi totalité de l’article.

            (et accessoirement, la quasi totalité des commentaires qui suivent)

            La démocratie s’appuie s’appuie sur la responsabilité et la maturité des citoyens. Deux caractéristiques que je ne vois pas dans cet article, ni chez les commentateurs ici présents.

            Ceci dit, si quelqu’un veux débattre vraiment du fond avec moi, de façon mature et respectueuse, j’en serais le premier ravis.


          • Agerate Agerate 10 mars 2012 20:09

            Être humaniste c’est respecter les hommes avant toute choses. Avant l’idéologie.

            Par exemple je dis que Mélenchon, individuellement est quelqu’un de très bien, très cultivé, et honnête dans sa démarche.
            Pourtant, je ne suis pas du tout d’accord avec ses idées.

            L’auteur de l’article (et la plupart des commentateurs) pense qu’il faut humilier les hommes, invectiver, lancer des anathèmes. Qu’il faut « détruire » les « ennemis » de leur cause.

            Qu’ils s’abstiennent d’utiliser les mots « démocratie » et « humanisme ». Ce sont des valeurs nobles dont ils ne saisissent même pas la portée.


          • epicure 10 mars 2012 20:23

            Pourtant Bayrou dit bien dans son programme qu’il va instaurer la règle d’or.
            Donc il va faire la politique de soumission à l’oligarchie financière qui fait payer la crise, générée par elle même, aux peuples.
            Donc ton message est un mensonge, puisque apparemment tu ne connait pas le programme de bayrou.
            Bayrou est entre le PS et l’UMP, donc ce qu’il propose ne peut peut se situer qu’entre ce que propose le PS ou l’UMP, il n’y a rien à attendre de sa part pour remmetre en cause la dictature financière européenne, et pour le regain de souveraineté de la france, puisqu’il a voté tous les traités qui l’en dépossède.


          • Agerate Agerate 10 mars 2012 20:47

            Pourtant Bayrou dit bien dans son programme qu’il va instaurer la règle d’or.

            Ce que souhaite plus de la moitié des français. C’est ça qui en fait un suppôt de Satan ?

            Donc il va faire la politique de soumission à l’oligarchie financière qui fait payer la crise, générée par elle même, aux peuples.

            Vous avez le droit de le penser. Je suis absolument convaincu du contraire : c’est en devenant rigoureux qu’on pourra se libérer de la tutelle des marchés.

            Suis-je un salaud ?

            Donc ton message est un mensonge, puisque apparemment tu ne connait pas le programme de bayrou.

            Je connais mieux le programme de Bayrou qu’aucun des commentateurs ici présents.

            Bayrou est entre le PS et l’UMP, donc ce qu’il propose ne peut peut se situer qu’entre ce que propose le PS ou l’UMP, il n’y a rien à attendre de sa part pour remmetre en cause la dictature financière européenne, et pour le regain de souveraineté de la france, puisqu’il a voté tous les traités qui l’en dépossède.

            Il n’est pas entre, il est différent du PS et de l’UMP. Il est le seul à avoir analysé la mainmise des puissances financière à travers le monopole à deux du PS et de l’UMP. Et il est le seul à vouloir faire sauter ce monopole.

            Sérieusement, c’est ça qui fait de lui un « néo-libéral » ?

            Vous connaissez le sens des mots ?


          • musashi 10 mars 2012 21:46

            @Agerate merci à vous de relever un peu le niveau du débat car certains commentaires sont affligeants...


          • epicure 11 mars 2012 02:21

            la règle d’or c’est la pire chose à imposer à un pays en temps de crise, cela interdit tout gros investissement pour redresser le pays dans l’avenir.

            Si les ménages avaient la même règle, l’économie se serait depuis longtemps effondrée, si on compte les prêts dans la comptabilité, puisque il y a beaucoup de choses que les gens ne pourraient pas acheter, comme la maison ou la voiture etc.... (je ne parle pas du 1% des plus riches, mais du français moyen qui gagne sa vie avec un salaire moyen)
            Enfin c’est une règle dogmatique, qui ne tient pas compte d’autres logique qu’une logique comptable, donc qui ne tient pas compte des êtres humains et des besoins de la nation.

            Déjà pour faire baisser la dette, il suffit de revoir les conditions de prêts, remettre les prêts dans le giron des banques centrales à des faibles taux, ce serait de l’argent économisé sur le budget de l’état.
            Quelle serait la dette de la France si les taux d’intérêts étaient nuls ou très bas ? beaucoup plus bas qu’actuellement, et donc on ne parlerait pas du problème de al dette surement.

            Donc la règle d’or est un faux problème.


          • musashi 11 mars 2012 13:46

            La règle d’or c’est à dire pour résumer le fait ne pas dépenser plus que ce que l’on gagne serait se soumettre à l’oligarchie financière... ? Pour moi ça serait simplement de la bonne gestion et du bon sens


          • esprit-critique esprit-critique 10 mars 2012 10:18

            Bravo pour le titre qui m’a fait sourire.
            Bravo aussi de rappeler que Bayrou est européiste et qu’il a fait quelques mauvais choix qu’il conviendrait d’assumer aujourd’hui : soutien au Traité Constitutionnel Européen, diverses loi de libéralisation, ...

            Dès lors, la posture de Bayrou est difficilement tenable, l’Europe tant choyée par Bayrou étant bien identifiée comme responsable de pas mal de nos problèmes puisqu’elle ne protège pas contre la mondialisation, a des frontières passoires et une monnaie inadaptée.

            En revanche, vous placez Bayrou à droite, ce qui est tout à fait contestable car sur plusieurs points il rejoint les socialistes :
            - favorable à la loi SRU,
            - favorable à l’immigration
            - favorable à l’adoption par des homosexuels
            - tranches d’impots supplémentaires

            Sur tous ces points et sur bien d’autres Bayrou est conforme au « politiquement correct » de gauche. 
             


            • Imhotep Imhotep 10 mars 2012 15:38

              L’Europe permet d’imposer une taxe carbone pour tous les avions atterrissant sur son territoire ce que jamais aucun pays isolé n’aurait pu faire. L’Europe permet aux étudiants grâce à Erasmus de faire autre chose que se nationaliser le cerveau comme le vôtre. L’Europe a permis à des pays sous le joug du communisme, de la prison, de la délation, de la torture, du délit d’opinions d’être libérés, de ces pays où vos rêves voudraient nous ramener.


              L’esprit critique ce n’est pas raconter n’importe quoi et se croire un super cacou de la désintox et de ce qui est soi-disant non politiquement correct. C’est se prendre pour super souris qui attaque les gros chats très méchants. En fait c’est se mettre un costume mité de héros de bande dessinée aussi imbu que la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. C’est surtout décréter une partition d’un pays selon une vue dépassée et ensuite de classer de façon arbitraire les personnes en fonction de cette vue qui n’a plus aucun fondement ni politique, ni scientifique mais qui se résume à j’ai raison et tu as tort.

            • frugeky 10 mars 2012 15:51

              @ esprit-critique

              « vous placez Bayrou à droite, ce qui est tout à fait contestable car sur plusieurs points il rejoint les socialistes »
              Parce que les socialistes sont de gauche pour vous ?
              Non, ils sont de droite, comme Bayrou.
              Pour voter à gauche il y a le NPA, LO, et le FdG. Je n’en vois pas d’autres.

            • lulupipistrelle 10 mars 2012 15:55

              Les autres candidats éligibles aussi ont été et sont européistes....sauf Le Pen.

              Si vous croyez que les effets de manche de Flamby qui promet une renégociation convainque les anti-traité constitutionel, vous vous gourez....


            • mortelune mortelune 10 mars 2012 16:03

              @ lulu..

              « sauf marine lepen » 
              Ah bon, MLP n’est pas député européenne ????

            • tesla_droid84 10 mars 2012 16:12

              @mortelune

              C’est pour ça que je suis pour Francois Asselineau qui est vraiment un anti Européiste de la trampe de Nigel Farage (aller le voir sur youtube pour comprendre qu’il est seul a nous défendre au parlement !!!).

              C’est vrai que j’apellerai plus a voter FN pour des raisons de stratégie car je pense qu’elle seule est anti systeme, mais de ne pas la voir plus foutre le bordel au parlement ça me laisse un doute. C’est comme dupont aignan, qui a été faire juste une virée chez les « young leader » mais quand le vois se faire pieger par le faux cantona, il fait sincère anti-européiste


            • Laulau Laulau 10 mars 2012 18:48

              La gauche, ça n’est pas le « politiquement correct », vous confondez gauche et bobo.


            • Agerate Agerate 10 mars 2012 19:04

              Ca ne vous fatigue pas, au bout d’un moment, sur tous les sujets, d’avoir pour unique point de vue « C’est de droite », ou « C’est de gauche » ?

              N’est-ce pas un peu le niveau zéro du débat d’idée ?


            • epicure 10 mars 2012 21:56

              @Par Agerate (xxx.xxx.xxx.221) 10 mars 19:04

              oui tu as en partie raison. En partie ...

              parce que dans un certain sens esprit-critique n’a pas tout à fait tord, non plus. Mais pas tout à fait raison, aussi.

              Bayrou, théoriquement se veut l’héritier de l’humanisme libéral des lumières.
              Si le libéralisme économique place à droite, le libéralisme sociétal est plus compatible avec la gauche qu’avec la droite, et est rebuté par les positions tendant vers l’extrême droite (xénophobie, intégrisme religieux etc...).
              C’est ce qui fait qu’au final les mouvements politiques qui se veulent proche ou héritiers du libéralisme se situent vers le centre.
              En mettant l’accent sur le libéralisme économique, ils se situent au centre droit, en mettant l’accent sur le sociétal, il se situent au centre gauche.

              Et comme les socialistes ne sont plus vraiment au centre de la gauche, mais au mieux au centre gauche, si ce n’est au centre droit selon les points de vu, il y a donc des passerelles possibles, des points de vu communs entre les socialistes et bayrou, plus qu’avec l’UMP qui joue la carte de la droite décomplexée.

              Alors donc les points de vu communs sur certains sujets pourront être considéré comme de gauche ( s’ils reposent sur l’universalisme ), ou libéraux ( s’ils reposent plus sur le laxisme ), mais pas de droite.
              D’un autre côté au niveau purement économique ils peuvent se retrouver sur des points de vu considérés comme de droite par la vrai gauche (la non centriste).

              L’opposition gauche/droite est totalement effective quand il y a en jeu une opposition entre une vision individualiste universaliste et une vision autoritaire particulariste ( extrême droite, conservateurs ). C’est sur cet axe que s’est déroulé tous les grands clivages politiques historiques qui ont scindé la France en deux : républicains contre monarchistes, laïcité contre cléricalisme, dans une certaine mesure Dreyfusards contre antidreyfusards, etc...
              C’est l’opposition entre les deux frances.

              Par contre du point de vu libéral, l’opposition politique repose sur un antagonisme entre l’individualisme particulariste, le point de vu libéral , contre l’autoritarisme universaliste ( URSS, chine etc... ), qu’ils assimilent à la gauche, et même l’extrême droite parfois. Au niveau international c’était la guerre froide, l’amérique libérale contre l’URSS totalitaire, mais cet axe est peut efficient dans la culture française, où ces deux courants sont marginaux. Le libéralisme français étant influencé par l’universalisme français, pour les tendances centristes, ou alors par le conservatisme pour les tendances droitières.
              Le libéralisme « pur et dur » se trouve chez les anglo-saxons, c’est ron paul dans les primaires américaines qui en est le meilleur représentant..
              Quand au courant politique autoritaire universalsite, il fait parti des cultures russes ou est asiatiques, et n’a percé en occident que par le prestige de la révolution de 1917. Avec la chute du mur de Berlin, la dérive capitaliste chinoise, ces pays ne représentent plus un contre modèle au capitalisme, et du coup sauf certains groupuscules nostalgiques, plus personne en occident ne se réclame de ces idéologies.

              Maislà où esprit-critique se trompe, c’est sur le politiquement correct, qui n’est pas de gauche, mais bien du domaine de la pensée libérale, individualiste particulariste, reposant sur la tolérance individualiste et le laxisme et le différentialisme particulariste.
              la vrai position de gauche étant universaliste, traite toutes les minorités comme la majorité.
              Donc al vrai position de gauche, c’est dénoncer des pratiques de minorités quand elles portent atteintes aux valeurs de gauche, humanistes, et non les excuser ou les tolérer parce que c’est une minorité.
              La vrai position de gauche, c’est la même règle pour tout le monde.
              Pour rappel le politiquement correct vient des pays anglo-saxons de culture libérale individualiste particulariste.

              l’individualisme universaliste de la gauche, c’est les mêmes droits et règles pour tous les individus. c’est al laïcité au niveau de la religion.
              l’individualisme particulariste, libéral, lui repose sur l’acceptation de droits et règles différentes pour les groupes d’individus mais ces règles ne sont pas imposées par la loi mais par le groupe lui même (communautarisme libéral).

              Au niveau d’une entreprise, dans un cas tous les membres de l’entreprise prennent part aux décisions de l’entreprise, et ont le même droit de propriété sur cette entreprise.
              Dans l’autre le patron ou les actionnaires ont des droits différents des employés, sur la gouvernance de l’entreprise, comme sur la propriété de l’entreprise.


            • lulupipistrelle 10 mars 2012 23:22

              @mortelune : je ne connais pas le CV de Marine Le Pen.... mais ce dont je suis sûre c’est que tous les partis au parlement étaient pour le Traité constitutionnel, et qu’aucun n’a protesté contre le Traité de Lisbonne....

              Je n’ai pas souvenir que Hollande ou Mélenchon aient eu une autre atitude que Bayrou...sur ces traités...


            • Vieux Sachem 10 mars 2012 10:31

              L’auteur de cet article est le parfait exemple du sectaire qui considère que ceux qui ne pensent pas comme lui sont des c..., des guignols, des minus habens.

              Je respecte sa pensée mais je condamne ses excès de langage : la politique n’est pas affaire de soudards mais de gens civilisés.
              Vous me rappelez cette affiche que j’ai vue, il y a quelques années à la vitrine du siège local du PCF : « Moi, je vote communiste et je vous emmerde. » Y a pas à dire, ça fait progresser le débat

              • lolo37 10 mars 2012 10:38

                l’auteur venant de l’ extreme gauche cela ne me surprend pas....   Mais monsieur excuser moi du peu votre article c’est vraiment de la MERDE. 


                Moi je n’aurai qu’une phrase : Le projet de la droite, c’est de battre la gauche .... le projet de la gauche, c’est de battre la droite ... le projet du modem, c’est de réconcilier les français !

                • JL JL1 10 mars 2012 11:18

                  Le projet du Modem n’est pas de réconcilier les Français, mais les hommes politiques centristes, ces gens qui sont en déshérence, qui vont tantôt à droite tantôt à gauche ! Nuance !

                  C’est l’idéologie néolibérale qui nous conduit droit dans le mur, et c’est le plus ultralibéral des candidats qui, sous des oripeaux centristes, se prétend être le seul recours à cette catastrophe annoncée.

                  - Sarkozy est un Keynésien bling bling : la théorie du ruissellement lui tient lieu de principe économique.

                  - Hollande n’est qu’un tigre de papier dans ce contexte néolibéral trans-frontière qui a transformé le keynésianisme de gauche en boomerang qui se retourne implacablement contre ses amateurs.

                  - Bayrou en se présentant au Centre, est un mystificateur ultralibéral qui ne nous promet rien de mieux que d’être le bon élève de la classe européenne.

                  - Le Pen roule pour remplir les caisses du FN.

                  - Mélenchon s’engage à nous sortir du piège ultralibéral, en a la volonté et est en capacité pour le faire.

                  Il n’y a effectivement que deux voies possibles  : sortir du cadre avec Mélenchon, ou bien se soumette au néolibéralisme avec Bayrou, celui dont le projet est plus mortifère que ce que le MES nous promet.



                • Benoît RIVILLON Benoît RIVILLON 10 mars 2012 15:11

                  Je suis très heureux d’apprendre par Lolo que je viens de l’extrême gauche. Il y a quelques années on me traitait de fascio par ce que je soutenais le candidat Chevènement.

                  Le projet du Modem, c’est de réconcilier les notaires et les huissiers. Ce n’est asp un mouvement politique, c’est du politisme.

                  Que le Front de Gauche arrive au pouvoir -quel qu’en soit le candidat- et nous verrons se réaliser des unités nationales qu’on ne soupçonne pas.

                  Même les chefs d’entreprises, moyennes et petites, qui CROIENT que la Droite les protège, acclameront ce nouveau gouvernement qui aura eu le courage de se faire rembourser les avoirs volés, remis la dette publique à son niveau réel, fermé la bourse, et dé-financiariser l’économie (vidéo pour les nuls en économie) pour protéger les entreprises Françaises.

                  Et alors il y aura, vous le verrez, au-delà des polémiques politiciennes, une réconciliation nationale d’une ampleur inouïe.


                • Imhotep Imhotep 10 mars 2012 15:46

                  Aujourd’hui celui qui est considéré par le peuple comme le plus proche du peuple n’est pas Mélenchon ne vous en déplaise, mais Bayrou et par plus de 50 % des Français, et Mélenchon arrive très loin derrière. mais la démocratie que vous voulez n’est pas la démocratie, c’est-à-dire celle qui dit que c’est la majorité qui l’emporte, mais ce que vous voulez qu’elle soit en donnant à votre copain Melnchon un pouvoir qu’il ne mérite pas, car dans toutes les études d’opinion autre que les sondages qui le placent sauf un vers 8,5 % il est complètement à la ramasse et Bayrou le domine de la tête et des épaules. Il n’est ni cru pour son programme ni pour sa sincérité. Il amuse la galerie car il est fort en gueule, mais oser critiquer Bayrou comme vous le faites pour un gars qui est le symbole du système : élu sénateur donc tout sauf le suffrage direct et évidemment tout sur la magouille et le copinage. Il est aussi, ce qui est quand même extraordinaire élu européen et il touche son pognon de cette Europe haïe, élu en plus comme tête de liste donc sans aucun risque. Alors si Bayrou est un masqué de la droite - ce qui est une belle invention vu que depuis 1998 il ne participe plus à aucun gouvernement et n’a voté depuis 5 ans aucune loi majeur de ce pouvoir - qu’est donc Mélenchon encore au PS il y a peu, PS où il a fait toute sa carrière d’apparatchik ? Vous êtes à mourir de rire de mauvaise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès