Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bonnet rouge et blanc portique

Bonnet rouge et blanc portique

Avec l'aide des médias dominants et à la faveur d'une division syndicale, une partie du Medef et de la FNSEA Bretagne a fait très fort. Du moins en apparence. Ils sont parvenus à donner l'illusion qu'ils avaient réussi à transformer une manifestation ayant soi-disant au départ la défense de l'emploi comme revendication, en un raout contre l'écotaxe (l'autre partie du patronat local, le « Collectif des acteurs économiques de la Bretagne », satisfaite par la suspension de l'écotaxe, n'appelait pas à participer). Quand en fait ils ont sans doute obtenu ce résultat bien involontairement. Et sans doute grâce à FO et au NPA.

Car en réalité, et depuis le départ, le Collectif "Vivre, décider, travailler en Bretagne" organisateur de la manifestation de Quimper (appelé aussi dans les médias " Collectif pour l'Emploi", voire "Collectif pour l'emploi en Bretagne") n'avait qu'un but affiché : la suppression définitive de l'écotaxe. Ce collectif est composé d'employeurs (PME, artisans, commerçants, patrons-pêcheurs) d'agriculteurs et d'élus.

Curieusement le syndicat FO et le NPA avaient appelé également à manifester à Quimper. Sans doute parce que ces employeurs au travers de « Produit en Bretagne », la plus importante association française gérant une marque collective de territoire, avaient appelé les 100.000 salariés des quelque 300 entreprises qu'elle regroupe à participer à la manifestation.

Et pourtant pour qui voulait bien s'informer il n'y avait aucune ambigüité. « Le Collectif appelle à un rassemblement pacifique, unitaire et dépolitisé. "Il n’y aura pas de place à la récupération politique. La Bretagne n’est ni de droite ni de gauche, elle est au-delà de cela. Pas de combines, pas de politisation, juste de l’action" » indiquait par exemple Le Télégramme. Nul n'ignore ce que cet apolitisme de façade cache habituellement.

Il n'y a donc jamais eu de récupération d'une manifestation ouvrière par le patronat local. Ceci est de la désinformation ou de l'incompétence, les journalistes ayant probablement interprété la défection du "Collectif des acteurs économiques de la Bretagne", comme un abandon de la lutte par le patronat local.

Si de nombreux employés, ouvriers et petits paysans se sont finalement associés à cette manifestation c'est non seulement en raison de l'appel de leurs employeurs, mais également grâce à la conjonction de trois facteurs majeurs consensuels. Et de l'apparition subite d'un bonnet particulièrement fédérateur. Tout d'abord un très légitime nationalisme ambiant qui débouche sur une apparente solidarité hors classe et une marée de drapeaux bretons ("riches et moins riches ou désespérés, on est tous bretons et on se serre les coudes"). Ensuite le sentiment que la France, et au delà l'Europe et le Monde, sont responsables de la crise économique traversée par la région (ce qui évidemment n'est pas faux). Et enfin la jacquerie des patrons à l'égard d'une nouvelle taxe (partagée par tout le monde parce que personne n'aime les impôts).

Un bonnet rouge

Là-dessus apparait un symbole fédérateur et totalement inédit, donc forcément séduisant : le bonnet rouge. Il avait été commandé par le Collectif à une entreprise locale de grande notoriété (et bien "française" grâce à Montebourg), pour la manifestation du samedi précédent au pied d'un portique écotaxe (Le bonnet rouge d'Armor-Lux mis en avant par la révolte bretonne. Le Figaro).

Un bonnet rouge : bonnet et rouge comme le bonnet phrygien, avec ou sans petit drapeau breton. Donc révolutionnaire, et éventuellement nationaliste mais pas trop.

Bonnet rouge comme celui des paysans bretons de 1675, qui iront jusqu'à l'insurrection en raison d'une hausse des taxes décidée par Colbert, le ministre de Louis XIV. La répression, semble-t-il, aurait été féroce.

Bonnet rouge comme celui d'un certain commandant, une des personnalités préférées des français, et dont l'engagement écologique en faveur des océans sied parfaitement à une région on ne peut plus maritime et sérieusement polluée.

Enfin rouge comme la gauche ; et le NPA s'est apparemment laissé séduire malgré les signes qui auraient dû l'alerter (mais qui s'en étonnerait ?).

 

Donc finalement avec peu de moyens et au départ un petit cadeau (les 900 bonnets offerts le samedi précédent), le patronat local est parvenu à remporter la mise médiatique. Du moins dans un premier temps. Car apparemment ils n'ont pas imaginé la suite en dehors de l'abandon définitif de l'écotaxe. Or comment se pourrait-il qu'un autre effet n'apparaisse pas bientôt ? On ne manipule pas les symboles impunément. La droite actuelle ne voit décidément pas plus loin que le bout de son nez (la culture du profit immédiat). Et apparemment on en est seulement à la partie émergente de l'affaire.

 

Un blanc portique

Il existe une autre dimension, moins immédiatement perceptible, peut-être plus souterraine, quand elle devrait pourtant être au devant de la scène, et matérialisée elle aussi par un objet. Et il n'est pas improbable que celui-ci pourrait lui aussi dans un avenir proche intégrer le stade du symbole. Il s'agit du portique écotaxe. Les bretons sont en train de les détruire, les uns après les autres. Et apparemment l'exemple s'étend à d'autres régions de France.

Mais quels bretons ? Des bretons de toutes les sensibilités politiques apparemment. De la droite la plus populiste à l'extrème gauche, en passant par le petit patronat, les petits paysans, les anarchistes. Pour des raisons très différentes. Les uns pour lutter contre l'écotaxe, d' autres contre la "gauche" au pouvoir, d'autres encore contre Ecomouv' et les oligarchies industrielles et financières, et finalement tout le monde contre Big Brother.

Un combat sans frontières sociales finalement, l'essentiel étant qu'ils détruisent ces portiques du "diaouled", du diable.

Car une taxe, même bonne dans son principe, mais dont la collecte, insane nouveauté, est confiée à une entreprise privée, et qui en plus, seconde insane nouveauté, nécessitent des portiques avec caméras sur nos routes pour surveiller nos allées et venues, est une très mauvaise taxe. Quand en réalité c'est la forme qu'ont prise son application et sa gestion dont la nocivité est majeure. Mais pouvait-on s'attendre à autre chose d'une taxe initiée par Sarkozy ?

Ainsi semblent dire nos frères et sœurs bretons : « Holl asambles (tous ensemble) détruisons tous les portiques ! ». Il y va apparemment de l'avenir de l'Humain.

Et l'Humain, da gentañ eo !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • bakerstreet bakerstreet 5 novembre 2013 09:36

    Très con !

    Le principe du portique n’est pas contestable.
     Les camions de toute l’europe passent par la france, et ce sont les collectivités locales qui paient. 
    Quand au cout à l’exportation, il est minime, de l’ordre d’un centime pour un camembert par exemple. 
    Des connards, il n’y pas d’autre nom, en ont profité d’ailleurs pour bruler les radars !
    4 ont été brulé dans la région de Lorient.

    S’il m’est arrivé parfois de me faire flashé, comme tout un chacun, je ne remet pas non plus ce principe qui a profité à l’ensemble de la collectivité : Division du nombre de morts par deux sur les routes ces dernières années....
    Qu’un gamin se fasse tuer, car un automobilsite s’est vu offerte la possibilité d’enfoncer l’accélérateur, le radar out, me met vraiment en colère. Il y a la toute la logique de l’affaire. C’est à dire refuser de voir plus loin que le bout de son nez !
    Je vois des ouvriers désespérés, et je comprend leur désespoir, par contre je comprend beaucoup moins leur cécité, et leur refus de remettre en cause la politique de leur patron, préférant trouver un bouc émissaire facile, les préfectures.

    Voilà dix ans que l’on sait que les dizaines de millions d’euros offerts par Bruxelles pour l’export vont être supprimés.....Quelle a été la stratégie des patrons, en terme d’innovation et de reconversion.....La FNSEA évidemment instrumentalise des ouvriers dociles, victimes d’une culture d’entreprise qui les amène à se battre entre eux, comme on l’a vu dernièrement à Josselin, s’opposant à la place des CRS, à la venue de leurs collègues du finistère, qui voulaient bloquer le site de Josselin. 
    En voilà donc certains qui n’étaient pas des boeufs, et qui demandaient des comptes au ménagement de leur boite.

    Toute une partie de la bretagne est niée dans cette affaire, tous ceux qui doivent depuis des années supporter les excés d’un productivisme libéral ayant ruiné le paysage, la qualité des eaux, et maintenant le travail. 
    Certains pourtant évoquent, pour s’en sortir que ce n’est pas assez, dans la course au suicide. : Que l’on donne aux collectivités locales le droit de se démettre de toute contrainte écologique. 
    Vrai, j’ignorais qu’il y en avait, au vu des 15 millions de porc, des 300 millions de poulets, des 3 millions d’ovins !
    Quand au bonnet rouge, renseignez vous un peu sur le passé de Cousteau, assez trouble, avant qu’il ne se lance dans ses reportages.......

    • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 13:08

      Bonjour à toutes et à tous,

      bakerstreet : « Très con ! Le principe du portique n’est pas contestable. »

      Je découvre qu’il n’est plus possible à l’auteur d’un article de replier un commentaire. Je ne m’en étais pas aperçu depuis la dernière fois que j’ai utilisé ce moyen (c’était pour « censurer » le révisionniste joletaxi). Sinon bien sûr j’aurais replié ce commentaire qui commence par une insulte et se prolonge par le diktat d’un petit dictateur dont on espère que la sphère d’influence se limite aux frontières de sa maison (si du moins il y vit seul)


    • bakerstreet bakerstreet 5 novembre 2013 16:15

      C’est vrai, ces deux mots sont de trop !

      ils m’ont échappé, mais ils réunissaient le mieux ma pensée : Une exclamation presque comme un point du même nom, quand vous êtes en colère. 
      Et franchement je le suis, en vous voyant faire des pas de danseuse en tutu entre toutes ces fosses à lisier, faisant semblant de ne pas voir ce qui cloche, tentant de mettre de l’unité et de la cohérence là où il n’y en a pas.
      Suffit pas de sortir un mot breton ou deux, pour impressioner le belou.
      Sans doute auriez vous été ravi de replier le billet, tant vous insistez sur ce point de détail, vous cachant derrière, pour ne pas parler du reste de la critique. 

      Mais ma colère était entière, et le reste encore, en vous voyant afficher le portique en flammes, comme une sorte d’autodafé, propre à réjouir les imbéciles......
      Seuls l’instauration de limites, de frontières,et de controle, peuvent nous sauver, dans ce monde ou l’ultralibéralisme a tout cassé.
      En bretagne ça a commencé par le bocage. 
      Nos poulets c’est vrai arrivaient sur les marchés africains, cassant à force de dumping le marché local, et renvoyant le petit producteur local au désespoir, sur la mer.....
      Mais voilà qu’on a trouvé encore moins cher, prêt à se mettre encore davantage à poils. 

      L’histoire, on peut la manipuler et l’orienter à toutes les sauces...
      Manifestement, vous ne connaissez pas grand chose à l’histoire de la bretagne.
      Pas toujours perdante. La gabelle, impot sur le sel, n’était pas payé par les bretons.
      Le pays tout entier était traversé de péages, à cette époque, dont l’intéret était justement de garantir un marché, face aux productions étrangères à la province.

      Il suffit pas de se mettre un bonnet sur la tête, pour s’adjuger les droits de parler pour les autres. il est évident que la FNSEA est derrière....Les paysans qui ont fait le choix d’une agriculture raisonnée, avec cochon sur paille, par exemple, ne connaissent pas la crise.Seule la qualité pourra aller nous faire aller de l’avant.

      Qualité de pensée avant tout, et non aveuglement imbécile, bonnet rouge ou pas.

      Le discours de Mélenchon a été un des seuls à se situer au dessus des intérets mercantiles, pour voir un peu plus loin que sa fosse à lisier, dégoulinante dans la mer....

    • Patrick Samba Patrick Samba 14 novembre 2013 12:01

      Hervépasgrav : " Je suis vraiment déçu de cette manière de penser. Cela ressemble au contraire de l’expression libre« 
      Replier un commentaire (ce qui apparemment n’est plus possible) ne l’effaçait pas. Il pouvait être déplié par qui le voulait, et être lu. C’était une manière de signaler à un commentateur qu’il allait trop loin. Une insulte de la part de bakerstreet, qui n’est pas le dernier des imbéciles, est un abus manifeste. D’autant plus qu’elle est couplée à un diktat. De quel droit se l’autorise-t-il ?

       »mais en vous arrangeant bien ,vous pourriez peut-être restreindre les commentaires aux seuls auteurs,pas con ,non ! " :
      Qu’est-ce qui ne serait pas con ? Les auteurs ? Ou le fait de pouvoir restreindre les commentaires aux seuls auteurs ?
      Quelle que soit la réponse vous me faites là un procès d’intention, car je ne partage pas cette vision des choses.


    • jaja jaja 5 novembre 2013 10:22

      Bof à Quimper le NPA mais aussi Attac, les Alternatifs (membres du FdG), SUD 29, Cgt des marins, des militants Lutte ouvrière, la gauche bretonne (syndicat ULB, Breizh Résistance), des militants Cgt, PCF et PG ainsi que des Verts déboussolés...

      A Carhaix entourés par Durand et des élus EELV plus, excusez du peu, Richard Ferrand, député PS, quelques centaines de vieux bureaucrates syndicaux fiers d’avoir cassé une mobilisation décidée par les salariés qui, heureusement, ne les ont pas suivis... Bref les lambeaux de la « gauche » qui s’allieront à nouveau avec le PS social-libéral, qui nous matraque au gouvernement, que ce soit au premier tour des Municipales pour le PCF ou au deuxième pour tous les autres !

      Comme le dit José Sanchez sur Facebook : « Dés lors faut-il changer de trottoir et quitter le lieu de la révolte pour aller faire mouvement en d’autres lieux, plus clair… et plus calme, ou il n’y a pas confrontation ? C’est bien une des questions qui est posée. A Carhaix, pas de problème c’est la manif tranquille. Je l’ai dit ; Je ne sais pas, moi, ce qu’il fallait faire exactement, si cet appel est justifié ou non, mais ce que je sais c’est que certains sont cohérents avec eux-mêmes : ils n’en veulent pas de la révolte ou de l’insurrection. Manifester et promener les drapeaux ; oui… S’affronter avec l’Etat ; non. Un choix classique qui perdure depuis 1968 et qui fait que l’on perd toutes les batailles depuis des années, comme celle sur les retraites. Tout ramener aux urnes, rien à la grève générale, faire diversion c’est aussi une façon de faire qui a été utilisé maintes fois dans l’histoire. Avec le résultat que l’on sait. Le résultat que nous vivons, que nous subissons. »

       En prime dans le lien ci-dessous un moignage d’Actualutte, présente à Quimper, pas spécialement considérée de droite, pour celles et ceux qui ne veulent pas se contenter des idioties habituelles relayées par les médias bourgeois et leurs agents..

      http://actualutte.com/une-autre-vision-des-bonnets-rouges/e smiley


      • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 13:27

        Ah la la, jaja... toujours les mêmes œillères pour éviter de voir certains pans de la réalité.

         « de vieux bureaucrates syndicaux fiers d’avoir cassé une mobilisation décidée par les salariés  » : il me semble pourtant avoir correctement démontrer que cette manifestation était appelée, en vue de supprimer l’écotaxe, par le petit patronat local, non ?

        Merci de ce lien vers un article écrit par un anarchiste qui, bien que très activiste, semble mesurer les limites de l’absence de recul au moment où avec ses camarades ils ont pris la décision de manifester. Et c’est tout à leur honneur. Reste à savoir s’ils n’abandonneront pas la place à d’autres activistes plus déterminés...

        Quant aux militants du NPA du Finistère ils ont intérêt à relever les manches et mouiller la chemise parce qu’ils ne sont pas très nombreux. Or ils n’ont, semble-t-il, pas hésité à mettre le feu aux poudres....

        (« des militants Cgt, PCF et PG ainsi que des Verts... déboussolés... » : déboussolés, on imagine volontiers, oui...)


      • Attilax Attilax 5 novembre 2013 20:47

        D’un côté, 20 à 30.000 travailleurs en colère, de l’autre 700 à 3000. Y’a pas photo. Il est clair que Mélenchon et ses « amis » du PC (vous savez, ceux qui suivent le PS à Paris) et d’EELV (vous savez, ceux qui gouvernent avec le PS à Paris) ont une fois de plus raté le coche, et Jean Luc une belle occasion de se taire. Son petit propos sur ces « nigauds d’esclaves » sent l’aigreur et le roussi. Ce type, parfois très convaincant, il faut le reconnaître, a l’art de se tirer des balles dans le pied.
        Cette manif est « hors cadre » et rassemble des gens de tous bords, des anarchistes jusqu’à l’extrême droite, dont le seul élément fédérateur est la colère, la rage même. C’est une première, je crois, et il est étonnant que tout le monde fasse mine de ne pas le voir car il s’agit d’un signal populaire très fort, à mon humble avis.


      • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 07:23

        Bien sûr globalement d’accord Attilax. Une remarque cependant : il n’est pas certain qu’il s’agissait de « 20000 à 30000 travailleurs ». Il n’est pas impossible qu’il y avait là de très nombreux chômeurs...


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 novembre 2013 08:42

        Jaja,
        A Quimper, il y a avait aussi l’ UPR, avec ses propres pancartes, « Sortons de l’ UE et de l’euro par l’article 50 ».

        Toutes les causes de la crise bretonne sont d’origine européenne :
        * l’euro trop fort
        * la fin des subventions à l’export
        * l’écotaxe
        * pas de SMIC agricole en Allemagne
        * l’agriculture intensive et polluante
        * la malbouffe
        * les directives Bolkeistein
        * la mise en concurrence en interne par les centrales d’achat
        * la mise en concurrence externe avec les poulets brésiliens etc etc

        Mais silence radio sur les causes...


      • Attilax Attilax 6 novembre 2013 15:28

        @ Patrick,

        Les chômeurs, c’est pas des travailleurs qui n’ont plus de boulot ?


      • Attilax Attilax 6 novembre 2013 15:31

        @ Fifi,

        Il est clair que la politique et l’économie ne se décident plus au niveau national. Ça commence à être dur de ne pas le voir.


      • eric 5 novembre 2013 10:38

        Bref, l’eco taxe c’est bien parce que Coustau n’aurait peut être pas été blanc bleu pendant la guerre et que si toute la population est contre, c’est sans doute la preuve que le gouvernement a raison....
        Le précédent historique de cette « collaboration de classe » qui destabilise tellement les gauches qu’elle ne cherchent même plus a dissimuler leur mépris de classe pour un « petit peuple » toujours et nécessairement « aliénè » (mon Dieu mais que ferait il sans vous ?!), cela se nommait la résistance, et, dans la foulée, toutes les grandes manifs gaullistes...
        A chaque fois, les gauches s’en sont pris pour un minimum de 10 ans.

        Dans la serie les grandes batailles du passe, « la bataille de Normandie » on interviewe un rescapés du commando kieffert, premier débarqué. "Qui étiez vous. Il y avait de tout,mais une bonne moitie étaient bretons...
        Les résultats des prochaines municipales en Bretagne, en suffrages plus qu’en sièges, donneront un bon élément d’analyse sur le rapport de force entre UMP et FN. Lequel des deux sera la principale force majoritaire et lequel la principal force d’opposition.

        Le coup de tonnerre des succès gaullistes aux élections, ce fut le passage avec armes et bagages de la ville, très a gauche, plusieurs foi héroïne de la résistance en 70, en 14, en 40, Henain- Baumont. La presse en fit ses gros titres.

        Aujourd’hui, le principal enjeu pour des gauches destinées par l’échec de l’opération Hollande, qui est leur echec collectif, a rester spectatrices de la vie politique francaise pour un certain temps apres la prochaine alternance, est de savoir choisir qui sera le moins féroce en matière d’épuration...


        • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 13:45

          " Bref, l’eco taxe c’est bien parce que Coustau n’aurait peut être pas été blanc bleu pendant la guerre et que si toute la population est contre, c’est sans doute la preuve que le gouvernement a raison.... « 

          Si en très bref, c’est ce qu’on retient de l’article, c’est que j’ai manifestement raté l’analyse de cet évènement.
          Quant à Cousteau, puisqu’en 3 commentaire il est cité deux fois, je précise que personnellement je ne lui donne pas plus d’importance que cela, mais que j’ai tenté d’appréhender ce qu’évoque un bonnet rouge dans l’imaginaire d’une population déboussolée.

          En dehors de la population de Carhaix et de ses environs qui, elle, a l’habitude de fêter le souvenir des bonnets rouges de 1675, les bretons ne connaissent pas cette histoire. Alors quand ils voient un bonnet rouge, ils le voient d’abord rouge et ensuite ils pensent peut-être à Cousteau qui est une image, quelque soit son passé, plutôt positive dans l’esprit de la population.

          Quand les bretons auront tous pris connaissance du symbolisme réel du bonnet rouge, là il est à »craindre" quelques débordements...


        • alinea Alinea 5 novembre 2013 11:32

          Cela donne un aperçu de ce que pourra être une « révolution » : mélange des genres et immédiateté, sans parler de la récupération et de la désinformation qui prennent alors toute leur dimension !! C’est après seulement qu’on peut en faire une analyse.


          • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 13:55

            Ce n’est pas impossible, que cette jacquerie de départ puisse se transformer en un mouvement contestataire puissant parce qu’alimenté par un nationalisme objectif. Mais un nationalisme à la bretonne, destructeur des biens matériels et intelligent (comme le nationalisme corse non maffieux).
            C’était déjà ça Plogoff ! Et si Mitterrand n’avait pas tenu sa promesse de ne pas construire la centrale, il n’y a pas de doute que les émeutes de Plogoff et Quimper (procès des révoltés) auraient pris une toute autre dimension...


          • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 13:58

            Il reste donc à souhaiter amplement que le Parti de Gauche ne se mette pas à mépriser ce mouvement et au contraire en donne la direction...


          • alinea Alinea 5 novembre 2013 15:33

            Absolument Patrick ; je ne savais pas les marins, les dockers et les paysans si tendres de la feuille ! smiley
            Le fait est que les choses ont été dites, et à mon sens, à bon escient alors que le résultat des courses est un crêpage de chignon entre les purs et les plus purs ! Cela ne présage rien de bon mais on ne va pas se laisser démoraliser pour si peu !!


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 novembre 2013 08:24

            « Que le FDG prenne la direction », mais avec quelles revendications ?

            - L’écotaxe est une directive européenne.
            - La suppression des aides à l’export, c’est Bruxelles qui l’a décidée avec l’ OMC.
            - La production intensive et polluante de malbouffe, ce sont les articles 38 &39 des Traités européens.
            - L’absence de SMIC agricole en Allemagne, c’est l’ UE qui l’encourage + les directives Bolkeinstein.
            - L’euro fort plombe nos exportations.

            Mélenchon critique l’ UE, mais ne veut pas en sortir !
            Il traite ceux qui veulent en sortir pour retrouver les marges de manoeuvre que donne la souveraineté, de « maréchalistes »...

            C’est vous qui vous trompez de colère et d’adversaire !

            Les patrons bretons veulent continuer à produire et exporter leur malbouffe, à polluer ++, si ce n’est avec les subventions européennes supprimées, ce sera avec les fonds publics français !

            Il n’y a aucune solution pour l’emploi et l’écologie dans le cadre des Traités européens.

            Par contre, écoutez dans cette table ronde, l’exposé de Philippe Murer, et tout ce qu’on peut faire quand on est un pays souverain :

            « Y - a-t-il une vie avec l’euro ? et une vie après l’euro ? »

            Je rappelle que pour sortir de l’euro, il faut d’abord sortir de l’ UE.


          • Stof Stof 5 novembre 2013 13:26

            Possible que ça s’étende aussi aux radars automatiques....


            • Yohan Yohan 5 novembre 2013 13:58

              Avec plaisir smiley


            • Patrick Samba Patrick Samba 5 novembre 2013 14:11

              « Possible que ça s’étende aussi aux radars automatiques.... » : oui, et ça serait effectivement bien dommage comme l’a expliqué un précédent commentateur à la rigidité déplorable.

              Il est certain que certains ras-du-hublot et bas-du-front s’en donneraient à cœur joie. Z’ont pas un grand pouvoir de différenciation et de discrimination.... sauf quand ils ont des couleurs devant les yeux (surtout le noir, le marron, plus rarement le jaune), mais alors curieusement ce pouvoir de discrimination s’alimente de haine... Allez savoir pourquoi...  smiley


            • bakerstreet bakerstreet 5 novembre 2013 18:35

              A la rigidité déplorable ?

              Hum....On accuse de la rage le chat qu’on veut noyer..En quoi fais je preuve de rigidité, vous pouvez me le dire ? Faut il que je me mette un bonnet rouge ou un bonne d’ane sur la tête en mettant des pneus brulés autour des portiques pour trouver grace ?

              Les radars c’est sûr vont bruler un peu partout. 
              A qui va profiter le crime ?
              Le medef instrumentalise derrière le rideau de fumée, trop content de ne pas avoir de compte à rendre, face à des imbéciles qui s’en prennent non seulement à des symboles, c’est vrai, mais aussi à des paradgimes utiles à faire évoluer en mieux la société.

              Il faudrait aux yeux de certains une économie à deux visages : Taxer les importations, et donner des primes à l’export. Curieuse schyzophrénie, qui consisterait qu’on ne pourrait que voir la mondialisation pour nos produits, et la rejeter pour les autres. Mais quand on entre dans ce grand marché de dupes, il faut en mesurer un peu mieux les conséquences, et éviter de s’en remettre aux reflexes à courte vue. 
              Le productivisme a tout crin a vécu ! Les marchés émergents nous taillent des croupières. Seul la qualité et l’exigence de produits compatibles avec une harmonie et une culture locale et respectueuse, peuvent nous sauver. 

              Faudra t’il mettre des bonnet verts, et balancer les algues vertes dans les cours des préfectures, pour nous faire entendre. 

              Je lis ce jour qu’un gamin est mort d’un cancer du poumon, en chine....
              En bretagne, le taux d’augmentation des cancers dans certains domaines est de 500 pour cent, en rapport avec les pesticides, ( cancer de la prostate) et rejoingent maintenant ceux de la guadeloupe et de la martinique, aux sols pollués durablement par la culture de la banane intensive......

              Le scandale du marché donné à cette société privé est patent, mais c’est une autre histoire !
              Le contrat a été signé le jour du départ de sarko de l’elysée, faisant ses valises...
              Etrange non...
              Cela nous rappelle furieusement le contrat juteux et la loi imposé au forceps, imposant aux automobilistes un alcooltest.
              Ne bénéficiant qu’à une société se voyant offert la possibiloté de multiplier le prix des alcooltests par trois !

              Dans le tumulte, les tabous se libèrent, et les cinglés avec leur esprit de prédation, leur bétise, et leur volonté de profiter du jeu offert par le désordre ambiant, sans compter pour certains l’excuse toute trouvée, se déchainent.

              Est ce faire preuve de rigidité d’avoir une éthique, une conscience morale, et de ne pas vouloir se faire prendre facilement aux simulacres. 

            • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 01:19

              Ça va, vous vous êtes bien défoulé bakerstreet ?
              Mais vous aurez beau piquer toutes les colères que vous voudrez, tapez des pieds, user de mépris et vous comporter comme un petit dictateur, vous ne m’empêcherez pas de contester le principe du portique et tout ce que ce genre de système de surveillance implique comme projet de société si je le juge contestable.


            • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 01:25

              Et que les plussages de vos commentaires appuyés par les moinsages des miens ne vous confortent pas dans votre attitude : je suis systématiquement moinsé par tous les fachos du site, lesquels jubilent de vos emportements...


            • bakerstreet bakerstreet 6 novembre 2013 08:15

              Cool man


              Take a walk on a wide side !

              Vous ne supportez pas le fait de voir ce fameux commentaire, le plus apprécié....

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 novembre 2013 08:54

              bakerstreet,
              Vous êtes psychorigide car vous mettez en cause à plusieurs reprises la politique de Bruxelles.

              Faut pas, et encore heureux que vous ne demandiez pas de sortir de l’UE, de l ’euro et de l’OTAN, vous vous feriez taxer de « maréchaliste » et d’extrême-droite..., par tous les européistes et internationalistes d’ Agoravox.

              Tout est franco-français, comprenez-vous ? Évitez de replacer les problèmes dans le cadre des Traités et de la mondialisation, seuls comptent les salariés et les patrons français.

              Faut éviter de dire aussi qu’il n’y a pas de solution écologique et de solutions à l’emploi dans le cadre des Traités.

              Certains s’y emploient pourtant dans cette table ronde qui a rassemblé Olivier Berruyer, Asselineau, Philippe Murer et Charles Henri Gallois.

              Ils ne sont pas d’extrême -droite et expliquent qu’il y a une vie après l’euro :

              « Y- a-t-il une vie avec l’euro ? Et une vie après l’euro ? »


            • bakerstreet bakerstreet 6 novembre 2013 09:16

              Fifi


              Pas grave se faire traiter de rigide, d’andouille ou d’asperge. 
              D’ailleurs, sauf votre respect, à tout prendre, je préfère garder un peu de rigidité et de consistance, au pays des andouilles trop molles.

              L’important est l’argumentation ! Et il faut veiller à mettre en évidence les tromperies, les amalgames, les sophismes, bref la grosse manipulation. 

              Ici, c’est du Brezh, que l’on vous vend, ( vent ?)

              A quoi servirait un forum si l’on ne pouvait pas débattrre. 
              Il y a parfois matière à s’étonner des fonds de commerce d’esprit de certains, peu sensibles à la démocratie, qui veulent abattre des portiques , pour y dresser des potences !

              Tout cela laisse rêveur. 




            • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 09:32

              bakerstreet : « A quoi servirait un forum si l’on ne pouvait pas débattrre. »

              Allez, un peu de courage et répondez à cette question : Et comment débat-on d’un principe « qui n’est pas constable » ?


            • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 12:41

              « qui n’est pas contestable », bien sûr...


            • Attilax Attilax 6 novembre 2013 15:36

              C’est « wild » side. Wild comme sauvage et pas wide comme grand (portique).


            • Yohan Yohan 5 novembre 2013 14:01

              Qu’est ce qui est rouge, chaud et qui sent la moule ?


              • Yohan Yohan 5 novembre 2013 14:01

                le bonnet du commandant Cousteau smiley


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 novembre 2013 14:18

                  Qu’est ce qui est blanc ,chaud ,et qui sent pas la frite ...

                  Le bonnet de nuit du commandant Couchetot .


                • Ruut Ruut 5 novembre 2013 15:55

                  Trop de taxes n’est jamais bon pour la paix sociale.
                  Mais en votant hollande nous savions a quoi nous attendre son seul projet était plus d’impôts.

                  Si je comprend la causes de la colère, la destruction de bien publique reste inacceptable, même si le racket routier doit cesser.

                  Si la pollution est le cœur du problème, le gouvernement n’as qu’a interdire les moteurs thermiques, sauf l’hydrogène, a la vente.


                  • tf1Goupie 5 novembre 2013 18:34

                    toujours cette detestation du patronat qu’il soit petit ou grand.

                    N’allez pas monter une créperie ou même une boulangerie en Bretagne, il y aura toujours de beaux indignés pour vous traiter de salaud.

                    C’est vrai un auteur ne peut plus censurer unilatéralement les commentaires qu’il n’aime pas ; y aurait-il une volonté de limiter les abus ?


                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 novembre 2013 07:40

                      «  toujours cette detestation du patronat qu’il soit petit ou grand » : c’est à moi que vous vous adressez tf1Goupie ? Si c’est le cas vous tombez plutôt mal. Limiter au maximum la toute-puissance de certains, y compris des patrons et forcément des patrons de l’industrie, oui ça, ça me parle. Mais s’indigner parce qu’une personne va ouvrir une crêperie ou une boulangerie ????

                      Vous regardez trop la télé tf1Goupie ! (j’ai cherché sur Google ce que signifiait goupie : rien en français. Peut-être votre patronyme ?)


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 novembre 2013 09:04

                      tf1 Goupie,
                      Mais le patronat aime beaucoup les subventions d’argent public, savez -vous ?

                      Ces grands assistés se partagent la PAC (80% pour les gros, 20% pour les petits).
                      Et les 172 milliards ( pareil, 80% pour les gros, 20% pour les autres) de cadeaux fiscaux dénombrés par la Cour des Comptes.

                      « 172 milliards d’euros annuels de cadeaux fiscaux »

                      En attendant le plan de « sauvetage » de la Bretagne annoncé par Ayrault, 15 millions d’euros pour commencer.

                      Les Bretons n’aiment pas payer des taxes, mais aiment bien piquer dans les impôts payés par ces cons de Français colonialistes..., qui adorent subventionner la pollution, la malbouffe et les exportations de la malbouffe.


                    • Chris De Baün 5 novembre 2013 20:15

                      Qu’il soient Nord Américain ou Européen de l’Ouest, les taxes et impôts inventées par l’empire capitaliste ultra- libéral n’a jamais servis les peuples et leurs états, ce n’est que du racket dit légal, à bon entendeur..... !

                       smiley

                      • Chris De Baün 5 novembre 2013 21:09

                        Comme cul et chemise ou bonnet blanc et blanc bonnet c’est du pareil au même, il faut changer le système de gestion de nos états par « tous » les moyens, comme écrit dans l’ « Article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 24 juin 1793. » il faut « virer » tous les parasites du moment, je cite tous les partis politiques actuels nul à chier !

                         smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès