Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cette guerre que l’on prétend grande !

Cette guerre que l’on prétend grande !

Ils furent tous de la revue ...

JPEG Ne plus se retrancher derrière la légende.

Gloire à nos glorieux poilus, héros malgré eux d'une affreuse boucherie, d'une barbarie absurde et inhumaine. Les roulements de tambour, les discours martiaux ou lyriques vont nous faire croire, l'espace d'un centenaire qui ne va pas finir, qu'il y avait de la noblesse et de la beauté dans ce charnier. Une fois encore, les drames individuels, la souffrance des hommes au front, le désespoir des femmes et des enfants à l'arrière, passeront au second plan derrière la rigueur martiale.

J'entends encore malgré moi Monsieur Antoine Prost, responsable des commémorations du centenaire, se rengorger en déclarant de manière bien péremptoire : « On a gagné la guerre … ! » Version des plus discutables et usage totalement déplacé de ce « On » qui ne nous appartient pas.

La seule certitude dans ce carnage des carnages, c'est qu'ils furent nombreux à avoir perdu la vie ou la raison, la santé et l' intégrité physique, leur jeunesse et leurs espoirs, leurs nuits et leurs rêves. Ceux qui en sont revenus vécurent des cauchemars sans nom mais gardèrent par leur silence, les images effroyables qui hantèrent leurs nuits.

Non, messieurs les politiques, toujours prompts à exploiter la fibre nationale, à magnifier les exploits et à vendre l'invendable, cette guerre ne fut pas grande. Jamais l'humanité ne s'était vautrée dans autant de bassesse et de boue, de peur et de merde, de sang et de folie. Il faut appeler un chat un chat, messieurs les enjoliveurs de l'effroi : cette guerre est une parfaite abjection et lorsque l'armistice résonna, l'ennemi était encore sur le territoire français : la belle victoire que voilà !

La grande victoire qu'une paysannerie décimée. Les campagnes françaises sacrifiées, ces enfants envoyés à la mort pour le plaisir et la gloire de quelques généraux dont certains hériteraient du grade de maréchaux sur des torrents de sang et de larmes. Les bouseux envoyés dans les tranchées, terrés comme de bêtes, suivirent docilement , nous dit-on, des instituteurs programmés pour la revanche de 1870.

C'est insupportable de bêtise et de d'horreur ! Jamais je ne passe dans un petit village sans aller lire la longue et interminable liste des sacrifiés. Des familles détruites, des vies fauchées pour un combat absurde qui dépassaient ces pauvres gars saoulés de vin et d'alcool au moment du sacrifice suprême.

Comment ne se sont-ils pas révoltés davantage ? Comment ont-ils accepté leur fin si certaine ? Ce sont là les vraies questions que les cérémonies ne poseront jamais. Si ce centenaire était enfin l'occasion de réhabiliter les courageux, les rebelles, les visionnaires qui avaient décidé de s'opposer à ce massacre, il ne serait pas, pour une fois, vain.

La seule grandeur qui soit est de déclarer son refus de la Guerre, de cesser de parader avec le drapeau en tête et cette Marseillaise si belliqueuse qu'elle m'en donne la nausée. Comment être une nation prétendument civilisée avec un hymne national aussi primaire, aussi sanguinaire ? La grandeur une fois encore serait d'en changer les paroles pour enfin devenir vraiment la patrie des droits de l'homme et du citoyen.

Les défilés iront dans un tout autre sens. La gloire posthume des sacrifiés est un bien piètre réconfort. Il n'y eut aucune grandeur dans cette guerre mais simplement des hommes qui se sont conduits admirablement pour sauver un camarade, pour porter secours à un blessé, pour porter le ravitaillement sous un feu imbécile et imprécis.

La grandeur était dans ces hommes et non dans une armée dépassée, monstrueuse, délirante et c'est encore cette armée qui va, sabre au clair et au pas cadencé, célébrer la plus abjecte séquence de notre histoire. C'est à vomir ! Gloire aux sacrifiés et mort à toute Guerre !

Pacifiquement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 11 novembre 2014 11:15

    Bonjour, C’est Nabum.

    Entièrement d’accord sur les dénonciations de ce qu’a été ce conflit et ses terribles conséquences sur les troupes et les populations.

    Pour autant, il ne faut pas tomber dans l’erreur d’interprétation. Cette guerre n’a pas été qualifiée de « Grande » pour une supposée noblesse des combats, mais bien pour souligner l’horreur d’un conflit ayant mobilisé plus de soldats, concerné plus de nations, et surtout engendré plus de pertes et de destructions qu’aucun autre avant dans l’Histoire.

    A toutes fins utiles, je me permets de mettre en lien deux articles qui ont souligné l’horreur de ce qu’a été cette 1ère guerre mondiale, pendant le conflit et après :

    Ces villages de Lorraine « Morts pour la France »

    Grande guerre : le scandale des exhumations militaires


    • C'est Nabum C’est Nabum 11 novembre 2014 11:48

      Fergus


      Je vous remercie pour ses lines indispensables

      Bien sûr que l’adjectif était porteur d’autres idées, mais qu’il est sujet à interprétation !

    • mmbbb 11 novembre 2014 12:43

      Cette guerre devait etre la Der des Der elle fut qualifie ainsi et devait ne durer qu’in temps puisque les soldats devaient etre rentres a Noel Mais ce fut vraiment la premiere guerre moderne et comme le dit Ernt Junger qui la qualifia « Orage d’acier » C’etait la guerre qui employa toutes les avancees technologiques du XiX siecle en l’occurence la chimie dont le celebre chimiste allemand Frizt Haber qui reussit a meme au point la synthese du chlore Il mit en 1925 au point le fameux Xyklon B Ce chercheur d’origine juive recu le nobel de chimie et son Xyklon B servit dans les chambres a gaz Le genie malin peut servir a des fins funestes et d’eradications massives alors qu’il fut un patriote zele Quant a l’armement ce fut l’avenement de l aviiation des tanks et des obus des bombes dont la synthese de l’ammoniac fut maitrise L’apport de l’avition ne fut pas reconnu par les generaux francais et c’est par protestation qu’un aviateur zele passa sous la Tour Eiffel Le positistime cher a Auguste Comte ou le progres devait apporter a l’humanite les bienfaits de la science, vola en eclat ou cette guerre prouva que toute avancee scientifique est duale depuis la nuit des temps et que l’homme met a profit son genie createur pour s’eventrer echarppir cogner saigner demolir devaster Je crains qu’il en soit ainsi jusqu’a la fin des temps


    • C'est Nabum C’est Nabum 11 novembre 2014 16:51

      mmbbb


      La sagesse n’est pas la qualité première de l’humain

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2014 19:31

      A Londres, ils ont planté de milliers de coquelicots, chacun représentant un mort.
      Regardez les photos, c’est encore pire que les commémorations en France, on dirait des fleuves de sang...


    • Croa Croa 11 novembre 2014 22:39

      Pour ma part j’ai toujours cru comprendre qu’elle était « grande » parce qu’elle était mondiale (la suivante qui est arrivée après ne pouvait pas être une autre « grande guerre » parce qu’on ne peut pas donner deux fois le même nom.)

      Il existe bien une connotation dans la dureté des combats qui va bien avec la propagande de l’époque. La qualifier de terrible voire d’affreuse n’aurait pas passé la censure alors que cette vérité est aujourd’hui admise mais « grande » ça va !


    • doctorix doctorix 12 novembre 2014 14:16

      Quand les peuples stupides comprendront-ils que la guerre n’arrange que les banquiers et les complexes militaro-industriels, et que ce sont eux qui les provoquent, par le biais des media qui nous poussent à les désirer, media qu’ils possèdent en quasi totalité ?
      Pourquoi ne nous sommes-nous pas opposés violemment, en temps que peuple, aux guerres en Afghanistan, en Libye, au Mali et en Syrie ?
      Toute guerre devrait passer par un referendum.
      Et dans ce cas, il n’y aurait plus aucune guerre.
      Chirac, Sarkozy et Hollande sont en fait trois criminels de guerre.
      Ne parlons pas de tous les présidents américains, pour qui c’est une coutume depuis 70 ans.
      Et rappelons que toutes les guerres actuelles ne sont faites que pour obéir à leurs injonctions, par président larbin interposé, et sans qu’il soit besoin de consulter ni le peuple ni nos élus.
      La prochaine fois, sachons dire NON.
      Bientôt,je le dis en passant, le parlement Français va devoir se prononcer pour ou contre la reconnaissance de la Palestine en tant qu’État. Outre qu’on se demande pourquoi ce n’est pas fait depuis des lustres, ça va être le moment de voir l’impact du lobby sioniste, par Crif interposé, sur notre politique.
      Je crains le pire avec un premier ministre complètement inféodé à Israël.
      De belles guerres en perspective, et pour l’éternité, donc.
      Tant que des Fabius, des BHL, des Valls, des Juppé décideront à notre place et sans nous consulter, il n’y a aucun espoir de paix.


    • Gauche Normale Gauche Normale 12 novembre 2014 14:51

      Bien dit doctorix !

      Le seul « ruissellement » qui existe est celui du sang dans les tranchées !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 novembre 2014 07:37

      Doctorix,
      Les USA, « la Nation Indispensable », ne sont pas en guerre depuis 70 ans, mais depuis 1846.


    • Fergus Fergus 11 novembre 2014 11:23

      @ C’est Nabum.

      « Jamais je ne passe dans un petit village sans aller lire la longue et interminable liste des sacrifiés. Des familles détruites, des vies fauchées pour un combat absurde qui dépassaient ces pauvres gars saoulés de vin et d’alcool au moment du sacrifice suprême. »

      Pareil pour moi lorsque je passe dans ces petits villages d’Auvergne où les morts de 14-18 se comptent par dizaines quand ceux de 39-45 peuvent être comptés sur les doigts d’une main. De Je suis d’autant plus sensible à ce massacre que j’appartiens à une famille de paysans. Par chance pour lui, mon grand-père maternel a été l’un des rescapés du Fort de Vaux où il a vécu les combats de Verdun, et je garde aujourd’hui encore en mémoire, avec beaucoup d’émotion, les récits qu’il m’a faits de cette terrible bataille. 


      • C'est Nabum C’est Nabum 11 novembre 2014 16:52

        Fergus


        Et chaque fois j’ai honte de lire autant de nom et plus encore quand ils sont rangés par grades
        Il n’y a pas de distinction dans la mort



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2014 19:41

        Nabum ,
        Vous vous trompez à propos de la Marseillaise.
        « Le sang impur », c’est celui du peuple, par opposition à la Noblesse, qui se disait « de sang pur », de « sang noble ». C’est un contre sens fréquemment commis.


      • calem 11 novembre 2014 20:33

         Fifi Brind_acier

        Retification

        Le Chant de guerre pour l’armée du Rhin devient la Marche des Marseillois, puis La Marseillaise.



      • Croa Croa 11 novembre 2014 22:47

        Ces monument censés honorés les « hérauts » morts pour la France furent érigés pour que les français survivants avalent cette pilule amère qu’étaient ces disparitions. Maintenant ils auraient plutôt l’effet inverse. 


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 17 novembre 2014 07:49

        Pareil pour moi avec papé Jean à Verdun et papé Jan chez les Autrichiens dans les Balkans. 


      • oncle archibald 11 novembre 2014 11:26

        Vas y Georges, dis leur ce que tu en penses :


        Depuis que l’homme écrit l’Histoire,
        Depuis qu’il bataille à coeur joie
        Entre mille et une guerr’s notoires,
        Si j’étais t’nu de faire un choix,
        A l’encontre du vieil Homère,
        Je déclarerais tout de suit’ :
        « Moi, mon colon, cell’ que j’préfère,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit ! »
        Est-ce à dire que je méprise
        Les nobles guerres de jadis,
        Que je m’ souci’ comm’ d’un’ cerise
        De celle de soixante-dix ?
        Au contrair’, je la révère
        Et lui donne un satisfecit,
        Mais, mon colon, cell’ que j’préfère,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit !
        Je sais que les guerriers de Sparte
        Plantaient pas leurs epé’s dans l’eau,
        Que les grognards de Bonaparte
        Tiraient pas leur poudre aux moineaux...
        Leurs faits d’armes sont légendaires,
        Au garde-à-vous, j’les félicit’,
        Mais, mon colon, cell’ que j’préfère,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit !

        Bien sûr, celle de l’an quarante
        Ne m’a pas tout à fait déçu,
        Elle fut longue et massacrante
        Et je ne crache pas dessus,
        Mais à mon sens, ell’ ne vaut guère,
        Guèr’ plus qu’un premier accessit,
        Moi, mon colon, cell’ que j’préfère,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit !
        Mon but n’est pas de chercher noise
        Aux guerrillas, non, fichtre ! non,
        Guerres saintes, guerres sournoises
        Qui n’osent pas dire leur nom,
        Chacune a quelque chos’ pour plaire,
        Chacune a son petit mérit’,
        Mais, mon colon, cell’ que j’préfère,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit !
        Du fond de son sac à malices,
        Mars va sans doute, à l’occasion,
        En sortir une - un vrai délice ! -
        Qui me fera grosse impression...
        En attendant, je persévère
        A dir’ que ma guerr’ favorit’
        Cell’, mon colon, que j’voudrais faire,
        C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit !

        • oncle archibald 11 novembre 2014 18:57

          Nabum, Georges Brassens c’est le contraire d’Irène dans le Schpountz : il n’est mauvais à rien, il est très bon à tout.


          Et il est encore meilleur quand il parle de la guerre, des idéaux sacrosaints, des grands soirs, des juges, des gorilles, des gaillardes, des gendarmes, et même des curés dans la messe aux pendu.

        • oncle archibald 11 novembre 2014 18:59

          d’Irénée scusi … et tant que j’y suis la messe au pendu. Singulier pluriel employé mal à propos. Scusi deux fois.


        • ZEN ZEN 11 novembre 2014 12:11

          L’anneau de ND de Lorette et les discours de circonstances bla bla... ne feront pas oublier l’horreur


          • oncle archibald 11 novembre 2014 12:14

            @ Fergus : Par malchance pour lui, mon grand-père maternel est « au palmarès » de la « grande guerre », gazé à Verdun, il est mort faute de pouvoir respirer, son nom est gravé dans le marbre. 


            Un oncle de ma mère, hussard qui a d’abord guerroyé à cheval sabre au clair comme au moyen âge ou peu s’en faut a été très vite gravement blessé aux jambes. En 14 on ne réformait personne et on a prétendu le coller dans un bureau. Ce gentil macho, baroudeur comme pas deux, boxeur amateur, cavalier émérite, séducteur invétéré au grand dam de son épouse, a fait valoir que dans un avion on était assis et qu’il souhaitait plutôt qu’être affecté dans un bureau apprendre à piloter un avion. 

            Ce qui fut fait. Il a vécu longtemps et je l’ai connu. Enfants mon frère et moi étions complètement scotchés lorsque l’oncle Jean racontait comment au commandes d’un Voisin biplace il partait avec son « bombardier » porter des obus munis d’ailettes sur les lignes allemandes : « c’était un très bon avion, s’il ne prenait pas feu au décollage tu étais tranquille … » on bavait par terre … Et s’il prenait feu tonton ? « On s’arrêtait au bord de la piste et on avait le temps de sauter, c’était un bon avion je te dis » … 

            En revenant de mission il croisait parfois l’avion allemand qui venait de faire la même chose sur les lignes françaises et au début ils se tiraient des coups de fusil d’un avion à l’autre. Les mitrailleuses qui tirent à travers l’hélice sans la casser ont été inventées très vite … mais lui aussi est arrivé à passer à travers les balles. Ca n’était pas son destin de mourir à la guerre.

            • Fergus Fergus 11 novembre 2014 13:01

              Bonjour, Oncle Archibald.

              L’écrasante majorité des familles de France a eu des combattants durant ce terrible conflit. Et trop nombreuses sont celles qui n’ont pas revenu tel ou tel membre, tué au combat dans ce qui a trop souvent pris la forme d’une boucherie.

              Des boucheries qui n’ont pas seulement touché notre territoire. Dans un article intitulé « Waltzing Matilda » ou l’enfer des Dardanelles, j’évoquais l’effroyable bataille de Gallipoli, mise en musique de si émouvante manière par Eric Bogle. Je ne peux écouter cette chanson sans une grande émotion, là aussi.


            • doctorix doctorix 12 novembre 2014 14:28

              Votre admiration béate est consternante.
              D’un assassin heureux de trouver un prétexte pour tuer, l’Histoire telle que vous vous la remémorez a fait un héros.
              Le vrai courage eut été de dire : non, je ne tuerai pas, pour tout l’or du monde.
              C’est ainsi qu’on amène les peuples crétins à vouloir les guerres, alors qu’ils sont faits pour s’aimer.
              Si votre oncle avait eu un vrai courage, c’est aux fauteurs de guerre qu’il s’en serait pris. Et peut-être qu’alors votre grand-père n’aurait pas eu à mourir d’une façon aussi atroce et stupide.
              Tant que vous admirerez ce genre d’exploit, les guerres ont de beaux jours devant elles.


            • njama njama 11 novembre 2014 12:33

              La guerre 14-18 serait à elle seule une raison suffisante pour dissoudre toutes les armées du monde.
              La der des der qu’ils disaient, mais depuis un siècle cette trahison politique continue, et même pus pour la seule défense du territoire national.
              Le seul réel hommage que l’on puisse rendre à soldats pris en otages c’est de devenir pacifiste

              La guerre est un mal qui déshonore le genre humain. (Fénelon, Dialogue des morts)


              • njama njama 11 novembre 2014 12:35

                « La façon la plus rapide de mettre fin à une guerre est de la perdre. » (George Orwell)
                ...
                donc, autant déposer les armes de suite ... ça évitera des rivières de sang


                • oncle archibald 11 novembre 2014 12:59

                  « autant déposer les armes de suite ... ça évitera des rivières de sang »


                  En êtes vous si sûr ?

                • njama njama 11 novembre 2014 13:58

                  réfléchissez un peu oncle archibald
                  ...
                  si Gandhi avait pris les armes, les anglais n’auraient pas demandé mieux, ils auraient tiré dans le tas, bombardé etc., et les morts se seraient comptés par dizaine ou centaines de milliers.
                  ...
                  autre cas de figure la guerre d’Algérie (je vous signale au passage que je suis ravi aux anges que les français soient rentrés la queue entre les jambes, ce qui me paraît être la moindre des justices après 132 ans de colonisation), militairement l’armée contrôlait tout ou presque, la victoire militaire compte pour peu, la France s’est obstinée à la prolonger cette guerre alors que dès le début politiquement elle était perdue d’avance ... donc combien de morts pour rien ?
                  ...
                  vous sous-estimez clairement la force du « pacifisme » ...


                • oncle archibald 11 novembre 2014 15:55

                  Njama réfléchissez un peu à votre tour 


                  Lorsqu’un pays est envahi par un colonisateur agressif, exemples la Pologne, la Belgique, la France, envahies par l’Allemagne Hitlerienne en 1939, serait-il raisonnable que pour éviter un bain de sang les populations de ces pays se mettent en rangs avec un bouquet de fleurs à la main pour souhaiter la bienvenue aux envahisseurs ? 

                  D’ailleurs vous célébrez la victoire des algériens qui ont su bouter le colonisateur Français hors de leur pays …. pacifiquement ?? Ne dites pas cela aux familles qui ont eu un fils tué en Algérie, ils ne vous croiront pas. La guerre est toujours dégueulasse, mais elle est parfois nécessaire, point final. 

                • njama njama 11 novembre 2014 18:32

                  pour ce qui concerne l’Algérie, cela ne m’étouffe pas de ne pas être patriote
                  si nos hommes politiques avaient voulu éviter cette légitime guerre d’indépendance, c’était simple, il suffisait de supprimer le code l’indigénat, et de donner les mêmes droits aux algériens
                  A qui la faute donc cette guerre, et ses morts ?
                  on a parfaitement le droit de ne pas aimé la république quand elle pue, c’est même un devoir de lui montrer qu’on se bouche le nez
                  condoléances aux familles qui ont perdu un proche dans cette sale histoire de colonisation qui a mal fini


                • oncle archibald 11 novembre 2014 18:47

                  La question que vous posiez n’est pas traitée par votre post. A ma connaissance il n’y a pas eu de Gandhi arabe ou berbère pour faire partir les Français d’Algérie sans carnage … C’est tout ce que je voulais vous faire remarquer.


                • heliogabale heliogabale 11 novembre 2014 21:02

                  La séparation de l’Inde et du Pakistan en 1947, c’est tout de même un million de morts...

                  Et puis l’Inde avait l’atout du nombre... le mouvement indépendantiste indien n’avait pas besoin d’armes pour se faire entendre...

                  Et dernier point, bien plus que la guerre d’Algérie, c’est la conquête de l’Algérie qui fut extrêmement violente (réduction d’un tiers de la population algérienne entre 1830 et 1870)... On peut dire que la fin violente de la colonisation de l’Algérie était prévisible...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 novembre 2014 07:32

                  njma,
                  Ya ka, faut kon...
                  Revoyez l’histoire de la IVe République, avec 22 gouvernements en 12 ans.
                  Ils n’ont été capables de régler ni l’indépendance de l’ Indochine, ni celle de l’ Algérie.


                • Gauche Normale Gauche Normale 11 novembre 2014 12:35

                  Excellent article ! Merci, C’est Nabum !


                  Ces discours mensongers sur la défense de la patrie m’insupportent au plus au point ! Lors de cette guerre, il n’y a pas eu 8 millions de morts mais 8 millions de meurtres commis par des dirigeants zélés. Des meurtres qui auraient pu être évités sans l’esprit de concurrence et de compétition. De plus, cette boucherie n’a pas été dramatique pour tout le monde : elle a permis de décupler les profits des industriels. 

                  Anatole France disait : « on croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels »

                  Paul Valéry résumait bien l’arnaque : « la guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas »

                  Aujourd’hui, il n’y a plus de guerre en Europe mais l’austérité a pris sa place : les peuples se serrent la ceinture au profit de gens qui ont provoqué la crise mais ne se serrent pas la ceinture.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2014 19:56

                    Les causes de la guerre de 14 sont multiples, mais ressemblent beaucoup à la situation présente...
                    En particulier le jeu des Alliances qui ont obligé des Etats à entrer dans la guerre, comme l’ OTAN peut l’imposer aujourd’hui...
                    Les Musulmans ont remplacé l’Empire austro-hongrois et l’Empire ottoman de 14... 
                    « Quelles leçons tirer de la guerre de 14 ? » par Asselineau


                  • Gauche Normale Gauche Normale 11 novembre 2014 21:01

                    Oui, fifi mais je pense que l’austérité aussi a remplacé la guerre. Avant, les bourgeois demandaient (par la voix des dirigeants à leur solde) aux peuples respectifs de se massacrer entre eux. 


                    Aujourd’hui, les mêmes demandent aux peuples de se serrer la ceinture pour une dette qu’ils n’ont pas creusée. Le fonctionnaire, l’étranger, bref, les travailleurs, sont mobilisés pour maintenir les profits des capitalistes.

                    Donc la guerre contre les peuples continue. 

                    Je signale une faute d’orthographe dans mon commentaire précédent : il faut lire « m’insupportent au plus haut point ! »

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2014 21:27

                    Gauche normale,

                    J’ai cherché l’analyse de la guerre de 14 par Annie Lacroix Riz, sur l’austérité avant les deux guerres mondiales, mais la vidéo n’est plus valide, et je ne l’ai pas retrouvée ailleurs.


                    Elle doit en parler dans son dernier livre, « Aux origines du carcan européen 1900-1960 », mais je ne l’ai pas encore lu.

                  • Joe Chip Joe Chip 11 novembre 2014 22:36

                    La concurrence et la compétition font partie de la nature. La guerre fait partie de la nature humaine.

                    Quant à l’histoire des profits décuplés, c’est un mythe, la France et l’Allemagne ressortent anéanties du conflit et criblées de dettes, une partie du territoire français est oblitérée. Au contraire l’économie de guerre a entraîné une centralisation des moyens de production conduisant à une planification croissante de l’économie.

                    En outre, l’histoire a montré que le pacifisme doctrinaire conduisait à un résultat pire qu’une guerre justifiée. Tous les pacifistes des années 30 ont fini dans la trahison (communistes au début de la guerre) et dans la collaboration.

                    Vous le reconnaissez vous-même : la guerre économique est une variante sans morts de cette conflictualité qui est indissociable de la nature humaine.


                  • Gauche Normale Gauche Normale 11 novembre 2014 23:20

                    « La concurrence et la compétition font partie de la nature. La guerre fait partie de la nature humaine. »

                    Youpi ! Figurez-vous qu’il en est de même pour le rêve : c’est humain de rêver. Je propose donc un système économique entièrement bâti sur le rêve ! Ça risque d’être chouette.

                    « Quant à l’histoire des profits décuplés, c’est un mythe »

                    « la France et l’Allemagne ressortent anéanties du conflit et criblées de dettes »
                    Demandez-vous à qui profitent les dettes : pas aux États, certes mais toujours bel et bien aux capitalistes. Lorsque l’Allemagne a signé l’Armistice, c’est parce qu’elle craignait une révolution rouge qui grondait. C’était tout bénéf’ de signer puisque de toute manière ce ne sont pas les dirigeants allemands ni les capitalistes allemands qui allaient subir l’humiliation du Traité de Versailles.

                    « Au contraire l’économie de guerre a entraîné une centralisation des moyens de production conduisant à une planification croissante de l’économie. »
                    C’est d’ailleurs le seul moment où le capitalisme a vraiment « fonctionné » : Roosevelt a sorti son pays de la crise de cette manière. Mais c’est sur le long terme une fuite en avant.

                    « En outre, l’histoire a montré que le pacifisme doctrinaire conduisait à un résultat pire qu’une guerre justifiée. »
                    Par contre l’histoire n’a pas montré qu’à chaque fois qu’il y a des marchands de canons, il y avait des guerres ? De plus, je ne suis pas pacifiste : si des dirigeants veulent se faire la guerre entre eux je peux leur prêter des épées en bois et ils voient ça entre eux. Mais qu’ils n’entraînent pas les peuples dans ce tourbillon ! 

                    « Tous les pacifistes des années 30 ont fini dans la trahison (communistes au début de la guerre) et dans la collaboration. »
                    Ceux de la SFIO, oui. De plus, ce n’est pas parce que ces anciens pacifistes ont trahi que nous devons le faire aussi 100 ans après. La Mémoire est même faite pour prévenir cela.

                    « Vous le reconnaissez vous-même : la guerre économique est une variante sans morts »
                    Sans mort ? Ça demande à voir. Vous avez vu ce que donnait l’austérité en Grèce par exemple ? Est-ce vraiment indispensable de se faire écraser de la sorte ?


                  • Joe Chip Joe Chip 13 novembre 2014 14:24

                    Youpi ! Figurez-vous qu’il en est de même pour le rêve : c’est humain de rêver. Je propose donc un système économique entièrement bâti sur le rêve ! Ça risque d’être chouette.

                    Pirouette rhétorique.

                    Sur l’économie, oui, les marchands d’armes se sont enrichis, mais de nombreuses industries ont périclité. Les corporatismes se renforcent. Le franc s’effondre après la guerre, la France est considérablement affaiblie sur tous les plans, y-compris sur le plan capitalistique. Je maintiens donc mon propos. 

                    Lorsque l’Allemagne a signé l’Armistice, c’est parce qu’elle craignait une révolution rouge qui grondait. C’était tout bénéf’ de signer puisque de toute manière ce ne sont pas les dirigeants allemands ni les capitalistes allemands qui allaient subir l’humiliation du Traité de Versailles.

                    L’Allemagne s’empresse de signer l’armistice et fait pression en ce sens sur les Américains de peur que les Français ne marchent sur Berlin (offensive prévue pour novembre-décembre 1918). Ensuite les officiers allemands ont répandu dans la population le mythe de l’armistice humiliant alors que l’Allemagne se battait encore chez l’adversaire. Les Français ont déjà compris que les hostilités reprendraient « avant 20 ans ».
                    Quant à la fameuse « humiliation »... pour rappel les Français n’ont rien obtenu de concret et les réparations de guerre allemandes ont été annulées dès 1923 sous pression américaine tandis que la dette de guerre française était maintenue, et le franc attaqué par les spéculateurs anglo-américains...

                    « Au contraire l’économie de guerre a entraîné une centralisation des moyens de production conduisant à une planification croissante de l’économie. »
                    C’est d’ailleurs le seul moment où le capitalisme a vraiment « fonctionné » : Roosevelt a sorti son pays de la crise de cette manière. Mais c’est sur le long terme une fuite en avant.

                    C’est un point de vue, mais en Italie et en Allemagne cette concentration corporatiste a entraîné ou tout au moins favorisé l’émergence du fascisme.
                    Roosevelt a sorti son pays de la crise grâce à l’économie de guerre. En 39, le taux de chômage aux USA est toujours de 18%. Dans tous les pays occidentaux, à l’exception de l’Allemagne nazie, le chômage oscille entre 20 et 40%, drôle de réussite...

                    Je souhaite évidemment la paix, mais disons que je ne me fais aucune illusion sur le fond de la nature humaine.


                  • juluch juluch 11 novembre 2014 12:48

                    Honneurs aux Anciens quelques soit leurs origines, ne les oublions pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès