Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou remonte en selle. Le MoDem avec lui ?

Bayrou remonte en selle. Le MoDem avec lui ?

Quelques jours après son « gadin électoral », François Bayrou a retrouvé toute son assurance : pas de profil bas sur les ondes ni de Canossa à l’Elysée avec le président Sarkozy.

Un instant désarçonné par la ruade de Daniel Cohn-Bendit, le cavalier béarnais, admirateur de son « pays » Henri IV, entend bien continuer à tenir les rênes fermement même si désormais il ne s’agit plus d’une course sur un hippodrome balisé mais d’un CSO ( concours de saut d’obstacles), épreuve qui requiert une « monte » différente et une monture bien préparée. Saura-t-il s’adapter à cette nouvelle donne et mobiliser avec lui les militants de son staff du sommet au dernier des lads ou grooms ? Pas si sûr.

L’incident est clos.

L’interview-video, un peu pro domo, sur le site du MoDem, relayée par d’autres quotidiens, révèle un chef réfléchi, modeste quand il bat sa coulpe, déterminé et autoritaire quand il parle d’avenir ou plutôt de devenir. Attitude parfois paradoxale.
Bayrou est persuadé et il a sans doute raison, que les idées ne meurent pas quand bien même leur auteur trébucherait, chancellerait sur ses étriers avant de retrouver une assiette stable.

La preuve : on lit ici (Agoravox dont il dit grand bien) comme dans toute la presse, tout et son contraire, avec une nette propension à dépasser peu à peu l’épisode de l’algarade sur France 2 et même les résultats des élections.

Malgré son succès de librairie « Abus de pouvoir » sera bientôt rangé au rayon des écrits polémiques et ne sera exploité qu’en temps utiles comme Bayrou a tenté de le faire du « Grand Bazar » de son rival du jour, le très médiatique Dany. Combien de lecteurs savent précisément de quoi il s’agit ? La pudeur mystérieuse de Bayrou ( le mot sexe n’apparaît pratiquement jamais) semble avoir gagné les éditorialistes et le vulgum pecus reste sur sa faim si tant est qu’il ait de l’appétit pour ce genre de débat . C’est « Projet d’ espoir » qu’on retrouvera peut-être sur les tables de nuit des militants les plus ardents. Et puis, il faut relativiser en les « contextualisant » les résultats , les 8,5 % du MoDem comme les 16,3 % d’Europe-Ecologie. Le destin des deux leaders et leur électorat potentiel sont si différents que toute spéculation à long terme est prétentieuse.

Changer la gouvernance. Comment ?

« Plus rien ne sera comme avant » ; la leçon a été entendue ; l’examen clinique a été vite fait mais les analyses et radiographies n’ont pas encore révélé l’origine du symptôme ; on va s’y mettre etc….

On a entendu des réactions délirantes dans les rangs du MoDem : collusion entre Sarkozy, Pinault et Arthus-Bertrand pour programmer le film Home au bon moment ; sondages truqués ou au moins instrumentalisés ; presse prompte à s’enflammer pour Cohn-Bendit plus « vendeur » et bien d’autres explications de la même eau dont une petite part pourrait être retenue.

Les plus avertis ou mieux avisés ont néanmoins compris que, malgré une campagne tout autre sur le terrain, l’image du patron omniprésent, peut-être grisé par le succès de son livre, a pesé sur la décision finale d’un électorat qui n’a pas reconnu dans le MoDem, le parti de l’Europe tel qu’il le voyait sous la bannière de l’UDF (CDS, MRP jadis).

 La présence de Benhamias et de quelques écologistes recyclés et plus palots parmi les candidats, n’ont pas suffi à donner à l’écologie la place que la très sérieuse et expérimentée Corinne Lepage aurait pu assurer au plan national avec une image très différente du bouillant Cohn-Bendit. « Blanc bonnet et bonnet blanc » souvent sur le fond, attitude très différente dans la forme.

De même, l’experte Sylvie Goulard, fervente militante européenne, incollable sur le sujet, n’a pas été suffisamment alignéé au premier plan national, plan qui induit les réactions au plan régional. (cf Cohn-Bendit).

Mieux, l’impayable J-F Kahn a donné de la couleur ne cessant de parler d’Europe avec enthousiasme avec un programme audacieux parfois utopique, mais il a été peu relayé par les medias régionaux (réticences envers l’ex-patron de presse ?) et donc inefficacement adulé par de nombreux militants, nouveaux et jeunes surtout, ces réunions électorales relevant davantage d’un exercice interne presque onaniste, peu débordantes .

Les responsabilités incombent donc surtout au patron et à la N°2, Marielle de Sarnez qui sont tous deux loin de faire l’unanimité . « Faire amende honorable ne suffira pas il faut des changements nets » nous dit un responsable de haut rang, à Paris, qui pour le moment ne veut pas s’avancer mais espère un rebond démocratique comme tous ces militants régionaux ou départementaux qui, dans des élections internes hâtives, n’ont pas eu droit à la parole. Fichiers confisqués ou accaparés au profit d’une tendance unique par exemple ; compétence et représentativité douteuse dès lors des élus ; consultation interne a posteriro sur les listes européennes contrairement à ce que François Bayrou a affirmé en ce qui concerne Eva Joly… sont des griefs qui ont peut-être démobilisé des éléments de la base particulièrement les « anciens » issus de l’UDF et qui s’étaient refusés aux sirènes de l’UMP précisément à cause d’un renouveau attendu et que François Bayrou promettait.

Mais rien n’est joué.

L’homme est un costaud, obstiné, pugnace et garde, tous azimuts, un capital de sympathie à peine écorné car les sanctions trop hâtives s’émoussent rapidement. On le verra bientôt .

Mais le succès de la stratégie politique est une autre affaire qui nécessitera de profonds réaménagements. Le Centre n’est pas mort à condition que l’un de ses principaux leaders retrouve aussi ses amis d’antan et parmi eux de nombreux élus conseillers régionaux élus sous l’étiquette UDF et qui lui gardent estime et affection mais pas de façon inconditionnelle.

Le président des Jeunes Démocrates 67 a déclaré fort judicieusement : « nous n’avons pas gagné à gauche ce que nous avons perdu à droite ». Eh oui ! Là est le problème strictement stratégique.

« Rassembler au lieu de diviser, bousculer les anciens clivages… » programme développé dans « Projet d’espoir »n’est pas facile. Et la démocratie interne à retrouver…en dépit des résistances ne l’est pas davantage.

Jean-Louis Borloo qui se veut fidèle en amitié, a déclaré, laconique, dans une émission du soir à la TV :« François (B) s’est trompé d’élection ».
Cohn-Bendit lui, ne s’y est pas trompé. CQFD.

Antoine Spohr
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Paul Cosquer 15 juin 2009 10:53

    Cet article traitant d’équitation aurait dû paraître en rubrique « spohrtive » ! smiley

    FB n’est pas un mauvais cheval : il n’était simplement pas dans sa course. Et il n’a pas assez parlé des chevaux qui couraient, de l’écurie MoDem.

    Borloo : « Cohn-Bendit lui, ne s’y est pas trompé » Relis ton Histoire, Jean-Louis, Cohn-Bendit s’est tout le temps trompé ! Il a fait échouer, a saboté et finalement trahi une révolution. Et après qu’a-il fait de bon ? De quel bilan positif peut-il se vanter ? J’attends...


    • Yaka Yaka 15 juin 2009 16:37

      Quand vous arrêterez de fustiger les leaders plutot que de debattre sur les idées, vous et FB pourrez enfin plaire aux francais.


    • Gabriel Gabriel 15 juin 2009 22:20

      Cohn-Bendit s’est tout le temps trompé ! Il a fait échouer, a saboté et finalement trahi une révolution. Et après qu’a-il fait de bon ? De quel bilan positif peut-il se vanter ? J’attends...

      Salut Paul .

      Le bilan positif se solde en un gros pourcentage en moins pour ton idole, et en un gros pourcentage en plus pour la prise de conscience de l’état de notre planète.

      C’est pas si mal, tu ne trouve pas ? A part bien sûr que tu ne vives pas sur terre, pour un poète tu devrais te réjouir que l’on préserve ta source d’inspiration principale, la terre, l’humanité, la vie .

      N’oublie pas, il est peut-être gentil le François, mais la planète a besoins de plus en plus de voix, pour prendre une nouvelle voie, on ne peut pas continuer à faire la sourde oreille, en tant que poète tu devrais d’ailleurs être l’un des premier en entendre la mélodie du drame qui guète l’humanité de jour en jour, un poète c’est sensé avoir de l’oreille .


    • werther_original werther_original 15 juin 2009 22:23

      quel drame attend l’humanité ?


    • Gabriel Gabriel 16 juin 2009 09:13

      quel drame attend l’humanité ?

      Salut Werther .

      Je n’ai pas parlé de dame à l’état pur, j’ai mi le mot dans un contexte « la mélodie du drame qui guète l’humanité » 

      Une mélodie que l’on attend, si bien sûr on a tendu l’oreille, depuis plus de 50 ans maintenant, ceux qui étaient considérés comme des utopistes et en minorités par le passé avoisine maintenant les 16 % .

      Au 19 siècle certains pensaient que l’abolition de l’esclavage était une utopie, au 20 siècle d’autres pensés que le droit de vote des femmes était une utopie, mais les utopies de ces époques ont fait leurs chemins, ou si tu préfères ont trouvé le chemin de la raison .

      Un jour on a dit que la terre était ronde, un jour on a dit que ce n’était pas le soleil qui tournait autour de la terre, mais le contraire, il faut parfois longtemps pour que certains ne considèrent pas leurs savoirs et leurs connaissances comme des vérités absolues et pour qu’ils acceptent comme nouvelle vérité ce que hier ils considéraient comme une hérésie ou une utopie .

      En 1870 les moteurs n’existaient pas, le cheval était le moyens de transport, en 1969 l’homme marchait sur la Lune, ce que les hommes ont pu croire ou penser 100 ans avant une date précise n’est pas irréversible, les preuves sont là . 

      Il y a donc eu au fil des années ceux qui pensaient que tout était acquis et que le tout le reste était sans fondement, mais il y a eu aussi ceux qui nous ont fait évolué, ceux que l’on considérait comme des hérésistes ou des utopistes et qui ont continué à dire qu’ils avaient raison malgré parfois les conséquences de telles pensées ou de tels dires .

      Oui ceux qui étaient considérés comme des Sataniques hier, se sont avérés des savants ou de grands philosophes des siècles plus tard, il ne faut donc pas vivre avec sont temps, mais bien en avance de ce même temps .


    • werther_original werther_original 16 juin 2009 15:20

      on a aussi pensé que le communisme libererait l’homme et il y a eu staline.

      on a aussi parié sur le nucléaire comme énergie sans fin et on a crée la bombe atomique.

      Le progrès est toujours négateur de lui-même. Le poète doit savoir cela aussi.

      Quels seront les mauvais côtés de « l’avancé écologique » ? je n’en sais encore trop rien mais ils existeront.


    • LE CHAT LE CHAT 15 juin 2009 11:57

      quel clown , ce Bayrou , c’est le Haras qui rit  !  smiley


      • LE CHAT LE CHAT 15 juin 2009 12:21

        ses deux bourrins imotep et taverne labourent inlassablement sillon après sillon pour semer des graines qui ne germent pas ! smiley


      • tchoo 15 juin 2009 12:33

        un électorat qui n’a pas reconnu dans le MoDem, le parti de l’Europe tel qu’il le voyait sous la bannière de l’UDF (CDS, MRP jadis).

        Je dirai plutôt que c’est le contraire.
        Les français ne veulent pas de l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, beaucoup l’ont oublié, bien sur, puisque l’on c’est assis sur leur vote !


        • A. Spohr Spohr 15 juin 2009 17:02

          Ma conclusion « dernier obstacle » ( 1 barre)a été mal comprise : je voulais dire que DCB ne s’était pas trompé d’élection, lui : la preuve. Ce n’est en rien lui prêter une autre quelconque vertu.


          • moebius 15 juin 2009 21:13

             C’est de la réclame pour Bayrou cet article ? Ou vous avez trouvé un costard aussi ringard Monsieur Cosquer ?


            • Gabriel Gabriel 15 juin 2009 22:04

              Salut Moebius .

              Pour le costard, il m’a dit qu’il l’avait chouravé chez toi . « Pour plaisanter bien sûr » .


            • nellurga 15 juin 2009 22:53

              finalement, peut-être que le bonheur est dans le pré

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès