Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou, troisième homme éphémère ?

Bayrou, troisième homme éphémère ?

 Argument de marketing destiné à mettre du suspens dans un scénario écrit par avance, ou manifestation réelle de l’incertitude de l’opinion, chaque campagne électorale présidentielle voit apparaître le concept de « troisième homme », celui qui, à quelques (6-9) mois de l’échéance fatidique, est présenté comme pouvant bouleverser les pronostics établis. Le destin électoral de ces « troisièmes hommes » a souvent été décevant. Ainsi, la comparaison entre la popularité surprenante de Jean-Pierre Chevènement (le « Che ») à l’hiver 2002 et celle, montante, de François Bayrou au cours des dernières semaines, est tentante. Pour autant, elle me semble dangereuse.

Jean-Pierre Chevènement et François Bayrou partagent certaines caractéristiques :

- tous deux sont perçus comme des responsables politiques droits et honnêtes, courageux, n’ayant pas peur de dire ce qu’ils pensent.

- tous deux ont souhaité dépasser - ou souhaitent le faire - les clivages droite-gauche habituels pour rassembler les électeurs autour de quelques idées fortes et d’une certaine vision de la société.

Mais deux autres éléments fondamentaux les séparent.

Contrairement à Jean-Pierre Chevènement, dont le parti, le MDC (Mouvement des citoyens) n’était qu’embryonnaire et quasi inconnu du grand public, François Bayrou dirige un parti, l’UDF, qui, bien qu’affaibli par la tentative d’OPA ratée du RPR, dispose d’un nombre d’élus locaux encore important et bien implantés, qui peuvent servir de relais à ses idées, et d’une lisibilité historique au sein de l’opinion.

Surtout, la position centrale de Bayrou sur l’échiquier politique lui confère une crédibilité autrement plus importante. Issu de la gauche du Parti socialiste, le Che avait basé sa campagne sur la défense de la nation vis-à-vis des agressions extérieures, Europe, mondialisation, etc. Il avait ainsi pu rallier un temps des politiques de la droite nationaliste et des électeurs soucieux de la défense des valeurs traditionnelles aussi bien que des membres de mouvements alter-mondialistes, par exemple. Pour autant, le grand écart à réaliser entre ces éléments dissemblables était trop important pour être durable.

Au contraire, les électeurs que Bayrou se propose de rassembler sur son nom sont idéologiquement proches.

Enfin, Bayrou semble avoir compris le malaise d’une fraction importante de l’électorat français envers sa classe politique. En 2002, plus de 50 % des voix des électeurs se sont dispersées vers des candidats des extrêmes ou alternatifs au premier tour. Ce vote de protestation ne signifiait pas, dans la majorité des cas, une adhésion au projet politique de ces candidats ou un désir de les voir élus, mais un fort rejet envers les candidats des partis traditionnels. Mais François Bayrou ne propose pas uniquement aux électeurs une alternative de plus à ce vote protestataire. Candidat d’un parti central, avocat de solutions innovantes mais négociées et d’une union entre responsables de droite et de gauche au sein d’un même gouvernement pour résoudre les problèmes les plus urgents, Bayrou est un candidat acceptable pour une majorité de Français, à défaut d’être le plus médiatique. Et ce n’est sans doute pas une surprise de voir que les résultats du sondage CSA sur l’opinion des Français envers un gouvernement d’union nationale, comme proposé par Bayrou, ont été si peu commentés au sein de la presse ou des autres partis politiques : que plus de 70% des sympathisants UMP ou PS y soient favorables bouleverse les équilibres traditionnels.

Confrontés à une overdose du duo Sarkozy-Royal et à des projets socialistes et UMP caricaturaux, les électeurs modérés peuvent donc trouver une alternative crédible dans le candidat de l’UDF.

Pour autant, rien n’est joué, et d’ici avril 2007, Bayrou va devoir faire face à plusieurs écueils majeurs : sa violente attaque contre la partialité des médias va lui fermer quelques portes et réduire encore les opportunités de présenter son projet, il demeure mal armé face aux luttes d’image que mèneront les candidats PS et UMP, et surtout le vote d’une partie de l’électorat modéré (notamment de gauche) risque de lui échapper au dernier moment si des sondages montrent un FN en passe de rééditer sa performance de 2002. Plus cohérente que celle de Chevènement en 2002, il ne serait pas étonnant que sa candidature soit plus attractive que ne l’attendent bon nombre de commentateurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (141 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • FT (---.---.229.99) 21 septembre 2006 13:55

    Je ne pense pas qu’il soit si éphémère que ça mais sa stratégie est à clarifier d’urgence... s’il ne souhaite pas rentrer dans l’éphémère.

    Pour les coups médiatiques suceptibles de rallier les indécis je penses que nous en sommes encore très loin car comme chacun sait les indécis sont par essence indécis et ce jusqu’au dernier moment... donc rien ne sert de commencer trop tôt .. par contre accroitre sa base de supporter c’est une idée à creuser d’autant que sur le fond il a des choses à défendre...


    • luds (---.---.166.35) 21 septembre 2006 14:28

      « sa violente attaque contre la partialité des médias va lui fermer quelques portes et réduire encore les opportunités de présenter son projet »

      Pas forcement, lorsque la « veritable » campagne commencera, il aura autant d’opportunites de presenter son projet que tous les autres candidats, ce sont les regles strictes du CSA.

      D’accord pour dire que certains sondages sont beaucoup moins commentes que d’autres...


      • Loïc Le Naour (---.---.42.194) 5 octobre 2006 14:30

        La réaction marrante des journalistes, à commencer par Chazal, qui s’offusque et parle « d’accusations très graves », tandis que Bayrou lui explique gentiment que ce n’est pas de sa faute et qu’elle est, telle une idiote utile, complètement dépassée par les événements. On est presque dans la « vieille thèse du complot médiatique »

        Je noter au passage que Bayrou ne va pas aussi loin que les enfants sauvages de Bourdieu ; il dénonce une sorte d’indifférence médiatique à son égard, une volonté de construire le casting des présidentielles - pas la propagande libérale pro-oui à laquelle il pourrait souscrire. Mais par contre, il accuse les groupes qui vivent des commandes publiques de protéger des candidats qui respecteront grosso modo ces carnets de commande. C’est bien ça qui fout les boules à Claire Chazal, d’autant plus qu’elle ne doit pas avoir, personnellement, l’impression de travailler pour que Bouygues ait sa part des futures voies de TGV.

        C’est une bonne chose que Bayrou mette les pieds dans le plat, mais je trouve ça un peu dommage qu’il le fasse de façon si tardive et si peu constructive. Où était-il pour passer une loi empêchant les groupes qui vivent des commandes publiques de posséder une chaîne de télé ? - que sans le supplément de thune apporté par les investisseurs, la presse crèverait ? Remarque qui n’est d’ailleurs valable que pour la presse, car TF1 et M6 sont des machines à transformer la.... en or et pourraient parfaitement être indépendantes.

        Est ce que Bayrou va nous proposer dans son programme une loi de séparation de la finance et de l’Etat ? Est ce que les socialos vont faire de même ? Est ce que l’Etat va enfin sponsoriser la presse écrite pour qu’elle ne soit plus dépendante d’actionnaires trop généreux et des revenus de pub incertains ? Et quelles contreparties mettre en face de ces subventions ? Allez Bayrou vas y propose des trucs


      • carolus (---.---.48.122) 21 septembre 2006 14:57

        Ce billet, c’est de la prospective politique ou l’expression d’un voeu ?

        Si j’apprécie que Bayrou veuille transcender les clivages, je déplore fortement qu’il formule très peu de propositions concrètes ; en matière économique, nada. Réforme de l’Etat, que dalle.

        C’est léger. Un positionnement devrait servir un projet. Chez Bayrou, je cherche, mais je ne vois que des incantations, de la posture et un positionnement sur l’échiquier. Ca devrait lui nuire : il a l’image d’un sympa, mais il ne fixe aucun cap.


        • frem59 (---.---.100.37) 21 septembre 2006 18:01

          je ne suis pas du tout d’accord avec l’internaute qui dit que BAYROU ne propose rien. en fait, je pense exactement le contraire, à savoir que BAYROU est l’homme politique en france qui propose le plus de réformes essentiels ( réforme de l’etat, réforme institutionnelle:6ième république, dépassement du clivage stéril droite-gauche, colloques multiples depuis prés d’un an sur tous les grands sujets de société, ect, ...). Il n’y a qu’à se rendre sur le site de l’UDF pour s’en rendre compte, et, lire et écouter.


        • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 18:06

          Ne pas fixer un cap est positif quand on ne veut pas des caps proposés par Sarkozy et Sarkozette.

          De plus si Bayrou est élu, il ne pourra pas tenir un cap puisqu’il ne sera sûrement pas majoritaire aux législatives. Il pourra alors surtout apporter une nouvelle moralité, et c’est déjà très appréciable.

          De plus j’ai retenu qu’il veut modifier les institutions. Je crois effectivement que c’est une priorité et son positionnement lui permet de le faire de façon non partisane.

          Am.


        • (---.---.113.158) 21 septembre 2006 19:40

          Sarkozy et Sarkozette smiley

          l’expression qui tue...(des sources ?) je retiens...


        • Voltaire Voltaire 21 septembre 2006 20:30

          Ce texte est bien sûr une analyse prospective et pas un appel à voter Bayrou.

          Aux critiques sur les projets ou programmes des éventuels candidats, je recommande de regarder les sites de chacun qui comportent en général des informations intéressantes, rarement reprises par les média

          Dans le cas de François Bayrou, l’UDF a organisé une série de conférences thématiques depuis un an environ, chacune conclue par un discours de Bayrou qui contient les grandes lignes de ses propositions.

          J’imagine que ces propositions seront développées au cours de la campagne (l’UDF étant généralement à l’origine de documents assez détaillés), que vous pourrez consulter pour plus d’information.


        • arturh (---.---.119.98) 21 septembre 2006 15:23

          Bayrou ne doit surtout pas faire de propositions. D’ailleurs il n’a jamais rien eu à proposer qui fasse une réelle différence. Il a tout intérêt à continuer à jouer les victimes pour attirer sur lui les voix, extrèmement nombreuses de tous les mécontants.


          • Lorenzo (---.---.37.69) 21 septembre 2006 17:16

            Je n’ai jamais été partisan de M. Bayrou, mais j’apprécie de plus en plus l’alternative actuelle qu’il apporte à la forme du débat. Personnellement, je n’en peux plus des effets d’annonce caricaturaux, de l’irrationalité de certains partisans et de la « politique ping-pong » : je t’attaque, tu renvoies, tu m’attaques.Peut-t’on vraiment faire confiance à des personnes qui se comportent ainsi ? Oui, je fais une « overdose du duo Sarkozy-Royal ». Merci M.Bayrou d’apporter un peu d’air et un ton plus rationnel...


            • Gandalf_nouvelordi (---.---.241.144) 21 septembre 2006 17:37

              vous etes allés faire un tour sur le site de l’UDF avant de dire qu’il ne propose rien ?

              au hazard :
              - former un gouvernement multipartis
              - des réformes institutionnelles concretes
              - la tva sociale
              - ...

              sans parler bien sur des discours « d’intentions » dans de nombreux domaines (social, écologie, europe...) qui ne sont pas pire (pas moins concrets) que ce que racontent les autres


              • David972 (---.---.3.59) 21 septembre 2006 17:58

                Il faut arrêter là encore les paroles inutiles... Bayrou Président et même Bayrou au second tour, c’est vraiment de l’imbécilité...

                Comme si Bayrou avait une chance face au rouleau compresseur Sarkozy. Bayrou ne s’est pas entraîné un public, Bayrou n’a aucun charisme, Bayrou n’ pas les moyens de s’opposer à Nicolas Sarkozy dans un débat, les électeurs UMP sont bien plus nombreux que les électeurs UDF. Bayrou n’a aucune suite dans les idées : Bayrou réfléchit à chaque mot alors que Sarkozy parle de façon claire, limpide...

                Bref, Bayrou n’a aucune chance pour la gagne en 2007 et c’est déjà une question réglée alors arrêtez de parler de Bayrou !


                • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 18:09

                  Vous ne vous êtes pas encore rendu compte que Bayrou attire aujourd’hui bien plus d’électeurs que ceux qui traditionnellement votent UDF ?

                  Am.


                • Basique (---.---.192.161) 21 septembre 2006 18:14

                  Bayrou n’a peut être pas de charisme mais après s’être fait entubé des décennies par des hommes charismatiques , il va peut être falloir changer de critères pour nos choix . Moi je veux juste un homme politique qui explique sans langue de bois (marre d’être prise pour une blonde) et qui semble se soucier de la France avant de se soucier de lui .


                • Forest Ent Forest Ent 21 septembre 2006 22:56

                  « rouleau compresseur Sarkozy » ?

                  Sarkozy et Kozette ont effectivement les médias derrière eux, mais ça ne suffit peut-être plus. Cf le référendum sur le traité européen.

                  Et Sarkozy a fait un choix politique risqué. En tirant vers le FN, va t il lui piquer des voix ou au contraire lui en apporter ? Il n’est pas exclu qu’il se trouve finalement étouffé entre le centre et l’extrême droite.

                  Le seul but de 2007, c’est de finir deuxième (derrière Le Pen) au premier tour pour être élu au deuxième. Le match est très ouvert.


                • (---.---.38.234) 24 septembre 2006 17:50

                  c’est vrai que Sarkosy ne reflechit pas beaucoup...Remplaçons les debats par des duels a l’arme blanche


                • Loïc Le Naour (---.---.42.194) 21 septembre 2006 18:02

                  Si M Bayrou était au deuxième tour de l’élection présidentielle, il lui faudrait bien être de gauche ou de droite.

                  Personnellement je vis dans une commune « Meudon 92 » avec un Maire UDF « M. Marseille » et bien il ne fait pas de différence entre la droite, la droite et la droite puisque tous sur la même liste.

                  Alors, tout est possible sur le papier mais au bout du compte, ça ne trompe personne, c’est l’intérêt personnel qui domine.


                  • (---.---.162.15) 21 septembre 2006 18:56

                    Bayrou n’est-il pas moins à droite que Royal ?

                    Au moins il ne fait pas appel aux militaires pour éduquer les jeunes délinquants. On sent moins l’état policé à la Sarkozy.

                    Am.


                  • Remy (---.---.29.19) 21 septembre 2006 18:50

                    Sans tenir compte de F Bayrou, le chiffre de 70% du sondage CSA favorable à un gouvernement d’union nationale laisse rêveur. Est-ce à dire que les alternances droite gauche, président de droite, assemblée de gauche et inversement, ne sont que des appels du pied du peuple qui souhaite une réconciliation nationale entre les deux ? demanderait-il de se soucier enfin de lui et moins des querelles de chapelle, des théories économiques fumeuses, et le bon peuple aurait-il ras le bol des « c’est nous qui avons raison les autres ont tous tort » ? voila une belle surprise ! dommage effectivement que ce sondage n’est pas été plus commenté .


                    • Voltaire Voltaire 21 septembre 2006 20:39

                      Il est effectivement très surprenant que les résultats de ce sondage n’aient pas été plus commentés ! Comme cela va dans le sens de François Bayrou, on peut se demander si son attaque contre les média n’est pas en partie justifiée...

                      On peut bien sûr interpréter de différentes façons ce score étonnant, mais il révèle clairement la justesse de l’analyse de François Bayrou sur le désir des français de voir les responsables politiques s’entendre au moins sur les sujets les plus importants.

                      De là à traduire ce résultat en vote pro-Bayrou, il y a un grand pas que je ne franchirai pas, mais cela indique néanmoins que Bayrou construit son argumentaire sur une base juste.


                    • luds (---.---.85.245) 21 septembre 2006 23:19

                      Oui les francais sont favorables a une gouvernement d’union et F Bayrou l’a bien compris mais si on pose une question du type : « Pensez vous qu’il soit possible de former un gouvernement d’union en France ? » ou plus clairement « Pensez vous que des responsables politique puissent mettre leurs querelles de cote et former un gouvernement d’union ? » ... la, on peut etre sur que la majorite dira non et c’est logique.

                      Quand on voit les querelles au sein de chacun des partis (sans aucune exception) et l’impact que ca peut avoir sur l’efficacite d’un gouvernement quand il s’agit du parti majoritaire, ca fait peur.

                      Pour moi, le veritable enjeu pour Bayrou c’est de convaincre les francais que c’est possible et ca c’est pas gagne.

                      Depuis ma tendre enfance, je reve de ce type d’union mais a force d’observer ce monde politique j’ai le sentiment que tout ceci n’est qu’utopie !

                      Mai bon... Je ne demande qu’a y croire


                      • Docteur_fox (---.---.125.107) 22 septembre 2006 07:00

                        Je suis tombé par hasard dimanche dernier sur l’excellente émission arrêt sur image sur la 5.

                        Le sujet était précisément la conspiration des médias et l’invité Bayrou. Il a raconté comment il s’était fait apostropher vivement par des directeurs de chaine suite à son intervention sur la neutralité des médias. Au court de cette vive discussion, ceux ci lui ont révélé que, oui, ils voulaient une campagne avec 2 candidats de leur choix, parce que c’est comme cela qu’ils voulaient faire évoluer la politique française.

                        Ce fut très intéressant à suivre, car ensuite il y a eu plein de journalistes qui ont voulu défendre ce point de vue ou au contraire le récuser.


                        • pifo (---.---.235.92) 22 septembre 2006 12:58

                          C’est cela la démocratie a la française : vous etes libres de voter pour qui vous voulez, du moment que nous l’avons préalablement choisi pour ce faire. Sinon, élisez qui vous voulez dans le pays qui vous plaira, mais pas en France.

                          Et ça prétend donner des leçons de démocratie a Saddam Hussein.

                          La précampagne revêt une importance capitale dans les élections. C’est ce qui a valu à Royal de passer d’une certaine popularité à une popularité certaine, en un laps de temps.

                          C’est du moins ce dont les medias essaient de nous convaincre.

                          Il est évident que la démocratie française a été prise en otage par les medias et les sondages. C’est inadmissible.

                          Au moins, faisons les mentir.


                        • Jean François (---.---.174.72) 22 septembre 2006 07:23

                          Je confirme que je suis en plein accord avec « je ne suis pas du tout d’accord avec l’internaute qui dit que BAYROU ne propose rien. en fait, je pense exactement le contraire, à savoir que BAYROU est l’homme politique en france qui propose le plus de réformes essentiels ( réforme de l’etat, réforme institutionnelle:6ième république, dépassement du clivage stéril droite-gauche, colloques multiples depuis prés d’un an sur tous les grands sujets de société, ect, ...). Il n’y a qu’à se rendre sur le site de l’UDF pour s’en rendre compte, et, lire et écouter. » de et par frem59 (IP:xxx.x92.100.37) le 21 septembre 2006 à 18H01


                          • Cool Mel (---.---.7.233) 22 septembre 2006 09:22

                            « ...une certaine vision de la société. »

                            Comment peut-on prétendre à une vision de la société, sans afficher une position claire sur la question de la surpopulation étrangère ?

                            Or, sur ce thème, on ne peut pas être « ni de droite ni de gauche ». Il faut choisir explicitement entre la préférence nationale et la préférence étrangère.

                            Ceux, de « droite » qui croient pouvoir ne pas choisir la préférence nationale, comme les Chirac, les Sarkozy ou les Bayrou, n’ont aucun réel avenir politique. Ils peuvent gérer quelques temps, mais en aucun cas, répondre aux vraies attentes des vrais Français.

                            Il ne faut pas chercher ailleurs l’échec de Chevènement, et il ne faudra pas chercher ailleurs la cause de l’échec de Bayrou.

                            La victoire même de Sarkozy ne sera due qu’au fait qu’il aura réussi à faire croire à une majorité de Français qu’il est favorable à une préférence nationale à laquelle, étranger lui-même, il ne peut évidemment pas souscrire.


                            • pifo (---.---.235.92) 22 septembre 2006 12:39

                              « La victoire même de Sarkozy ne sera due qu’au fait qu’il aura réussi à faire croire à une majorité de Français qu’il est favorable à une préférence nationale à laquelle, étranger lui-même, il ne peut évidemment pas souscrire. »

                              A te lire, on croirait que le jeu se résume à une question de préférence nationale.

                              Je doute que les français soient aussi limites dans leurs réflexions. Lutter contre l’arrivée massive des étrangers en France est une priorité, mais les solutions proposées par les uns et les autres ne sont que de la poudre aux yeux.

                              Il s’agit d’une affaire de gros sous. Ces aspects la sont généralement occultés dans tous les débats liés a l’immigration.


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian LABEL NGONGO 22 septembre 2006 12:47

                              Pauvre, Pauvre Monsieur François Bayrou, il n’y a que lui pour croire qu’il a une chance d’être président des français. Il faut bien qu’il soit optimiste. BON COURAGE


                              • l’ami fritz (---.---.93.173) 22 septembre 2006 13:10

                                Le problème reste que le troisième homme, le vrai, le meilleur tribun démagogue de France, c’est Le Pen. Quand on veut donner un coup de pied dans « le système », on vote pour ce qui fait peur au dit système, et pas pour un type avec une tronche d’évêque pseudo-rebelle aux accents post-giscardiens !...

                                Bayrou se lance maintenant dans une sympathique critique de notre élite du pouvoir et de son tissu de connivences et de combines. C’est un peu tard, Oscar ! Car Fanfan lui-même en est, et l’un des plus purs produits. Sa critique ne va d’ailleurs pas jusqu’au bout, alors que d’autres, si : les marxistes ou post-marxistes Besancenot, Laguiller, Bové et consorts ; l’eurosceptique de Villiers qui parle du nez, et justement, toujours et qui les dépasse tous et toutes d’une tête, JMLP.

                                Ni charismatique ni grand tribun, Bayrou n’a en outre aucun programme. Son parti ressemble à une troupe de notables de province un peu trop repus qui se font applaudir, entre deux inaugurations de salle des fêtes bien arrosées, par les fidèles d’une assemblée diocésaine qui ont l’impression de s’encanailler en participant à des meetings sous des toiles de tentes...

                                Sans parler du bilan de l’ex-ministre à l’Education nationale, qui fut le roi de la reculade, pour rester poli, et dont les trop nombreux « compromis » avec la nomenklatura bureaucratico-syndicale du Ministère me restent en mémoire...

                                Bref, je ne donne pas cher de ses chances pour la présidence... mais peut-être ferait-il un assez bon animateur de quinzaines commerciales ?


                                • Voltaire Voltaire 22 septembre 2006 16:34

                                  La critique sur le terme de « troisième homme » est tout à fait valide, si on s’en tient aux scores.

                                  Mon interprétation de cette expression a été celle d’un candidat susceptible de l’emporter face aux deux favoris des media. Dans ce sens, Jean-Marie Le Pen, qui a même été le « deuxième homme » en voix, n’est pas à proprement parlé un troisième homme possible car son positionnement extrême rend extrêmement improbable son élection dans un scrutin majoritaire. Au contraire, le positionnement central de François Bayrou rend cette hypothèse plus plausible.

                                  Quant aux programme, j’ai déjà répondu précédemment et je vous encourage à visiter plus souvent les sites des divers candidats.


                                • Pas l’oie, pas pris (---.---.79.7) 22 septembre 2006 16:13

                                  « nomenklatura bureaucratico-syndicale » ou nomenklatura trusto-politico-médiatico.. ? et j’en passe.. !!

                                  Laquelle préférez vous ?

                                  Personellement, ni l’une , ni l’autre, même si je sais aussi que celle ci comptent des individus qui heureusement voient encore clair et quelque crans au dessus.. !!!

                                  Vous n’en n’avez pas marre de ces vieilles nippes idéologiques ...qui ne sont plus que de sinistres banderoles mitées que d’aussi sinistres clowns d’arrière garde essaient encore d’agiter...pour nous endormir.. !!!

                                  Amicalement votre.


                                  • David972 (---.---.46.56) 22 septembre 2006 17:06

                                    Bayrou n’a aucune chance et on va pas refaire le déat. C’est clair. Bayrou est éphémère. Bayrou pourrait avoir une chance dans un pays très éclaté. Mais Sarkozy et Ségolène Royal bouche pratiquement tout l’électorat. Quand à Le Pen, n’en déplaise à certains, il sera le troisième homme car il l’a toujours été. Bref, ayrou s’engage dans une cause perdue et c’est pathétique pour lui tant il semble croire en sa cause. Mais personne n’est dupe. Bayrou risque fort de disparaître de la vie politique française, surtout qu’il y a les plus grandes chances pour que les Français accordent une majorité celui qu’ils auront élu en mai 2007. Bref, Bayrou est vraiment pathétique !


                                    • frem59 (---.---.106.231) 22 septembre 2006 18:52

                                      Pour répondre à la question : BAYROU, troisième homme éphémère ? François BAYROU est « tout » sauf éphémère. Je suis son parcours politique depuis 2002. Ses choix politiques sont des grandes orientations et des principes qui s’inscrivent dans la durée. Sa vision politique, sa détermination et sa constance dans ses valeurs font que F.BAYROU a une stature d’ homme d’état qui inspire confiance.


                                      • TR 63 (---.---.133.68) 23 septembre 2006 16:03

                                        Je ne veux pas de la guerre civile que me propose Monsieur Sarkozy : Les uns contre les autres ! Bayrou nous propose de vivre ensemble, de revenir aux vraies valeurs d’une démocratie... Il y a du souffle chez lui. Henri IV est de retour...


                                        • (---.---.38.234) 24 septembre 2006 18:49

                                          Bayrou, pourquoi pas ? Je ne suis pas centriste mais...Le ping pong Royal Sarkosy est perturbant en effet.De la part de royal c’est une strategie de contournement de l’appareil du partie pour etre designee ; quand elle le sera (si ellel’est),l’opposition droite-gauche rejouera de nouveau a plein et chacun se calmera et restera dans son role, centre y compris Le Pen continuera t’il a jouer son role de repoussoir attractif ? Ca s’est vraiment inquietant ! il a abondonne sa panoplie de jeanne d’arc pour celle de FFI ou de sans culotte Les lignes bougent ; enfin du nouveau ; changement de panoplie pour Le Pen et candidature possible d’une femme.Serieusement ; j’aime bien Bayrou et je voterez pour lui mais va t’il tenir dans le temps ? il faudra bien qu’il se resigne a n’etre qu’au centre. Si son partie monte dans les sondages il y aura tiraillement entre centre droit et centre gauche, Le FN lui serrera les fesses derriere son « chef » a moins qu’il n’aime pas sa nouvelle panoplie mais bon... En gros je croit qu’aucun electeur n’apprecie qu’on face de son bulletin des confetties, c’est vraiment le fond de ma pensee.


                                        • David972 (---.---.48.130) 24 septembre 2006 18:16

                                          Il y a les irréalistes et les réalistes.

                                          Les irréalistes croient aux chances de Bayrou. Mais bien sûr qu’ils sont raison car ils appartiennet à l’UDF ou aux sympathisants UDF. C’est donc bien qu’ils croient aux chances de Bayrou.

                                          Mais il y a les réalistes qui voient la situation de façon politique. Or, il est politiquement impossible ou très peu probable que Bayrou gagne la présidentielle ou passe même le premier tour. C’est de l’analyse politique et non pas de la prise de position idéologique.

                                          Voilà donc la situation et elle est des plus claires.


                                          • (---.---.38.234) 24 septembre 2006 18:52

                                            Vous avez le merite d’etre realiste.


                                          • albin wieniukiewiez (---.---.130.209) 4 octobre 2006 17:10

                                            Dans ce cas si seulement deux candidats ont leurs chances pourquoi faire un premier tour. Il est assez simple de faire croire ca aux francais, de leur dire qu auncuns autres candidats que sarko ou sego ont leurs chances. Est on encore en democratie quand en plus les médias tiennent le même discours ???? Moi je crois en la possibilité de la victoire du centre. pourquoi ? Car je n ai pas envi de vivre 5 ans de plus dans une france divisé, une france ou ont oppose les uns vis a vis des autres. D un coté le PS dont le secretaire generale declare ouvertement ne pas aimer les riches donc un pan de notre société de l autre l’ump qui par la voix de son president se met la jeunnesse a dos, les milieux defavorisés, les « racailles » etc etc. Nous sommes actuellement dans une surecnchère au PS comme a l’UMP et on oppose des pans entiers de notre société. N ayant pas envi de vivre dans une France coupé en deux avec 51% de satisfait et 49% de non satisfait je préfère soutenir un candidat comme Bayrou qui lui a compris que le seul moyen de sortir de la crise notre pays c est la se retrouver tous ensemble. pour reconstruire la France, il faut retrouver la confiance. Pour retrouver la confiance, il faut réunir les francais. OUI a un gouvernement de cohésion national.Et j’aimerais qu on arrete de dire que bayrou n est bon cas critiquer et jamais a proposer. cela fait plus d un an que l udf tient des colloques fructueux d’ou sortent de nombreuses idées. C’est le seul qui veut depuis 2002 une nouvelle constitution, un service civil obligatoire, que l’éducation redevienne centrale. En parlant d’éducation d’ailleurs que ces gens qui pensent qu’il n a rien fait aille voir des profs par exemple et qu ils demandent ce qu’ils pensent de bayrou quand il etait ministre. Ils verront bien qu’il a fait beaucoup et que mieux encore ses reformes existent encore (semestrialisation a la fac, la forme actuel de l examen du bac etc etc.)

                                            Amicalement


                                          • Pas l’oie, pas pris (---.---.72.52) 24 septembre 2006 20:22

                                            vous avez le mérite de confondre réalisme et parti pris moutonnier, mais bon, aprés tout chacun son réalisme.... !

                                            Un conseil : restez dans le troupeau ; car contrairement à Bayrou question souffle et argumentaire chez vous....c’est un peu poussif...

                                            la vie et l’histoire se rient bien des analystes et previsionistes de tout poil....et ça vos analyses n’y peuvent absolument RIEN... !!

                                            Amicalement votre !


                                            • Pas l’oie, pas pris (---.---.72.52) 24 septembre 2006 20:29

                                              Ultime précision ET DE TAILLE, je ne suis ni affilié, ni sympathisant de l’UDF.

                                              Décidemment votre « vue » est bien mauvaise....changez de « lunettes »..


                                            • David972 (---.---.103.229) 24 septembre 2006 21:51

                                              D’abord, il faut comprendre que Nicolas Sarkozy dispose d’une base poliique plus solide que celle de Bayrou. Le nombre de personnes sûres de voter pour Sarkozy est bien plus importants que le no:mbre de Bayrou. Ce n’est pas une prise de position politique mais seulement un constat.

                                              De plus, il faut aussi voir que Sarkozy est un bien meilleur débatteur, communicant... que Bayrou. Là encore il ne s’agit pas d’une prise de position politique mais simpement d’un constat. Personne ne le conteste d’ailleurs franchement. Bayrou traîne pour parler, il multiplie les ’heu...’ sans cesse, il réfléchit à chacun de ses mots. Sarkozy lui balance sans faire de faux pas, Sarkozy parle haut, clairement, avec autorité. C’est juste un constat politique donc.

                                              Ensuite, il y a l’UMP est ses futurs 300 000 addhérants qui va écraser l’UDF et ses moins de 150 000 addhérants. L’UMP dispose ensuite de pratiquement dix fosi le budget de l’UDF. C’est un argument très solide dans la bataille.

                                              Sarkozy prend sans cesse la France à témoin et tout le monde se jette sur lui, Bayrou parmi les premiers. Et toc, les Français donnent raison à Sarkozy et donc indirectement tort à Bayrou.

                                              De plus, il y aura le vote utile en 2007 : plus de dispertion des voix. Les socialistes voteront en bloc pour le(aà candidat(e) socialiste ou s’abstiendront ou voteront blanc, les Vertes voteront Verts... Il n’y aura pas de fuite. Ainsi l’espace politique de Bayrou deviendra inexistant car les Français ne voudront pas d’un autre 21 avril 2002 et voteront pour leur champion. Bayrou donc est déjà perdant.

                                              Enfin, Sarkozy tient à sa disposition une arme redoutable et presque décisive : les chiffres du chômage... Cela peut paraître bizarre. Mais les faits sont là :
                                              - chaque fois qu’un gouvernement, dans n’importe lequel des pays démocratiques a sauvé sa tête, c’est grâce au chômage qui était en diminution constante durant la dernière année de mandat ed ce gouvernement.
                                              - chaque fois qu’un gouvernement a été battu, c’est que le chômage était en augmentation constante durant la dernière année de mandat de ce gouvernement.

                                              Ainsi Bush a été élu en 2000 parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année Clinton, Clinton fut élu parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année de mandat de Bush père, Chirac fut élu en 1995 parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année Mitterand, Jospin a été élu parce que le chômage était en augmentation entre 1996 et 1997, Jospin fut battu en 2002 parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année de son mandat, Merkel a été élu parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année Shroeder, Prodi fut élu parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année Berlusconi, Harper au Canada fut élu parce que le chômage était en augmentation durant la dernière année du gouvernement précéent... C’est une logique implacable et cela arrive presque invariablement sauf si une grave crise (scandale énorme, corruption...) affecte le candidat bénéficiaire de la courbe du chômage. Ainsi Zapatero fut élu parce que le gouvernement Aznar a menti sur les attentats alors que le chômage était en diminution. Or, il est peu voire très peu probable qu’une telle chose arrive en France et donc Sarkozy a les plus grandes chances de remporter la présidentielle de 2007.

                                              Tout peut arriver et la méthode peut avoir des ratés même si cela ne s’est jamais produit. Mais cela montre bien que Bayrou est pratiquement sûr de perdre. Je suis donc désolé pour certain Bayrouiste mais les faits politiques sont là !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès