Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Changer les règles de l’élection présidentielle pour élire un homme à (...)

Changer les règles de l’élection présidentielle pour élire un homme à la hauteur de la fonction

Au-dessus des partis politiques, ou s’en étant affranchi, un président de la République doit répondre à deux exigences majeures : être d’une honnêteté absolue et n’avoir que le bien-être de ses concitoyens comme ambition. C’est ce qu’ils prétendent tous, avant. Hélas, les piteux épisodes Sarkozy et Hollande ont montré qu’il n’en était rien. D’où l’urgence de changer les règles.

La probité et l’altruisme, de même que la bienveillance, ne suffisant pas à la réussite de l’action publique, le candidat président doit évidemment détenir d’autres qualités essentielles : l’amplitude intellectuelle, l’ouverture d’esprit, un excellent niveau culturel et la résistance physique. Un bagage minimum devant lui permettre d’accomplir pleinement sa tâche, pour strictement respecter ses engagements.

C’est la raison pour laquelle une première sélection de candidats à la candidature, qui n’aurait rien à voir avec les actuelles primaires en trompe-l’œil des partis politiques, paraît indispensable, eu égard à l’irresponsabilité, aux manquements et à la malveillance constatés chez certains des derniers présidents de la Vème république.

Mise en place d’un comité des sages de 202 membres

Le processus de l’élection présidentielle devrait être modifié ou, plus exactement, complété par une étape supplémentaire : la désignation des candidats par un comité de sages, lui-même élu, un an avant le scrutin présidentiel. Cette phase préliminaire visant à sélectionner les candidats à la candidature selon les critères énumérés ci-avant et non plus en fonction de leur seule orientation politique.

Le comité des sages comprend deux membres par département, soit 202 membres au total. Pour moitié, ce sont des représentants de la société civile, pour l’autre moitié des élus du suffrage universel direct - à l’exclusion des élus nationaux et européens - .Tout citoyen en âge de voter peut se faire élire au comité des sages. Tout élu - excepté les députés et sénateurs - peut se faire élire au comité des sages.

Le comité est mis en place un an avant l’élection présidentielle. Il est élu au suffrage universel direct. Son mandat est de quatre ans. Les sages ne perçoivent aucune indemnité. Seuls les frais inhérents à l’exercice du mandat sont remboursés.

Le comité se réunit (au moins une fois) tous les quatre ans, après avoir été élu. Il tient une cession unique, dite de désignation des candidats officiels à la présidence de la République, au plus tard six mois avant la date de l’élection présidentielle.

Le comité des sages désigne les candidats à la candidature

Les sages désignent les candidats jugés aptes à se présenter à l’élection présidentielle. Ils s’assurent de la capacité des candidats à pouvoir tenir leur rôle de président et à pouvoir assumer pleinement et lucidement leur fonction. Ils vérifient la qualité morale de chacun, leur honnêteté, ils écartent obligatoirement ceux ayant affaire à la justice pénale, sans même qu’ils soient nécessairement mis en cause judiciairement, et dès lors qu’ils sont l’objet de soupçons, attestés par les enquêtes policières et ou judiciaires en cours.

Le comité auditionne chacun de façon à évaluer les aptitudes intellectuelles. Le niveau de culture générale fait également l’objet d’un contrôle poussé. Pour les candidats retenus, un examen de santé et le profil psychiatrique est établi, afin de contrôler la santé physique, mentale et psychique. Un candidat montrant un profil psychiatrique perturbé pourra, in fine, être écarté pour raisons médicales.

Les candidats ainsi retenus auront l’autorisation de faire campagne, et donc de se présenter à l’élection présidentielle, moyennant l’obtention de 500 parrainages d’élus, quels qu’ils soient, du simple conseiller municipal au député ou l’obtention, par voie de pétition, du soutien de 100 000 citoyens. 

Un mandat unique de quatre ans, renouvelable tacitement sauf…

Le futur président pourrait exercer son mandat pendant une durée maximale de huit ans. Une première mandature de quatre ans, reconduite tacitement pour quatre ans supplémentaires, afin de lui permettre de mener une politique à suffisamment long terme. Sauf dénonciation du mandat, à l’issue de sa première mandature, pour motif sérieux –non-respect de ses engagements, mise en danger de la sécurité ou des intérêts du pays, etc.-, par au moins un million d’électeurs, ou par les deux tiers du comité des sages.

Il ne bénéficierait plus de l’immunité présidentielle et serait révocable à tout moment, en cas de comportement inadapté ou contraire aux exigences de la fonction - avant ou pendant le mandat - selon les règles applicables à la reconduction ou dénonciation du mandat au bout de quatre ans.

Si donc, l’idée même d’un président légitimé directement par le peuple - ce qui est le but du législateur en 1962 - est maintenue, le parcours pour y parvenir serait mieux balisé, afin d’éviter, non seulement les dérives monarchiques du « prince » républicain, porté au pouvoir par le peuple, mais aussi de se prémunir contre l’arrivée à l’Elysée d’un homme qui ne serait pas à la hauteur de la mission présidentielle.

Il est urgent de redorer le blason de l’Elysée, de redonner toute sa grandeur à la fonction de président de la République.

 

Verdi

Jeudi 20 octobre 2016


Moyenne des avis sur cet article :  2.35/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 13:11

    Et tout ça sans changer de constitution,

    sans sortir de l’OTAN,
    sans nationalisations,
    sans restructurer les institutions,
    sans instaurer la proportionnelle aux autres élections ?

    Vous pouvez toujours changer la recette pour faire passer le goût du poisson !
    Le poisson, c’est du poisson.

    Certes, la qualité d’un homme joue sur l’image du pays qu’il représente et celle de notre pays est mise à mal depuis au moins dix ans, mais c’est une conséquence du système qui réduit le rôle des élus à celui de marionettes manipulées par de puissants intérêts occultes. Ce n’en est pas sa cause.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 octobre 13:23

      @Jeussey de Sourcesûre
      « mais c’est une conséquence du système »

      C’est même pas de la faute des électeurs qui continuent à choisir les mêmes ?


    • Verdi Verdi 20 octobre 13:29

      @Jeussey de Sourcesûre

      Dites-moi, Monsieur Je Saistout de Sourceincertaine, c’est très aimable à vous de jouer les correcteurs censeurs, merci, cependant, je ne pense pas devoir argumenter là où il n’est pas nécessaire de le faire. 

      Vous passez à côté de l’essentiel de ce texte, pour me donner, ou tenter de le faire, une leçon de droit constitutionnel, là encore, grand merci, je n’en ai nul besoin.

      Essayez de vous attacher au message de mon papier - que vous n’avez manifestement pas saisi - qui n’est pas de dire s’il faut ou non modifier la constitution, la réponse est évidente, mais de montrer à quel point la fonction de président a été dévoyée par des « malotrus ». 



    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 13:32

      @Verdi

      ok ok je vous laisse tranquille

    • Sozenz 20 octobre 14:43

      @Verdi
      bonjour
      personnellement , je vois beaucoup de points negatifs à vos propositions et en tout cas ne donne toujours pas un vrai pouvoir au peuple de choisir ou de rejeter un candidat .
      le fait de pfaire passer par X Tartempions de tel machin .et faire annuler la candidature par des soupçons et des tests . ça rentre dans les possibles subjectivités et manipulations .
      OUi il faut de la clarté sur les individus qui se presentent . mais il faut le faire bien .
      Il faut etre vigilent aussi , sur les moyens de selection des candidats . on voit ce que donne la necessité des 500 signatures par exempel ;
      quant aux mandat reduits à 4 ans x2 je ne vois pas la raison .
      après payer un gugus à vie pour 4 ans de service ; euh ... il vont se faire tourner le « petard » les mecs ;...
      Par contre , il faut se battre pour l egalité des passages pour les débats , un anonymat pour les signatures des maires et une réduction du nombre des 500.
      Une vrai reconnaissance du vote blanc avec ouverture d un nouveau débat , de nouveaux candidats quand le vote blanc au moins au deuxième tour dépasse plus que le pourcentage des deux candidats restants . dans le cas des votes blancs avec ce pouvoir , l abstention ne serait plus une valeur de rejet , mais effectivement une indifference ...
      ETC ETC ETC ...


    • Sozenz 20 octobre 14:50

      @Sozenz
      il faut aussi avoir la possibilité de révoquer le président en place qui ne suit pas les engagements de son programme, et referendum sur cette révocation en cas de X signatures de citoyens pour cette révocation.


    • oncle archibald 20 octobre 16:21

      @Jeussey de Sourcesûre : assez d’accord avec vous, d’autant que le « comité des sages » de Verdi serait probablement lui même objet de pressions monstrueuses de la part des « puissants intérêts occultes » ....

      Pour le reste j’imagine que vous n’habitez pas près d’un petit port de pêche, parce que le goût du poisson FRAIS c’est un régal ! Mon beau père qui était dans le même préjugé que vous disait : ce qui est bon dans le poisson c’est la sauce. Et c’est FAUX, mais il habitait en région parisienne, le pauvre !

      Je m’engage à vous faire changer d’avis avec une daurade royale pêchée de la nuit à la palangrotte par l’un des trois au quatre artisans pêcheurs de Gruissan, achetée encore vivante à 9 heures à sa femme qui tient un petit étal sous la halle et cuite au grill sur une braise de sarments à midi.

      Pour éviter les arêtes je vous trierai moi même les filets comme je le fais pour mes petits enfants en bas age. Sur les filets « désarêtés » j’ajouterai un peu de beurre frais et un trait de jus de citron, et alors seulement vous pourrez me dire si vous avez envie de « faire passer le goût du poisson » ou si vous réclamez du rab !


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 17:06

      @oncle archibald

      Vous me mettez l’eau à la bouche.
      J’aime le poisson.
      Mon exemple était mal choisi.
      Mais, ça serait mieux de discuter de ça devant la daurade que vous aurez préparée et un verre de blanc sec bien frais que j’aurai amené.
      Faut pas déranger Verdi, sinon il va faire un caca acide.

    • alinea alinea 20 octobre 22:42

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je n’ai pas compris ça !! tous les partis, les programmes peuvent être représentés par quelqu’un que les sages auraient choisi comme le plus compétent, le plus à même d’assurer les fonctions dans son camp ; ainsi pour l’UMP ( pas encore assimilé les républicains, il me faut plus de temps pour m’y plier !!) on en choisirait pas ! et au PS non plus !! smiley
      Avouez qu’on y verrait plus clair, non ?


    • Verdi Verdi 21 octobre 11:57

      @alinea

      Vous avez tout compris alinea. La présélection, en quelque sorte, pour éliminer les nuls !   smiley

    • Tall Tall 20 octobre 13:36

      Elections au suffrage universel en 2 tours >

       
      10 candidats maximum sont éligibles

      Le 1er tour consacre les 3 candidats qui ont eu le + de voix.
       
      Et au 2e tour, celui qui a le + de voix est élu Président.

      • Tall Tall 20 octobre 13:43

        Très bien l’article ... sauf que des « sages », ça n’existe pas.

         
        Il y a des malins, des cons, des faux-culs, des têtes brûlées, des endormeurs, des menteurs, des voleurs, des nigauds, des escrocs ... etc...
         
        Mais des sages ... désolé, je n’en ai jamais vu.

        • Verdi Verdi 20 octobre 13:49

          @Tall

          Certes ! On peut les appeler comme on veut ! L’important c’est qu’ils filtrent les candidats pour qu’on n’ait pas à subir d’autres Sarkozy ou Hollande ! 

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 octobre 14:01

          @Verdi

          vous êtes vraiment de mauvaise foi car c’est nous qui avons choisi ces deux individus.
          Parce qu’ils nous ressemblent, il faut croire. Alors si ce sont des tristes sires, excusez moi mais ça veut dire qu’on l’est aussi !


        • Verdi Verdi 20 octobre 14:15

          @Olivier Perriet

          Nous qui ? Désolé de vous contredire, à titre personnel, je ne me sens pas impliqué dans le « nous » !

        • Sozenz 20 octobre 15:03

          @Verdi
          « L’important c’est qu’ils filtrent les candidats »
          Etes vous naïf ?
          Admettons que l on ait des sages .
           dites moi , aujourd’hui qui pourrait donc se présenter . ? l avantage c est que la plus part des lecteurs sauront ce que vont valoir les el élections 2017 ....


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 octobre 16:46

          @Verdi

          à titre personnel vous pensez bien ce que vous voulez mais une société c’est collectif et on est tous dans le même bateau.

          C’est pratique d’éviter de se regarder en face pour dire que c’est la faute de l’Institution.

          F Hollande commentant son quinquennat comme s’il était étranger à lui même n’agit pas différemment. On se demande bien pourquoi il a été élu (et je ne veux même plus rentrer sur la question « par qui il a été élu »).


        • Le421 Le421 21 octobre 09:20

          @Sozenz
          Et pourtant, Olivier a raison.

          Le vainqueur d’une élection en France a été choisi par TF1, heu, non, par le peuple, excusez-moi.
          La majorité (vu que pour moi, elle est plutôt médiocre et mal informée !!) choisi donc un président à son image. Médiocre et mal informé.

          Restons sur le fait que la démocratie pire des systèmes à l’exception de tous les autres...

          Les idées sur le non cumul effectif et la limitation du nombre de mandats (tous postes confondus) est aussi une bonne voie. La possible révocation des élus responsabiliserait ceux-ci à partir du moment où ils deviendraient comptables de leurs décisions...


        • F-H-R F-H-R 21 octobre 13:47

          @Olivier Perriet
          Si l’on fait le décompte des voix (2012) accordées stricto sensus à Hollande, ce dernier n’a été élu que par 36% des électeurs. En effet, les autres électeurs ont choisi Sarkozy ou ont voté blanc ou n’ont pas voté. De plus, certains ont votés Hollande « contre Sarkozy » et non pas expressément « pour Hollande ».
          Dire que nous avons à la tête de l’Etat le candidat que nous avons choisi, alors que plus de 60% des électeurs n’ont pas voté pour lui, est pour le moins abusif.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 octobre 17:21

          @F-H-R

          Oui, et alors, vous comptez démontrer quoi ?

          Que Hollande n’est pas légitime ?

          Mais alors que dire des autres, qui ont fait encore moins bien que lui !
          Et quant à l’abstention, il est impossible de savoir ce que veut...celui qui se tait !
          Enfin, j’en reviens à ma remarque du dessus : il y a des règles du jeu et celles-ci ne sont pas parfaites, d’ailleurs la règle parfaite n’existe pas.


        • zzz999 20 octobre 13:49


          Un président n’est pas là pour gouverner au mieux de l’intérêt général (ça c’est la thèse officielle pour les couillons d’électeurs) il est là pour remplir les poches de ceux qui lui ont REELLEMENT permis d’arriver là où il est , nuance de taille !

          Jusque dans les années 90 en gros les deux buts étaient approximativement compatibles mais depuis les années 2000, les deux buts deviennent gravement différents si ce n’est opposés.


          • Zolko Zolko 20 octobre 17:27

            @zzz999 : « Un président n’est pas là pour gouverner... »
             
            mais pour présider. C’est le gouvernement qui gouverne. Par définition. Donc tant qu’on cherche un président qui gouverne, on est sûr de se rater.


          • Le421 Le421 21 octobre 09:08

            @Zolko
            Disons que, normalement, c’est le 1er Ministre qui est le chef du gouvernement.
            Nico 1er aurait dû prendre des cours sur les institutions en France !!
            Toumou ne fait pas mieux...


          • Laulau Laulau 20 octobre 13:51

            Que d’efforts pour trouver l’oiseau rare. Et si l’on s’en passait ? Nous n’avons pas besoin d’un monarque absolu, fut-il plus ou moins bien élu. L’élection d’un président de la république au suffrage universel a été considéré comme dangereuse en France pendant la troisième et quatrième république. Et pour cause, la deuxième 1848 avait conduit à l’élection du futur Napoléon III.


            • Laulau Laulau 20 octobre 13:55

              @Laulau

              Cette idée paraissait si dangereuse que de Gaulle ne l’a pas proposé dans la première mouture de la constitution.


            • Laulau Laulau 20 octobre 13:57

              @Laulau

              Pardon, j’aurais du écrire :
              Cette idée paraissait si dangereuse que de Gaulle n’a pas osé la proposer dans la première mouture de la constitution.


            • Verdi Verdi 20 octobre 14:02

              @Laulau

              J’attendais cette remarque. J’ai conclu mon papier en émettant cette réserve : Si donc, l’idée même d’un président légitimé directement par le peuple - ce qui est le but du législateur en 1962 - est maintenue...
              Ce qui veut dire, pour moi, qu’élire un président n’est pas forcément la voie à suivre. 

            • Laulau Laulau 20 octobre 14:25

              @Verdi

              Pardon, j’ai lu trop vite. Mais alors pourquoi se casser la tête pour trouver la bonne méthode ?
              A changer de constitution, changeons la pour de bon.


            • Etbendidon 20 octobre 14:17

              Y a de l’idée
               smiley
              Au lieu de sages j’écrirais comité des INCORRUPTIBLES
              500 signatures ou 100000 pétitionnaires (vérifiés) Très bon
              Autrement ATTENTION verdi avec le titre : Pour élire un HOMME à la hauteur de la fonction !
              Nous ne sommes plus dans un pays libre d’expression et les féministes vont vous tomber dessus
              Et si les FEMEN rappliquent, mesurez vos abattis
               smiley
              Autrement les primaires semblent être un assez bon moyen de faire le ménage si j’en juge la primaire des rigologistes : l’orgueilleuse Cécile Duflan madame gnagnagna éliminée dès le premier tour
               smiley


              • Verdi Verdi 20 octobre 14:34

                @Etbendidon

                100 000 pétitionnaires dont l’identité aura été contrôlée, cela va sans dire. 

                Comité des Incorruptibles, pas mal ! 

                Pour les féministes, et bien qu’elles me tombent dessus ! J’assume le mot HOMME dans son acception universelle, comme hominidé, qui concerne aussi nos amies. Parle-t-on déjà de féminidé ? Si c’est le cas, je fais mon mea culpa auprès du sexe opposé. Faut pas dire çà non plus, de la gent féminine ?  smiley


              • Sozenz 20 octobre 15:08

                @Etbendidon
                quand on voit le bordel dans lequel nous sommes , le mot homme ou Homme ou femme, n a plus vraiment d importance , on navigue au delà de tout ça ^^, n ayez crainte !


              • foufouille foufouille 20 octobre 14:34

                ce sera une réunion le dimanche ?
                car sinon tes sages seront obligatoirement rentiers ou retraités.
                "ils écartent obligatoirement ceux ayant affaire à la justice pénale, sans même qu’ils soient nécessairement mis en cause judiciairement, et dès lors qu’ils sont l’objet de soupçons, attestés par les enquêtes policières et ou judiciaires en cours."
                donc pour écarter un candidat, il suffit de l’accuser.
                et pourquoi juste la justice pénale ?
                une ordure peut ne jamais se faire attraper, donc une enquête serait obligatoirement nécessaire.


                • Verdi Verdi 20 octobre 15:04

                  @foufouille

                  « et pourquoi juste la justice pénale ? »

                  C’est vrai qu’on pourrait élargir à la justice civile, mais en ce cas, les personnes ne sont condamnées que pour réparer un préjudice et éventuellement payer des dommages et intérêts. En termes de gravité, çà n’est pas comparable à la faute ou infraction (contraventions, délits, crimes) commise intentionnellement au détriment de la vie ou des biens d’autrui. 
                  De toute façon, dès que la qualification est abus de confiance, vol ou escroquerie, c’est direct au pénal. 

                • foufouille foufouille 20 octobre 19:51

                  @Verdi
                  ben quand tu as un logement qui devient pourri et que le bailleur refuse de réparer, c’est du civil.
                  et non ce ne sera pas du pénal si tes biens ou ta santé en pâtissent.


                • Verdi Verdi 20 octobre 20:10

                  @foufouille

                  Cela deviendra du pénal si la victime porte plainte avec la qualification correspondante qui sera : atteinte à l’intégrité physique ou à la santé de la personne ayant pour cause le défaut d’entretien du logement, qui peut être considéré comme une infraction si, par exemple, les obligations contractuelles du bailleur ne sont pas respectées, ou s’il ne suit pas telle ou telle réglementation. Pour cela le locataire devra bien sûr apporter les preuves que sa santé s’est dégradée. 
                  Ce sont les magistrats, procureur ou juge d’instruction, qui décident de la recevabilité au pénal de la requête d’un plaignant. Mais la démarche pour porter une affaire au pénal est toujours possible. 

                • bernard29 bernard29 20 octobre 14:45
                  Bonjour,

                  Le mieux est sans doute comme dit Etbendidon, « les 5oo signatures ou 100 000 pétitionnaires de citoyens ».
                  Mais j’y ajouterais, avec un minimum de 100 signatures dans chaque département. ( il y a 102 départements.), afin d’éviter une concentration dans les départements très urbanisés.

                  • Clofab Clofab 20 octobre 15:46

                    D’accord avec le principe.


                    • goc goc 20 octobre 15:57

                      Je me permets de mettre une copie de ma réponse ici

                      d’accord pour le comité des sages, même si pour ma part, j’interdirais aussi les maires des communes de plus de 10 000h (imaginez la Lozère avec ses 77000 h, on peut être sur que le maire de Mende sera élu)
                      100% d’accord pour un contrôle du président par le comité OU par le peuple, même si cela demande à bien préciser les points qui devront être pris en compte pour la destitution du Président (remarquez, c’est facile, il suffit de prendre l’exemple du nabot, et on a une liste exhaustive de ce qu’il ne faut pas faire)

                      le point qui manque dans votre article c’est celui du financement de la campagne, perso, je verrais bien un espèce de tronc commun, ou tous les partis politiques en fonction de leur importance, ainsi que les candidats libres et l’État, mettraient des tunes, et on partagerait à part égale une somme fixe entre chacun des candidats retenus


                      • oncle archibald 20 octobre 16:43

                        Et si cette élection était à trois tours avec effectivement un premier tour destiné à choisir les huit ou dix candidats admis à se mesurer aux deux autres ?

                        Moi je verrai bien un premier tour qui aurait lieu quelques mois avant les deux autres et ou l’on voterai contre. Je m’explique : On voterai pour désigner ceux que l’on trouve absolument inaptes à exercer la fonction. Sur une feuille facile à traiter par informatique mais ayant quand même une réalité matérielle pour permettre d’éviter les magouilles on cocherai la case en face du nom de ceux que nous ne supporterions pas de voir à l’Elysée.

                        Les huit ou dix les moins détestés seraient les candidats « admis » par le peuple à concourir pour l’élection et auraient alors loisir de nous présenter un programme détaillé avec un chiffrage obligatoire des dépenses et l’indication de l’origine du financement correspondant, le tout en regard des mêmes chiffres de l’exercice précédent. Et oui !

                        Parce qu’un gouvernement n’arrive pas ex nihilo, il fait toujours suite à un autre, la continuité de l’état est une constante, il ne débute pas à la date de la mise en place de la nouvelle équipe, il prend le relais de la précédente et si ses prédécesseurs ont merdé il doit en urgence y remédier. Quand j’entends les Hollandais cinq ans après leur arrivée au pouvoir dire que tout ce qui va mal est la faute de leur prédécesseur ça me fait braire !

                        Idem quand à quelques semaines de partir un ministre de l’intérieur découvre tout à coup que la police n’a pas les moyens de remplir ses missions .... Ça n’est tout simplement pas possible ! Que n’ont-ils dès le lendemain de leur élection mis en branle les mesures destinées à remettre de l’ordre dans la maison ! Etait-il nécessaire d’attendre que les flics excédés descendent dans la rue pour leur donner les moyens qu’on leur promet aujourd’hui ... en se disant au fond d’eux même que ce sont les suivants qui vont hériter du problème ! C’est tout simplement inadmissible .


                        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 17:21

                          @oncle archibald

                          Finalement, les monarchies héréditaires d’Europe du nord ont réglé le problème. La potiche décorative et costumée reste en place toute sa vie et assure toutes les corvées des cérémonies pour un prix raisonnable pendant de le gouvernement gère l’administration du pays et que les hommes d’affaire gagnent de l’argent en le redistribuant pas plus bêtement que dans les républiques bourgeoises et plus équitablement que dans les républiques bananières.
                          Ça fait des grosses économies de frais de campagnes électorales et de batailles fratricides. En plus, les intéressés ont été formatés depuis leur enfance, et tout le s habitants les connaissent comme si c’était des membres de leur famille.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès