Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > C’est le Protectionnisme qui a gagné les Européennes

C’est le Protectionnisme qui a gagné les Européennes

Comme certains le savent, j’ai lu dernièrement le livre d’Emmanuel Todd « Après la Démocratie ». Livre qui parle entre autre du protectionnisme européen dont Emmanuel Todd est un fervent défenseur avec d’autres économistes et intellectuels.

Il avait d’ailleurs essayé de mettre le sujet dans la campagne des Elections Présidentielles de 2007 en affirmant « que le candidat qui parlerait de protectionnisme, gagnerait les élections. ».

Aujourd’hui, nous sommes obligés de le constater, le protectionnisme a gagné les Elections Européennes du 7 Juin 2009 et c’est étrange que les médias n’en parlent pas d’avantages. Peut être n’en parlent-ils pas car comme le dit Emmanuel Todd dans son livre, les élites estiment le libre-échangisme comme obligatoire dans la mondialisation.

Mais revenons à l’affirmation que je viens de formuler. Le protectionnisme a donc gagné cette élection car les 4 partis arrivés en tête (UMP, PS, MoDem et Verts) défendaient dans leur programme cette idée pour l’Europe.

Ainsi, l’UMP a pu dire « Protégeons nos entreprises et nos emplois » en affirmant « Il n’y a pas de raison que l’Union Européenne soit le seul continent du monde à ne pas protéger ses travailleurs et son économie.  ».

Le Parti Socialiste pour sa part a déclaré « Nous sommes la plus grande économie au monde (l’Europe) et nous pouvons donc créer plus d’emplois, de meilleure qualité, et réduire la pauvreté en développant nos échanges dans le cadre de normes. ». De plus, le protectionnisme d’affirme également sous forme de subventions « Nous proposons d’aider les entrepreneurs à anticiper les changements liés au défi climatique et aux ruptures technologiques. ».

De la même manière, Europe-Ecologie a défendu « une clause de Non-régression sociale » en écrivant à la suite « Nous préconisons le développement d’un socle commun pour l’ensemble du droit social européen, un véritable bouclier social européen qui protège les salariés contre les délocalisations et le dumping social. »

Enfin, le Mouvement Démocrate affirmait dans ses engagements « Pour défendre les entreprises européennes et l’emploi en Europe, la compétition entre l’Europe et le monde doit être rendue équitable. » et de cette manière, le MoDem proposait l’écrit suivant : « Nous demandons l’équité : pour les pays développés, les produits qui entrent en Europe doivent être soumis aux mêmes règles que ceux que nous fabriquons. Pour les pays les plus pauvres, nous devons les aider à appliquer progressivement ces mêmes règles. »

Pour conclure, je crois que nous pouvons nous féliciter de cet avancement pour les citoyens et travailleurs européens. En effet, l’Union Européenne a souvent été la structure la moins protectionniste du monde et cela a été très régulièrement aux dépens des européens.

Les Etats Unis, le Japon ou encore la Chine défendent leur marché intérieur avec des subventions, taxes et autres moyens financiers. Faisons de même car la mondialisation doit nous tirer tous vers le haut et l’Europe a les moyens, avec ses 500 millions de citoyens, d’impulser ce mouvement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • herve33 19 juin 2009 12:52

    Enfin , pour le protectionnisme , pour l’instant il ne s’agit que de discours politiques qui on le sait bien ne sont pas suivis par d’aucun acte concret , bien au contraire .

    De toute manière , si un certain protectionnisme doit voir le jour , cela doit être au niveau de l’Europe et certainement au niveau d’un pays .

    Mais actuellement la construction européenne de la manière dont elle a été conduite n’est qu’une entité vouée à la dérégulation des marchés ou au libre-échange sans aucune contrainte .

    L’UMP est entrain de nous imposer un traité de Lisbonne copie conforme du traité constitutionnel dont le but principal est de fixer dans le marbre , cette dé-régulation et ce libre échange , par la mise en concurrence des travailleurs européens avec ceux des pays émergeants .

    D’autre part , les socialistes qui fustigent l’échec du néolibéralisme ont été les principaux artisans de la dérégulation des marchés en Europe voire dans le Monde sous couvert de l’OMC et de son directeur , sans doute encore bien plus ceux de l’UMP .

    Aucun doute , la dessus , l’Europe qu’on nous a vendu depuis des décennies est une des causes pour laquelle la crise financière issue des US s’est aussi facilement propagée en Europe .

    L’europe des Peuples et des nations restent à réinventer , quant à l’Europe de la libre concurrence et des marchés , qu’on veut nous imposer va continuer à nous appauvrir jusqu’à l’implosion sociale .


    • Gandalf Tzecoatl 19 juin 2009 16:21

      A mon humble connaissance, le protectionnisme, levé de boucliers de 1929, a été un échec complet. Dès lors, pourquoi cette tentation mènerait aujourd’hui à de plus probants résultats ?

      Une des alternatives est toujours de renforcer la satisfaction des besoins internes afin de sauver notre modèle social voire de le régénérer, soit le périmètre européen puisque c’est celui de l’article.

      En effet, les résultats du CNR (conseil national de la résistance) ont surtout eu pour effet de défendre les environs des générations qui l’ont connu. Il serait sans doute sage de l’adapter à chaque génération, pour la stabilité de la société française.

      A ce sujet, il serait préférable de ravaler nos egos de critiques bien à la française afin de trouver un consensus nécessaire avant une telle implosion.

      Ce n’est pas parceque notre modèle de secu devient chinois ou américain qu’il est délocalisable.


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 19 juin 2009 13:08

      Bonjour,

      Je ne crois pas à cette soudaine profession de foi des politiciens sur le protectionnisme. La majeure partie est enferrée dans son dogme pré-crise et emploie des termes qui se veulent rassurants pour le pékin moyen qui observe avec horreur les licenciements se multiplier autour de lui.

      L’Union Européenne disposait pourtant depuis longtemps dans ses bagages de la préférence communautaire (reconnue par la Cour de Justice des Communautés Européennes) mais au nom de lendemains joyeux offerts par le libre échange, elle n’a jamais été formellement appliqué (sauf la PAC du fait de l’importance réelle qu’elle soulevait pour les différents gouvernements Français). De toute manière on la sent bien désemparée actuellement, et lorsque les autorités Bruxelloises ont accepté l’octroi d’aides sectorielles par certains Etats-membres ce fut vraiment du bout de la langue et en précisant bien que ça ne doit être que purement temporaire, bref sans avoir encore compris que la crise risque d’être longue et difficile (mais pour tout le monde).

      Cordialement


      • Internaute Internaute 19 juin 2009 20:53

        Moi non plus je n’y crois pas une seconde. Relisez le tract de l’UMP aux européennes, on dirait qu’il a été écrit par Le Pen. Encore une fois, Sarko à ratissé à sa droite et les gogos sont tombés dans son filet.

        Quand aux écolos la citation de l’article montre bien qu’ils n’envisagent même pas de rétablir une concurrence loyale avec le tiers monde. Pas un seul ne parle de l’OMC.


      • citoyen 19 juin 2009 14:13

        il ne faut pas tout confondre : les partie europeistes mainteant veulent bien en parler ( et encore , sans dire le mot lui même ) , mais l’appliquer : pas la moindre petite amorce de début de... du pipeau tout cela


        • Daniel Roux Daniel R 19 juin 2009 15:18

          Il n’y a rien à attendre de Sarkozy que la poursuite obstinée de la mise au pas du peuple par la précarisation généralisée.

          Les hommes politiques actuellement au pouvoir en Europe sont de la même génération ou peu s’en faut. Ils raisonnent avec les mêmes a priori et, lorsqu’ils se rencontrent, échangent sur la base du même schéma libre échangiste qui mène l’Union à sa perte.

          Ils sont incapables de voir l’évolution économique du monde, et encore moins ses conséquences pour le modèle européen. Cela fait deux décennies que les délocalisations et les transferts de technologies appauvrissent les classes moyennes européennes et détruisent son modèle social équilibré.

          Financés et contrôlés par les riches actionnaires des multinationales, qui eux savent ce qu’ils veulent, nos « élus » tentent de verrouiller l’EU au moyen d’une bible ultra libérale interdisant tout progrès économico-social, le Traité Constitutionnel Européen. Traité que les peuples rejettent mais que ces faux-jetons imposent en jetant aux orties l’illusion démocratique.

          Les Français ne seront pas épargnés par la dépression qui vient.

          Les hommes politiques Français sous contrôle américain, de Pompidou à Chirac, (à part la courte réaction de Mitterand et le statu quo de Jospin) n’ont eu de cesse de réduire puis de détruire les acquis sociaux imposés par le Conseil de la Résistance à l’époque où la grande bourgeoisie collaboratrice était provisoirement neutralisée.

          Sarko est le dernier avatar. Avec lui, nul besoin de pression car il est naturellement enclin à admirer la richesse et la force brutale. Il n’y a rien de bien à attendre de sa forme de pensée archaïque, limitée de surcroît à son seul intérêt.


          • Internaute Internaute 19 juin 2009 20:55

            Vous êtes un peu sévère. Si ma mémoire est bonne c’est sous Pompidou ou bien Chaban qu’on a interdit la prise de participation d’une société etrangère dans une société française supérieure à 25%.


          • Daniel Roux Daniel R 19 juin 2009 22:55

            Chaban, issue de la Résistance et populaire, a été carbonisé par le complot Giscard-Chirac - publication de la feuille d’impôt sur le revenu dans le Canard Enchainé (sans fraude mais avec exploitation d’avantages fiscaux qui ramenait l’impôt à peu de chose) - et lynché par les médias.

            Chaban voulait renouveler le contrat social. Il s’est retrouvé bien seul lorsque Pompidou l’a laissé tombé et ne s’en ai jamais remis.


          • Gandalf Tzecoatl 19 juin 2009 15:38

            L’Europe souhaite maintenir son leadership en terme de PIB de par son ouverture extérieure et son darwinisme intérieur afin de contrecarre la faiblesse des prix des émergents malgré leurs croissances.


            • manusan 19 juin 2009 17:52

              ... et Barroso, grand symbole de protectionnisme s’il en est, vient d’être reconduit pour 5 ans.


              • alcyon 19 juin 2009 18:04

                Pour reprendre les réactions principales et les remettre dans le contexte d’ Emmanel Todd à propos du narcissisme avec l’arrivée au pouvoir de Sarkozy et de ses conseillers censés être la représentation de l’élite, dans un contexte générale d’implosion des idéologies, conduisant à l’oubli de la collectivité globale, reniant ses responsabilités économiques et sociales, méprisant les humbles, et enfermé dans une politique économique libre échangiste qui dégage des profits pour les riches et implique la stagnation puis la baisse des revenus pour les autres.
                Le narcissisme est par définition inégalitaire et donc antidémocratique dans ses conséquences. Il faut donc faire très attention aux discours, ne pas les prendre pour argent comptant car aujourd’hui on entend une chose demain s’en sera une autre, à partir du moment ou on n’est capable de dire tout et son contraire, il faut bien reconnaitre avec Emmanuel Todd que la confusion entre le verbe et l’action est actuellement au coeur de la vie politique française. Avec N. Sarkozy, l’exhibitionnisme bavard régne à la tête de l’état, mais dans la continuité de la ligne politique néolibérale qui nous a conduit dans le mur de la crise financiére, d’où l’ alignement et la reconduction de Barroso dans ses fonctions européennes. Trop d’intérêts financiers sont en jeux, pour faire du protectionnisme, et le traité de Lisbonne ne fera que conforter cette libre concurrence non faussée qui appauvrira les classes populaires. Nous sommes en pleine schizophrénie de nos élites pour qui l’économie n’est pas visiblement leur tasse de thé, cette incompétence reconnu par certains explique pour une grande partie notre dérive.


                • Yaka Yaka 19 juin 2009 19:26

                  Le protectionnisme au niveau européen est très difficile car chaque pays possède des partenaires privilégiés différends.
                  Maintenant que tout a été ouvert, des liens se sont tissés de partout. Mettre des barrières brutalement serait catastrophique, tant les économies sont imbriquées les unes aux autres.
                  En plus l’Allemagne ne veut pas, puisqu’elle exporte un max.

                  C’est pas gagné, tant que les peuples ne se sentiront pas tous européens, ca ne marchera pas.

                  Mais bon ca viendra, Erasmus power =)


                  • pseudo 19 juin 2009 20:59

                    "Maintenant que tout a été ouvert, des liens se sont tissés de partout. Mettre des barrières brutalement serait catastrophique, tant les économies sont imbriquées les unes aux autres."

                    Si on interdit l’importation de produit fabriquer en Chine sa va créer combien de million d’emploi en Europe ? Puisque les dirigeants chinois sont beaucoup plus intelligent que nos politiciens débiles, ils veulent bien acheter des produits européens mais fabriqué en Chine !
                    Vu la graviter de la crise qu’ils ont provoqué, il faut d’urgence interné Barroso et ces complices en hôpital psychiatrique et pendre par les couilles les banquiers !


                    • paul 19 juin 2009 22:47

                      Hélas non, ce n’ est surement pas le protectionnisme qui a triomphé aux européennes ,
                      même avec le succès très relatif des euros- tartuffes .
                      Il faut être bien naïf pour penser cela .Pour commencer, après un faux suspense sans importance, Barroso sera reconduit dans ses fonctions.
                      Il est facile de comprendre que le crédo des européistes-la concurrence libre et non faussée-
                      n’ a pour but que la circulation des marchandises et des capitaux sans contraintes et surtout
                      sans frontières. C’est pourquoi le terme de protectionnisme-au niveau européen s’entend-
                      est un véritable gros mot qu’il ne faut pas prononcer devant les « libre-échangistes ».
                      A 27 pays aussi différents les uns des autres, l’Europe sociale n’est pas pour demain .
                      L’ abstention record pour ces européennes 2009 le confirme : désintérêt et renoncement . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès