Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cécile Duflot : écologie politique, décroissance et valeurs de (...)

Cécile Duflot : écologie politique, décroissance et valeurs de gauche

Cécile Duflot a le vent en poupe et se retrouve aujourd’hui en situation de souffler l’Île-de-France au grand frère socialiste Jean-Paul Huchon. Les derniers sondages montrent que les électeurs de gauche sont prêts à reporter leurs voix sur la candidate Verte. Pourtant sur bien des points, les convictions de Cécile Duflot sont incompatibles avec les valeurs de gauche.

Tant que les écologistes ne représentaient qu’une force d’appoint pour la gauche, nous pouvions faire l’économie d’une réflexion sur les réelles valeurs des écologiste, et en particulier sur l’une de leurs idées-phares : la décroissance. La montée en puissance des questions écologiques et les succès électoraux des Verts ont fondamentalement changé la donne.

Les Verts sont aujourd’hui en mesure de gouverner la première région de France. Si les écologistes étaient de bons sparring-partners au temps de la gauche plurielle (apportant leur force de conviction et d’influence), nous sommes obligés de nous demander aujourd’hui si l’électorat de gauche peut suivre Cécile Duflot les yeux fermés ?

Comme une majorité d’électeurs de gauche, j’ai de la sympathie pour les Verts et leur combat pour l’environnement. Mais comme une majorité (je l’espère du moins) d’électeurs de gauche, je place le progrès social au premier rang de mes priorités. La protection de la planète ne peut pas se faire au détriment des hommes et en particulier des classes populaires.

La décroissance que Cécile Duflot défend, est fondamentalement incompatible avec le progrès social. La décroissance est synonyme de baisse du pouvoir d’achat, de récession, de chômage de masse, de destruction de notre système social. Cécile Duflot est sympathique, mais je ne la suis pas dans ce projet de société qui se fera au détriment des plus faibles.

Les pays du tiers-monde d’abord, qui sans croissance ne pourront jamais rattraper leur retard économique et resteront à tout jamais dans la misère. Les classes populaires des pays riches ensuite qui seront les premières victimes de cette baisse du pouvoir d’achat, les premiers licenciés, et in fine les véritables perdants de cette casse sociale annoncée.

On peut tenir tous les beaux discours du monde, il sera impossible de financer des retraites, des assurances chômage, et toutes les protections sociales, avec une économie en constante récession.

La décroissance est anti-sociale et est incompatible avec les valeurs de gauche. Tant que les Verts français ne se seront pas défaits de cette idéologie destructrice, nous ne pouvons pas leur accorder notre confiance pour gouverner.

Nous sommes tous attachés à la sauvegarde de l’environnement et nous devons trouver les moyens de ne pas détruire notre planète. Mais l’ambition de la gauche est avant tout de permettre le progrès social : pas de casser deux siècles de lutte !

Je vais même aller plus loin. La décroissance, telle que présentée par les Verts, nous mènera fatalement à un projet de vie ultra-libéral. Chacun pour soi et Dieu pour tous ! Les riches ne seront qu’un peu moins riche (mais toujours dominants) tandis que les pauvres basculeront dans la précarité. La casse sociale de Sarko c’est de la blague à côté !


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Galuel Galuel 14 décembre 2009 10:21

    Sauf que Europe Ecologie prône le Revenu Universel, qui permet d’ajuster le revenu minimum de base cumulable avec tous les autres revenus à la masse monétaire de la zone économique, et donc d’équilibrer le ratio pauvres / riches par une simple manette.


    • Fergus Fergus 14 décembre 2009 10:53

      D’accord avec Galuel. Votre article est un plaidoyer anti-vert basé sur des inexactitudes dont j’espère qu’lles relèvent plus de l’erreur d’appréciation que de la tentative de manipulation.

      A l’évidence, les progrès sociaux et environnementaux sont compatibles dès lors que le système que l’on prône est basé sur une répartition plus équitable des richesses.

      Votre soi-disant risque de dérive ultra-libérale n’est qu’un leurre !


    • Reinette Reinette 14 décembre 2009 17:19


      Pourtant sur bien des points, les convictions de Cécile Duflot sont incompatibles avec les valeurs de gauche.  !!! (l’auteur)


      Mais de quelles valeurs de gauche, Marcopolo, nous parle-t-il ?


    • llecuyer llecuyer 14 décembre 2009 23:08

      @ l’auteur : vous écrivez « nous sommes obligés de nous demander aujourd’hui si l’électorat de gauche peut suivre Cécile Duflot les yeux fermés ? » ... Mais aucun citoyen qui se respecte ne doit suivre qui que ce soit les yeux fermés !!

      Pour le reste, tout ce que vous dites est discutable. En particulier, les maux dont vous accusez la décroissance sont en réalité les maux occasionnés par l’idéologie de la croissance (et la surconsommation qui va avec). D’autre part, à ma connaissance aucun partisan de la décroissance n’a jamais demandé que les pays pauvres rentrent en récession !!

      Sur l’aspect politique (des partis), il se pourrait bien que les querelles internes au PS et son immobilisme finissent par « rabattre » pas mal de ses électeurs vers Génération Ecologie.

      Et si Génération Ecologie apporte des propositions audacieuses dans le débat public, ce sera tant mieux !


    • Charpie 14 décembre 2009 10:23

      Où avez vous vu que Cécile Duflot défendait la décroissance, à part dans le discours de l’UMP ? Que comprenez vous à ce terme que vous confondez avec récession ? Depuis quand les socialos s’occupent ils de social (qui a fait exploser la précarité et les privatisations ?)

      Pff si les socialos en sont a reprendre l’argumentaire de Frédéric Lefebvre pour sauver leur liste de notables à moitié composé de repris de justice....
      Je vire à l’écologie !


      • silverspur 14 décembre 2009 16:50

        Et bien tous ceux qui ont lu l’interview de Mlle Duflot dans le Monde du 5 décembre !!!

        http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/12/05/mme-duflot-etre-a-la-tete-d-une-region-ca-m-interesse_1276546_3224.html

        Ce n’est qu’un mot dit elle !!
        Et bien si en politique les mots n’ont plus de sens où va t’on ?

        Cela ne proviens donc pas des militants zélés de l’UMP mais bien de la première secrétaire Verte de France !


      • Croa Croa 15 décembre 2009 19:33

        Cette interview est en effet très intéressante. Je cite :« Notre modèle de production et de consommation ne répond pas à un équilibre durable de la planète. »

        Il est heureux que les Verts deviennent enfin vraiment écologistes !  smiley

        Franchement, qu’y a-t-il de scandaleux là dedans ?

        Reste un problème de cohérence chez Les Verts : Les discourts de Dany le rouge plaisent certainement bien plus à l’auteur de l’article ! 


      • stefano 20 décembre 2009 08:38

        Marcopolo semble être de bonne foi mais il utilise des notions dont il ne connait pas le sens.

        Des décennies de conditionnement productiviste et de méconnaissances économiques ne peuvent aboutir qu’à de genre de confusions dans l’esprit des gens. Le discours de Marcopolo est hélas un cas d’école.


      • Charpie 14 décembre 2009 10:26

        J’ajouterai également que les écolos ont intègrent bien la question sociale (car dans une planète où les ressources sont limitées, elles doivent être partagées). Alors que niveau environnement les socialos sont archi nuls. C’est souvent compliqué de changer de logiciel à 60 ans bien sonnés.


        • Fergus Fergus 14 décembre 2009 10:55

          Bien d’accord avec vous, Charpie.


        • PhilVite PhilVite 14 décembre 2009 15:08

          @ MG
          Superbe vision du monde !!


        • Croa Croa 15 décembre 2009 19:41

          Non charpie, les écolos n’ont pas « intégré » pas la question sociale ! 

          La question sociale a toujours été présente dans l’écologie, en ses fondements même...

          Relisez DUMONT !


        • JL JL 14 décembre 2009 10:35

          Que vous dire ? C’est ni plus ni lmoins que le discours dominant que vous nous tenez là, celui qui arrange les nantis de droite comme de gauche.

          L’alternative que vous présentez c’est : demain on rase gratis avec la gauche aux commandes ou bien ce sera le chacun pour soi ultra-libéral à cause des écolos. Plus démago, je vois pas !

          Vous écrivez : « La protection de la planète ne peut pas se faire au détriment des hommes et en particulier des classes populaires ». Mais c’est la destruction de la planète qui en ce moment est en train de se faire, et au détriment des hommes, et en particulier des plus démunis ! Réveillez-vous, bon sang !


          • manusan 14 décembre 2009 10:58

            On parle de décroissance énergétique ou décroissance de pouvoir d’achat, voir décroissance de PIB ? c’est 2 choses bien différentes. il faut rappeler qu’avec un baril de pétrole compris entre 120 et 150 $, sur l’ensemble du commerce mondiale, 50% du prix des marchandises globales correspond au cout de transport. Du gaspillage énergétique à l’état brut.


            • TSS 14 décembre 2009 11:05

              elle est l’auteure d’une phrase qui restera dans l’Histoire

              « ceux qui parlent dans mon dos parlent à mon cul... !! »


              • Fergus Fergus 14 décembre 2009 16:09

                Raison pour laquelle elle ne sort jamais sans Aspirine, en vertu de l’adage populaire qui dit : « Parle à mon cul, ma tête est malade ! »


              • Hervé Torchet 14 décembre 2009 11:57

                Les Verts-EE font patte blanche, on ne sait plus bien quels sont les principes qu’ils défendent. On sait en revanche Quels sont les intérêts qui les soutiennent et par lesquels ils sont tenus :

                http://jour-pour-jour.hautetfort.com/archive/2009/12/13/les-ecolos-ecoblanchissent-ils-l-industrie-nucleaire.html


                • Charpie 14 décembre 2009 12:07

                  Euh... c’est une blague ? Les écolos sont les seuls à se bouger sur le nucléaire  !
                  Vous travaillez pour quel organisme gouvernemental ?


                • Hervé Torchet 14 décembre 2009 13:06

                  Aucun. Je vous suggère de relire mon article. Tout y est.


                • _Ulysse_ _Ulysse_ 14 décembre 2009 12:06

                  Le problème avec le terme de décroissance c’est que chacun y met ce qu’il veut.

                  On a ceux qui disent qu’une décroissance du PIB fait monter le chômage et la pauvreté.

                  Mais décroissance ne signifie pas l’inverse de la croissance ie la récession ?

                  Et à priori il s’agit bien de récession économique non ?

                  Il me semble qu’on y est en récession économique ! Alors on peut dire que les décroissants ont gagné ;)

                  A ceux qui défendent le concept et qui soutiennent mordicus que cela ne conduit pas à baisser le pouvoir d’achat, à augmenter le chômage etc. Que c’est « autre chose » sans jamais expliciter vraiment de quoi il s’agit ! J’attend qu’ils expliquent de quoi il s’agit vraiment alors.

                  Parce que jusqu’ à présent les personnes m’ayant vanté la décroissance n’ont jamais su expliquer ni de quoi il s’agissait vraiment, ni comment ils comptaient s’y prendre et vers cela nous mènerais.

                  Alors, j’attends une réponse satisfaisante !

                  ++


                  • denis84 14 décembre 2009 12:19

                    Tres simple

                    En gros,la dé-croissance,c’est quand on remplace les croissants par des racines séchées

                    Bon appétit !!


                  • décurion 14 décembre 2009 13:26

                    La croissance est la conséquence d’un ensemble de besoins ’se nourrir, se loger, s’habiller, se cultiver ou cultiver son jardin« 
                    La croissance nulle est la conséquence, de l’assouvissement des besoins » des réserves, un toit en propriété, un jardin qui donne bien« 
                    La croissance imposée est celle qui résulte d’ obligations décrétees par les lois et diverses conventions. » Obigation de payer des taxes, de racheter des semences, interdiction de cultiver son tabac, de tondre le dimanche, de passer outre les monopoles, et certaines normes, érigées en barrages filtrants« 
                    A population constante, la décroissance est impossible, sauf à l’imposer par la force en enfermant les individus dans des camps, et en leur attribuant moins que le necessaire.
                    La décroissance, c’est à dire une baisse importante de l’ activité, suppose que des réserves trés largemment supérieures aux besoins existent. Pour cela, il faudrait supprimer la majeure de la population, avoir l’avoir fait travailler, pour l’avenir des survivants.
                    Une décroissance, conséquence de la pénurie, pourrait naitre, qui indiquerait que le défi du remplacement des énergies, n’a pas été relevé.
                    En tout cas, si vraiment la décroissance est un but pour certains, ces »certains" sont des nullités, qui ignorent ce qu’est la réflexion


                    • Fergus Fergus 14 décembre 2009 16:19

                      Bonjour, Décurion.

                      Pas trop d’accord sur la décroissance. A mon avis, si elle implique en effet une baisse de l’activité, elle n’implique absolument pas « d’avoir des réserves supérieures aux besoins », mais de revoir les modes de vie. On peut parfaitement vivre en limitant sa consommation énergétique, en logeant dans des maisons ou des appartements plus petits mais plus rationnels en terme d’habitabilité, en consommant des produits locaux et de saison, en favorisant la création de véritables pôles habitat-emploi, en diminuant la puissance des véhicules, en utilisant plus les transport en commun, en limitant sa garde-robe, etc... 


                    • décurion 14 décembre 2009 17:04

                      bonjour Fergus,

                      Tout ce que vous écrivez, contribue à créer de la croissance.
                      Un habitat plus petit, plus « écologique », crée un besoin en matériaus, en financement, en main d’oeuvre, en matériel et outillage, le tout générateur de croissance. Idem pour l’habitat obsolète, qu’il faut démolir ou reconvertir. Idem pour les véhicules à fabriquer et à démolir.
                      Pour consommer des produits locaux, il faut les produire soi même, ou qu’un paysan s’y colle. On ne fait pas pousser des tomates, des petits pois, des magetouts, et autres, comme on cultive du maïs. Il faut du personnel sur place , en nombre suffisant. Cela crée de la croissance, et remet en place un tissu économique, qui n’existe plus. Je maintiens que la décroissance ne vaut que comme slogan.Dans une décennie, peut être quand les individus auront réussit à ne posséder que du durable, nous serons en croissance résiduelle, en attendant seuls ceux qui ont tout ce qu’il faut peuvent y croire et en réver.


                    • Croa Croa 15 décembre 2009 19:58

                      à Décurion pour qui « La croissance imposée est celle qui résulte d’ obligations décrétées ».

                      Là tu as raison mais tu oublie l’essentiel !

                      —> « L’obligation » essentielle consiste à payer ses dettes.

                      La croissance est surtout monétaire et n’enrichi pas vraiment. Elle est indispensable à notre économie basée sur les dettes. Elle n’est pas indispensable à l’homme !

                      Pour en sortir il faut d’abord détruire les masse monétaires en excès, donc passer par une décroissance.


                    • curieux curieux 14 décembre 2009 13:30

                      Mes libéraux ont réussi à récupérer les écolos avec la taxe carbone qui servira à appauvrir un peu plus les français et Duflot a marché. Quelle niaiserie !


                      • Vivien Guihard 5 janvier 2010 20:56

                        Les libéraux n’ont pas récupérés les écolos qui étaient contre la taxe carbone telle que proposée par l’état.


                      • mojo mojo 14 décembre 2009 14:36

                        Sans être un spécialiste de cette notion de décroissance, je peux dire que cela recouvre des incitations à mieux consommer en renchérissant le superflu et en rendant plus accessible l’indispensable ; tant d’un point de vue social qu’écologique.

                        Croissance= création de richesses=moyens pour le progrès social

                        Décroissance=moins de créations de richesses=caisses vides interdisant le progrès social.

                        Je récuse de bout en bout, cette grille de lecture ultra libérale (et réductrice) défendue par l’auteur pour décrédibiliser la notion de décroissance. Selon lui, la décroissance est synonyme de régression sociale. Ce qui accrédite l’idée que la protection sociale est un gadget pour pays riches ; donc un privilège accordés aux assurés sociaux qui ne doivent leurs avantages que si les riches ont de l’argent de poche à leur consacrer. Tenir un tel langage est parfaitement scandaleux.

                        Je lui réponds donc que même dans un cycle de croissance, nous ne ponctionnons pas assez les très hauts revenus pour financer les indispensables mesures de solidarité collective.

                        Alors pourquoi devrions-nous nous en priver dans un cycle de décroissance, et pourquoi ne pas considérer la décroissance selon d’autres régulations fiscales et financières pour favoriser d’avantage le progrès social ?

                        Nota :
                        Sans parler de son agressivité hors de propos envers les Verts, la tonalité de cet article mondre sans le moidre doute que l’auteur est bel et bien un ultralibéral, qui manipule des valeurs gauche pour expliquer qu’on ne pourra les garder si on coupe la pompe à fric.


                        • Croa Croa 15 décembre 2009 20:09

                          Tout à fait Mojo !

                           J’ajouterais que notre auteur « qui manipule des valeurs gauche pour expliquer qu’on ne pourra les garder si on coupe la pompe à fric » doit être socialiste !


                        • Voltaire Voltaire 14 décembre 2009 14:43

                          Le projet d’Europe Ecologie ne manque pas d’intérêt, et part de bonnes intentions.
                          Néanmoins, comme le souligne l’auteur, il lui manque souvent des éléments de réalisme pourtant indispensables. Ce n’est pas toujours le cas chez tous les membres de ce regroupement, mais la vision de Mme Duflot, en particulier, pâtie d’une absence de considérations pour les mécanismes de fonctionnement de notre société.

                          Surtout en plaçant l’environnement, en non l’humain, au centre de leur modèle, les Verts, encore plus qu’Europe-écologie soutiennet parfois des initiatives allant à l’encontre de l’intérêt des classes modestes, ou irréalistes. Deux exemples illustrent ce problème en Île-de-France :

                          - Afin de limiter les déplacements urbains, et donc la pollution liée aux transports, les Verts proposent de densifier l’habitat, notamment autour des gares. Or, la région parisienne souffre déjà d’une densification excessive, beaucoup de Franciliens aspirant justement à plus d’espace autour de leur logement. La solution ne passe donc pas par une densification accrue, mais par une diminution de la demande de transports, en déconcentrant l’emploi (à l’inverse de la politique de pôles actuelle, dont la Défense est l’exemple par l’absurde).

                          - Comme l’auteur le signal, il faut appeler un chat un chat. Décroissance est synonyme de récession. Même pour la bonne cause, une décroissance/récession économique diminue mécaniquement la richesse d’un territoire, et donc ses capacités financières ( pour agir à différents niiveaux) et les emplois disponibles. Sur l’emploi, Mme Duflot défend l’idée de création de 50.000 emplois « verts ». Mais en condition de décroissance, on assisterait là à un simple transfert d’emplois d’une activité vers une autre, voire à un solde globalement négatif. Et faute de croissance, la région serait incapable de mettre en oeuvre des mesures de soutien auprès des personnes les plus touchées.

                          Je partage donc assez largement l’analyse de l’auteur sur le rôle des écologistes : s’ils sont indispensables dans les assemblées et organes de gouvernance, afin de sensibiliser les politiques aux dégats possibles sur l’environnement de leurs actions, leur modèle économique manque encore trop de réalisme pour leur confier les rennes du pouvoir.

                          Pour autant, si je considère le modèle actuel présenté par l’UMP pour la région comme économiquement absurde et socialement inhumain, j’ai été très défavorablement surpris par les idées énoncées ce week-end par Mme Aubry sur l’emploi, qui préconise de nouveau un nombre massif d’emplois aidés, donc à la fois couteux et temporaires.
                          Le développement durable, c’est aussi des emplois durables... et il faut pour cela que ces emplois soient économiquement justifiés. Et la qualité de vie, principale préoccupation d’une majorité d’habitants, semble étrangement absente de ces discours.
                          Bref, il est temps de replacer l’habitant et ses préoccupations au coeur des projets politiques, plutôt que de vouloir le faire rentrer à tout prix dans des modèles théoriques et/ou idéologiques.


                          • Marianne Marianne 14 décembre 2009 15:54

                            Tout à fait d’accord avec Voltaire, qui a une position équilibrée, analysant les arguments avec discernement et réalisme. Il faut remettre un peu d’humain dans tout cela !


                          • anty 14 décembre 2009 18:20

                            La qualité de vie et les rêves de gens sacrifiés

                            Vive l’écologie planifié


                          • fwed fwed 14 décembre 2009 15:46

                            Article à la limite du mensonger, l’auteur étudiant ferait mieux de retourner en cours d’économie.

                            Il ne fait aucune analyse sérieuse sur les concepts de croissance et de décroissance.
                            Il récite des dogmes fallacieux et simplistes, ce que ne fait pas Mme duflot.

                            http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=Accueil


                            • Reinette Reinette 14 décembre 2009 16:33
                              La Charte de La Décroissance

                              Le projet de la décroissance est la seule alternative possible au développement de la misère et à la destruction de la planète. La décroissance est un mouvement d’idées et un ensemble de pratiques qui n’appartiennent à personne. La Décroissance entend être au service de cette cause, mais ne prétend pas en être le dépositaire exclusif. Il se veut au contraire un vecteur de débats et de mobilisations pour convaincre les partisans du « développement durable » de leur impasse. 

                              Forts du principe que les choix politiques sont l’affaire de tous. Nous défendons quelques grands principes qui constituent notre identité et la raison de notre combat. Nous sommes foncièrement humanistes, démocrates et fidèles à des valeurs comme la liberté, l’égalité et la fraternité. Nous ne croyons pas qu’il faille choisir entre la question écologique et la question sociale, qui sont pour nous intimement liées. La décroissance vise à rendre aux générations futures une planète sur laquelle non seulement il sera encore possible de vivre mais où il fera bon vivre.

                              La décroissance ne propose pas de vivre « moins » mais « mieux », avec « moins de biens et plus de liens ». Elle repose sur une autre conception de la société que toutes celles que proposent les autres partis politiques. Elle se fonde sur un autre rapport à l’espace et au temps mais qui n’est qu’une façon de renouer avec une longue histoire de combat contre dominations et aliénations. Nous sommes convaincus que l’émancipation sera l’oeuvre des humains eux-mêmes et au premier chef des plus faibles. Nous croyons en la possibilité de poursuivre l’aventure pour une société plus humaine, loin de toute idéalisation du passé ou des traditions ou d’un ailleurs. Nous n’avons pas de modèle car nous croyons à la nécessité d’inventer ensemble une société viable et juste.

                              Nous combattons tout système productiviste et société de consommation mais nous ne voyons pas dans l’humanité notre adversaire. Nous pensons qu’il est possible et nécessaire de réconcilier le « principe responsabilité » et le « principe espérance ».


                              Non au capitalisme vert : la mascarade de la croissance verte, le consumérisme,
                              la marchandisation des enjeux écologiques…
                              La solution ne peut pas être cherchée dans l’invention d’une « finance verte » comme moyen de régulation du système capitaliste productiviste.


                              http://www.ladecroissance.net/index.php?chemin=textes/frinjo



                              • anty 14 décembre 2009 17:44

                                C’est un ensemble de slogans imprécis qui versent dans l’angélisme.

                                Qui dit mieux...


                              • _Ulysse_ _Ulysse_ 15 décembre 2009 13:48

                                "Il se veut au contraire un vecteur de débats et de mobilisations pour convaincre les partisans du « développement durable » de leur impasse. « 

                                Déjà, pas de développement durable, qu’es ce que cela veut dire exactement ?

                                 »Nous combattons tout système productiviste et société de consommation« 

                                Contre ce que vous appelez la société de consommation, mais à quoi est du cette société ?

                                Il est clairement expliqué contre quoi s’érige cette définition de la décroissance.
                                En revanche, pour ce qui est des solutions proposées c’est le flou total :

                                 »La décroissance ne propose pas de vivre « moins » mais « mieux », avec « moins de biens et plus de liens ».« 

                                Cela mérite d’être développé car il est là le programme ! Sauf qu’il n’y a rien de concret ensuite à part des annonces de bonnes intentions.

                                 »Elle se fonde sur un autre rapport à l’espace et au temps mais qui n’est qu’une façon de renouer avec une longue histoire de combat contre dominations et aliénations« 

                                Je ne comprend pas cette phrase, quel rapport entre notre rapport au temps et à l’espace et le combat contre domination et aliénation ? D’ailleurs de quelles dominations et aliénations parle-on ici ?

                                 »Nous n’avons pas de modèle car nous croyons à la nécessité d’inventer ensemble une société viable et juste. "

                                La réponse semble être ici : après les bonnes intentions, on suggère d’inventer une autre société mais sans avoir idée ne serais-ce que des contours de celle-ci.

                                Pour conclure, cette définition me fait penser que les décroissants savent ce qu’il ne veulent pas (capitalisme, société de consommation, développement durable) mais ne savent pas ce qu’ils veulent. Et, il semble qu’ils n’aient pas d’idée quand à la mise en place de cette nouvelle société. Bref, cela semble assez onirique tel que c’est présenté dans cette définition.


                              • Axel de Saint Mauxe Nico 20 décembre 2009 17:39

                                La décroissance est un concept fumeux qui est avant tout un choix individuel. Impossible donc d’en faire une politique...

                                Je rigolais l’autre jour où l’on montrait une sorte de lotissement « décroissant », implanté à l’écart de la civilisation avec des chalets en bois , des toilettes dites « sèches » etc...

                                L’un des protagonistes disait ne pas avoir installé de panneaux solaires, car il n’en connaissait pas l’« emprunte écologique » ! On nage en plein fondamentalisme écolo ! 


                              • kishh 14 décembre 2009 16:50

                                cette article pue le mensonge, l’ignorance, et la stupidité. Avant de ce prétendre rédacteur vas voir ce qu’est le terme de décroissance, et en quoi Europe Écologie soutient ce concept, sans être le principal.

                                j’aimerais te rappelé que les vert ce n’est pas que la protection de l’environnement, c’est avant tout la protection des êtres, vivants en commun, de l’air au ours polaire en passant par l’homme.

                                "Tant que les écologistes ne représentaient qu’une force d’appoint pour la gauche« , he oui a force de s’appuyer sur vos lauriers et vous déchirer entre vous, ( dans tous les partis de gauche ), vous oubliez l’essentiel la préoccupation des citoyens. 

                                 » nous pouvions faire l’économie d’une réflexion sur les réelles valeurs des écologiste, et en particulier sur l’une de leurs idées-phares : la décroissance" ha bon tu es à Europe Ecologie pour prétendre connaitre leur idée phare ? surtout qu’elle vient des décroissant, mouvance ultra écologiste.

                                TU NE MÉRITE PAS QUE L’ON S’ATTARDE SUR ARTICLE AUSSI MAUVAIS QUI N’EST QU’UN RAMASSIS DES CONNERIE DE SARKO & CO ET DE C’EST INCAPABLE A LA TÊTE DU PS ( ...MARTINE SI TU ME LIS ).


                                • joletaxi 14 décembre 2009 17:53

                                  Article intéressant,bien qu’il ne fasse que reprendre tout ce que l’on savait déjà.Des sociétés égalitaires,solidaires,humanistes,on a déjà donné non ?

                                  Tout le monde rêve ou a rêvé de ce genre de société.Vous avez un modèle en fonctionnement quelque part ?Car à part de belles théories,je n’ai pas encore vu ce modèle confronté aux réalités.
                                  j’ai entrevu une émission télé,où Mlle Doflot expliquait avoir appartenu au mouvement JOC.
                                  Si je comprends bien, elle n’a fait que changer de « crémerie » en tentant d’imposer un autre dogme.
                                  Ceux ici qui prônent la décroissance devraient aller raconter leur belle théorie à tous les gens qui viennent de perdre leur emploi, à tous ceux qui vont le perdre dans les prochains mois,et qui ne risquent pas d’en retrouver avant longtemps.
                                  Qu’ils m’expliquent déjà en quoi les énergies renouvelables peuvent assurer la fourniture de courant à un prix accessible au plus grand nombre et de manière pérenne ?
                                  Qu’ils répondent à cette simple question:pourquoi diable les allemands,champions de l’éolien,qui possèdent eux des filières industrielles dans ce domaine, construisent 15 centrales à charbon ?



                                  • Nycolas 14 décembre 2009 20:33

                                    L’idée que les pauvres et les chomeurs ne peuvent pas être écolo est une tarte à la crême parfaite.

                                    Confondre le communisme stalinien et l’écologie est un amalgame honteux et ridicule.

                                    Vous faites partie de ceux qui défendez, de manière sous-jacente, que la libéralisme est l’aboutissement de tout, la fin de l’histoire, et refusez d’envisager que de nouveaux modes de vie puissent être mis en oeuvre sous prétexte que vous n’avez encore jamais vu ces nouveaux modes à l’oeuvre. Si l’humanité avait toujours considéré l’évolution de son mode de vie de cette façon, nous n’aurions même pas connu le libéralisme que vous louez de manière implicite. Celui-ci sera réellement la fin de l’histoire, mais surtout celle de l’humanité, si nous restons dans une attitude aussi psycho-rigide que la vôtre.

                                    Le terme décroissance semble poser problème, mais la logique qui se cache dans le terme porte en elle les germes d’un nouveau mode de relation au monde, qui ne sera pas basé uniquement sur l’exploitation des ressources, et dont le paradigme ne sera plus uniquement basé sur une croissance économique, qui à ce jour, est en grande partie une croissance virtuelle et fictive, nocive pour l’environnement dont nous dépendons tous pour exister, il serait temps de s’en rendre compte, au lieu d’en rester à des faux-débats manichéens sur l’opposition entre le développement économique, prétendument nécessaire et forcément bénéfique à la qualité de vie, et une écologie vue comme une sorte de stalinisme maquillé. Les choses ne sont pas aussi simple, et à en rester à des arguments aussi binaires, on n’avance pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès