Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bon anniversaire, ma République

Bon anniversaire, ma République

JPEG - 40 ko
La liberté guidant le peuple
La liberté représentée sous les traits de Marianne.

La République est née le 23 septembre 1792.

Dans plusieurs villes et villages de France, sous des formes diverses, cet anniversaire est célébré, souvent avec gravité car beaucoup sont conscients qu’elle est chaque jour davantage menacée.

Pourtant quel concept magnifique que cette Res Publica confiée à la souveraineté populaire !

Notre Marianne a fière allure avec son sein généreux, mais aussi son poing levé contre tous ceux qui voudraient l’attaquer. Pieds nus, elle est le peuple, tout le peuple, sans artifices.

Le drapeau et la cocarde tricolores, notre hymne national dont il faut se souvenir comme d’un chant de défense et de libération, notre trilogie « LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE », tous ces symboles de notre République sont issus de la révolution de 1789. Ce n’est que justice car la République est fille de la Révolution et nous tous, citoyens français, nous sommes aussi en tant que tels les enfants de la Révolution.

« LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE », comme cet ensemble est bien choisi ! Le jour où il l’a prononcé dans un discours pour la première fois, Robespierre a fait preuve d’un talent exceptionnel. Il existait alors d’autres formules, mais celle-ci est parfaite ; il ne faut surtout pas en retirer un seul élément sinon elle change de sens et aucun de ces trois mots pris isolément ne peut représenter l’image idéale de la société républicaine. L’égalité n’existe pas à l’état de nature, il faut donc toujours tendre vers elle, c’est davantage un long cheminement qu’une simple démarche. L’égalité des chances ne suffit pas à elle seule. Par ailleurs, si une égalité discutable est imposée par la contrainte, le régime devient autoritaire, voire dictatorial. C’est donc là qu’intervient la liberté, la liberté du citoyen souverain qui s’oppose à la coercition. Par contre, prenons garde de bien contrôler l’usage fait de cette liberté. Elle ne doit pas permettre aux plus forts d’écraser les plus faibles, cela serait tourner le dos à l’égalité. Les libertés fondamentales de l’individu face à l’Etat peuvent elles-mêmes donner lieu à débat : ainsi Marx considérait que ces droits étaient « les droits de l’homme égoïste, de l’homme séparé de l’homme et de la communauté. » Heureusement, grâce à Robespierre, nous n’avons pas à nous inquiéter. Dans de telles situations de conflit, la fraternité est là pour tout arranger. Voilà pourquoi, je persiste et signe : Robespierre a vraiment été bien inspiré. J’ajouterai que sur le plan politique, si la Droite préfère avant tout la liberté (et même la concurrence libre et non faussée), la Gauche penche plutôt pour l’égalité et la fraternité. Le choix d’un nom comme « Place de la Liberté » ou « Place de l’Egalité » n’est pas innocent. Quant à l’extrême droite, elle n’aime aucun des trois et elle hait la république.

GIF - 32.1 ko
La République
Notre première République

Ainsi définie, notre République était un bel idéal et a vécu un bon siècle sans trop souffrir si on excepte ces malheureuses colonisations et décolonisations qui ne furent pas à son honneur, ni au nôtre. La situation a changé. Les plus riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus nombreux et encore plus pauvres, l’égalité matérielle n’existe plus. L’exploitation et l’oppression augmentent en réduisant la liberté des plus nombreux. Les atteintes à la laïcité se multiplient. La démocratie fond comme glace au soleil, ainsi que la liberté, sa compagne. Les électeurs choisissent des représentants qui oublient, pour certains, de les représenter et n’hésitent pas à les trahir. Ces mêmes représentants se voient soustraire la plus grande partie de leurs pouvoirs au profit d’organisations européennes non élues. Le peuple dit NON, mais le parlement dit OUI, tournant sans vergogne le dos à la volonté populaire. Les médias deviennent instruments de propagande et les décisions les plus importantes pour l’avenir se prennent en dehors de toute consultation citoyenne, comme le Grand Marché entre l’Europe et les Etats-Unis ou l’Acte III de la décentralisation. Dans ces conditions, que devient la souveraineté du Peuple, condition première de l’existence de la République ? Nous sommes en fait en territoire occupé par l’oligarchie de la Haute Finance Internationale.

Aussi, République, bon anniversaire, mais tu sembles bien mal en point.

CITOYENS, OUVREZ LES YEUX : ON NOUS VOLE LA REPUBLIQUE ! 

 

Nota : un rassemblement est proposé par « Pour une Constituante » à Paris le 23 à 18h30,

 à côté de la plaque qui commémore l’évènement au long des grilles du jardin des 

 Tuileries, en face du 228 rue de Rivoli – métro : Tuilerie ou Concorde. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 23 septembre 2013 10:32

    Tant que nous serons dans notre petit confort , 

    Tant que nous verrons des plus malheureux à la TV , 
    Tant que nous verrons des matches de foot à la TV ,

    C’est comme la fable de la grenouille que l’on cuit à petit feu 

    Société de consommation égoïste qui n’incite pas à voir les problèmes sociétale 

    Le réveil sera très douloureux , si on arrive à se réveiller avant d’être cuit comme la grenouille 

    Philippe 

     

    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 23 septembre 2013 11:33

      La République ?

      Grâce à Hollande ami et ostensible marionnette de la finance internationale, la République aura bientôt sur ses timbres le visage d’une jeune personne que d’aucuns disent être une ancienne pute ukrainienne : une de ces Femens à seins nus recrutées par l’Empire pour attaquer les morales chrétiennes et musulmanes.

      Il me semble que nous allons bientôt toucher le fond...


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 18:11

        Pute, putain, voici des mots qui ont un sens précis et qu’il ne faut pas utiliser à la légère sous peine de devoir éventuellement répondre à une accusation de diffamation insultante. A ma connaissance, les Fémens n’ont jamais vendu leurs charmes. La mode des seins nus sur les plages a été très suivie à son époque et tous les vacanciers s’y sont habitués. Par ailleurs, le tableau d’une mère allaitant son enfant n’est-il pas charmant, naturel et rassurant ? « Couvrez moi ce sein que je ne saurais voir ! », vous connaissez le nom du personnage qui prononce ces mots ? Seriez-vous vous-même un Tartuffe ? En tout cas, votre réaction (concentrez-vous sur le début de ce mot) justifie sans contestation possible l’action des Fémens. Maintenant, on peut être féministe sans avoir besoin de montrer n’importe quel morceau de peau et l’égalité des sexes est maintenant un des principes de la République, tout simplement l’adaptation de l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 23 septembre 2013 20:01

        @ l’auteur

        Désolé, le mot « pute » a dépassé ma pensée que j’aurais voulu exprimer en toute correction avec le terme « prostituée. »

        Je vous remercie pour votre aimable mise en garde au sujet de la diffamation mais elle était inutile. Toute à votre sollicitude à mon égard, il vous aura sans doute échappé que je me suis contenté de faire écho de ce qui se dit sur Internet. Dès lors, aucun risque pour ma personne. Mais encore une fois merci.

        Merci aussi de m’apprendre qu’à votre connaissance, aucune des Femens n’aurait vendu ses charmes. Avec une source aussi sûre que la vôtre, me voilà rassuré quant à la moralité de ces jeunes femmes.

        Merci enfin pour le double diagnostic de « réac » et de « Tartuffe ».
        Je dois dire que, venant de votre part, la chose ne manque pas de piquant car enfin, c’est bien vous qui me fîtes la leçon pour le joli mot « pute » que j’employais sans penser à mal.

        Mon propos, voyez-vous était de parler de la République et des attaques qu’elle subit, pas des seins nus dont je me contrefiche.

        Votre réponse me laisse à penser que vous êtes complètement à côté du sujet, sinon de la plaque.
        J’espère me tromper.

        Quoi qu’il en soit, merci pour l’accueil et bien le bonjour chez vous.


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 21:12

        @ Luc Laurent Salvador

        Mais moi aussi, je parlais de la République. Je ne vois pas quelle sanction morale républicaine vous voulez appliquer à une éventuelle Fémen en voulant l’empêcher de représenter Marianne sur nos timbres. Vous faisiez alors deux fautes contre la République :

        - en traitant de prostituée (même sens que « pute », mais moins trivial) une femme dont vous ne savez pas si elle l’a jamais été, vous montrez un mépris certain pour les femmes que vous voulez conformes à l’idée que vous vous en faites. Vous considérez normal qu’elles se soumettent à votre modèle. Il se trouve que l’égalité des sexes est un des principes fondamentaux de l’organisation de notre société puisque les deux sexes partagent la souveraineté républicaine.

        - en dénonçant, dans le même discours, les atteintes selon vous à la République et à des religions, vous faites un raccourci contraire à la laïcité, c’est-à-dire la séparation de l’Etat et des religions, autre pilier de la république.

        Ainsi, voyez-vous, je ne suis pas hors-sujet dans ma réponse.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 septembre 2013 04:47

        Aha, ainsi j’aurais commis deux fautes contre la République ?

        Vous n’y allez pas de main morte comme on dit chez moi.

        Voyons voir... :

        • Tout d’avoir vous m’accusez de traiter une femme de prostituée. Ce que je nie formellement. Comme indiqué dans un de mes précédents commentaires, je n’ai fait qu’évoquer ce qui se dit sur Internet sans le reprendre à mon compte, et pour cause, je n’ai aucun service de renseignement à ma solde. Je ne jetais pas la pierre à la femme en question, je pointais le « dévalement sociétal » dans lequel nous sommes qui nous fait choisir un modèle pour la République sans s’être préalablement assuré (sic) de la nature des valeurs morales qui pourront être associées à sa personne. 

        • Ensuite, vous m’accusez d’une faute que j’ai du mal à comprendre car, selon vous, je ne saurais associer défense de la République et respect des religions dans un même commentaire car cela serait contraire à la laïcité. Depuis quand cela serait ? Les religions ne sont pas rejetées par la République, votre conception de la laïcité est archaïque. Depuis 1905 au moins la République est en paix avec les religions et ne leur fait plus la guerre (et surtout au Catholicisme). Tout au contraire, elle a le devoir de garantir à chacun la liberté et la sérénité de l’exercice du culte. Dès lors, donner à la République le visage d’une femme possiblement ancienne prostitutée (vous n’êtes pas en mesure d’exclure cette possibilité) qui (fait partie d’un groupe de femmes qui) abat des croix à la tronçonneuse, profane la cathédrale de Paris et tient des propos offensant pour l’Islam et les musulmans, franchement, c’est affligeant et inquiétant.

        Conclusion : vous avez été incapable de caractériser les deux fautes contre la République dont vous m’accusez. Mon sentiment est que vous ne savez pas ce que vous dites et que, par conséquent, vous portez des accusations avec beaucoup de légèreté.


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 24 septembre 2013 22:11

        Je ne vois pas du tout pourquoi la Marianne de nos timbres-poste devrait être digne de recevoir la couronne de rosière de son village. Pourquoi devrait-on un seul instant penser qu’elle pourrait avoir une vie dissolue ? Parce qu’elle est une femme ? C’est fou d’avoir un tel raisonnement ! Il me semble que les présidents de notre république sont autrement plus aptes à représenter la République qu’une image collée sur une enveloppe. Ce serait drôle de demander à chacun un certificat de bonne conduite sexuelle et de virginité à l’époque de leur mariage !

        Maintenant, plus sérieusement, je vous invite à relire la loi de 1905. Il est vrai que l’article 1 du Titre Premier reconnaît le droit de liberté de conscience (croire ou ne pas croire) et celui d’exercer son culte. Par contre, l’article 2 du même titre annonce la couleur, c’est-à-dire la séparation de l’Eglise (maintenant les religions) et de l’Etat qui ne doit reconnaître, ni subventionner aucun culte. Et quel est le titre de la loi ? Loi de séparation de... C’est donc bien l’article 2 qui annonce le véritable contenu de la loi, alors qu’à mon avis l’article 1 était la cuillère de sirop destinée à faire avaler le reste. C’était une loi de conciliation. La religion appartient au domaine privé, elle ne relève pas de l’intérêt général. L’Etat ne reconnaissant aucune religion n’a pas à s’en occuper. A l’époque, c’était d’ailleurs un soulagement pour le clergé de voir reconnaître son indépendance. Le ministre de l’intérieur n’est pas ministre du culte pour la France entière, mais seulement pour les parties du territoire qui demeurent sous régime du Concordat.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 septembre 2013 05:59

        Vous faites la sourde oreille à ce que je pointe et vous tricotez à côté.
        Rien de surprenant, comme dit l’adage, il n’est pire sourd qui ne veut entendre...


      • Gollum Gollum 23 septembre 2013 19:09

        Non ce n’était ni le 21, ni le 23 mais bel et bien le 22 puisque les révolutionnaires de l’époque choisirent le jour de l’équinoxe d’automne comme début du calendrier républicain. 


        Mais cela est futilité en effet. 

        Choisir l’équinoxe d’automne qui représente le moment où les Ténèbres l’emportent sur la Lumière signe de façon symbolique, pour ceux qui ont des yeux pour voir, la montée en puissance du Kali Yuga.

      • alinea Alinea 23 septembre 2013 21:00

        Le 22 dont Brassens se fout ? Pour d’autres raisons il est vrai ! smiley


      • Julien30 Julien30 23 septembre 2013 13:32

        Que cette horrible république qui a engendré la société profondément malade dans laquelle nous évoluons et qui n’a fait que nous amener le règne des banquiers et des marchands disparaisse, c’est le souhait légitime de tout ceux qui ont un peu compris l’histoire des 3 derniers siècles.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 18:44

          La cinquième république contient dans ses institutions, sa constitution et ses multiples modifications le terrain sur lequel ont pu germer toutes les graines de ces détournements et trahisons que vous semblez condamner. C’est pourquoi il nous faut très vite passer à une sixième république adaptée aux dangers et mauvaises actions de l’époque actuelle, c’est à dire capable d’y répondre et de s’y opposer. Cependant, nous ne célébrons pas l’anniversaire de la Vème qui a été créée en période de guerre civile, je pense notamment à l’OAS, le SAC et l’article 16 de la constitution si dangereux pour la démocratie. Par contre, là, il s’agit du régime républicain qui instaure la souveraineté du peuple et qui se trouve complètement trahi et défiguré en ce moment. Il faut donc rétablir la République grâce à une nouvelle constituante et cela est de plus en plus urgent.

          Vous préféreriez la monarchie, les droits seigneuriaux ou féodaux, le pouvoir de droit divin et les privilèges ? Là, ce n’est plus de la réaction, ce serait plutôt du rétropédalage à très grande vitesse...
          C’est d’ailleurs un peu ce qui se passe actuellement : le pouvoir de quelques nouveaux aristocrates, financiers et banquiers, la soumission au dieu « Argent », les privilèges des larbins de l’oligarchie, le servage du peuple, tout ceci dans un nouveau découpage des territoires en régions ressemblant étonnamment aux anciennes provinces. En voulez-vous ? Pas moi.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 19:03

          Francs-maçons, juifs, immigrés, homosexuels, Tziganes, Roms, jadis les roux, les comédiens, les usuriers, les sorcières ou celles dénoncées comme telles, les albinos dans certaines contrées... C’est tellement facile de trouver un groupe bouc-émissaire, un ennemi commun pour rassembler les pauvres crédules autour de soi ! Plus besoin de réfléchir ; d’établir un programme tant il est vrai que les hymains ont tendance à s’assembler contre, plutôt que pour. Attention, un jour cela pourra être notre tour, normands ou angevins, ceux qui ne sont ni bruns parfaits ni blonds vraiment, ceux qui chaussent plus que du 40 ou moins que du 36. Stop, s’il vous plaît ! Ces gens-là, quels qu’ils soient, on les trouve dans tous les partis politiques, tous les mouvements anarchistes, toutes les associations : ce sont tous des êtres humains, dotés de qualités et de défauts. La généralisation, comme le communautarisme, sont souvent source d’erreur et parfois d’horreur.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 20:08

          Je connais des francs-maçons qui n’ont jamais été des personnages importants, ni dans la finance, ni en politique, mais des salariés du public ou du privé, des petits commerçants, qui se sont toujours intéressés à l’humanisme et aiment aller y réfléchir ensemble dans leur loge comme, par exemple, la loge du Droit Humain. Par contre, je reconnais qu’il existe aussi des Francs Maçons aux dents longues et qui ne semblent pas considérer justement les Droits de l’Homme comme une priorité.
          Je connais des personnes juives qui sont en désaccord avec la politique d’Israël envers les Palestiniens, certains adhérant d’ailleurs à des associations pacifiques. Là aussi, j’en connais dans différentes classes sociales et j’ai eu l’occasion d’apprécier l’aide qu’ils m’ont apportée, bien que je sois athée, ce qui prouve qu’ils n’ont pas l’esprit communautariste. Cependant, il est vrai que les adeptes de cette religion sont nombreux dans la finance et les banques. J’ai toujours pensé que c’était la conséquence de l’interdiction qui leur était faite d’être propriétaire terrien et labourer la terre. On leur refusait cet état noble et on les poussait vers des métiers infâmes comme celui d’usurier et banquier. Depuis, la hiérarchie des situations a évolué. Il est donc vrai que les plus grosses fortunes appartiennent à des personnes ayant souvent des noms comme Rockfeller ou Rotchild qui font donc partie de l’oligarchie financière internationale et sont parfois à la tête de think-tanks comme le Bilderberg ou la Trilatérale.

          M’appuyant sur mon expérience personnelle, je pense donc qu’il est injuste de généraliser. Chassons les mauvais où ils sont, mais respectons les bons quels qu’ils soient. Je ne combats pas les juifs ou les francs-maçons, je m’oppose autant que je peux aux stratégies déshumanisées des membres de l’oligarchie financière et de ceux qui acceptent de travailler à leur service. Il me semble que c’est une position juste et la justice est une valeur défendue par la gauche.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 23 septembre 2013 20:12

          @ l’auteur

          Votre critique des propos d’Aladeen est tout simplement malhonnête.
          Vous lui reprochez de se donner à bon compte des « boucs émissaires » et vous-même que faites-vous d’autre quand vous écrivez ceci dans votre conclusion ? :

          « Nous sommes en fait en territoire occupé par l’oligarchie de la Haute Finance Internationale »

          Sachez que ce propos passerait assurément pour de l’antisémitisme caractérisé s’il tombait sous les yeux de quelques sionistes à l’entour.

          Bien sûr, vous faites ce que vous voulez et au demeurant je ne pense pas que vous soyez dans l’erreur.
          Seulement, ma petite dame, après il faut assumer et ne pas jeter la pierre en prétendant être innocente de ce dont vous accusez l’autre.
          Sachez, si vous l’ignorez, que se donner des « boucs émissaires » c’est exactement cela.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 20:34

          A Luc Laurent Salvador.

          J’ai dit que je combattais les agissements de l’oligarchie financière. Ai-je parlé des adeptes d’une religion en particulier ? C’est vous qui faites de l’antisémitisme en assimilant cette oligarchie à cette religion. L’oligarchie ? Ce mot indique simplement que le pouvoir est dans les mains de quelques personnes. Financière ? qui concerne la finance, c’est tout.

          Vous vous égarez, mon petit monsieur !


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 septembre 2013 04:59

          Il semble que vous soyez...

          •  toujours aussi peu à même de saisir les nuances d’un propos
          • toujours aussi prompte à accuser à tort et à travers
          • et parfaitement incapable de reconnaître vos erreurs, ceci expliquant probablement cela.
          Désolé pour le dérangement.
          Votre petit monsieur vous salue bien !

        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 24 septembre 2013 22:29

          Je n’ai jamais prétendu être impartiale : j’ai des convictions et je ne les cache pas, je suis libre et n’ai jamais hésité à quitter un parti qui dérivait. Et je vous réponds aussi en toute liberté.

          Je ne vois pas ce que l’article auquel vous renvoyez pourrait me gêner, surtout aujourd’hui où notre ministre de l’intérieur vient encore une fois de déraper vers une droite quand même bien affirmée.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 13:14

          Pas laïque, moi ? Je vous invite à ouvrir votre dictionnaire et, à la lumière de ce que vous y apprendrai sur le sens de « laïcité », vous comprendrez certainement votre erreur.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 16:56

          Vous vous égarez. Je ne stigmatise aucun monothéisme en particulier et je n’en favorise aucun. Les religions ne me concernent pas. Elles me sont étrangères. Ce que je critique, c’est l’existence des dogmes qui emprisonnent la pensée et c’est valable pour tous les monothéismes.


        • Ruut Ruut 23 septembre 2013 17:19

          Vous parlez de la République qui comme première mesure a effectuée le Génocide Vendéen.


          Cette république n’as jamais servie le peuple.


          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 20:21

            La première République avait pour objectif de servir le peuple et de lui donner le pouvoir. La Vendée existait à peine, puisque c’est la Révolution qui lui a donné son nom ; auparavant, elle n’était qu’une partie de la province du Poitou. Des habitants de ce secteur se sont révoltés, mais pas contre la République : ils ne comprenaient pas en quoi ils étaient concernés par les guerres contre la réaction extérieure aux frontières.

            Il ne s’agissait pas d’un génocide : la Vendée a été crée artificiellement , ce n’était pas une ethnie, ni un peuple, ni une civilisation. Des soldats ont également été tués dans cette guerre civile.


          • alinea Alinea 23 septembre 2013 18:12

            Vous parlez de République ? Il y en a apparemment qui ont plus à dire sur les bigorneaux !
            La chose publique, le bien commun, heu, ça dit encore quelque chose à quelqu’un ?
            221 ans, ça sonne bien pourtant ! quel joli nombre !


            • Lemaïsjekiff 23 septembre 2013 19:01

              C’est marrant cette date, j’ai entendu ce matin à la radio que c’était aujourd’hui le 23 septembre qu’il y avait le plus de naissance (le pic de l’année dans les maternités) et ceci depuis 1970 ...


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 21:24

                Je vous rappelle que la République devait faire face à la fois aux ennemis de l’intérieur et à ceux de l’extérieur. Le principal objectif de la révolution n’était pas la violence, mais obtenir davantage de justice dans une organisation politique et sociale différente. Chaque fois qu’une révolution doit se battre sur les deux fronts, intérieur et extérieur, il y a escalade de la violence.

                Quoi qu’il en soit, ce qui reste de ce jour, ce ne sont pas les suites des massacres, mais la naissance de la République.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 13:10

                  La révolution bourgeoise ? Il y a débat chez les historiens à ce sujet. A mon avis, la révolution a d’abord été l’oeuvre du peuple entier, donc essentiellement les paysans. L’insuffisance de leur instruction et surtout l’Illettrisme presque généralisé chez les plus défavorisés les a conduits à laisser le pouvoir politique aux bourgeois. A notre époque, la réalité est toute autre et le peuple bénéficie d’un minimum d’instruction qui lui permet d’acquérir une culture solide. La révolution de 1789 n’est pas terminée...


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 17:09

                  Les paysans vendéens ont refusé de défendre la révolution et se sont donc dressé contre elle, mais ce fut une exception en France. Je vous propose, si vous en avez l’occasion, d’aller voir le film « 1788 » qui raconte le début de la révolution au travers d’une année de vie d’un village.

                  Dans mon village natal du Limousin, les paysans sont allés chercher le seigneur dans son château et lui ont fait goûter l’eau du puits en le plongeant la tête la première, tenu par la corde, comme le seau. Après plusieurs plongées, ils l’ont laissé s’enfuir sous les quolibets.

                  Si vous ne vous souvenez plus des souffrances infligées aux paysans par les nobles, vous pourrez vous rafraîchir la mémoire en consultant sur Internet des extraits des cahiers de doléances.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 23:27

                  Il y a quand même un problème avec cette partie de notre France où les citoyens d’une République à laquelle ils doivent maintenant être habitués ont élu pour représentant un aristocrate du nom de de Villiers, un des derniers royalistes de notre Histoire.

                  Une de mes amies qui a grandi aux alentours, née dans les années 1930, m’a raconté toutes les vexations, rejets, affronts qu’avaient subis ses parents parce qu’ils étaient instituteurs de « l’école sans Dieu ». Les habitants leur tournaient le dos et les commerçants refusaient de les servir.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 septembre 2013 23:51

                  Vous êtes très désagréable et gratuitement insultant, Morvandiau. Figurez que je ne crois pas à la réincarnation. Par conséquent, je n’existais pas au XVIIIème siècle et ne peux être considérée comme responsable de quoi que ce soit ayant existé à l’époque.

                  Il me semble qu’entre vous et moi, le violent agressif ce n’est pas moi.


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 septembre 2013 05:08

                  @ l’auteur

                  « le violent agressif ce n’est pas moi »

                  Pour ma part, je ne saurais trop vous inviter à envisager la possibilité que le « violent agressif » ce soit bel et bien vous... smiley


                • Julien30 Julien30 24 septembre 2013 12:43

                  « Il y a quand même un problème avec cette partie de notre France où les citoyens d’une République... »

                  Et oui c’était la faute des Vendéens s’ils se sont faits massacrés, c’est évident. C’est tout ce que vous évoque le rappel de cette abomination qu’a été le massacre des Vendéens qui a lui seul discrédite et déshonore votre république pour des siècles (et encore si c’étaient les seules atrocités commises en son nom) ? Vous n’avez pas un peu honte ?


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 24 septembre 2013 22:52

                  @ Julien 30

                  Non, je n’ai pas honte d’aimer la République et de remercier nos aïeux révolutionnaires d’avoir permis qu’elle soit là lorsque je suis née...pas pour longtemps, car les années Pétain ont écrit une dramatique parenthèse.

                  Dans une guerre civile, il y a malheureusement des victimes. Je veux bien le regretter avec vous, mais le changement de régime fut un progrès pour notre société. Je suis sûre que vous appréciez maintenant tout ce qu’il nous a laissé : les droits de l’Homme, le suffrage devenu maintenant universel (même si vous refusez d’en user), les droits comme la sécurité sociale, la fin des lettres de cachet et l’avènement d’une institution judiciaire et d’un Droit écrit et le même pour tous. Certes, il demeurait des imperfections, mais si les pouvoirs internationaux actuels assassinait notre République, je suis certaine que vous la regretteriez comme tout le peuple. On ne peut pas changer le passé, mais nous pouvons construire le futur si nous voulons bien nous en donner la peine.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 12:44

                  @ Aladeen

                  Vous n’avez rien compris. Je ne défends mon avenir, ce qui en effet à mon âge serait dérisoire. Merci de me le rappeler aussi charitablement. J’essaie de participer à améliorer le sort de l’Humanité. Cette conception de l’usage de l’existence doit vous être étrangère, sans doute ?


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 12:52

                  Ce n’est pas en vous envoyant des fleurs que je pourrai défendre la République et mes convictions.
                  Agoravox est là pour permettre le débat et parfois la confrontation d’idées.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 13:00

                  @ Aladeen

                  Ma génération souffre de voir la réalité des temps présent dont seuls les gouvernants peuvent être responsables. Voyez, vous généralisez encore trop rapidement. De plus, si je comprends bien votre conclusion, c’est :« Taisez-vous, les vieux ! ». Ceux qui ont grandi avec l’oeuvre du CNR ne peuvent pas oublier et se taire.


                • Julien30 Julien30 25 septembre 2013 14:20

                  Remercier vos aïeux d’avoir crée cette république en la fondant sur de tels actes ? La fin justifie les moyens mêmes les plus atrocement dégueulasses conduites par des porcs qui se réjouissent comme la citation ramenée par Morvandiau le prouve bien de tuer des enfants ? La parenthèse de Vendée ne me paraît pas moins tragique que celle des années Pétain mais vous êtes dans l’idéologie et la propagande. Quoiqu’ait fait la république, même un massacre organisé par pur haine et volonté de destruction où les enfants n’étaient pas épargnés ne vous décoiffe pas plus que cela (juste une simple guerre civile selon vos mots), l’essentiel est que nous ayons notre belle république des banquiers et des marchands qui c’est vrai est un enchantement de chaque instant. Vous êtes bien une républicaine,pas de doute, sans doute de ceux qui justifie Hiroshima, Nagasaki ou Dresde. Encore une fois, les ravages de l’idéologie...


                • Julien30 Julien30 25 septembre 2013 14:25

                  Vous parlez des méfaits des royautés mais elles n’ont pas fait en plus de 1000 ans le dixième des carnages commis au nom des républiques laïcs en un peu plus de 2 siècles, il faut ouvrir les yeux à un moment.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 25 septembre 2013 17:16

                  Je ne vois pas ce que pourrait me reprocher le CNR dont je ne cesse de défendre maintenant les acquis.

                  Coups de pied au cul... stupide... êtes-vous certain de respecter la charte d’Agoravox ? Encore un message de ce genre et je le fais replier.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 26 septembre 2013 01:47

                  Si vous parlez de moi, vous faites erreur : je suis simplement idéaliste. J’ai été une institutrice républicaine, mais qui avais pour principe premier de respecter ses élèves.


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 26 septembre 2013 02:15

                  Parce que vous, vous n’agissez pas par idéologie ? Etre monarchiste, catho intégriste peut-être, d’extrême-droite, pétainiste, cela ne vous semble pas se rapporter à une idéologie ?

                  Et les croisades ? Et les guerres de religion ? Combien de morts ?

                  Nous avons chacun les nôtres et, franchement, j’en ai ras le bol de cette comptabilité macabre .

                  C’est l’avenir qu’il faut préparer et non le passé qu’il faut ruminer. Le passé ne peut servir qu’à éclairer un peu plus le présent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès