Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Calixthe Beyala flingue Nicolas Sarkozy

Calixthe Beyala flingue Nicolas Sarkozy

L’écrivaine française Calixthe Beyala, a taillé au président Sarkozy, un costume pour l’hiver dans les colonnes du célèbre quotidien camerounais, Le Messager. Journal créé par l’excellent journaliste décédé récemment aux Etats-Unis, Pius Njawè, grand patriote camerounais... Allain Jules
 
 
Elle s’appelle Calixthe. Calixthe Beyala. De père Bangoulap dans le Ndé et de mère Eton dans la Lékié, cette amazone de la littérature d’expression française est une écrivaine qui dérange, car elle dit tout haut ce que les peuples opprimés pensent tout bas. Candidate malheureuse à la Francophonie, elle crie dans cette interview son mal-être face à une Afrique marginalisée par une France hypocrite qui prône la démocratie tandis qu’elle impose la dictature à la Francophonie.
 
 
Le Messager : Bonjour Madame Beyala. Commençons cet entretien par la fin : Qu’alliez vous faire dans cette galère appelée Francophonie ?
 

Calixthe Beyala : Vous avez raison, diantre ! Que suis-je allée faire dans cette galère ? Mais la Francophonie dans son acception première telle que conçue par mes confrères est une organisation noble, plaidant pour la langue française, la fraternité, la solidarité entre les peuples, les valeurs humanistes. Le mot a d’ailleurs été inventé au XIXème siècle par Onassis Reclus géographe et écrivain qui disait que « la langue est identité ; qu’à travers elle, il n y a plus de race, de religion, sauf la langue qui unie les peuples en un tout indissociable.

Le Messager : Si nous enlevons le vernis de cette institution, que verrons-nous derrière les lambris dorés ?

Calixthe Beyala : C’est cette francophonie ci-dessus décrit qui explique que je sois entrée dans ce que vous surnommez à juste titre « galère ». Mais je ne quitterai pas cette galère tant que les valeurs humanistes et universelles qui sont le socle de la Francophonie continueront à être bafouées… car derrière le vernis de cette institution, il y a certainement des choses, j’ignore quoi… La France Afrique à la Foccardienne ? Des intérêts mafieux ? Des copinages et des accointances financières ? Autant de questions qui méritent d’être posées. Il doit tout y avoir à l’intérieur, à l’exception de l’intérêt des peuples Francophones. Puisqu’il s’agit là d’une institution qui n’est pas démocratique dans son fonctionnement, ni humaniste dans ses agissements. Ceci explique pourquoi je continuerai à me battre jusqu’à ce que la Francophonie retrouve ses objectifs nobles.

Le Messager : Que vouliez-vous faire ? Secouer le cocotier ? De quelles atouts disposiez vous face à la superbe d’un Abdou Diouf présenté comme politiquement correct ?

Calixthe Beyala : De quel atout disposais-je ? La sincérité. Un programme plébiscité par les peuples francophones. Un objectif noble. Une intégrité morale.

Le Messager : A la conférence internationale de Yaoundé, Africa 21, vous avez fait du lobbying sur votre candidature. Vous avez obtenu une dizaine de minutes d’entrevue avec le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo.

Calixthe Beyala : Oui, j’ai commencé mon lobbying au Cameroun, j’ai rencontré plusieurs Chefs d’Etats Africains favorables à ma candidature, car il leur apparaissait nécessaire de faire jouer l’alternance démocratique. Et selon des indiscrétions, durant le huis-clos, 12 chefs d’Etats ont soutenu ma candidature, ce qui est énorme ! C’est le Président Sarkozy qui s’est opposé à mon élection et non les Chefs d’Etats Africains permanemment accusés par l’Occident d’être des dictateurs, des voleurs, des corrompus et j’en passe ! Diouf a été imposé par Nicolas Sarkozy et ses amis hommes d’affaires. Curieux que des Hommes d’affaires s’impliquent dans ce type d’élection.

Le Messager : Les mêmes démarches auraient été entreprises pour rencontrer Paul Biya. Apparemment en vain. Otez-moi d’un doute : c’est vrai que le président Biya ne vous a pas soutenu ? Aurait-il dû le faire ?

Calixthe Beyala : Je n’ai jamais fait de démarche auprès du Président Paul Biya afin qu’il me reçoive, car contrairement à ce que beaucoup pensent, un écrivain est d’abord un homme politique ! Et stratégiquement je savais que cette démarche aurait dédouané le Président Sarkozy qui se serait dépêché de me faire comprendre que le Cameroun refusait de me présenter. Je savais en amont que la France seule décidait du destin de la Francophonie. Cela s’est passé ainsi avec Boutros Ghali imposé par Chirac et avec Diouf ! Les africains dans cette histoire n’ont aucune responsabilité, ils sont en faiblesse car on leur rétorque que c’est la France qui paie.

Le Messager : Et le président Sarkozy alors ? Vous êtes quand même française ! Avez-vous senti un courant de sympathie française autour de votre candidature ?

Calixthe Beyala : Concernant mes relations avec Sarkozy, elles sont ambiguës, je l’avoue. EN 2000 en tant que député maire de Neuilly, il a été le premier des responsables politiques, voire l’un des seuls à m’avoir écrit pour soutenir l’action des Noirs, leurs revendications ! En tant que candidat aux élections présidentielles, nous nous sommes rencontrés et il me disait être prêt à mettre en place un système de discrimination positive pour favoriser l’accès des noirs à des postes de responsabilité, d’ailleurs, il est venu déjeuner avec l’ensemble des membres du Club Elite que je préside. Depuis qu’il est élu, il y a le fameux discours de Dakar, par la suite, des anathèmes jetés çà et là sur les Noirs, les Arabes, puis ces jours–ci les attaques se sont dirigées contre nos plus jeunes enfants, à savoir « que les petits noirs et arabes sont dès la maternelle, des communautaristes » mais encore « Les petits chinois réussissent mieux à l’école que les noirs et les arabes » ; ce qui laisse supposer que le nègre n’est pas intelligent. Enfin, vous êtes sans ignorer les déclarations racistes du parfumeur Guerlain contre l’ensemble des Noirs. Aucun politique français ne s’est insurgé contre ces injures. Il flotte dans l’air un consensus… Contre nous…je suis extrêmement en colère ; l’ensemble des français issus de quelque chose aussi d’ailleurs (rire). Nous avons des bulletins et en 2012, face au fascisme ambiant, nous ferons entendre notre voix.

Le Messager : De toutes évidences, aucun officiel français n’a fait de déclaration publique en faveur de la candidature de Diouf !

Calixthe Beyala : Oui, j’ai senti un courant de sympathie autour de ma candidature provenant des députés, des sénateurs, des hommes de la rue. Qu’auraient-ils pu faire face à Sarkozy en tant que Président ? Rien. Ils expriment simplement aujourd’hui leur déception, face à cette énorme machine Sarkozyste qui n’épargne personne.

Effectivement personne officiellement n’a soutenu Diouf ; d’ailleurs n’eût été SARKOZY, il aurait perdu ! Et la réaction mondiale des peuples découvrant que le Président Français a mis à la tête de cette Institution un homme qui selon le Rapport officiel d’Amnesty International a laissé ses militaires assassiner plus de six mille civils, y compris, femmes et enfants.

En réalité, j’ai gagné en ayant permis au peuple Francophone d’ouvrir un œil sur cette institution. Maintenant, regardons vers le futur car les familles des victimes du génocide en Casamance s’apprêtent à déposer plainte tandis que la presse française découvre l’histoire. En réalité, il n’y a pas eu d’élection, mais obligation d’applaudissement après que le Président Sarkozy ait imposé Diouf tout en promettant aux Chefs d’Etats Africains deux places au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Il y a là quelque chose avec des relents de MEKA, le personnage du best-seller "Le vieux nègre et la médaille" de Ferdinand OYONO.

Le Messager : Diouf impliqué dans les massacres en Casamance ? C’est un peu fort de café non ?

Calixthe Beyala : Il ne s’agit pas d’information mais d’un Rapport d’Amnesty International, faisant état de plusieurs milliers de morts durant la présidence d’Abdou Diouf au Sénégal. Femmes enceintes éventrées, enfants enterrés vivants. Vous pouvez accéder à ce rapport en allant sur le site de cette organisation. Les accusations sont fondées, mais cela ne met nullement DIOUF à l’ abri d’une poursuite, ou du moins les personnes de bonne volonté se battent pour que justice soit faite. Cela prendra du temps, certes, mais le temps de cette justice viendra.

Le Messager : A plus de 75 ans sonnés, que peut-il encore apporter à la Francophonie ? A quoi sert d’ailleurs celle-ci ? Les peuples francophones se reconnaissent-ils encore en cette institution sommes toutes mystérieuse ?

Calixthe Beyala : A 75 ans, Diouf peut toujours apporter son soutien à ses amis, rien au peuple francophone. Oui, les peuples francophones ne se reconnaissent pas dans cette Institution, ils ont raison au vue de la manière occulte entourant sa gestion, à l’odeur de soufre qui entoure son actuel Secrétaire général. Cette organisation est discréditée ; c’est dommage ! Car l’intention de départ était bonne et je sais que nous finirons par gagner.

Le Messager : Calixte Beyala est bon an mal an au centre de l’actualité. C’est vous qui choisissez cette posture ou c’est l’actualité qui vous colle à la peau ? Etes-vous une provocatrice ?

Calixthe Beyala : Provocatrice, moi ? Jamais ! Combattante ? Certainement ! Pour ceux qui n’ont pas la parole, pour ceux qu’on piétine, pour ceux qu’on dépouille de tout, même de leur dignité ! Oui, avec moi, les meurtriers ne sauraient dormir du sommeil de brave ! Les organisations ne sauraient être détournées de leur mission… Provocatrice, moi ? Je prends si rarement la parole, mais me dit-on, elle est forte, c’est tout ! Oui, je prends rarement la parole, mais de manière très justifiée, ce qui provoque à chaque fois un scandale.

Le Messager : Quel est votre prochain cheval de bataille ?

Calixthe Beyala : Mon prochain cheval de bataille ? Toujours les mêmes, à savoir la Francophonie, le respect des droits de l’homme et des valeurs humanistes, peut-être les prochaines élections présidentielles en France ? Je sais que je suis une cible qui paraît à priori facile pour les racistes et les misogynes, mais je crois qu’à force de me fréquenter ou de me provoquer, ils se rendent compte que je suis une femme au mental d’acier. Peu à peu, chacun recule… les coups bas, on ne me les donne plus qu’à l’ombre cachée des persiennes ! Je sais me défendre comme vous avez pu le constater en plus de vingt ans de carrière

Le Messager : Alors la « Petite fille du réverbère » que vous auriez pu devenir comme tant d’autres natives de New Bell, ce coin chaud de Douala au Cameroun semble être en représentation permanente.

Calixthe Beyala : J’ai eu une chance extraordinaire dans ma vie, moi qui ne suis nullement une femme qui aime forcément à fréquenter les palais.

1° le poète Aimé Césaire avait demandé à me rencontrer en tête à tête quelque temps avant sa mort. Il me parla pendant plus de quatre heures des combats à mener, des difficultés qu’il avait rencontrées, celles que je rencontrerai sur le chemin au vue de mes choix.

2° le président EYADEMA eut la même attitude, six mois avant sa mort. Il me fit comprendre des menaces dont il avait été victime à chaque fois qu’il se décidait à prendre des décisions pouvant améliorer les conditions de vie de son peuple.

3° Il en fut de même du Président Gabonais OMAR BONGO à quelques mois de sa mort. Il voulut me parler et pendant des heures ce qui s’était passé pour le continent depuis avant les indépendances jusqu’à nos jours. Pourquoi nos pays n’étaient pas aussi développés que nous nous en attendions. Ce vieil Homme me fit de la peine ; tout n’était pas de sa faute, loin s’en faut. Je compris alors le mécanisme insidieux qui liait l’Afrique au reste du monde. Un jour, j’écrirai sur ce sujet à partir des propos de ces trois grands Hommes.

Le Messager : Une certaine diaspora est très courtisée en ce moment au Cameroun, tandis qu’une autre qualifiée d’activiste est vilipendée. Le Cameroun a-t-il mal à ses diasporas ?

Calixthe Beyala : J’ignore si une certaine diaspora est courtisée en ce moment ; dans cet univers mondialisé, où la gestion de certains pays d’Afrique se déroule à Paris ou à Washington, j’essaye de rassembler et non de diviser. J’essaye d’éviter des sujets qui braqueront les Africains les uns contre les autres, car in fine, du Président Africain au balayeur de la rue de Dakar, nous sommes à tous les niveaux, les dindons de la farce ! Aucun Président Africain n’a souhaité la dévalorisation du franc CFA qui a contribué à affaiblir le pouvoir d’achat des peuples en zone francs ! Aucun d’entre eux n’a cautionné la baisse des prix des matières premières ! Cette réflexion n’est pas racialiste de ma part, car les petits peuples souffrent au niveau mondial qu’ils soient blancs, noirs ou jaunes ! Ce qui explique pourquoi, je préfère attaquer les problèmes par leurs racines, c’est – à –dire depuis l’Occident où quelques individualités concentrent tous les pouvoirs. Ce n’est qu’en restant solidaire les uns des autres que nous sortiront un jour de cette énorme « Galère » générale.

Le Messager : Le droit de vote, la double nationalité etc.…autant de questions qui fâchent et que le pouvoir de Yaoundé refuse d’aborder. Quel est votre position par rapport à ces revendications de la diaspora camerounaise 

Calixthe Beyala : Quant à double nationalité, je l’appelle de tous mes vœux, car à tout moment, n’importe quel citoyen franco-camerounais pourrait perdre sa nationalité française et devenir un apatride. Il est un devoir pour son pays d’origine que de le protéger. J’espère que le Gouvernement Camerounais prendra cette décision protectrice pour ses enfants.

Je m’étonne néanmoins car autrefois, les femmes Camerounaises ayant acquis une autre nationalité par mariage, conservaient également leur nationalité Camerounaise. Est-ce toujours vrai ? Espérons. Je tiens enfin à remercier les millions d’Africains, Canadiens, Suisses, Français ou Belges qui m’ont soutenu, et qui me disent continuer à le faire en toute circonstance, ce qui prouve que l’homme appartient plus à son époque qu’à son père. Ce qui prouve d’une certaine manière que la notion de fraternité entre les peuples n’a jamais été aussi forte qu’en ce début du troisième millénaire.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • morice morice 1er novembre 2010 11:54

    ’Qu’elle continue donc à copier des bouquins’, et raconter qu’elle a sauté Drucker....


  • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 11:00

    Calmos, vous avez une langue de vipère  smiley


  • Allain Jules Allain Jules 1er novembre 2010 11:21

    @Calmos,


    Avant d’avancer des âneries, il faut au moins savoir ce qui est derrière. Calixthe Beyala est française depuis l’âge de.......17 ans. Ça vous en bouche un coin ? Donc, rien à voir avec vos salmigondis.



  • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 12:34

    Ah que non mon bon Calmos, Mme Beyala est Française à 100%, le Cameroun ne reconnait pas la double nationalité, en clair cela veut dire que la chouchou d’Allain-Jules ne peut plus se réclamer du Cameroun.


  • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 13:49

     smiley  smiley  smiley


  • Eusèbe 1er novembre 2010 15:32

    Je ne connaissais que de nom cette personne. En réalité, le texte ci dessus est beaucoup plus nuancé que ce que vous dites.
    Elle parle bien de « françafrique » et dénonce que le côté politique l’emporte sur l’aspect francophonie de l’institution. Elle précise bien que l’aspect culturel est positif. Elle nuance aussi en indiquant que la mondialisation frappe négativement tous les peuples, noirs, blanc, métisse...
    Bref les réponses le selblent bien virulentes par rapport au propos tenu !

    Par contre, la partie sur le « racisme », le « fascisme » (mot devenu complètement « tarte à la crème », sorti en n’importe quelle occasion) et sur Guerlain (un vieux qui ne sait plus où il habite, franchement anecdotique).
    Ca tourne à la « contre attaque ad hominem », où l’on devance les critiques en lançant du « si vous dites ça, c’est que vous êtes racistes/fascistes/mysogine » (cochez la bonne case)...


  • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 15:54

    @Eusèbe
    Nous avons tous ici, qu’Allain-Jules est fou amoureux de Calixthe qui heureusement pour lui ne répond pas à ses avances donc quand il en parle nous aimons bien le taquiner  smiley


  • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 10:58

    Encore une qui fait de l’ombre à PV  smiley


    • OuVaton OuVaton 1er novembre 2010 11:01

      Peut-on faire confiance à quelqu’un qui se réclame de EYADEMA et de BONGO ? Difficile ! Tout mon anti-sarkozisme primaire ne réussit pas à me rendre la démarche sympathique.


      • Allain Jules Allain Jules 1er novembre 2010 11:16

        @OuVaton,


        Parler de coïncidences par rapport à sa vie de femme c’est se réclamer d’Eyadema ? Vous avez une grille de lecture qui ne fait aucun doute. Puisque vous détestez l’ancien président togolais, tous ceux qui lui ont serré la main son à son image. Que nenni !



      • Png persona-nongrata 1er novembre 2010 11:08

        Je n’aime guére cette femme aussi........mais pour d’autres raisons en plus de son plagiat célébre maintenant elle a toujours état ambigue sur ses rapport avec le sionisme et les sionistes , célébre partisane des lois liberticides contre les musulmans ( voile etc ..) enfin elle a bien pourrie Dieudonné avec ses discours hypocrites et tendancieux ...

         Bref l’Afrique à de meilleurs représentants ...

        • armand armand 1er novembre 2010 11:14

          Tiens, elle remonte dans mon estime.

          Pour Gratt mit Uns, un « bon » Africain ou africaine doit faire des salamalecs à l’Islam, vomir les Juifs et en pincer pour Dieudo.
          T’es toujours aussi prévisible !


          • Png persona-nongrata 1er novembre 2010 11:31

            Non petit maître d’école les salamalecs elle les a fait pour passer dans les médias et assurer sa promo , en effet si tu veux passer à la tv il faut descencdre l’Islam et encensé le sionisme c’est connu voyons...



          • OMAR 1er novembre 2010 20:01

            Omar 33

            Ar...ment :«  un »bon" Africain ou africaine doit faire des salamalecs à l’Islam...

            C’est ce que fait Rama Yade, Harlem Désir ou les auitres ?

            Ar...ment, la Cie Le Borgne vous rappelle le retrard dans le paiement de vos cotisations.


          • armand armand 1er novembre 2010 20:28

            Omar,

            Et toi, l’Homme Mollard, ton homonyme, dans les grottes du Balutchistan, attend ta visite de courtoisie.


          • armand armand 1er novembre 2010 20:30

            Gratt,

            Quant à toi, pour faire des progrès dans les médias, faudrait peut-être apprendre à orthographier correctement.


          • Png persona-nongrata 1er novembre 2010 20:33

            Je parle quatre langues plutôt correctement et le français n’est pas ma priorité :) :) , tu me comprend fourbe menteur ? C’est l’essentiel !

          • Png persona-nongrata 1er novembre 2010 20:37

            Oui Omar et en matiére de bounty et de collabeur la palme d’or revient à Mr Chalghoumi imam du Crif.

          • Ariane Walter Ariane Walter 1er novembre 2010 13:49

            @ Marc Gelone

            Que c’est drôle votre dernière remarque !
            J’en ris encore !
            Après Paul le Poulpe qui a prédit la défaite de sarkozy en 2012 (!) , envoyons Callixte Belaya pour le rencontrer... ;six mois avant...

            Tout est bon !
            La superstition et la sorcellerie, pourquoi pas !
            Si c’est efficace !!

            En tout cas ne comptons pas sur la raison !!


          • Shaytan666 Shaytan666 1er novembre 2010 11:45

            Allain-Jules n’a toujours pas digéré que sa « poulaine » c’est faite rétamer au dernier sommet de la francophonie  smiley


            • Allain Jules Allain Jules 1er novembre 2010 11:55

              @Shaytan66,


              Loin s’en faut. Tu te trompes.

              Néanmoins, selon nos informations, très fiables dit-en passant, elle avait la faveur des votants mais, sa candidature, elle, n’a pas été entérinée par son pays : la France.



            • morice morice 1er novembre 2010 11:59

               elle avait la faveur des votants mais, sa candidature, elle, n’a pas été entérinée par son pays : la France.


              mensonge elle n’avait pas été retenue comme candidate !

            • morice morice 1er novembre 2010 11:53

              La foldingue n’ayant pas obtenu le poste dont elle rêvait, malgré la pub éhontée et grotesque que vous lui avez faite, ne pouvait que faire ce genre de choses lamentable.


              Vous oubliez de dire qu’elle s« était pris une belle gamelle avec sa candidature : elle n’avait MEME PAS ETE RETENUE COMME CANDIDATE, ce qui est tout dire : dans ce sens, le grotesque c’était vous aussi, à avoir autant poussé cette allumée....


              vous aviez écrit ici :

               »L’écrivaine dont personne ne donnait chère de sa peau est plébiscitée par la majorité des pays africains, qui sont majoritaires au sein de l’organisation, ainsi que par quelques pays occidentaux. Ce qui laisse poindre à l’horizon, une victoire sans équivoque face à son adversaire."

              Or elle n’a même pas passé le stade de la candidature.... vous avez MENTI à son propos, Jule, MENTI. Aucun pays africain ne l’avait plébiscitée.....

              Et elle n’a pas toujours craché sur Sarkozy... 


              comme quoi, parfois, Mr Jules, vous ne choisissez pas le bon cheval. La prochaine fois, faites la promotion de Woerth....

              • morice morice 1er novembre 2010 11:58

                cette femme est FOLLE à lier :

                Calixthe Beyala : J’ai eu une chance extraordinaire dans ma vie, moi qui ne suis nullement une femme qui aime forcément à fréquenter les palais.

                1° le poète Aimé Césaire avait demandé à me rencontrer en tête à tête quelque temps avant sa mort. 

                2° le président EYADEMA eut la même attitude, six mois avant sa mort.

                3° Il en fut de même du Président Gabonais OMAR BONGO à quelques mois de sa mort. 

                On comprend facilement pourquoi Sarko ne veut plus la rencontrer !!!! 

                Vous vous faite le relais ici, Jules, de cette folie et c’est GRAVE.


                • Vipère Vipère 1er novembre 2010 15:41

                  A quelques mois près, la dite Calixhe Beyala passait à côté de rencontres d’hommes extraordinaires !!!

                  Si par extraordinaire Sarkozy demandait à voir la dame, l’heure serait grave.
                   


                • juluch 1er novembre 2010 22:49

                  Je suis d’accord avec vous !!!!


                   Incroyable !!

                  comme quoi tout arrive........respect !!

                  pourvu que ça dure......



                • morice morice 1er novembre 2010 16:09

                  Alleluia !


                  partez en paix, Calmos : elle est givrée.

                • Tristan Valmour 1er novembre 2010 12:30

                  Salut Jules

                  Calixthe Beyala, bof. D’autres personnalités moins médiatiques méritent davantage de diriger la Francophonie. Je pense à l’excellent Boniface Mongo Mboussa, à l’illustrissime Elikia M’Bokolo, Auguste Mbonde Mouangue, Buata Malela, Mamadou Diouf ou encore Janet Vaillant. Liste non exhaustive. Franchement, ces gens-là, c’est un autre pedigree, une autre profondeur intellectuelle.

                  Mais comme à l’accoutumée, ce genre d’élection ne doit valider que des stars, des paillettes. Je n’ai rien contre Calixthe Beyala, mais rien pour non plus. Connaît-elle la véritable Afrique ? J’aimerai savoir à combien est rémunérée la présidence de la Francophonie, cela peut susciter des vocations. J’aimerai également savoir quand des gens vraiment compétents dirigeront ce genre d’organisation. Jamais. Parce que les gens compétents travaillent, les autres communiquent.

                  Sinon, Sarkozy n’en a rien à fiche de la Francophonie, il ne s’est même pas déplacé au sommet du Québec. Pourtant la Francophonie est importante non seulement sur le plan culturel, mais aussi pour le business. La culture fait vendre dans les autres secteurs comme l’automobile, etc. Cela a été fort bien étudié par une université nippone.

                  Franchement, madame Beyala parle de l’hypocrisie de la France, mais elle fait pas mieux, parce que si elle disait toute la vérité, elle ne rentrerait plus au Cameroun. Tu sais bien comment se passent les choses, Jules ; les gens disparaissent facilement dans ces pays lorsqu’ils parlent vraiment.

                  Allez, tchao ! Vivent la France et les pays Africains


                  • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er novembre 2010 13:04

                    Salut Tristan,

                    Je ne connais pas les écrivains dont tu parles, merci pour ces idées de lecture. Le seul intérêt à être venue sous un torchon du Julot.


                  • juluch 1er novembre 2010 13:37

                    Une femme qui a perdue à des élections, qui vomie sur la France et en plus se réclame d’une double nationalité !!


                    Je rêve !!

                    L’Afrique, cela fait des dizaines d’années qu’on la porte à bout de bras !!!

                    Tous ça pour qu’on nous ch** dessus ??!!!!

                    • OMAR 1er novembre 2010 20:10

                      Omar 33

                      Juluchieur  ;" L’Afrique, cela fait des dizaines d’années qu’on la porte à bout de bras !!!

                      Pour mieux la bais..., la position du missionnaire n’étant plus de mise.. ;

                      L’Afrique pour la France, c’est le pétrole du Gabon, l’uranium du Niger, les diamants de Centrafrique, le caco de la Côte d’Ivoire, le bois du Congo, etc...

                      Sans parler de cette matière grise et ces muscles qui répondent à l’immigration choisie.. 


                    • juluch 1er novembre 2010 21:55

                      Omar 33

                      Juluchieur  ;" L’Afrique, cela fait des dizaines d’années qu’on la porte à bout de bras !!!

                      Pour mieux la bais..., la position du missionnaire n’étant plus de mise.. ;

                      L’Afrique pour la France, c’est le pétrole du Gabon, l’uranium du Niger, les diamants de Centrafrique, le caco de la Côte d’Ivoire, le bois du Congo, etc...

                      Sans parler de cette matière grise et ces muscles qui répondent à l’immigration choisie.. 


                      Omarchiant

                      Les Africains n’ont jamais étaient capable de se débrouiller seul !

                      Incapable de s’occuper et faire fructifier se que la colonisation leur a laissé !!


                      Alors s’il vous plait, leurs matières premières ont leur achète que je sache non ?

                      Avec cet argent ils achètent des armes, exploitent et affament leur peuple, quand ils les massacres pas !!! Pffff !!!!

                    • OMAR 1er novembre 2010 22:21

                      Omar 33

                      Julugubre :"Les Africains n’ont jamais étaient capable de se débrouiller seul !



                      Ah, c’est pour cela que les gentils européens sont venus les aider pour se developper.
                      Ils ont fait mieux, ils leur ont fait du tourisme du coté des amériques sur des bateaux de croisieres.
                      Ils leur ont appris à cultiver la terre, mais, par solidarité et reconnaissance, à offrir toute la récolte.
                      Ils leur ont même appris à faire la guerre, entre 14 et 18 puis entre 39 et 45.

                      Maintenant, l’Europe leur offre des armes pour se proteger contre les lions et les moustiques.. ;
                      L’Europe les aide aussi à se débarrasser de ces matieres qui ne servent à rien en Afrique.

                      Hé Tarzan, allez raconter vos blagues à Chitta, mais à Vincennes.....

                    • juluch 1er novembre 2010 22:57

                      Omar 33

                      Julugubre :"Les Africains n’ont jamais étaient capable de se débrouiller seul !



                      Ah, c’est pour cela que les gentils européens sont venus les aider pour se developper.
                      Ils ont fait mieux, ils leur ont fait du tourisme du coté des amériques sur des bateaux de croisieres.
                      Ils leur ont appris à cultiver la terre, mais, par solidarité et reconnaissance, à offrir toute la récolte.
                      Ils leur ont même appris à faire la guerre, entre 14 et 18 puis entre 39 et 45.

                      Maintenant, l’Europe leur offre des armes pour se proteger contre les lions et les moustiques.. ;
                      L’Europe les aide aussi à se débarrasser de ces matieres qui ne servent à rien en Afrique.

                      Hé Tarzan, allez raconter vos blagues à Chitta, mais à Vincennes.....

                      Mon bon Omararien

                      Oui !!
                      Ont les a développé ! oui !
                      Ont a tous mit en valeur !

                      Tous se qu’ils ont actuellement c’est grâce à nous !!

                      Quant à vos allusions sur l’esclavagisme.....je rappelle que se sont essentiellement les arabes qui ont fait l’esclavage des noirs et qu’ils les ont vendus aux européens contre de l’argent....

                      L’esclavagisme existe toujours en Afrique......et il y a plus de colonies !!!

                      Confonds tout !! Pauvre gars, t’es bien à plaindre !!!

                    • Marina Mars Marina Mars 1er novembre 2010 14:22

                      Bonjour bravo et merci pour cette information,
                      C’est une grande Dame, qui j’espère sera à la tête d’un pays.


                      • Marina Mars Marina Mars 1er novembre 2010 14:26

                         D’ailleurs je suis surprise des commentaires, de quelques commentateurs à son encontre ; j’ai toujours trouvé cette femme exceptionnellement intelligente !


                        • easy easy 1er novembre 2010 15:30

                          Il sera toujours difficile pour un colonisé de parler purement alors qu’il ne peut le faire que dans la langue de son colonisateur.

                          Il vaut certainement mieux s’exprimer en français qu’en wolof pour être un peu entendu des Français. Et du coup, tous les ex colonisés sont obligés de parler le français même entre eux. Le passage par la langue française et la Sorbonne est incontournable à tous les Césaire. Ils ne peuvent pas faire autrement.

                          Mais c’est bien dommage. Car toute langue véhicule sa culture et la langue française véhicule sa culture romaine. Plus prétentieuse que modeste.

                          Certes on peut dire la tendresse en allemand et en japonais, mais les Français ont tout de même ressenti quelque chose d’étrange quand ils ont entendu les Allemands leur parler entre 1939 et 1945. Il leur semblait que cette langue contenait un je-ne-sais-quoi de particulièrement prétentieux. Il s’est donc dit que la langue de Goethe était faite pour commander.

                          Une langue c’est un système cohérent fait de signes linguistiques, vocaux, gestuels et graphiques qui affirment une culture. Et si un colonisteur prend comme première mesure d’imposer sa langue comme officielle, ce n’est pas pour rien.


                          En apprenant la voix de son maître, le colonisé apprend aussi les références de son maître. Les colonisés de la France ont donc appris bien plus Vercingétorix et Baudelaire ou Hugo que leurs propres références locales. Résultat, pour faire entendre leur voix, les colonisés ou leurs descendants n’ont pas d’autre choix que de s’exprimer en portant la cravate, en parlant colon et en cirant les pompes de nos panthéonisés.


                          C’est dommage pour eux comme pour nous, car nous finissons par ne plus entendre que notre culture et ses écholalies. Cette mise en boucle, cette larsénisation (de Larsen) de nos propres tendances nous rend narcissiques, malgré nous.

                          J’ignore si le wolof et le swahili ont le genre et si ce genre va à distinguer entre mâle et femelle. Si ça se trouve ils n’ont pas de genre ou en ont 30 fondés non sur le sexe mais sur dur ou mou ; vivant ou mort ; animé ou inanimé ; coloré ou non ; chaud ou froid ; village A, village, B, villageC, village D...
                          Nous entendrions des Africains s’exprimer dans leur langue, pour peu qu’ils pratiquent des genres différents des deux nôtres, nous comprendrions d’office beaucoup plus de choses nouvelles que quand ils s’expriment en Sorbonnien.

                          Exemple par un détail que je crois connaître : En Afrique noire, c’est souvent que les hommes palabrent dans des endroits bas de plafond. Il est impossible pour quiconque de s’y tenir autrement qu’assis ou plié en deux. Ca élimine d’office les postures et les gestes de coq.
                          Ici, et depuis les pharaons, Darius 1er et Jules César, c’est tout le contraire.

                          Alors un Africain qui monte sur une tribune et parle debout, qui fait des gestes à bras tendu et à index pointé ou poing fermé comme l’avaient fait Malcom X ou Martin Luther King (rien que le nom !) véhicule forcément la culture blanche en renonçant à celle de ses ancêtres.

                          Cela dit, au sein de notre propre pays, il se pourrait que notre langue soit par exemple trop machiste et que nos femmes aient à subir et à pratiquer une langue qui ne leur ressemble pas. Quand je vois MAM être bloquée par Dahan, elle est certes silencieuse mais ses gestes sont féminins. Inversement, quand elle a préparé son discours et qu’elle se place en hauteur pour parler, quand elle pointe de son index, je ne vois plus trop où se trouve la femme.

                          (Il se pourrait que les Françaises aient développé une langue plus à leur image lors de l’épisode de la Préciosité)



                          • leréveur 1er novembre 2010 16:46

                            Une écrivaine ? Ti cause français toi. Le sentinelle l’a vu passer habillée en sapeuse-pompière. On est plusieurs ici à ne pas savoir lire le camerounais ...


                            • asterix asterix 1er novembre 2010 17:07

                              Pour moi qui ne connaissait pas cette gente demoiselle, le croisement de fer entre l’auteur et la plupart des intervenants fut un régal.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès