• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bobo-Gaucho-Bullo-Médiatico-Intello : les sobriquets réservés à la gauche (...)

Bobo-Gaucho-Bullo-Médiatico-Intello : les sobriquets réservés à la gauche et aux journalistes

En Argentine le terme gaucho désigne le peuple des gardiens de troupeaux de la pampa sud-américaine. L'étymologie de ce terme aurait pour origine la langue Quechua (orphelin, solitaire).Voici pour l'anecdote.

Solitaires et orphelins les gauchos ? En France, le terme gaucho semble définir les électeurs de gauche par les électeurs de droites ou de l'extrème droite et de l'exrème gauche mais aussi les journalistes qui déstabilisent les élus de droite avec leurs questions de gauchos. Vous suivez ? Aussi, les journalistes français sont accusés d'être vassalisés aux idées politiques de gauche continûment de Mélenchon à Fillon et Marine Le Pen. C'est devenu une habitude dans le débat politique à chaque élection, chaque interview ou chaque intervention politique, l'utilisation de sobriquets de gaucho à bobo en passant par intello ou même mégalo bobo gaucho... La gauche à en croire les sobriquets ressemblerait au cloud sur internet c'est à dire à un nuage non identifiable. Les journalistes et les bobos sont devenus eux aussi des gauchos.

Analyse des termes en O :

1) Gaucho mégalo

Marine Le Pen parle de gaucho-laxisme en évoquant Christiane Taubira et sa politique pénale de 2015. Les électeurs du FN parlent de radio de gaucho à chaque interview peu réussie ou déstabilisante de leur élus. Suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy dans l'émission "Des paroles et des actes en 2016", les partisans de l'élu créent une page web "Sarko au pays des gauchos". Il s'agit bien sur ces points de juger d'une politique de gauche.

Mais il arrive que ce terme qualifie la plupart des journalistes, les émisissions poltiques à la télévision ou à la radio. Ce qualificatif se retouve également au sujet la presse écrite au travers des politiques éditoriales de plusieurs titres jugées "gauchos". A la télévision c'est notemment l'émission "Le Quotidien" qui est visée. Les journalistes voteraient majoritairement à gauche mais cela veut-il dire que leur orientation politique se retrouve dans le traitement des sujets sociétaux et politiques ? Car le rôle du journaliste est bien de poser des questions, d'analyser, décrypter et pour le coup déranger les politiques qui ne souhaitent pas être bousculés ou avec une vision péremptoire de la société. Aussi faut-il absolument placer les journalistes sur la table du repas à gauche ou à droite ? Car oui il existe aussi des journalistes de droite qui le revendiquent haut et fort comme Eric Brunet ou le journal "Valeurs actuelles". Il faut cependant raison garder sur ces raccourcis parfois surinterprétés et par ces interviews de politiques qui se tranforment en tweetos pour militants aguéris.

2) Les bobos et/ou bobo gauchos

Ce terme qualifierait un groupe social de personnes "Les bourgeois bohèmes" qui partagent les mêmes valeurs. La catégorie socio-professionnelle ou PCS définit par l'INSEE, l'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques" n'est pas déterminante dans cette définition. Mais le terme est devenu large. Urbain ? Ecolo ? Aisé ? Arrogant ? Idéaliste ? Mangeant bio et se promenant avec son panier osier ? Le look hipster du magazine GQ ? Qui est le bobo en 2017 ? Vraiment de gauche ? La version britannique est plus swag, le bobo est un "champagne socialist". Le bobo toujours de gauche ? Pas sûr. Le nouvel Observateur titre ce 6 janvier 2017 : "Le triomphe des bobos réacs" article de Marie Vaton où on y apprend entre autre exemple que le bobo serait devenu "...puritain."

Les bobos représenteraient également le microcosme parisien qui déciderait pour les autres. Laurent Wauquier, vice président du parti "Les républicains" expliquait au sujet des normes trop drastiques imposées en montagne :

"Ce ne sont pas les bobos parisiens qui doivent décider pour les montagnards"

 

Morano à l'Emission Le Petit Journal de Yann Barthès actuellement "Le Quotidien " diffusé sur la chaîne TMC

“Ah ils sont là quand même ? Je les appelle le journal de la désinformation ou de l’intox, comme on veut. Non parce que c’est la culture bobo. Il faut pas se voiler la face comme ça !”

Force est de constater que sur les réseaux sociaux les termes gauchos et bobos sont autant de raccourcis hasardeux et primaires sans aucune argumentation comme un refrain ou un chant partisan appris par choeur que ce soit à droite comme à gauche.

Patrice Bessac porte parole du parti communiste accuse Manuel Valls au sujet des quotas migratoires suggérés par le ministre :

un gaucho sarkozsyte

Marion Maréchal Le Pen traite Juppé :

" de gaucho-compatible"

Pourquoi ces raccourcis pullulent sur internet ?

Dominique Cardon, spécialiste des usages d'internet et interviewé par Rokhaya Diallo pour l'émission "Les réseaux de la haine" explique que selon lui la prise de parole publique dans les médias traditionnels il y a une exigence très forte sur la personne qui va parler. Cette exigence c'est d'abord de se présenter,d'avoir de l'argumentation et être responsable de ses propos sans émotions avec des arguments Pour le coup, ces conditions sont socialement discriminantes. Il y a des gens qui peuvent plus facilement parler en public selon le sociologue. Internet créé une déshinibition de la parole et certains profitent de l'anonymat pour proférer des propos injurieux ou délirants. J'ajouterai aussi la brièveté des messages et le mimétisme des publications. Quand un tweet qualifie une émission de gaucho, il sera repris par d'autres et il n'est pas rare d'assister parfois à un phénomène d'amplification et d'éxagération. En 2012, le terme est peu à peu remplacé par la bien-pensance largement employé par la campagne du FN en 2012.

Récemment c'est Hugo Clément journaliste à l'émision "Le Quotidien" qui a fait savoir son ras-le-bol quand à ces discours de certains hommes et femmes politiques notamment ce raccourci de bien-pensance :

C'est l'histoire d'un grand foutage de gueule. L'histoire de dominants, de diplômés de grandes écoles, d'héritiers, de dignes représentants de l'élite française. L'histoire de tous ces gens qui vous prennent pour des idiots. Ils s'appellent Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Jean-Christophe Cambadélis, ou Florian Philippot. Peu importe la couleur politique. Ils usent et abusent de l'arme la plus efficace du moment : le discours anti-élites.

En tant que journaliste de télévision, passé par une grande école de journalisme, fils de profs, vivant dans le centre de Paris, je fais sans aucun doute partie de l'élite, version média.

Mais il faut dire la vérité. Le discours anti-élites est une brillante invention… des élites. C'est du génie.

On peut, comme Nicolas Sarkozy, avoir grandi dans les quartiers chics de Paris, avoir été maire de Neuilly-sur-Seine, être marié à une artiste multimillionnaire, avoir pour ami un milliardaire qui nous prête son yacht pour les vacances, avoir été Président de la République vivant dans un palais, bref : cocher toutes les cases de l'ultra-élite bourgeoise et, dans le même temps, se présenter comme le candidat du peuple en attaquant "les bien pensants", "l'élite pour qui tout va bien".

On peut avoir tout hérité de son père : l'argent, le pouvoir, le parti, et dans le même temps, attaquer le "système". Ce "système" qui a toujours favorisé et qui favorisera toujours ceux qui ont, et ceux qui savent. Ce "système" qui a toujours favorisé et favorisera toujours les riches héritiers comme Marine Le Pen.

Ces termes ou raccourcis sont devenus un fourre-tout indéfinissable qui ne mène sans aucun doute qu'à un débat puéril et atone. Ces sobriquets deviennent un échappatoire très commode pour ne pas se remettre soi-même en question. Ces gauchos, ces bobos, ces bien-pensants, de qui sont-ils la pierre d'achoppement ?

 

 

http://www.ouest-france.fr/medias/quotidien-le-coup-de-gueule-d-hugo-clement-contre-le-discours-anti-elites-4614970

http://www.dailymotion.com/video/x1z0v5t_grand-ecran-les-reseaux-de-la-haine_news

http://o.nouvelobs.com/pop-life/20170106.OBS3496/le-triomphe-des-bobos-reacs.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • rogal 12 janvier 11:06

    Mais oui, c’est le B-O-BO des démagos.


    • Gogocho
       
      Le bobo gogocho est un snobinard électrifié par Bobo Chanel du Paristan

      Ce mondain ne mange que le Mac Do vegan halal qu’apporte le migrant ubérisé en pédalant
       
      Un autre migrant est venu pour torcher le cul merdeux des vieux souchiens, où servir au Fouquet’s (Uleski un ex)
       
      Bobo gogocho aime Soros le négrier spéculateur qui donne 500 millions pour la colonisation
       
      Bobo bonobobo vert a peur de son cancer (atomique, pesticide etc...) car il veut polluer longtemps comme Hulot Kérozène

      Gogocho est antiraciste, il n’empilerait pas des parpaings ...
       
      Bobo n’a pas de pays, de peuple, juste un utérus gpa loué et un supermarché


      • kalachnikov lermontov 12 janvier 13:27

        @ Victor

        Le bobo gogogocho ressemble au dernier homme nietzschéen. Et Zarathoustra, ce type qui surprend au hasard, il est où ?


      • Le421 Le421 12 janvier 17:38

        @La Baudruche négrière patronale verdie
        Opiniâtre ce cher Victor !!
        C’est bien...


      • @lermontov
        Oui, comme le dernier homme, gogocho bobo est tout rond, tout petit, tout indifférencié en matière et tout multiethniqué en apparence, le sable de l’Humanité disait Nietzsche.
        Zarathoustra est le cyborg, celui qui va transformer le dernier narcissique ultime du transhumanisme en sa négation.
        Car bobo n’est déjà plus qu’un cadavre qui s’anime des vers dorés qui le bouffent.
         
        « Leur vertu bobo est ce qui rend modeste et docile, antiraciste conviviaux et soumis ; ainsi du loup ils firent le chien, et de l’homme même la meilleure bête domestique au service de l’homme, du Seigneur Capitaliste » Nietzsche modernisé

        « A-t-on déjà vu animal bobo changer d’espèce ? » Nietzsche


      • Ciriaco Ciriaco 12 janvier 11:49

        Si la citation est complète, mes félicitations à Hugo Clément pour n’avoir pas prononcé une seule fois le terme de classe. Car c’est un réflexe de classe, même si une grosse partie de ceux qui emploient ce vocabulaire n’en ont pas conscience. La différence entre les réalités quotidiennes, qui provient de l’environnement économique et social, et qui peuvent nourrir, parfois, c’est vrai, une certaine haine qui est elle transversale aux classes sociales mais qui stigmatise un phénomène de classe.


        De ce point de vue il y avait hier un très bon article d’un professeur de sociologie sur l’importance des structures dans une société (la sociologie française connait très bien cela depuis Bourdieu). La façon dont cet homme engage à parler des classes est intéressante et très politique. C’est un discours largement absent des médias mainstream. Et si vous vous demandez pourquoi vous verrez que la boucle est bouclée : une question de classe !

        • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 12:05

          n’empêche que ce style de bobo etc.... aime bien se gaver de caviar-champagne a la cantine de la rue Solférino et profite bien comme leur homologues LR de l’argent des autres particulièrement de celui des sans dents .....


          • franc 12 janvier 12:07
            L’auteure ou l’autrice confond élite (vraie élite) et zélite (fausse élite )

             Ce sont les zélites fausses élites , qui sont bobos gauchos bien pensants.

            • Alex Alex 12 janvier 12:15
              « L’orientation politique des journalistes se retrouverait dans le traitement des sujets sociétaux et politiques ? »
              Forcément ! Aussi honnête une personne soit-elle, sa façon de « voir » les choses ne dépend pas que de ses yeux et de ses oreilles.

              « Car le rôle du journaliste est bien de poser des questions, etc. »
              Le PREMIER rôle d’un journaliste est d’informer, c’est-à-dire de puiser la même info à des sources de sensibilités opposées pour recouper sa validité ou la fiabilité que l’on peut lui accorder, attitude que l’on constate très rarement.

              « une grande école de journalisme »
              AUCUNE école de journalisme ne peut être qualifié de « grande école », appellation réservée à une quinzaine d’établissements dont les élèves ont fait preuve d’une ou plusieurs qualités exceptionnelles. 


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 janvier 12:39

                Article bien confus qui ne va éclairer grand monde ...
                La Droite et le FN devant la Gauche divisée, pavoise, mais il n’y a pas de quoi.

                Ce que les électeurs de Droite ou du FN qualifient de bobos est sans doute la Gauche de BHL à Charlie Hebdo, la propagande néo conservatrice, déguisée en Gauche progressiste.  ??


                Sinon, il peut s’agir de la Gauche européenne, Podémos, Syriza, PCF, PdG, Die Lincke ??

                De toute façon les citoyens sont en colère, la Gauche à abandonné le peuple, et la Droite abandonné la Nation, pas de quoi pavoiser, ni d’un côté, ni de l’autre...

                • Robert Lavigue Robert Lavigue 12 janvier 12:40

                  En Argentine le terme gaucho désigne le peuple des gardiens de troupeaux de la pampa sud-américaine.

                  En France aussi, le gaucho s’imagine gardien de bovins !
                  La seule différence avec l’Argentine, c’est la nature du cheptel...


                  • Trelawney Trelawney 12 janvier 16:42

                    @Robert Lavigue
                    Pour garder les bovins qui a plus de compétences Marine Lepen ou François Hollande ? Personnellement je pencherai pour la première et ce n’est pas lui faire un compliment.


                  • ZenZoe ZenZoe 12 janvier 16:27

                    Comment on reconnait les gauchos ? Les gauchos sont avant tout des emmerdeurs : ils savent ce qui est bien pour tous, donnent des leçons de morale, veulent régenter la vie et les pensées des gens, se croient sortis de la cuisse de Jupiter, les représentants de Dieu sur terre, imposent leurs lubies clivantes et destructrices à tout un pays. Oui, c’est ça, des emmerdeurs... Et dangereux en plus...


                    • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 16:56

                      @ZenZoe


                       et en plus ils aiment le pogon des autres et n’hésitent pas a magouiller ....

                    • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 16:55

                      Depuis Hollande les Socialistes sont devenu les Fauxcialistes , crachant leur mépris sur ceux qui les ont élus .... les sans dents .... mais messieurs c’est con pour vous mais les sans dents ne sont pas des sans cerveaux contrairement a vous et la morsure des gencives des sans dents laissera une énorme trace dans vos gros culs bien amidonnés , Mai 2017 l’heure de la branlée a sonnée ....


                      • Le421 Le421 12 janvier 17:41

                        A partir du moment où on parle des socialistes comme de « gauchos », vous me permettrez de passer à l’article suivant...

                        Moi, oui, je suis un gaucho.
                        Mais là, c’est justifié.
                        Par contre, « bobo », là, y’aurais à redire, quand même !!  smiley


                        • Le421 Le421 12 janvier 17:42

                          @Le421
                          Ah aussi... pour les médias, prière d’utiliser les termes :
                          Journalopes, presstituées, merdias, etc...
                          Le langage FN si imagé.


                        • @Le421
                          C’est l’avantage de l’ED, l’imagerie et le bestiaire ... rien pour ça il faut quitter la gogoche bien-pensante !
                           
                          le « Phi » est pour « foutaises » ?
                           
                          Qui prendrait La Baudruche négrière à Soros pour un « philosophe » ?


                        • Etbendidon 12 janvier 19:38

                          @Le421
                          Beuhhhhhh 421 ce langage n’est pas l’apanage du FN
                          chez les gochos C pas triste non plus !
                          et les gogovoxchiens complotistes chyriens aussi
                           smiley
                          Bon C pas le tout, ce soir j’ai téloche sur la UNE (le merdia ONE)
                          La primaire des gauchos profiteurs socialous avec deux journalopes pour les questionner
                          alors je m’en vais acheter une bouteille de pinard et du saucisson
                          et aussi un paquet de cacahuètes
                           smiley
                          et demain je lirai dans mon canard ce qu’en disent les presstituées
                          ^^


                        • Le421 Le421 13 janvier 16:16

                          @Etbendidon
                          presstituées, journalopes et merdias...

                          Le kit complet de la « bonne parole » FN.

                          Quand au langage fleuri, je laisse les lecteurs du site juger par eux-mêmes.
                          Et je mets de côté la qualité des écrits.
                          Ne soyons pas trop méchants.

                          Ceci dit, en aparté, vous avez parfaitement compris que taper sur les socialistes m’amuse beaucoup.
                          Hormis que certains du FN refusent l’appellation d’extrême droite, c’est quand même plus honnête que les socialistes qui se font appeler - ces escrocs - la gauche.


                        • Albert123 13 janvier 10:48

                          ce qui est dur à avaler pour le bobo c’est pas le bo de bohème mais le bo de bourgeois, 


                          et c’est très bourgeois de se plaindre des salades de chèvres qu’on se tape dans les brasseries chaque midi quand beaucoup en France ne peuvent même pas se permettre d’aller dans une brasserie,

                          C’est aussi très bourgeois de citer son pote « journaliste » mais surtout gros niqueur cocainé pour Barthes, 

                          que dire de cette volonté tout aussi bourgeoise de retirer et de censurer des terme comme « cassos » qui ne sont pas assez lisse et stérile au point de choquer la bonne morale bien bourgeoise.

                          Le bobo n’en déplaise à Julie point Bey correspond parfaitement à ce qu’elle est elle même

                          on comprend dès lors beaucoup mieux sa réaction d’autruche typique des petits bourgeois qui s’ignorent, 

                          le bobo, qui est Charlie, manifeste contre les 1 % sans comprendre que c’est lui même le 1 %

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès