Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cécile Duflot : ou comment transformer une défaite annoncée en grande (...)

Cécile Duflot : ou comment transformer une défaite annoncée en grande victoire, le tout sans combattre !

Pour ceux qui ne comprendraient pas bien la sortie de Cécile Duflot du Gouvernement pour ne pas à avoir à travailler sous les ordres de Manuel Valls, et qui voient dans son attitude une énième preuve de l'immaturité politique légendaire des Verts, voilà un petit rappel des faits qui pourrait bien montrer qu'au final c'est elle qui a tout compris … En 2009, aux élections européennes, l'UMP était arrivé en tête avec un score de 27,88 % des voix, et a ainsi obtenu 29 sièges, suivait le PS avec seulement 16,48 % des voix et 14 sièges et juste derrière une liste de rassemblement de diverses tendances écologistes françaises Europe Écologie - Les Verts avec 16,28 % et également 14 sièges, qui se transformera en 2010 en parti politique du même nom. Le résultat s'expliquait parce que Nicolas Sarkozy, encore tout auréolé de sa victoire de 2007, ne subissait pas encore les conséquences de la crise et les Français faisaient payer au PS l'absence de réaction après la défaite de Ségolène Royale aux dernières présidentielles, en votant massivement pour cette petite liste bien sympathique d'Europe Écologie – Les Verts. Autant dire que cinq ans après, il semble impossible pour Europe Écologie – Les Verts de renouveler cet exploit lors des prochaines élections européennes le dimanche 25 mai 2014 en France. Dans la plupart des sondages effectués avant les élections municipales, Europe Écologie – Les Verts est estimé à 6 ou 7 %, derrière le trio de tête UMP, PS et FN, viendrait ensuite l'UDI – Modem à 11 % environ et le Front de Gauche à 9 ou 10 %. Après 8 ans à la tête des Verts, des présidentielles calamiteuses, une prestation gouvernementale pas spécialement glorieuse, Cécile Duflot en cas de grosse chute aux européennes devra bien se justifier, et ça ne va pas être facile. C'est là que François Hollande lui fait un cadeau inespéré en nommant Manuel Valls à Matignon.

On connaissait le manque d'amour de Cécile Duflot pour son collègue de l'Intérieur, l'idée de travailler sous ses ordres ne devait pas l'enchanter, mais de là à faire un tel esclandre après la nomination de Manuel Valls, on se dit que tout ça est un peu surjoué, aurait-elle une idée derrière la tête ? Les sondages placent le trio de tête dans différents ordres, mais on n'a pas besoin d'être sondeur pour comprendre que l'UMP sortira très probablement vainqueur de ce scrutin, la question est plus difficile pour ce qui est du parti qui arrivera en seconde place, mais il est plus que probable que vu la situation actuelle ce soit le FN qui arrive devant le PS, ce qui ferait l'effet d'une véritable bombe, qui risque de plomber gravement le Gouvernement Valls. En effet, les Français ne comprennent pas les enjeux des élections européennes et s'en servent traditionnellement comme un défouloir pour montrer leurs mécontentements sur la politique menée par le Gouvernement. Le PS a toutes les chances de faire dans la situation actuelle un très mauvais score, mais si les Français de Gauche ne voteront pas massivement pour le PS, ils ne se porteront pas directement sur le FN pour marquer leur désagrément, ils iront ce dimanche plutôt à la pêche ou bien s'ils vont voter ce sera pour un parti de Gauche ayant marqué sa différence avec le Gouvernement. Jusqu'à présent, Cécile Duflot et Europe Écologie – Les Verts n'avaient pas montrer de différence avec la ligne gouvernementale, mais avec la nomination de Manuel Valls, elle a une occasion en or pour le faire, tout en gauchisant son image en se déclarant hostile au pacte de responsabilité et en appelant à un changement de politique économique.

En lançant la campagne des Européennes avec une position clairement à la gauche du PS, Cécile Duflot place Europe Écologie – Les Verts en position de récolter une bonne part des voix de Gauche qui ne voudront pas se porter sur le PS et ne pourront pas voter pour la Droite ou l'Extrême Droite. Avec son esclandre, elle repositionne intelligemment son parti, se sauve en grande partie de la déroute gouvernementale, alors qu'elle y a participé très largement, ponctionne même les voix que le Front de Gauche aurait dû logiquement obtenir en se plaçant dès le début en dehors du Gouvernement, et privant Jean-Luc Mélenchon du titre de principal vainqueur à Gauche de la déconfiture de la gauche gouvernementale … Bref, elle va au moins sauver les meubles et probablement terminer devant le Front de Gauche. Dans la cacophonie provoquée par un PS derrière le FN, Cécile Duflot pourra très facilement tirer ses épingles du jeu, pas mal pour quelqu'un qui était il y a encore quelques jours face à la chronique d'une défaite annoncée, Europe Écologie – Les Verts avec 14 députés européens étant le parti qui risquait de perdre le plus lors de ces élections.

En effet, dans le cas, fort probable, oú le PS ferait un score inférieur à celui du FN, François Hollande, qui ne pourrait pas décemment charger de Premier Ministre moins de deux mois après l'avoir nommé, devra annoncer un changement de politique (ou à défaut dissoudre l'Assemblée Nationale, ce qui serait un véritable suicide politique), mais comme les Français ne se contenteront pas d'une vague promesse, il lui faudra un geste fort. En clair, pour ne pas avoir à changer de ligne politique après les municipales, François Hollande a choisi de changer de Premier Ministre, après la débâcle des Européennes, François Hollande devra changer de politique pour sauver son Premier Ministre. Et qui mieux que Cécile Duflot et Europe Écologie – Les Verts pour marquer ce changement de politique vu qu'elle aura aussi clairement marqué son désaccord avec la politique actuelle, et François Hollande préférera mille fois faire appel à elle qu'à Jean-Luc Mélenchon et son Front de Gauche (d'autant que Jean-Luc Mélenchon a lui même placé la barre trop haute en revendiquant le poste de Premier Ministre). Si Manuel Valls a proposé à Cécile Duflot un super ministère de l'Écologie, du Transport et de l'Énergie en plus d'autres concessions aux Verts, que ne lui proposeront-ils pas en juin après l'échec des Européennes ?

Mais là je suis dans une configuration somme toute assez favorable au PS, après avoir pris une grosse claque aux municipales, le PS prendrait une grosse claque aux Européennes, mais ces élections sont souvent imprévisibles parce que sans enjeux politique clair pour les populations, ce qui permet aux électeurs de se défouler. La grosse claque peut très facilement se transformer en Bérézina avec un PS s'effondrant complètement, et une Europe Écologie – Les Verts vu son nouveau positionnement en principal bénéficiaire de cet effondrement. Il n'est même pas impossible d'imaginer un PS en quatrième position derrière Europe Écologie – Les Verts. De toutes les façons, ce qui comptera à l'issue des Européennes ce sera les scores du PS relativement au FN. En se plaçant hors du Gouvernement Valls I, Cécile Duflot se sauve donc probablement d'une catastrophe annoncée, ou tout du moins sauve les meubles, tout en se positionnant parfaitement pour après les Élections Européennes, et entrer en force dans un probable Gouvernement Valls II qui devra changer de ligne politique (nos partenaires européens seront d'autant plus à même d'accepter ce changement que le score du FN sera élevé). Cécile Duflot aura alors beau jeu de « montrer » à l'ensemble de la Gauche qui se préoccupe vraiment de ses intérêts, et qui a obtenu un changement de politique, et de se placer ainsi comme figure incontournable de la Gauche dans la perspective des Présidentielles de 2017. Par ailleurs, en imposant cette décision à son parti, elle montre son autorité, et lorsqu'elle pourra récolter les fruits taira tous les mécontents, mettant probablement encore plus à l'écart Daniel Cohn-Bendit, qui a perdu beaucoup de son influence sur le parti …

La seule question qui se pose maintenant, c'est comment se fait-il que François Hollande soit tombé dans un tel piège ? Et accessoirement pourquoi personne ne parle des véritables intentions de Cécile Duflot dans son refus d'une participation d'Europe Écologie – Les Verts au Gouvernement. Est-il si difficile de croire qu'une femme, qui a réussi à prendre le contrôle de son parti à 31 ans seulement et qui a réussi contre vents-et-marrées à en conserver le contrôle pendant près de 8 ans, et qui plus est un parti ingérable tel que Europe Écologie – Les Verts, ne puisse être capable d'une telle manigance ? En cherchant probablement à se débarrasser d'un rival à Gauche en nommant Manuel Valls Premier Ministre, François Hollande s'est créé une rivale beaucoup dangereuse, parce que beaucoup plus calculatrice et sachant parfaitement cacher son jeu. L'ironie c'est que celui qu'on nomme Flamby pour sa capacité à neutraliser toute sa concurrence en faisant croire que lui n'a aucune ambition personnelle, et qu'il n'y a donc pas de raison à s'en prendre à lui, pour n'avoir au final qu'à éliminer le vainqueur du jeu de massacre qui ne se méfiait plus de rien, vient de se faire prendre à son propre jeu, par une femme qui elle est une véritable tueuse. Finira-t-elle par tuer Flamby ? L'avenir nous le dira, mais si elle y arrive, je suis prêt à parier que la non-participation d'Europe Écologie – Les Verts au Gouvernement Valls marquera le début de l'aventure !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 7 avril 2014 10:37

    Bonjour, Jérôme.

    Vous écrivez « dans le cas, fort probable, oú le PS ferait un score inférieur à celui du FN, François Hollande, qui ne pourrait pas décemment charger de Premier Ministre moins de deux mois après l’avoir nommé, devra annoncer un changement de politique (ou à défaut dissoudre l’Assemblée Nationale, ce qui serait un véritable suicide politique), mais comme les Français ne se contenteront pas d’une vague promesse, il lui faudra un geste fort. »

    Pas du tout, Hollande et le PS ont d’ores et déjà passé les européennes par pertes et profits, « enjambé » se scrutin pour reprendre une expression en vogue chez les éditorialistes. Et il ne se passera rien de déterminant dans la foulée de cette élection, sinon « la poursuite ,avec encore plus de détermination, de l’action engagée par le gouvernement et définie le 8 avril par le Premier ministre dans son discours de politique générale. »


    • Martha 7 avril 2014 12:01

       Après le « pourrissement » de la manifestation à Nantes contre le projet de N-D-d-L., puisqu’il y a eu une nette escalade dans « la manière de faire » : barrages faits de boucliers en makrolon portés par des camionnettes de la police, puis bagarres donnant une allure d’émeute : pavés lancés sur les policiers, incendies, destruction du mobilier urbain et des vitrines par des « voyous » non identifiables mais qui font fort opportunément le jeu du ministère de l’intérieur et du pouvoir, puisqu’ils déclenchent la réprobation de tous.
       Il y a eu là une rupture.
       Comment « les verts », après un coup pareil auraient-ils pu entrer dans un gouvernement Valls ?

       Parlons des « Européennes ». Les verts rassemblent un fort consensus dans l’haxagone sur bien des sujets franco-français (choix énergétiques, aménagement du territoire, OGM, etc), on les suivra au niveau Européens de nouveau au sujet des OGM (beau travail de J.Bové qui a dénoncé les conflits d’intérêts des « experts nommés par la commission Européennes, devant statuer sur les OGM) mais il est impossible de les suivre sur deux sujets cardinaux : ils sont »européistes« et leur choix très clair du découpage des Nations en régions, est inacceptable.
       

       Il ne faut pas se tromper : 1° Les Français contrairement à l’adage devenu classique, ne sont pas des veaux et ils ont très bien compris que les enjeux de ces élections européennes 2014 sont particulièrement importants.

       Tout le monde à constaté le désintérêt feint des médias pour ce sujet et que tout est fait pour montrer que ces élections restent secondaires et que après tout, le plus intelligent serait de ne pas aller voter... Ils ont bien compris que le pouvoir n’est plus chez nous et que ces élections sont en réalité le seul moyen qui leur reste pour dire par les urnes : stop ça suffit, y en a mare !
       2° A ceux qui croient que les choses vont s’arranger et que »l’Europe« reste un beau projet : il s’agit en fait d’une utopie et elle ne tiendra que par une dictature.
       
       Le choix est donc simple : le vote se fera pour ou contre cette Europe qui vire, on le voit tous les jours, dans la mauvaise direction.
       Tous les partis »tradi", FN et DLR compris sont Européistes.

       Seul le vote UPR permet d’exprimer son refus global de cette Europe dans laquelle on nous a enfermé.
       


    • Jérôme Ducos 7 avril 2014 15:53

      Avant les Municipales, François Hollande était tout décidé de ne pas vraiment tenir compte ni de ce scrutin ni des Européennes qui suivaient et d’attendre les Élections Régionales de 2015 pour changer de Gouvernement. La réalité de la claque prise par le PS aux deux tours des Municipales, l’a obligé à revoir sa stratégie. Il en sera de même après les Européennes, plus le score du PS sera faible et plus celui du FN élevé, moins il sera possible à François Hollande de l’ignorer. Je pense que pour qu’il soit obligé de réagir, il suffit que le PS tombe au dessous du FN, et mon petit doigt me dit que c’est déjà assuré ...

      Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que ce qui compte au PS, pour les notables du PS, ce sont tous les postes qu’ils ont au niveau des Conseils Régionaux et Généraux, or avec la politique que suit le Gouvernement à l’heure actuelle, il est évident que le PS va perdre une grande partie de son pouvoir, et les élus leur poste, après les élections de 2015. Les élus PS au niveau régional ou des Conseils Généraux sont déjà très nerveux, après la correction des Européennes, ils vont paniquer et risquent de se retourner comme un seul homme contre François Hollande s’ils ne sentent pas qu’il ne sera prêt à tout pour sauver leurs postes. Donc, même s’il ne souhaite pas réagir aux résultats des Européennes, et qu’il a décidé d’« enjamber » ce scrutin, la réalité le forcera à le faire ...


    • Fergus Fergus 7 avril 2014 17:11

      @ Jérôme.

      Hollande bougera d’autant moins après les européennes qu’il aura un excellent argument pour cela : la nouvelle orientation de sa politique, amorcée en janvier mais mise en œuvre par Valls seulement à partir des annonces d’avril ne pourra avoir produit d’effets en mai !

      Hollande ne fera donc rien, même en cas de nouvelle débâcle, au motif (pertinent) que nul dans le pays ne sera à même de juger de l’efficacité de cette nouvelle ligne libérale après seulement un mois. Cela relèverait d’une posture politicienne telle que seuls des personnes comme Copé ou Le Pen s’aventureront dans cette voie stérile.


    • Jérôme Ducos 7 avril 2014 18:00

      @Fergus,

      On verra bien, François Hollande n’a bien évidemment pas l’intention de bouger sur quoi que ce soit, c’est bien pour cela qu’il a nommé Manuel Valls à Matignon. Mais, je crois qu’avec chacune des élections à venir, il va perdre le peu de prise qu’il a actuellement sur la réalité, en commençant par les Européennes, dont il a clairement décidé de faire l’impasse, comme il a cherché à le faire avec les Municipales (avec le résultat que l’on sait). Après les Europénnes, François Hollande sera obligé de réagir, au moins pour la forme, il devra montrer qu’il va changer de ligne politique, même si ce n’est que pour la galerie, et pour cela il réintègrera au Gouvernement une Cécile Duflot qui sortira renforcée de cette histoire, en menant une opération de gauchisation des Verts, à peu de frais ...

      Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que François Hollande est pris entre le marteau (le calendrier électoral) et l’enclume (la situation économique de la France, qui ne s’améliorera pas), et que cette situation va lui enlever tout poids politique. Lorsque le monde politique l’aura compris, ce sera l’hallali pour lui, et je pense que cela se produira après les Sénatoriales (et la perte du Sénat pour la Gauche) en septembre 2014. En attendant, François Hollande va chercher à survivre, en grillant cartouche après cartouche. Il vient de griller la cartouche Valls, ça ne le sauvera pas de la catastrophe des Européennes, ce qui le forcera à se jeter dans les bras de Cécile Duflot, en tout cas je pense que c’est le calcul de cette dernière et que c’est cela qui explique son refus de participer au Gouvernement et aucune autre raison. C’est mon point de vue, vous n’êtes pas obligé de le partager ...


    • Fergus Fergus 7 avril 2014 18:45

      @ Jérôme.

      Comment et pourquoi voulez-vous que Hollande change en mai une politique dont les premières actions ne seront engagées qu’en avril et ne produiront évidemment pas d’effets en quelques jours ? Je ne suis pas un supporter de Hollande, et surtout pas des choix qu’ils affiche depuis janvier, mais en l’occurrence il serait totalement vain de lui chercher en mai des poux dans la tête sur une action qui s’inscrit dans la durée. Ce serait même la négation totale du fonctionnement de nos institutions et la négation du bon sens le plus élémentaire.


    • Jérôme Ducos 7 avril 2014 19:12

      @ Fergus,

      Rationnellement vous avez raison, mais le choc du résultat des Élections Européennes sera à mon sens tel que les médias et la classe politique ne réagira plus de manière rationnelle. Et à Gauche, les politiques prendront conscience que la politique menée actuellement les mènent personnellement au suicide, et ça il n’aime pas du tout, mais pas du tout !

      Quant à savoir si François Hollande pourra (ou devra) changer de ligne politique aussi rapidement, il faut quand même admettre que cette politique ne remonte pas à janvier 2014 (tout ce qui a changé depuis janvier c’est qu’Hollande ne martèle plus qu’il inversera la courbe du chômage, n’ayant pas réussi à le faire ...), puisque Jean-Marc Ayrault a fait cette politique, qui correspond à peu de chose près à celle que menait François Fillon sous Sarkozy, peut-être parenthèse électorale exceptée. Les Français en ont bien conscience et c’est justement pour cela qu’ils sanctionnent le Gouvernement, je ne sais pas si cette sanction est rationnelle ou pas, je crois qu’elle est largement justifiée au regard de la situation.

      Enfin, il faut savoir que cela n’entraînera pas forcément un véritable changement de politique, mais les élus de Gauche qui verront leurs postes menacés vont faire une telle bronca qu’Hollande se devra de réagir, même si ce n’est que pour la forme. De cette situation, je parie que Cécile Duflot sortira grande vainqueur, c’est tout, c’est pas glorieux, mais la politique n’est finalement rarement très glorieuse ... Et quand bien même Cécile Duflot n’en sortirait pas gagnante, je suis persuadé que c’est le calcul qu’elle est en train de faire et c’est ce calcul qui explique son départ du Gouvernement, après tout ce qu’on lui a proposé, et aucune autre raison plus glorieuse !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2014 07:42

      Bonjour,
      Vous parlez constamment « de ligne politique » sans jamais préciser le contenu.
      C’est clair, Hollande est chargé d’en finir avec le modèle social français et d’appliquer les lois Hartz.

      La seule question qui peut se poser, c’est de savoir si les Français vont le laisser faire ?


    • Fergus Fergus 7 avril 2014 10:42

      Et je persiste à penser que Duflot a entraîné EELV a commettre une grosse boulette en s’excluant du gouvernement. A la tête d’un grand ministère, EELV pouvait espérer peser sur la politique énergétique. Et si cela n’était pas le cas, claquer la porte de ce gouvernement en prenant les Français à témoin de la duplicité de Valls. Les élus verts ont eu raison de s’en prendre avec virulence à Duflot car en l’occurrence, elle a commis une faute stratégique.


      • leypanou 7 avril 2014 12:22

        Bonjour Fergus,

        Quand on est ministre, on n’est pas là pour appliquer ses idées mais les idées du président de la république. Et cela, EELV l’a tout de même compris, sinon cf D Batho ou N Bricq.

        Quand B Pompili disait hier sur LCP que M Valls leur a fait des propositions très intéressantes, soit elle est très naïve -ce que je ne pense pas- soit elle est tellement carriériste qu’elle a fini par croire qu’ils auraient pu faire ce qu’ils voulaient dans ce supposé ministère important.

        Dans tous les cas, EELV fait pitié.


      • Fergus Fergus 7 avril 2014 13:34

        Bonjour, Leypanou.

        Pas d’accord : il fallait justement participer sur la base de ces « propositions très intéressantes » et partir avec fracas si, une fois de plus, il s’agissait de bluff. Au lieu de cela, EELV n’a plus aucun moyen de peser.

        Le plus fort : tout cela n’empêchera pas EELV, sinon de voter la confiance à Valls demain, du moins de s’abstenir pour ne pas aller trop loin vis-à-vis du PS.

        EELV, c’est surtout la politique du roquet !


      • Jérôme Ducos 7 avril 2014 16:06

        Je pense que Cécile Duflot fait l’impasse aujourd’hui pour revenir en force après les Européennes, c’est un pari, aujourd’hui Manuel Valls leur a fait plein de promesse, mais EELV n’ont pas le poids politique suffisant pour imposer leur point de vue lorsqu’il faudra prendre des décisions difficiles. Le pari c’est qu’après les Européennes, ils auront acquis ce poids ...


      • César Castique César Castique 7 avril 2014 10:46

        De toute façon, les Verts sont une anomalie sans avenir dans l’univers politique français. Pour une part de leurs supporters potentiels, d’abord gauchistes et ensuite écolos, ils ne vont pas assez loin, pour une autre part, plus écolo que subversive, ils vont souvent trop loin, voire beaucoup trop loin, ce qui fait qu’il leur reste un noyau dur d’électeurs extrêmement restreint, qui les empêche rédhibitoirement de viser trop haut.


        • Jérôme Ducos 7 avril 2014 16:13

          Cela va faire trente ans que l’on sort le même discours sur les écolos, mais ça fait aussi trente qu’ils se sont imposés dans le paysage politique français. Et, s’ils n’ont pas réussi à imposer leur ligne politique, c’est juste une question de rapport de force. En cherchant à se placer EELV à Gauche entre le PS et le Front de Gauche, soit le cœur de cible de l’électorat de Gauche, Cécile Duflot peut changer le rapport de force en faveur des écolos ...


        • alinea Alinea 7 avril 2014 16:32

          Faire changer le rapport de force.. pour sa boutique ! Le Parti de Gauche est largement aussi ( bien plus en fait puisqu’il n’est pas libéral !!) écolo que EELV !! Quand ces deux là ont l’intelligence de s’unir, ça va mieux !!


        • César Castique César Castique 7 avril 2014 17:03

          « Cela va faire trente ans que l’on sort le même discours sur les écolos... »


          Forcément, c’est tellement logique et cohérent. A telle enseigne qu’il se vérifie aussi dans bien des pays.

          « ...mais ça fait aussi trente qu’ils se sont imposés dans le paysage politique français. »

          Je n’aurai pas la cruauté de rappeler les résultats de leurs candidats lors des présidentielles, où le choix de Joly fut un exemple de sectarisme, de puérilité, de bêtise politique et d’absence de psychologie.

          « En cherchant à se placer EELV à Gauche entre le PS et le Front de Gauche, soit le cœur de cible de l’électorat de Gauche, Cécile Duflot peut changer le rapport de force en faveur des écolos ... »

          Les européennes se joueront sur l’opposition souverainisme-mondialisme, pas sur la transition énergétique ou sur l’écotaxe. Les enjeux écologiques en seront très largement absents, et ce n’est pas la défense des Roms qui apportera des centaines de milliers de vois supplémentaires à EELV. 

          En conclusion, une perte de la moitié des sièges ne me surprendrait pas...

        • Fergus Fergus 7 avril 2014 17:16

          Bonjour, César.

          Effectivement, EELV doit s’attendre à perdre pas mal de sièges. Difficile, dès lors, de revendiquer sérieusement quoi que ce soit quand on est victime d’une dynamique négative, ce qui sera forcément le cas relativement au précédent scrutin européen !


        • Jérôme Ducos 7 avril 2014 18:25

          @ César,

          Vous avez parfaitement raison sur la situation d’EELV avant le cadeau que François Hollande a fait à Cécile Duflot en nommant Manuel Valls à Matignon, le risque était bien plus que la moitié des 14 sièges actuellement détenus, et je dirai même que c’est toujours possible qu’EELV perde la moitié de leur siège ... Mais avec la sortie du Gouvernement, Cécile Duflot se donne la chance de convertir une défaite certaine, lourde de conséquences pour elle, après des Présidentielles peu glorieuses, en une situation oú elle sauvera très certainement sa peau, et qui peut très facilement se transformer en grande victoire pour elle, sans qu’elle n’est grand chose à faire !

          @ Alinéa,

          Le FdG aurait dû être le principal bénéficiaire de la défaite électorale du Gouvernement, EELV inclus, aux Européennes, engrangeant une partie des postes de député perdus par le PS, mais surtout par EELV, c’était mécanique. En quittant le Gouvernement, comme les rats quittent un navire qui coule, Cécile Duflot peut très bien limiter la casse pour EELV, rafler une grande partie des voix de l’électorat de Gauche ne voulant plus voter pour le PS, au profit du FdG, et réorienter son discours plus à Gauche, et même jouer à celle qui a « réussi » à changer la ligne politique du Gouvernement si François Hollande se voit contraint de changer de ligne politique (même si ce changement est de pure forme).


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2014 07:50

          Les Verts sont là pour en finir avec les Etats nations, ils sont ni de gauche ni de droite ni écolos, ils sont au service du Nouvel Ordre Mondial.

          « Il faut en finir avec le sentiment national » explique Emmanuel Cosse

          Cohn Bendit vient de mettre en place « le Mouvement Young leaders européens »

          Quel rapport avec l’écologie ? Aucun, mais avec Washington, certainement.
          Cohn Bendit est responsable politique du Mouvement européen, créé par la CIA.

          Ils sont toujours là, parce qu’ils sont utiles à l’ Empire.


        • Patrick Samba Patrick Samba 7 avril 2014 10:54

          Bonjour,

          cet article est destiné à "ceux qui ne comprendraient pas bien la sortie de Cécile Duflot du Gouvernement pour ne pas à avoir à travailler sous les ordres de Manuel Valls ".

          A un moment il y est bien question de sentiments, mais pour les discréditer totalement, et dont on ne saura bien sûr rien de l’origine : "On connaissait le manque d’amour de Cécile Duflot pour son collègue de l’Intérieur, l’idée de travailler sous ses ordres ne devait pas l’enchanter, mais de là à faire un tel esclandre après la nomination de Manuel Valls, on se dit que tout ça est un peu surjoué".

          Mais la réalité de tout ça c’est le choix de la dignité. Et que ce choix fini toujours par payer effectivement. Et Duflot en récoltera les fruits.

          Les orientations philosophiques et humaines de Valls et sa nomination posent un problème majeur aux citoyens humanistes.


          Le monde, effectivement, est aussi comme une partie d’échecs, mais où la plupart des pièces et des pions ont des sentiments…. 


          • Fergus Fergus 7 avril 2014 12:02

            Bonjour, Patrick.

            Bien que je la trouve plutôt sympathique, je crains que Duflot ne soit jamais dans la dignité, mais uniquement dans le calcul. Et le plus souvent pour elle-même.


          • alinea Alinea 7 avril 2014 13:27

            J’ai éprouvé une grande antipathie et une grande méfiance à l’égard de Duflot dès que je l’ai entendue la première fois, il y a longtemps ; je n’ai aucun argumentaire politique à formuler, mais juste l’intuition qu’il s’agit bien de sa part de calcul !
            Nos élucubrations n’ont que peu d’intérêts : l’analyse se fait après coup. Mais en tout état de cause, si cette tactique apporte plus de voix à EELV, on s’en contentera, car l’on sait que ces voix, volatiles, versatiles, ne sont pas le témoin d’une véritable conscience écologique ! Or, hors elle, rien, me semble-t-il, n’a d’intérêt véritable !


          • Patrick Samba Patrick Samba 7 avril 2014 13:35

            Et bien libre à vous de trouver une personne qui ne soit jamais dans la dignité, mais uniquement dans le calcul, et le plus souvent pour elle-même, « plutôt sympathique ».

            Cécile Duflot avait la possibilité de démissionner bien avant, lorsque Valls n’a pas été sanctionné par Hollande ou Ayrault. Qu’elle le fasse quand il est nommé Premier ministre, ce qui est une promotion et non pas une sanction, on peut considérer qu’il s’agit d’une manifestation tardive de dignité, non dénuée éventuellement de calcul, mais cela reste néanmoins une expression de dignité.


          • jaja jaja 7 avril 2014 13:39

            Ce qui est moins digne c’est qu’EELV continue à soutenir le gouvernement Hollande-Médef et se refuse à être dans l’opposition......

            Ainsi EELV n’appelle pas le 12 avril à la Manifestation contre l’austérité, contre le gouvernement, contre la droite et l’extrême droite... !


          • Patrick Samba Patrick Samba 7 avril 2014 14:13

            C’est clair, jaja, mais néanmoins attendons de voir les suites immédiates du vote de confiance pour conclure définitivement.

            Déjà J-V Placé a mis au défi Julien Bayou, porte-parole d’EELV, de participer à la manif du 12 avril comme il en a l’intention. Et il n’est pas seul.

            Scission prochaine d’EELV entre les arrivistes et les autres ?


          • alinea Alinea 7 avril 2014 14:55

            Il y a des calculs « dignes » !! Toute politique est calcul ; je ne me prononce pas là-dessus, juste qu’à mes yeux, Duflot défend mal ce qui me paraît être l’essence de l’écologie ! Le constat, on le fera après, pour l’instant nous en sommes à l’expression de nos opinions !


          • Jérôme Ducos 7 avril 2014 16:18

            Les sentiments et la politique ne font rarement bon ménage, et je crains que Cécile Duflot ne soit trop politique pour faire du sentiment ! Ceci dit, elle est suffisamment douée pour faire du « sentiment » pour mieux cacher qu’elle ne fait jamais autre chose que de la politique ...


          • Patrick Samba Patrick Samba 7 avril 2014 17:06

            « Les sentiments et la politique ne font rarement bon ménage » :
            et manifestement ce n’est pas avec vous que ça va s’arranger...


          • Jérôme Ducos 7 avril 2014 17:35

            Boujour Patrick Samba,

            Vous avez assez raison, je n’ai plus beaucoup d’illusion sur le monde politique que j’ai suffisamment côtoyé pour me rendre compte que ceux qui y viennent avec des bons sentiments et des principes n’y font rarement carrière. Personnellement, je pense que les élections sont plutôt piège à con, même si je me laisse prendre encore parfois à voter, pour m’en mordre les doigts juste après (la dernière fois c’était pour les Présidentielles avec Hollande), ce qui n’est pas franchement flatteur pour moi ...

            Pour ce qui est de mon article, je l’ai écrit pour montrer une manœuvre de basse politique qu’on allait habiller avec tous les « bons sentiments » qui font bien et qui a à mon sens toutes chances de fonctionner, car les gens préfèrent croire aux « bons sentiments » des autres plutôt que d’accepter qu’on cherche à les manipuler. Cela peut vous paraître relever d’un certain cynisme de ma part, mais cela ne le serait que si je cherchais à en tirer un quelconque avantage personnel, ce qui n’est pas le cas puisque je ne participerai pas à ce vote, je ne soutiens personne et j’ai même tout à perdre à ce cirque puisque je crains que la France va sortir très meurtrie de cette histoire et que cette perspective ne me fait guère plaisir ...


          • Patrick Samba Patrick Samba 7 avril 2014 18:53

            Et moi je m’ingénie à contrarier l’excès de cynisme qui est un poison redoutable pour les liens sociaux


          • alinea Alinea 7 avril 2014 18:57

            Oui mais Patrick, la politique n’’est pas un lien social, c’est un rapport de pouvoir, et très inégal !!


          • Jérôme Ducos 7 avril 2014 19:33

            @ Patrick,

            Je ne suis pas abonné à Médiapart donc je n’ai pas accès à l’ensemble de l’article, mais ce qui est écrit au début : "Cécile Duflot a eu du mal à maîtriser l’émotion qui faisait chevroter sa voix. « Ma conscience me fait un devoir de résigner mes fonctions de membre du gouvernement avec lequel je ne suis plus en communion d’idées ni d’espérance », a-t-elle introduit, en référence à la démission de Gambetta lors de la guerre de 1871.« n’est à mon sens rien d’autre que de la comédie, comédie qui cache très bien un vil calcul de basse politique et Médiapart tombe apparemment dans le »panneau« , même s’ils ne sont peut-être pas complètement dupes. Et en en faisant des tonnes sur les »risques« que prendrait Cécile Duflot auprès de son électorat, des parlementaires EELV, du soutient ou pas soutient au Gouvernement, etc., le journaliste de Médiapart et tous ceux qui lui emboîteront le pas font le jeu de Cécile Duflot en faisant passer ce calcul politique sans grand risque pour une position morale courageuse !

            Merci pour l’ensemble du discours politique de Cécile Duflot devant son parti dans le lien suivant celui de Médiapart, mais ça reste un discours politique fait de plein de promesses qui sont là pour ceux qui veulent bien les entendre ... Et si on peut voir que Cécile Duflot est capable de lyrisme et de jouer sur les sentiments et l’émotion qui fait »chevroter sa voix", cela ne fait que montrer que celle qu’on a pris pour une petite chose est bien plus douée qu’elle n’y laisse paraître en prime abord, et qu’elle risque d’en surprendre plus d’un ! Démontrer cela était tout l’objectif de mon article ...


          • Jérôme Ducos 7 avril 2014 19:40

            @ Patrick,

            Pour ce qui est de « l’excès de cynisme qui est un poison redoutable pour les liens sociaux », je suis entièrement d’accord avec vous, et si mon article vous est apparu comme emprunt de beaucoup de cynisme, c’était pour mieux montrer celui de Cécile Duflot, qui commet le tout tout en faisant "chevroter sa voix" !


          • San-antonio San-antonio 7 avril 2014 11:07

            Je n’ai jamais compris ce que l’écologie a a voir avec la pseudo-fracture droite/gauche.
            Je n’ai meme jamais compris que l’écologie soit un parti politique en passant. Quoique avec des Cohn-Bendit et autres 68ards aux commandes, au fond, on se demande ce que le « parti écologique Francais » a a voir avec l’écologie...


            • logan 7 avril 2014 13:26

              L’écologie traite de la question de la préservation de notre éco-système. Afin de le préserver il faut engager un certain nombre de changements très profonds, comme par exemple sortir des énergies fossiles et adapter notre industrie pour l’utilisation d’énergies alternatives.
              Il y a donc conflit d’intérêts entre ceux qui ne veulent pas débourser un centime ( ceux qui bénéficient des industries telles qu’elles sont actuellement ) et ceux qui veulent cette transformation. De plus deux visions politiques s’opposent, car ces transformations nécessitent de lourds investissements publiques et des interventions de l’état, notamment des lois voir des nationalisations, ce ne sont pas les acteurs privés qui vont appliquer cette transformation de leur propre chef.
              Et évidemment pour financer ces investissements il faudra prendre l’argent à ceux qui en ont et/ou alors cesser de se financer auprès des marchés financiers privés et rétablir les emprunts directs à la banque centrale. Cela signifie donc une vaste redistribution des richesses des plus riches vers l’état.
              Tout cela est incompatible avec les idéologies libérales et conservatrices.
              L’écologie est donc nécessairement de gauche.

              Quand la droite parle d’écologie, elle parle de mesurettes qui évidemment ne changeront rien, c’est de l’affichage. En France on ne peut pas être ouvertement et publiquement contre l’écologie.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2014 07:55

              Ils sont au service de l’Empire pour détruire les Etats nations européens.

              « le démantèlement des Etats par les euro-régions »


            • GéraldCursoux GéraldCursoux 7 avril 2014 11:23

              Duflot c’est 100.000 logements de moins en 2013 ! c’est une façon originale de relancer le secteur, et de pallier au manque critique de logements !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jérôme Ducos


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès