Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bibi (Netanyahu) en difficulté…

Bibi (Netanyahu) en difficulté…

Contre toute attente le premier ministre sortant israélien ne fait pas un bon score et sort affaibli de cette consultation. La liste commune Likoud, parti Israélien et l’ultra nationaliste Lieberman perd 11 sièges et voit son groupe parlementaire ramené de 42 à 31 sur 120. C’est le parti centriste qui crée la surpris en arrivant en deuxième position. Les négociations vont être serrées. Et bibi n’aura peut-être pas les moyens de gouverner.

L’axe de campagne du Premier Ministre mettant en avant sa stature d’homme d’état et la menace iranienne a échoué. Elle a même fait fuir une partie des électeurs du centre.

C’est donc le Yesh Atid (parti centriste) fondé à l’initiative du journaliste Yaïr Lapid qui emporte 18 ou 19 siège à lui tout seul. Pour un parti créé il y a un an, c’est un excellent résultat, révélateur par ailleurs de l’état d’esprit des israéliens. Il devance d’une courte tête le parti travailliste qui obtiendrait 17 sièges.

Le Yesh Atid a mené une campagne axée sur les « fractures » de l’Etat d’Israël. Il a su parler aux « Indignés » du pays qui ont largement et massivement manifesté dans le pays. La crise du logement que connait le pays a pesé sur l’élection ainsi que la question de la justice et de l’égalité, en particulier sur un sujet chaud en Israël, celui de la conscription des religieux, qui actuellement échappent au service militaire.

C’est un succès réel que les enquêtes d’opinion n’ont pas su mesurer. Il est difficile d’extrapoler sur ce qu’il en deviendra. L’histoire politique de l’Etat d’Israël est riche en apparition de partis politiques qui se révèle au final sans lendemain. Le scrutin électoral, une proportionnelle intégrale est plutôt brutale et traduit immédiatement en siège au parlement toute manifestation politique de l’électorat.

Pour l’instant, en attente de confirmation précise, la coalition de droite obtiendrait une courte majorité de 61 ou 62 députés sur un total de 120 sièges. Elle comprendrait le Likoud, Israël Beiteinou, l’ensemble des partis religieux et Foyer Juif. La force de Bibi, c’est son image de marque dans l’opinion et surtout le fait qu’aucune coalition ne le menace sur son centre ou sa gauche. Alors qu’il a su rallier l’ensemble de la palette politique de la droite à l’extrême droite, le parti travailliste n’a pas su s’entendre et se mettre d’accord avec Yesh Atid et Mme Livini. Cette dernière à la tête de Hatnouha (centre) a pris position pour une relance active du processus de paix et a remporté 7 sièges, ce qui est un beau résultat.

Quelle sera la composition gouvernementale de demain ? Difficile de le dire. Elle se fera autour des questions essentielles que se posent les israéliens. La question du budget en est une, l’Etat israélien est en position délicate et, comme en Europe, il se doit de réduire drastiquement son déficit, négocier des réductions budgétaires pour constituer une coalition gouvernementale s’apparente à l’un des travaux d’Hercule. Enfin la question centrale d’un état palestinien vient compliquer les choses. Est-ce que le gouvernement pourra continuer encore longtemps à couvrir la construction de logements en Palestine ?

Comment va se constituer ce futur gouvernement et où va passer la ligne de clivage pour ou contre l’idée d’une nation ceinte de murs et de barbelées, armée jusqu’au dent, arme nucléaire comprise, faisant face à une nation palestinienne qui n’y trouve, ni son compte, ni sa place. Voilà l’enjeu des négociations à venir et cela n’intéresse pas seulement les israéliens. La sécurité au Moyen Orient est un point d’équilibre et géo politique qui fragilise les équilibres des forces planétaires.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • wesson wesson 23 janvier 2013 22:16

    Bonjour l’auteur, 


    Dans la tonalité de votre article, ces élections sont à mon sens proprement révolutionnaires. 

    Nous avions eu jusqu’alors une campagne médiatique savamment orchestrée pour nous vendre l’inéluctable victoire de Netanyahu, dont le seul problème aurait été la trop grande modération. 

    Et là patatras. Les 2 partis qui ont objectivement remporté ce scrutin sont laïques, voire même pour un considéré comme étant d’extrême gauche.

    C’est donc avant tout l’échec de l’opération contre Gaza, leur envoyer des bombes n’assurant visiblement plus une réélection. 

    On nous avait expliqué avec force - et jusqu’à ici même notamment avec notre ami Matsada - que Israël était un état juif, l’état des juifs. ça non plus, ça ne tient plus, le peuple Israélien venant de dire qu’il préférait un état social à une théocratie. 

    Et c’est d’autant plus étonnant que le programme de Yesh Atid est très critique sur l’extension des colonies. D’ailleurs, depuis cette élection, nos amis hasbaristes semblent avoir tout bonnement disparu des écrans.

    Je ne puis que me réjouir que le peuple Israélien soit en train d’envoyer par le fond cette politique raciste et belliqueuse qui fut la marque de fabrique des gouvernements Israéliens ces quelques dernières années.

    • ZEN ZEN 24 janvier 2013 13:12

      wesson,

      révolutionnaire ?
      Je ne pense pas, c’est surtout une réaction de classes moyennes frustrées
      Les religieux n’ont pas dit leur dernier mot..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès