Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Brice Hortefeux persiste dans son concept d’élu malgré (...)

Brice Hortefeux persiste dans son concept d’élu malgré lui

Il est des succès dont on se passerait. Contre toute attente Brice Hortefeux s’est retrouvé, il y a une semaine, élu député européen. La surprise met l’intéressé et l’Elysée dans l’embarras. Quelques jours plus tôt Nicolas Sarkozy avait déclaré, que tout ministre élu devrait siéger au Parlement Européen. Oui mais le ministre ne veut pas aller à Strasbourg. Seule solution, évoquer une exception à la règle en s’appuyant sur le concept hasardeux de “candidat pas pour être élu”.
 
Comme l’écrivait Françoise Fessoz dans les colonnes du Monde du 12 juin, Brice Hortefeux c’est “L’élu malgré lui“. Invité de l’émission dominicale Le rendez-vous politique (France Inter-iTV-Le Monde) le ministre du travail et des relations sociales a persisté dans son explication fumeuse. “J’avais dit très clairement que je n’étais pas candidat pour être élu. C’est-à-dire que j’étais candidat de manière totalement désintéressée, simplement pour accompagner, pour pousser, pour faire partager des convictions“.
 
Mais voilà, Brice Hortefeux, surnommé par les Auvergnats le ministre de Clermont, a été trop bon, élu contre toute attente député européen dans la région Massif Central-Centre. A l’Elysée on a vite cherché la parade sémantique pour éviter à avoir à se séparer de cet ami de trente ans si précieux pour mettre en œuvre les réformes qui sentent le soufre.
 
Dès lundi matin, le secrétaire général de l’UMP déclarait à propos de l’intéressé : il s’est engagé dans cette campagne de manière totalement désintéressée, il n’était pas candidat en tête de liste. Mais dans sa région qu’il aime beaucoup, la région Auvergne, il avait décidé de venir en soutien de cette liste. Et puis franchement le succès, inimaginable dans cette région fait qu’aujourd’hui on a plutôt à gérer le succès“.“Moi je pense qu’on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement” avait ajouté Xavier Bertrand, traduisant le sentiment présidentiel sur la question.
 
“Désintéressé” le mot a été soigneusement lâché. Il va être martelé. “Les uns avaient dit qu’ils voulaient siéger, moi j’avais indiqué que j’étais candidat de manière désintéressée” a répété ce dimanche en bon élève studieux le ministre juste avant d’échapper dans un moment de franchise incontrôlée “c’est assez rare d’ailleurs en politique d’être candidat pour ne pas être élu“.
 
Agacé d’être titillé par les journalistes sur sa situation personnelle, le ministre du Travail a remis dimanche malgré lui sur la table, la question du report de l’âge du départ à la retraite dévoilant ainsi la feuille de route confiée par l’Elysée. Brice Hortefeux devrait donc être l’homme qui portera le relèvement de l’âge de la retraite afin de tenter de résoudre le problème de déficits abyssaux à venir des régimes français au moment où le trou noir de la sécurité sociale devrait atteindre 20 milliards en 2009, 30 en 2010.
 
Il y aura donc une exception Hortefeux à la jurisprudence fixée par Nicolas Sarkozy. Mais après tout peu importe de savoir qui servira la soupe. On sait déjà que même à la recette Auvergnate, elle sera à la grimace.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Paul Cosquer 16 juin 2009 10:44

    Vous verrez, cet homme sera premier ministre et brandira haut les valeurs de Vichy ! Par la volonté renouvelée des français qui ont donné leur consentement tacite encore dimanche 7 juin...


    • Paul Cosquer 16 juin 2009 10:46

      Car pour lui, le suffrage du peuple n’est pas honorable ; c’est à la nomination par son chef à de hautes fonctions qu’il aspire seulement.


    • moebius 16 juin 2009 21:28

      vous délirez.....les valeurs de cette France humaniste c’est votre mentor qui les porte


    • Plum’ 16 juin 2009 11:45

      Comment pouvez-vous reprendre ainsi les propos mensongers de l’UMP sur le « le succès inimaginable dans cette région » ? Dans cette région l’UMP a fait 28,5 % soit 0,5 % de plus que sa moyenne nationale. Il n’y a rien d’inimaginable, c’était très prévisible...

      Je rappelle ce que j’ai déjà écrit sur le même sujet :
      =======
      Nous sommes sans un scrutin proportionnel où l’UMP a eu 28,5 % des voix pour 5 députés élus, soit en moyenne 20 % chacun. Donc logiquement avec 28,5 % des voix on devrait avoir au minimum 1 député (20 %) et au maximum 2 (40 %). Hé bien rendez-vous compte que l’UMP a eu 3 députés. 28,5 % des suffrages ont donné 60 % des élus !!

      Et c’est bien sûr l’UMP qui a défini ce calcul...
      =======

      Il est là le scandale ! Et comme trop souvent en Sarkozie, on s’indigne de la forme plutôt que du fond...


      • Paul Cosquer 16 juin 2009 12:36

        UMP = Union des Magouilleurs Proportionnels.
        Toute proportion gardée évidemment.


      • logan 16 juin 2009 12:08

        Je suis d’accord avec vous, le succès inimaginable qu’ils n’avaient pas prévu, c’est celui de leurs magouilles au niveau du scrutin électoral qui font qu’appeller ces élections des élections proportionnelles relève du mensonge.


        • Gabriel Gabriel 16 juin 2009 12:28

          Bonjour,

           Gros problème, ces gens là font fi des abstentionnistes. Aux prochaines élections ça va leur péter à la gueule ! Soyons sérieux, 9% de satisfait, 81%  de mécontent, du jamais vu dans toute l’histoire de la république. Entre temps, il a 3 ans pour finir la casse et installer son pouvoir. Nous ne sommes pas dans la M…. !   


          • SURVEYOR 16 juin 2009 12:43

            Une fois fini leur travail de sape on auras tous très mal aux fesses pour rester poli.
            Une fois de plus ils tournent les événements pour qu’ils aillent dans le sens voulu, avec un tel mépris comment fait on pour supporter tout ça , en fait personne ne supporte, mais chuuuuttttt..... L’auto censure fonctionne...


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 juin 2009 14:57

              Quand même ça fait mauvais effet : se présenter, puis une fois élu, dire « oh la la je vais pas y aller, et même, j’en voulais pas ». Vous imaginez, Sarkozy annonçant le 6 mai au soir « oh non ma candidature, c’était une blague, en fait je prends pas le poste ». Décidément, plus aucune pudeur dans ce gouvernement, on nous prend vraiment pour des cons. Une fois de plus, on en tirera la conclusion que les élections, ça sert à rien, et la faute à qui ?


              • Imhotep Imhotep 16 juin 2009 15:52

                Ce qui est à mourir de rire c’est que l’on s’étonne pour ces élections et le cas Hortefeux alors que ce fut général pour les législatives où nombre de ministres furent élus et laissèrent allègrement leur place de député. A l’époque cela ne faisait pas scandale. mais il est vrai que le SuperConstant Sarkozy avait à l’époque pour Théorie qu’un ministre devait être validé par une élection (sauf un non quart d’entre eux comme Kouchner) comme quoi l’exception est proche de la règle, qu’il a ensuite décrété qu’un candidat européen devait siéger sauf Hortefeux et que la nouvelle règle pour les régionales diffère de la première. Il est vrai qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et pour cela Sarkozy est si intelligent qu’il en a six cerveaux.


                Et il faut surveiller de près l’ami Barnier, tête de liste, qui serait notre commissaire européen présenté par la Sarkozye abandonnant de facto sa place de député, comme quoi mentir aux électeurs est profitable.

                • LOKERINO LOKERINO 16 juin 2009 19:47

                  concernant le dernier intervenant, faut dire qu’il sait de quoi il parle !!

                  Au modem, il y en a un qui tire la couverture à lui , monopolise le temps de parole de sa formation et détourne ces élections de leur but au profit de son rêve pour 2012 alors qu’il n’est même pas candidat aux européennes et un autre tête de liste qui ne va même pas siéger à Strasbourg !

                  Faut dire que la seule fois où Bayrou a été élu aux parlement européen ( avec son copain , à tu et à toi, de l’époque Dany) il a demissionné avant la fin de son mandat pour revenir vite fait sur la scène intérieure....

                  Vraiment Imhotep , vous devriez prendre un peu de vacances....


                  • LOKERINO LOKERINO 16 juin 2009 19:57

                    d’ailleurs Bayrou a fait la m^me chose en 1993, a peine élu a l’AN démissionne quelque jours plus tard au profit de son tout nouveau marocain à l’éducation nationale....


                    • SURVEYOR 16 juin 2009 20:42

                      Pensez donc un membre du Gang en moins à l’Élysée, manquerait d’un porte flingue......


                      • moebius 16 juin 2009 21:36

                         Hortefeux par cette annonce prépare le terrain pour les négociations avec les syndicats sur quoi ? sur tout et rien... d’une certaine maniére ces négociations entre le gouvernement et les syndicat sont permanentes. C’est un rapport de force, la lutte est permanente mais la tension se tasse un peu pendant les vacances. Vu la faible mobilisation de la derniére manif organisée (ou désorganisée) par les syndicats pour "faire pression sur le gouvernement celui ci est en position de force et il tient à le faire savoir....avant d’aller se faire bronzer


                        • moebius 16 juin 2009 21:43

                           quittez donc ce costard la taverne, on dirait une affiche électorale. Vous ne réussirait jamais a avoir les voix d’Europe écologie avec ça. Vous aurez peut etre les voix de la maison de retraite mais pas celle diu cafe des sports ;


                          • Abelard 29 juin 2009 02:20

                            Moi, ce que je ne comprends pas là dedans, c’est cette appellation de « ’ministre de Clermont ».
                            Clermont-Ferrand se sent si proche de cet homme, que lui même n’ose pas s’y présenter à la mairie (où il n’aurait aucune chance).
                            Décidément l’Auvergne est bien loin de tout,ça me rappelle l’époque où l’on disait Giscard, maire de la capitale auvergnate.
                            Pour mémoire, il n’est jamais parvenu à l’emporter.
                            Sur le fond, il est un bon exemple de cette classe politique qui se moque des électeurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès