Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Castration chimique : L’eugénisme de l’UMP

Castration chimique : L’eugénisme de l’UMP

Quand un pédophile récidiviste déjà impuissant réclame au Président sa castration physique, Brice Hortefeux loue les qualités génétiques du dauphin Jean.

En pleine double affaire Frédéric Mitterrand - Jean Sarkozy, le gouvernement a sauté sur l’occasion pour changer de sujet en relançant la polémique sur la castration chimique. Thème ô combien populiste et, ça va de pair, cher à l’opinion publique. Deux faits divers sont à l’origine de cette charge : l’homicide de la joggueuse Marie-Christine Hodeau par un violeur récidiviste fin septembre ; et la comparution devant les assises du pédophile lui-aussi récidiviste, Francis Evrard, ce lundi 25 octobre. Ce dernier s’est d’ailleurs fendu d’une lettre à Nicolas Sarkozy lui priant de lui accorder la délivrance de son mal par castration physique. "De toute façon, à mon âge actuel, je n’en souffrirai pas et cela empêchera mes tendances envers les enfants » a-t-il déclaré.

Si c’est dans les gènes, c’est pas dans les couilles !

Que peu bien penser notre Président de cette demande de mutilation ? Si l’on s’en réfère à son entretien d’avec Onfray dans les colonnes du mensuel Philo Mag juste avant son élection de 2007, Nicolas ne devrait pas pouvoir céder à la demande du prévenu : « J’ai tendance à penser qu’on naît pédophile », avait-il affirmé. Un coup de bistouri au-dessus des roubinioles semble dès lors très insuffisant pour effacer un trait aussi contingent, caractéristique d’un individu. Si l’on naît pédophile - conception scientifique naïve et enfantine, pour ne pas dire dangereuse et totalitaire - l’on présuppose que cette perversion est inscrite dans nos gènes. Par conséquent, la simple ablation de nos organes reproducteurs ne servirait à rien.

De l’utilité des sciences humaines

Car si Francis Evrard réclame sa castration, son « corps ne réagit ni à l’excitation ni à la prise de médicaments », selon Me Emmanuel Riglaire, l’avocat de la victime. En clair : le pédophile récidiviste est déjà impuissant. Une castration chimique - dont la mise en place sera examinée par les députés fin novembre à la demande du Président - ne serait pas efficace. La perversité, à savoir le plaisir qu’on peut retirer à voir autrui souffrir, est bien plus liée à un problème cérébral qu’à une vigueur sexuelle. Et nous ne prenons ici en compte que les données purement physiologiques. Toute personne familière de l’amoncellement des connaissances en sciences humaines - et en si mauvaise posture dans nos universités - est capable de convenir rapidement à une nécessaire interaction entre l’acquis génétique d’un individu et la somme de ses expériences vécues, pour expliquer un comportement, un trait, une inclinaison.

Le gène de la démagogie

Mais quand on est tributaire du peuple pour assouvir un succès électoral, on prend souvent le chemin le plus court. Ainsi, Michèle Alliot-Marie annonçait au début du mois « une loi avant fin octobre pour rendre la castration chimique applicable ». Ségolène Royal n’est pas en reste : « Tout ce qui va dans le sens d’empêcher les prédateurs sexuels de récidiver doit être proposé ». La palisse n’aurait pas dit mieux. Quand on vous disait qu’elle serait parfaite dans le rôle de Frédéric Lefebvre pour assurer la com’ de l’UMP...

Hortefeux l’ingénu

Car, à l’exception de l’ex-candidate PS (Populisme Soft), l’obsession pour les théories eugénistes et leurs moyens barbares d’application devient une marque de fabrique de l’UMP. Tel Brice Hortefeux, qui louait sur le plateau de « A vous de juger » les qualités que Jean Sarkozy avait hérité de son père : "Il a incontestablement des points communs (avec Nicolas Sarkozy). Il a, à la fois la passion, euh... mais en même temps la raison, et finalement ce sont des qualités euh, en l’occ... génétiques." (26 ème minute de l’émission du 21/10).

Pour le père du fiasco des tests ADN sur les candidats à l’immigration, cette déclaration n’est sans doute pas choquante. Mais les mots ont un sens, et celui qui est venu à la bouche de Brice Hortefeux a été « génétique ». Il aurait pu dire « héréditaire », mais non. Pour Brice, il y a le gène de la raison, le gène de la passion. Pas besoin de faire des études, de passer des diplômes, on est comme on naît...

A force de vouloir séduire l’opinion publique, le politique finit par réduire son discours à une peau de chagrin. De réductionnismes en amalgames, nos représentants n’assument plus leur rôle pédagogique. Au-lieu d’élever notre niveau de connaissance, le représentant du peuple, éternel candidat en campagne, joue le sophiste et s’abaisse au niveau du plus ignorant pour mimer son discours inculte. Sans y croire lui-même, et c’est là que le peuple y perd. Quand un membre du gouvernement affirme que la raison et la passion sont des qualités génétiques, il légitime tout à chacun à penser de la même manière. Et c’est Luc Chatel qui en paiera les pots cassés ; car à force de contre-vérités épistémologiques, les profs de sciences et de philo vont avoir du boulot !

Un article du site www.animalpolitique.com

Documents joints à cet article

Castration chimique : L'eugénisme de l'UMP

Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Bobland59 Bobland59 27 octobre 2009 15:59

    Voir ce que dit Badinter, cela résume sur toute cette castration physique ! Je suis d’accord avec lui couper des couilles c’est le même crime que de couper une main ou pire une tête. Méthode de barbare tout simplement !!!!!!!!!!!! Il rappelle les Droits de L’Homme, mais les barbaresques connaissent is encore au moins son exsitence ?


    • Fergus Fergus 27 octobre 2009 18:58

      D’accord avec vous.

      J’écrivais hier dans un commentaire sur ce sujet que la barbarie ne peut être une réponse à la barbarie.

      Et toute mutilation décidée par un être humain sur un autre être humain, aussi horribles soient les faits qui lui sont reprochés, est un acte de barbarie.

      L’indispensable protection de la société vis-à-vis des criminels récidivistes les plus dangereux doit être orientée vers des moyens respectueux, non des criminels (on ne peut respecter que des personnes respectables), mais de leurs droits et de leur intégrité physique. 


    • french_car 27 octobre 2009 17:10

      Hortefeux a parlé des qualités génétiques du filleul Jean mais pas de ses gonades, lesquelles se sont totalement dégonflées depuis certaine candidature à la présidence de certain établissement public smiley


      • franck2010 27 octobre 2009 17:24

        J’ai entendu Debré vouloir, à l’assemblée nationale, cet aprés-midi que la France s’aligne sur la pratique de la camisole chimique dans de ’ nombreux pays étrangers ’.

        Moi je croyais la pulsion toujours existante chez les personnes traités...

        Pourquoi, lorsque l’on ouvre ce débat ne parle-t-on jamais des améliorations constatées , de l’évaluation qui a été faite chez ces ’ nombreux pays étrangers ’, quels résultats ont-ils obtenus....

        Par exemple nous nous apprêtons à emboiter le pas au Royaume uni dans le domaine de la surveillance électronique à l’aide de millions de caméras numériques, alors que nous savons que là-bas ce programme de surveillance est un échec.

        La camisole chimique ne serait-elle qu’un vain débat politicien. Et sinon quels résultats constatés à l’étranger ? Aprés on peut commencer à discuter.


        • karquen karquen 27 octobre 2009 18:07

          Pour moi un cinglé est un cinglé. Pédophile, anthropophages, nécrophages...
          Ces gens n’ont rien à faire dans les rues, et une castration chimique n’empêchera jamais d’autres pulsions ou une évolution des pulsions pour nuire aux autres.

          C’est à mon sens de l’argent, de lieux spécialisés fermés, sur des années ou pour toute leur vie que ces malades doivent être soignés.
          C’est seule une commission de médecins qui peuvent décider (et non un juge) si un individu représente un danger social ou non.


          • docdory docdory 27 octobre 2009 18:53

            @ Willy Gardett 


            A noter qu’il serait impossible d’imposer légalement la castration chimique obligatoire : en effet , le code de déontologie médicale interdit d’imposer à un patient un traitement dont il ne veut pas . Un médecin qui ferait une injection de ce type sans le consentement du malade serait fautif .

            A noter par ailleurs que le terme castration chimique laisse croire, à tort , que c’est irréversible. En réalité , il s’agit d’injections mensuelles qui aboutissent à la baisse du taux de testostérone sur une période de un mois . Si l’injection suivante à quelques jours de retard , le « traitement » ne fait plus d’effet ...

            • Massaliote 28 octobre 2009 09:30

              Merci Pasou, commentaire très instructif.

              « Tout ce qui va dans le sens d’empêcher les prédateurs sexuels de récidiver doit être proposé ». Pour une fois, d’accord avec Ségolène. Moi, je suis pour la castration physique totale dès les premiers attouchements. Je sais, je suis barbare, fachiste et j’en passe...


            • johnford johnford 1er novembre 2009 15:17

              @ massa
              non vous êtes stupide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès