Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cette langue française qu’on assassine

Cette langue française qu’on assassine

Parler du destin de la langue française c'est aborder la question de la mondialisation et de la forme qu'on souhaite lui donner. Las, la globalisation ce n'est pas seulement un enrichissement partagé de la planète. C'est aussi un rouleau compresseur qui écrase les cultures pour n'en asseoir qu'une, consumériste et individualiste.

Une seule langue, un seul mode de vie est-ce souhaitable alors que l'on sait que le mode de développement dominant est incompatible avec les ressources de la planète et que l'avenir de la biosphère passe par la préservation de la biodiversité ?

A quoi peut servir le concept "d'exception culturelle française" si la défense du français est considérée par les élites comme accessoire et dépassée ? Oui, une langue c'est l'âme d'un peuple, de son identité, de son histoire, de sa culture. A ce titre, la disposition du projet de loi sur l'enseignement supérieur présenté par la ministre Geneviève Fioraso est révélatrice de l'abandon en rase campagne de la défense de notre langue par nos dirigeants.

L'article 2 du texte incriminé prévoit ainsi d'élargir la possibilité donnée aux universités françaises d'assurer des enseignements dans une langue étrangère, en anglais notamment. Un petit rien qui cumulé à des reculades tous azimuts condamne notre langue à être celle des derniers des Mohicans. Alors oui, l'Académie française est dans son rôle quand elle dénonce "les dangers d'une mesure qui favorise la marginalisation de notre langue". Oui, le philosophe Michel Serres a raison de dénoncer un abandon de souveraineté linguistique face à l'impérialisme anglo-américain.

A force de couper un par un les fils qui composent la toile d'araignée, un coup de ciseau faussement anodin provoquera l'effondrement total. Les dispositions du projet de loi Fioraso ne seraient pas critiquables si l'Etat et ses représentants avaient une attitude offensive et défendaient courageusement le français et la culture française. C'est tout le contraire. Le service public audiovisuel véhicule à longueur de journée une sous-culture américaine qui façonne les aspirations et les comportements de notre jeunesse.

Alors qu'aux lendemains de la seconde guerre mondiale la langue française était consacrée comme l'une des langues officielles des instances internationales, plus personne ne veille au respect de cet acquis. L'Union Européenne en est un bel exemple puisqu'insidieusement et de façon informelle, l'anglais en est devenu la langue officielle, parlée et écrite, au détriment du français et de l'allemand.

" Prenez garde ! Je vais parler en français" prévenait avec un accent délicieux Winston Churchill en 1949 à Strasbourg dans un discours prononcé à l'occasion de la création du Conseil de l'Europe. Francophile assumé, le vieux lion avait adressé aux Français, le 21 octobre 1940, quelques mois après la signature de l'armistice un remarquable discours les exhortant à la résistance. Un discours prononcé en français, en témoignage de son respect pour une culture qu'il appréciait (cf vidéo ci-dessous).

"Français ! Armez vos cœurs à neuf avant qu'il ne soit trop tard ! Jamais je ne croirai que l'âme de la France soit morte, que sa place parmi les grandes nations du monde puisse être à jamais perdue" déclarait alors le chef du gouvernement Britannique.

Claude Hagège, à sa façon, lui répond dans les colonnes du Monde. "On se demande, pourtant, d'où peut bien venir, en France, cet acharnement contre la langue française. De la monarchie à la République, surtout aux heures les plus tragiques de cette dernière, tout illustre ce dicton : "C'est par sa langue que vit une nation" écrit notamment ce professeur au Collège de France.

Il est grand temps d'entrer en résistance. Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve. La vive réaction d'une quarantaine de parlementaire PS emmenés par Pouria Amirshahi, député des français de l'étranger met du baume au coeur aux amoureux de notre langue et de la francophonie. On ne manquera pas à cet égard de lire sa très belle tribune reprise dans Marianne.

Crédit photo : Mathieu Riegler



Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • eric 14 mai 2013 09:30

    Dans le film l’« Auberge espagnole » les héros sont a un cours d’économie a la fac a Barcelone, dans le cadre du projet Erasmus.
    Le prof parle le catalan. Ils ne comprennent rien. Ils ont le toupet de demander si il ne pourrait pas parler en espagnol, compte tenu du fait que tous le monde le comprend. Il leur réplique qu’ils n’ont qu’a aller en Castille, et qu’en Catalogne, on parle le Catalan. Fin de l’épisode.
    On devine que cela ne nuira en rien a la poursuite de leurs études. En effet, le peu que l’on voit du contenu du cours, c’est a peu prêt la vulgate en langue de bois qui est le fond de votre langage dans cet article. Mondialisation, individualisme consumériste, impérialisme américain, développement durable etc....Donc 50% postalterneomarxisme mal digere, 50% modes intellectuelles des « liberals » américains. Au fond, en moldovalaque, siculo sarde ou argot des banlieues, le vocabulaire est a peu prêt le même, et la richesse conceptuelle également.
    Le prof privilégie son projet politique sur les besoins de ses élèves. Comme il y a toujours une certaine homogénéité dans ces types de délires, on imagine, si cela existe en Catalogne, que le même serait favorable a l’enseignement dans les langues d’origines pour les enfants de migrants, comme en France....

    Et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets,on devine également que ce désir de marquer son territoire, n’est pas entièrement dépourvu non plus du désir d’éviter la concurrence. Ainsi, en Crimée, j’ai vu les profs parlant ukrainiens, ravis de se débarrasser de leurs collègues russophones pour leur piquer les places de profs d’anglais, les caciques du FLN faire venir des coopérant palestiniens pour arabiser l’enseignement des petits kabyles, pendant que leurs propres enfants étudiaient en France.

    La réalité, c’est que dans l’enseignement supérieur, ceux qui sont capables de suivre avec profit un cours dans une autre langue sont aussi ceux qui en général maitrisent le mieux la leur.
    L’autre réalité, c’est que les étudiants de l’auberge espagnole, venus de toute l’Europe, parlent l’anglais entre eux...
    La dernière réalité, c’est que Singapour envisage de couler une grande statue pour décorer la vielle. Ils hésitent entre Jésus et Tocqueville.... ! Partis comme nous le sommes, il est fort possible qu’on en apprenne bientôt plus sur « l’exception culturelle française » en chinois ou en anglais dans une fac de Singapour qu’en français dans une fac parisienne.....


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 19 mai 2013 12:34

      Pardon, mais tout le monde sait que dans la Catalogne espagnole le catalan est langue officielle. Pour ceux qui parlent le castillan (« espagnol » offiiciel) ou le français, l’apprendre n’est pas si difficile. Le catalan est à l’origine une branche de la langue d’Oc. C’est la croisade albigeoise et ses suites qui ont imposé la frontière des Pyrénées.

      Et c’est le pouvoir économique qui impose à présent la marginalisation progressive du français, comme jadis pour l’occitan, le breton... Paradoxalement, la classe politique et « gestionnaire » française a joué depuis les années 1980 un rôle de premier plan pour promouvoir la « mondialisation des échanges », la « libre circulation des capitaux », le « marché mondial de la main d’oeuvre »... A présent, les populations de pays comme la France en payent lourdement la facture.

      Comme ce système au service de la grande finance internationale, basé sur les privatisations et les délocalisations, fabrique un prétendu « endettement » des Etats dans les pays jadis « riches », les gouvernements de ces pays vendent les meubles. C’est ce que fait Geneviève Fioraso avec l’usage de la langue française dans les universités, au nom d’une « attractivité » marchande.

      Voir, par exemple, nos articles :

      G7 et impasse des pays ex-riches (I)
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/10/g7-et-impasse-des-pays-ex-riches-i.html

      G7 et impasse des pays ex-riches (II)
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/12/g7-et-impasse-des-pays-ex-riches-ii.html

      Hollande, Ayrault et la transparence (II)

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/17/holland e-ayrault-et-la-transparence-ii.html

      Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/16/loi-fioraso-et-usage-de-la-langue-francaise.html

      Loi Fioraso et usage du français : de pire en pire
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/23/loi-fioraso-et-usage-du-francais-de-pire-en-pire.html

      Langue française et mondialisation (I)
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/25/langue-francaise-et-mondialisation-i.html

      Loi Fioraso : un projet de société inacceptable
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/03/02/loi-fioraso-un-projet-de-societe-inacceptable.html

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • magores 14 mai 2013 10:40

      Malheureusement, le problème dénoncé dans cet article est réel. Les politiques considèrent qu’ils valorisent leurs images en intégrant dans leurs langages de fréquents anglicismes. Les journalistes à la télévision pratiquent de la même façon et y ajoute souvent un langage populaire particulièrement déplacé. Dans l’entreprise, lorsqu’il s’agit d’informatique ou de gestion financière l’anglais est largement pratiqué. Il est quasiment impossible d’obtenir le mode d’emploi en français d’un logiciel professionnel, pourtant obligatoire pour les produits vendus en France. Les jeunes ne semblent pas choqués par ce type de pratiques et bientôt seul le Quebec défendra la langue française. 


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 mai 2013 11:06

        Bonjour,

        Enseigner en français ou en anglais, quelle importance, personne ne verra la différence vu que les cours à l’université n’ont plus de contenu


      • taktak 14 mai 2013 15:30

        enseigner en anglais c’est s’assurer qu’il n’y aura plus de contenu, du moins original.
        Une langue sous tends la façon de penser, héritière d’une certaine culture.

        Par ailleurs, pourquoi imposer à 99% des enseignant chercheur, étudiants, doctorants de travailler dans une autre langue que la leur où ils seront bien moins efficace, et necessairement en situation d’infériorité et d’être dominé par les locuteurs natifs ?

        Pour attirer des étrangers dit Fioraso... Mais que diable, il ne parle pas tous anglais ces étrangers non ? loin de là même. En vérité, il faut d’abord privilégier la francophonie, forte de ces 800 millions de locuteurs. Cela parlent français et ils seraient bien inspirés de les acceuillirs même si leur peau est bronzée. Pour les autres, s’il viennent c’est avant tout par choix de la France (tout comme nos concitoyen qui vont étudier en Australie au moins autant pour le pays que pour la langue, car sinon Leeds ferait tout aussi bien l’affaire). Il apprendrons le Français comme ils le fond déjà, comme les français qui veulent aller dans des pays anglo-saxons apprennent l’anglais.

        Consacrer l’enseignement en anglais en France c’est se condamner à dégrader les contenus, c’est se condamner à être irrémédiablement à la traine des pays anglo saxons, c’est saborder la francophonie et par là une part majeure de l’influence de la culture française (qui dépasse largement notre seul pays). C’est enfant condamner à mort notre langue à court terme en la coupant de ce qui la fait vivre : l’innovation et l’utilisation dans la production


      • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 14 mai 2013 11:49

        « Exception culturelle française »

        À condition de ne pas confondre culture et spectacle.


        • ZenZoe ZenZoe 14 mai 2013 11:51

          Bah, il serait surprenant que ce projet aboutisse, vu le niveau d’anglais des maîtres de conférence" qui ne sera jamais à la hauteur... D’ailleurs, vu le manque de réaction des concernés, on voit bien qu’ils ne prennent pas la menace au sérieux non plus.
          Si toutefois l’objectif est plutôt d’attirer la jeune élite planétaire, on se gourre là aussi. C’est l’excellence des cours et les débouchés des diplômes qui attirera la clientèle étrangère, pas le baragouin en anglais des savants sur l’estrade.
          Sûr qu’en France, ce qui n’assassine jamais, c’est le ridicule...
          Autre chose ?


          • Eddy Eddy Roos 14 mai 2013 12:45

            La pétition lancée par l’UPR contre ce projet Fioraso vient d’atteindre les plus de 10 000 signataires sans médiatisation et juste par le bouche à oreille, avec des signatures provenant de 71 pays ! Comme quoi la francophonie n’est pas morte.

            http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_lang ue_francaise

            François Asselineau a demandé à être reçu par le Premier Ministre et Mme Fioraso pour leur présenter cette longue liste de désormais 10 000 signataires contre le projet de loi. Une opposition d’ailleurs suivie peu après son lancement par l’Académie Française elle-même. Pas de réponse jusque là...


            • zozoter 19 mai 2013 17:54

              François ASSELINEAU invité de EUROPE 1 SOIR

              Mardi 21 mai 2013 de 19 h 00 à 20 h 00

              présenté par Nicolas Poincaré

              pour un grand débat sur la loi Fioraso


              http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_lang ue_francaise


            • volt volt 14 mai 2013 12:56

              depuis des décennies, des attachés et détachés culturels, des envoyés d’ambassade, des surchargés de missions, ayant coûté des fortunes, vraiment, ont été envoyés dans les anciennes colonies, où la francophonie tenait le haut rang. 

              ils ont bu du champagne, organisé leurs imbuvables fêtes de la musique, nous ont resservi leur jack lang encore plus imbuvable, et ont passé du bon temps sur les plages...
              sur le vrai terrain, ils n’ont rien fait, absolument rien ; j’en prends une preuve toute simple : 
              il y a des centaines de milliers de francophones entre liban et syrie, surtout au liban... 
              essayez de trouver un seul, je dis bien un seul, clavier « azerty », avec des « e » accent aigu, grave, criconflexe et ce genre de luxe, inouï, un seul clavier... vous n’y arriverez pas.
              je tiens cela pour le signe d’un échec total et complet, d’une imbecillité profonde, et signe caractérisé d’un vol avec complicité de l’état français, c’est-à-dire de cette idiote de contribuable qui, sur un demi-siècle, a financé toutes ces vacances, c’est le mot exact.

              • volt volt 14 mai 2013 13:08

                bilan des courses ? y’a trente ans le Français était un indispensable, aujourd’hui, bien des jeunes sur leurs CV préfèrent ne pas mentionner le Français, car auprès de bien des entreprises, ça diminue les chances à l’embauche, vu que c’est interprété comme faiblesse éventuelle à l’Anglais... chapeau.


              • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2013 18:57

                @volt
                Ayant vécu ce que vous dénoncez, je ne peux que vous approuver.
                Services culturels des ambassades = apéros, buffets, petits fours, c’est tout.
                Le conseiller culturel n’est généralement pas visible, il en est de même de sa secrétaire, de l’attaché et de la secrétaire de l’attaché.
                C’est généralement une petite stagiaire dans un réduit sans fenêtre qui se tape tout le boulot.
                Oui ’vacances’ est bien le mot exact.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 mai 2013 13:36

                c ’est curieux car fonctionnaire  est un concept bien défendu 

                sur Agoravox , ils boiraient donc du Champagne au lieu de bosser , 

                ça m’ étonnerait beaucoup..... smiley

              • foufouille foufouille 20 mai 2013 13:46

                je me souvient d’en avoir vu un dans zone interdite
                un « pauvre » ambassadeur au ......... vanuatu
                il etait malheureux, le pire


              • Abou Antoun Abou Antoun 20 mai 2013 13:55

                ils boiraient donc du Champagne
                Les Affaires Étrangères sont avant tout les Affaires Étranges. Disons que ce n’est pas le Ministère le plus productif. C’est souvent le refuge de l’aristocratie de l’Ancien Régime, un nid de collabos pendant la guerre.
                Pour en savoir plus, voir par exemple Les Ambassades de Roger Peyrefitte.
                Le corps diplomatique français reste le second au monde en effectifs après les états unis. Normal 1° n’a pas fait le ménage là non plus, il n’a même pas soulevé le problème. La France pourrait exporter ses excédents de parlementaires et de diplomates.


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 mai 2013 14:11

                ils font marcher l’ industrie des rochers Ferréro ....



                d’ où leur utilité .....

              • Mowgli 20 mai 2013 14:14

                Nul besoin de clavier azerty. Moi, mon mien, de clavier, c’est un qwerty. Ça ne m’empêche pas de clavioter des é, des è, des ê, des ù, et toute la smalah, y compris ¥ et . Comment ? http://allchars.zwolnet.com/


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 mai 2013 14:43

                On dit pas «  moi mon mien » , on dit mon mien à moi . 


                Pffffffffffffffffffffffffffffff

              • rocla (haddock) rocla (haddock) 20 mai 2013 14:44

                d’ ailleurs utiliser le clavier à Zerty sans son autorisation est défendu .


              • Giordano Bruno 14 mai 2013 13:00

                Vous parlez d’abandon en rase campagne. Je vous trouve bien mesuré. L’affaire est plus grave. Il s’agit d’une collaboration avec l’ennemi.


                • Panzerfaust 14 mai 2013 14:06

                  La marginalisation du français est un mythe franchouillard. Les bilingues français-anglais a peu près potables sont rares. Ce projet Fioraso  est une bonne chose a condition d’embaucher des english native speakers bien sur.

                  Quant a l’effondrement des délires pseudo-socialistes et antimondialistes des bobos défenseurs de l’âme française, il faudra trouver autre chose que les incantations anti-anglaises...


                  • taktak 14 mai 2013 15:41

                    c’est sur que pour enseigner la physique nucléaire, la médecine, l’hydraulique, les maths, la sociologie, l’économie, l’histoire de l’art etc...... la qualité première et unique c’est d’être english native speakers....

                    bref mettons au rebut nos concitoyens compétents et performants, et faisons venir des étrangers à la place, médiocres qui plus est car les bons préférerons rester chez eux. C’est vraiment une brillante idée que vous avez là Panzerfaust.

                    en même temps l’évaluation à la publication - quasi exclusivement par des revues anglophone - donne déjà une prime non pas à l’universitaire brillant dans son domaine mais à celui qui cause le globish.... Il est maintenant parfaitement impossible d’obtenir un diplome d’ingénieur si on parle pas anglais. Par contre si l’on ne sait rien de technique, là c’est moins sur.

                    Dernière chose, tous les linguistes le disent, on est toujours bien plus performant dans sa langue natale. Vouloir nous obliger à travailler en globish c’est nous condamner à des seconds rôles, à être dominé par les vraies élites américaines. Bon puisque pour le PS la france ne doit être qu’une destination touristique ou des centres d’affaires, que l’on deviennent tous des domestiques colonisées, cela doit leur aller.


                  • Panzerfaust 14 mai 2013 19:41

                    D’ou l’intérêt de se mettre a l’anglais autrement qu’en dilettante ou en freinant des quatre fers comme en France. Nos concitoyens sois disant si compétents n’on qu’a se mettre a l’anglais avant d’être effectivement condamnés a des seconds rôles. Les franchouillards auront beau se taper la tête contre les murs pour subsister dans la sphère internationale scientifique, technique et économique, il faudra envisager l’anglais autrement qu’a contre cœur.


                  • bebol 15 mai 2013 05:49

                    @Panzerfaust
                     
                    A lire la qualité de votre français, on comprend effectivement facilement votre penchant pour l’anglais...


                  • Mowgli 20 mai 2013 14:04

                    « Dernière chose, tous les linguistes le disent, on est toujours bien plus performant dans sa langue natale. »

                    J’avais... attendez... 24 ans quand j’ai quitté la France pour un pays anglophone. Une fois quitté la France j’ai poursuivi des études, ai décroché un doctorat et ai continué. Toujours en anglais. Si bien qu’aujourd’hui je suis plus performant en anglais qu’en français, ma langue natale.

                    Pas besoin d’aller aussi loin. Songez seulement à « Lord Jim » le roman de Joseph Conrad. Qui se cache derrière ce pseudonyme ? « Conrad is regarded as one of the greatest novelists in English » et pourtant, il s’appelait Józef Teodor Konrad Korzeniowski et « he did not speak [English] fluently until he was in his twenties ». Moi non plus d’ailleurs, puisque j’ai commencé à parler anglais à 24 ans.

                    Ah... au fait... mon doctorat est en linguistique.


                  • Mowgli 20 mai 2013 14:27

                    bebol « @Panzerfaust
                     
                    A lire la qualité de votre français »

                    Foutez-lui la paix.

                    Panzerfaust n’a fait aucune faute de grammaire ni de syntaxe.
                     
                    Il a fait deux ou trois fautes d’orthographe, et alors ? Dites merci à l’Edu Naze plutôt que lui chercher des poux dans la tête.


                  • baldis30 20 mai 2013 22:35

                    L’anglais ... et en plus quel anglais ? l’hilton-english certainement ?
                    le ridicule ne tue pas , mais il peut tuer la langue française et tout ce qu’elle porte en elle de culture ou de torunure d’esprit ! Un récent article du « Corriere della Sera », qu’on ne peut pas taxer de spécialement social (par rapport à « La Repubblica » ) soulignait dans un article remarquable qu’une langue ne s’apprend que sur le terrain, à commencer par l’anglais . N’en déplaise à toute autre considération. 

                    Et qui est capable de passer plusieurs mois voire une année en Angleterre ... Voilà encore une façon de sélectionner socialement ... pas mal comme trouvaille ... fallait l’inventer !
                    C’est du dernier vice possible .

                    Et tout ce qui va autour de la langue française et de sa grammaire comme le passé simple que l’on retrouve bien sûr en italien ( passato remote, ce qui est très explicite) ou en grec ( aoriste), en espagnol ... Veut-on perdre cet apport méditerranéen ? car au-delà du français c’est une civilisation complète qui est visée par le fric ..........


                    Savez-vous que bien des accidents du travail sont liés à une mauvaise connaissance des termes du français, y compris par des « souchiens » pour user du mot consacré ?

                    Pour respecter l’égalité devant le fric, comme je l’indique ci-dessus , les langues étrangères ne devraient pas figurer dans les résultats des concours et examens. 

                    Il fut un temps, pas si lointain, où la note de français était éliminatoire à l’écrit du premier bac ....

                    maintenant si vous voulez faire des mathématiques on vous dira qu’il n’y a que deux langues à étudier : le français et le russe .... . il me semblait jusqu’à présent que les mathématiques jouaient un rôle déterminant dans l’avenir industriel productif d’une nation , contrairement aux mouvements de capitaux improductifs qui se font à coups de gueules anglophones .

                     Qu’est-ce qui est le plus déterminant pour l’avenir de l’humanité ? 


                  • Alain Qroviste Alain Proviste 14 mai 2013 14:18

                    Toutes les cultures tendent à s’uniformiser sous l’écrasante domination du modèle anglo-saxon, ou occidental d’une manière générale.

                    Très peu de peuples dans le monde peuvent se revendiquer comme n’étant pas occidentaux... ! Car nous sommes tous américains/occidentaux, à quelques nuances culturelles près, tellement ce modèle s’est répandu dans notre quotidien partout dans le monde, dans le monde arabe, en Chine etc... Les exemples sont inombrables : les indiens ont du se sédentariser, les japonais mangent de plus en plus de viande alors que leur régime alimentaire a toujours été basée sur le poisson entre autre, les bals ont été remplacés par les « nights clubs », le rock s’est démocratisé partout, imposant la guitare et la batterie, reléguant le piano, laissant aux oubliettes des instruments ayant fait leur preuves depuis des siècles comme l’accordéon, la vielle etc...etc...On peut continuer longtemps comme ça.
                    Le modèle capitaliste a su exploiter chaque élément de notre vie quotidienne.

                    Dans le Sud-Ouest par exemple, les divers patois locaux (bigourdans, toys etc...) disparaissent. L’occitan n’est qu’une manière désespérée de sauver la culture du Sud-Ouest qui s’en va à travers le langage. Mais l’occitan a assez peu de points communs avec les patois locaux. Pire, elle participe elle-aussi à l’uniformisation du langage en occultant ces patois et donc de la culture.
                    On sait tous que la richesse culturelle n’est du qu’au respect des différences culturelles.

                    L’anglais est partout, il s’introduit même de plus en plus dans notre langage avec les anglicismes (e-mail au lieu de dire courriel etc...). L’informatique sans l’anglais est inconcevable. Tous les programmes sont écrits en anglais, avec des instructions issues de l’anglais. Demandez à quelqu’un de créer un langage informatique ou un programme avec des instructions en français et vous passez pour un fou.
                    Bon de toute façon, l’informatique et Internet étant mondial, il vaut mieux un langage universel. Mais pourquoi l’anglais partout ? L’esperanto, on se demande pourquoi il a été crée et à quoi il sert.
                    L’anglais a une réputation de langue facile. Facile peut-être sur le plan grammatical, mais certainement pas selon d’autres points de vue comme la compréhension orale pour moi.

                    Le langage n’est que le ciment d’une culture non ? Vous supprimez le langage, vous supprimez la culture qui va avec.

                    Puis fait très important aussi, appauvrissement du langage = appauvrissement de la pensée pour moi. Comment rendre les gens et les futures générations plus bêtes ? En créant des difficultés de la maîtrise du langage.

                    PS : j’ai mis du gras pour que mon commentaire soit « sexy » (arg encore un anglicisme !!!), pas chiant à lire mais ça fait un peu « sophiste » ou « moi je sais tout » désolé smiley


                    • bebol 15 mai 2013 05:55

                      @Alain Proviste
                       
                      Vous parlez du Japon : la langue de ce pays absorbe un nombre délirant et sans cesse croissant de mots anglais qui, pourtant, ont tout à fait leur équivalent en japonais. On connaît l’esprit pragmatique japonais, mais cela justifie-t-il un tel destruction de la langue de ce pays ? J’en doute.
                       
                      Quant au français : je suis loin d’en être un expert mais je pense qu’il est plus que malheureux de l’abandonner au profit de l’anglais qui est une langue étrangère, celle des dominants, celle des parasites qui tentent, par tous les moyens, de détruire ce qui peut nuire à leur domination.


                    • Alain Qroviste Alain Proviste 15 mai 2013 13:34

                      Tout à fait d’accord avec vous sur les 2 points. Le Japon n’était pas le bon exemple pour illustrer la perte de la culture par le langage.


                    • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 15 mai 2013 20:45

                      Bonjour Alain Proviste,

                      Tout d’abord, votre article n’a rien de sophiste, au contraire. Il ne fait donc pas « moi, je sais tout », mais plutôt, « moi, j’ai compris certaines choses que je tente de partager avec qui le voudra bien », ce qui n’est pas la même chose, et vous honore.

                      Je suis bien évidemment d’accord avec votre analyse et m’attacherai simplement à un point de détail.

                      Les patois du Sud de la France dont vous parlez, excepté en Roussillon et en Pays basque, sont des parlers locaux dérivant bien de l’occitan. Ce dernier n’étant que la forme littéraire, pour ne pas dire académique, qui a produit la littérature et la brillante civilisation que l’on sait avant que les armées du Roy de France ne viennent y faire un tour au XIIIème siècle. Je peux en parler, je n’ai aucune attache occitane. Vraiment.

                      Or ces patois disparaissent chaque jour un peu plus avec les cortèges funèbres sur le chemin du souvenir. C’est ainsi, hélas. Merci bien la Troisième République...

                      À cette époque les élites voulaient avec raison défendre le français, et s’attaquaient aux parlers régionaux. Quelle erreur de cible ! Tout cela au nom du fait que la République française est une et indivisible. Feignant d’oublier qu’elle pouvait aussi être diverse.

                      Leurs successeurs actuels, eux, sont inféodés à la langue du bizness et avec tout ce qui va avec, et sont bien loin d’arriver à la cheville de ceux qui nous ont donné l’École de Jules Ferry. Ils ne sont bien évidemment pas crédibles, et l’Histoire leur donnera tort. Elle leur donnera tort à une condition, c’est que le génie français se réveille.

                      Or, la France ne peut être la France sans la grandeur, pour reprendre qui vous savez. Lui, qui avait « une certaine idée de la France » et qui nous a préservé d’être dans le camp des vaincus de la Seconde Guerre mondiale. Il ne faut jamais oublier cela. Jamais. En 1945, nous l’avons échappé belle. Songeons un instant à la vision qu’avait Roosevelt de créer un nouvel état englobant le nord et l’est de la France ainsi que la Belgique francophone.

                      Pourquoi j’évoque de Gaulle ?

                      Parce que le combat que nous menons, vous, Alain Proviste, Henry Moreigne, l’auteur de cet article, et tous ceux qui ont les mêmes idées que nous, nous tous donc, ressemble à celui que menaient les gaullistes de la première heure.

                      Est-ce à dire que les autres Français sont des collabos ? Non, mille fois non. Mais beaucoup croient encore naïvement que la voie officielle (médias, politiques, et opportunistes de tout poil, Alain Minc, Valérie Pécresse, Jean-François Copé et compagnie...) nous mènera vers la victoire, comme beaucoup de nos pères croyaient sincèrement que le maréchal avait passé un accord avec de Gaulle.

                      Et parmi ceux que je viens de citer, oui, il y a des collabos, conscients ou non conscients, c’est selon, mais cela ne change rien au problème. Ils mènent la France dans le mur, comme d’autres croyaient en la victoire de l’Allemagne.

                      J’arrête là. Certains vont se déchaîner, mais peu importe, j’ai le cuir épais. Seront-ils des collabos pour autant ? Non. Simplement, ils expliqueront, probablement avec sincérité, comme d’autres avant eux, qu’il faut faire confiance au vainqueur de Verdun. Soixante ans de formatage des esprits, ça laisse des traces.

                      Continuons donc à nous battre pour défendre la langue française. Et, pour finir, comme Victor Hugo j’ose affirmer que « s’il n’en reste qu’un je serai celui-là ». 

                      Mais je ne serai pas seul. C’est certain.

                       

                       


                    • baldis30 20 mai 2013 22:45

                      L’imposition du français comme langue officielle date de l’édit de Villers-Coterets, donc de François 1er . C’est donc à partir de 1532 que peu à peu les langues dites régionales se réduisirent. Il faudra l’arrivée de Mistral pour rénover le provençal, en se souvenant que la Divine Comédie fut initialement écrite dans cette langue. mais Mistral ( prix Nobel de littérature) n’oublia jamais le français et approuva la Mireille de Gounod....


                    • Aldous Aldous 14 mai 2013 15:25

                      Nos élites nous ont promis de solutionner le problème de la langue française...


                      À défaut de le résoudre ! smiley




                      • Mowgli 20 mai 2013 14:30

                        Bravo ! smiley


                      • viva 14 mai 2013 15:34

                        La langue française est resté figée, tout les archaïsmes de la langue ont été conservé. Nous en voyons le résultat elle disparait. 


                        Dans un monde qui rationalise, qui optimise tout, laisser la langue en l’état , à tel point qu’il faille être un spécialiste pour la maîtriser totalement ne peux que la condamner.



                        • taktak 14 mai 2013 15:43

                          ne pas confondre les français avec leur classe dominante qui n’a pas les mêmes intérets.

                          dans un article que j’ai publié aujourd’hui sur agoravox :
                          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-existence-et-l-essence-135770?debut_forums=0#forum3717216

                          "Pour sauver la langue française, bousculée par les SMS et le langage « djeun’s », il faut enseigner en anglais dans les facs, les lycées, les collèges et les maternelles. Ainsi les étudiants étrangers viendront-ils chez nous (ras-le-bol des étudiants venus de l’Afrique francophone : ces gens-là ne sauraient faire partie de l’élite mondiale !) ; comme l’explique Mme Fioraso, la ministre de l’enseignement supérieur, ces étudiants anglophones venus des pays convenables en profiteront peut-être pour baragouiner en français avec leur logeuse indigène et ce sera toujours ça de pris pour la « francophonie »…"


                        • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 14 mai 2013 19:30

                          Musima,
                          On pourrait appliquer à ceux là, la phrase d’ Aldous Huxley :

                          « La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans mur dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader.
                          Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude... »

                          Consommez bien des produits et du divertissement américain, vous aurez l’amour de votre servitude... et la haine de votre pays.

                          Vous saviez quelle était la contrepartie du plan Marshall ? Que les pays concernés passent le plus possible de films américains. C’est toujours d’actualité, il suffit de regarder les programmes des cinémas et de télévision....
                           
                          C’est « le soft power », la dictature douce par injections quotidienne d’un mode de vie, de valeurs, et finalement de modes de pensée.


                        • Luc le Raz Luc le Raz 14 mai 2013 15:43

                          La Charte de la langue française (communément appelée la loi 101, au Québec) .
                          What else ? Ah, oui et pourquoi autant de « pubs » in english ? Par contre que l’on fasse un effort sur l’enseignement de cette langue, je ne suis pas contre. Cela évitera aux français de faire des bourdes comme prononcer « beach et bitch » de la même façon, cela peut prêter à confusion... comme par exemple « s’allonger sur la plage ».  smiley


                          • taktak 14 mai 2013 15:50

                            et pourquoi les efforts ne devraient être faits que pour l’enseignement de l’anglais ?

                            espagnol, chinois, hindi, arabe, russe, portugais, indonésien.... voila des langues intéressantes aussi pour le commerce s’il ne s’agit que de cela. Il est devenu impossible de poursuivre des études supérieures avec une autre première langue que l’anglais qui est exigé pour la plupart des diplomes.

                            Quand au accent, je me moquerai de l’accent des francophones parlant anglais le jour ou j’entendrais les anglophones s’adressant à moi dans un français sans accent.

                            Les seuls fois où j’ai eu honte de ne justement savoir parler qu’anglais, c’est bien dans des pays non anglophones (pays de l’est par exemple) où il est de nombreuses personnes sachant parler parfaitement plusieurs langues dont le français alors que je connais rien de leurs langues

                            Il faut rappeler avec force qu’en france, 99,9% de la population n’a absolument pas besoin de l’anglais dans son travail.


                          • Luc le Raz Luc le Raz 14 mai 2013 17:15

                            @ taktak
                            Vous manquez d’humour mon cher. Le seul point sérieux de mon post portait sur l’article 101. Avez vous essayé de savoir comment le Québec entouré par 400 000 000 et+ d’anglophones avait pu résister et parle toujours français ? Je ne le pense pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès