Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bruno Le Maire versus Pierre Moscovici : l’autre combat de 2012 (...)

Bruno Le Maire versus Pierre Moscovici : l’autre combat de 2012 ?

Lundi soir, il y avait deux grosses pointures intellectuelles et politiques pour débattre de la crise financière à la télévision. Faire campagne, c’est faire un dosage à l’équilibre dynamique fragile entre attaques de mauvaise foi qui abaissent l’adversaire et propositions concrètes qui apportent de l’espoir aux électeurs. Dans cet art "délicat", le PS a encore un peu de retard…

Les deux hommes sont pondérés et brillants et ont scrupuleusement demandé, ensemble, au début de la législature, au Conseil Constitutionnel si leurs fonctions de professeur à Science Po étaient compatibles avec leur mandat de député (réponse du 14 février 2008 : non).

Les deux hommes vont jouer un rôle clef pendant la campagne de l’élection présidentielle de 2012. Ils sont même tous les deux en position de devenir Premier Ministre en cas d’élection ou de réélection de leur… champion dont ils n’étaient pas, au début, parmi les plus proches.

Le Ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire et l’ancien Ministre des Affaires européennes Pierre Moscovici étaient les invités principaux de l’émission "Mots croisés" animée par Yves Calvi le lundi 14 novembre 2011 sur France 2. Ce débat entre les deux personnalités, qui n’est pas le premier et qui sera sans doute renouvelé de nombreuses fois d’ici cinq mois, a donné un aperçu de ce que sera le débat présidentiel : une suite de répliques politiciennes sans intérêt où l’on se renvoie à la figure mauvaise foi et amalgames.

Pourtant, les deux personnalités sont très intelligentes et sont capables de débats de fond.


Moscovici et Le Maire

Pierre Moscovici (54 ans), jospiniste devenu hollandiste, a cumulé deux DEA en économie et en philosophie avant de faire Science po et l’ENA (il fut l’élève de Dominique Strauss-Kahn). Originaire d’extrême gauche à l’époque du premier septennat de François Mitterrand (erreur de jeunesse ?), il fut un proche de Lionel Jospin à partir de 1988, ce qui l’amena à siéger au Parlement européen, à l’Assemblée Nationale, et enfin au gouvernement entre 1997 et 2002, aux Affaires européennes, chargé en particulier des discussions sur le Traité de Nice et sur le Traité constitutionnel européen. Il est probablement le socialiste le plus intelligent de sa génération, mais peut avoir quelques déconvenues politiques, peut-être par une ambition velléitaire ou par une trop grande candeur. Ayant eu pour objectif de succéder, en tant que strauss-kahnien, à François Hollande à la tête du PS lors du congrès de Reims en novembre 2008, il s’est retrouvé complètement isolé par l’alliance nouée entre Martine Aubry, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, ce qui l’a finalement conduit à soutenir la motion de …Bertrand Delanoë après avoir brièvement noué une alliance avec Gérard Collomb, Manuel Valls et …Jean-Noël Guérini. Après une vague hésitation sur sa participation ou pas à la primaire socialiste, il s’est finalement décidé à soutenir très activement François Hollande en devenant son directeur de campagne pour 2012.

yartiBLMosco07

Bruno Le Maire (42 ans), villepiniste devenu sarkozyste, est également très brillant : normalien (il est majeur à l’agrégation de lettres modernes, spécialiste de Proust), il a fait Science Po et l’ENA avant de travailler dans la diplomatie où il commença une longue collaboration avec son mentor, Dominique de Villepin, jusqu’à devenir son directeur de cabinet à Matignon. Il décida de se lancer dans la vie politique active en juin 2007 en "reprenant" à Évreux la circonscription de Jean-Louis Debré, nommé Président du Conseil Constitutionnel. Nicolas Sarkozy le nomma le 12 décembre 2008 au gouvernement, aux Affaires européennes, puis à partir du 23 juin 2009, Ministre de l’Agriculture. Il était régulièrement cité pour occuper des fonctions plus en vue, notamment Matignon ou le Quai d’Orsay en novembre 2010 et Bercy en juin 2011 pour la succession de Christine Lagarde. Depuis un an, délégué général de l’UMP, Bruno Le Maire est un homme clef dans le futur dispositif de campagne de Nicolas Sarkozy puisqu’il est le responsable de son projet pour 2012. S’exprimant un peu comme Dominique de Villepin (très grand comme lui), il est considéré comme le plus brillant de sa génération à l’UMP, à tel point que le sénateur (et ancien ministre) UMP Alain Lambert (ancien centriste devenu UMP n’excluant pas de soutenir François Bayrou en 2012) souhaiterait pour 2012 un ticket Alain Juppé à l’Élysée et Bruno Le Maire à Matignon.


Un point de singularité dans la précampagne ?

Le moment actuel est assez intéressant. La forte hausse de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy parallèlement à la baisse de celle de François Hollande reste encore très incertaine : est-ce le début d’un redressement présidentiel ou n’est-ce qu’un résultat mécanique après la (trop) longue séquence médiatique de la primaire socialiste ?

Certains, à gauche, commencent d’ailleurs à s’inquiéter du patinage sur place actuel du candidat socialiste. Daniel Cohn-Bendit a même parlé de la "ségolénisation" de François Hollande : « Hollande est en train de se ségoléniser. Il a fait une bonne primaire, et juste après, il est déjà en cellule de crise, alors que rien n’a commencé. » ("Libération" du 15 novembre 2011). Lorsque Pierre Moscovici, pour répondre à la nécessaire adaptation du projet socialiste à la situation financière actuelle, dit que le candidat socialiste consulte pour rédiger son programme, il prend le même risque que Ségolène Royal à trop rechercher d’avis et à ne pas savoir prendre lui-même de décision.

L’épisode concernant Babar : « Il y a Babar d'un côté. Moi, je préfère Astérix. Voyez, Astérix, c'est celui qui est courageux, celui qui est déterminé, celui qui est protecteur, celui qui sait prendre des décisions. » de Luc Chatel (RTL, le 13 novembre 2011) ou le pédalo : « Hollande est un capitaine de pédalo dans la tempête. » de Jean-Luc Mélenchon ("Journal du Dimanche", le 13 novembre 2011) montre la mesure de la fragilité politique de François Hollande. Même si ce n’est pas très fin, ce sont des expressions qui prêteraient à sourire et sûrement pas de nature à passer dix minutes sur le sujet (même si la critique de Jean-Luc Mélenchon paraît beaucoup plus menaçante car il cible le même électorat).

yartiBLMosco06

C’est du moins ce qu’a dit l’ancien Premier Ministre Michel Rocard, spécialiste en erreurs de communication (!), à Public Sénat le 14 novembre 2011 : « Qu’il se taise. Pourquoi répondre ? » en expliquant : « Toute la presse demande à ce qu’on commence la campagne électorale. (…) Un candidat sous projecteur des médias s’use, se fatigue. ».

L’un des éléments les plus lourds du début de campagne, c’est le recrutement des 60 000 fonctionnaires dans l’Éducation nationale qui risque de plomber la candidature de François Hollande à tel point que certains journalistes complaisants lui conseillent de lâcher ce boulet le plus vite possible…


Sur la forme

Le débat entre les deux hommes était très courtois mais Bruno Le Maire a nettement mieux tenu que Pierre Moscovici. En effet, ce dernier a été décevant car il a cherché à devenir "roquet" en s’opposant parfois avec malhonnêteté intellectuelle à tout ce qui pourrait provenir de la majorité présidentielle.

Il n’a pas été convaincant car il ne semblait pas croire à ce qu’il disait, son tempérament étant beaucoup plus consensuel que la fonction qu’il assure désormais (il ne sait pas aboyer), à tel point qu’à un moment de la discussion, il s’est adressé à son interlocuteur avec un très familier et amical « Bruno » qu’il a vite rattrapé en y ajoutant le patronyme pour reprendre de la distance.

Même lorsqu’il s’agissait d’imaginer son candidat au pouvoir, il ne semblait pas trop y croire, en mettant des précautions de langage qui lui ôtaient toute persuasion. Et parallèlement, il a voulu être péremptoire, mais pour une personne avec un grand bagage intellectuel, ce n’est pas évident d’être péremptoire sans état d’âme, comme pourrait l’être un Jean-François Copé par exemple.


Sur le fond

Pierre Moscovici ne paraît pas adapté à la fonction de directeur de campagne car il n’est pas vindicatif de nature. Il serait plus dans son élément dans la responsabilité du projet de François Hollande par exemple. Bruno Le Maire, face à lui, faisait figure d’homme posé et modéré.

Pourquoi dis-je cela ? Parce que les propos de Pierre Moscovici sont devenus "bourrin", au sens sans subtilité ni nuance.

Exemple pratique : Pierre Moscovici a accusé Nicolas Sarkozy d’avoir attendu dix-huit mois avant de résoudre le problème de la dette grec, l’accusant presque d’être à l’origine de la crise financière (! !!). Ce n’est pas Bruno Le Maire qui lui a répondu mais une journaliste qui peut difficilement être taxée "de droite", Raphaëlle Bacqué, qui a rappelé qu’Angela Merkel ne voulait justement pas aider la Grèce en mai 2010 (à cause de son opinion publique ; il faut se rappeler les propos anti-grecs de certains Allemands) et voulait même que la Grèce quittât la zone euro. Et c’est Nicolas Sarkozy qui a convaincu la chancelière allemande de finalement tout faire pour défendre la Grèce dans l’intérêt de l’Europe.

J’ai surtout trouvé que dans son opposition tout azimut, Pierre Moscovici était très contreproductif parce qu’il avait également sorti des arguments solides qui, visiblement, ne sont pas bien passés malgré leur pertinence.

Alors que Bruno Le Maire réfutait l’idée selon laquelle les agences de notation n’oseraient pas dégrader un État juste avant une élection cruciale en étant au contraire sûr qu’elles seraient capables de tout et qu’il suffit de voir ce qu’il s’est passé en Grèce (et aussi en Espagne et en Italie), Pierre Moscovici y voyait avec pertinence une contradiction apparente dans la politique actuelle : pourquoi donc vouloir à tout prix éviter la dégradation de leur note, et donc, leur donner un grand pouvoir si on condamne tant leur attitude ?

La réponse de Bruno Le Maire était de dire qu’indépendamment du diktat des agences de notation, inadmissible, il restait impératif de réduire l’endettement de la France. Point avec lequel Pierre Moscovici était évidemment d’accord.


Points de convergence sur la dette et l’Allemagne

D’ailleurs, paradoxalement, des points de consensus très larges étaient trouvés dans ce débat, en particulier dans la nécessaire harmonisation de la politique allemande et française, car l’Allemagne est le principal partenaire commercial de la France et son principal concurrent à l’exportation.

yartiBLMosco04

Bruno Le Maire a été d’ailleurs très convaincant lorsqu’il a expliqué que pour la première fois (dans un parti gaulliste, car c’était pratique courante à l’UDF), il est allé discuter avec la CDU (parti au pouvoir en Allemagne) pour essayer de bâtir des projets politiques cohérents et compatibles. L’harmonisation n’est pas seulement dans un seul sens (la France qui imiterait l’Allemagne) puisque la CDU a accepté de mettre dans son programme le principe du SMIC.

D’ailleurs, le congrès que la CDU tient en ce moment à Leipzig pourrait être considéré comme historique puisque le parti d’Angela Merkel accepte désormais le principe de la taxation sur les transactions financières soutenue (tardivement) par Nicolas Sarkozy et aussi l’élection du Président de la Commission au suffrage universel.

Plus globalement, la "guerre" économique nécessite de mobiliser toutes les énergies, et c’est l’intérêt national qui devrait primer sur les intérêts électoraux. Bruno Le Maire a regretté qu’en France, on n’ait pas pu trouver les conditions d’une union nationale comme l’a réalisée le chancelier allemand social-démocrate Gerhard Schröder au début des années 2000.


Pas de photo à l’arrivée

Ce débat télévisé du 14 novembre 2011 a donc été un avant-goût de la campagne électorale. Il est d’ailleurs regrettable que les médias ne voient que deux seuls camps (UMP et PS) en oubliant les autres (François Bayrou avait réalisé plus de 18% en 2007 par exemple).

Sur les idées, il n’a pas fait avancer beaucoup de lignes : on s’est lancé à la figure les arguments habituels. Le PS s’indigne de l’augmentation de la dette (ce qui est vrai) en oubliant la crise (qui n’est toutefois pas seule en cause dans l’endettement excessif du pays), l’UMP rebalance les 60 000 fonctionnaires, ajoutés aux 300 000 emplois créés de nulle part du projet socialiste, plus la déclaration pour le moins maladroite de François Hollande sur la note de la France, pour miser sur l’irresponsabilité du concurrent. Bref, rien de très prometteur…

yartiBLMosco05

Sur le plan de la communication, en revanche, il n’y avait pas photo : alors que Bruno Le Maire était là plus pour débattre que pour polémiquer (il est d’ailleurs le premier ministre à admettre publiquement la rigueur), Pierre Moscovici, jouant un mauvais rôle pour lui de "mouche du coche", n’a pas paru à l’aise dans ses nouvelles fonctions de directeur de campagne. Il aurait mérité de prendre un peu plus de hauteur intellectuelle.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 novembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande en train de "ségoléniser" ?
Nicolas Sarkozy au grand oral.
Plan de rigueur.
Bayrou votera-t-il Hollande ?
La rivalité Moscovici-Cambadélis en 2008.
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Stéphane Stéphane 16 novembre 2011 10:07

    Article intéressant. Je trouve personnellement que Bruno Le Maire apporte beaucoup au paysage politique français, par sa pédagogie et son éthique.

    Espérons pour Pierre Moscovici que quel que soit le résultat des présidentielles, sa campagne lui permettra de renouveler son image de strauss khanien abusé.


    • LE CHAT LE CHAT 16 novembre 2011 13:57

      encore un article voulant limiter le débat juste entre les deux tenants de la pensée unique via leurs portes paroles ....


      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 16 novembre 2011 20:41

        Problème de lecture, sans doute. Je retranscris donc un extrait de mon texte :

        « Il est d’ailleurs regrettable que les médias ne voient que deux seuls camps (UMP et PS) en oubliant les autres (...)  »

        Cordialement.


      • wesson wesson 16 novembre 2011 14:03

        Bonjour l’auteur,

        « il y avait deux grosses pointures intellectuelles et politiques pour débattre de la crise  »

        é bé, quelle triste époque qui nous fait considérer ces deux hommes comme des pointures.

        Mosco, vu ce qui sort maintenant sur DSK, comment lorsque on est de son entourage on a pu rien voir ? Au mieux, c’était une inquiétante cécité, au pire c’était un placement pour le futur.

        Et Le Maire, ce matin à France Inter était au dessous de tout. Interpellé sur le problème des frelons asiatiques qui prolifèrent (ce dont je peux personnellement témoigner, ça prends des proportions inquiétante à la campagne), il débarquait complètement. En gros, il faudra attendre qu’un parisien en meure pour qu’il s’occupe du sujet. Ensuite, pour ce qui est du discours sur la « fraude sociale », il a répété au mot près les éléments de langage fourni par l’Élysée, avec autant de conviction qu’un vendeur de Porsche vous parlera des bienfaits du vélo. mieux vaut le laisser à sa poésie, qui est pourtant déjà insupportable comme la chroniqueuse Sophia Aram a pu nous le montrer.


        • Traroth Traroth 16 novembre 2011 16:39

          Tiens, vous avez omis de parler de la participation de Moscovici à la commission qui a rédigé le TCE...


          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 16 novembre 2011 20:43

            Problème de lecture, sans doute. Je retranscris donc un extrait de mon texte :

            « (...) et enfin au gouvernement entre 1997 et 2002, aux Affaires européennes, chargé en particulier des discussions sur le Traité de Nice et sur le Traité constitutionnel européen. »

            Cordialement.


          • Traroth Traroth 17 novembre 2011 11:07

            Mais c’est très insuffisant, ça. Moscovici a fait partie de la « convention sur l’avenir de l’Europe » présidée par Giscard et qui a rédigé le « traité constitutionnel européen » !


          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 17 novembre 2011 20:23

            Ce n’est pas vous qui allez me dire ce que je dois écrire. J’ai indiqué qu’il avait participé au plus haut niveau aux négociations sur le Traité constitutionnel européen. Ce qui n’est d’ailleurs pas une tare. Bien au contraire. C’est un avantage pour qui veut arriver au pouvoir dans les mois prochains.

            Cordialement.


          • Traroth Traroth 18 novembre 2011 10:04

            Loin de moi de dire ce que vous « devez écrire ». Chacun est libre d’écrire ce qu’il veut, même n’importe quoi. Heureusement, Agoravox permet de rectifier vos omissions, et personnellement, je continuerais à le faire aussi souvent que le jugerais utile ! Non mais.


          • TSS 16 novembre 2011 17:18

            Lemaire incapable de donner le nombre deM2 d’un Ha ne sachant pas à quelle période on

            cueille les prunes et malgré cela ministre de l’agriculture !!

            Moscovici qui lechait l’arrière train de DSK et au 1er coup de tonnerre saute dans les bras

             de Hollande !!

            2 pointures effectivement... !!


            • bernard29 bernard29 16 novembre 2011 19:03

              j’ai aussi vu ce débat et votre première phrase était la bonne. « une suite de répliques politiciennes sans intérêt où l’on se renvoie à la figure mauvaise foi et amalgames ».

              Je rajoute, bavardes et soporifiques disputes qui ne grandissent pas « vos grosses pointures intellectuelles » qui ressemblaient plutôt à de « vieilles savates pinailleuses »..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès