Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Benjamin Lancar, un bilan en forme de mea culpa

Benjamin Lancar, un bilan en forme de mea culpa

On ne le connaissait pas il y a 4 ans, ni lui, ni vraiment les jeunes de la majorité qu'il préfère appeler les Jeunes Pops. Benjamin Lancar, à la tête des jeunes UMP depuis 2008, a travaillé dur pour rendre visible tous ces militants en herbe. Il a le parcours de l'élève modèle. Diplômé d'HEC, de Sciences Po, il est aussi conseiller régional d'île de France et souhaite intégrer l'ENA. Un C.V béton, dirait-on. Ce jeune garçon de 26 ans est prêt à devenir une bête politique. Et pourtant, Benjamin Lancar ne transmet pas cette certitude. Ambitieux, il l'est, mais il manque quelque chose. Une sorte de fragilité et d'immaturité vient gâter le tableau.Portrait de campagne.

On était prévenu, Benjamin Lancar arrive systématiquement en retard. Pire, le jour du rendez-vous, le président des Jeunes Pops, envoie un sms une minute avant l'heure prévue : 
"J'aurai plus de 20 minutes de retard, peut-on remettre l'entretien à un autre jour ?"

Et l'autre jour convenu, 15 minutes de retard plus tard, l'interview a pu se faire, interrompue malgré tout par le Blackberry de ce jeune politique. C'est en effet ce petit outil technologique qui lui "sauve la vie". C'est avec ce smartphone que Benjamin Lancar peut "gérer sa vie politique, étudiante et privée". 

De la communication à la politique...

La politique n'est pas une vocation pour lui. Ce n'est ni un héritage familial, ni un rêve de gamin. Il lui a fallu deux événements majeurs pour y rentrer : le 11 septembre 2001 et le passage de Jean-Marie Le Pen au second tour en 2002. Deux tournants qui l'ont poussé de façon presque forcée dans ce milieu hostile et qui lui ont fait accepter ses idées de droite.
Il crée assez rapidement l'UMP-HEC puis l'UMP-Grandes Ecoles. En 2008, il accède à la présidence des jeunes UMP et n'a qu'un but : rendre visible le mouvement, à n'importe quel prix… parfois même jusqu'à la critique et la moquerie. Comme pour le lip-dub dont il a été l'instigateur. Ce play-back ministériel qui a fait le bonheur du petit journal de Yann Barthès, au grand dam des ténors de l'UMP :

"C'est sûr que si c'était à refaire, je le referais mais bien différemment." 


Il l'avait assumé partout, et se pavanait d'avoir réalisé son objectif : que tout le monde parle des Jeunes Pops. Pourtant aujourd'hui il nuance ses positions et admet que "ça a fait partie des choses que l'on fait quand on est jeune."
En effet, on lui a reproché de "transformer le parti jeune en agence de com'", il dit qu'il a changé, et que d'ailleurs "ça va beaucoup mieux avec Jean-François Copé". 

Benjamin Lancar est troublant par son double discours. Il semble sincère, presque trop pour un homme politique. Et en même temps adepte de la langue de bois. Il y a le jeune étudiant et l'homme politique en devenir. Cette double vie lui joue parfois des tours : 

"Après mon élection en 2008, beaucoup de choses ont changé du jour au lendemain. J'étais allé voir PSG-Nantes, et comme je supporte Paris, j'avais chanté et crié dans le stade. Tout de suite après, on m'a fait comprendre que je n'aurai pas dû me faire remarquer comme ça".

Il sait qu'il est maintenant surveillé, qu'il doit faire attention à ce qu'il dit et justifie même sa langue de bois :

"J'appelle pas ça de la langue de bois parce que je pense que parfois en politique on ne peut pas tout dire." 


Pour illustrer son propos, il compare la communication politique avec celle d'un papa qui ne dit pas tout à son enfant, "pour lui faire découvrir la vie petit à petit". Pas sûr que la métaphore fasse l'unanimité.

"Je regrette mes erreurs médiatiques"

Benjamin Lancar sait que c'est bientôt la fin d'une époque. Son mandat se termine fin 2012, et l'entretien sonne comme le temps du bilan. Après un petit discours sur son engagement, la passion qu'il éprouve à vouloir "changer le monde" et son soutien infaillible à Nicolas Sarkozy, il admet quelques erreurs. 

C'est vrai que de Benjamin Lancar, on retient surtout quelques polémiques et des petites phrases qu'il n'aurait peut-être pas dû dire. "Laval par exemple, c'était une connerie". En effet, il avait écrit un passage sur son blog louant le travail de Pierre Laval, l'un des principaux maître d'œuvre de la politique collaborationniste de l'État avec les nazis :

"En 1940, alors qu'une partie de la jeunesse et de la classe politique autrefois courageuse - redressement économique de la France par Pierre Laval en 1932 - s'est fourvoyée et a trahi les fondements de la République, une autre France s'est révoltée. Cette France c'est celle de Guy Moquet."


Il fait aujourd'hui ce que peu de politiques osent faire : une autocritique. Maintenant, quand il écrit un billet il se relit plusieurs fois, s'assure de ce qu'il écrit de façon "beaucoup plus attentive" :

"Je regrette mes erreurs médiatiques. À l'époque, j'avais réagi comme un élève de classe prépa qui cite Laval parce qu'on apprend que Laval en 1932 n'est pas le même qu'après. Et j'avais pas compris que cela pouvait choquer."


S’il n'a pas l'expérience de certains, il a assurément l'humilité que d'autres de ses mentors n'ont pas. N'étant pas à une confession près, il reconnaît aussi ses erreurs en tant que président des Jeunes Populaires. Ainsi, il regrette son côté autoritaire. Quand par exemple, il avait envoyé un mail aux directeurs UMP régionaux pour les obliger à adhérer au site UMP sous peine d'être "virés". Benjamin Lancar trouve ça"pas très malin" aujourd'hui en mettant encore une fois son jeune âge en avant :

 "on est pas parfait à 22 ans".

"Un élève appliqué, mais qui sait rester fun"

Pour Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement Jeunes Socialistes (MJS), comme pour d'autres de ses adversaires, Benjamin Lancar manque cruellement d'autonomie dans sa façon de penser. Comme elle l'avait confié à libération, il est"toujours réfugié dans ses fiches", ne pense pas par lui même, mais apprend par cœur les idées de son parti. C'est vrai qu'il y a encore du travail pour que l'un des plus jeunes conseillers régionaux apparaisse plus mature et sûr de lui. Il concède d'ailleurs avoir des sujets qu'il ne manie pas bien : 

"C'est clair que je m'intéresse plus à l'économie qu'aux sujets sur l'immigration et l'intégration par exemple. J'ai pas encore d'avis tranché sur ça, mais ça viendra."


Ceci explique peut-être cela. Par exemple, lorsque Benjamin Lancar reprend les propos d'Alain Finkielkraut pour dénoncer l'islamisation de l'équipe de France sans aucun argument pour étayer cette absurdité. 
 Il est souvent comparé, soit à Nicolas Sarkozy, soit à Frédéric Lefebvre. Il accepte, ne prend pas cela comme une insulte mais tient à préciser qu'il "est autonome et qu'il a sa propre pensée". 
Le problème avec Benjamin Lancar, c'est que son point godwin à lui, c'est son âge. Pour admettre ses faiblesses, il met en avant son manque d'expérience : 

"J'ai 26 ans et, à cet âge, j'ai encore une pensée balbutiante et j'admets ne pas tout savoir".


Alors à chaque veille de discours, il lit, relit et apprend ses notes. Il n'y a ni impro, ni trous de mémoire possibles. Il pense à ce que lui répétait son directeur, lorsqu'il était moniteur en colonie de vacances : "Si tu ne te prépares pas, prépare-toi à être oublié". 
Son ami, Yann, qui le connaît depuis la classe préparatoire n'est pas d'accord avec l'idée que les médias donnent de lui. Pour résumer, "Benjamin, c'est un mec sérieux, appliqué, endurant dans le travail, mais qui sait rester fun".

Déjà, en prépa, il est populaire et est élu délégué de classe dès la première année. Après les cours, il organise une petite équipe, s'investit pour l'UMP et part distribuer des tracts. Au quotidien "Benjamin est très second degré" mais a une faiblesse selon son ancien camarade : "au premier abord, il est réservé, un peu trop timide."

Au fur et à mesure de l'entretien, on découvre tout de même des certitudes. Le futur candidat aux législatives prévient qu'une seule alliance UMP-FN le fera quitter le parti immédiatement. Il défend une idée coûte que coûte, le mariage et l'adoption pour les homosexuels. Ce dernier point lui a valu des critiques, notamment de la droite populaire. Il "s'en fiche", répète que les personnes qui ont des propos homophobes "n'ont pas leur place à l'UMP", visant directement Christian Vanneste. 

Son rêve ? Devenir député. "Pas pour 20 ans mais un peu, le temps de se rendre encore plus utile". Après, il ne sait pas trop quoi faire, mais une chose est sûre : il ne craint pas d'arrêter la politique. Il pourrait être ministre mais lui, ne veut pas"s'enflammer". Benjamain Lancar prépare l'ENA pour 2013 et sait qu'il fera autre chose car le milieu est très dur et parce que comme il dit "je ne fais pas partie de ceux qui pensent que la politique est une sorte de mur qu'il faut escalader". 

Pour son ami Yann, il pourrait intégrer une entreprise, "avoir un poste stratégique, car il a une vision bien à lui". Benjamin Lancar s'écarte des codes de communication et n'hésite pas à dire de lui qu'il est "un bébé politique", qui a une"réflexion très amatrice". Les uns y verront de la sincérité. Les autres déploreront une forme de fragilité. 

David Perrotin
 
Article à retrouver sur Acturevue.com

Moyenne des avis sur cet article :  1.48/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • AB Berurier AB Berurier 3 avril 2012 13:18

    Bonjour,

    Je suggère humblement que la prochaine fois vous interviewiez Oui-Oui, Bob l’Eponge, PIkachu, Calimero, les tortues ninja, etc...
    Le message de tous ces personnage est beaucoup plus important et profond que tout ce qui peu sortir du crane vide d’un jeune pop et surtout de celui de leur chef


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 3 avril 2012 14:14

      Oui, et c’est tout le drame des « jeunes » de l’UMP. Il ne faut pas avoir grand chose dans le ciboulot pour intégrer un parti politique où l’âge moyen des adhérents s’élève à 69 ans. Lancar envisage peut-être une carrière de gérontologue.


    • Jánošík Jánošík 3 avril 2012 14:15

      Ou bien le « Marsupilami », c’est de saison smiley


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 avril 2012 13:19

      Chez eux rien n’est fait au hasard : les amitiés qu’ils nouent, les réseaux dans lesquels ils s’immiscent, les entreprises qu’ils intègrent ou les postes dans l’administration qu’ils convoitent, tout cela n’est fait que dans un seul but : leur carrière ! A 50 ans ils auront leur Rolex .......................
      http://2ccr.unblog.fr/2011/03/21/parce-quils-le-valent-bien/


      • TSS 3 avril 2012 13:28

        1)en fait d’election il a été imposé par l’UMP(Copé,Bertrand).

        2)il n’a pas le courage d’assumer son veritable prénom BENAYIM... !!


        • foufouille foufouille 3 avril 2012 15:58

          les bourgeois ont pas de race
          benayim, ca fait HLM..........


        • arobase 3 avril 2012 18:37

          tu dit des conneries foufouille, et TSS itou.


          que vient faire le nom dans l’affaire ? c’est pas ainsi qu’on s’oppose mais avec des arguments et des idées, quand aux races, bourgeois ou pas ;, nous sommes tous de la race humaine, sinon on serait chevaux ou canassons.

        • Romain Desbois 3 avril 2012 18:47

          Non nous sommes tous de la même espèce, l’espèce humaine.
          La race humaine n’existe pas.


        • Al West 3 avril 2012 19:02

          Bon on va pas épiloguer, mais la masturbation intellectuelle à propos de race et espèce, ça commence à bien faire. Hollande veut supprimer le mot race de la constitution, j’aimerais bien qu’il redonne une situation économique décente à notre pays avant de toucher à des textes que de toute façon le pouvoir en place ne respecte pas.

          D’un point de vue purement scientifique, si l’on s’interdit de parler de mot race au sein de l’espèce humaine, on se l’interdit également pour les chiens ou les chats. Soit on reconnaît qu’il y a des races au sein de l’espèce humaine et qu’il y a eu des métissages, soit on arrête de l’appliquer au monde animal. On aurait donc l’espèce chien, l’espèce chat, et on abolit tous les noms dalmatiens, caniches, rottweilers, chartreux et angoras.

          Nous ne sommes finalement tous que des bâtards.


        • PapaDop PapaDop 3 avril 2012 19:16

          Al West

           ...Bâtard toi-même !

           ... smiley


        • Romain Desbois 3 avril 2012 19:56

          Al West

          Absolument d’accord avec vous.

          D’ailleurs il serait plus judicieux de changer d’hymne ou au moins les paroles qui sont pour le moins scandaleuses.


        • devphil30 devphil30 3 avril 2012 13:40

          On sait ce que devienne les jeunes cons ...............

          On a l’exemple parfait d’un parcours de jeune con avec des dents longues , très longue et pour celui auquel je pense ses dents sont d’autant plus longues que sa taille est petite

          Philippe

          • Romain Desbois 3 avril 2012 13:57

            J’ai toujours du mal à penser que quelqu’un qui s’intéresse au foot professionnel soit complétement honnête intellectuellement.

            Les mea culpa de VRP, de mafieux ou de professionnels de la langue de bois me laissent... de bois. 


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 3 avril 2012 14:04

              Il cite des collabos en référence, il menace de virer tout le monde, il est adepte de la com’ la plus grossière, il récite bêtement des textes et des éléments de langage que d’autres ont rédigé pour lui.

              En somme il est aussi médiocre et malfaisant que son maître.


              • jef88 jef88 3 avril 2012 17:52

                Ce jeune garçon de 26 ans

                De mon temps ..... on cessait d’être un jeune garçon à 14 ans !!!!!!!


                • jef88 jef88 3 avril 2012 17:55

                  Je précise !
                  jusqu’à 18 ans on était ado après jeune homme
                  à 21ans on était un homme avec tout ce que cela comporte....


                • arobase 3 avril 2012 18:39

                  en tout cas avec des gens comme lancar, l’ump ira loin !! décidément ou dirait vraiment qu’ils les recrutent exprès !! dati, moréno, hortefeux, boutrin, lefebvre.... smiley

                  il est du même style.

                  • arobase 3 avril 2012 18:44

                    je ne suis pas sur qu’une quantité de diplômes font les grands hommes. il faut d’abord de grandes qualités de coeur.


                    • anticomplot 3 avril 2012 18:58

                      Benjamin portant le même prénom que celui du fils du prophète jacob
                      mais la différence avec les saints de dieu d’autre fois est que
                      cette génération portant les mêmes noms que les saints a transformé une religion de dieu en maçonnerie, infiltrant les partis politiques, associations et autres corporations afin d’en prendre le contrôle dès leur jeune âge et d’y rependre la corruption jusqu’aux racines les plus profondes de la société !
                      Messieurs les sionistes utilisant le nom de dieu, et la religion de son prophète Moise pour faire couler le sang des innocents innondant jusqu’aux pans de vos habits.
                      J’ai levé les yeux, je vous ai vu sous tout arbre vert et sur toute colline élevée courbés tels des prostituées accrochés aux biens d’ici bas.
                      N’avez vous pas ouvert les yeux pour lire ce qu’a été dicté à vos générations antérieures dans votre propre livre (ancien testament) et confirmé par les avertisseurs ayant suivi Moise, allez vous désobeir jusqu’au jour où chaque âme aura à répondre de ce qu’elle oeuvrait sur terre ?
                      Ce jour là vous n’aurez ni protecteur, ni secoureur pour vous sauver de la fournaise
                      Mais si vous saviez !
                      De la même façon que dieu a promis, annoncé et réalisé votre libération lors de votre deuxième exil à Babylone en disant voici j’envoie cyrus (=kourosh le roi des perses) vous libérer et que vos pères ont gouté à cette bénédiction
                      je vous rappelle que le même dieu a promis avant la fin des temps un autre envoyé qui vous chatiera pour vos excès sur cette terre et ceci durera jusqu’au dernier des jours puis le chatiment de la fournaise sera éternel pour vos crimes
                      libre à celui qui veut croire et corriger sa déviance


                      • chapoutier 3 avril 2012 22:22

                        les jeunes de l’UMP ont du mourron à se faire

                        merah : pourquoi m’avez vous trahi
                        http://www.boursorama.com/actualite...

                        trois noms de « responsables des services français

                        Surtout, l’avocate entend démontrer que Mohamed Merah travaillait pour les services de renseignements français.

                        Selon Me Mokhtari des avocats français seraient prêts à aider sa démarche et indiquer qu’elle remettrait une liste de trois noms de « responsables des services français » et de deux autres personnes étrangères, travaillant avec Mohamed Merah, pour qu’ils soient entendus dans cette affaire. ....////....Mais l’avocate ne révèle pas comment elle s’est procurées les vidéos par « des personnes au cœur de l’évènement » et réserve leur contenu pour la justice française.
                        http://www.saphirnews.com/Pour-l-av...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès