Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bienvenue en technocratie ( 2 )

Bienvenue en technocratie ( 2 )

Les analystes de tous bords ont bien conscience du déclin de la politique traditionnelle au profit du pouvoir économique. Le problème, c'est qu'ils s'arrêtent au milieu du gué : la sphère économique est elle même assujettie et conditionnée par le système technicien. 

Ce système est universelle et univoque, d'où l'inévitable mondialisation. Il est totalitaire, d'où l'absence de choix pour développer une nation. Il est non démocratique, d'où le déclin de la politique au sens classique du terme. Il est amorale ( et non immorale ) et utilitariste, d'où la crise des valeurs.

Mon objectif est de montrer que les grilles de lecture habituelles de la société française sont inadaptés aux nations technocratiques, le pilier central de toute réflexion devant être la Technique. La "politique à papa" est révolue dans les faits et non dans les discours, mais l'illusion politique rend bien des services à bien des castes. 

Dans ce second article, quelques exemples pour illustrer mes propos. 

Qui n'a jamais dit " je suis H.S., je suis en mode panique ou je suis tombé en panne d'essence ". Madame Royal parlait en son temps de changer le logiciel du P.S. , des publicités assimilent clairement femmes et voitures, on voudrait des enfants " livrer avec la notice", une télévision est "morte" ou " a rendu l'âme"...

L'assimilation homme-machine est un des fondement du système technicien et s'implante dans tous les esprits. Une collège me disait récemment : " dans mon iphone, y'a toute ma vie". D'ailleurs, ne parle t-on pas du coût de la vie, de gagner sa vie ? Qui s'interroge sur l'absurdité de telles affirmations ? Il me semblait naïvement que nous étions vivants ou morts, et que la vie ne se gagnait pas. Cette expression signifie de fait que plus on a un salaire élevé, plus on est en vie. Ne trouvez vous pas cela effrayant ? Voyons, c'est pourtant logique dans un système technicien : plus d'argent, plus de vie ! 

La généralisation des objets techniques va de pair avec l'essor de l'esprit technicien. L'économie telle que nous la pratiquons découle directement de cet esprit : pas de morale, des objectifs à court terme, un maximum d'efficacité, de la rentabilité, et la fin qui justifie les moyens. L'informatique, l'invention de ce siècle, est le support essentiel de la finance, et il n'y a plus de pilote dans l'avion. La finance s'est automatisée, les algorythmes sont d'une complexité incroyable, et des milliards d'opérations ont lieu chaque millième de seconde. A un certain degré de complexité, sans aborder le concept de singularité, les hommes ne comprennent plus leur propre création. Nécessairement, le scientisme doit coloniser les esprits, et nous appelerons l'économie, cette invention qui fabrique une réalité, les " sciences économiques", et nous lui accorderons à postériori un prix Nobel. 

Je lis partout que nous avons des besoins énergétiques croissants. Ce n'est pas exact : l'énergie produite par nos centrales nucléaires doit être consommée, car c'est un facteur de croissance. Pour preuve, de plus en plus d'objets sont électriques et il n'y a pas de problèmes pour répondre à ce surplus de demande énergétique ( nous n'avons pas fabriqué de centrales nucléaires depuis des décennies ). On mélange cause et effet, une fois de plus. 

Le sytème technicien se fout des conséquences de ses actes, ce n'est pas son problème. Un technicien fait ce qu'on lui demande, ce n'est pas un moraliste, il est à l'image des machines qu'il conçoit : il fonctionne. Saviez vous que Arrhénius, le célèbre chimiste, avait découvert en 1892 que le dioxyde de carbone était un gaz à effet de serre ? Avons nous choisi un autre modèle de développement technique pour autant ? Mais ne vous inquiétez pas chers concitoyens, le système technicien résoudra grâce à ses ingénieurs les problèmes qu'ils engendrent... Ainsi, le problème sera la solution du problème, n'est-ce pas merveilleux ? 

Le plus hallucinant, c'est que de l'extrême gauche à l'extrême droite, le discours est le même concernant la Technique : elle sauvera la croissance, fabriquera de la richesse, résoudra nos petits soucis et est source de progrès. Pour les écologistes, je n'entends guère de technologue critique. La Technique est toute puissance, sans contre-pouvoir, alors que c'est le premier pouvoir. 

Etre moderne, c'est être technocrate. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Agor&Acri Agor&Acri 10 avril 2014 15:59

    bjr,

    merci pour votre article qui a le mérite de proposer un élargissement du spectre de la réflexion.
    Vous proposez un angle d’attaque = c’est toujours intéressant.
    Il vient s’ajouter à ceux déjà développés par ailleurs :

    le pb c’est le système capitaliste, le pb c’est le lobby bancaire, le pb c’est le complexe militaro-industriel, le pb c’est la financiarisation de l’économie, le pb c’est le lobby juif, le pb c’est l’Islam, le pb c’est l’Europe, le pb c’est la propriété privée, le pb c’est l’argent (la monnaie), le pb c’est le système médiatique qui contrôle l’information, etc...

    Le système technicien est-il moteur ou est-il « drivé » par de puissants intérêts ?

    C’est un peu la question de la poule et de l’oeuf = qui des 2 a généré l’autre ?

    De mon point de vue, le monde n’évolue pas selon un déroulé linéaire, comme le long d’un câble dont le courant porteur serait le système technicien.

    Il ne peut s’analyser ni de façon linéaire, ni binaire.
    C’est une pelote de laine avec plusieurs fils entremêlés et donc avec plus de 2 bouts.
    De cette pelote, émergent des forces dominantes (voir la liste proposée plus haut)

    La société française est insérée dans cette pelote.
    Ses « fibres » sont mises à rudes épreuves, soumises à multiples tensions.
    A titre d’exemple, la construction européenne est l’une de ces tensions et le système technicien n’en est pas à l’origine. Par contre, il intervient comme « soudeur » de l’architecture.

    Plus généralement, l’emballement du système technique pose un réel et très grave problème,
    notamment à travers les technologies de traçage de l’ensemble des activités de chacun =
    1- paiement électronique quotidien sous toutes ses formes avec marginalisation de l’argent liquide.
    2- déplacements (pass Transports en commun, pass autoroute, GPS monté en dur sur les véhicules, portiques écotaxes, radars nouvelles générations,
    3- vidéo surveillance étendue
    4- échanges de messages et de données en lignes (cf. Edward Snowden)
    5- appareils domestiques connectés (box + tv + phone + ordi + console de jeux + frigo + ...)
    6- compteur eau + électrique à télé-relevé
    7- vote électronique
    8- ...

    Petit à petit se réunissent tous les ingrédients susceptibles d’ouvrir la porte à un régime totalitaire contrôlant toute velléité de rébellion
    et, puisque que contrôlant toute velléité de rébellion,
    n’ayant plus à se soucier du bien-être et des desirata du peuple.

    Il faut être profondément inconscient pour ne pas s’en émouvoir
    ou, pire encore, pour railler ceux qui s’en émeuvent.

    C’est pourquoi,
    tant que le vote a encore un sens,
    il ne faut plus donner une voix aux partis qui entretiennent un silence complice sur ces sujets, à commencer bien sûr par l’UMPS.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

B.D.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès