Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « C’est difficile, mais il n’y a pas d’autre choix. (...)

« C’est difficile, mais il n’y a pas d’autre choix. »

Les journées 
des parlementaires communistes, républicains, citoyens et du Parti de gauche, se sont ouvertes le dimanche 25 septembre à Auray (Morbihan). Les présidents (communistes) de leurs groupes à l’Assemblée nationale, André Chassaigne et au Sénat, Éliane Assassi se sont expliqués sur les sujets de la rentrée.

J'ai lu avec beaucoup d'attention et de bonne volonté les propos de Éliane Assassi et de André Chassaigne. (*)

Ils montrent l'énorme travail que les parlementaires de gauche effectuent pour amender les textes nocifs du gouvernement dans tous les domaines : réforme des retraites, réforme des collectivités territoriales avec la création des métropoles, le budget inacceptable en l'état, etc.

La question de la pertinence de leurs critiques (gravissimes) de la politique de F. Hollande et JM Ayrault, et leur bonne volonté pour limiter les dégâts n'est pas en cause. Non.

J'ai voulu essayer de comprendre ce qui les porte à être « dans un état d’esprit très offensif ». À avoir « des ambitions pour notre pays ».
 
Pêle-mêle, j'ai trouvé ceci.

Nous ne mettons pas sur le même plan les choix faits sous Sarkozy et ceux du gouvernement Ayrault...
Nous faisons tout pour montrer à quel point ce gouvernement fait fausse route, combien cette politique est contraire au changement voulu par les Français...
Nous ne sommes pas enfermés dans des postures. Nous ne sommes pas dans l’opposition, mais nous pensons qu’il est possible de mettre en œuvre dans notre pays une réelle politique de gauche. Tout notre engagement de parlementaires vise à faire vivre cette alternative, cette ambition...
Notre responsabilité n’est pas de passer notre temps à dire que ce que fait le gouvernement socialiste n’est pas bien, mais de faire la démonstration que d’autres choix à gauche sont possibles. Et c’est ce que nous faisons...
Dans ce cas, nous rejetterions ce texte. Nous n’en sommes pas là, nous ferons, y compris sur le financement, des propositions...
  
Toutes ces questions montrent aussi l’urgence de mettre en débat et en perspective l’avènement de la VIe République...
Nous ne sommes pas dans une posture politicienne. Nous entendons nourrir nos réflexions, nos choix et nos propositions du débat avec les élus sur le terrain, avec les citoyens et le mouvement social et syndical. Avec un objectif  : gagner des avancées...
Mener le débat public sur les choix du gouvernement et leurs impasses, redonner de l’espoir en montrant que d’autres voies peuvent être ouvertes à gauche constituent notre ligne de conduite pour faire bouger les choses dans notre pays...
Il ne faut pas perdre notre boussole. Nous ne voulons pas du retour de la droite et nous ne voulons pas que l’extrême droite s’installe en force dans notre pays. C’est pourquoi nous faisons attention à ne pas nous situer dans l’opposition, mais à être la force qui porte l’idée qu’une autre politique de gauche est possible...
Il y a une grande colère. À un niveau rarement atteint. Nous ne sommes pas de ceux qui entendent mettre un couvercle sur cette colère. Celle-ci a besoin de s’exprimer. Il faut essayer de lui donner une direction en lui ouvrant le chemin de l’exigence d’une autre politique. La colère populaire doit être une colère constructive. C’est la force des communistes de travailler à cela, de voir la situation dans son mouvement avec toutes ses contradictions et ses possibilités. C’est difficile, mais il n’y a pas d’autre choix...


Et je suis revenu à mon interrogation initiale : qu'est-ce qui les porte ces braves parlementaires ?

Il y a bien sûr « la grande colère. À un niveau rarement atteint. »
C'est bien possible, mais les signes extérieurs de manifestation d'une colère de masse font à mon avis défaut.
Moins tonitruant, plus modeste, il y a aussi : « gagner des avancées... » par des débats sur le terrain. « Faire bouger les choses dans notre pays... »
 
Le lecteur attentif des extraits ci-dessus trouvera peut-être d'autres éléments qui lui permettront de comprendre la combativité des représentants de la gauche au parlement.

Pour ma part, je pense que ce qui leur donne tant de fougue c'est qu'ils sont portés non pas de façon concrète par ce qu'il faut bien appeler l'atonie de la population mais, de façon compensatoire et idéologique par un courant qui leur est invisible et qui est pourtant bien réel : la toute puissance des socialistes, leur règne au Parlement et à l'exécutif.

Je veux dire que s'ils se défendent d'être dans l'opposition, et c'est bien naturel puisque l'opposition en ce moment est la droite, c'est parce qu'ils sont cependant fondamentalement dans l'opposition mais seulement de sa majesté.

Le constater, ce n'est pas une accusation, or : « C’est difficile [à dire], mais il n’y a pas d’autre choix. »

 

(*) http://www.humanite.fr/politique/eliane-assassi-andre-chassaigne-l-irruption-citoye-549625
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2013 09:44

    accepter de se faire mettre encore plus profond , mais ne rien dire et ne rien faire parce ce que c’est un gouvernement dit « de gôôôche » , il faut avoir des tendances masochistes pour accepter cela .....


    • Pingouin094 Pingouin094 1er octobre 2013 10:19

      Tout à fait d’accord, il faut avoir des tendances masochites pour accepter de se faire mettre profond par un gouvernemnt « de gôôôche ».

      Par contre, je n’ai pas l’impression que les parlementaires communistes acceptent. Pierre Laurent a déclaré qu’il ne voterait pas le budget du gouvernement ; les sénateurs communistes ont mis plusieurs fois en minorité le gouvernement au sénat. Bref, ils font ce qu’ils peuvent avec les faibles pouvoir que leur ont donné une également faible minorité de français. Si plus de parlementaires communistes avaient été élus, ils auraient sans doute plus de capacité à agir. Celà n’a pas été le cas...

      Qu’est-ce qui explique la combativité des parlementaires communistes ?

      Ils ont un idéal et ils se battent pour lui. C’est peut-être un sentiment incompréhensible pour un grand nombre de politicards d’autres partis qui ne font de la politique que par ambition personnelle et projet de carrière.

      Ca devrait pourtant être la norme, et personne ne devrait se demander pourquoi un élu, payé par la République pour défendre ses idées ne ménage ni son temps ni sa peine pour le faire, même si c’est parfois un combat perdu d’avance et qui ne lui apportera rien à titre personnel.


    • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2013 10:42

      @pingouin94

      les sénateurs communistes peuvent bouder au sénat , ça ne sert à rien car c’est l’assemblée qui a toujours le dernier mot ,et les socialistes y ont la majorité absolue ( encore de 3 voix) , et de toute façon ils ont une réserve avec les PRG et verts arrivistes pour tenir 5 ans encore malgré les raclées aux législatives partielles .

       voter contre au Sénat n’est pas un frein pour eux pour constituer des listes communes aux municipales avec les socialos et de continuer à appeler à soutenir le PS au second tour ,
      c’est vraiment pas clair et les français n’aiment guère les Janus ...


    • Fergus Fergus 1er octobre 2013 11:02

      Bonjour, Pingouin.

      Le Chat n’a pas tort lorsqu’il pointe l’ambiguïté des communistes. Mais ce n’est pas nouveau, et ce n’est pas près d’être terminé car le PC joue sa survie sur ses mandats locaux. Des mandats qu’il ne peut pérenniser qu’au prix d’accords avec le PS. Cela relativise malheureusement la portée de la fronde de ses élus.

      En réalité, on ne sortira de cette ambiguïté que le jour où les élus de la gauche radicale parviendront à siphonner à un niveau suffisamment haut les voix des électeurs socialistes écoeurés par la dérive droitière de leur parti. Une perspective loin d’être gagnée, l’électorat français ayant, comme celui de la plupart de ses voisins, tendance à glisser toujours plus vers la droite. 


    • Pingouin094 Pingouin094 1er octobre 2013 10:20

      Qu’est-ce qui explique la combativité des parlementaires communistes ?

      Ils ont un idéal et ils se battent pour lui. C’est peut-être un sentiment incompréhensible pour un grand nombre de politicards d’autres partis qui ne font de la politique que par ambition personnelle et projet de carrière.

      Ca devrait pourtant être la norme, et personne ne devrait se demander pourquoi un élu, payé par la République pour défendre ses idées ne ménage ni son temps ni sa peine pour le faire, même si c’est parfois un combat perdu d’avance et qui ne lui apportera rien à titre personnel.


      • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 10:46

        L’idéal peut très bien mener à la liquidation.


      • Fergus Fergus 1er octobre 2013 11:04

        @ Dwabaala.

        D’où les accords PC-PS vitaux pour la survie des communistes. Un vrai crève-coeur !


      • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 11:10

        Démosthène
        Vous opposez le macroscopique au microscopique, l’historique au conjoncturel, alors que les seconds ne sont qu’un aspect partiel des premiers, une illustration du général par le particulier. Ils ne prétendent à rien de plus. 


      • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2013 13:40

        Y’a pas photo , Desmost Haine a au moins un master en injures !  smiley  smiley  smiley


      • kalagan75 2 octobre 2013 11:47

        demost’ haine , tu m’appelles ? je suis là ... tiens , tu n’as pas répondu sur le sujet où tu traitais de bouffons ceux qui te montrais ta faute concernant les volumes de glace ....

        je te rappelle que tu confondais masse volumique et volume , notions que j’ai enseignée à des 5° il y a fort longtemps ...


      • kalagan75 2 octobre 2013 16:39

        reprenons de nouveau ta phrase : Soit 10% de la masse volumique totale de la glace émergée sur terre

        une masse volumique est une constante , elle ne peux être totale !!
        la masse volumique de la glace peut varier de 0.91 kg/L à 0.92 kg/L suivant la quantité d’air piégée dans celle-ci et 10% de la masse volumique , c’est 0.09 ...

        tu confonds donc bien volume et masse volumique , c’est du niveau collège .
        Ce qui se conçoit bien , s’énonce clairement , n’est-ce pas .
        Évite donc de traiter de bouffons certains qui ont raison ...


      • kalagan75 2 octobre 2013 17:28

        ce n’est pas la masse volumique mais le VOLUME !!!

        écoute , prends un bouquin de 5° ou de 4° du collège

        ou comme tu es fan de wikipedia
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Masse_volumique


      • Fergus Fergus 1er octobre 2013 10:54

        Bonjour, Dwaabala.

        Je partage votre analyse. Et d’une certaine manière, on peut retourner à ces parlementaires ce qui est reproché à Hollande : la méthode Coué. Car ils prennent très largement leurs désirs pour des réalités en les appuyant notamment sur une prétendue colère, à un « niveau rarement atteint ». Mais c’est de bonne guerre, et la plupart des griefs qu’ils mettent en avant sont fondés. Quant a les écouter affirmer qu’ils ne sont pas « dans une posture politicienne », cela fait sourire.


        • juluch juluch 1er octobre 2013 12:12

          Que les communistes soient représentés à l’Assemblée alors qu’ils sont archi minoritaire me sidère.  smiley


          • Fergus Fergus 1er octobre 2013 14:45

            Bonjour, Juluch.

            Que les communistes, force politique historique de notre pays, soient représentés est tout à fait normal. L’anormal dans notre paysage politique est que le Front National (dont je combats pourtant vivement les idées) ne le soit pas. Vivement l’avènement d’un système politique parlementaire à l’allemande où sont représentées toutes les formations dépassant les 5 % des voix ! Le système français actuel est un déni de démocratie.


          • juluch juluch 1er octobre 2013 17:18

            je suis d’accord.


            c’était le but de mon com.

            Le FN n’est pas représenté ou si peut, alors que son score est assez important.

            J’ai dis les communistes comme je dirai d’autres partit politique très minoritaire.

            c’est la loi des clans.

          • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 17:28

            Ce qui me sidère, c’est que le FN soit monté si haut et le PCF tombé si bas.


          • juluch juluch 1er octobre 2013 18:16

            c’était dans la logique des choses.


            Le PCF à l’époque très nationaliste, fut mit en minorité à partir de 81 et n’a plus remonté la pente.

            Il a essayé de racoler dans tous les milieux y compris l’immigration.....sans succès.

            Ceci étant je ne me plains pas de la disparition d’un Partit qui a trahis tous le long de son existance ou presque.

          • Fergus Fergus 1er octobre 2013 19:50

            @ Dwabaala.

            « Ce qui me sidère, c’est que le FN soit monté si haut et le PCF tombé si bas. » Rien de bien étonnant :

            - Le FN récupère peu à peu toute l’exaspération née dans l’opinion de l’impuissance des partis de gouvernements à s’exonérer de la dictature des marchés.

            - Le PC est le porte-étendard d’un système considéré (à tort à mon avis) comme totalement obsolète et irréaliste dans le contexte mondialisé.

            Bonne soirée.


          • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 20:07

            Schweitzer : vous ne savez pas discuter d’idées sans vous attaquer d’abord à votre interlocuteur ?


          • Dwaabala Dwaabala 2 octobre 2013 13:01

            La sidération ne faisait que reprendre de façon ironique le propos de @ juluch au-dessus.
            Bon, je retourne à mon apprentissage de la nature humaine ;


          • Giordano Bruno 1er octobre 2013 13:29

            Quel état d’esprit offensif ? Quelle fougue ?

            Je n’ai lu dans les extraits que vous avez sélectionnés que des paroles creuses. Rien de concret. Rien de révolutionnaire.


            • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 15:08

              Mais si, ces phrases disent quelque chose.


            • mpag 1er octobre 2013 22:11

              simple question quel est le projet de ces braves parlementaires ? quels sont les moyens d’y parvenir ? Qu’est ce que la société à y gagner ? comment gérer la futur singularité à venir dans un contexte de mondialisation et par conséquent comment gérer le rapport de force économique, politique, sociale vis à vis de pays fondamentalement différent dans la manière de fonctionner et raisonner ?

              Doit t’on leur apprendre ce qu’apportera le communisme au monde, les seules exemple ont fonctionné un temps pour ensuite s’écrouler et s’abandonner au libéralisme et à la mondialisation

              Croire en une utopie est aussi dangereux que d’en abandonner l’idée ?
              Mais d’en faire un dogme qui de plus n’a pas fonctionné 

              Churchill avait raison 
              Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

              La nature humaine a désigné le vainqueur, les blocs communistes se sont écroulés
              Pourquoi y revenir ?????

              • Dwaabala Dwaabala 1er octobre 2013 23:36

                Et pourtant...
                Le capital engendre les forces du travail. L’utopie est plutôt de ceux qui croient à la pérennité de sa domination et à l’avenir des graves désordres qu’il engendre, sans que les masses constituées et éduquées par nécessité par ses propres soins ne se secouent de son joug.
                Il est inutile, pour combattre le soi-disant système communiste de n’avoir pour système que celui qui croit à l’éternité d’un mode de production donné et des rapports sociaux qu’il engendre.


              • mpag 2 octobre 2013 02:30

                Les seules désordres résident dans le faite que tout le monde veut participer au banquet et qu’il faut jouer des coudes pour avoir sa part du gâteau. 

                la chute du communisme réside dans l’incapacité de la classe dominante à satisfaire les besoins de sa population, 
                Faire en sorte que l’on puisse atteindre ces objectifs personnelles est l’objectifs du capitalisme
                L’égoïsme et la concurrence reste malheureusement supérieur à l’intérêt général, 

                L’objectif est louable pour le communisme mais c’est mal connaitre la nature humaine par conséquent la nature dirigeante qui supportera le système, on l’a vu où ça la mener (corruption, meurtres, assassinats politiques, élection à 99% de votant « pour ».....goulag)

                 le pays des schtroumpfs n’existe pas comme le grand schroumpfs avec sa casquette rouge qui décide de ce qui est et de ce qui est pas

                 il est illusoire de penser que le capitalisme est un produit fini, le communisme y a cru 
                moi aussi je rêve de société égalitaire où personne ne jalouse l’autre ou l’on parle d’égal à égal et qu’on s’appelle « camarade » 
                Mais entre l’exploitation de l’homme par le dogme et l’exploitation de l’homme par le travail, je préfère encore avoir l’esprit libre et une chance de m’en sortir par mes capacités, qu’une chance de m’en sortir par un lavage de cerveau et une illusion aussi louable soit t’elle


                l’un n’est pas plus souhaitable que l’autre seulement il est moins injuste

                Communisme. Une égalité d’aigles et de moineaux, de colibris et de chauves-souris, qui consisterait à mettre toutes les envergures dans la même cage et toutes les prunelles dans le même crépuscule, je n’en veux pas." Victor hugo




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès