Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ces vautours qui se nourrissent de la crise de la dette

Ces vautours qui se nourrissent de la crise de la dette

Ces sociétés financières qui se nourrissent de la crise de la dette sur le dos des pays et des populations les plus démunis. La dette Grecque ...

Les fonds vautours sont ces sociétés financières qui rachètent la dette beaucoup moins chère que sa valeur initiale. Ainsi, à 40% cela signifie que lorsque l’état grec rachète à 50% (soit une diminution officielle de 50%) les fonds vautours font un bénéfice de 20% de leur investissement.

A noter, que dans les médias l'on s'empresse souvent d'ignorer ce genre de pratique. L'on nous fait alors croire que les possesseurs de titres ont perdu une partie de leur argent. Ils contribuent en quelque sorte au sacrifice comme tout le monde. Las, il n'en est rien. Ils font donc des profits et ils sont énormes.

Ils ont spéculé avant sur la baisse de la valeur de la dette pour en racheter à moindre prix les titres. Ensuite, ils tentent de récupérer l’argent de la dette à la valeur initiale de celle-ci. Ils ont pris beaucoup d’importance dans les pays endettés. Une partie de la dette grecque serait détenue par le fond Eliott.

Leurs bénéfices peuvent aller jusqu’à 400% comme pour le Pérou suite à un procès gagné par un fond vautour contre ce pays. Ils visent les pays les plus pauvres certains d’en récupérer les dettes les plus anciennes et mettre en place leur processus de profit. Ils n’hésitent à trainer en procès les pays et de faire saisir les avoirs des pays à l’étranger (comme pour la république du Congo).

Comme Dart, autre fond vautour, ils ont leur siège dans les paradis fiscaux (là les îles caïmans) pouvant ainsi profiter du système de fraude et d’opacité mais aussi des lois extrêmement laxiste comme à Jersey.

Le pouvoir britannique n’agit en rien contre ces fonds qui ruinent la Grèce et font d’énormes profits. Il pourrait pourtant légiférer pour limiter ceux-ci.

17 mai 2012 JPM


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 18 mai 2012 10:11

    Il faut refuser de payer la dette publique illégitime aux financiers et aux fortunes qui s’en engraissent. Ce qui signifie une expropriation de fait des banques et de tous les groupes financiers, leur saisie sans indemnité ni rachat. Arrachées des mains des intérêts privés, elles seraient alors unifiées en un seul service public financier, ou encore ce qu’un des « Économistes Atterrés », Frédéric Lordon, appelle un «  système socialisé de crédit  », c’est-à-dire sous le contrôle des travailleurs et de la population, il est temps de reprendre en main notre avenir :
    http://2ccr.unblog.fr/2012/04/18/mettre-au-pas-la-finance/


    • chapoutier 18 mai 2012 11:46

      Le pouvoir britannique n’agit en rien contre ces fonds qui ruinent la Grèce et font d’énormes profits. Il pourrait pourtant légiférer pour limiter ceux-ci.

      il n’y a rien a attendre des gouvernements qui n’ont qu’un seul objectif : rembourser la dette et les intérêts de cette dette.
      la grande bretagne elle même à une dette 1550 milliards d’euros et leur gouvernement baisse les impots sur les sociétés et les impots sur le revenu de ceux qui gagnent plus de 180 000 euros. toujours plus pour les détenteurs de la dette , ce même gouvernement britannique va supprimer 700 000 fonctionnaires , afin de financer encore plus les détenteurs de la dette.
      ils ne risquent pas à légiférer contre les parasites et les vautours

      la dette n’a d’autre fondement que de permettre au capitalisme de faire fructifier les masses gigantesques de capital qui ne trouvent plus à s’investir dans le productif.

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/crise-de-la-dette-non-un-systeme-116916


      • John_John John_John 18 mai 2012 11:56

        Ils sont moins cons que les français, les anglais baissent les impôts parce que ça AUGMENTE les recettes publique par effet Laffer ! Et l’inverse est tout aussi vrai : la dernière fois qu’ils ont augmenté les impôts, les recettes avaient baissé de 5%. De même en France l’ISF coûte 15 milliards / an aux français qui ne le paye pas, au moins.


        Pour donner des moyens à l’Etat et diminuer la dette, il faut donc bien BAISSER les impôts !

      • chapoutier 18 mai 2012 12:12

        certains restent constant dans la bétise  smiley


      • John_John John_John 18 mai 2012 12:29

        Donc pour les ultra-socialistes, les faits, la réalité objective des chiffres c’est de la « bêtise ».


        Merci bien pour la démonstration de la vôtre.

      • indignés 18 mai 2012 20:07

        Ma phrase est sans doute un peu courte. Je n’ai aucune confiance en ces gouvernement et le gouvernement britannique est l’un des pire. Il faut savoir que la City of London est le premier paradis fiscal. C’est une énorme machine d’extorsion de l’argent issu de la production (tous les secteurs et tous les pays) et l’une de première mesure que l’on devrait prendre est de supprimer cette structure financière. A coté, les organisations de la Mafia sont de gentils rigolos.


        Mais je ne pense pas que ce sont les gouvernements actuels européens qui le feront. Ils sont en telle consanguinité avec les financiers et les patrons ! Les peuples devront s’en mêler de la manière la plus énergique possible.
        JPM

      • credohumanisme credohumanisme 18 mai 2012 12:27

        Les fonds vautours, pour reprendre votre expression, achètent quand d’autres fonds veulent vendre.

        A l’origine la dette est émise à 100% de son nominal, dès lors quand un fond achète cette dette à 40% cela signifie que d’autres fonds ont perdu 60%.

        Sachant que le plus souvent, en fonction de leurs décisions du moment, les fonds sont tour à tour vendeurs ou acheteurs, votre article -pardonnez-moi-, n’a pas de sens.

        On peut contester la manière dont fonctionne la finance sans sombrer dans un simplisme réducteur.


        • ffi ffi 18 mai 2012 15:08

          Le plus simple serait que les états aient la souveraineté monétaire.
          Ainsi, ne devant de l’argent qu’à eux-mêmes, leur dette ne serait aucunement sujette à spéculation.


          • lloreen 18 mai 2012 15:52

            C’était le cas jusqu’en 1973 en France.
            Pompidou,ancien directeur de banque de chez Rothschild a été gratifié du poste de président de la République pour faire passer cette loi, appelée loi Pompidou Giscard....
            La suite est connue...


          • lloreen 18 mai 2012 15:50

            Il faut dénoncer ces prédateurs et informer des causes réelles de la crise...

            http://trends.levif.be/economie/actualite/banque-et-finance/le-scandale-financier-du-siecle/article-4000089738341.htm#

            Quant aux assassins qui se précipitent « au secours » de leur victime, c’est assez piquant également.
            L’exemplaire s’appelle Mario Draghi et sévit en Grèce....

            ATTENTION !
            AVANT D’ OUVRIR CE LIEN : vérifiez que votre ordinateur est protégé contre les virus et les chevaux de Troie car le lien est infecté.... !

            http://www.alterinfo.net/Les-banksters-au-pouvoir-Mario-Draghi-truqueur-et-pilleur-de-la-Grece-a-la-tete-de-la-Banque-centrale-europeenne-_a65962.html


            • katakakito 18 mai 2012 17:26

              JPM est-ce JP Morgan ? 
              Auquel cas je comprends que vous soyez si bien informé des pratiques ayant cours.
              Je plaisante. Merci pour votre article.


              • Le péripate Le péripate 18 mai 2012 17:38

                Légende. Plus de 50% de la dette grecque est entre les mains du secteur public.


                • xray 18 mai 2012 18:00


                  Le piège européen

                  De droite comme de gauche, les élus politiques sont au seul service du capital de la Dette publique. 

                  Dès l’instant où l’on a parlé de construire l’Europe, on pouvait observer que les plus acharnés à « construire l’Europe »  étaient les plus incompétents en tous domaines. On aurait dû se méfier. 

                  Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
                  http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

                  Le capital de la Dette publique 


                  • Christoff_M Christoff_M 18 mai 2012 21:12

                    Faire le parallèle avec l’article sur le FMI mortel...

                    Le FMI est bien la courroie de transmission mortelle qui cautionne ce système...

                    On y retrouve Lagarde comme Woerth qui ont mis a genoux l’économie française en faveur de

                    fonds ou de boites américaines, elle fut grandement remerciée de sa trahison contre l’économie

                    française !!


                    • Christoff_M Christoff_M 18 mai 2012 21:19

                      A noter que Lagarde qui avait un bilan catastrophique en France se retrouve promue à la

                      tete du FMI !! c’est vous dire le coté pédant de ces grandes écoles françaises qui ne sont que

                      des moutons serviles formatés pour être les pires vecteurs du mondialisme !!

                      A opposer par exemple à A Lauvergnon virée elle car ne voulant pas rentrer dans les combines d

                      e promotion d’un pouvoir corrompu au service du système mondial et global...

                      (on lui proposa la tète d’Air France, elle refusa donc elle devait être virée absolument pour

                      placer le Progglio franc maçon, mec de combines et de réseaux, bien plus mauvais mais

                      encore un idiot utile pour le pouvoir et ami de Sarkozy...)


                      • ddacoudre ddacoudre 18 mai 2012 21:53

                        bonjour indignés

                        il n’y aura une solution que lorsque les banques se trouverons mise en concurrence face à l’émission de monnaie d’une banque centrale. le processus inflationniste de l’endettement est occurrent de la baisse de la croissance, or il n’y aura plus de croissance susceptible de réduire l’endettement par les prélèvement fiscaux, soit l’on fait payer le capital financier soit on le met en concurrence.
                        ddacoudre.over-blog.com
                        cordialement.


                        • BA 19 mai 2012 00:24

                          Vendredi 18 mai 2012 :

                           

                          Royaume-Uni : l’imprimeur de billets De La Rue prêt à la sortie de la Grèce.

                           

                          Le groupe britannique De La Rue, dont l’impression de billets de banque est l’une des principales activités, dispose de plans d’urgence pour imprimer des drachmes au cas où la Grèce sortait de la zone euro, a-t-on appris vendredi d’une source du secteur.

                           

                          Le commissaire européen Karel De Gucht a déclaré dans un entretien publié vendredi que la Commission et la Banque centrale européenne (BCE) planchaient sur un tel scénario, reconnaissant pour la première fois ce qu’aucun responsable de l’UE n’avait confirmé jusqu’à présent.

                           

                          La source, qui a requis l’anonymat, a déclaré qu’en tant qu’imprimeur privé, De La Rue se devait d’envisager que la Grèce abandonne la monnaie unique.

                           

                          La nécessité, dans ce cas, de fournir en un temps réduit une masse considérable de drachmes pourrait contraindre les autorités grecques à faire appel à des sociétés privées pour venir en aide aux imprimeries nationales.

                           

                          Cette éventualité a déjà profité à De La Rue : à la Bourse de Londres, l’action du groupe a gagné 11% depuis un mois. Vendredi, le titre gagnait 0,35% à la mi-journée alors que l’indice FTSE 100 cédait 0,72%.

                           

                          Le groupe britannique, numéro un mondial de l’impression de billets de banque, imprime plus de 150 monnaies nationales.

                           

                          http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00444419-l-imprimeur-de-billets-de-la-rue-pret-a-la-sortie-de-la-grece-324810.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès