Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Belgique : vers la scission du pays ?

Belgique : vers la scission du pays ?

Débats communautaires, nationalisme, crises politiques : se dirige-t-on vers l’éclatement du royaume ?

En 1830, un nouveau pays naît : la Belgique, issue de la révolution contre le pouvoir néerlandais. Un Allemand, Léopold de Saxe-Cobourg, est proclamé roi des Belges.

Depuis, la Belgique a su se forger une solide réputation à l’échelle internationale, grâce à ses productions (chocolat, bière, diamant...), ses qualités diplomatiques et ses services publics (sécurité sociale, soins de santé...).

Mais il existe des problèmes linguistiques et culturels, en particulier entre les néerlandophones (Flandre, nord du pays) et les francophones (Wallonie, sud du pays et en grande partie Bruxelles).

En 1993, la Constitution fut revue afin de passer d’un système unitaire à un système fédéral, afin de réduire les tensions communautaires. En vain. Des partis politiques tels que le NVA et le Vlaams Belang (Intérêt flamand) réclament la scission du pays ; le RWF (Rassemblement Wallonie-France), prône le rattachement de la région francophone à l’Hexagone, idée généralement mal acceptée dans le sud du pays.

Actuellement, le pays est gouverné par une Chambre des représentants, un Sénat, un gouvernement fédéral, un Parlement et un gouvernement régionaux/communautaires flamands, un Parlement et un gouvernement régionaux wallons, un Parlement et un gouvernement communautaires francophones et enfin un Parlement et un gouvernement communautaires germanophones.

Ceci s’explique par le fait que Bruxelles, en région flamande, soit peuplé en grande majorité de francophones et que la petite communauté germanophone, à l’est du pays, fasse partie de la Wallonie. Quoi qu’il en soit, le coût est énorme et les compétences ministérielles sont de plus en plus régionalisées.

Autour de tous ces problèmes, deux quotidiens belges (Le Soir et De Standaard), en collaboration avec la télévision publique (RTBF), ont réalisé des sondages visant à mieux cerner la perception réelle des citoyens. Il en ressort principalement que les Belges veulent mieux se connaître, sont conscients de l’importance de connaître les deux langues principales. Les principales différences concernent l’emploi (les Flamands sont considérés comme plus courageux et travailleurs, à l’opposé des Wallons) et le politique (partis moins dynamiques en Wallonie).

Dans tous les cas, les tensions séparatistes posent question à l’époque de l’élargissement de l’Europe et des 50 ans du traité de Rome, dont la Belgique est à l’origine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • PPDA (---.---.197.144) 2 avril 2007 13:14

    C’est une histoire belge ?


    • tovara (---.---.149.181) 2 avril 2007 13:39

      La scission de la Belgique, c’est un peu comme l’Arlésienne, çà fait longtemps qu’on en parle, mais elle ne s’est pas produite pour l’instant. Personnellement , je n’y crois pas.


    • MyHyene (---.---.105.118) 3 avril 2007 21:15

      « Belgique : vers la scission du pays ? »

      un poisson d’avril le 2 avril...


    • lou ravi (---.---.87.209) 2 avril 2007 14:29

      C’ est vrai que , de l’ extérieur , on ne comprend pas grand chose à la Belgique , pays éminemmment sympathique au demeurant . Pour ma part , j’ ai un jour fait un saut à Bruges , ville dont chacun connait les splendeurs . Eh bien , pour en apprécier le plus possible les nuances , j’ ai du employer un mauvais anglais , les locaux ne comprenant apparemment pas ( avec une obstination suspecte , je le crains ! ) mon Français , même réduit à son expression gestuelle et phonique la plus élémentaire . Je suis allé plusieurs fois à Bruxelles pour mon travail et cet aspect de la cassure du pays ne m’ était pas ( trop ) apparu . Et de plus , on m’ a dit que les Néerlandophones ne regardaient pas les Pays Bas avec les yeux de Chimène . Alors , ma perplexité est grande . Pourquoi cette farouche antinomie ?


      • Eric De Ruest (---.---.172.89) 2 avril 2007 16:09

        La scission, ici en Belgique, personne n’en veut vraiment. Malgré le fait que nos ne soyons pas un peuple mais au moins deux, trois avec la communauté germanophone et largement poly-culturelle avec les résidents étrangers, l’histoire a su créer en Belgique des attaches entre groupes et les a vu durer. C’est donc un message de cohabitation pacifique que nous montrons chaque jour au monde.

        Malheureusement, certains politiciens jouent de la carte des différences pour titiller les petites rancœurs régionalistes et s’attirer les votes de citoyens victimes de frustrations diverses. Ce n’est hélas pas bien nouveau. Revoyons la séparation Inde - Pakistan par exemple. Des communautés qui auraient pu cohabiter plus ou moins sereinement sont amenées par quelques leaders politiques mégalomanes à vouloir s’auto annihiler atomiquement. Alors, ne donnons pas échos à ces jeux politiques et vivons selon notre cœur, dans la plus grande paix possible.


        • non666 non666 2 avril 2007 16:32

          La scission de la Belgique est inevitable.

          Comme la creation du Koweit, celle de la Belgique est une invention anglaise destiné a « diviser pour mieux regner », en empechant les francophones de vivre ensemble sous le meme drapeau.

          Comme la Belgique n’a pas plus d’Unité entre Flamands et Wallons que le Koweit n’a d’Histoire particulière independante de Bagdad, la division est inevitable.

          La seule chose qu’on peut regretter est le chantage qu’on subi les Wallons (acceptez les nouvelles frontières et nous resterons unis...) car desormais, si rupture il y a , ce sera sur les frontières actuelles !

          Comme le Luxembourg qui avait demandé son rattachement à la France après 1918, le rattachement de la Wallonie est un sujet trop tabou pour que les leaders français l’envisagent ou osent en parler. Il faut dire que les lobbies anglo-saxons ont tout fait pour separer les interets entre ces deux peuples francophones proches.

          Le siege de l’Otan, le siege de l’UE, le parlement europeen... sont autand de paiements a la division des francophones d’Europe.

          Et pourtant qui oserait dire que les wallons ne sont pas nos frères ? Memes artistes, meme vision du monde, memes interets.

          Il faudra bien reussir nous aussi notre reunification.


          • Ren (---.---.122.194) 2 avril 2007 17:13

            peut-etre que les wallons sont « tes freres », mais moi je suis bruxellois francophone et jamais je ne serai francais. Calme toi Napoleon.


          • rock.marshall41 (---.---.47.157) 2 avril 2007 21:03

            j’ai crut que cette article avait été rédigé le 1er avril. Je m’en escuse.

            pour ce qui est de ren : tu ne seras jamais français mais pourquoi ? Hum ? le pays y est magnifique, la manière dont il est gérer peut te rebuter, mais ne met pas tout le monde dans le meme sac.


            • Bois-Guisbert (---.---.143.49) 2 avril 2007 22:45

              Dans tous les cas, les tensions séparatistes posent question à l’époque de l’élargissement de l’Europe et des 50 ans du traité de Rome, dont la Belgique est à l’origine.

              Posent question ? Vraiment ?

              En fait, le problème est celui de tous les peuples qu’on oblige, aussi arbitrairement qu’artificiellement, à vivre ensemble et qui, culturellement, ne sont pas faits pour ça et n’y sont pas prédisposés.

              Ca peut finir comme en Yougoslavie. Ca peut finir comme en Tchécoslovaquie. Ca peut traîner pendant des siècles...

              En France, on n’en est encore qu’au tout début du processus, c’est-à-dire à la mise en place des populations qui sont appelées à s’affronter.

              D’un côté, des indo-européens qui se croient chez eux, de l’autre, des Maghrébins et des Subsahariens qui se sentent de plus en plus en pays conquis au fur et à mesure que s’étoffent leurs communautés.


              • (---.---.44.210) 3 avril 2007 11:16

                La toute grande majorité des belges veut vivre en harmonie et entente avec ses compatriotes...

                Mais en leur tournant le dos, et surtout pas en regarant ensemble dans la même direction.

                Wallons et Flamands étaient même séparés pour participer à la croisade contre le Bolchevisme, Division Wallonie d’une part, Division Langemarck d’autre part...

                Tu parles d’une unité, de long processus et de volonté de politiciens de bas étage. La Belgique est une fiction depuis toujours et elle finira forcément un jour ou l’autre.


              • 1984 (---.---.62.213) 3 avril 2007 02:06

                Certaines personnes veulent la scission du pays pour des raisons économiques.

                Le problème, en Belgique, c’est que les deux communautés sont en décalage au niveau du rendement économique.

                Rappelez vous, au début du siècle, la Belgique était la première puissance mondiale. La belgique ? Je dirais la Wallonie, et même Liège, pour être précis. A cette époque, aucune scission n’était envisageable, simplement parce que les flamands représentaient « le peuple », c’est à dire la main-d’oeuvre bon marché.

                Ensuite, on a vu la tendance s’inverser. De nouvelles exploitations de charbon, utilisant des techniques à moindre coût, l’épuisement progressif des ressources...Ont mis la Wallonie sur le déclin, alors que les Flamands ont fait le bon choix de miser sur les industries chimiques et autres nouvelles technologies.

                Toujours actuellement, les dirigeants Wallons s’accrochent à un passé révolu, au lieu de miser sur l’avenir.

                Mais la situation n’est pas immuable. L’économie suit une sorte de cycle qui, en gros, montre qu’un pays passe par une période de Croissance, Apogée, et Déclin, sur une période qui varie selon les pays et les économistes (10 ans, 25 ans, 50 ans...)

                Tout cela pour dire que les périodes économiques des deux régions sont peu en phase. Même les courbes de croissance démographiques sont assez différentes.

                En gros, il y aura toujours une région « boulet ». AUjourd’hui, c’est la Wallonie, mais demain, ca sera la Flandre. Soit on l’accepte en espérant que les suivants ne soient pas rancuniers, et rendent la monnaie de la pièce, soit on veut la scission et on se retrouvera dans une belle merde économique dans une paire d’années.

                Voila, désolé d’avoir débordé sur des trucs inutiles, et d’être aussi vague, mais c’est à peu près tout ce dont je peux me rappeler de mes 6 ans d’économie sur le sujet.

                P.S. A propos d’un rattachement avec la France, j’espère que cela ne sera jamais le cas. Je n’ai rien contre une grosse majorité de francais, mais au train où vont les choses, on risque fort de prendre la place peu enviable que tient injustement le Nord-Africain aujurd’hui.


                • Eric De Ruest (---.---.163.199) 4 avril 2007 20:51

                  Le bon choix de la chimie...

                  Puis-je rappeler à l’aimable assemblée que le niveau de pollution de notre seule et unique planète, largement causé par l’industrie chimique, atteind des niveaux extrèmement dangereux.

                  Bayer, multinationale bien connue, et installée près d’Anvers est responsable de la mort de centaines de milliers d’abeilles. Son pesticide Gaucho en serait responsable. Et sans abeilles mesdames et messieurs, pas de polinisation, diminution drastique de la bio-diversité et GROS, TRES GROS PROBLEMES de survie pour notre humanité. Ceci est un des nombreux exemples des errements causés par le soi-disant développement de nos sociétés . On ne peut continuer à encenser ces industries qui nous détruisent.


                • Calmos (---.---.112.139) 3 avril 2007 07:49

                  Je m’étonne que notre ami Tall ne soit pas intervenu jusqu’à maintenant ;je suis sur que ce qu’il aurait put nous écrire aurait été interessant à lire.

                  Pour mon travail j’ai vécu un peu à Bruxelles, en guise d’hotel,je me suis retrouvé par hasard dans une pension de famille remplie de vieux garçons ;j’y ai passé des soirées inoubliables dans une ambiance « Vieille Belgique » des plus sympathique.

                  A ces « vieux garçons » je leur avais demandé ce qu’ils pensaient d’une éventuelle scission de la Belgique ; à la froideur de leurs réponses,j’ai vite compris que cela était LEUR problème et que ma question était bien incongrue ;en un mot que cela ne regardait pas le français que j’étais.

                  C’est un fait : cela ne nous regarde pas ; d’ou l’inutilité de cet article.


                  • jonatan 5 avril 2007 10:49

                    Bonjour,

                    Tout d’abord, je remarque que mon article suscite le débat, ce que je trouve très enrichissant et intéressant. Au niveau du rattachement à la France, et hors de tout article neutre, mon opinion est que ça ne serait profitable ni pour les Belges, ni pour les Français. Nous avons trop de différences au niveau culturel, au niveau de la mentalité et de l’esprit...

                    Les Belges et les Français se taquinent mutuellement sur leurs différences, et c’est justement cette différence qui est intéressante dans nos cultures. Rattacher la Wallonie à la France, c’est faire perdre aux Belges (si Wallons soient-ils) leur culture et leur histoire, et leur attacher une culture complètement différente.

                    Voilà pour mon opinion personnelle.

                    Quant aux problèmes communautaires, certains sentent venir la séparation, d’autres disent que c’est une simple impression. Je dirais que le point de vue politique est opposé au point de vue du peuple. Dans sa grande majorité, malgré les défauts de chacun, le peuple belge est attaché à son union. Preuve en est le docu-fiction controversé de la RTBF (qui annonçait dans un flash spécial la scission du pays). Mais le pouvoir est entre les mains de politiciens, parfois virulents, qui ont déjà obtenu beaucoup d’avancées contre l’avis du peuple.

                    Ce débat permet donc d’avoir une meilleure vision de l’avis des Belges, mais aussi (et je les en remercie), des Français, qui nous montrent ce qu’ils voient depuis l’extérieur.

                    Enfin, en réponse à Calmos, certains Belges n’aiment pas que les affaires internes soient répandues à l’étranger. C’est ce qui est arrivé lors de l’interview d’Yves Leterme (ministre-président flamand) pour Libération. Personnellement, j’ai publié cet article dans l’espoir d’informer également les Français de nos problèmes, et je trouve très intéressant que vous en discutiez.

                    Salutations belges smiley

                    Jonatan


                  • jonatan 5 avril 2007 13:29

                    Au niveau du néerlandais mal connu en Wallonie, la « paresse » des Wallons y est pour beaucoup, de même que le peu d’intérêt pour une langue peu parlée.

                    Mais un autre problème peu connu à l’extérieur est la méconnaissance par les Flamands du néerlandais. Ceci est dû à l’omniprésence des dialectes, fort différents d’une région à l’autre. Ainsi, un Limbourgeois comprendra très difficilement un Ostendais. Les différences sont parfois énormes.

                    Il y a bien l’ABN (Algemeen Beschaafd Nederlands), un néerlandais « officiel », mais peu de gens le maîtrisent parfaitement. On peut comparer ça aux dialectes wallons de l’époque.

                    Alors quitte à apprendre le néerlandais, on ne sait pas lequel apprendre... C’est aussi un gros problème...


                  • Godefroid de Bouillon (---.---.165.183) 3 avril 2007 09:46

                    Chaque fois que ce sujet est abordé, je reste sidéré par la méconnaissance des faits et de l’Histoire, de la part de mes compatiotes eux-mêmes. Non la Belgique n’est pas un pays « artificiel » créé en 1830. La Belgique est une réalité socio-économico-culturelle depuis des siècles. Certains remontent jusqu’avant les conquètes romaines et d’autres historiens fixent ses prémices au 16ème siècle. 1830 n’est que l’aboutissement d’un très long processus. Quant à la légende de deux cultures, deux sous-nations qui s’affronteraient aujourd’hui, elle ne repose exclusivement que sur la volonté de politiciens de bas étage. Ils ont cliché une frontière absurde qui ne correspond à rien d’autre qu’à la langue parlée par une majorité de la population. Depuis des décennies, malgré les efforts, les pressions et même le véritable racisme interne développé principalement par le mouvement flamingant (qui pratique le culte romantique d’un sous-nationalisme de pacotille, à coups de faux éperons d’or et agitant en plein Brabant ou dans le Limbourg la bannière des comtes de Flandres qui doivent se retourner dans leurs tombes eux, les vassaux de France), malgré tout, dans toutes les études et tous les sondages revient cette réalité indestructible : La toute grande majorité des belges veut vivre en harmonie et entente avec ses compatriotes dont elle respecte la langue pour peu que ce respect soit réciproque. En réalité, ce que certains semblent incapables de comprendre c’est que la Belgique pré-existe par rapport aux états-nations. La Belgique a une nature d’état-carrefour. De tous temps nous avons été le carrefour de l’Europe et de ses cultures, latine, germaine et anglo-saxone. Et ce n’est pas pour rien si la capitale de Philippe le Bon est devenue, tout naturellement aujourdhui, la capitale de l’Europe réunifiée. Là est notre richesse et notre force. Que de tristes politiciens s’échinent à conforter leur oligarchie d’aujourd’hui en nous inventant des sous états dont l’Histoire n’a jamais eu connaissance, est une plaie dont nous finirons par guérir. Et la Belgique, carrefour de l’Europe, retrouvera tout son lustre d’antan.


                    • Bois-Guisbert (---.---.44.210) 3 avril 2007 11:17

                      La toute grande majorité des belges veut vivre en harmonie et entente avec ses compatriotes...

                      Mais en leur tournant le dos, et surtout pas en regardant ensemble dans la même direction.

                      Wallons et Flamands étaient même séparés pour participer à la croisade contre le Bolchevisme, Division Wallonie d’une part, Division Langemarck d’autre part...

                      Tu parles d’une unité, de long processus et de volonté de politiciens de bas étage. La Belgique est une fiction depuis toujours et elle finira forcément un jour ou l’autre.


                    • luteola (---.---.50.254) 3 avril 2007 12:32

                      salut,

                      Français et ayant habité pas mal d’années au Royaume, voici mes conclusions.

                      Nous autres français devriont avoir honte de la méconnaissance de nos pays voisins. A notre décharge, j’ai toujours dit à mes amis belges qu’eux ne connaissent rien au Luxembourg. Bref, toujours est-il que très peu de belges francophones souhaitent une intégration de la Wallonie à la France. Et les bruxellois encore moins. Donc cela n’est pas près d’arriver. Même si cela aurait, à mon avis en tout cas, un sens historique. Pour réparer les dégats du congrés de Vienne. Mais on ne forcera pas les belges :d... Ils nous adorent et nous detestent à la fois. Ils sont toujours un peu méfiant sur les français mais nous acceptent très vite une fois qu’on a montré patte blanche (= eviter les blagues belges toutes les 5 min et dire que nous autres français sommes les meilleurs).

                      Il faut dire aussi que les flammands, qui s’engagent peu à peu vers la séparation, ne sont pas diaboliques. Ils ont des arguments que nous français pourriont comprendre. Ils souhaitent une république (sans le roi donc) et laique. Ils souhaitent avoir leur nation, quoi de choquant.... Pas tous, mais beaucoup, y compris les modérés. Les francophones eux, surtout les Wallons, ont pas mal de tord : corruption hallucinante des partis poliliques (et qui malgré tout continuent de remporter les suffrages) et ignorance toujours plus grande de la langue flammande. Pourquoi voulez-vous que les flammands s’obstinent à cohabiter avec une communauté qui ne fait guère d’effort pour les comprendre (eux parlent souvent très bien français) et qui jettent l’argent par les fenêtres, sans désir de réforme ? Bref, tout n’est pas noir ou blanc dans ce pays.

                      Le plus comique dans ce pays, c’est que souvent les francophones qui vont faire un tour en Flandres se font passer pour français :D Et sont donc pardonnées de pas parler flammand. Ou alors, comble, utilisent l’anglais pour se comprendre entre eux. Surtout chez les jeunes, ce qui augure mal de la suite...

                      Bref, j’adore ce pays, et leur habitants, qui me l’ont souvent rendus (sauf en période de coupe du monde). Mais quel bordel fieu dit... Bon vent à eux. Je leur souhaite une longue union ou alors un rapide divorce, mais qu’ils arretent de dépenser toute leur énergie dans leur querelles communautaires sans fin.

                      l’intégration à la france ? attentond que le divorce soit prononcé pour voir quoi... Ils feront leur deuil et se rendront alors peut etre un jour compte qu’on serait bien ensemble. Ou pas. Ca dépend d’eux.

                      a+


                      • 1984 (---.---.62.213) 3 avril 2007 15:29

                        Faut essayer de comprendre, pour la question linguistique.

                        Regarde les offres d’emplois, presque toutes demandent une connaissance de l’Anglais. C’est même pour ça que j’en fais depuis maintenant 8 ans.

                        Le Néérlandais est très peu parlé, à l’échelle du monde. Il n’y a guerre qu’en Flandre, aux Pays-Bas, et dans certaines parties de l’Afrique (Afrique du Sud, principalement) qu’il est usité. Le francais est beaucoup plus intéressant à maîtriser, puisqu’il fait partie des langues les plus utilisées.

                        Après, je n’en démordrais pas, la wallonie a une culture complètement différente de la flandre. Seulement, on doit vivre ensemble, pour les raisons que j’ai déja cité.

                        Au lieu de continuer une gueguerre stérile sur une éventuelle scission, les politiciens feraient mieux de tenter de diminuer l’écart entre les deux parties de la Belgique. Mis à part les quelques compétences nationales, tout est délégué aux régions. Ce qu’il faudrait, c’est que quelqu’un décide de réformer cette sous-traitance. Ca part d’une bonne idée, mais il faudrait maintenant corriger le tir, modifier ce qui doit être.

                        J’ai la chance d’être d’origine espagnole, donc de parler courament le francais et l’espagnol. Avec l’anglais en plus, c’est la porte ouverte sur le monde entier, là où le néérlandais me restreignait à quelques pays.

                        Sinon, c’est vrai qu’il y a une certaine méconnaissance de la Belgique de la part des voisins. Un francais m’a même dit « J’estime que je parle mieux le francais qu’un Belge. C’est vrai quoi, mon pays c’est la France »

                        Etant donné que nous sommes un tout petit pays, notre histoire est sans cesse croisée avec celle des autres pays. Je n’ai pas la prétention de tout connaître de la france, loin de la, mais on connait son histoire « en gros ».


                        • luteola (---.---.50.254) 3 avril 2007 17:11

                          un français t’as dit ça :D ? bah tu sais l’une des conclusions que j’ai tiré après 7 ans passés en Belgique, c’est qu’il existe des cons partout, des 2 cotés de la frontière. On est cernés. Y a des gens qui vivent de clichés. Passer du temps hors de mes frontières dans ce sens m’a fait beaucoup de bien. Maintenant j’ai rencontré aussi un paquet de belges qui me jugeaient uniquement sur ma carte d’identité... Soyons honnetes, on est peut-être pas frères (encore que) mais on est au moins très proches cousins, si y a bien 2 communautés qui peuvent s’entendre et se comprendre, c’est bien la france et les francophones de belgique...

                          Sur les politiciens, je partage ton point de vue. Ca se résume à une guerre de fauteuils. Ce divorce n’était pas obligatoire. Mais hélas vu le court des évenements, le train me semble en marche... Les wallons doivent prendre conscience que les flammands s’écartent peu à peu. Peut-être n’est-il pas trop tard, mais faudrait un sacré paquet de réforme... J’ai toujours été surpris par le fossé culturel entre les communautés. Et ça, c’est redibitoire à long terme...

                          a+


                        • philippe val (---.---.149.6) 3 avril 2007 18:46

                          la vérité c est que les maghrebins reclament 50% du territoire smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès