Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bonne nouvelle : Nouvelle Donne

Bonne nouvelle : Nouvelle Donne

Quel timing, je suis étonné qu’aucun conspirationniste n’ait encore relevé ça : alors que Montebourg fomentait son clash pour le crash du gouvernement, Nouvelle Donne tenait son université d’été.

Comment, vous ne connaissez pas Nouvelle Donne ? Avant samedi, moi non plus. Et c’est normal : cette formation est toute fraîche. Elle a néanmoins réalisé 3% aux Européennes, se hissant ainsi d’un seul coup au niveau d'un vétéran tel que "Debout la République" (15 ans déjà). En nombre d’adhérents, le succès est comparable à EELV (soit environ 10,000 cotisants revendiqués).

Conspiration bien sûr, car Nouvelle Donne est issu d’une scission de l’aile gauche du PS. Le groupe avait d’abord pris la forme d’un think tank, le “collectif Roosevelt”. Devant l’inertie du parti au pouvoir, il fut décidé de créer un mouvement indépendant, et incarnant l'esprit du “New Deal” post 1929.

Les événements de ce weekend sont donc tombés à point nommé, et à l’heure où j’écris ces lignes, le co-Président de Nouvelle Donne est en train de me causer dans le poste. Pierre Larrouturou, la figure de proue de ce nouveau mouvement, dispose d'une tribune pour fustiger le drame socialiste.

Le positionnement est opportun. Mais on ne peut pas éluder la question de la concurrence avec le Front de Gauche. Certains observateurs y voient même un monstre en sous-marin, piloté depuis l’Élysée et censé torpiller le toiseur Mélenchon. En éparpillant les voix, Nouvelle Donne serait là pour garder à flots Le Radeau de la Méduse qu’est devenu le PS, du moins jusqu'à un hypothétique second tour.

À Nouvelle Donne, on peine effectivement à énoncer une raison valable pour refuser une alliance avec le Front de Gauche. Mais n’est-ce pas naturel pour un nouveau parti ? Si l’on veut développer ses propres idées, mieux vaut ne pas démarrer avec des calculs de bidouillages politiciens.

Le côté trop charismatique et écrasant de Mélenchon est donc mis en avant. En rêvant de “sociocratie”, Nouvelle Donne miserait plus sur le "collaboratif". C'est beau. Mais comment un parti peut-il exister sans un tribun percutant ? Pour l’instant, le rôle semble donc délégué à ce Pierre, dont la voix continue de se répandre dans le poste, au moment où je tape ces mots.

Il évoque d'ailleurs un tweet publié quelques minutes plus tôt : un schéma illustrant que la part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises, aurait baissé de 10% en 30 ans. Autrement dit, la demande est trop faible, car une trop petite part du PIB arrive jusqu’au consommateur ; les flux se sont détournés vers les marchés financiers…

 

Screen Shot 2014-08-26 at 03.25.31.png

 

Le PS est acculé, et condamné pour sa politique de gestionnaire, suiveuse des intérêts de l’Allemagne. Mais ce constat n'est-il pas déjà partagé par tous autres partis, en dehors de l’UMP ? Y a-t-il une réelle spécificité ?

Oui : ils sont par exemple en faveur d’un revenu universel. Cette idée puissante n’a jamais percée chez Mélenchon, qui je le suppose, doit se méfier des racines néo-libérales de ce dispositif. En versant un salaire à chacun, on élimine implicitement le besoin de stabilité dans un contrat de travail. On ne fait aussi que nourrir le marché, en s’assurant d'une manne de consommateurs.

Pourtant, une telle mesure pourrait être ultra-bénéfique à la société, et ses partisans sont de plus en plus nombreux. Sans débattre d’avantage sur ce projet complexe, relevons que rares sont les partis ayant adopté ce regard nouveau : il y a donc de la fraîcheur chez Nouvelle Donne.

Ce regard neuf s’incarne par la présence de nouvelle têtes. Outre le médiatique Bruno Gaccio, on trouve Julien Dourgnon, ex-Directeur charismatique de Que Choisir, passé par le cabinet Montebourg, a priori trop timoré pour lui. Jean-Marie Perbost est aussi de la partie : économiste-enseignant, et "data-journalist" à ses heures perdues, il se fit un plaisir de sortir quelques chiffres intéressants.

Ainsi, il rappela le décalage entre les perceptions et la réalité, en signalant que les homicides ont baissé de 50% en 20 ans. Surfer la vague de l’insécurité est donc irresponsable et inexact. Il pousse son raisonnement à d’autre champs, en insistant sur le fait qu’en termes de finances et d’économie, seules trois choses comptent vraiment : la fraude, la rente et la productivité.

Les ministres éludant ces points seraient des menteurs, méritant d'être jugés. La fraude est en effet estimée à 60-80 milliards d’euros par an, soit à peu près l’équivalent de notre fameux déficit. Pourquoi notre ministre du budget perd-il donc du temps à pleurnicher pour une rallonge de tolérance bruxelloise ? S’il était honnête, il tenterait plutôt de freiner la fraude, avec de réels moyens.

Ou bien il prendrait à bras le corps l’un des deux autres points : en rabotant les niches fiscales de façon efficace, une bonne centaine de milliards pourrait aussi être récupérée. Cela ferait-il fuir les riches et les entreprises ?

Jean-Marie rappelle qu’en l’an 2000, les recettes fiscales de l’État français était supérieures de 100 milliards à celles d’aujourd’hui. Vivions-nous alors sous le joug d'un impôt insupportable ? Beaucoup d’hommes d’affaires et d’acteurs iconiques fuyaient-ils alors le pays ? Réponse : NON. Et il y avait 100 p****** de milliards de plus dans nos caisses. Le même type de raisonnement s’appliquait à la productivité, et sa joute fut fort applaudie par l’audience.

Avant cette démonstration, la table ronde s’était ouverte sur un constat d’ordre plus général, posé par Michaël Foessel. Ce dernier vient de reprendre la chaire de Philosophie de l’X, auparavant occupée par Finkielkraut. Beaucoup moins obsédé par l’immigration que son prédécesseur, le professeur rappelait l’étonnante permanence de la “crise”.

Au sens traditionnel, ce mot ne désigne qu’un moment ou une période passagère. Or, voici que les crises se succèdent non-stop depuis le choc pétrolier de 1973 (ce moment où le conflit israélo-palestinien s’était exporté en pilonnant l’économie mondiale). 

Le discours politique est depuis semé de “crises”... Avec toujours la même rhétorique "d’état d’urgence", visant à exiger des sacrifices sociaux. L'état perdure et aucune réinvention ne mène sur quelque chose de nouveau. La muséification de notre pays serait même un symptôme de ce point mort : la crise n'est pas passagère, elle est devenue un statu quo sans horizon. 

Et là, on repense au graphique de l’OCDE twouitté par le co-Président : effectivement, le bien-être semble avoir chuté depuis cette époque... Espérons que Nouvelle Donne saura changer les règles du jeu. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • jpm jpm 26 août 2014 16:23

    En même temps que Nouvelle Donne tenait son université d’été a Amiens, se tenait également près de Périgueux la première université d’été du Mouvement français pour un revenu de base.

    http://universite.revenudebase.info/programme/

    On notera que le même Julien Dourgnon, ancien proche de Montebourg et présent à Amiens pour présenter le revenu inconditionnel , était aussi à l´origine du choix la commune de Coulounieix-Chamiers pour accueillir les partisans du revenu de base.

    http://www.sudouest.fr/2014/08/16/le-revenu-de-base-est-un-concept-d-avenir-1643631-1809.php


    • titi 26 août 2014 23:37

      Euh...

      Vous avez recopier un joli graphique sur la part des salaires dans la « valeur ajoutée ».

      Mais savez vous comment est calculée la valeur ajoutée ?

      Une part des salaires qui baisse dans la valeur ajouté, c’est ce qui arrive lorsque l’on sous traite. Nulle besoin d’un détournement vers des marchés financiers.


      • swing 23 septembre 2014 00:20

        Si j’en crois wikipédia, la valeur ajoutée est calculée comme suit :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Valeur_ajout%C3%A9e#mediaviewer/File:SIG.png

        Et donc, à la différence de la marge brute, elle n’inclut justement PAS la sous-traitance.

        Je vous accorde néanmoins que l’on ne peut pas dire pour autant que valeur ajoutée = salaires + part allant dans la poche des actionnaires, et qu’il conviendrait de s’assurer que cette baisse de la part des salaires n’a pas d’autres explications (par exemple : augmentation des impôts sociétés, mais quelque chose me dit que ce n’est précisément pas le sens de l’Histoire...).


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2014 07:22

        « Nouvelle Donne » ne demande pas la sortie de la France de l’UE, de l’euro & de l’ OTAN par l’article 50. Ce mouvement ne constitue donc aucun danger politique.
        Il a bénéficié dès le lendemain de sa création de dizaines d’articles dans les médias, ce qui lui a permis de faire 3% aux européennes.


        C’est une nouveau « râteau » des européistes compulsifs pour neutraliser les mécontents, et rien d’autre. Un complément de râteau au FDG et au FN.

        Par contre, l’ UPR ( 6000 adhérents) qui veut rassembler les Français sur un programme CNR, pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN est censurée depuis 7ans, et interdit de page Wikipedia...

        • Yaltanne 27 août 2014 10:48

          Bonjour Fifi :)

          Je pensais Olivier Berruyer membre de Nouvelle Donne, or il se trouve qu’il est très partisan de la sortie de l’Euro, c’est du moins ce que j’ai cru comprendre en écoutant cette délicieuse causerie :
          https://www.youtube.com/watch?v=3GcufoPxOPA

          ++ :)


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2014 16:56

          Yaltanne,
          Je ne sais pas où en est Berruyer dans ses réflexions. Il fait sur son site « les crises » un formidable travail d’information, mais je n’en sais pas davantage sur ses engagements politiques.


          Le problème, c’est qu’il n’y a aucun article dans les Traités pour sortir de l’euro.
          Tous les Traités internationaux doivent comporter une clause de sortie.

          On doit cette anomalie juridique à Attali et sa bande qui ont rédigé le Traité de Maastritch, en faisant exprès de ne pas y mettre de clause de sortie.
          Mario Draghi trouvait ça formidable : « L’euro est irréversible » disait-il.

          Il a fallu attendre le Traité de Lisbonne, et encore, sous la pression de juristes anglais, pour pouvoir sortir légalement de ce « machin » européen. Il s’agit de l’article 50. Il faut donc sortir de l’ UE d’abord, si on veut sortir de l’euro.

        • legrind legrind 27 août 2014 18:19

          Nouvelle Donne, l’UPR pfff quoi 

           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Philocrate

Philocrate
Voir ses articles







Palmarès