Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Carton rouge au Conseil régional de l’Yonne !

Carton rouge au Conseil régional de l’Yonne !

La majorité de droite du Conseil Général de l'Yonne a voté sans état d'âme la fin de la gratuité des transports scolaires.

Ces élus ont ainsi mis fin à un principe républicain qui veut que l'école républicaine soit accessible à tous, donc gratuite.

Les familles vont devoir payer à partir de 2013 , 90 € pour un élève du primaire, 100 € pour un collègien et 120 € pour un lycéen.

Ainsi est mis fin à un dispositif de transports gratuits mis en place en 1971 dans ce département .

Cette nouvelle dépense va peser sur le budget des ménages et notamment sur celui des familles qui subissent de plein fouet les conséquences de l'austérité et l'augmentation des tarifs du gaz, de l'électricité et des charges locatives

Voici ce que l'on peut lire sur le site du Conseil Général de l'Yonne :

« Transports scolaires : un droit d’inscription limité pour maintenir un service de qualité

Dans un contexte de finances publiques sous tension, le Conseil Général est conduit, à la rentrée 2013-2014, à demander aux familles un droit d’inscription de 10 à 14 % du coût réel des transports scolaires par élève. »

Le contexte est difficile, certes avec la politique de réduction des déficits publics, réduction imposées par le traité de Bruxelles et acceptée par une majorité PS soutenue pour l'occasion par l'UMP et les centristes.

Le contexte n'explique pas tout et surtout ne justifie pas une politique qui vise à supprimer un acquis et un principe : celui de la gratuité de l'école

Rappelons que de nombreux enfants scolarisés en primaire sont contraints de prendre le bus parce qu'il n'y a plus de classes dans leur commune de résidence ou que dans le cadre du regroupement pédagogique existant, leur section se trouve dans la commune voisine.

Ah ces fameux droits d'inscription limités !?

Le Conseil Général veut nous faire le coup du forfait hospitalier, oui vous savez ce forfait qui,« symbolique » a vu son montant être multiplié par six en quelques années !

Aujourd'hui les familles vont régler 14% de la note, puis le pli étant pris, 20% ou plus l'année d'après....

Carton rouge aux 22 conseillers généraux qui ont mis à mal le principe de gratuité de l'école...

Cette décision inique et irresponsable, prise à l'arraché ( 17 conseillers se sont opposés et un s'est abstenu)doit être dénoncée et être annulée.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • sandre08 12 mars 2013 08:19

    Les transports scolaires payants furent mis en application en Corrèze sous la présidence de F. Hollande. Ils le sont aussi dans les Ardennes avec l’exemple du département cité précédemment.
    Droite ou gauche,ce sont les mêmes politiques au nom de la crise ou de Bruxelles.Nous payons l’incompétence et la lâcheté de nos dirigeants .


    • fcpgismo fcpgismo 12 mars 2013 08:42

      Utiliser le terme Gratuit est une imposture. Le coût du transport est soit payé en intégralité par l’ usager soit par l’ impôt, il n’ existe pas de transport gratuit mais on utilise ce terme pour tromper la population, à quels fins ?

        J’ ai donné des barettes de mémoire et non seulement je les donne mais en plus je les envoi à mes frais là on pourrait parler de gratuité.

      • 1871-paris 1871-paris 13 mars 2013 06:41

        il y a que toi qui semble ne pas avoir compris.


        ha, si certain patrons croient que les finances de la boite qu il dirige sont les leurs....

      • Txotxock Txotxock 12 mars 2013 09:20

        D’un autre côté, la gratuité pour tous est source d’inégalité si on l’applique aussi pour ceux qui pourraient largement se la payer.


        • epicure 13 mars 2013 01:46

          Oui c’est vrai la gratuité pour tous est une inégalité....
          - Même règle, droit pour tous (personne ne paye le transport donc même les plus démunis peuvent y accéder, tout le monde a droit au transport scolaire).
          - Egal accès à un service pour tous.
          Les deux réunis résument parfaitement le concept d’égalité.

          L’école est gratuite et obligatoire pour tous, règle égalitaire, donc l’accès à l’école par les transport en commun doit pouvoir être gratuit pour tous.
          Monsieur et madame de la tronchanbier de toute façon n’envoien t pas leur bambin en car, mais en voiture personnelle.
          EN général les utilisateurs de bus sont plutôt des classes moyennes ou modestes qui n’ont pas les moyens de transports individuels des gens plus aisés.


        • Michel DROUET Michel DROUET 12 mars 2013 09:31

          « Dans un contexte de finances publiques sous tension » : c’est surtout cette phrase qui est choquante. Le budget des familles est lui aussi sous tension.

          Maintenant, il n’existe pas de transports gratuits comme le souligne fcpgismo.

          Le problème des transports scolaires, c’est que des parents, à partir du moment où le service est gratuit, demandent la carte de transports en sachant que leurs enfants ne les utiliseront qu’exceptionnellement, les jours où ils ne pourront pas les conduire eux-mêmes.

          Or, il faut savoir qu’un abonnement souscrit est payé intégralement au transporteur, que l’élève soit présent ou non dans le car de ligne régulière, c’est à dire que l’abonnement est règlé rubis sur l’ongle au transporteur qui fait de juteux bénéfices, ce qui lui permet d’acheter un super car de tourisme pour transporter le club du 3ème âge.

          La solution ? de veritables réseaux de transports publics avec paiement des seuls trajets réellement effectués après validation à l’aide de cartes magnétiques.

          Autre solution, la mise en place de régies départementales ou intercommunales.

          Ces solutions demandent un peu de courage politique et des explications aux citoyens... 

           


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 12 mars 2013 10:09

            @fcpgismo


            Si l’on suit votre raisonnement, rien n’est gratuit, sauf pour ceux qui ne paient pas d’impôts (et encore, ils mangent, donc ils paient des impôts indirects !).
            A partir du moment où l’on a banni les écoles de proximité, il est normal que les transports scolaires soient pris en charge par la collectivité, au même titre que l’école elle-même.


            • curieux curieux 12 mars 2013 15:14

              Exact. A la campagne, la majorité des classes est supprimée. Le transport doit être gratuit.


            • Ricquet Ricquet 12 mars 2013 22:21

              Etant de l’Yonne et mon épouse institutrice, ce sujet m’interpelle de prime abord.

              Qu’il faille faire des économies, cela s’admet très bien, mais le faire sur le dos de l’école obligatoire et distanciée, au détriment des villageois (souvent démunis) dont les écoles sont fermées suite aux regroupements, est un non sens.
              Le chômage est tel dans l’Yonne (plus haute hausse de Bourgogne) que la réouverture de quelques écoles seraient salutaires à bien des communautés. (sans parler du temps gagné dans les transports imposés et des quelques emplois à la clef pour notre jeunesse en mal de stages dévalorisants)
              Encore des indignés en perspectives...
              Si vous voulez faire des économies, faites les sur les ronds points...
              Et surtout sur vos têtes pensantes (députés... qui ne représentent qu’eux même, c’est à dire un conformisme à défaut d’une voix qui soit un porte drapeau de la démocratie.)


            • foufouille foufouille 12 mars 2013 11:49

              le but est d’etre chomeur des 14 ans


              • viva 12 mars 2013 12:46

                Cela ne se passe pas que dans l’Yonne, en Corse dirigé par la gauche les transports scolaires ont été purement et simplement supprimé sur certains tronçons et rendu payant sur ceux qui restent. 


                De nombreuses familles étaient contraintes de payer les internats à partir du lycée et à présent les transports, les bagages des internes sont aussi devenus payant comme si il s’agissait de passager. 
                De nombreuse famille vivant dans des villages isolés ne pourront plus scolariser leurs enfants ou alors au prix de sacrifices indécents.
                 
                Pour les Etudiants obligés de se rendre sur le continent les tarifs des transports sont devenus prohibitifs et se rajoutent au reste.

                Parallélément les touristes voient leur billet de transport subventionné dans des proportions inadmissibles..., Cherchez l’erreur ....

                • reprendrelamain reprendrelamain 12 mars 2013 13:03

                  L’école étant obligatoire jusqu’à 16 ans que fera le conseil général des enfants de parents qui n’auront pas les moyens de payer les transports ?

                  Une suggestion : Ils supprimeront les allocations familiales à ces mêmes familles pour absentéisme répétés !


                  • foufouille foufouille 12 mars 2013 15:17

                    le CNED est sur le net


                  • spartacus spartacus 12 mars 2013 15:59

                    L’économiste et Prix Nobel Maurice Allais montre qu’en plus de l’alternative “payer ou ne pas payer” se pose une autre question “combien faut-il payer ? ”. 


                    Pour illustrer la difficulté de répondre à la question, il met en scène la métaphore dite du voyageur de Calais, où est posée la question apparemment simple de savoir « combien coûte un passager monté à Calais dans le train qui se rend à Paris ? ».

                    Un contrôleur estimera que la consommation de ressources supplémentaires n’est pas vraiment chiffrable, et sera tenté de répondre presque rien (coût marginal nul).

                    Le chef de train sera plus mesuré : si soixante passagers font comme lui, il faut ajouter une voiture au train. Il sera donc tenté d’imputer 1/60e du coût de la voiture pendant le temps du transport.

                    Le chef de ligne ne l’entend pas de cette oreille : on ne peut pas ajouter indéfiniment des voitures à un train, et au bout de 20 voitures il faut doubler celui-ci. Il souhaite donc imputer pour sa part, en plus du 1/60e de voiture précédent, 1/1 200e du prix de la motrice et du salaire de son conducteur.

                    Le chef de réseau n’est pas du tout d’accord : on ne peut pas multiplier ainsi les trains sans risque sur une même voie, et à partir de 50 trains par jour il est obligé de doubler la voie. Il ajoute donc pour sa part 1/120 000e du coût de la voie (toujours rapporté au temps du transport).

                    Maurice Allais montre ainsi que par approximations de gratuités successives on arrive à ce que doit être le coût minimal du billet pour que la compagnie ferroviaire ne se retrouve jamais dans une impasse. 

                    Vous vous étonnez qu’a force de clientélisme, pour toujours d’honorables raisons le pays laisse des dettes aux générations suivantes.


                    L’exemple montre qu’on ne parle pas vraiment du “coût d’un bien ou d’un service”, mais qu’il est plus exact de parler de coût issu d’une décision (en indiquant à quel niveau on la considère).


                    • CHALOT CHALOT 12 mars 2013 17:01

                      spartacus ! quel est le rapport avec le sujet de l’article
                      Je ne parle pas des coûts mais d’un principe vieux de 140 ans, celui de la gratuité de l’instruction obligatoire...
                      Des économies peuvent être faites sur d’autres lignes budgétaires


                      • spartacus spartacus 12 mars 2013 18:17

                        Des millions de personnes portent leurs enfant à l’école, et payent leur voiture ou le bus. On voit pas pourquoi ceux de l’Yonne ne paieraient pas.


                        Le transport jusque l’école ne fait pas partie de de l’instruction. Il en est de la responsabilité individuelle de chacun. 

                        On peut aussi douter l’argument que le bus gratuit favorise les moins aisés, il favorise principalement ceux qui ont fait le choix de vie de vivre éloigné des centres urbains. Le châtelain comme le Smicard. 

                        La sauce « sociale » pour tout et n’importe quoi est en train de tuer le pays

                        Le transport scolaire n’est pas un organisme d’assistance sociale. C’est un service qui coûte et qui sert à transporter des gens d’un point à un autre.
                        S’il est gratuit c’est une entrave à la libre concurrence.

                        S’il faut aider des gens, c’est à la CAF ou aux bourses scolaires de prendre en charge. POINT.

                        • urigan 12 mars 2013 19:02

                          Trop fort Spartacus

                          "......, il favorise principalement ceux qui ont fait le choix de vie de vivre éloigné des centres urbains. Le châtelain comme le Smicard.« 

                          T’as fait le choix de quoi, toi ? Les smicards ont été chassés des centre ville par le coût des loyers exhorbitants.

                           »S’il est gratuit c’est une entrave à la libre concurrence.« T’as déjà vu un transporteur privé prestataire du Conseil Général travailler gratuitement ? Trop fort Spartacus !

                           »S’il faut aider des gens, c’est à la CAF ou aux bourses scolaires de prendre en charge. POINT."

                          Et la CAF elle prends les sous où Spartacus ? Des impôts que tu paies . Et les bourses distribuées au familles, qui les remplit ?

                          Trop fort Spartacus, vraiement trop fort !


                        • Gauche Normale Gauche Normale 12 mars 2013 19:50

                          @Spartacus

                          Des millions de personnes portent leurs enfant à l’école, et payent leur voiture ou le bus. On voit pas pourquoi ceux de l’Yonne ne paieraient pas. 
                          Mais oui, c’est simple si les classes populaires des 100 autres départements français se font faire les poches, alors ceux de l’Yonne aussi. Surtout n’essayons pas l’inverse, comme par exemple envisager de rendre gratuits les transports en commun dans tous les départemnts, non non.
                          S’il est gratuit c’est une entrave à la libre concurrence.  smiley
                          Vous vous dites contre les taxes mais vous êtes d’accord pour faire payer aux plus pauvres (il y en a) les transports au même prix que ceux qui en ont les moyens. Et tout ça au nom de la « concurrence » ! Mais bon, si se faire traiter comme une vache à lait respecte la concurrence, tant mieux c’est l’essentiel.
                          Si un jour une maison parvient à l’indépendance énergétique grâce à des panneaux solaires fixés sur son toit, son énergie sera gratuite ! Bouh quelle horreur ! Et vous serez là pour dire à son propriétaire qu’il entrave la « libre concurrence »...

                        • CHALOT CHALOT 12 mars 2013 18:46

                          spartacus avec un petit s, la responsabilité du transport scolaire incombe dans le cadre de la loi de décentralisation aux conseils généraux.
                          Dans de nombreuses communes il n’y a plus d’écoles et les pouvoirs publics ont dit aux parents : « Ne vous inquiétez pas il n’y a plus de classe dans votre commune mais le service de transports scolaire gratuit permettra à votre enfant de se rendre dans la commune d’à côté » !


                          • titi 12 mars 2013 19:30

                            @L’auteur

                            Vous avez un peu tronquer les choses...

                            « un droit d’inscription de 10 à 14 % du coût réel des transports »
                            Est avant tout lié au fait que les parents inscrivent leurs gamins « au cas où », et au final ne les mettent jamais dans le bus. Et le bus passe quand même tous les jours devant chez eux puisqu’ils sont inscrits.

                            La gratuité « ressentie » (puisque la gratuité n’existe pas) génère des dérives.


                            • BlackMatter 12 mars 2013 19:31

                              Cet article est vraiment pitoyable... Comment voulez vous qu’on baisse les impôts des plus riches si on ne fait pas payer les pauvres ? smiley


                              • CHALOT CHALOT 12 mars 2013 19:42

                                Titi ! Il y a toujours des incertitudes quant au nombre de personnes qui se présentent dans les cars.
                                Ce que vous reportez c’est une des justifications de la majorité du Conseil Général

                                BlackMatter, c’est de l’ironie ?


                                • Michel DROUET Michel DROUET 13 mars 2013 08:59

                                  @ Chalot

                                  Pas d’accord pour payer aux transporteurs des cars qui ne circulent pas. Cela s’appelle du gâchis d’argent public et on peut y remédier autrement qu’en faisant payer les familles (paiement des trajets réellement effectués après validation de cartes magnétiques).


                                • titi 13 mars 2013 23:47

                                  « que vous reportez c’est une des justifications de la majorité du Conseil Général »

                                  Justement !!!

                                  Vous n’avez pas présenté dans votre article ces arguments. Or ca me parait un minimum de présenter l’argumentation de ceux à l’origine de la décision, avant de les traiter de salauds.

                                  Faire payer moins de 14% du prix réel du transport aux familles pour éviter les dérives, ca me parait pas une injustice incommensurable. C’est même plutot une gestion en « bon père de famille ».
                                  Et pour ce qui est de la gratuité de l’instruction, il y a des choses beaucoup plus chères, comme par exemple les livres à l’entrée de 6ème.


                                • Yohan Yohan 12 mars 2013 20:18

                                  Je paye bien les transports parisiens de mes filles, ça me parait normal. Pourquoi faudrait-il que le contribuable lambda paye pour les transports scolaires d’autrui ? L’école est gratuite, c’est déjà pas mal. La gratuité n’existe pas, la facture est simplement mutualisée que l’on ait des enfants scolarisés ou non. Le célibataire, vache à lait de luxe, aurait de quoi s’indigner. 


                                  • Hieronymus Hieronymus 12 mars 2013 20:25

                                    il faut dire qu’avec des chauffeurs comme Emile Louis
                                    qui emmenait les handicapées vers l’Enfer, on se demande
                                    si le Conseil régional ne devrait pas plutot décider de rémunérer
                                    les usagers des transports que de se faire rémunérer ?
                                    désolé pour ce clip d’humour noir smiley


                                    • Michel DROUET Michel DROUET 13 mars 2013 13:41

                                      Précision : c’est le conseil général (département) et non le conseil régional qui est compétent pour l’organisation des transports scolaires.


                                    • CHALOT CHALOT 12 mars 2013 20:36

                                      Yohan ! parce que l’école est gratuite et obligatoire ( du moins l’instruction) DEUX PRINCIPES à lier a celui qui s’appelle LA SOLIDARITE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès