Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cameroun, grève, violences, est-ce le début de la guerre civile (...)

Cameroun, grève, violences, est-ce le début de la guerre civile ?

Paul Biya se replie sur les thèmes sécuritaires et identitaires, pour modifier la Constitution, en espérant reconquérir un électorat populaire, déçu par sa politique autant que par son style. M. Biyiti Bi Essam, ministre de la Communication, dans un démenti qui s’apparente à la mauvaise foi, ne croit guère à une "sécurisation" pure et simple de l’action gouvernementale. Pour paraphraser Julien Dray qui disait "Avec Nicolas Sarkozy, il faut se méfier", il faut s’interroger sur les silences de la France, malgré un voyage de du président français au Tchad. Après les tueries de Douala, et les tentacules de la guerre civile qui ne cessent de s’enraciner. Les officiers du commandement opérationnel sont en renfort à Douala depuis ce jour. Le pays entier s’embrase. Sont-ce là les prémices au Cameroun d’une insurrection populaire ?

Et la guerre commença !

Hélas, mille fois hélas, le chef de l’Etat s’est immédiatement employé à démentir, par ses actes comme par ses paroles, cette "haute philosophie" de la politique qui habitait les fondements de la République, la Constitution. Il fournit lui-même l’explication de la défaveur, voire du désaveu, que lui signifient les Camerounais, contestations après contestations. Les politiciens lui ont demandé de respecter la Constitution d’une part, les signaux du désagrément social lui ont été envoyés par les taximen qui sont en grève ce 26 février 2008 d’autre part.

Les plus grands dictateurs, à l’instar de Staline, Castro, Mussolini, croyaient assez à la force du langage pour ne pas se laisser aller à une rudesse de vocabulaire militaire, sans jamais verser dans la saillie incontrôlée, ni le mensonge. En insultant publiquement les faits qui montrent les assassinats par les forces de l’ordre, le chef de l’Etat a confirmé ce sentiment qu’il préside trop mal ses propres troupes et ses partisans pour incarner une présidence sereine et maîtrisée.

La veille déjà, il s’était montré plus poignant sur le terrain de la politique de répression, en interdisant dans la ville de Douala toute manifestation politique. Il avait demandé aux gouverneurs de provinces d’interdire toute réunion publique de l’opposition, mais d’agréer celles qui s’avéraient favorables à la révision de la Constitution. Il laisse ainsi la voie à tous genres de soupçons de tripatouillage. Sous prétexte du maintien de l’ordre public, les lois d’exception de 1962 viennent de ressurgir. Les vieux démons du parti unique sont exhumés. La censure des médias a eu pour conséquence la fermeture d’une télévision privée vendredi dernier, l’arrestation des journalistes, procès contre les journaux privés, etc.

Selon le ministre de la Communication, les citoyens assassinés par les forces de l’ordre sont des pillards et des brigands. Mais, comment peut-on prétendre condamner les violeurs en violant soi-même les institutions, par le non-respect de la Constitution ? Or, c’est bien le sens que veut donner cette extravagante directive présidentielle.

Quelle que soit son insatisfaction personnelle, le président de la République est le garant des institutions. Il est le gardien de l’ordre républicain, en garantissant la concorde nationale, par la paix et le dialogue.

Il donne ici la très dangereuse impression de vouloir passer outre la Cour suprême qui fait office de Conseil constitutionnel, outre le Parlement, outre les partis politiques qui exercent le suffrage universel, outre la société civile, outre la volonté populaire.

Tourves la Camerounaise

Selon Reuters, Au moins quatre personnes ont été tuées à Douala, capitale économique du Cameroun, lorsqu’une grève des chauffeurs de taxi contre la hausse du prix des carburants a dégénéré en émeutes et scènes de pillage, rapportent policiers et témoins. Deux personnes ont été extraites de force de leurs véhicules et battues à mort dans le quartier de Bonaberi, a déclaré lundi un policier souhaitant garder l’anonymat...

Par son coup de force à Tourves, le président français - futur Napoléon III - se maintint à une place qui constitutionnellement devait bientôt lui échapper. Il en est de même de Paul Biya, qui après vingt-cinq ans de pouvoir sans partage, veut se tailler une Constitution sur mesure pour rempiler un autre mandat, en 2011 il sera âgé de 79 ans, donc quasi-octogénaire ! Cette ambition bonapartiste personnelle rencontre dans un pays aux fortunes diverses, un écho mitigé. La peur sociale trahit cette résignation qui tend à s’emparer de l’élite face à un gouvernement qui ne lésine plus sur la terreur pour faire passer ses desiderata. Effrayé par les progrès électoraux, et une prise de conscience collective, il brandit le coup d’Etat constitutionnel à la manière de notre Louis Napoléon, pour lui éviter la justice devant laquelle il aurait à rendre des comptes. Alors que l’opinion nationale adhère à la démagogie présidentielle ou que, résignée, effrayée, elle la subit passivement, il s’ensuit que l’appareil d’Etat (armée, police, magistrature, administration préfectorale) se range totalement du côté du putsch, la résistance se manifeste dans tout le Cameroun. On craint qu’elle ne se transforme, comme en Bourgogne du temps de Napoléon, en une insurrection armée. Donnera-t-on une fois de plus le pouvoir à Paul Biya, au risque de le voir proclamer empereur comme Napoléon en France ou Bokassa Ier en Centrafrique qui conduisirent leurs Etats vers des bérézina ? Alors l’heure n’a-t-elle pas sonné de dire comme Requier en colère - ce cordonnier célèbre qui s’exclamait au nom des citoyens insurgés devant notre Louis Charles Bonaparte obligé de se protéger d’une double haie d’hommes en armes pour prendre la direction de la Commune - “la Constitution ayant été violée, le peuple reprend ses droits” ?

Aimé Mathurin Moussy, Paris


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Perain 27 février 2008 13:25

    Paul byia est un eleve assidu de chirac et il croit toujours que chirac est au pouvoir en france et que il va le souitenir.

    Neocolonialist blacks ont retabli le pouvoir colonial contre leurs propre freres.. Habilles d’une peau noire mais francais plus que napoleaon, ces africains voleurs, maitres des plantations coloniales comme bya, sont tous des voyous sous la paie de la france pour maintenir l’Afrique sous le joug de la france. On peut se cacher sous un visage noir avec un coeur francais.

     


    • adryan barlet 27 février 2008 17:45

      J’ignorais que Napoléon III avait fait une telle impression aux camerounais !

      Même les mexicains l’ont oublié pourtant....

      Laissez tomber vos vieilles comparaisons scolaires. Bya n’est malheureusement pas pour le Cameroun le Napoleon III que vous croyez. Lisez l’histoire de france, notre Badinguet n’a pas fait que des conneries et il a tué plus de militaires français que de civils ....

      Grandissez-vous en cessant de reprocher à Chirac, Sarko et Mitterand une incurie africaine qui perdure.


      • stephanemot stephanemot 27 février 2008 19:21

        Le Cameroun manquait à l’appel des pays africains en voie de déstabilisation.

        Les marchands de haîne se régalent ces derniers temps et tous les prétextes sont bons pour ouvrir un nouveau front.

        Ils jouent sur du velours : entre les dictateurs à bout de souffle et la démission de la communauté internationale (il suffit de consulter la liste des membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU...).


        • chabou chabou 28 février 2008 09:17

          freres de coeur,

          mon message ne se veut porteur d’aucun espoir, pour tous les hommes de bonne volonte, je dirais simplement qu’il ne peut y avoir reglements de conflits par la violence, ceder a la violence est contraire au principe de respect mutuel enseigne dans le christianisme, et pour lequel jesus christ l’affirme on dans l’epitre st paul epitre aux romains, jesus christ a sacrifie sa vie, ce sacrifice devait etre le dernier, ils se sont poursuivi depuis 2000 ans, a mes freres du cameroun, je vous en conjure ne cedez pas a la violence, defendez vous certes mais ne cedez pas

          je sais mon appel est vain mais je sais qu’il peut etre entendu, toutes les dictatures encore en place abuse du pouvoir et ne respecte pas la vie,, le moment vient ou l’enseignement de la verite, donc la fin de l’ignorance est un pari en passe d’etre gagne, personnellement je m’y emploie par mes faibles moyens que sont ma conscience et mon respect viceral pour la vie sous toutes ses formes,

          amis camerounais a pierre, tenez bon, des temps meilleurs viendront,


          • Babalas 28 février 2008 13:15

            Ben en même temps on va pas se plaindre de tous les troubles... Il est grand temps que Biya soit dégagé, 25 ans de dictature c’est assez.

            D’autant que le niveau de vie s’est effondré depuis le milieu des années 90, qauf pour M. Le Président...

            Mais je propose une débat : le fait que Biya soit un Rose-Croix notoire va-t-il lui assuré un soutien de Paris... ?

            C’est la une question que de nombreuses populations en Afrique Francophone se posent à propos de leur chef d’Etat...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès