Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou : la dichotomie de la communication

Bayrou : la dichotomie de la communication

Comment un François Bayrou se disant sincèrement démocrate et centriste est-il perçu comme hyper partisan et menteur ? Le public n’a pas d’intérêt à voir la politique se moraliser, et les médias répondent fort bien à cette soif de caricature. Le MoDem en fait les frais.

Y a-t-il deux Bayrou ? Bayrou est-il schizophrénique ? Dire qu’il existe un Bayrou privé et un Bayrou public relève de la lapalissade. Tous les politiques ont un discours privé qui diffère du discours public. Mais, en toute logique, la dichotomie est la suivante : le discours public rassemble, propose, contre-attaque, tandis que le privé critique, s’oppose, divise. Sans verser dans la caricature, ce schéma est effectif, au moins dans certains cas.
 
Dans le cas de François Bayrou, l’impression qui se dégage est que la dichotomie s’inverse. Gardons-nous de parler du travail du parti et des militants, qui ne serait alors qu’un cache-sexe des erreurs de communication. Non pas que ce travail doit être minimisé, mais, soyons clair, seule l’adhésion du grand public compte. Certes, ledit travail du parti et de ses militants est, pour remporter cette adhésion, indispensable. Mais pas suffisant, loin s’en faut.
 
Le MoDem peut se vanter d’avoir « beaucoup travaillé », proposer un « projet réellement alternatif », etc. Mais toute cette autosatisfaction ne nous mènera nulle part, sinon vers d’autres défaites. Il faut que le mouvement fasse son introspection. Son leader, aussi.
 
Regardons les choses comme elles sont, et non pas comme on voudrait qu’elles soient. Que retient le public, donc les électeurs, de François Bayrou ? La capacité du président du MoDem à assumer le rôle de porteur d’un grand projet alternatif ? Oubliée. Le projet du MoDem pour les européennes ? Inconnue au bataillon. La vision centriste, indépendante, ouverte ? Un lointain souvenir.
 
En revanche, tout ce qui relève de la posture de l’opposant est omniprésent aux yeux du public. “Abus de pouvoir” ? Un carton. L’incident avec Cohn-Bendit (dont le fond était malgré tout Sarkozy lui-même et les rapports que peuvent avoir les opposants avec lui) ? Un buzz inimaginable.
 
Comme si il y avait deux MoDem, donc. Un MoDem “en privé”, qui tient sa ligne initial de parti centriste indépendant mais ouvert. François Bayrou le rappelle très bien dans une adresse aux militants (http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-repond-militants-100609.html). Et un MoDem ”en public”, lequel reste cantonné, aux yeux du public, à un rôle « d’omni-opposant » stérile et éphémère.
 
Il nous faut admettre cela. Le MoDem est encore perçu comme un parti encore peu alternatif. Voire utopique. François Bayrou doit concentrer ses efforts sur sa communication, de façon à ce que les électeurs intègrent pleinement que le MoDem est un parti de gouvernement, qui propose une réelle alternative. Il faut que le président du MoDem casse cette image « d’omni-opposant ».
 
Pourquoi Bayrou ne dit-il pas en public ce qu’il a dit aux militants (cf lien plus haut) ? A n’en pas douter, ce discours, bien plus raisonnable, moins agressif et plus conforme à la ligne du mouvement, aurait changé le cours des européennes. François Bayrou a un problème, réel, de communication. Si nous ne l’admettons pas, nous resterons à jamais dans l’échec. L’introspection est nécessaire aujourd’hui. Elle sera salutaire demain.

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Pierre Guillery Pierre Guillery 24 juillet 2009 11:18

    Je suis d’accord avec cette perspective. La communication de François Bayrou reste un mystère, ce qui est un peu ennuyeux - surtout quand on parle de lui autour de nous. Exemple récent : un couple de trentenaires (Paris/province), fonctionnaires, très attachés à l’état de droit, réceptifs aux idées de François Bayrou, qui ont votés pour lui en 2007, et sont prêts à recommencer. Ils connaissent pleins de gens, ils pourraient alimenter le buzz. Mais pour l’instant ils sont, sinon déçus, certainement frustrés : « Ils ne nous dit rien de percutant ». Sur ce feedback, je me dis qu’il faut chercher le percutant ailleurs que dans l’hyper-opposition (je n’ai rien contre, mais effectivement, ça marche moyen).

    Maintenant, je ne sais pas s’il faut attendre de Bayrou qu’il change cette communication. Ca viendra sans doute, mais...

    Au printemps 2007, je l’ai entendu (FB) en cercle semi-privé deux fois dire qu’on pouvait bien faire des choses (Internet, viral, etc.) « hors de lui » - c.a.d. hors même du parti. Je suis convaincu que la gestion du parti (le panier de crabes qu’était l’UDF et les ambitions participatives au sein du Modem) c’est pas son truc. Pas une grande nouvelle, vous me direz.

    Question : est-il possible d’imaginer une dynamique hors du parti, enfin dans le cercle élargi « sympathisants/électeurs » (cercles concentriques : élus, puis militants, puis cyber-soutiens, puis sympathisants, puis électeurs), qui travaillerait à transmettre/traduire le message interne de FB vers l’externe ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juillet 2009 11:19

      à l’auteur

      Comment un François Bayrou se disant sincèrement démocrate et centriste est-il perçu comme hyper partisan et menteur ?

      Parce que c’est un menteur ! ! !

      QUOTE

      De :
      « Jean-Pierre Llabrés » <Jean-Pierre.Llabres@laposte.net>
      À :
      fbayrou@assemblee-nationale.fr, f.bayrou@lesdemocrates.fr
      Date : 16 juin 2009, 11:24
       
      I) Premier courriel du mardi 9 juin 2009, 12h07.

      Cher Monsieur Bayrou,

      Quand allez-vous nous révéler les preuves de la manipulation des sondages
      que vous nous promettiez avant les élections européennes ?

      Vous abstenir vous décrédibiliserait totalement.

      Bien cordialement,

      — 
      Jean-Pierre Llabrés
       ===============
       Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
       May Sarton.
       ===============
       
      II ) Deuxième courriel du mardi 16 juin 2009, 11h24

      Cher Monsieur Bayrou,

      Vous n’avez pas daigné répondre à mon courriel ci-dessus. J’en tire une première conclusion : votre silence est la preuve d’une insigne lâcheté.

      Quant à la seconde conclusion, elle implique un retour en arrière.

      Le 5 juin, Richard Robert écrivait, sur « slate.fr » :
       le "4 juin, intervenant sur France Inter à trois jours des élections européennes, François Bayrou fustigeait les sondages qui signalent en cette fin de campagne un repli du Mouvement démocrate. « Il y a une manipulation de la vie politique par les sondages », expliquait-il, réagissant à une enquête selon laquelle la liste Europe Écologie menée par Daniel Cohn-Bendit ravirait la troisième place au MoDem. Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment », a-t-il ajouté. « S’il y a au pouvoir, ou proche du pouvoir, des gens qui sont les grands organisateurs de tout cela, alors il va falloir que l’on regarde de près et que la démocratie se défende. »

      On notera votre précaution oratoire :
       "Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment ».

      Dans le cadre de votre accusation contre les sondeurs, en vue de votre victimisation pré-électorale, il vous fallait bien prendre cette précaution oratoire afin, post-électoralement, de n’avoir pas à rendre de comptes sur votre accusation.

      Le scrutin du 7 juin a bien confirmé la tendance des sondages et vous êtes piteusement resté silencieux. Pas tout à fait silencieux, cependant, car, selon « Rue 89 », "François Bayrou a été jusqu’à appeler Brice Teinturier, directeur adjoint de la TNS Sofres, pour reconnaître que ses soupçons contre les sondages étaient « infondés ».

      Beaucoup pensent que vos excuses à Brice Teinturier closent cette affaire.
      Je ne partage absolument pas ce point de vue.

      En effet, le 4 juin, vous affirmiez disposer de preuves relatives aux sondages et aux manipulations.
      Le scrutin n’a aucunement détruit ces preuves.
      Ces preuves, vous les déteniez encore le lendemain du scrutin et rien ne vous interdisait de les révéler.

      Vous vous êtes refusé à cette révélation. Non parce qu’elle aurait été inopportune mais parce que, tout simplement, vos prétendues preuves du 4 juin n’ont jamais existé !

      Ma seconde conclusion est donc que vous êtes un fieffé menteur ! ! !

      Bien cordialement,

      — 
      Jean-Pierre Llabrés
       ===============
       Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
       May Sarton.
       ===============

      III) mardi 23 juin 2009, 11h00
       
      En vertu du principe selon lequel « qui ne dit mot consent », l’obstiné silence de Bayrou légitime la publication de mes courriels.

      UNQUOTE


      • Pierre Guillery Pierre Guillery 24 juillet 2009 13:14

        Jean-Pierre : vous apportez pour preuve de vos allégations... les emails que vous avez vous mêmes écrits, et qui sont restés sans réponse. Et vous rajoutez que « qui ne dit mot consent » pour emballer tout ça. Un peu léger. Vous pouvez très bien considérer que Bayrou est un menteur, mais tâchez d’apporter des arguments plus convaincants...

        En ce qui concerne François Bayrou, vous n’obtiendrez pas de réponse en l’injuriant (deuxième mail). Répondriez vous à un mail comme celui que vous avez envoyé ? Honnêtement ?

        Concernant les sondages, et les accusations portées, vous aurez noté que Bayrou s’est excusé - pas auprès de vous, mais auprès du patron de l’institut qu’il avait mis en cause.

        Concernant les sondages (suite) vous aurez noté aussi ces derniers jours la mise à jour de pratiques élyséennes qui semblent bien viser à manipuler l’opinion, en finançant des enquêtes dont les questions sont ciselées pour obtenir des réponses « positives », puis en les diffusant dans la presse « amie » - mais en cachant bien la commandite. Vous aurez aussi noté que Bayrou n’a pas dit un mot à ce sujet.

        Cohérence ?


      • e.meyza e.meyza 24 juillet 2009 16:21

        Pour celles et ceux qui ont la mémoire courte

        Qui a dit le 04/06/2009 sur France Inter :

        « J’ai des informations... Je pense qu’il y a une organisation des sondages, avec des marchés permettant aux instituts de vivre, passés par des proches du pouvoir qui sont les grands organisateurs de tout cela. Il va falloir que la démocratie se défende face à ces tentatives de déstabilisation ».

        Pour celles et ceux qui ont la mémoire courte, c’est François BAYROU... De quoi laisser perplexe ceux qui l’avait qualifié, un air en coin, de paranoïaque.

        Et non !!!! François BAYROU n’est pas un menteur. 1 mois aura suffit à lui donner raison.
        Il avait sans en aucun doute des informations qui allait dans le sens de ce que nous découvrons aujourd’hui via le rapport de la cour des comptes sur le budget de l’Elysée sortie le 04/07/2009 et la polémique qui en résulte sur certaine pratique sondagière du palais.

        Alors pourquoi le silence de l’époque... Je l’ignore.

        @ +

        Emmanuel MEYZA

        Po


      • alarol18 25 juillet 2009 08:21

        @jean-pierre
        Votre haine vous aveugle, au point que vous réhabilitez F Bayrou à force de chercher à l’accabler.
        L’actualité vous dédit, et conforte Bayrou.
        Votre acharnement aurait été seulement insignifiant, si vous ne vous permettiez en plus d’insulter. Avec les insultes ça devient pitoyable.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 juillet 2009 11:41

        à Pierre Guillery (xxx.xxx.xxx.95) 24 juillet 13:14

        "Concernant les sondages, et les accusations portées, vous aurez noté que Bayrou s’est excusé pas auprès de vous, mais auprès du patron de l’institut qu’il avait mis en cause".

        Le scrutin du 7 juin a bien confirmé la tendance des sondages et vous êtes piteusement resté silencieux. Pas tout à fait silencieux, cependant, car, selon « Rue 89 », "François Bayrou a été jusqu’à appeler Brice Teinturier, directeur adjoint de la TNS Sofres, pour reconnaître que ses soupçons contre les sondages étaient « infondés ».

        Beaucoup pensent que vos excuses à Brice Teinturier closent cette affaire. Je ne partage absolument pas ce point de vue.

        En effet, le 4 juin, vous affirmiez disposer de preuves relatives aux sondages et aux manipulations.
        Le scrutin n’a aucunement détruit ces preuves.
        Ces preuves, vous les déteniez encore le lendemain du scrutin et rien ne vous interdisait de les révéler.

        Vous vous êtes refusé à cette révélation. Non parce qu’elle aurait été inopportune mais parce que, tout simplement, vos prétendues preuves du 4 juin n’ont jamais existé !


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 juillet 2009 11:47

        à e.meyza (xxx.xxx.xxx.77) 24 juillet 16:21

        « Et non !!!! François BAYROU n’est pas un menteur ».

        Mais si ! Je persiste.

        Le scrutin du 7 juin a bien confirmé la tendance des sondages et vous êtes piteusement resté silencieux. Pas tout à fait silencieux, cependant, car, selon « Rue 89 », "François Bayrou a été jusqu’à appeler Brice Teinturier, directeur adjoint de la TNS Sofres, pour reconnaître que ses soupçons contre les sondages étaient « infondés ».

        Beaucoup pensent que vos excuses à Brice Teinturier closent cette affaire. Je ne partage absolument pas ce point de vue.

        En effet, le 4 juin, vous affirmiez disposer de preuves relatives aux sondages et aux manipulations.
        Le scrutin n’a aucunement détruit ces preuves.
        Ces preuves, vous les déteniez encore le lendemain du scrutin et rien ne vous interdisait de les révéler.

        Vous vous êtes refusé à cette révélation. Non parce qu’elle aurait été inopportune mais parce que, tout simplement, vos prétendues preuves du 4 juin n’ont jamais existé !


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 juillet 2009 11:50

        à alarol18 (xxx.xxx.xxx.208) 25 juillet 08:21

        « Votre haine vous aveugle »

        Aucune haine. Simplement une analyse logique des propos et des agissements de Bayrou.


      • alarol18 25 juillet 2009 12:27

        je me demande si vous lisez les réponses de vos contradicteurs...
        copiez coller plusieures fois, même en caractères gras, vos propres allégations, ne vous apportera pas plus de crédit...
        cordialement


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 juillet 2009 17:47

        à alarol18 (xxx.xxx.xxx.208) 25 juillet 12:27

        je me demande si vous lisez les réponses de vos contradicteurs...
        Oui.

        copiez coller plusieures fois, même en caractères gras, vos propres allégations, ne vous apportera pas plus de crédit...

        Il s’agit d’essayer d’enfoncer le clou. Cette tentative peut être vaine...


      • Imhotep Imhotep 24 juillet 2009 12:39

        @ l’auteur. A la question de savoir pourquoi Bayrou est-il perçu différemment il y a une réponse : la communication. Mais à cette notion de communication il y a 3 réponses possibles :

        1- faute originelle de Bayrou
        2- déformation des propos tenus, des contenus des livres, mensonges ou malveillances des media (pas de campagne européenne, anti-sarkosisme primaire sans étayer mais en affirmant)
        3 un mélange des deux.

        Votre article pose comme vraie la seule première hypothèse. J’émets une autre hypothèse qui serait que Bayrou n’a pas pris la mesure du poids de désinformation de la presse et de sa capacité à déformer. Son discours reste figé comme si la presse le prendrait comme il est. A cela s’ajoutent ses attaques directes ou indirectes contre la presse par Bayrou et donc les journalistes se sachant soit dirigés par leur direction pro-sarkozayque soit s’autocensurant pour la plupart préfère assaisonner le médecin plutôt que de soigner la maladie. Je crois que l’effort à faire est d’étudier comment faire pour que le message véritable passe malgré le filtre des media. Ceci entraîne une longue réflexion et la mise au point d’une méthode à appliquer. Bayrou n’a donc pas tort pour ce qu’il est et dit, mais pour ne pas faire savoir faire passer le message en ne tenant pas compte de la réalité de ce filtre. 

        • Pierre Guillery Pierre Guillery 24 juillet 2009 13:15

          « L’effort à faire est d’étudier comment faire pour que le message véritable passe malgré le filtre des media. » Parfaitement !


        • Benji27 24 juillet 2009 13:32

          Nous sommes d’accord, le problème n’est pas le fond, mais la forme. Le filtre du message, si vous voulez, appelez le comme vous l’entendez.

          La question reste donc ; comment le MoDem doit-il communiquer ? Et, plus loin, comment doit-il, face aux attaques de la presse et des opposants, contre-communiquer ? Là est l’important.


          • Teo Toriatte 24 juillet 2009 14:36

            Il faut, tout simplement, que le MoDem et François Bayrou soient ( et soient perçus) comme deux entités distinctes.


            • citizenet 24 juillet 2009 21:23

              Je suis convaincu de l’honnêteté intellectuelle de François Bayrou, qui ne communique jamais si bien que face à une audience qui lui est « acquise » en esprit, comme lors de ses discours visionnaires de « fond », en clôture des assemblées du Mouvement Démocrate par exemple, et qui ne communique jamais aussi mal que lorsqu’il descend dans l’arène des fauves médiatiques où la « forme » et la frime des bateleurs en présence le déstabilisent pour le moins, et l’ont « entraîné » en dernier lieu dans un débat où il n’avait pas sa place, à commettre des erreurs « de débutant » avec ses attaques anti-Sarko et anti-sondeurs totalement hors-sujet.

              Ce qu’il a retenu de ses mésaventures, et qui me paraît essentiel pour revenir aux fondamentaux qui ont déterminé sans le MoDem et en « estompant » son parti d’origine contrôlée, l’UDF, le vote de 7 millions d’électeurs, c’est qu’il se placera dorénavant « au-dessus la mêlée », avec la seule stature qui lui convienne « naturellement », celle d’un futur Président de la République.

              Ces millions d’électeurs, très peu partisans mais surtout sympathisants qui ont bien compris le message majeur de l’obsolescence de la Vème République et de la mystification du clivage droite/gauche, qui ensuite ont sans doute moins bien compris pourquoi cet homme d’Etat en puissance s’est « rabaissé » à se présenter à la mairie de Pau avec la sanction logique que nous connaissons, ni pourquoi il a essayé naïvement de « moucher » un « pro de la provoc », ce Dany le rouge viré au vert, qui a si bien réussi à le manipuler jusqu’à le faire sortir de ses gonds comme un enfant pubère...


              • Iren-Nao 25 juillet 2009 09:58

                Bayrou, il me semble, c’est comme Royal, mais dans un genre different, mais pas plus a la hauteur du probleme.

                On voudrait confier la France en ces temps difficiles a des ediles tout au plus regionaux qui se font rouler dans la farine par des adversaires pas vraiment dangereux, dans l’arene ou evoluent les chefs d’etat, il y a quand meme des sacres crocodiles, et des enjeux autres que electoraux.

                Ce qui est emmerdant c’est qu’on voit pas grand monde pour ejecter et remplacer le locataire actuel.

                Pauvre France

                Iren-Nao


              • tvargentine.com lerma 24 juillet 2009 21:31

                L’inquiétante derive sectaire et populiste de l’opposition en France produit un rejet d’une partie de français qui préfére voter UMP ou pour Dany le rouge

                ROYAL BAYROU c’est du catholicisme social aux idées conservatrices et réactionnaires

                http://www.tvargentine.com/rosario.html


                • dom y loulou dom 25 juillet 2009 14:24

                  lerma qui désigne les réactionnaires maintenant... on aura tout vu...




                • Marianne Marianne 25 juillet 2009 13:33

                  Cette histoire de manipulation de sondages par l’Elysée, ainsi que l’incroyable renversement du scrutin des dernières élections européennes permettent de tirer la conclusion suivante : la COMMUNICATION et les MEDIAS ont un rôle bien plus important que le fond. Les électeurs votent bien plus sur des impressions de dernière minute, sur l’émotion d’une émission (le débat avec cette altercation entreCohn-Bendit et Bayrou, le film Home) plutôt que sur le fond des programmes qu’ils n’ont même pas lu. Contrairement à ce qui est colporté par ses partis concurrents et la presse, le MoDem a fait une campagne complètement de fond, sur le programme européen, que ce soit par ses documents de campagne, internet, ses meetings, les diverses interventions de presse et medias des candidats. Mais à force de marteler dans la presse grand public ou télévision, rebondissant sur le succès du livre de Bayrou « abus de pouvoir », que Bayrou ne parlait pas d’Europe, et tout ceci était volontairement orchestré, que le MoDem n’avait pas de programme européen, l’opinion s’est laissé prendre.

                  CONCLUSION :
                  - est-ce que le MoDem doit entrer dans ce jeu et « faire de la com » ?
                  - est-ce que le MoDem doit faire prendre conscience aux citoyens qu’ils sont vraiment manipulés, qu’ils se réveillent, qu’ils exercent leur conscience et leur responsabilité, qu’ils boycottent les médias manipulés et aillent chercher leur information plutôt sur internet, qu’ils s’intéressent vraiment aux sujets de fond et non à l’apparence, aux mensonges et aux fausses promesses, et qu’ils s’intéressent plutôt à l’honnêteté et à la crédibilité des hommes politiques, et qu’ils fassent ainsi leur choix en toute conscience.

                  La 2ème option est sans doute la plus difficile, mais c’est pour moi la voie la plus saine.


                  • dom y loulou dom 25 juillet 2009 14:20

                    pourquoi vous exprimez-vous ?

                    vous vous traitez vous-même de grand public...

                    le public se la ferme pendant le spectacle.

                    Il n’est là que pour payer et applaudir à la fin du spectacle.

                    Le public aujourd’hui aplaudit même les daubes et les sadiques les plus complets.



                    mais parler, s’exprimer, écrire ? et puis quoi encore ?

                    ...

                    vous êtes un citoyen ou un esclave du système, une « personne légale » et le système ne demande pas à ses esclaves de s’exprimer.

                    Mettez-vous en ligne devant le grand écran publicitaire et dites AVE LOBOTOMIE et tendez le bras pour qu’on vous neuro-chip !!!

                    c’est tout !!!!

                    et payez vos taxes et redevances et faites vos courbettes à la machine de guerre et léchez le cul de Rockefeller !!

                    vous ne devez rien dire d’autre si vous vous abaissez vous-même au rôle de grand public !!!

                    Un terme abject pour désigner des êtres pensants que devraient être les hommes !!



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Benji27


Voir ses articles







Palmarès