Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Carnet d’évaluation

Carnet d’évaluation

Pourquoi un audit des ministres ?

Notre gouvernement, dans son permanent souci de transparence, nous annonce tout de go qu’à partir de dorénavant les ministères seront audités mensuellement. Le système fonctionnera sur une évaluation chiffrée de chaque ministre, afin de vérifier que la feuille de route qui lui a été impartie est bien respectée. La transparence de ce dispositif semble prendre fin ici, puisque le commun des électeurs n’aura pas, semble-t-il, accès à l’évaluation, et encore moins aux critères y menant.

Le marché a été attribué au cabinet Mars & C°, mais personne n’a entendu parler d’un quelconque appel d’offres. Un marché public doit normalement être attribué en plusieurs étapes. D’abord l’appel d’offres, puis la sélection des entreprises selon leurs capacités, ensuite, parmi les entreprises aptes est choisie celle qui propose l’offre économiquement la plus avantageuse. Cette procédure, certes longue, mais offrant tout de même des garanties, est une des clés de voûte de l’économie des deniers publics. La transparence n’a donc pas été de mise sur ce sujet non plus.

La question qui vient ensuite est celle du bien-fondé de la démarche. D’abord parce que l’action d’un gouvernement semble être fixée sur le long terme (sauf peut-être dans certains régimes bananiers), et donc une évaluation mensuelle ne peut que refléter un état, beaucoup plus difficilement une tendance à long ou moyen terme. Certains indicateurs trop "rapides" pourraient alors ouvrir la porte à certains abus. Est cité notamment comme critère la fréquentation des films français, pour l’évaluation de Mme la ministre de la Culture. En appliquant cette culture du chiffre au pied de la lettre, il serait simplissime de revoir les modalités d’attribution d’avance sur recettes, et de ne pré-financer que les films ayant le plus de chance de faire de gros scores au box-office. Cet exemple est sûrement réducteur, mais on imagine les dégâts que pourrait entraîner une politique "réajustée" mois après mois, d’après un fil d’audits. De plus, est-il logique d’auditer un gouvernement comme une entreprise ? La "culture d’entreprise" est à la mode ces temps-ci, mais l’action publique doit-elle être auditée. Un des présidents de la Ve République avait coutume de dire qu’il croyait "au pouvoir des idées". La politique étant basée sur des idées, peut-on auditer une idée ? Évaluer son coût, sa faisabilité est du domaine du possible, mais pas toujours. Comment noter une idée dont l’aboutissement n’est possible et les effets visibles que plusieurs années après son énoncé, et qui aura nécessité les efforts de plusieurs ministères et administrations pour être mise en œuvre ?

Enfin, MM. Sarkozy et Fillon sont-ils à ce point dénués de discernement, puisqu’ils ont besoin des services d’un cabinet d’audit pour vérifier que la feuille de route qu’ils ont eux-mêmes édictée est bien respectée ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Redj Redj 7 janvier 2008 14:22

    Je me demande moi aussi pourquoi ce besoin de notation débile. Ont-ils tellement peur de passer pour des incapables pour devoir autant justifier de leur travail ??? On se le demande. La meilleur notation ce sont les urnes, point final ! Ils veulent se donner des airs modernes de management, sauf que dans les faits, généralement ces notations ne servent strictement à rien, à part engraisser le cabinet d’audit chargé de le faire !!!


    • JLS 9 janvier 2008 08:27

      S’ils ont peur de passer pour des incapables, une seule question : qui les a nommés ?


    • morice morice 7 janvier 2008 14:52

      Un idée de notation/avis : « Borloo, a fait de nets progrès, trois mètres, effectivement : c’est rapproché du radiateur ». Avoir un côté prof, ça peut être amusant...


      • TSS 7 janvier 2008 16:16

        Dati faisant ses courses chez Dior pendant que les avocats sont devant sont ministère !quelle note à l’audit ?


        • anny paule 7 janvier 2008 18:29

          Nous payons grassement des ministres qui ne nous font guère de cadeaux ! Nous allons également payer un cabinet d’audit privé ! (qui fera la pub du gouvernement, ne nous faisons pas d’illusions !) Nous payons de notre peine sans voir nos situations s’améliorer !

          On se paye vraiment nos têtes !


          • JLS 7 janvier 2008 21:15

            Loin de moi l’idée de polémiquer quant aux rétributions des ministres, là n’est pas le sujet.


          • Christoff_M Christoff_M 8 janvier 2008 03:43

            Donnez l’évaluation a un cabinet ou à une assemblée externe, c’est tout à fait un comportement actuel d’irresponsabilité, de gens qui délèguent, comme le veut l’expression consacrée, pour éviter de diriger, ne pas prendre de décision perso, et infantiliser les gens en les ramenant sur les bancs de l’école !!

            j’ai déjà vécu ça dans deux grosses sociétés, méthodes qualités, bilans et évaluations par des intervenants externes à la société, qui se présentent comme experts !! ( comment peut on être expert, en débarquant tout à coup dans une boite que l’on ne connait pas ? ?) et qui aboutissent en général à des charrettes, si ce n’est la fermeture de la boite, non sans s’etre largement payé avant de laisser la boite à son destin.

            Si celui qui prône ces méthodes dépassées et jetées aux orties ailleurs, est à la tête de la France, je m’inquiète pour l’avenir du pays !! Maladie française, nommer des commissions d’études, désigner des experts au moindre problème pour éviter de prendre une décision !!


            • Krokodilo Krokodilo 8 janvier 2008 10:50

              Effectivement, il s’agit de pure démagogie et de gabegie. Après le démantèlement des services publics, voici le lâcher d’argent par les fenêtres ! Connaîtra-t-on le montant de la facture du ou des audits ? Ce président n’a décidément confiance que dans les boites privées, pas dans ses propres experts...

              Le Président est responsable devant ses électeurs et devant l’Assemblée, et ses ministres devant lui. Est-il incapable de juger s’il est satisfait de leur travail ? Ou veut-il flatter nos bas instincts en notant ses minsitres comme nous étions notés à l’école ? Maintenant qu’il s’est généreusement augmenté, peut-être pourra-t-il payer l’audit sur son salaire ?


              • Tonio Tonio 8 janvier 2008 11:06

                @christoff : mais le but, c’est précisément de faire des charettes ! Il y’a le Président, et puis il y’a les ministres qu’on tient comme ça. Les ministres à titre temporaire, c’est le côté carotte de l’obéissance. La notation des ministres en place, le côté bâton.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès