Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > CDS, titrisation, « Pissotière à roulettes » et Roms (Suite et fin) : Roms (...)

CDS, titrisation, « Pissotière à roulettes » et Roms (Suite et fin) : Roms titrisés ?

Rendons d'abord à César ce qui est à César et ce qui lui revient à Michel Feher, philosophe de son état et président de "Cette France-là", association créée en décembre 2007, qui se propose de "documenter [sic] le traitement réservé aux étrangers qui, selon les autorités françaises, auraient vocation à être « éloignés »". En l'occurrence, il s'agit de l'idée, fort ingénieuse à mon sens mais vous en jugerez vous-même dans la suite, de comparer à la "titrisation" financière évoquée dans un précédent billet, le traitement des Roms par les autorités françaises (cf. M. Feher "La Titrisation de la Politique Gouvernementale" , Vacarme 01, 23 juin 2010 ; dois-je préciser que les absurdes majuscules anglo-saxonnes de ce titre ne sont pas de moi ?).

Avant d'aborder la question du jour, un simple petit mot sur les Roms eux-mêmes, quoiqu'on nous rebatte les oreilles à leur sujet depuis des mois. Ayant eu moi-même l'occasion d'aller dans l'Est européen, et en particulier en Bulgarie, j'ai pu y constater quel était l'état général et l'image locale de ces populations qui ont là-bas la réputation de vivre en marge de la société "normale", essentiellement de rapines et de larcins. Ayant vécu quelques années à Marseille, j'ai pu y noter que si nombre de Roms y séjournent aux carrefours pour vous salir votre pare-brise en faisant mine de le nettoyer, les autres trimbalent leur récolte du jour dans d'énormes et somptueuses poussettes, de toute évidence "trouvées" dans les corridors d'immeubles ! Je ne reviens donc pas sur tout ce qui a été dit à ce sujet, y compris sur les dizaines de milliards gaspillés par l'UE pour leur intégration et dont ils n'ont jamais vu la couleur, en France comme dans les PECO.

 

En revanche, détail peu mentionné, on doit se souvenir ou plutôt savoir que les Roms ont été ESCLAVES en Roumanie jusqu'au milieu du XIXe siècle (1856 ou 1858 selon les sources) ; c'est assez dire par là quel a pu être leur sort dans le passé ; il est probable que cette condition servile d'autrefois n'est pas sans incidence sur celle qui leur est faite aujourd'hui. Après tout et au fond, leur sort n'a jamais été meilleur que sous le régime communiste..

 

Revenons à notre propos immédiat. J'ai brièvement évoqué, dans un post précédent, la "titrisation", dont le plus bel exemple a sans doute été donné par le traitement de la situation économique de la Grèce, cas magistralement expliqué par Gaël Giraud aux admirables et intelligibles travaux duquel je ne puis que renvoyer. L'idée ingénieuse de Michel Feher, en la circonstance, a été de voir comment le cas des Rom peut illustrer les nouvelles technologies de manipulation de l'information qui reposent sur une double base en quelque sorte. Elle fait que nos hommes politiques (et on le voit assez dans l'affaire du cumul des mandats) ne souhaitent rien d'autre que être reconduits, dans l'ensemble de leurs fonctions, nationales et locales, toute leur vie durant, car cette dualité de pouvoir leur permet de manipuler, au mieux de leurs intérêts électoraux personnels, l'information et, par là même, l'électorat, plutôt que de tenter de réaliser ou même d'entreprendre les actions généralement chimériques, qu'ils ont annoncées voire promises dans leurs programmes électoraux.

 

Si l'on se place dans la perspective de Michel Féher et si j'ai bien compris la métaphore de la "titrisation", les électeurs sont, en quelque sorte, les actionnaires qu'on va tromper par des discours fallacieux ; on les manipule à travers des opérations qui ne visent qu'à orienter le marché électoral, sous le déguisement d'une gestion apparemment efficace et méditée de flux migratoires jugés intempestifs, plutôt que par une réelle action en faveur d'objectifs déterminés.

 

La métaphore de la "titrisation" des Roms, comme toutes les métaphores, souffre toutefois d'une volonté, excessive mais inévitable, de la prolonger jusque dans des détails qui finissent par la rendre absurde. Je n'irai donc pas jusqu'à dire, selon l'analyse du néolibéralisme que fait Michel Féher, que les 20.000, 25.000 ou 30.000 Roms séjournant en France constituent une "bulle spéculative" comme ont pu l'être, naguère, les "subprimes". En fait après avoir admiré et loué l'ingéniosité de la métaphore, je n'en retiendrai qu'un aspect un peu élémentaire qui peut s'expliquer de la façon la plus simple.

 

En réalité, dans le jeu politicien français, les camps de Roms sont devenus un outil électoral qu'on manipule de la façon la plus rudimentaire mais la plus efficace. Supposons un camp de Roms de 500 personnes qui se trouve dans une ville ou dans une zone A. L'astuce politicienne de base consiste, après l'avoir laissé s'installer ce camp dans la zone A, ce qui vous attire fatalement la fureur des indigènes du coin vu la croissance forte des cambriolages et vols de toutes sortes, vous gagnera, en revanche, la reconnaissance pré-électorale de ces mêmes électeurs de la zone A, le jour où vous allez les débarrasser de cette plaie en faisant passer le camp dans une zone B. Il va très vite y susciter une animosité et une colère des électeurs que l'on changera, au bout d'un délai raisonnable, en reconnaissance et en capital électoral, en faisant passer, cette fois-ci, ce même camp de Roms de la zone B dans une zone C, et ainsi de suite…

 

Comme disait le bon peuple, "ça ne mange pas de pain" et les seuls qui sont vraiment gênés et définitivement mécontents sont les pauvres Roms qu'on contraint de déménager à des périodes régulières car eux ne votent pas ! Ces déplacements ont toutefois l'avantage d'ouvrir de nouveaux champs d'action à leurs larcins et à leurs rapines. Cette stratégie permet aussi, au plan médiatique, de belles opportunités à d'autres acteurs. D'abord aux belles âmes du coin, le plus souvent peu enclines dans les faits à sédentariser quelques Roms par un accueil dans leurs propres demeures ou dans leurs jardins, mais qui ne dédaignent pas de porter leur coeur en écharpe devant micros et caméras. Aux politiciens ensuite (j'use ici, à dessein, de ce terme, péjoratif en français) qui, par là, peuvent augmenter leur clientèle et donc leur capital électoral, quel que soit, par ailleurs, leur bord politique, ce qui est une singularité rare et par là même riche de sens, puisque ces expulsions de Roms, comme on a pu le constater, sont le fait, aussi bien des municipalités de gauche que de celles de droite.

 

Ce qui favorise aussi cette forme de titrisation des Roms est naturellement leur habitat, le plus souvent mobile, qui permet de les obliger facilement et rapidement à se déplacer, ce qui serait beaucoup plus compliqué s'il s'agissait de paysans du Larzac par exemple, qui ont été longtemps le fonds de commerce de Monsieur Bové, avant qu'il décroche les 15.000 euros mensuels de sa sinécure européenne. Ajoutons que nos paysans seraient sans doute plus prompts à prendre la fourche, voire à décrocher le fusil !

 

Et "la pissotière à roulettes" ?

Que vient-elle faire dans cette affaire car je vous sens déjà anxieuse et impatient (parité oblige) de savoir comment je vais en justifier l'étrange présence dans le titre de ce post.

 

Petit rappel littéraire et historique.

L'inventeur de ce concept audacieux, modernisation hardie de la trouvaille bien connue de l'empereur Vespasien qui démontra, du même coup, à son sceptique de fils, que "l'argent n'a pas d'odeur ", est Marcel Pagnol. Il a use de ce terme nouveau dans une scène fameuse de Topaze avant que le "concept" soit repris, sous une forme un peu différente mais dans le même esprit, dans Clochemerle.

Il me faudrait pouvoir ici reproduire l'accent de Fernandel s'adressant au "politicien local" qu'il vient de dépouiller à son tour, car nous retrouvons ici la politique et les "mandats" (à tous les sens du terme) :

"Voyez-vous, mon cher Régis, je vous ai vu à l'oeuvre et je me suis permis de vous juger. Vous n'êtes pas intéressant. Vous êtes un escroc, oui, je vous l'accorde, mais de petite race. Quinze balayeuses, trente plaques d'égout, six douzaines de crachoirs émaillés...Peuh...Le jeu n'en vaut pas la chandelle. Quant aux spéculations comme celles de la pissotière à roulettes, ça, mon cher, ce ne sont pas des affaires : c'est de la poésie toute pure. Non, vous n'êtes qu'un bricoleur, ne sortez pas de la politique'.

Comme les Roms eux-mêmes, la pissotière de Topaze est "à roulettes" ! Cet édicule, dont personne ne veut, même si chacun est heureux de trouver de temps en temps sur sa route et si d'aucuns s'y donnent même des rendez-vous qu'on hésite à qualifier de galants, est en effet déplaçable ! Une pissotière à roulettes, comme les Roms, peut-être déplacée quand sa présence est devenue trop intolérable dans le lieu où on l'avait d'abord installée. Ce déplacement s'achète alors ! Des espèces sonnantes et trébuchantes dans un cas, des voix dans une élection, où est la différence ?

 

Le déplacement des camps de Roms, ce n'est certes pas de la poésie, selon le mot de Topaze, mais ce peut être de la stratégie électorale, quelle que soit l'épithète dont on la décore ou dont on la masque.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 22 octobre 2013 16:20

    Excellent texte. Analyse assez convaincante. Comparer la « titrisation » bancaire avec le pb. des roms est originale.

    Beaucoup de finesse et d’humour « noir » aussi ( allusion à la « pissotière à roulettes » de Topaze).

    • christophe nicolas christophe nicolas 22 octobre 2013 20:25

      Prenons le poids financier de cette affaire : Le coût du Président, de ses ministres, de ses collaborateurs et de ses service et estimons le coût horaire à 1500€, moins serait les insulter. J’imagine une bonne centaine d’heures de travail, donc 150000€

      Prenons le coût de la famille Léonarda, je ne sais pas, ils filoutent le système j’imagine à 2000 € par mois grand maximum, ce qui n’est pas bien. 5ans donc 125000€ à majorer par les spécialistes mais les détails sont inutiles, ils vont nous dirent que la santé « coute », que la vie « coute », que leurs enfants « coutent » et que donc il vaut mieux suicider l’espèce qui « coute ». des fois je me demande comment peut -on autant coûter et rapporter si peu ? Un mystère qu’on nous cache...

      Que conclure ? Simplement que si le monde avait un développement harmonieux, que le niveau de vie des pays les uns par rapport aux autres était homogène, de tels problèmes n’existeraient pratiquement pas. Mais les pays, c’est comme les bonhommes, c’est chacun pour soi dans une logique de combat économique parce que les experts croient que la « loi de la marche au hasard » est une vérité... ce qui est faux.


      • morice morice 15 novembre 2013 00:09

        « En réalité, dans le jeu politicien français »


        vous ne l’êtes donc pas, visiblement, français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès