Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou, l’autre Ségolène

Bayrou, l’autre Ségolène

Il sait traire les vaches, faire les foins, conduire un tracteur et chanter en béarnais. Il est le nouveau favori des sondages, la nouvelle coqueluche des médias, a une haute opinion de lui-même et souhaite sortir la France de la préhistoire, par le centre. Il s’appelle François Bayrou.

Difficile aujourd’hui de passer une journée sans voir le Béarnais Bayrou à la télévision. Difficile de ne pas tomber sur un sondage qui lui soit favorable. Chaque jour, heure par heure presque, on nous fait croire que le président de l’UDF serait le prochain premier homme de France, la surprise du chef, l’invité de dernière minute qui viendrait sur le poteau coiffer tous les autres favoris, trop favoris peut-être, trop convenus. Pas un jour sans qu’on nous bassine avec la « progression » des grandes oreilles du centre droit. Ainsi donc, ce brave homme, bien campé sur ses deux jambes, amateur de chevaux, de rugby, de cyclisme, de tous les sports possibles et imaginables, se faufilerait peu à peu à travers la jungle médiatique pour parvenir au sommet.

Mais ce n’est pas tout. Bayrou ne serait pas, nous dit-on, comme les autres. Il serait différent. C’est ainsi que lui se vend, c’est ainsi aujourd’hui que ses partisans le commercialisent : comme un produit neuf, différent, plus intègre, plus raisonnable, plus juste que les autres. Un courant d’air frais. Mieux même, une gigantesque bouffée d’oxygène pour un pays, la France, qui en avait bien besoin. Qui végétait, au bord de la fin, jusqu’à ce que ce sauveur venu des montagnes apparaisse enfin, vierge de tout compromis, sans casier ni casseroles, au-dessus des partis traditionnels. Une évolution, que dis-je, une révolution, comme notre bon pays n’en avait pas connu depuis au moins 1981. François Bayrou, messie centriste, est apparu au moment même où plus personne n’y croyait, il est apparu et il nous a dit : « N’ayez plus de crainte, je vais m’occuper de tout, désormais vous allez pouvoir quitter les temps obscurs, ces quinquennats sans lumière qui tenaient plus de l’âge des cavernes que de la démocratie moderne. » Il nous a dit cela avec son accent chantant, qu’il ne quitte pas, jamais, ni pour tancer Claire Chazal, valet du pouvoir médiatico-capitaliste, ni pour apostropher Arlette Chabot, journaliste incapable d’avouer sa flamme pour le chef des centristes, donc moins respectable et objectif qu’un Duhamel, récemment lourdé pour avoir clamé un peu trop fort son penchant pour le démocrate chrétien le plus en vogue du moment.

Car c’est un fait : après la vague Royal, la nouvelle vague à la mode, la nouvelle branchitude s’appelle Bayrou. C’est à lui désormais que les médias font les yeux doux. Il est devenu, peut-être malgré lui, leur nouveau vecteur d’audience. Il est devenu leur nouveau meilleur programme. Et comment a-t-il réussi cela ? D’une façon simple : en les critiquant. A partir du moment où il a mis en cause « courageusement » la partialité des grands organes médiatiques, Bayrou s’est installé dans sa campagne, fermement, solidement. Son passage sur TF1 avec Claire Chazal a été un vrai tournant, repris abondamment sur Internet, ou quelques milliers d’internautes ont semblé découvrir en même temps que Bayrou cette eau tiède-là : les grands groupes de presse, d’audiovisuel seraient tenus par des grands patrons proches du gouvernement en place. Tu parles d’une découverte ! Lagardère, Dassault ou Pinault ne sont pas nés d’hier, et leur côté « de droite » n’est pas non plus de la dernière pluie. Mais son coup de gueule a porté ses fruits : certains l’ont trouvé « audacieux », « différent », « indépendant », d’autres ont vu en lui un homme qui pouvait enfin changer les choses. Depuis lors, Bayrou n’a eu de cesse de grimper, doucement, dans les sondages, sans réellement pourtant représenter pour l’instant un quelconque danger ni pour Royal, ni pour Sarkozy, qui restent loin devant. Bayrou par contre a grignoté quelques points sur Jean-Marie Le Pen, ce qui ne signifie pourtant pas grand-chose non plus : on sait le Front national capable à chaque élection de mobiliser sans faille ses électeurs, un socle solide qu’on peut situer sans se tromper entre 15 et 16%, au moins. Bayrou n’est pas encore à cette hauteur. Du coup, on peut se demander pourquoi tout ce foin autour de lui ? Pourquoi tout ce ramdam, alors même qu’un de ses plus représentatifs lieutenants, le très humoristique Santini, proche de Pasqua, vient de le laisser tomber (du balcon) sans hésiter pour rejoindre « son ami » Sarkozy ? Pourquoi cette « bayroumania » alors même que son expérience politique (ministre de l’Education, il jeta un bon million de profs dans la rue) ne parle pas vraiment en sa faveur ? Pourquoi ce cirque centriste alors qu’Hollande ne le prend pas au sérieux et que Sarkozy l’ignore ?

Et puis, les sondages sont-ils si favorables que ça à Bayrou ? Hier, sur M6 Estelle Denis (sic) en citait un qui montrait que 80% des jeunes (18-24 ans) estimaient que Bayrou « n’avait pas la carrure d’un chef d’Etat ». Dans le même temps, sur le site du Nouvel Obs, on apprenait que « 55% des Français souhaitent que Bayrou soient au second tour ». Comment démêler cette avalanche d’enquêtes en tout genre, de courbes plus ou moins fluctuantes, qui ne disent finalement pas grand-chose sur ce qui risque de se passer en avril et mai prochain ? Et Bayrou, lui, que dit-il ?

Des choses simples, répétées comme des mantras, ânonnées presque, bégayées : il faut en finir avec le clivage droite-gauche, les Français en ont marre qu’on leur impose un choix, il faut « séparer l’argent de la politique ». Et aussi son idée maîtresse, fondatrice et essentielle : un gouvernement « d’union nationale » avec « les meilleurs de gauche et les meilleurs de droite ». Une idée qui situe bien l’impasse dans laquelle s’est engouffrée sa candidature, son projet politique. Un tel gouvernement (d’abord avec qui ? Quels sont ces « meilleurs » dont il parle ?) n’aurait qu’une chance sur un million de fonctionner sans casse, et volerait même en éclat dès les législatives venues. Bayrou parle « d’exemples à l’étranger » sans être capable d’en citer un seul. (L’Allemagne de Merckel, à la rigueur) Il émet en fait une hypothèse, séduisante de loin, mais qui revient à considérer qu’avec les meilleurs joueurs du monde dans une équipe on obtient forcément la meilleure équipe du monde, ce qui n’est pas toujours vrai. Encore faut-il que l’équipe existe, que tous jouent ensemble. Et la politique n’est pas un sport comme les autres. En fait, quand il propose un gouvernement « de cohabitation », Bayrou ne fait qu’abonder dans le sens de ceux qui ne croient plus, non au « clivage droite-gauche », mais à la politique elle-même. Ceux qui prétendent, que « droite ou gauche, c’est pareil ». A ceux là, Bayrou répond « vous avez raison, et comme c’est pareil, je ne vais pas trancher, je vais prendre un peu d’un côté un peu de l’autre et on va travailler ensemble. » Une mauvaise solution, certes, mais parce qu’il n’y en a pas d’autre, et Bayrou le sait : ni droite, ni gauche, ça n’existe pas. C’est droite ou gauche, ou les deux. Il n’y a pas de troisième voie, si ce n’est des extrêmes, encore plus « préhistoriques » que la droite et la gauche traditionnelles.

En bon centriste, Bayrou ne tranche pas, il s’accommode. Il rafistole, il colmate. Il ne crée pas, il emprunte : un peu des uns, un peu des autres. Comme Chirac, il joue à fond le côté « terrien » (son tracteur aujourd’hui, son bus au Colza en 2002), comme Royal, il insiste jusqu’à la corde sur son « originalité », sa singularité, sa différence, comme Jospin il s’affirme « honnête », loin des systèmes, loin des partis. Comme Jean-Marie Le Pen, il s’estime injustement ignoré par les médias. C’est un patchwork, une ratatouille. Un spécialiste du recyclage, suffisamment intelligent pour avoir su identifier tout ce qui pollue le rapport des électeurs à la politique, le trier, le transformer et présenter le résultat comme étant ce qu’on peut faire de mieux dans l’immédiat.

Ce n’est pas la peste, c’est mieux que le choléra, mais François Bayrou n’est rien d’autre qu’un homme politique comme un autre, un « moi je » de plus dans cette campagne déjà barbante, un poil imbu de sa personne et que les récents sondages rendent un brin suffisant. Il est pourtant bien placé pour savoir que toutes les claques ne se perdent pas.


Moyenne des avis sur cet article :  1.94/5   (649 votes)




Réagissez à l'article

193 réactions à cet article    


  • seb59 (---.---.180.194) 20 février 2007 13:09

    @ dw

    « Bayrou est à 16 %, depuis hier »

    Tu cites un sondage, des « intentions de vote ». On connait tous la fiabilité des sondages.

    Lilian parlait lui du reel electorat.

    Soit plus attentif.


  • seb59 (---.---.180.194) 20 février 2007 13:15

    @ l’auteur,

    Interessant votre article, et les votes montrent bien qu’il ne va pas dans le sens de l’opinion.

    En effet je trouve bayrou comme un candidat de depis, entre la segolene-sociale et le nicolas-liberal.

    Ni charismatique, ni novateur dans ses idées, au centre, et un peu mou, quelle peut etre la vraie raison de voter bayrou si ce n’est parce qu’il faut faire un choix.

    D’ailleurs je lance un appel aux lecteurs pro-bayrou : qui peut me resumer les grandes idées de son programme ?

    Qu’est ce qui vous incite à le soutenir ? smiley


  • (---.---.99.52) 20 février 2007 13:30

    « au centre, et un peu mou »

    Erreur. Bayrou, c’est l’extrême-centre. Atlantiste, euronationaliste, militariste... C’est du « centre » que sont souvent venus les pires coups tordus de l’histoire de la France.


  • faxtronic (---.---.127.45) 20 février 2007 13:54

    « c’est du centre... » Quel coups tordus ??? Si tu parle de VGE, c’est assez faux et anachronique de le comparer avec Bayrou.


  • dégeuloir (---.---.111.134) 20 février 2007 14:10

    Bayrou dispose de la reserve immense des indécis,les sondages sont très réducteurs et plus la date fatidique approche,plus Bayrou semble capter cette frange importante des électeurs,les indécis pourraient bien faire pencher la balance en sa faveur en fait il grignote des voix sur tout le monde...... smiley


  • (---.---.107.66) 20 février 2007 14:19

    Y en a marre que des gens écrivent péremptoirement que Bayrou n’a pas de charisme.

    Moi je le trouve charismatique.

    Et j’en ai le droit.

    Zut.


  • Eric (---.---.159.134) 20 février 2007 14:20

  • (---.---.126.214) 20 février 2007 14:46

     smiley pour une fois je suis d’accord avec Demian... Que de surprises pendant ces présidentielles :D


  • seb59 (---.---.180.194) 20 février 2007 15:06

    @eric

    Merci pour le lien sur les propositions de F Bayrou.

    Le site d’agoravox, me semble etre devenu un point de ralliement des pro-bayrou.

    Je pensais que seul les segolenistes etaient comme cela.

    Tant mieux pour Francois ... smiley Ca prouve qu’il a des futurs electeurs.


  • mj357 (---.---.227.99) 20 février 2007 15:30

    Merci pour le site des propositions de BAYROU. Très clair, concis et surtout montrant que l’homme a réfléchi depuis des années à sa position d’homme d’ETAT. On peut certainement ne pas être d’accord avec lui sur tout mais je lui reconnaît une certaine connaissance sur a peu près tous les sujets. Je pense que c’est dû au fait qu’il fait parti des expérimentés, il en est à sa deuxième campagne et que contrairement à Ségolène ROYAL, il n’a pas découvert la démocratie participative en Novembre 2006. Je crois qu’il fait parti des plus anciens hommes politiques à avoir un blog. De ce fait il a un avantage c’est qu’il a su digérer tous les faits de la société et prendre du recul avant de formuler des propositions qui lui sont propres. Il arrive du coup à prendre de la hauteur même par rapport à sa famille politique d’origine (centre droit d’obédience chrétien-démocrate) sur des questions sur l’homosexualité ou sur l’Euthanasie. Il est adogmatique et a de vrais positions tranchés. Je crois qu’il est vraiment en train de faire émerger le centre qui n’est pas du tout une position batarde ou un mélange improbable de gauche et droite.


  • Verlinde (---.---.27.160) 20 février 2007 18:46

    Moi je l’aime bien Bayrou. Il sait mettre la main à la pâte. Et alors ? J’aime les gens qui n’ont pas les 2 pieds dans le même sabot. Qualité supplémentaire et primordiale à mes yeux : il n’a jamais été pris les doigts dans le pot de confiture LUI ! C’est pas comme les dirigeants actuels et aussi d’autres .... suivez mon regard. smiley


  • Zorro le Déplieur-Vengeur (---.---.129.110) 20 février 2007 19:20

    @ dw « Bayrou est à 16 %, depuis hier »

    Tu cites un sondage, des « intentions de vote ». On connait tous la fiabilité des sondages.

    Lilian parlait lui du reel electorat.

    Soit plus attentif


  • Zorro le Déplieur-Vengeur (---.---.129.110) 20 février 2007 19:21

    @ l’auteur, Interessant votre article, et les votes montrent bien qu’il ne va pas dans le sens de l’opinion.

    En effet je trouve bayrou comme un candidat de depis, entre la segolene-sociale et le nicolas-liberal.

    Ni charismatique, ni novateur dans ses idées, au centre, et un peu mou, quelle peut etre la vraie raison de voter bayrou si ce n’est parce qu’il faut faire un choix.

    D’ailleurs je lance un appel aux lecteurs pro-bayrou : qui peut me resumer les grandes idées de son programme ?

    Qu’est ce qui vous incite à le soutenir ?


  • Zorro le Déplieur-Vengeur (---.---.129.110) 20 février 2007 19:22

    « au centre, et un peu mou » Erreur. Bayrou, c’est l’extrême-centre. Atlantiste, euronationaliste, militariste... C’est du « centre » que sont souvent venus les pires coups tordus de l’histoire de la France.


  • grattounette (---.---.57.43) 20 février 2007 19:33

    oui moi aussi et plutôt 2 fois qu’une. C’est bien celui qui a le plus de charme dans cette campagne ! smiley


  • grattounette (---.---.57.43) 20 février 2007 19:37

    De cet auteur à Bayrou, ce n’est sûrement pas le présidentiable qui est le plus imbu de sa personne. Et puis on ne va pas reprocher à un homme qui se bat dans la vie autant qu’il le fait de croire en lui. Cet article est méchant et mesquin.


  • Blablabla (---.---.179.138) 21 février 2007 07:40

    Institutions internationales [Discuter de cette proposition sur les forums de vOtons.info] Débats

    * La France dénoncera tout acte diplomatique tendant à réduire sa souveraineté en la matière. * La France engagera des actions diplomatiques pour organiser, à l’échelle de la planète, la contestation du prétendu Nouvel Ordre Mondial. * Elle s’opposera à ce que cette vision prévale à l’ONU, en utilisant toutes les prérogatives que lui confère son statut de membre permanent du Conseil de sécurité, notamment le droit de veto. * Toute déclaration de l’assemblée générale des Nations Unies, tout projet d’accord multilatéral qui porterait atteinte à la souveraineté des États-nations en général et de la France en particulier, quel qu’en soit l’objet (économique, social, environnemental...), sera refusé. * La France retirera son concours au prétendu tribunal pénal international de La Haye et refusera son concours à la mise en place de la future Cour pénale internationale.

    Je ne cite pas la source de ces propositions. A vous de le deviner.

    Que propose Bayrou en matière internationale ?


  • masterminder (---.---.28.134) 21 février 2007 14:04

    Je soutiens Bayrou parce que c’est l’anti-démagogie.
    - Exemple :
    - C’est le seul candidat à avancer ses mesures en les équilibrant budgétairement, donc le seul à ne pas prendre les français pour des abrutis en dépensant pour chaque proposition des milliards que le pays n’a pas.
    - C’est le seul à ne pas maquiller les enjeux de cette élection pour la France de dans 10, 20 ans : son maintien dans le club des puissances économiques et culturelles, et le maintien de notre niveau de vie.
    - C’est le seul à parler d’Europe et du rôle de la France en Europe, les autres ont abandonné le sujet, alors même que beaucoup de leurs propositions necessiteraient un aval de l’UE.
    - C’est le seul candidat modéré à parler d’une adaptation des institutions de la Ve républiques, vieilles de 50 ans et inadaptées aux enjeux d’aujourd’hui.

    Le pré-programme, lui, est sur le site de l’UDF.

    Xavier


  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 21 février 2007 15:43

    Cher Damien,

    Bayrou n’a pas de principes politiques très différents de ceux de SR et nul n’a pu me montrer en quoi ses propositions qui se font attendre étaient plus précises ou plus réalistes que celle de ma candidate préférée. Celle-ci vient de faire la démonstration devant 9 millions de téléspectateurs de ce que peut être la démocratie participative, du fait qu’elle pouvait changer le PS et qu’il était possible de faire de la politique en un sens plus démocratique (plus proche des citoyens) et cela sans démagogie : responsabilité, exigence et justice sont en effet ses thèmes clés.

    Ceci dit, un seul point peut en effet les différencier qui fait de Bayrou un candidat plus rassurant : c’est un homme et non une femme et il ne s’engage à rien, sur rien et avec personne. Il est donc incontestable. En cela l’auteur de l’article à visé juste.


  • JL (---.---.73.200) 21 février 2007 15:58

    votons.info ? hum, ce que l’on y trouve concernant le TCE et Sarkozy me parait assez fantaisiste et pas conforme à son projet affiché de faire ratifier par le parlement ce traité ou un autre.


  • JL (---.---.73.200) 21 février 2007 16:07

    Votons.info ? ce qui y est dit concernant NS et le TCE me semble assez fantaisiste.

    Quant à ce que vous écrivez concernant les propositions, ça pourrait bien être Le Pen, toujours dans son rôle d’épouvantail populiste.

    Quand Le Pen dit « il pleut », c’est connu, les bobos sirtent sans parapluie...


  • (---.---.233.32) 21 février 2007 17:01

    Un petit fonctionnaire de l’éducation nationale, Mr BEAN en plus franchouillard.


  • (---.---.233.32) 21 février 2007 17:13

    Bayrou : Un petit fonctionnaire de l’éducation nationale, Mr BEAN en plus franchouillard


  • Chatpatate (---.---.228.27) 21 février 2007 19:04

    Cela serait trop long, le mieux est d’aller voir : http://www.bayrou.fr/propositions/


  • Chatpatate (---.---.228.27) 21 février 2007 19:08

    17 % maintenant, et cela grimpe, grimpe, ... smiley smiley


  • (---.---.91.20) 21 février 2007 02:48

    Ouaf !!

     smiley


  • dégeuloir (---.---.120.204) 21 février 2007 14:42

    A tous ceux qui pensent que Bayrou est le cheval de Troie de la droite,je répondrai ;si FB est élu ,il est clair qu’il le sera avec les voix de gauche mais aussi des voix de droite,il mordrait sur l’électorat NS ,ce serait une forte coalition nationale,et forcément ,une majorité naitrait aux législatives,un electrochoc revigorant et bienfaiteur ! c’est le seul à pouvoir battre la machine infernale NS et c’est aussi le seul fédéraliste,et c’est aussi le seul qui part de rien pour arriver à tout,quelle revanche sur le résultat honteux de 2002 !


  • JL (---.---.73.200) 21 février 2007 16:13

    Ha ha ! Bayrou un cheval de Troie de la droite ! smiley

    Mais ouvrez les yeux, avec Le Pen les 4 candidats en tête sont de droite.

    S. Royal qui dit qu’elle veut pour tous les enfants de France ce qu’elle a voulu pour ses enfants mais qui refuse une école parce que le quartier n’est pas assez chic : ça c’est un cheval de Troie de la droite dans le parti socialiste !

     smiley


  • bubbledom (---.---.99.93) 22 février 2007 02:37

    oui smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


  • bubbledom (---.---.99.93) 22 février 2007 03:11

    ce oui allait à Ludovic Charpentier qui demandait si on pouvait concevoir de voir cohabiter Demian West et Marsupilami. smiley et je suis tout à fait sérieux smileyIl y a ce que l’on souhaiterait et il y a les protagonistes, on n’arrive pas à ce que l’on souhaite en éliminant les protagonistes qui suivent d’autres voies. capisco ? Bien le bon jour smiley


  • (---.---.38.189) 20 février 2007 11:44

    Article bien « torché », comme d’habitude. Merci à l’auteur.

    Le phénomène de la montée en puissance de Bayrou, inattendu...probablement par le candidat lui même, résulte très probablement

    - d’une part de la déception d’un grand nombre d’électeurs de gauche face aux bévues répétées de la candidate du PS et au manque de substance de son programme

    - et d’autrepart de la défiance, voire de la rancune de nombre d’électeurs de droite envers le candidat de l’UMP qui a amplement démontré ses capacités de nuisance et de violence autocratiques dans l’exercice de son pouvoir.

    Il est dès lors logique que les déçus de gauche se refusant de voter à droite, tout comme les défiants de droite se refusant de voter à gauche se rallient à Bayrou, dernière alternative pour eux s’ils ne sont pas attirés par le programme du FN ou par le bulletin blanc.

    Le vote Bayrou sera donc hélas, dans sa majorité un vote par dépit.

    Un candidat qui n’a certes pas l’étoffe d’un chef d’Etat et qui de surcroit se propose, par pure démagogie électorale de gouverner en rassemblant des factions rivales aux conceptions diamètralement opposées, risque d’être élu, une fois encore, comme ce fut le cas en 2002, c’est à dire sans adhésion.

    L’histoire se répète ! Nous risquons une fois de plus de goûter à la gouvernance démagogique de l’UDF de Giscard qui est à l’origine des grands problèmes actuels de notre Société.

    Pauvre France ! Les vraies causes, pourtant identifiées et médiatisées, du mal qui nous fait lentement glisser dans la zone du sous développement et la tiers mondialisation ne seront, une fois encore, pas traitées :

    Immigration insensée de la misère, évasion des talents et richesses, fraudes fiscales et sociales considérables, installation de foyers de révolte et d’intégrisme, montée de la violence physique....

    2007 sera encore un tour pour rien. Attention au reveil qui sera d’autant plus brutal que l’évolution de la situation aura largement empirée par défaut de traitement, si ce n’est par encouragement à sa progression.


    • arf (---.---.144.226) 20 février 2007 12:17

      « Le vote Bayrou sera donc hélas, dans sa majorité un vote par dépit. »

      Effectivement un vote par dépit de la classe politique dans sa grande majorité. Cela fait 25 ans que l’on avance pas, au pire en votant FB on perd encore 5 ans. C’est pas plus mal que si c’était pire comme disait Coluche


    • Thomas (---.---.4.45) 20 février 2007 12:52

      Je trouve cet article intéressant. Mais au second degré. Cet article me ferait facilement sourire par son ton excessif, s’il ne transpirait pas autant d’agressivité. Faut-il répondre à un tel plaidoyer à charge avec la même virulence ? On n’en a même pas envie. Il faut être d’une mauvaise fois remarquable pour assimiler François Bayrou à une coqueluche médiatique. Je pense que l’auteur de cet article ne sait finalement désigner le pluralisme, (dont il ne semble pas avoir un grand respect) que par « ratatouille. » Le pluralisme, c’est ce qui fait que je respecte son opinion, a l’heure où lui ne respecte pas la mienne : Que l’auteur de cet article apprenne que l’on peut voter Bayrou par conviction. Qu’il apprenne aussi qu’il n’existe pas que deux grilles de lecture de la réalité politique de notre pays. Je suis passionné de politique depuis toujours, et chers amis, je serais bien incapable que de me définir comme autre chose que Centriste.

      Le courage politique de certaines figures politiques est rare. Pourquoi ne pas le saluer ?

      La France a mal de sectarisme...


    • www.jean-brice.fr (---.---.242.75) 20 février 2007 18:38

      J’approuve votre commentaire et desaprouve le système mis au point par AV qui s’apparente à de la CENSURE !


    • www.jean-brice.fr (---.---.242.75) 20 février 2007 18:42

      C’est à 40 38 189 que je m’adressais ...


    • Zorro le Déplieur-Vengeur (---.---.129.110) 20 février 2007 19:24

      Article bien « torché », comme d’habitude. Merci à l’auteur. Le phénomène de la montée en puissance de Bayrou, inattendu...probablement par le candidat lui même, résulte très probablement

      d’une part de la déception d’un grand nombre d’électeurs de gauche face aux bévues répétées de la candidate du PS et au manque de substance de son programme

      et d’autrepart de la défiance, voire de la rancune de nombre d’électeurs de droite envers le candidat de l’UMP qui a amplement démontré ses capacités de nuisance et de violence autocratiques dans l’exercice de son pouvoir.

      Il est dès lors logique que les déçus de gauche se refusant de voter à droite, tout comme les défiants de droite se refusant de voter à gauche se rallient à Bayrou, dernière alternative pour eux s’ils ne sont pas attirés par le programme du FN ou par le bulletin blanc.

      Le vote Bayrou sera donc hélas, dans sa majorité un vote par dépit.

      Un candidat qui n’a certes pas l’étoffe d’un chef d’Etat et qui de surcroit se propose, par pure démagogie électorale de gouverner en rassemblant des factions rivales aux conceptions diamètralement opposées, risque d’être élu, une fois encore, comme ce fut le cas en 2002, c’est à dire sans adhésion.

      L’histoire se répète ! Nous risquons une fois de plus de goûter à la gouvernance démagogique de l’UDF de Giscard qui est à l’origine des grands problèmes actuels de notre Société.

      Pauvre France ! Les vraies causes, pourtant identifiées et médiatisées, du mal qui nous fait lentement glisser dans la zone du sous développement et la tiers mondialisation ne seront, une fois encore, pas traitées :

      Immigration insensée de la misère, évasion des talents et richesses, fraudes fiscales et sociales considérables, installation de foyers de révolte et d’intégrisme, montée de la violence physique....

      2007 sera encore un tour pour rien. Attention au reveil qui sera d’autant plus brutal que l’évolution de la situation aura largement empirée par défaut de traitement, si ce n’est par encouragement à sa progression.


    • Mat (---.---.202.57) 20 février 2007 12:00

      A l’auteur de cet article....

      Il est affligeant de constater une contradiction quasi systematique de vos arguments, une equipe n’existe qu’avec un entraineur, un coach, qui sait choisir ses joueurs par leurs qualités propres !! C’est ce chef dont nous avons besoin ! Nous vivons ensembles, nous Francais, et ce n’est que de maitriser l’art du compromis que de satisfaire tout le monde ! De plus, c’est soit la droite soit la gauche, soit les deux, vous venez de donner raison à Francois Bayrou qui a le courage de proposer une voie similaire à l’Allemagne et ses 2,5% de croissance pour 2007 alors que nous en sommes proche de 1 ... Une Phrase de Robespierre :« a situation Exceptionnelle, Mesure exceptionnelle » pour vous faire prendre conscience, madame, monsieur qu’il n’y pas d’autres choix possible qu’une coalition des clivages politiques ! Sako ou Ségo, c’est la peste ou le Choléra !


      • JL (---.---.73.200) 21 février 2007 16:35

        Ce n’est pas la France qui veut un chef, c’est la France de droite, nuance.

        C’est pourquoi, Sarkozy est dans son rôle et Royal à contre emploi : ni chef ni de gauche.

        Jusqu’à aujourd’hui, je me suis interrogé sur un lapsus récent : elle a dit « nous serons dans l’opposition... ».

        Je pense que ce lapsus confirme mes soupçons : le PS mise le paquet sur les législatives, voire une cohabitation.

        Comme ils sont deux partis acquis au libéralisme ça ne surprendra personne.

        Le libéralisme ce n’est pas un péché, c’est ou bien une doctrine de droite dans une Europe mondialisée ou bien un choix de looser : on y est obligé de céder sur la protection sociale. Le péché, c’est de leurrer le peuple de gauche.

        La défiscalisation des heures sup c’est le cheval de Troie de l’UMP(S ?) contre la protection sociale.

        A contre emploi également JP Chevènement parce que les vrais opposants à cette mondialisation libérale ce sont les républicains.


      • Bill Bill 20 février 2007 12:46

        Tout à fait d’accord avec Lilian !

        Je me demande combien de temps durera cet engoument pour cet homme, qui manque de charisme, qui ne propose rien de bien neuf, et qui restera dans la lignée de ce qui s’est fait jusqu’ici.

        Les sondages sont trompeurs ! Surtout en avance sur cette élection. En réalité, les électeurs sont indécis, lorsqu’on les contacte pour les sonder, on leur demande expressément de faire un choix, et ils sont tellement déçus de NS et de SR, qu’ils mettent la balle au centre (pour revenir à l’équipe...) !

        A suivre !

        Bill


        • Bill Bill 20 février 2007 13:27

          Ouch ! Pas encore une heure de temps et déjà -21, c’est du rapide, mais je pensais que vous pourriez faire mieux ! Allons, encore un petit effort !!!

          Bill

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès