Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Boutin voit des tentes partout

Boutin voit des tentes partout

Christine Boutin en guerre contre les tentes : la ministre du Logement n’en peut plus des campements improvisés dans la capitale. Comme Delanoë l’an dernier, elle souhaite que ce genre de manifestation n’ait plus lieu, Paris n’étant pas « Les Flots bleus ».

Chaque automne, c’est la même chose. Qu’il y ait ou non des champignons, des grèves dans les transports ou peu de pluie et des températures record, chaque automne, juste à l’orée de l’hiver, fleurissent dans la capitale de Sarkoland quelques campements improvisés, dits de « sans logis », montés là à la hâte par certaines associations vertueuses qui entendent par de telles mesures spectaculaires faire comprendre à l’opinion publique à quel point est grave la situation. Une sorte de cirque médiatico-sociale, répondant à l’obligatoire « charité-business », très en vogue dans notre beau pays, qui agite le microcosme peopolico-intello un moment avant de passer dans l’oubli, avec les beaux jours, une compétition sportive majeure ou les vacances. Des tentes, donc, se dressent dans Paris, loin du Fouquet’s certes, mais quand même dans le Paris de Nicolas 1er, qui ne dit mot sur le sujet, pour l’instant. Et ces tentes, depuis quelque temps, sont repliées parfois à la va-vite par des policiers matraqueurs ou en tout cas énergiques, qui vous débarrasse un plancher plus vite que Cécilia celui de l’Elysée.

C’est toujours pareil : les mêmes images de policiers qui interviennent, au petit matin, de femmes qui hurlent, de bousculades, et les mêmes commentaires, qui tendent dans leur immense majorité à nous montrer, à insister même, sur le caractère brutal, sans pitié et injuste de telles interventions. Comment peut-on s’en prendre ainsi à des mères de famille, des enfants et des vieillards, en France, aujourd’hui, dans ce pays dit des « droits de l’Homme » ? Comment peut-on tolérer que des gens, en situation irrégulière, qui ont un travail, touchent un salaire, ne puissent pas se loger dignement ? Comment accepter comme seule réponse de l’Etat un escadron de forces de l’ordre ? Des années qu’on nous rabâche la même chose. L’an dernier, à la même époque, Bertrand Delanoë, maire de Paris, qu’on ne peut suspecter a priori ni de fascisme ni de collusion avec l’UMP, avait déjà exprimé son désir d’en finir avec ces campements de fortune qui polluent le paysage parisien, cher à ses Vélib et à son Paris plage. Cette année, c’est Christine Boutin (Christique Boutin ?) qui se dit « déterminée à ne pas tolérer que des campements s’installent dans Paris ». Gauche droite, donc, même combat sur ce terrain-là. D’un côté comme de l’autre on veut bien reconnaître le problème, mais d’un côté comme de l’autre, on ne veut pas qu’il se voie trop. C’est bientôt les fêtes, après tout, il faut redonner le moral aux Français.

Madame Boutin a deux adversaires de taille dans son entreprise de fermer Paris camping : les bien-pensants d’un côté, intellectuels verbeux ou acteurs ratés qui se prennent pour l’abbé Pierre, et les people de l’autre. Les people « au cœur gros comme ça », prêts à se faire photographier devant le dernier des enfants orphelins, prêts à s’indigner un coup pour le Darfour, un coup pour les femmes malgaches, un coup pour les moines birmans, un coup pour les femmes battues. Ces people, acteurs, chanteurs, bonimenteurs capables de jouer de la guitare pour le premier candidat déclaré venu, prennent beaucoup de place devant la caméra quand il s’agit d’exprimer leur indignation. Ils surjouent en pagaille, mais ce n’est pas grave, ça produit son effet. Et puis, pour les promos à venir, c’est toujours bon de « rappeler » ses « engagements » qui « honorent », bien sûr. Ainsi, l’actrice Béart devient la « citoyenne » Béart, le chanteur Cali devient le « citoyen » Cali, le comique Guy Bedos devient le « citoyen » Guy Bedos, etc. Ces armées de citoyens exemplaires là, populaires et opportunistes, ont plus d’impact que tous les ministres de France. Ils pèsent et ils ennuient. Il faut les contourner sans les rejeter, les contrer sans les affronter. Boutin, elle, a pris le risque, la Bible dans une main et la matraque dans l’autre, de les mépriser. Elle assure qu’elle « ne se laissera, sur ce point comme sur les autres, influencer par aucune gesticulation médiatique, surtout lorsqu’elles émanent de personnalités très estimables dans leur métier mais totalement incompétentes sur les questions du logement ». Et elle a bien raison. Sur tous les points. Qu’il ne s’agit que de gesticulations, que ces personnalités sont estimables et qu’elles ne savent pas de quoi elles parlent. Christine Boutin a raison sur toute la ligne. Car si les politiques commencent à prêter plus qu’une attention polie aux jérémiades des célébrités, alors bientôt Eve Angelli entrera au gouvernement, où Benabar fera le budget. Soyons sérieux. Le problème des « sans logis » mérite mieux que les poncifs de Lambert Wilson.

Christine Boutin a-t-elle pour autant raison de vouloir faire disparaître les tentes, et les gens qui y dorment ? Sur le principe, on peut comprendre : laisser de telles installations perdurer dans Paris serait irresponsable de la part d’un ministre du Logement. Le problème est : qu’est-ce qu’on fait après ? Qui sont réellement ces gens, ces familles ? Sont-ils sans travail ? Sans papiers ? Sans ressources ? Sont-ils eux aussi manipulés ? Si l’on s’en tient uniquement à la version du DAL, relayé avec éructation et postillons par Augustin Legrand, l’Etat français ne ferait rien que des promesses en l’air et laisserait ainsi les gens mourir de froid, dans la rue, sans ciller. Cet acteur de grande taille n’arrive qu’avec véhémence et confusion à transmettre son message, le rendant peu clair et pas toujours convaincant. Il y aurait, si on le suit bien, une situation binaire entre d’un côté de pauvres familles délaissées et de l’autre de gros capitalistes élus qui se gavent sans se soucier. La situation est sans doute beaucoup plus compliquée que cela. Il y a des lois qui existent, dont celle du fameux « droit opposable au logement », il y a des appartements vides aussi, c’est vrai, mais peut-on les proposer à tous ceux qui dorment dans la rue et à quel prix ?

La situation est compliquée, mas aujourd’hui on préfère tout simplifier. On a longtemps entendu Le Pen pérorer sur le thème « trois millions de chômeurs, trois millions d’immigrés : enlevez les immigrés, vous n’avez plus de chômeurs ». Aujourd’hui on entend le même raisonnement : remplissez tous les logements vides de la ville de Paris, vous n’aurez plus de sans logis. Ce bon sens bistrotier ne tient pas la route une seconde. Entre ceux qui n’y connaissent rien et ceux qui ne veulent rien entendre, la précarité a de bons jours devant elle. Alors, oui, pour commencer, il est grand temps de démonter les tentes.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 2 novembre 2007 08:36

    « Le juste milieu est le dieu des pauvres cons. » (Nabe)

    Voilà la phrase la plus importante jamais dite sur ce site. smiley

    Quand on pense à celle, déprimante, qui traine depuis si longtemps sur AVox et reprise à l’envie par les commentateurs les plus médiocres « tout ce qui est excessif est dérisoire » (je cite de mémoire). Cette phrase de Nabe que je ne connaissais pas, fait chaud au coeur.


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 novembre 2007 08:43

      La phrase exacte est « Tout ce qui est excessif est insignifiant, » Pouah !

      Si j’étais le président je dirais : « quel imbécile ! »


    • haddock 2 novembre 2007 08:53

      Alors que d’ autres voient des oncles nulle part .


      • non666 non666 4 novembre 2007 12:15

        D’un autre coté, voir des tantes partout, depuis que Delanoe est maire, ce n’est pas surprenant....


      • masuyer masuyer 4 novembre 2007 19:36

        « D’un autre coté, voir des tantes partout, depuis que Delanoe est maire, ce n’est pas surprenant.... »

        C’est quoi cette phrase, une dénonciation de la déliquescence du monde occidental par la « tataïsation » de ses élites smiley


      • jzk 2 novembre 2007 09:09

        Ce matin dans le metro j’ai eu beaucoup de peine.

        J’ai eu beaucoup de peine car j’ai vu un pauvre gus, un clochard, complètement recroquevillé, en train de pleurer, qui avait la moitié de la rame pour lui tout seul tellement il sentait mauvais... A le voir, à mon avis il ne passera pas l’hiver c’est sûr, il est tellement faible et misérable. Et tous ceux qui comme moi n’avaient pas fuit la rame regardait ailleurs, l’air abattu...

        Chacun devait penser la même chose, dois-je l’aider, que puis-je faire pour lui ? Ah oui mais ça sent vraiment trop mauvais je ne peux pas l’approcher... N’y a t’il pas des associations qui s’occupent de pauvres gus comme lui ?

        Pourtant dès ce matin, aux infos avant de partir, j’ai vu que dans la rue de la Bourse sur la Capitale, on crie au scandale pour des dondons apparemment bien nourries mals logées, on se bat bec et ongle pour exiger qu’on leur donne séance tenante un logement décent, les people montent au créneau et Béart et une autre « artiste » dont j’ai oublié le nom tellement elle n’est pas transcendante s’indignent, disent que c’est pas normal, que droit de l’homme et tout le toutim et blablabla...

        Ben moi j’avais envie de lui dire à ce clochard dans le metro, bien fort pour que tout le monde entende : « Vous savez monsieur, les socialistes nous rabachent souvent que l’on ne choisit pas où l’on naît, que certains ont de la chance au tirage et naissent favorisé, d’autres moins... J’avais envie de lui dire : Monsieur, vous êtes vraiment mal nés, vous êtes blancs, vous avez des papiers, vous êtes français... vous allez crever dans l’indifférence la plus totale, on ne se bat pas pour les gens comme vous ! »

        Bien sûr je n’ai rien dit, comme tout le monde...


        • idyllique 2 novembre 2007 18:47

          Idem histoire pour les faux orphelins de l’Arche de Zoé... des milliers d’euros dépensés pour soi-disant sauver des enfants à l’autre bout du monde (en fait un commerce pour des parents en mal d’enfants exotiques)alors qu’en France 500 000 petits français très pauvres vivent dans des logements insalubres... « on » préfère loger à l’hôtel la famille malienne avec ses 4 gosses en bas âge parce que les assocs + médias ont font des tonnes pour eux et rien que pour eux ! Il faut savoir que les 3/4 des SDF en Ile de France ne sont pas Français, qu’ils réclament des logements à Paris et proche banlieue (d’où les tentes) et tant pis pour les français inscrits sur les listes depuis plus de 10 ans pour certains, ils attendront puis iront vivre à 50 km de Paris pour avoir droit à un logement social. En France, mieux vaut être un SDF sans papier, travaillant au noir pour avoir droit à un hôtel logé, nourri et soigné aux frais du contribuable.... Bon nombre de curieux citoyens veulent à tout prix importer toute la misère du monde, développer le communautarisme, le multiculturel et surtout importer la pauvreté ! ILs haïssent l’économie de marché, ceux qui réussissent et gagnent du fric, veulent racketter la classe moyenne en impôts pour alimenter les tonneaux des danaïdes qu’ils créés...

          Mais encore une fois, dès que j’aborde ce sujet ici, ma contribution est systématiquement retirée... voyons voir combien d’heures celle-ci résistera au contrôleur de la bienpensance qu’on appelle modérateur en langage Orwellien !! AgoraVox appartient à des gochistes trotskistes qui rêvent de ruiner, couler ce pays ou quoi ? qu’ils aient le courage de le dire franchement ici même !


        • EricB 2 novembre 2007 19:31

          « J’aurais pu faire plus nul encore, comme article... » On veut bien vous croire sans même demander de preuves. Dans la genre nul, vous êtes un artiste.


        • Gazi BORAT 2 novembre 2007 09:55

          « Accès au logement »

          Il y a un indéniable problème aujourd’hui au niveau de l’accès au logement..

          La part que représente le montant du loyer sur le salaire moyen devient insupportable et rien n’est fait pour rattraper les dérives nées de l’inconséquentes libération de ceux-ci et leur soumission aux lois spéculatives du marché.

          Une loi votée en 1948 a longtemps contenus de tels dérapages mais elle n’a plus aucun effet.

          Nous nous acheminons vers une grave crise du logement dont les SDF sont la partie la plus visible ..

          gAZi bORAt


          • jakback jakback 2 novembre 2007 15:26

            Une suggestion,tout ces pipoles pourraient dans leur grande générosité, mettre leurs résidences secondaires du lubéron, de St Trop et d’ailleurs a la disposition des SDF, au moins jusqu’à l’été, ou bien être caution et payer le loyer d’une famille ( 12000€ annuel environ). Que nenni de la pub avec des pauvres OK, mais gratuitement, faudraient pas nous prendre pour des cons, quand même !!!!


          • EricB 2 novembre 2007 19:34

            « Une loi votée en 1948 a longtemps contenus de tels dérapages mais elle n’a plus aucun effet. »

            Oui, elle a eu pour effet de creer des situations scandaleuses ou plein d’intermediares et locataires se sont fait plus de fric en sous-louant illégalement à prix d’or des logements au loyer bloqué, que les propriétaires légitimes, qui ont du crever dans la misere, car leur bien ne leur rapportait quasiment plus rien.


          • armand armand 4 novembre 2007 12:32

            Chacun voit midi à sa porte, Eric - en décourageant la valorisation obsessionnelle du bien immobilier à des fins d’enrichissement, la loi de 48 a permis l’existence d’un logement social ’de fait’. De plus, à l’époque il y avait peu de propriétés, et souvent l’immobilier entier était détenu par une personne ou ses héritiers. Est-ce préférable, ayant libéré les loyers, que ces immeubles soient désormais colonisés par les pied-à-terres des riches Américains, Italiens et Anglais ?

            On ne peut pas être contre le tout-bagnole et interdire les centre-villes aux gens ’normaux’ (c’est à dire ceux qui ne sont ni rentiers, ni expats’ fortunés, ni cadres sup’) en laissant perdurer les hausses scandaleuses des prix et des loyers.

            Ou alors accepter un krach inévitable (qui alterne toujours avec les bulles spéculatives) et ne pas pleurer sur le sort de tous ceux qui se seront endettés sur trente ans.

            Mais il serait beacoup plus sage et équitable de proclamer que le logement, comme l’alimentation, n’est pas un bien de spéculation qu’on vend, loue et achète librement, au ’prix du marché’ (en fait, ce prix est conditionné par les forces spéculatives et est bien moins ’libre’ qu’on le pense) et qu’il faudra l’encadrer.

            En somme, d’établir dans ses grandes lignes le type de ville qu’on souhaite, et tout mettre en oeuvre pour y parvenir. C’est à dire, et tout d’abord, réintroduire les classes moyennes dans les centre-villes.


          • armand armand 4 novembre 2007 12:35

            Concentrer sur les mal-logés essentiellement immigrés c’est oublier que la grande masse des classes laborieuses et moyennes en France est frappée par le phénomène. En somme, en réponse aux grandes démonstrations de DAL on réservera tel ou tel HLM du centre-ville aux immigrés, et les employés et cadres moyens français seront toujours rejetés en banlieue lointaine, trop pauvres pour payer les loyers du centre, trop riches pour obtenir un HLM.


          • armand armand 4 novembre 2007 15:56

            je voulais dire des ’co-propriétés’.


          • tvargentine.com lerma 2 novembre 2007 10:27

            Voila un très grand article digne de figurer dans un journal !

            Oui mais les journaux ne diffusent pas ce type d’article !

            Pourtant l’analyse est juste et je suis témoin d’avoir vu un samedi matin ,dans la rue des banques (La Bourse) à Paris une ultra minorité de bobos (Bedos et compagnie) avec 3 journalistes caméramans et personnes autour !

            Oui,aucun soutiens populaires de la population pour ces bobos qui viennent faire du people sur ce type de squat sauvage

            Curieusement sur I.télé,j’ai pas eu l’impression de retrouver ce que j’avais vu et j’ai eu l’impression d’une bonne manipulation d’information.

            Qui pourrait accepter des squatteurs à tous les coins de rue dans un Etat de droit.

            Oui,moi aussi j’ai des problèmes dépuis des années pour me loger dignement et je ne vais pas squatter avec des tentes et des « associations » d’extrème gauche,jusqu’au boutisme

            Il existe aujourd’hui des belles avancées sociales pour le logement et c’est grace à Christine Boutin que c’est devenu possible.

            La question que nous sommes en droit de nous poser est la suivante :

            « Pourquoi la gauche au pouvoir et leur amis »bobos" n’ont rien fait pour le logement social en France durant leur présence au pouvoir ??


            • thirqual 2 novembre 2007 13:33

              Surtout s’ils n’ont pas de véhicule et qu’ils bossent au supermarché du coin. Ça fera du travail pour les bons français de Paris.


            • thirqual 2 novembre 2007 13:35

              Au Japon, pays qui cache sa misère du mieux qu’il le peut, on assume encore assez pour que les mairies offrent des tentes aux SDFs qui vivent dans les parcs municipaux.


            • MaxLeMans 2 novembre 2007 10:55

              Je suis effaré par les commentaires que je viens de lire. Il est question de personnes qui sont installées dans la rue pour dénoncer une situation de logement insupportable et j’entends ici parler de bobos, d’extrême gauche, de people opportunistes et d’une jolie histoire de lâcheté dans le métro (on ne peut pas tirer sur les associations et en même temps leur demander d’agir à notre place)... Les faits sont pourtant simples : certains des mal logés payent des loyers hors de prix pour s’entasser à plusieurs dans des chambres insalubres alors que pendant le même temps la loi L.641 n’est pas appliquée (est-il si compliqué pour le gouvernement de faire face aux lobbies d’entreprises propriétaires de logement vides par pure spéculation) et que le gouvernement Chirac, de la même couleur politique que le gouvernement en place, a permis la dérégularisation des loyers d’origine et entraîné mécaniquement une flambée des prix ? Bref, une lecture qui me laisse une impression de tempête dans un verre d’eau qui n’a que pour seul effet d’édulcorer la gravité de cette situation et faire diversion pour faire oublier des responsabilités gouvernementales bien réelles et trouver des excuses. smiley


              • EricB 2 novembre 2007 19:40

                Et dans le même temps, vous oubliez de préciser que s’il existe aujourd’hui tant de logements vides plutot que loués, c’est bien à cause d’un politique gauchiste qui a donné aux locataires bien plus de droits qu’aux propriétaires, et que si les propriétaires ne veulent plus louer dans des conditions officielles, c’est bien parce qu’ils ne veulent pas être dépossédés de leur bien. Il est toujous facile de casser du sucre sur ces « salauds de propriétaires », mais on peut bien comprendre que quand quelqu’un investit le fruit de son travail dans l’immobilier, ce n’est pour en être dépossédé par des gens qui croient que tout leur est du simplement parce qu’ils sont plus pauvres que d’autres.


              • MaxLeMans 2 novembre 2007 22:40

                Eric, je crains que tu ne fasses un peu vite une généralité de quelques cas particuliers. Par ailleurs, ce n’est pas mon propos : je dis simplement qu’il y a en plein Paris des logements vacants (propriétés majoritairement d’entreprises qui ne visent que des plus values en revendant à prix d’or des immeubles après les avoir morcelés) en nombre par pure spéculation immobilière. Je parle au contraire de chambres qui sont louées une fortune par des propriétaires qui n’ont aucune honte à tirer profit pur et simple de dispositifs d’aides à l’insertion pour faire un enrichissement personnel. Ces aides sont justement là pour aider ces familles à se (re)construire. Ils n’en ont pas l’occasion car l’argent qu’ils gagnent doit être verser pour supérieure au tolérable en complément des aides perçues par le propriétaire. Il ne s’agit pas d’une histoire de gauchistes, mais d’hommes peu scrupuleux.

                En attendant, ce sont des humains qui trinquent au motif du profit tout puissant. Quand est-ce que ça s’arrêtera ? Et que ça devient tellement fréquent que ça ne choque plus personne. smiley


              • EricB 4 novembre 2007 19:21

                En attendant, c’est bien la somme de « cas particuliers » qui finit par constituer une « généralisation », au moins dans l’opinion publique.

                Quant aux aides au logement mises en place par les socialistes, on peut se rendre compte qu’elles n’ont fait qu’accroitre les inégalités au lieu de les réduire. D’une part, parce que justement les propriétaires peu scrupuleux ont vu là un moyen d’arrondir les loyers à la centaine d’euros au-dessus, et à cause de locataires qui se sont dit, pourquoi s’acharner à gagner décemment notre vie, puisque de toutes façons, tout est pris en charge par l collectivité. Tout le monde certes ne raisonne pas ainsi, mais sans doute suffisamment de gens pour pervertir le systeme.


              • Fred 4 novembre 2007 21:33

                "Eric, je crains que tu ne fasses un peu vite une généralité de quelques cas particuliers. Par ailleurs, ce n’est pas mon propos : je dis simplement qu’il y a en plein Paris des logements vacants (propriétés majoritairement d’entreprises qui ne visent que des plus values en revendant à prix d’or des immeubles après les avoir morcelés) en nombre par pure spéculation immobilière. Je parle au contraire de chambres qui sont louées une fortune par des propriétaires qui n’ont aucune honte à tirer profit pur et simple de dispositifs d’aides à l’insertion pour faire un enrichissement personnel. Ces aides sont justement là pour aider ces familles à se (re)construire. Ils n’en ont pas l’occasion car l’argent qu’ils gagnent doit être verser pour supérieure au tolérable en complément des aides perçues par le propriétaire. Il ne s’agit pas d’une histoire de gauchistes, mais d’hommes peu scrupuleux.

                En attendant, ce sont des humains qui trinquent au motif du profit tout puissant. Quand est-ce que ça s’arrêtera ? Et que ça devient tellement fréquent que ça ne choque plus personne.smiley"

                Donc quand vous partirez en vacances le gouvernement aura le droit de réquisitionner votre domicile pour aider des SDFs puisqu’il sera vide ?


              • EricB 6 novembre 2007 13:09

                « Donc quand vous partirez en vacances le gouvernement aura le droit de réquisitionner votre domicile pour aider des SDFs puisqu’il sera vide ? »

                Mais vous savez, je n’ai pas attendu que le gouvernement réquisitionne mon appartement pour le faire. Seulement, c’est moi qui ai choisi QUI je voulais héberger.

                En attendant, c’est un peu ce qui se passe : on ne réquisitionne pas nos appartements, mais on nous oblige à payer, via nos impots, pour financer l’accueil de gens qui s’imposent chez nous et que nous, en tant que citoyens, n’avons pas choisis.


              • maxim maxim 2 novembre 2007 11:14

                est ce que les donneurs et donneuses de leçons peopolisés,du style Emmanuelle Béart ,Lambert Wilson et consorts seraient prêts à en prendre quelques uns chez eux ?????? seraient ils d’accord pour unir sacrifier une partie de leurs confortables revenus à la construction de logements sociaux ???? ou se contentent ils simplement de se faire de la pub sur le dos de ces gens ,dans ce cas ,c’est de l’exploitation détournée .......

                le sordide et la pitié d’opérette sont autant vendeurs que poser à poil ou exposer sa vie privée sur des feuilles de choux de salle d’attente .......


                • krachunka 2 novembre 2007 15:33

                  Decidement, on a toujours les mêmes arguments populistes et simplissimes !!

                  Le fond du problème est justement l’inverse !! Ce n’est pas aux particuliers de prendre en charge ce genre de problème mais aux pouvoirs publiques !!

                  Ce problème n’est hélas pas nouveaux, on le voyait au debut du siecle dans les « zones » autour de Paris, Lyon etc...

                  Hélas a chaque fois ils sont suivis par une même marées brune nauséabonde qui vocifère toujours les mêmes insanitées.


                • jakback jakback 2 novembre 2007 16:57

                  @Krachunka

                  croire et dire, qu’un gouvernement (gauche/droite)puisse résoudre le problème du logement est utopique ou malhônnete tout dépends de la finalité de l’affirmation.

                  Cela dit, rien ne dédouane nos poussières d’étoiles de se faire de la Pub sur le dos de la misère, cela est dégueulasse et, démagogique.

                  Comme nous le contait Ruquier, cette actrice Française de passage a Los Angeles, fit son shopping sur Rodéo Drive (équivalent de la rue Montaigne) craqua sur une petite robe de 15000€, exigeant auprès de la journaliste de ELLE qui l’accompagnait de taire cet achat, car étant une actrice de gauche cela ne serait pas bon pour son image. Voila tout est dit ,sauf le nom de l’actrice, dommage !


                • Sigefroid 2 novembre 2007 17:07

                  Il manque juste Jacquart !! Ca ne va pas tarder ! Il doit être en vacances et rate un beau coup là !!


                • EricB 2 novembre 2007 19:43

                  C’est justement là le fond du probleme : les français ne veulent PLUS prendre en charge eternellement les assistés qui ne contribuent pas de maniere égalitaire aux charges et aux devoirs de la société. Ils l’ont exprimés clairement en votant pour Sarkozy et son programme.

                  Si ces people veulent faire preuve de générosité, que ce soit avec leur argent, pas avec le mien, ni avec celui de la collectivité.


                • Thegrannysmith Thegrannysmith 11 novembre 2007 20:40

                  Oui, mais nous vivons dans un culte de la personnalité permanent. Si c’était monsieur tout le monde qui s’afficherai t, y’aurait il cet écho ? Je ne fais que constater que les gens voient toutes ces icones de la sphère artistique ca fait de l’audimat, ca marche, la preuve on en parle ici. Donc que faire ? Demonter les tentes, mais pour ne pas dormir sous les ponts.


                • William7 2 novembre 2007 12:25

                  La droite décomplexée est de plus en plus conne ! Enfin, c’est pas une surprise !


                • maxim maxim 2 novembre 2007 13:00

                  salut Calmos ....

                  ou est le Depardieu que j’aimais bien dans « les valseuses »

                  il a pris du bide ,de l’arrogance ,et cherche à s’exonérer de sa réussite et des ses excès en donnant dans la pitié facile ,ça fait tellement bien de faire semblant de s’apitoyer devant des caméras et des micros ,et c’est valable pour tous ces saltimbanques soumis à l’ISF ,sauf ceux qui se sont tirés à l’étranger comme Emmanuelle Béart ( Belgique ),je me demande même si avant de passer devant l’objectif ,il n’y a pas les raccords maquillage et éclairage pour donner un aspect glauque à cette lamentable pantomine .......

                  signé Maxim ,commentateur de droite décomplexée ....


                • Sigefroid 2 novembre 2007 17:11

                  Dans « les valseuses », le lourd et pesant Depardieu jouait avec un type bien : mais ce dernier mort, il ne reste que le vigneron d’opérette !


                • EricB 4 novembre 2007 19:24

                  « La droite décomplexée est de plus en plus conne ! Enfin, c’est pas une surprise ! »

                  La gauche complexée est toujours aussi à court d’argument sérieux. Enfin, rien de nouveau....


                • manusan 2 novembre 2007 12:43

                  @ l’auteur,

                  Il y a une faute d’orthographe dans votre titre, c’est : « Boutin voit des tantes partout ».

                  Pour ceux qui ne s’en rappelle plus : PACS, larmes à l’assemblée, bouquet de fleurs de Jospin, ...


                  • maxim maxim 2 novembre 2007 12:48

                    fais gaffe Manusan ,j’ai fait un commentaire semblable ce matin et il est passé à la trappe .....


                  • Fanch 2 novembre 2007 13:18

                    La situation est compliquée, c’est donc la conclusion de cet article.

                    En fait on a d’un côté, les bistrotiers, qui s’engagent dans des actions simplistes, et de l’autre, des gens très intelligents, pour qui la situation est tellement compliquée qu’ils préfèrent ne rien faire pour ne pas la compliquer encore plus.

                    En fait c’est un cliché. Face à un problème vaste et complexe, on est un peu perdu et ne sachant pas par quel bout le prendre, on ne fait rien. La seule solution si on ne veut pas sombrer dans le fatalisme, c’est d’accepter qu’on ne le règlera pas seul dans sa globalité, et d’apporter avec humilité sa petite pierre à l’édifice, pierre particulière et originale, qui contribuera à la construction de l’édifice à sa manière.

                    Disons pour faire concret que les artistes, les bobos, les gauchos (tous les qualificatifs qu’on peut trouver à ces gens qu’on a facilement tendance à jalouser) sont dans leur rôle : celui de l’indignation. Ils s’indignent, ils communiquent sur le sort des sans-logés. Après, on pense ce qu’on veut de leurs solutions politiques, mais ce ne sont pas des personalités politiques, ce ne sont que des personnes médiatiques, et elles apportent au problème ce dont elles sont le mieux capable : sa médiatisation.

                    Force est de constater que le problème des mal-logés est médiatisé, donc que ces personnes médiatiques ont bien fait leur travail en le mettant en lumière. Mais force est de constater qu’en face les propositions politiques ne sont pas terribles et manquent cruellement d’ambition.

                    Cela étant, comparer les sophismes de Lepen (3 millions d’immigrés, 3 millions de chômeurs) avec une réalité dérangeante (des SDF et des logements vides en très grand nombre à Paris), c’est à la limite de la malhonnêteté intelectuelle. On ne va pas démontrer que renvoyer 3 millions d’immigrés ne fera pas diminuer le chômage de 3 millions de personnes en France (les salariés n’étant pas interchangeables, les immigrés contribuant à la demande interne). Par contre, forcer les propriétaires de logements vides à les louer dans un marché de la location qui est en situation de pénurie dans toutes les grandes villes, cela ferait baisser les loyers, et cela permettrait à tous les locataires d’améliorer leurs conditions de logement, même ceux qui ont déjà les moyens d’habiter en studio.

                    Le simplisme n’est pas forcément là où on le croit. Le fait de dire que tout est très compliqué est une simplification abusive. Il y a parfois certaines évidences qu’il est louable de mettre en avant. Il y a beaucoup de problèmes qu’on pourrait résoudre simplement si on en avait la volonté politique.


                    • tvargentine.com lerma 2 novembre 2007 15:09

                      Si nous totalisons la fortune de toutes ces stars sur le retour qui viennent chercher une nouvelle notoriété pour essayer de faire parler d’eux dans les médias,nous disposons d’un sacré patrimoine immobilier.

                      Nous pourrions imaginer (seulement ?) que ces stars acceptent de reloger chez elles ou dans les appartements qu’elles possedent (quand c’est pas des immeubles entiers) qu’elles relogent ces mal logés africains en attendant que les listes d’attentes des demandeurs de logements en France soient épuisées.

                      Voila une réponse approprié à la démagogie

                      Mais,que font les médias ??????? pour soumettre cette requete ??


                      • masuyer masuyer 4 novembre 2007 19:43

                        Et toi Lerma t’es prêt à en inviter combien en Argentine ?


                      • herve33 2 novembre 2007 15:20

                        Il faut savoir qu’il n’y a pas pénurie de logements en France , mais une pénurie de logements à loyer accessible aux plus démunis .

                        Une solution serait peut-etre une augmentation des aides aux logements , et cela serait peut-etre mieux que dépenser des millions d’Euros pour payer hors de prix des nuits dans des hotels , qui sont souvent à la limite de l’insalubrité .


                        • haddock 2 novembre 2007 15:26

                          c’ que j’ entrave pas c’ est que dans la Creuse il y a des milliers de fermes à retaper , de l’ espace et tout le monde veut faire du camping sur du bitume ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès