Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Beijing 2008 : des jeux oui, mais à quel prix ?

Beijing 2008 : des jeux oui, mais à quel prix ?

Héraklès a droit à notre souvenir parce que le premier, par amour pour les Grecs, il les rassembla à cette fête. Jusque là, les cités étaient divisées entre elles. Mais après avoir mis fin à la tyrannie et réprimé la violence, il institua une fête qui fut un concours de force, une émulation de richesse, un déploiement d’intelligence dans le plus beau lieu de la Grèce. Lysias, Discours olympique, 1-2

2008. La Chine accueillera les jeux Olympiques sans la lettre et l’esprit du Discours olympique de Lysias. Une honte à laquelle les athlètes du monde entier ne peuvent s’associer.


Introduction

Je gère un modeste blog qui n’a d’autre prétention que d’informer. Je viens d’apprendre qu’il est bloqué en Chine. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, et pour crédible que soit l’information, j’ai testé ici le sens de la démocratie chinoise à l’égard du droit à l’information de sa population. Cette censure n’arrêtera certainement pas mon ardeur à dénoncer ce régime et à mettre à jour toutes les informations relatives aux nombreux dénis dont est l’objet la population. Je suis au regret d’informer l’équipe d’Agoravox que ce forum citoyen, selon la même source, est également censuré en Chine. Rendez-vous en 2008, disiez-vous ?

La population

Selon une étude du Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) avec le soutien du Réseau universitaire international de Genève, plus d’un million de résidents de Beijing (auparavant appelé Pékin) auront été déplacés lorsque débuteront les Jeux olympiques organisés l’année prochaine dans la capitale chinoise, dont un grand nombre de force. Plus de quatre cent mille personnes auraient jusqu’à présent été évincées de Pékin et relogées à l’extérieur de la ville. Elles vivaient en grande majorité dans les Hutong, les quartiers traditionnels de la capitale. Un porte-parole du bureau principal des grands travaux des JO à Pékin annonce que seules six mille familles ont été affectées par les travaux et que les personnes déplacées habitent maintenant dans de bien meilleures conditions.

Cela dit, qu’ont en commun, maintenant, ces honorables entreprises : Lekit Stationery Co, Mainland Headwear Holdings Ltd, Eagle Leather Products and Yue Wing Cheong Light Products ? Elles viennent d’être épinglées par plusieurs organisations de défense des travailleurs, dont la Confédération syndicale internationale (CSI), qui ont dénoncé dans un rapport les « abus » et « atteintes flagrantes » aux droits des ouvriers dans des usines de Chine fournissant des sacs, casquettes, articles de papeterie, estampillés JO. Jiang Xiaoyu est vice-président du Comité d’organisation des jeux Olympiques (BOCOG). Il jure par les grands dieux que le travail des enfants est prohibé en Chine. Il affirme même que ces firmes ont signé des contrats les obligeant au respect des lois.

Plus récemment, des villages du Guangxi ont été le théâtre de manifestations où des milliers de paysans du sud du pays ont manifesté pendant plusieurs jours pour protester contre la politique de l’enfant unique de Pékin. Dans le cadre de la politique de l’enfant unique, introduite en Chine il y a plus de vingt ans, les couples vivant dans les villes ne peuvent avoir qu’un enfant. Dans les campagnes, les parents sont autorisés à avoir un autre enfant si le premier est une fille. Les pauvres en sont réduits à enfanter au pays, dans la clandestinité, au prix d’un accroissement de la mortalité périnatale et maternelle. Les manifestations ont mobilisé jusqu’à 3 000 personnes dans certains des villages, précise l’agence XinHua, (la presse de Hongkong, non censurée, avance le chiffre de 50 000 protestataires), selon laquelle des édifices gouvernementaux ont été endommagés. La riposte des autorités a été brutale : des milliers de policiers armés ont étouffé l’émeute dans la violence. On compte des blessés des deux côtés. Près de 4.200 fonctionnaires ont été envoyés dans 28 villages pour rencontrer les habitants et « s’occuper de leurs plaintes  ». Cette information ne nous serait probablement pas parvenue si les médias alternatifs n’avaient pas relayé des images par Internet. Bien malgré le fait que les autorités chinoises bloquent l’accès à plusieurs centaines de sites internationaux et que des milliers de sites chinois sont fermés.

Le Quotidien du Guangxi, organe de la presse officielle, rapporte que la municipalité de Bobai aurait mobilisé 5 896 employés et 150 véhicules de fonction. Ce journal parle aussi de « 3 964 opérations de stérilisations chez les femmes et les hommes » et de « 568 avortements ». En un mois, ajoute le journal, les amendes auraient rapporté 2,27 millions de yuans (227 000 euros) (Libération)

Le South China Morning Post, quotidien de Hongkong à la langue déliée, évoque une directive locale demandant à chaque membre du Planning familial d’effectuer des examens sur toutes les femmes. En cas de refus, une amende de 1 000 yuans, presque un mois de revenus, doit être infligée. Les « inquisiteurs du canton de Bobai » avaient, à la date du 24 avril 2007, collecté 7,8 millions de yuans et imposé à 17 268 femmes l’une des « quatre méthodes  » du Planning familial : l’implantation vérifiée d’un stérilet chez les femmes ayant un enfant de trop, la stérilisation pour les mères de deux enfants et l’avortement déclenché ou chirurgical pour les contrevenantes enceintes. Si les paysans ont « trop d’enfants », ils doivent payer des amendes pouvant aller de 6 000 à 60 000 yuans (600 à 6000 euros). « Si les paysans n’ont pas d’argent, ils leur prennent des biens de valeur ou bien ils les détruisent ».

Depuis le mois de février, chaque maison est inspectée, chaque famille doit rendre des comptes. Ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas payer sont battus et leurs biens sont systématiquement saisis : « Quand il n’y a rien à confisquer, les équipes cassent les murs », a raconté sous couvert d’anonymat une femme recrutée dans une équipe du planning familial. [...] « Les gens du planning familial étaient comme les Japonais pendant la guerre, ils ont tout pris et détruit ce qui restait », a raconté un villageois à l’agence Reuters (Libération).

Un texte interne au parti et à l’administration, publié par le site Internet dissident Boxun, donne une assez bonne idée des consignes diffusées dans le sud du Guangxi : « D’ici au mois d’août, chaque fonctionnaire du canton devra avoir atteint deux objectifs : 1) obtenir d’une personne, homme ou femme, qu’elle subisse la stérilisation ; 2) collecter au moins 500 yuans au titre des frais de garde sociaux (une amende renouvelable de 50 euros imposée aux couples contrevenants, NDLR)  ».

L’écart entre pauvres et riches s’élargit comme en fait foi la Commission nationale des comptes. Il y a entre 150 et 200 millions de travailleurs ruraux ayant migré vers les villes à la recherche d’un travail en Chine et leur nombre risque de croître dans les dix années à venir. Les populations de la campagne, les ruraux, sont les premières victimes des autorités aveuglées par le communisme et l’argent : trafic foncier, corruption, magouilles et répressions par l’intimidation, exploitation des plus pauvres.

Dans certaines villes, ils constituent la majorité de la population. Les migrants internes sont tenus de se faire enregistrer comme résidents temporaires auprès des autorités locales dans le cadre du système d’enregistrement des ménages (hukou). Des millions d’enfants de travailleurs migrants sont aussi touchés et luttent pour avoir le droit d’aller à l’école. Dans de nombreux endroits, ils sont effectivement exclus du système scolaire ; en l’absence de hukou, les parents doivent s’acquitter de frais d’inscription demandés uniquement aux migrants ou payer des frais d’inscription très élevés.

Diplomatie égale trop souvent inaction

Le plus grand des maux et le pire des crimes, c’est la pauvreté (George Bernard Shaw (1856 - 1950).

Gao Zhisheng, connu sous le sobriquet d’« avocat aux pieds nus  », doit sa notoriété à ses prises de position pour les droits de l’homme et à ses remarquables lettres ouvertes à M. Hu Jintao et à M. Wen Jiabao les dirigeants du Parti communiste. Il écrit, dans sa troisième lettre : « M. Hu Jintao et M. Wen Jiabao, permettez-moi de dire avec respect que nous devons avoir le courage et la moralité d’admettre que la machine politique, qui a brutalement torturé notre nation pendant un demi-siècle, est entachée du sang et des larmes de personnes innocentes et que la piteuse destinée du peuple chinois, du fait de la coercition et l’oppression de milliers d’années de tyrannie, n’a pas encore pris fin. Nous devons reconnaître que notre nation, notre peuple, ont le droit de vouloir la démocratie, la liberté, un Etat de droit et des droits de l’homme et que ce désir n’a jamais été aussi fervent qu’aujourd’hui. Toute tentative actuelle d’obstruer la quête des droits susmentionnés s’avèrera vaine. Je vous prie de pardonner ma franchise mais toutes les dettes de sang se sont gravées dans les yeux, l’expérience et les souvenirs salis des gens. Messieurs, ce n’est que lorsqu’on a au cœur la sécurité des personnes souffrantes qu’on peut trouver une vraie sécurité. De même, c’est seulement lorsque vous vous soucierez du futur de notre nation que vous aurez aussi un bel avenir ! » (Le 12 décembre 2005).

Le CIO est préoccupé. En visite à Pékin, Hein Verbruggen, le président de la commission de coordination du Comité international olympique (CIO), a demandé aux organisateurs des Jeux de 2008 que les plans d’urgence en matière de lutte contre la pollution puissent entrer en vigueur dès cette année. Selon le département de la circulation de la ville, la capitale chinoise et ses plus de 13 millions d’habitants dépassaient les 2,99 millions de véhicules, dont 2,18 millions de voitures individuelles. « Ces plans d’urgence et leurs effets doivent être évalués dès cette année afin que nous sachions s’ils garantiront une qualité de l’air qui puisse autoriser les athlètes à atteindre le niveau de performance espéré aux Jeux », a déclaré Hein Verbruggen.

Le même président Verbruggen plaide contre le boycott des JO en resituant le débat sur les bienfaits potentiels d’une olympiade : « Au CIO, on ne veut pas s’immiscer dans les questions politiques, ce n’est pas notre rôle (...) Nous sommes ici pour organiser les Jeux. La question que tout le monde devrait se poser est de savoir si la situation serait meilleure en Chine si nous ne venions pas y organiser les Jeux, et je pense que la réponse serait certainement non ».

Le président de la République française est préoccupé. Le 16 mai dernier, M. Nicolas Sarkozy déclarait : « Je ferai de la défense des droits de l’Homme et de la lutte contre le réchauffement climatique les priorités de l’action diplomatique de la France dans le monde. La tâche sera difficile et elle devra s’inscrire dans la durée ». Pourtant, l’idée d’un boycott des jeux Olympiques a été catégoriquement rejetée par le candidat Sarkozy, voire dénoncée, lors de la campagne présidentielle, après que Ségolène Royal eut clairement remis en cause l’attitude de Pékin.

Le président américain George W. Bush est préoccupé. Le président Bush a rencontré le vice-Premier ministre chinois, Mme Wu Yi, à la Maison-Blanche. Durant les négociations de deux jours à huis-clos à Washington, de hauts officiels économiques des deux pays dont de nombreux ministres ont discuté de sujets allant des services aux investissements en passant par la transparence, l’énergie, l’environnement, la balance des paiements et l’innovation. Le président américain a indiqué qu’il avait lui-même abordé avec le vice-Premier ministre chinois, Mme Wu Yi, les questions de la protection des droits de propriété intellectuelle et des importations de viande de bœuf américaine en Chine. M. Bush a aussi salué les progrès effectués lors des discussions dans le domaine du développement du trafic aérien entre les deux pays.

Quant au Canada, son Premier ministre, d’un gouvernement minoritaire, s’alignera très certainement sur les positions de son homologue américain dans une droiture toute vertueuse.

Quelle image la Chine voudra-t-elle donner au monde entier d’elle-même et à sa population ? « Bien que le gouvernement ait promis une "liberté complète des médias" pendant les jeux Olympiques, il applique deux poids et deux mesures aux journalistes nationaux et étrangers. Le 1er janvier 2007, de nouvelles règles sont entrées en vigueur pour les journalistes étrangers, leur évitant de demander l’autorisation des autorités locales pour mener des entretiens ou des enquêtes. Cependant, le public chinois risque de se voir refuser l’accès aux reportages étrangers sur des sujets sensibles, en particulier après l’introduction de règles en septembre dernier, qui ont renforcé le contrôle officiel sur la diffusion nationale des nouvelles provenant d’agences étrangères en Chine » (Amnesty International).

Nous aurons les jeux Olympiques pour l’image de la Chine dans le monde, et des jeux Olympiques censurés pour l’usage interne de sa population. Beau programme que voilà. Quels dirigeants voudront que la population chinoise ait accès aux nombreux reportages « sociaux  » internationaux qui agaceront les establishments du Parti et du gouvernement ?

Comment les athlètes du monde entier pourront-ils célébrer l’esprit olympique dans un pays qui bafoue les droits humains et qui réduit sa population au silence ?

Comme l’écrivait Jacques Attali, dans son livre La voie humaine : «  la démocratie en Occident n’est plus, pour beaucoup, la grande affaire pour laquelle tant de générations se sont battues ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 13 juin 2007 12:57

    À toutes et à tous

    Par souci d’exactitude à l’égard de l’information sur l’outil de vérification proposée en introduction de cet article, TheGreatWallofChina, j’ai reçu hier soir d’ebolavir, un couple vivant en Chine, le message suivant : « TheGreatWallofChina n’est pas une machine en qui on puisse avoir confiance. Ce blog, de même que les autres xxx.blog.lemonde.fr, n’est pas bloqué en Chine.(J’écris ceci depuis mon bureau à Tianjin, avec un abonnement pour simple particulier). Blogspot.com et Hautefort.com sont actuellement filtrés (mais pas bloqués ; ils restent accessibles via les sites relais). Wordpress l’est aussi, ce qui fait que le présent accès ne sera pas comptabilisé en statistiques. Ca va et ça vient. Peut-être un jour votre blog aura-t-il cet honneur  ».

    Pierre R.


    • Tibal59 13 juin 2007 13:33

      Etant moi aussi a Tianjin, je n’arrive pas a me connecter a http://www.greatfirewallofchina.org/ .

      Je me demande donc comment marche le système de filtrage chinois. J’ai d’ailleurs accès de temps en temps au newspaper online de Taiwan, mais la aussi c’est assez fluctuant...

      En tout cas Agoravox et lui bien disponible, ce qui m’a permis le plaisir de vous lire (même si les nouvelle ne sont pas très réjouissantes pour mon pays d’accueil...).


    • Avatar 13 juin 2007 16:12

      "Un nouvel outil destiné à lutter contre la censure exercée par certains gouvernements sur Internet vient de voir le jour, à l’initiative de quatre universités canadiennes, américaines et britanniques. Baptisé Psiphon et destiné aux journalistes, reporters et dissidents de pays comme la Chine, la Thaïlande ou l’Iran, il permet de simuler la création d’un réseau privé virtuel (VPN, ou Virtual Private Network) entre la machine de l’internaute et un serveur distant. L’ensemble des services directement accessibles depuis un navigateur Web, comme l’édition d’un blog par exemple, est alors théoriquement possible. Ainsi, aucune connexion directe n’est jamais établie entre l’internaute et les sites visités, rendant toute détection impossible. Pour plus de sûreté, Psiphon chiffre les échanges de données et utilise le port SSL, habituellement réservé aux connexions sécurisées et aux transactions sur Internet. S’il peut se révéler compliqué de monter un véritable réseau privé virtuel, Psiphon serait extrêmement accessible, expliquent ses créateurs. Ils rappellent toutefois qu’une connexion chiffrée à un serveur distant pourrait être perçue comme une tentative de contourner les dispositifs de censure mis en place, un acte puni par la loi dans un pays comme la Chine.

      Pour l’utilisateur final, qui souhaite contourner la censure, aucune manipulation particulière n’est requise, si ce n’est de se connecter à une machine utilisant Psiphon, puis de s’authentifier via un couple login/mot de passe délivré par cette machine. Pour faire de son ordinateur un serveur passerelle, il suffit de télécharger le client Psiphon mis à disposition des internautes via le site dédié, puis de l’installer sur sa machine. De nombreuses adresses circulent déjà sous le manteau sur certains forums. Placé sous licence GPL, Psiphon est disponible depuis quelques jours pour les utilisateurs de Windows et de Linux. Un client Mac devrait suivre d’ici peu de temps.

      Techniquement, Psiphon ne présente aucune réelle nouveauté. En revanche, il permet de simplifier au maximum le processus de contournement de la censure. D’autres initiatives comme Torpark permettent de surfer anonymement sur Internet (voir Torpark : un navigateur pour surfer incognito). " (Clubic)

      http://psiphon.civisec.org/

      http://www.clubic.com/actualite-38771-torpark-navigateur-surfer-incognito.html

       smiley


    • Merci, cher Pierre, pour toutes ces infos édifiantes et terrifiantes, et bravo pour tout cet énorme travail !

      Fraternellement,

      François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe.

      « Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l’obscurité ». Proverbe chinois.

      site : www.fx-images.com

      le « Best of » de l’Enfer su Terre (taire) Made in China :

      http://www.wmaker.net/fximageswebzine/Seigneur,-pardonne-leur,-ils-ne-savent-pas-ce-qu-ils-font-_r13.html

      « Le Monde est aveugle. Rares sont ceux qui voient vraiment ». Le Bouddha


      • marc 13 juin 2007 16:21

        S’il avait fallu tenir compte des droits de l’homme pour les jeux, il n’aurait pas fallu les organiser à Atlanta, berceau de la discrimination raciale ni à Londres, responsable du massacre en Irak. Je ne prends que deux exemples comme ça...


        • marc 13 juin 2007 16:22

          Je rajoute que proportionellement à la population, l’Alabama ne doit pas être trés loin de la Chine en ce qui concerne les executions, sauf qu’en Alabama, on privilégie les noirs pour ça !!!


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 13 juin 2007 17:50

          @ Avatar

          Je suis allé jeter un coup d’oeil à ce programme intéressant : Psiphon. Merci de l’information

          @ Marc

          Excellente remarque. Est-ce que cela justifierait en contrepartie une indifférence de notre part à l’égard de la population chinoise ostracisée, des femmes bafouées dans leurs droits, des pauvres de plus en plus pauvres en raison de la corruption du système, des enfants trop nombreux qui servent de main-d’oeuvre laborieuse et bon marché ?

          Pierre R.


          • marcel 13 juin 2007 18:59

            Les dirigeants chinois sont-ils responsables du cauchemar démographique de ce pays ou ne peut-on considérer que la population est seule responsable des maux qu’elle connaît maintenant ? Comment gérer un pays aussi vaste et aussi peuplé sans avoir recours à des procédés dictatoriaux ? Je n’éprouve pas la moindre pitié pour une population aussi irresponsable. Les stérilisations forcées,la brutalité policière ne sont que la monnaie de leur pièce.


            • dilettante 14 juin 2007 08:47

              C’est peut-être un peu violent de dire « ne pas éprouver la moindre pitié pour une population aussi irresponsable », même si une assez grande partie de la population l’est effectivement (irresponsable). Néanmoins j’estime que la politique de contrôle des naissances est une nécessité : on dit en Occident qu’il y a beaucoup de gens en Chine ; il y en a tout simplement TROP, comme vous le confirmera une promenade dans les rues de n’importe quelle ville tentaculaire du pays, et n’importe quel quidam à qui vous le demanderez. La politique de l’enfant unique est nécessaire, et l’Inde, Etat trop démocratique pour imposer de telles restrictions, s’en est déjà rendu compte à ses dépens.

              L’irresponsabilité de la population est réelle mais à nuancer : nombreux sont les hérauts de la démocratie qui prétendent qu’il faut instaurer la démocratie en Chine et poussent à le faire le plus vite possible ; ce sont probablement eux les irresponsables qui n’appréhendent pas le bouleversement qu’impliquerait un tel changement...

              Pour donner un exemple, lors de l’invasion de l’Irak, le Chinois moyen réagissait, certes grâce à la propagande du gouvernement, en condamnant l’ingérence américaine ; dans les campagnes où j’habitais il n’était pas rare d’entendre « quand nous la Chine aurons une armée puissante, on ira attaquer les Américains et les empêcher d’envahir le monde avec leur impérialisme »... C’est certes louable de vouloir empêcher les ingérences du gouvernement Bush ( smiley), pour autant une telle déclaration, bien plus répandue que ce que l’on pourrait penser, indique quel genre de fous furieux pourraient être au pouvoir avec l’instauration de la démocratie... Les gens éduqués des villes y sont peut-être prêts, mais quid de la population rurale ? Certainement pas...

              Qu’il soit clair que je ne supporte évidemment pas les interventions musclées du gouvernement dans les campagnes pour empêcher toute sorte de soulèvement. Le Parti estime, sans doute à juste titre, que son maintien au pouvoir passe par cette politique de la main de fer dans un gant de velours. Il ne reste qu’à souhaiter que si le pays continue à s’enrichir, les populations rurales récupèreront des miettes de plus en plus grosses, rendant leur niveau de vie presque décent (c’est d’ailleurs le thème principal du plan quinquennal actuel lancé en 2006 : la redistribution vers les campagnes et les paysans ; à voir à quel point ça se fera). Les inégalités ne cesseront pas pour autant de s’accroître.


            • dilettante 14 juin 2007 08:26

              D’un côté c’est pas si grave car CNN c’est de la m... Ce qui est regrettable c’est que la BBC (de bien meilleure qualité) soit bloquée depuis aussi loin que je me souvienne, la justification étant que c’est un service public d’information d’un Etat étranger, service dont les vues sont parfois contradictoires avec le gouvernement chinois (c’est le cas de le dire) alors que CNN, maintenant débloqué (et aussi lorsque j’avais essayé je crois en 2003 ou 2004) parce que c’est un média indépendant... Américains et Chinois ne rapportent pas les menaces américaines en cas de blocage du plus gros média national...


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 13 juin 2007 20:02

              @ Marcel

              Vous comprendrez bien Marcel que je ne partage pas du tout votre conception d’un gouvernement : Les « inquisiteurs du canton de Bobai » avaient, à la date du 24 avril 2007, collecté 7,8 millions de yuans et imposé à 17 268 femmes l’une des « quatre méthodes » du Planning familial : l’implantation vérifiée d’un stérilet chez les femmes ayant un enfant de trop, la stérilisation pour les mères de deux enfants et l’avortement déclenché ou chirurgical pour les contrevenantes enceintes ». Quel que soit le pays où vous habitez, accepteriez-vous un tel comportement de votre gouvernement ? Je ne formule qu’un voeu : que vous soyez conscient du caractère odieux de cette affirmation : « Je n’éprouve pas la moindre pitié pour une population aussi irresponsable. Les stérilisations forcées,la brutalité policière ne sont que la monnaie de leur pièce ».

              @ Loindelà

              Votre anecdote m’inspire la réflexion suivante : il faudra bien un jour que nous puissions départager les légendes urbaines des réalités de ce grand pays. Nous en aurons très certainement un aperçu en 2008. Il faudra voir comment le gouvernement va gérer les communications internes et externes et comment il entend l’image qu’auront de la Chine des centaines de millions de téléspectateurs dans le monde.

              Pierre R.


              • dilettante 14 juin 2007 05:54

                « Je gère un modeste blog qui n’a d’autre prétention que d’informer. Je viens d’apprendre qu’il est bloqué en Chine. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, et pour crédible que soit l’information, j’ai testé ici le sens de la démocratie chinoise à l’égard du droit à l’information de sa population. Cette censure n’arrêtera certainement pas mon ardeur à dénoncer ce régime et à mettre à jour toutes les informations relatives aux nombreux dénis dont est l’objet la population. Je suis au regret d’informer l’équipe d’Agoravox que ce forum citoyen, selon la même source, est également censuré en Chine. Rendez-vous en 2008, disiez-vous ? »

                La censure en Chine fait qu’effectivement tout et n’importe quoi se retrouve bloqué, très souvent sans cohérence. Cependant arrêtons la parano : si votre blog est bloqué, c’est parce que tout l’hébergeur est bloqué, ne croyez pas que le gouvernement chinois se soucie des foultitudes de blogs dans des langues qui ne sont pas compréhensibles par l’extrême majorité des chinois (comme le français par exemple) qui pourraient dire « le gouvernement pas glop »...

                Le meilleur exemple est de rappeler que wikipedia, bloquée en Chine depuis... presque toujours, a été débloquée à l’automne dernier entre octobre et novembre, tout simplement parce qu’un gentil fonctionnaire avait dû en prendre la décision sans en informer ses supérieurs. Résultat, une conférence de presse début novembre, avec un journaliste qui demande « vous avez pris la décision de débloquer wikipedia, qu’est-ce qui a motivé ce revirement ? Réponse des autorités intéressées : »euh... nous ne voyons pas de quoi vous parlez". Résultat ? Le lendemain, wikipedia était rebloquée...

                Quant au blocage d’Agoravox... c’est assez marrant, car je suis en Chine, au bureau même, dans un endroit où le blocage est le plus contrôlé car bâtiment gouvernemental, et pourtant... je suis sur Agoravox, en train d’écrire un commentaire ! smiley smiley smiley

                Donc la censure en Chine oui, tout à fait, mais elle est gérée de la même manière que beaucoup d’autres choses ici : n’importe comment, ce qui fait qu’on en bénéficie parfois... smiley


                • marcel 14 juin 2007 10:15

                  @Pierre R Le recours à des méthodes brutales de stérilisation n’est, bien entendu,pas ce que je recommande ,au départ, dans une vaste campagne de contrôle des naissances. Toutefois,la situation démographisue de ce pays est à ce point dramatique que les méthodes douces de persuasion ne suffisent plus. Le gouvernement n’a plus d’autre choix que d’utiliser des méthodes dures pour les récalcitrants car le temps presse avant qu’une véritable catastrophe n’apparaisse : le déni des droits de certains récalcitrants n’est que de la roupie de sansonnet à côté du désastre annoncé.

                  La cruauté du régime est la résultante de l’enfer démographique de ce pays. Je ne vis pas en chine,mais j’ai volontairement limité ma descendance à 1 enfant:je suis donc en parfaite adéquation avec mes principes.


                  • xiaoma 15 juin 2007 08:23

                    D’accord avec l’auteur de l’article pour boycotter les JO.Vivant en chine et appréciant les gens de ce pays, je crois quand même que se serait un moyen de pression efficace pour leur faire faire les reformes qui fachent (notement sur la liberté de la presse). la peur de perdre la face serait trop grande pour l’état chinois...

                    Ceci dit je tiens a préciser que les abus que constate votre article sont les agissements des pouvoirs locaux décentralisé. l’état chinois, et c’est une constante de l’histoire chinoise, a toujours eu du mal a contrôler ses fonctionnaires provinciaux qui se comportent en véritable barons au dessus des lois.


                    • geantvert 15 juin 2007 11:18

                      Je voudrais réagir a propos des stérilisations forcés des femmes en Chine, il est vrai que c’est scandaleux, on pourrait se croire revenu au pires heures de l’engenisme mais en chine, en Inde ainsi qu’au Japon il serait préférable de contrôler les naissances car la Terre ne pourra bientôt plus supporter les êtres humains qui seront devenu trop nombreux, en terme de besoins en nourriture et surtout d’eau. Dans le cas particulier de la chine ,ce pays est grand par la taille, et pour contrôler sa population, il faut avoir recours à la force et au diktat. Je fais un parallèle avec la Russie, il n’ont jamais connu la démocratie occidentale car ça ne rentre pas dans leurs moeurs ni dans la taille de leur pays(les tsars suivit des bolchevicks pour terminer par poutine digne héritier de Staline). De toute façon, je pense que la Chine n’est pas un pays en voie de démocratisation, allant vers une économie de marché mais plutôt un pays au capitalisme achevé,décomplexé, je pense que le capitalisme conduit directement à la dictature non pas d’un Etat mais de groupe d’entreprises qui ont le vrai pouvoir entre les mains.Il ne faut pas souhaiter que le peuple chinois se libère du joug du PC car cette révolution sera un véritable danger pour l’Occident si par malheur émerge un leader ayant une volonté expansionniste,conquérante (d’un point de vue militaire) envers l’Occident.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès