Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cap Nègre et tape-nègre...

Cap Nègre et tape-nègre...

Tandis que le couple présidentiel passe des vacances luxueuses à cap Nègre, le nègre souffre. Révolte au Centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne. Un Congolais témoigne. Un autre Congolais vient d’obtenir justice auprès du tribunal : l’arrêté d’expulsion le concernant sera annulé. Il avait commis l’imprudence de déposer une plainte pour vol ! Enfin, l’ONU s’impatiente devant le mépris de la France pour ses recommandations en matière de respect des droits de l’homme.

Il y a environ dix jours, un Congolais dépose plainte pour le vol de son cyclomoteur, à la gendarmerie de Loudéac (Côtes-d’Armor). L’homme a la naïveté de croire en la police. Celle-ci n’a-t-elle pas mis tous les moyens légaux en oeuvre (et même davantage...) pour récupérer le scooter volé du fils Sarkozy ? Donc, la plainte est bien enregistrée, mais le plaignant est aussitôt gardé à vue et interrogé. Puis, cela va très vite. L’homme est reconduit à la frontière avec placement immédiat au Centre de rétention administrative (CRA) de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. L’arrêté d’expulsion est annulé pour entorses graves et nombreuses aux règles applicables. En effet, la décision si promptement prise avait ignoré les éléments suivants : la durée du séjour, les témoignages élogieux des employeurs, la vie en couple et l’existence d’un enfant qu’il contribue à élever (Source Ouest France 31 juillet). Cette décision expéditive qui aurait pu mener un père de famille à croupir dans un centre de rétention, et à lui faire perdre son emploi et peut-être sa famille, est inquiétante. D’autant plus que les conditions de vie dans plusieurs de ces centres surpeuplés sont indignes du traitement humain le plus élémentaire. Et puis, de quelle sécurité bénéficierait le citoyen Lambda si, à l’occasion d’un banal dépôt de plainte, il se voyait illico interrogé sur ses qualités de "bon Français" ? Ce contrôle sera d’ailleurs encore facilité bientôt par les fichages Edvige et Ardoise. On ne s’étonnera guère après d’une baisse du niveau de la délinquance puisque la peur de déposer plainte s’étendrait. Pour reprendre une expression familière, on saurait quand on entre dans un commissariat, mais jamais quand on en ressortirait.

Le journal Le Monde du 3 août relate les incidents qui ont eu lieu à nouveau au Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne. Les dégâts sont peu importants, mais les questions et les problèmes demeurent. Ce centre avait déjà connu des troubles pendant l’hiver 2007. Les retenus avaient fait une grève de la faim pour protester des conditions de rétention "indignes". Un cahier de doléance avait alors été rédigé, dénonçant un manque d’hygiène dans les sanitaires, des arrestations "arbitraires", des conditions de rétention "indignes", des fouilles "humiliantes" ou encore des comptages de nuit répétés. Quelles réponses depuis à ces problèmes ? Aucune. Le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, se contente de pointer du doigt le Parti socialiste qui cautionnerait, selon lui, les agissements d’un collectif d’extrême gauche. Bref ! Le gouvernement n’apporte aucune réponse humaine aux problèmes posés, mais préfère instrumentaliser ces centres et ces rébellions pour faire de la basse politique politicienne !

Alors, comme le gouvernement ne fait décidément pas d’efforts, il se fait rappeler à l’ordre par le rapport, publié mercredi, du Comité des droits de l’homme de l’ONU qui critique Paris sur le traitement des étrangers et les prisons (lire ici, par exemple). Fort de ce constat de l’ONU, la FIDH (Fédération internationale des droits de l’homme) et la LDH (Ligue des droits de l’homme) demandent au gouvernement français "de respecter la prochaine échéance qui lui a été fixée (2012) et, dans l’intervalle, (qu’il) ne se contente pas, comme à l’habitude, d’ignorer les recommandations des instances internationales".

Ismaël, un Congolais, retenu dans le centre du Mesnil-Amelot, a assisté à des scènes injustifiables pour des travailleurs sans-papiers présents sur le territoire depuis plusieurs années. Il affirme que, samedi, les sans-papiers n’ont fait "que crier avec les manifestants présents à l’extérieur". (...) Un incendie de matelas s’est déclenché. "Les policiers ont alors insisté violemment, jusqu’à nous gazer et tabasser l’un des jeunes émeutiers".

Devant l’indignation suscitée à gauche (PS), le porte-parole de l’UMP suggère que les "collectifs d’extrême gauche et autres groupuscules violents ne puissent plus manifester à proximité de ces centres, au risque de provoquer des actes de violence, mais qu’ils ne soient autorisés à le faire que devant les préfectures". Bref, il veut interdire le droit de manifester afin de mieux dissimuler à la population ce qui se passe dans ces centres. Eh bien voyons ! Et pourquoi ne pas restreindre les lieux de manifestation aux seuls abords immédiats des casernes de CRS ?

Et comment fera-t-on taire l’ONU ? Déjà que, curieusement, sa voix porte peu jusqu’à nous... Fera-t-on comme en Chine : de la censure interne ?

Alors, bien sûr qu’il faut réguler l’immigration, mais il faut aussi que le gouvernement respecte les règles humaines rappelées par l’ONU et applique ses propres règles ! Ce qui n’est pas le cas lorsqu’il décide d’envoyer manu militari un Congolais à la frontière sans avoir au préalable examiné tous les éléments de sa situation. Chaque être humain mérite d’être traité comme tel, quelle que soit la couleur de sa peau et l’épaisseur de son portefeuille.

A propos, bon séjour à cap Nègre, Monsieur le président ! Pendant ce temps, tape-nègre continue...


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 4 août 2008 10:25

    Ben oui : il y a nègre et nègre....
    Après la forfanterie du Kondukator et le battage médiatique de la coquille vide de "L’Union pour la Mediterranée", l’envers du décor... beaucoup moins médiatisé.
    De toutes façons, comme l’a écrit Guaino dans le discours de Dakar, les nègres sont des sous-hommes...

    Circulez, y a rien à dire...


    • Gilles Louïse Gilles Louïse 4 août 2008 10:52

      Il faut réguler l’immigration, écrivez-vous.

      Reconnaissez que c’est nouveau pour vous de le dire, c’est probablement la mort dans l’âme que vous arrivez à le reconnaître. Je vous fais certes ici un procès d’intention car au fond, je n’en sais rien, comment le saurais-je avec certitude ? mais à la loyale, je suis à peu près certain que c’est récent comme idée.

      Je vais vous dire, je ne crois pas qu’on fasse de la politique ni avec des jeux de mots ni avec des cas particuliers.

      Un peu plus de grandeur et de recul s’imposent dans ce domaine.

      Bien à vous


      • sisyphe sisyphe 4 août 2008 11:02

        par Gilles Louïse (IP:xxx.x23.162.107) le 4 août 2008 à  10H52

         

         

        Un peu plus de grandeur et de recul s’imposent dans ce domaine.

        Je ne vous le fais pas dire !


      • La Taverne des Poètes 4 août 2008 11:26

        à Gilles : J’ai toujours été pour une régulation de l’immigration et pour une prise en compte responsable et humaine des sans papiers déjà installés en France. Je rejette les pratiques expéditives et souvent indignes de Monsieur Hortefeux, mais je ne suis pas pour l’ouverture sans limites des frontières. Ne soyons pas naïfs non plus.

        C’est un dossier éminemment sensible qui mérite des débats responsables (non politiciens) et de l’humanisme dans l’approche des problèmes. Pour moi, il est clair qu’il ne faut pas continuer à saturer les centres de rétention (ni les prisons d’ailleurs) et qu’il faut répondre d’urgence aux impératifs élémentaires des conditions de vie dans ces lieux. Appliquer les recommandations de l’ONU aussi. Et aider les pays sources de migration.


      • HELIOS HELIOS 4 août 2008 11:38

        Chaque fois que j’entends ou que je lis un commentaire du type "...je ne suis pas pour l’ouverture sans limite de nos frontières..." je qualifie immediatement l’auteur de menteur, vendu ou de simple d’esprit !

        en effet, tous ceux qui tiennent ce discours, doivent impérativement dire quelle est leur règle de discrimination dans le "sans limite" !

        Allez, mr l’auteur, sur ce sujet, dites mois quelles sont les limites auxquelles vous pensez, svp !

        tiens, je vous aide :

        on refuse tous ceux qui sont plus clairs en négatif qu’en positif ?
        on refuse tous ceux qui prient le cul en l’air ?
        on refuse tous ceux qui n’ont pas de carte visa ?

        ... ou l’inverse ?

        j’attends votre explication...


      • La Taverne des Poètes 4 août 2008 12:09

        à Hélios : Je ne suis pas un menteur. Je défends mon opinion. Les limites à l’immigration sont pour moi en nombre (notre capacité à absorber les immigrants et à les accueillir dignement) et en qualité d’accueil, dans les motivations des arrivants aussi (les trafiquants, terroristes, islamistes intégristes dangereux, je n’en veux pas) Sinon, je reprends ce que dit Bayrou  : J’ai souligé des passages qui me semblent importants et j’ai ajouté un commentaire.

        « Une politique d’immigration doit s’inscrire dans la durée »

        L’immigration, le regard des uns sur les autres, sont un formidable révélateur de l’état de notre société. On y voit s’exacerber les fractures d’un pays en voie de déstabilisation. La responsabilité des hommes d’Etat est de maîtriser l’immigration : quantitativement, dans son rythme.

        « L’immigration choisie est un leurre, un concept vide de contenu. L’immigration "choisie" s’ajoute à l’immigration subie et ne la remplace pas. Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’œuvre à l’extérieur  ? (ndlr : là je mets un bémol : pour certains métiers, on doit chercher à l’extérieur)
         
        Je propose une politique nationale d’immigration articulée en deux volets : maîtrise de l’immigration clandestine et main tendue à ceux qui peuvent et veulent s’intégrer.
         
        En premier lieu, la maîtrise de l’immigration clandestine, en métropole et peut-être plus encore dans outre-mer. Il faut lutter résolument contre les filières de passeurs et les trafics d’êtres humains. Les immigrés, pour l’immense majorité d’entre eux, n’arrivent pas seuls. Ils paient, pour venir, très cher.
         
        Il faut en même temps très durement réprimer le travail clandestin. Les immigrés clandestins ne restent que s’ils peuvent travailler. Le travail clandestin est la condition de l’immigration clandestine. Chacun sait qu’il est en réalité peu réprimé.
         
        La politique d’immigration doit être une politique européenne  : il faut une politique concertée de circulation, de visas, d’accompagnement des immigrés. Si un immigré n’est pas admis, il doit être reconduit ; reconduit le plus vite possible. S’il est admis, il faut l’inciter à s’intégrer à la société française, par un programme d’intégration portant sur la langue française et nos valeurs. L’assiduité à un tel programme serait une condition de régularisation. Les immigrés arrivés clandestinement sur notre territoire ne sauraient être régularisés que sur des critères clairement définis : contrat de travail, maîtrise de notre langue et de nos valeurs, connaissance de notre mode de vie.
         
        La cause principale de l’immigration, aujourd’hui comme il y a des siècles, c’est la misère : une politique de co-développement avec les pays d’origine permettra de donner à leurs habitants la chance de réussir dans leur propre pays, notamment en impliquant les diasporas. Les pays européens pourraient permettre aux médecins, ingénieurs, techniciens de faire l’aller-retour entre leur pays d’origine et pays où ils ont été formés.
         
        Il faut un ministre chargé de l’immigration, regroupant sous son autorité les administrations différentes en charge de ces problèmes, assurant le suivi des populations qui sont sur notre territoire, intervenant dans les accords de co-développement
        . »

        Le traitement humain des situations est une priorité parmi toutes.
         


      • HELIOS HELIOS 4 août 2008 21:01

        Merci, La Tavernes des Poètes, pour me répondre aussi longuement t précisément.

        Je n’aime pas de coutume agir comme je vais le faire, mais je crois que cette fois c’est nécessaire, d’autant plus que votre réponse n’est pas votre texte, mais celui de F Bayrou. :
        Vous dites :

        Les limites à l’immigration sont pour moi en nombre …et en qualité d’accueil, dans les motivations des arrivants

        Sur ces points, je ne peux être d’accord. Apres les commentaires sur la suite de votre réponse, je vous propose ma position personnelle. Mais sur cette phrase, ni la quantité, encore moins la qualité, et surtout pas la motivation n’est acceptable.

        L’émigration comme immigration est une faillite dans tous les cas, et cela commence a partir de la première personne qui part (ou qui arrive). La qualité de l’accueil n’a rien a voir là-dedans, celui qui vient accepte NOS conditions telles qu’elles sont, il y a d’autres endroit pour aller ;
        quand a la motivation, ce n’est pas parce que celui qui vient le veut plus fortement qu’un autre que cela lui donne plus de droit.

        Pour l’ensemble du texte, vous avez souligné :

        La responsabilité des hommes d’Etat est de maîtriser l’immigration : quantitativement, dans son rythme.

        La responsabilité d’un homme représentant une communauté que vous appelez d’état a la responsabilité de bloquer toute immigration. Il n’y a pas de rythme acceptable ou pas. Néanmoins il existe toujours une immigration possible, reportez vous plus bas pour la suite de l’explication.

        L’immigration choisie est un leurre… pour certains métiers, on doit chercher à l’extérieur...

        Sur ce point je vous suis, car choisi ou subie l’immigration n’a pas lieu d’être. Votre exception ne tient pas la route par contre. Aucune justification n’est possible car elle repose sur des « réglages » sociétaux notamment dans la formation professionnelle. Une entreprise qui ne trouve pas les employés requis doit faire appel, comme pour n’importe matière première a l’attractivité du métier en augmentant la rémunération. C’est du pur bon sens et s’il est impossible de trouver malgré tout la personne idoine, il s’agit d’un contrat a passer envers une entreprise extérieure qui fournira la ressource pendant le temps qu’il sera nécessaire. Quand la France importe de Taiwan des composants électroniques non fabriqués sur place elle n’importe pas l’usine….

        Il faut lutter résolument contre les filières de passeurs ……. réprimer le travail clandestin.

        Vous exprimez ici des moyens. Personne ne vous contredira, mais seulement contestera la « lutte » préconisée. Tout l’arsenal nécessaire a cette affirmation existe, sauf la volonté. Les passeurs on les connait bien, la preuve, les candidats les ont trouvés facilement.
        La répression du travail clandestin est inscrite dans la loi, mais j’ai bien remarqué qu’après les grèves de travailleurs sans papier, je n’ai pas vu de restaurant fermer par mesure administrative suite à ces emplois. Les entreprises trichent et le gouvernement approuve. Le gérant (ou les responsables) d’une entreprise piqués en flag doivent être jugés immédiatement et payer sur leurs deniers propre ET sur les deniers de la personne morale. L’excuse de dire que cela va pénaliser les autres salariés de l’entreprise n’est pas recevable puisque eux aussi ont connaissance de la clandestinité de certains d’entre eux.

        …main tendue à ceux qui peuvent et veulent s’intégrer.

        Il n’y a pas de main tendue a avoir. Si un immigré intègre notre communauté, il le fait « tel quel » en connaissance de cause. Il n’a droit a rien de moins ni rien de plus que les autres. Il doit être prêt et se soumettre au système existant. Comment peut on imaginer que cet immigrant va pouvoir vivre dans un pays dont il ne connait rien ?

        La politique d’immigration doit être une politique européenne  :

        Tout le monde dit cela parce qu’il existe le traité de Schengen. C’est archi faux.
        Le fait de ne pas avoir de poste de police à la frontière, c’est comme les postes de douane, le contrôle peut se faire partout. A la mairie, a la banque, dans la rue etc. Une personne qui vit en France est quotidiennement en relation avec de nombreux acteurs. Il faut étendre le droit de la vérification d’identité partout ou cela a un sens en particulier dans les organismes publics et sociaux.
        mais surtout activer ce qui est déjà possible mais non disponible, la vérification par internet ou par téléphone de la carte d’identité et autres documents délivrés par l’etat.
        Les faux ne passent que parce qu’on ne vérifie pas. Contacter un centre de vérification, taper sur le téléphone portable le nom et le numéro de la CNI, du PPort ou du PC suffit pour lever le doute. Le comportement citoyen ne consiste pas à faire de la délation, pas du tout, mais simplement a ne pas fournir le service a la personne ainsi détectée sous peine de complicité. Je précise que ceci ne veut pas dire des contrôles partout, cela veut dire que la vie des clandestins doit être très difficile, ils sont hors la loi, ils assument le fait de ne pas profiter des services garanti pas cette loi.

        L’expulsion que vous nommez pudiquement « reconduite », n’est pas pratiquée sérieusement.
        Elle ne concerne en réalité qu’une petite minorité en France (je ne parle pas de la Guyane). Elle se heurte a des règles internationales soit disant incontournables : pas de papier, donc pas d’origine, donc pas d’expulsion.
        Comme pour la « licence globale » que certains voudraient appliquer a la musique il y a la « proximité géographique ou culturelle ». Vous chopez un noir, hop retour a Dakar d’où qu’il vienne. Les autorités de Dakar auront vite fait de renvoyer chez eux ceux qu’elles ne reconnaitront pas. Mohammed, retour a Tripoli ou a Alger et Dimitri, retour a Moscou etc… ça marche très bien si on fait l’effort de s’en occuper. Cela me fait rire (si l’on veut) de voir Ghadafi aider l’Europe a maitriser l’immigration et refuser le retour des mecs qu’il a laisser partir de ses cotes.

        La cause principale de l’immigration, … c’est la misère : une politique de co-développement avec les pays d’origine

        Toux faux cette fois encore. La cause de l’immigration c’est la facilité d’une part et l’expansionnisme d’autre part. La facilité, cela consiste à venir dans les pays ou on sait très bien grâce a la télévision et a ceux qui ont déjà réussi, que le système vous prend en charge.
         Le système c’est tout le monde. Le mec qui bosse pour lui et pour les autres construit le système. Même en gagnant un salaire de merde au smic, un mec chez lui enrichit son pays et veut rester. Beaucoup d’immigrants veulent venir parce qu’ils ne veulent pas bosser pour cet équivalent économique du smic chez eux (en pouvoir de vivre, pas en valeur monétaire).
        Ils préfèrent soutenir les murs le long des rues plutôt que nettoyer, planter entretenir etc… même et surtout si c’est culturel, cela ne donne aucune excuse pour l’émigration, la pauvreté, la dignité n’imposent pas de partir mais au contraire de rester et renforcer son pays.

        L’expansionnisme, je ne vous le décrierais pas, vous savez de quoi je veux parler, je ne veux faire de peine a personne ici, mais je précise qu’il n’a pas de place en Europe, c’est honteux de laisser faire.

        Le co-developpement est une chimère verbeuse de plus. le co-developpement ne peut pas s’applique a des pays independants tout simplement parce qu’ils ont leur dignité et qu’il ne veulent pas se voir imposer un neocolonialisme economico-social. Les seules aide possibles consistent a leur renvoyer les ressortissants qu’ils n’ont pas reussi a garder, former leurs elites chez nous, acheter leur produits au prix de marché et respecter leur modèle.

        Le traitement humain des situations est une priorité parmi toutes.

        Sur cette dernière phrase, je ne rajouterai rien, elle est l’évidence même a condition de ne pas confondre les valeurs humaines et les intérêts partisans.

        Voila, c’etait long. Sur ces remarques, laissez moi vous dire donc que je suis opposé a toute forme d’immigration.
        Je ne crois pas, ni en la nécessité, ni a l’enrichissement dont on nous rebat les oreilles.

        La nécessité d’abord… dans le contexte de population mondiale, notre pays n’a pas besoin d’une croissance démographique supplémentaire. Nous bénéficions d’un taux de natalité suffisant et s’il fallait l’augmenter nous pourrions le faire en accordant des conditions sociales plus favorable ce qui entraine mécaniquement l’augmentation de ce taux.
        Nous n’avons pas besoins non plus préserver une biodiversité, notre patrimoine génétique et nos 60 millions d’habitant nous mettent a l’abris de cette vicissitude. Surtout que l’immigration reste possible a une échelle personnelle, par mariage ou exceptions établies sur des critères extrêmement stricts.
        Notre système économique peut se contenter d’une croissance permanente inferieure a 1% a condition justement de renoncer a ce type de raisonnement pernicieux, en particulier celui basé sur le calcul des retraites.
        Mettre la moitié de nos chômeurs au travail (soit quasiment 1 millions de travailleurs en plus) sauve instantanément ET le système de retraite ET le système de santé. La qualité de vie, la gestion du pays, nos relations extérieures ne peuvent que s’améliorer.

        L’enrichissement ensuite… oui, l’enrichissement de l’immigration… là je suis complètement désabusé lorsque j’écoute ce qu’il se dit. Je n’ai toujours pas compris de quoi il s’agissait.
        Si, par exemple, il s’agit d’apprendre une nouvelle recette de cuisine, un manière de se vêtir, quelques chansons ou l’importation de vocabulaire, internet, le cinéma et la télé y arrivent plus que bien.
        Si l’arrière pensée est plus humaine, cela voudrait dire que les valeurs des immigrés, qui ne sont pas les nôtres sont meilleures et donc préférables aux nôtres au point de les importer ?

        Personnellement je ne compare pas et je ne dénie pas aux paysans du Larzac par exemple moins de valeur qu’au malien ou a l’irakien qui se bousculent a la frontière. Il n’est donc pas question de comparer les valeurs portées par les uns ou par les autres, mais de gérer ces différences de valeurs. Dans ce type de confrontation, elles ne font que pervertir celles auxquelles elles vont se juxtaposer ou remplacer, car elles ne sont pas le fruit d’une adaptation humaine et contextuelle qui les ont fait naitre mais un apport déviant sur un milieu différent.

        L’immigration n’est pas un enrichissement, c’est une épreuve qu’il nous faut subir pour assimiler et effacer un échec en espérant bien sur que cette assimilation se fasse plutôt qu’un renoncement a notre modèle. Accepter de ne plus servir de porc a l’école c’est l’exemple type ou nous avons renoncé a l’assimilation et où nos valeurs s’effondrent devant celle de l’arrivant. Intolérable (svp, les musulmans qui me lisent, je ne porte aucun jugement sur vos coutumes sur cet exemple…)

        En résumé, si j’étais décideurs (heureusement que non, j’entends les certains bien soulagés) je bloquerais toute immigration. Pour ne laisser persister que quelques exceptions.

        Une nation n’a de réalité que lorsqu’elle a un territoire et des citoyens. Sur le territoire national doivent vivre des français dans leur homogénéité et leur individualité. C’est ce qui fait que la nation existe.

        L’immigration de main d’œuvre n’est pas permise. Une entreprise, ne trouve pas, elle importe un employé d’une entreprise extérieure avec un contrat de travail. Le contrat terminé : retour

        Un étudiant veut venir, c’est parfait. En accord avec l’université de son pays, il vient et on peut lui accorder une deux ou trois années de travail après son diplôme et avant son retour…

        Un français veut se marier a un étranger, parfait… l’époux (se) vient et n’acquiert la nationalité définie qu’après 10 ans si elle le souhaite. Par contre on lui doit un document, genre passeport, qui lui donne les mêmes droits qu’un français y compris au niveau du vote. On ne permet aucune naturalisation familiale (des enfants antérieurs, des parents etc) on peut seulement leur octroyer des visas plus favorables.

        On supprime définitivement le droit du sol parfaitement justifié quand les territoires étaient dépeuplés et qu’on mettait 6 mois pour faire 300 km. Un enfant né en France a la double nationalité de ses parents jusqu’à son mariage (même après les 10 ans de son parent ex-étranger). La nationalité française ne lui sera transmise que si cet enfant se marie avec une française. Dans l’autre cas, c’est sa nationalité extérieure qu’il gardera. Il est normal qu’un enfant ayant la double nationalité de franco algerienne par ses parent, qui se marierait avec une algérienne soit un couple d’algériens (ou d’ailleurs). Cela évite le mécanisme d’avalanche qui fait l’extension de la double nationalité, les mariages forcés etc.

        Le droit d’asile n’est pas une droit de nationalité, le droit d’asile c’est la reconnaissance du risque qu’encours la personne et qu’on resoud en l’accueillant sur notre sol, dans le cadre de sa nationalité d’origine. Le droit d’asile ne joue que sur le mécanisme de visa en termes de durée et de droit au travail.

        Pour les droits sociaux, je suis fier que mon pays soigne les personnes en fonction, de l’urgence. Mais cela ne peut pas se faire comme cela. Partant du principe que les clandestins n’existent pas, toute personne a droit aux soins et aux services directs de l’état. Lorsque cela est possible la refacturation doit être faites et transmises aux pays d’origines, peu importe ensuite si il y a remise dans le cadre d’aides financière aux pays. Tous les droits acquis par un immigrés qui rentre dans son pays lui sont conservés, comme sa retraite, par exemple.

        Voila, je pense avoir été trop long comme d’habitude. Il est des sujets difficiles qui ne peuvent faire débats que longuement.
        Bonne soirée


      • posteriori 4 août 2008 11:22

        C est toi le miserable, casse toi de notre pays tu seras un homme ailleurs !
        Puis l auteur t avais qu’a voter royal au lieu de ton abstention, c’est de ta faute tout ça !




        • La Taverne des Poètes 4 août 2008 12:24

          Calmos : c’est le risque de tout démocrate d’être lâché ou soutenu selon les sujets qu’il présente. Quand j’ai soutenu l’idée des mesures de sûreté renforcées pour les criminels multirécidivistes (mesures cependant plus respectueuses du droit et des principes que celles de la loi votée), j’ai reçu le soutien de la droite et le mépris de la gauche. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Demain, cela changera encore. Je ne vais pas modifier mes idées pour être au goût des uns ou des autres. Je déplore quand même l’insulte de certains qui viennent ensuite vous soutenir pour le lendemain vous insulter à nouveau. Ce n’est pas une manière digne de débattre et de respecter le pluralime d’opinions.


          • La Taverne des Poètes 5 août 2008 09:08

            Je ne comprends pas cette censure.


          • La Taverne des Poètes 4 août 2008 13:01

            En Italie aussi : « Une politique d’immigration ne peut être seulement inspirée par des préoccupations sécuritaires. La valorisation des droits fondamentaux et des principes humanitaires est largement absente des mesures prises, en ce moment-même en Italie, qui risquent d’aggraver le climat de xénophobie  », déclare Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe.

            Lire sur le site du Conseil de l’Europe.


            • posteriori 4 août 2008 13:32

              Mais que vient faire la démocratie là dedans ? C’est le risque d’une girouette que d’avoir toujours une tempête dans son dos ! Et comme nos gouvernants sont une belle bande de remueurs de vent, tu vas avoir du mal a trouver le repos !

              Tu seras un homme, je plains ton gamin ...

              Mais je me rassure quand je vois que les petits allemands d’apres guerre ne sont finalement pas si mal en france.


              • orange orange 4 août 2008 13:32

                "........... qu’il faut réguler l’immigration, mais il faut que le gouvernement respecte les règles humaines ........et l’éppaisseur de son portefeuille.

                Que j’aime ce passage.
                Nous devrions tous parler sur ce ton là et encore mieux agir de cette façon., pas que le gouvernement mais la société entière.


                • La Taverne des Poètes 4 août 2008 16:28

                  Selon Florence Aubenas, qui écrit dans Le Nouvel Observateur de juin, "des sondages le montrent très nettement, si les Français incontestablement ont voté pour ce gouvernement, ils ne lui ont jamais demandé de conduire sa politique avec des méthodes aussi inhumaines et violentes que celles des quotas, imposée à tous les fonctionnaires." Le verdict des urnes n’octroie pas un blanc seing, une onction divine, permettant de faire n’importe quoi.

                  Par ailleurs, le gouvernement se fout des promesses et de la sécurité de ces centres : "La première fois où la Cimade en a parlé, c’était il y a quatre ans, avec Claude Guéant, alors conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur. Il nous avait alors promis que ces centres ne dépasseraient pas 100 places. Vincennes est assez vite passé à 140, puis à 240."
                   


                  • La Taverne des Poètes 4 août 2008 17:10

                    Un article du Figaro économique explique que Les entreprises du Québec accueillent chaque année quelque 45 000 immigrants pour pallier le manque de main-d’œuvre et prennent en compte leur religion (théorie des accommodements raisonnables). C’est la société qui doit s’adapter à l’étranger et non l’inverse.

                    Mais c’est trop dans l’autre sens, à mon avis. En effet, au Québec, la liberté de religion est un principe sacré (inscrite dans la charte des droits et libertés), mais pas le principe de laïcité. Du coup, la Cour suprême de encourage depuis 1994 les demandes d’accommodements : des jours de congés religieux sont accordés, des lieux de prière aménagés dans les entreprises. 

                     


                    • TSS 4 août 2008 18:49

                      @tu seras un homme

                      ex attaché parlementaire,planqué en suisse qui donne des leçons de Francité ,pathétique !!!!


                      • Soleil2B Soleil2B 4 août 2008 23:22

                        Cap Nègre.....................
                        Haut lieu du débarquement de Provence.........
                        Les Commandos d’Afrique Français ont escaladé dans la nuit 60 mètres de falaises à pic pour neutraliser les défenses allemandes................
                        La plaque du premier soldat tombé lors du débarquement, l’adjudant-chef Texier, dans les années 50.........
                        www.casimages.com/img.php
                        La voici aujourd’hui...............
                        www.casimages.com/img.php
                        Mais vous ne pouvez plus y acccéder !
                        Au mépris du devoir de mémoire (qui ne semble concerner que certains) et du respect de la bande littoral, les nantis en ont fait un domaine privé.


                        - Normal, tant les Italiens que les Hongrois, en 40 étaient du bon côté de la lumière, ils peuvent donc se l’approprier.

                        Putain de pays !


                          • foufouille foufouille 5 août 2008 10:17

                            bientot la france fera comme le nouveau mussolini, elle enverra l’armee controlez les petits bruns sans costard


                            • Soleil2B Soleil2B 5 août 2008 10:40

                              Pourquoi "bientôt" ?
                              Il y a bien longtemps que le processus est en marche, et au moindre prétexte Gargamel utilisera l’armée.


                            • foufouille foufouille 5 août 2008 19:28

                              contrairement a l’italie, les militaires ne chasse pas encore les sans papiers


                            • Soleil2B Soleil2B 5 août 2008 22:56

                              Ils chassent les spectateurs !
                              C’est pas mieux.


                            • La Taverne des Poètes 5 août 2008 10:41

                              ça devient n’importe quoi. On censure des commentaires en cascade sans explication et très probablement sans raison. Par contre je vois que les rendez-vous d’Agoravox font dans le racolage et le canular genre théorie du complot du plus mauvais goût. Tenez-vous bien : Claude François avait des liens avec la mafia ! ça commence à devenir n’importe quoi sur ce site...


                              • Soleil2B Soleil2B 5 août 2008 22:48

                                J’adore !

                                -"Autant le prendre à la rigolade, même si cela donne une triste idée des capacités de l’homme à se réunir pour améliorer sa situation".


                                - Beaucoup (trop) se sont réunis le 7 mai 2007.

                                - Pour ce qui est d’avoir amélioré la situation, on en reparlera.....................................


                              • jak2pad 5 août 2008 11:25

                                le jeu de mots assez indigent dans le titre annonce bien le contenu de l’article, tellement bien que l’auteur aurait pu s’abstenir de l’écrire

                                la France est une vaste Arche de Zoé, et l’hypocrisie érigée en doctrine n’apporte que rarement de bons résultats

                                je conseille à tous les braillards droits-de-l’hommistes une promenade familiale en vélo du côté de la Seine-St-Denis, vers Aulnay-sous-Bois ou Clichy ou Pantin-les Courtillières ( où a longtemps oeuvré notre ex-ministre de la Ville, Claude Bartolone) ,et de revenir ensuite s’exprimer ici ,ils y gagneront en expérience et en crédibilité !


                                • La Taverne des Poètes 5 août 2008 11:29

                                  Vous dites "L’auteur aurait pu s’abstenir de l’écrire" : Je dirai le contraire : ne perdons jamais l’occasion d’écrire un article pour dénoncer les gens qui souffrent sous l’action volontaire du gouvernement qui viole allègrement les principes de l’ONU et les droits humains !

                                  Abstenez-vous si vous voulez et dormez bien !


                                • La Taverne des Poètes 5 août 2008 11:34

                                  Et j’ajoute : un président complice d’une dictature chinoise qui massacre et torture. Mais il est vrai que Nicolas est tellement sensible aux médailles, qu’elles soient d’honneur ou olympiques peu importe, qu’il se rendra pour applaudir le dictateur et faire des courbettes devant Sa Grandeur de l’Orient.

                                  Au nom du divertissement nécessaire des peuples. Au nom du pragmatisme et du marché à conquérir.





                                • jak2pad 5 août 2008 14:52

                                  merci de votre réponse enflammée, mais je n’y comprends plus rien : vous parliez bien d’une histoire attristante, mais sans grand intérêt, de vol de cyclomoteur, qui vous permettait de donner en passant une petite leçon de droits de l’homme à ceux qui n’auraient pas lu le préambule de notre constitution

                                  et là vous passez sans transition à notre Président et à ses rapports avec la Chine ????

                                  quand vous voyez les vagues bretonnes, vous pensez aussi à Sarkozy ?

                                  ou un couple de bigornaux en train de copuler, ça vous fait penser à Carla ?

                                  je pense que ce type d’idée fixe ( fixette en langage populaire) est destructeur, sauf si les associations d’idées sont porteuses d’amusement. J’ai ainsi connu il y a longtemps un jeune homme pour qui tout se rattachait au sexe. Vous seriez très surpris si je vous disais ce qu’il est devenu....


                                • Soleil2B Soleil2B 5 août 2008 22:52


                                  - Castrat à la Scala de Milan ?

                                  - A moins que vous n’ayez bien connu Sàrkö dans sa jeunesse...............................................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès