Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Changer en 2012 ! Un jeu d’enfant...

Changer en 2012 ! Un jeu d’enfant...

Les dimanches matins de mon enfance ont été rythmés par les chroniques de Geneviève Tabouis sur RTL dont j’entends encore les « Attendez vous à savoir ! », « J’ai encore appris » , « vous découvrirez bientôt » qui me laissaient toujours admiratifs (même si elle fût soupçonné d’être un agent de Moscou... Comme Picasso). Au fil du temps, la bonne Madame Irma de la politique fut remplacée par une Armada de machines à sonder, à mesurer, comparer, calculer des coefficients corrélateurs, pour finalement nous asséner des révélations tout à fait inattendues : la situation de l’emploi inquiète les français ! NON ! ça a couté combien pour le découvrir ? Ceux là vous diraient aussi que mon profil (voir ci-dessous) me classerait à 99 % dans les rénégats qui lorgnent vers le vote pour la dynastie fasho. C’est donc simplement, avec un peu du bon sens (et gratuitement) que je viens m’exprimer sur l’Agora (c’est un peu fait pour ça non ?).

Je vous écris depuis ...

"Il faut être un salaud pour ne pas être de gauche a 20 ans, et un idiot pour y être toujours a 40 ans"

Parce je suis né dans un berceau ouvrier (aujourd’hui disparu), parce que j’ai jeté des pavés en 68 (Si Mr le président, ça a bien existé... et la Commune de Paris aussi !), parce que je me suis engagé dans l’action sociale, Je suis de gauche : je l’ai toujours été et je ne pense jamais en changer, même si ce positionnement ne se réfère pas à un parti, même si les mascarades actuelles ont de quoi brouiller l’image de mon horizon politique, et même au-delà de mes fréquentes nausées.

Parce que j’ai attrapé en dix ans deux terribles maladies : la quinquagène et la sexagène, parce que je suis un électron libre (quatre créations d’entreprise), parce que je ne sais pas la fermer, parce que je refuse aujourd’hui de piquer le job de ceux qui distribuent les gratuits inutiles pour un quignon de pain, je fais partie des exclus.

C’est donc depuis le fond de la poubelle sociale que je m’adresse à vous, un peu frustré, un peu amer.

Si cette observation est vraie, la gauche a du souci à se faire car la population française vieillit (une moyenne de 39 ans en 2005 et 42,6 ans prévus en 2030), et Moi je suis un idiot.

Ce que je vous (é)crie ...

En 2007 je trouvais le nouveau président de la République léger et un peu caractériel, aujourd’hui je le trouve dangereux, surtout quand il ne parvient plus à cacher ses pulsions autocratiques, monarchisantes et dernièrement anti-constitution. Quand à l’équipe qui le courtise, qui le conseille, et qui exécute ses ordres Vive les godillots ! (le président pense que... le président a dit que... le président a tranché ... Amen !). Voila ce que je tente d’exprimer à ceux de mes proches qui l’ont gratifié de leur bulletin de vote et que trouve un peu silencieux ces derniers temps.

Il suffit d’évoquer le nombre d’emplois détruits en quelques mois (je parle du vrai chiffre), les postes de fonctionnaires qu’on ne remplace pas, la soumission pleine et entière aux lois des sacro-saints marchés, Le montant ridicule des impôts des multinationales (qui profitent d’avantages hexagonaux et de profits off-shore), les chèques aux milliardaires fiscalement protégés, la dégradation dans la santé, le social, l’éducation, la maladie de serrer les vis à chaque pet de travers, les promesses, les promesses, et le grand vide qui les suit .... Quel que soit l’angle sous lequel on s’y prenne, ca sent le roussi, le rétrograde, la destruction. Bien sûr l’équipe gouvernementale n’est pas responsable de tout, mais si elle n’est responsable de rien... elle ne sert à rien (et elle coûte plus cher que moi !). Nous n’en sommes pas arrivés à un état aux fonctions régaliennes + bonnes oeuvres et variétés si affinité (régalien vient de royal ! ca peut faire rêver).

Le grand cri de ralliement (après la grippe A, La coupe du monde, la Rolex du chef) c’est SOS délinquance ! Au secours ! ca chauffe dans les banlieues, on délinque, on violente, on deale ! Il va pleuvoir des crapauds.

Si vous pensez que c’est une malédiction divine, c’est que vous n’avez jamais observé de près que la délinquance a toujours pour berceau la misère (Victor Hugo l’a dit il y a bien longtemps). Et les causes de la misère sont connues (voir ci-dessus).

La droite aime l’épouvantail de l’insécurité et Sarkozy l’adore quand il explique à la Madame du troisième étage qu’on va la débarrasser des voyous. La gauche tourne autour du pot depuis la veste de Jospin suite l’affirmation de sa charmante naïveté. Pour l’instant personne n’a fait ses preuves. On jacasse, on menace, on esbrouffe et le problème s’envenime inexorablement.

je me demande si la délinquance ne serait pas aussi utile à l’UMP que la crise de l’emploi l’est au libéralisme (c’est les mêmes ? Ah bon !).

Certes le problème la délinquance doit être sérieusement traité. Mais quand bien même on arriverait à le contenir, la situation économique et sociale n’en serait pas changée pour autant.

Dans mon beau pays où le normal est devenu miracle

Que le jeune diplômé BAC+5 trouve un vrai travail, que le paysan qui bosse 11 heures par jour survive , que le cadre de 55 ans reste actif et exerce sa compétence, qu’un ménage de classe moyenne puisse accéder à la propriété ... Ca pourrait sembler simplement normal.

Eh bien NON !

En regardant attentivement la réalité, et accessoirement les émissions de télé consacrées à ces sujets, on constate que pour un(e) jeune sur-diplomé(e), trouver un emploi de caissière sous-payé est vécu comme un conte de fée, que pour un agriculteur l’hypothèse de vendre son lait et son blé à un juste prix est vu comme un rêve, et que le senior qualifié qui trouve un petit job de service mal payé se considère hautement privilégié.

Dans les fictions à l’eau de rose, on voit des rêves qui deviennent réalité. Aujourd’hui dans notre réalité le normal est passé dans le domaine du rêve inaccessible (Un jour Totobacplusix trouva à son réveil un travail et petit un salaire et il s’écria "Mais c’est un don du ciel !" et il alla vite brûler un cierge à Saint Nicolas. Auteur de contes de Noël, à vos claviers ! y’a un créneau).

Enfin, mes concitoyens en auraient marre ?

D’un sondage à un autre, les français semblent un peu débousés, et les derniers cris en dates évoqueraient l’échec de Sarkozy aux prochaines présidentielles. Certains godillots de la cour, avec des trajectoires toute florentine commencent même à préparer un départ du navire en douceur. Le grand prometteur de beaux jours ne serait donc plus en odeur de sainteté au café du commerce et dans certains salons trissotins ? Réveil tardif, mais réveil quand même ... sauf pour Hortefeux (à volonté) et Besson (Baissons, c’est le plaisir des Dieux !).

Et Hop ! voilà la gauche qui s’engouffre dans la brèche et qui y va de ses cocoricos.On va voir ce qu’on va voir quand on sera revenu au pouvoir !

Minute papillon rose-rouge ! Nous devons être nombreux à penser que ce n’est pas si simple. Vous n’êtes pas devenus géniaux, c’est l’autre qui s’est discrédité tout seul.

Avant de penser à mettre un bulletin dans l’urne, On peut se permettre de poser quelques questions, et plus précisément celle que les journalistes posent en sachant qu’on ne leur répondra pas.

Quelle gauche ?

Un front ex-communiste et Parti de Gauche mené par un Mélenchon qui ne se déclare pas prêt à servir la soupe au PS ? (après l’union , la plurielle, il vient d’inventer l’AUTRE gauche, une alternative de la vraie à la fausse.)

Un Nouveau Parti Anticapitaliste qui propose d’en finir avec la loi du profit ? (Il paraît que le petit facteur plaît aux jeunes)

Un parti socialiste, certes aguerri à la pratique du pouvoir, mais qui n’a pas fait complètement son auto-critique et dont on attend encore plus de crépages de chignons que de programme ?

Une partie des verts Francais et/ou Européens aux objectifs divers et variés ( nucléaire, OGM, mains propres, vélo en ville ....) ?

Puisqu’il semble peu probable que l’un ou l’autre emporte seul le jackpot, il faudrait que l’on mélange tout cela . La machine risque d’avoir quelques ratés.

Quel programme ?

Si l’on exclut les formules recuites (nous allons relancer la croissance par la consommation !), les lieux communs obsolètes ( C’est la croissance qui crée des emplois !), les exhortations ( les bons français ont le devoir de consommer très vite leur économies et faire le maximum pour aider leur beau pays ), et autres platitudes à venir, on aimerait qu’on nous explique clairement :

  • Comment on va limiter fortement le tout pouvoir du libéral-fric (du"capital", ou des "marchés" selon l’école) qui actuellement est le seul à imposer sa loi ? (c’est de la que vient le pouvoir de supprimer les rêgles, le code du travail, la sécurité sociale, les allocations). Une gauche qui ne propose rien dans ce domaine, ne serait qu’une droite masquée.
  • Comment va-t-on rééquilibrer les richesses et l’échelle des salaires ? Tant qu’un capitaine d’industrie gagnera 900 fois le SMIC, et que 5¨% de la population possèdera plus de 90 % des richesses, de quelle économie parle t-on ? que chacun compte ses sous et se situe clairement.
  • Où va t-on trouver de gisements d’ emplois dignes et pérennes ? (On vient d’en perdre quelques centaines de milliers et il n’y a pas d’embellie prévue). N’oublions pas que ce sont les socialistes qui ont affirmé vers 1992 : "Contre le chômage on a tout essayé !". Une offre pour quelques centaine de demandes, ca ne s’appelle pas un marché de l’emploi mais une éliminatoire olympique.

Pour éviter de tout mélanger, j’éviterai de parler de l’Europe et de la mondialisation qui servent de réponse tout-terrain à nos malheurs mais je vous le garde en réserve.

Quel leader ?

On peut se demander si la belle constitution inventée par De Gaulle et rédigée par Debré ne serait pas un costard un peu périmé aujourd’hui.

Les temps ont bien changé. Entre une fonction de représentation internationale (qui prend bien du temps et un bon avion), la maîtrise de dossiers techniquement très complexes (voir des problèmes que personne ne comprend), la nécessité de prendre en permanence des décisions importantes, c’est un peu lourd !

Pire ! On peut se demander si l’hypertrophie de la fonction Présidentielle qui ressemble fort à une monarchie (Mitterrand ne s’est pas privé de le faire remarquer avant de l’endosser) n’est pas un des poisons de la guéguerre à la candidature (savez vous combien de prétendant(e)s en rêvent ? ).

Si la gauche s’est pris trois échecs successifs, c’est dû en partie à l’absence d’un vrai leader charismatique, mais aussi à cause des guéguerres à la candidature et on peut se demander si l’on verra un jour arriver un(e) leader incontesté(e).

Et enfin quelle motivation

Ma dernière question sera bizarre et politiquement incorrecte.

Lorsque Barack Obama a pris le pouvoir, tous les experts dignes de ce nom ont annoncé qu’il décevrait forcément, vu la situation qui l’attendait. De plus les crises bancaires, fuites de pétrole, ouragans, inondations et autres catastrophes n’ont rien arrangé à la situation. L’américain de base qui attendait une protection sociale, un retour de l’emploi, une maison et un nouvel espoir se questionne bruyamment. Ne serait-ce pas la même chose pour la gauche si elle prenait bientôt le pouvoir en France ? Et de ce fait est-il sûr que tous ses dirigeants soient si pressés de prendre ce pouvoir qui risque d’être un joli cadeau empoisonné ? Voila la question une question que l’on peut se poser.

Bien sûr il y a la perspective des lambris dorés, des beaux appartements dans le 16ème, des chauffeurs en livrée, des belles voitures et du train de vie de Nabab. Mais il y a aussi les risques ... Ceux auxquels un certain Bérégovoy n’a pas survécu par exemple.

Attendez vous à savoir : La gauche gagnera au premier tour en 2012... Mais

seulement si elle présente :

  • un front uni,
  • un programme crédible,
  • un vrai leader,
  • l’envie et la capacité à gouverner.

Sinon, attendez vous à savoir que le grand Bordel continue ? aurait déclaré un ami du Che (un qui n’a pas eu la chance de voir sa bobine décorer des T-shirts).

Documents joints à cet article

Changer en 2012 ! Un jeu d'enfant...

Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • claude66 claude66 2 septembre 2010 16:48

    nous devons avoir le même age,on pourrait s’assoir sur le trottoir et regarder passer les gens,chacun a la société qu’il mérite
    claude66


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 septembre 2010 17:35

      Bonjour, j’aime bien le ton à l’emporte pièce avec des expressions bien fraiches, et ces questions simples et précises. Mais le problème est que celui qui fait les bonnes promesses et qui les applique se prend une balle dans le buffet vite fait c’est sûr. Quand enfin l’on devient gagnant dans cette compétition au siège suprême, c’est d’abord parce qu’on a marché sur les pieds de tous les autres, ensuite parce qu’on a des enveloppes de liquide tombées des poches de la première fort-tune contribuable de France à laquelle on a fait des remises de trente millions d’euros, et là haut, il y a une armada de petites mains infiltrées par la cia qui coatche notre vainqueur. Je ne vois qu’une solution : La sixième République sera numérique et quarante millions de français sont déjà raccordés.

      Posez la question par referendum populaire suffirait à l’établir.


      • Kalki Kalki 2 septembre 2010 18:53
        « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue »
        Cette citation de Victor Hugo s’applique selon Götz Werner au « Revenu de Base » qui a le vent en poupe en Allemagne. C’est Olivier Auber, créateur du concept (génial) de « perspective numérique », et germanophile enthousiaste qui nous a twitté ce matin un lien vers une traduction d’une interview , publiée sur Médiapart de cet entrepreneur Allemand à succès fondateur de la chaîne de magasins « DM ».

        • joelim joelim 2 septembre 2010 19:00
          Attendez vous à savoir : La gauche gagnera au premier tour en 2012... Mais seulement si elle présente : un front uni, un programme crédible, un vrai leader, l’envie et la capacité à gouverner.

          La gauche je ne sais pas mais pour le PS çà se présente mal...

          un front uni : impossible si DSK, Royal ou même Aubry se présente
          un programme crédible : pas vu depuis des lustres... à moins qu’ils apprennent d’ici 2012
          un vrai leader : çà dépend du point de vue, chacun se voit tel mais ne voit pas les autres ainsi
          l’envie et la capacité à gouverner : Aubry a autant l’air de vouloir gouverner qu’un tracteur a l’air de vouloir moissonner.

          • patdu49 patdu49 3 septembre 2010 07:28

            Salut,

            Perso je rêve qu’une vraie gauche, mais bon ...

            D’une façon ou d’une autre, même avec une Eva Joly presidente, la gauche du PS, + Melanchon, + Besancenot etc au gouvernement ..

            Même comme ça, ça ne serait pas facile, ... car les nantis de droite, et de fausse gauche, seront encore très nombreux, à defendre leur bifton, leurs privilèges, leurs trains de vies de gros bourges, ... ils n’ont aucune envie pour certains, d’erradiquer la pauvreté et la précarité.

            Et ces nantis, détiennent quasi tout les médias, sont à la tête de beaucoup de choses, hauts fonctionnaires etc ... et ils useront de leurs pouvoirs, pour continuer à manipuler les masses, diaboliser une politique humaniste, etc ..

            Bref, on est pas sorti de l’auberge ...
            2012 c’est loin, si seulement on pouvait virer cette UMP catastrophique avant ... ils font tellement de dégats ...

            -dette explosée
            -chomage et travailleurs pauvres, à gogo, flicage des pauvres
            -inégalités comme jamais il y en a eu
            -violences qui vont avec tout ça ..
            -corruption, magouilles, paradis fiscaux, et j’en passe et des meilleurs qui se portent à merveille .. justice à 2 vitesses ..


            • Dominique TONIN dume 3 septembre 2010 11:43

              Faisons fi de la droite et de la gauche qui, à qques différences près, se valent. J’ai cru lire ou entendre que déja, certains de la gauche, faisaient acte de voeux pour leur éventuel prochain ministére ! C’est à mourir de rire, et ceux là même ne méritent pas d’y avoir accès. Avant même que de pouvoir déja, trouver un représentant de la gauche digne de ce nom ; de proposer un programme ( à condition qu’ils le tienne), ils commencent par se choisir un ministère ! Honteux, déplacé et preuve qu’ils sont uniquement là pour satisfaire leur égo personnel et leurs avantages pécuniers.
              Je ne crois plus et depuis longtemps aux vertus de ces hommes et femmes politiques même si certains (es) se bougent en toute honnêteté. Les Woerth pulullent au gouvernement, lui s’est fait prendre pour combien qui y ont échappés ?
              Le salut du peuple passe par le peuple lui même et ceux qui pourraient le représenter. Je fais partie de ceux qui s"activent en coulisse et qui pourraient créer la surprise en 2012.
              Cliquez sur ma trombinette pour en avoir un arerçu. A bientôt.


              • kaloutch kaloutch 3 septembre 2010 12:03

                Plutôt sympathique de voir quelqu’un se mobiliser(apparemment) pour une bonne cause meme si j’ai des réserves sur l’apolitisme, ceux qui veulent trop de bien au bon peuple, et l’intérêt que chacun créée son parti. Mais sait-on jamais ? On aime aussi les bonnes surprises. Ca manque un peu par les temps qui courrent.
                Et ce peuple qui cherche son salut, on aimerait aussi l’entendre.


              • Dominique TONIN dume 4 septembre 2010 09:54

                @ Kaloutch et les autres,
                Apolitique, pourquoi avoir choisi cette singularité ?
                1- Parce que si j’avais fait comme tout le monde, créer un parti politique bidulle-chose, vu l’overdose et la défiance des citoyens envers les groupes politiques actuels, était tout de suite voué à l’échec.
                2- Apolitique veut dire : Qui ne participe pas à la lutte politique, avec toutes ses acceptions possibles. Laissons ça aux éléphants et aux diissidents qui ne manquent pas.
                3- Si je ne croyais pas à un sursaut des citoyens, mais surtout au fait qu’aucune voix n’appartient à personne jusqu’au moment du dépouillement, je ne me serais pas embarqué dans une telle aventure.
                4- Mon côté altruiste fait le reste...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès