Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Chirac - Bayrou : le passage de témoin

Chirac - Bayrou : le passage de témoin

Il y a des moments un peu particuliers où l’on a le sentiment qu’un petit morceau d’Histoire s’écrit sous nos yeux, où le scénario parait si limipide qu’il coule comme de l’eau de source. Avant-hier soir sur TF1, je pense que nous avons sans doute vécu l’un de ces instants que l’on repassera en boucle dans toutes les émissions « best of » qui font fureur dans la case prime time de nos programmes TV.

Premier acte, Chirac. Digne, fort, émouvant, nous donnant à deux mois de la fin de son mandat, non pas une image crépusculaire et nostalgique, mais un discours vibrant de confiance et d’amour pour son pays. Et regardant vers l’avenir en traçant des grandes routes, que malheureusement il n’a pas su suivre. La France exemplaire : nous sommes les citoyens d’un pays pas comme les autres, nous avons la merveilleuse folie de croire que nous portons en nous-mêmes un message universel. La France tolérante : à l’intérieur de nos frontières, comme au-delà, dans notre vie politique comme sur les champs de bataille à travers le monde, nous avons le devoir de nous opposer aux extrémismes. C’est un peu cela, notre identité nationale ... La France conquérante : l’innovation, la recherche, le travail sont nos seules richesses mais la France étonnera encore. La France solidaire : face au nouveau monde, et encore une fois autant dans l’Hexagone que partout sur le globe, nos valeurs sont celles de l’égalité des chances ; c’est notre modèle social, le renier c’est se renier. La France européenne : indispensable horizon, malgré les difficultés, malgré les échecs. La France durable : parce que "notre maison brûle" et que "nous regardons ailleurs", parce que la planète a toujours été en quelque sorte l’objectif naturel de la politique de la France, parce que le message universel à porter au monde aujourd’hui est sans doute d’abord celui de la protection de l’environnement.

Trop tard. Sans doute. Mais les idées belles n’ont pas besoin de calendrier.

Deuxième acte. Les réactions des principaux candidats. Ségolène Royal, balayant d’un revers de main la dignité du discours pour se lancer dans un égrenage de ses propres objectifs, se drapant une fois de plus, non pas de l’étendard national, mais de l’écoute de ses concitoyens. Un discours de technicien pour ne pas dire de technocrate. Sans panache, sans profondeur, sans âme. Jean-Pierre Rafarin, prêtant sa légendaire bonhomie à l’exercice, tente tant bien que mal de représenter l’absent, Nicolas Sarkozy. Déférent, nostalgique, teintant d’un brin d’humour un éloge un peu pompeux, sur le fil du rasoir entre la fidélité et la rupture. Posture délicate tant le message du chef de l’Etat est à mille lieux d’un soutien, même voilé, même prononcé du bout des lèvres, même subliminal, à son champion d’aujourd’hui. Le Pen enfin, haineux, horriblement haineux. Dans ses yeux, dans sa voix, par tous les pores de sa peau, c’est de la haine qui transpire. Et en même temps une certaine détresse, celle de voir disparaitre son "meilleur ennemi", l’obstacle contre lequel il se heurte avec délectation depuis des décennies. Le Pen, c’est un peu comme les conservateurs américains après la chute du mur de Berlin, c’est un boxeur tout seul sur le ring et qui tourne en rond, un combattant sans adversaire. Le vide lui fait peur. C’était la fin de la carrière de Jean-Marie Le Pen ce soir. Bon débarras.

Troisième acte, Bayrou. Il l’a trouvé bon. Tout simplement. Parce que la fonction est plus importante que les hommes qui l’exercent. Cela m’a rappelé l’éloge funèbre de Mitterand par Chirac en janvier 1996. Pour rentrer dans les habits de son prédécesseur, encore faut-il ne pas les avoir transformés en lambeaux. François Bayrou respecte donc la dignité et le message universel, la vision de la France qui est celle d’un président. Et pourquoi ferait-il la fine bouche : tolérance, Europe, singularité de la parole de la France, engagement écologique, innovation, solidarité, n’est-ce pas le coeur même du discours de Bayrou dont Chirac a dessiné les contours ce soir ? Bayrou n’a pas réagi au discours de Chirac, il s’est inscrit dans son discours, il l’a prolongé, il lui a apporté la volonté de l’action. Parce que la continuité est dans l’essence même de la fonction et que la rupture est un leurre.

Il n’y a pas d’homme providentiel. Il n’y a pas de recette miracle. Il n’y aura pas de grand soir, ni de lendemains qui chantent. Et en écoutant François Bayrou ce soir, je me suis dit finalement qu’il y avait deux raisons qui me poussent aujourd’hui à lui faire confiance, même si, je l’avoue, je regrette quelquefois les grandes idéologies d’autrefois. La première, c’est précisément la différence qu’il met en avant entre projet et programme. Les programmes sont faits de promesses et les promesses tissent de mensonges nos futures déceptions. Non, EDF et GDF ne seront pas regroupées même si Ségolène Royal est élue. Non, le service minimum ne sera pas mis en place de façon autoritaire dès le mois de juillet si Nicolas Sarkozy est élu. Ce volontarisme électoral ne nous a fait que trop souffrir. Il faut un cap, un objectif, un horizon, et une méthode de navigation. La deuxième raison tient à cette méthode. Depuis vingt-cinq ans, la France est incapable de se réformer. Corporatisme, combat de clans, grèves nationales, réformes et contre-réformes contradictoires... nous sommes englués dans un immobilisme qui ne serait pas aussi criminel si le monde ne bougeait pas de plus en vite autour de nous. Or, des deux côtés de la scène politique, on nous propose d’utiliser à nouveau, encore et encore, ces mêmes recettes. "Je veux" dit Ségolène, "je ferai" dit Sarkozy. Ils ne feront pas, ou mal. Ils se heurteront aux mêmes obstacles, les syndicats pour l’un, la dette pour l’autre. Un cap sur lequel une grande majorité de Français s’accorde - il faut réformer les retraites, il faut rétablir la réussite à l’école, il faut réduire la dette - et une méthode de négociation - avec les syndicats d’enseignants, de parents, de fonctionnaires, des entreprises publiques, avec les partenaires sociaux - pour que les solutions soient des chemins que l’on partage. Le succès est loin d’être garanti mais ne pas essayer serait une folie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (396 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • FhP (---.---.221.75) 13 mars 2007 10:20

    Honnêtement, à lire ce genre de trucs, on se demande ce qu’on reproche à la propagande pro-soviétique de l’époque de Staline.

    Le pire qui pourrait arriver au pays, ce serait de se farcir l’UDF au gouvernement. C’est vraiment ce que certains ont appelé l’udéfisation des esprits.

    De toute façon, pour ce qui est des « grandes options », ces options n’existent tout simplement pas dans le cadre de ce système. Car la véritable politique se fait dans les réseaux d’influence des financiers, dont l’UDF est l’un des greffiers. Bayrou, c’est un peu plus l’extrême-Europe et l’extrême-centre que les deux autres, mais c’est avant tout une question d’apparence. Depuis belle lurette, ce n’est ni à l’Elysée ni au Parlement que se prennent les véritables décisions.

    Le seul enjeu réel, c’est de savoir quel groupe de copains accédera à un certain nombre de postes. Un article censuré la semaine dernière disait à ce sujet :

    http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=79

    « C’est qu’en réalité, dans la politique que prépare l’UDF, comme dans celles du PS et de l’UMP, l’ensemble des paramètres macro-économiques et macro-politiques est par définition intouchable. On gouverne en s’y adaptant, et les Français n’ont qu’à manger « ce qu’il y a à la maison » . Sauf que « ce qu’il y a à la maison » s’en va, avec les départs de capitaux et les délocalisations à la recherche des plus bas salaires possibles. Quels que soient les partis en litige, on a affaire à un débat politique vidé de son contenu. Ce n’est pas grave, il en restera toujours assez pour bien nourrir l’infime partie de la population que représente la composante « superieure » des appareils politiques, administratifs, gestionnaires, médiatiques... « Les gens » n’ont qu’à essayer de s’y incruster. Pour le reste, peu importe que le gouvernement soit de « droite », de « gauche » de « centre », d’ « entente nationale » ou que sais-je encore. La politique restera la même. »

    Et c’est vrai. Toutes ces bagarres des présidentielles sont surtout de façade et, en partie, alimentaires.


    • Dedalus Dedalus 13 mars 2007 10:33

      Je suis allé explorer les propositions d’un candidat, pour me rendre compte. En voici quelques extraits :

      - Temps de travail : Permettre aux salariés qui le souhaitent d’améliorer leur revenu par le jeu libre des heures supplémentaires ... Dans toutes les entreprises, le paiement des heures supplémentaires (entre 35 et 39 heures) sera majoré de 35 % pour récompenser le travail. Les cotisations sociales seront réduites en proportion afin que les entreprises ne supportent aucun coût supplémentaire ;

      - Contrat de travail : Je propose donc un CDI universel à droits progressifs ;

      - Chômage : En réduisant les charges qui pèsent sur le travail, on libérera l’emploi ;

      - Fiscalité des entreprises : Il faut créer un environnement amical pour l’entreprise, y compris fiscal, particulièrement pour les PME. Tout contrôle devrait être précédé d’un conseil, d’un avis, comme on ferait pour un ami, au lieu de sacrifier à la culture d’inquisition et de suspicion ;

      - Famille : Pour moi, un mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme. Je défends cette vision que certains disent traditionnelle, mais que je trouve être une vision d’avenir. L’altérité sexuelle est source de vie et d’équilibre ;

      - Immigration : Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’œuvre à l’extérieur ? ;

      - Retraites : Je propose une refonte universelle, c’est-à-dire une réforme qui englobe tous les régimes, y compris les régimes spéciaux ;

      - Droits de succession : exonération complète jusqu’à 200 000 euros ;

      On pourrait s’y tromper, n’est-ce pas ? Ce ne sont pourtant pas là des extraits du programme de Nicolas Sarkozy, mais bien de propositions que l’on trouve sur le site officiel de François Bayrou. Rien pourtant de surprenant à ce que deux hommes de droite, qui ont activement participé à la majorité parlementaire de ces cinq dernières années, proposent des programmes très similaires... et tout à fait conforme à une politique de droite. Aucun doute, que l’un ou l’autre soit élu, ils se donneront la main pour poursuivre ensemble cette politique réactionnaire.

      La seule chose qui peut éventuellement surprendre, à la visite du site de François Bayrou, est l’extrême maigreur de son programme... et sa vacuité concernant nombre de questions essentielles. Sans doute qu’il n’a pas voulu trop révéler de la réalité de ses intentions. On le comprend, tant le peu qu’on en lit nous en apprend beaucoup.

      Décidément, il n’y a pas à tortiller : Pour battre la droite, il est nécessaire de voter à gauche. Et si l’on veut focaliser sur un tout sauf Sarkozy, il suffit d’entendre ceci : soit Sarkozy l’emporte, soit Bayrou l’emporte et, à plus ou moins court terme, Sarkozy devient son premier ministre... Faisons donc en sorte que ce soit Royal qui accède à la présidence.

      http://sarkononmerci.fr... et bayrou, non plus !


    • jade (---.---.29.73) 13 mars 2007 10:52

      Le programme de F.BAYROU est bien résumé : à droite toute


    • Philippe MEONI Philippe MEONI 13 mars 2007 10:57

      Bonjour FHP,

      D’abord, pas la peine d’attendre l’arrivée de FB pour constater que le népotisme sévit déjà dans la grosse machine administrativo-politique Française, et ça ne date pas d’hier...

      A la différence, l’enjeu du jour, à notre niveau, consisterait paut être à savoir lequel des futurs présidents contribuera le moins à continuer à vider les frigos de la France...

      Or, devant l’épanchement de promesses infinançables et intenables du PS et de l’UMP, le bon sens voudrait qu’on se tourne vers le programme qui aggravera le moins la situation de notre pays, celui que soutien François Bayrou...

      Salutations


    • Malkut Malkut 13 mars 2007 11:20

      « La seule chose qui peut éventuellement surprendre, à la visite du site de François Bayrou, est l’extrême maigreur de son programme »

      Je ne peut pas vous dire le contraire, j’ajouterais même qu’il contient des inepties. Seulement, à comparer avec le site « projet d’avenir » de Ségolène ou le site de Sarkozy, c’est pas si mal.

      J’aime pas son propos sur « l’homo parentalité », mais c’est toujours mieux que Hollande qui disait qu’il en ferait « la première priorité » du nouveau gouvernement.

      J’aime pas son discours ambiguë sur l’Europe et la politique étrangère, mais je préfère toujours ça à l’atlantisme d’abord proclamé comme vertu ultime de la droite, avec la petite séance de flagellation qui va bien à Washington, puis curieusement renié par Sarkozy.

      ETC.

      Maintenant, si vous voulez savoir en quoi il n’est pas de droite (ou pas que de droite) allez voir à EDF-GDF, Autoroutes, fonction publique, modèle de développement, logement etc...


    • JL (---.---.73.200) 13 mars 2007 11:33

      à Dédalus : «  »Faisons donc en sorte que ce soit Royal qui accède à la présidence.«  »

      N’est-ce pas renverser les rôles ? Ne serait-ce pas à Royal de nous convaincre ?

      E. Todd disait l’autre semaine (interview Télérama) : « Face à la concurrence des pays émergeants un protectionnisme européen raisonnable s’impose. Pourquoi l’économie n’est-elle pas au centre du débat électoral ? »

      Réponse : parce que les médias ne veulent pas de ce débat ! Qu’en dit le PS ?


    • aquad69 (---.---.100.34) 13 mars 2007 11:43

      Bonjour Dédalus,

      franchement, je ne vois pas ce qu’il y aurait de scandaleux dans ce que vous nous citez là ; celà parait très raisonnable, sauf à vouloir une vision idéologiquement de gauche et irréaliste de l’humain, et que l’on voudrait imposer aux gens.

      La question, ce n’est pas de changer de force les normes de vies, même si on a le droit de les trouver « de droite » (gauche ou droite, qu’est ce que celà peut bien dire... ne sommes nous pas tous humains ?), mais de laisser à chacun la liberté de vivre selon les normes qu’il veut, et donc à garder suffisamment de souplesse dans nos règles sociales, matérielles et culturelles, pour que celà reste possible et même garanti à chacun ; et que les arbitrages soient effectués localement, et non basés sur des principes tellement abstraits que chacun puisse les détourner pour peu qu’il ait les moyens de s’offrir les services de professionnels.

      Il faudrait justement pouvoir protéger les gens contre ces idéologies tellement autoritaires que la décision « par défaut » soit toujours leur obligation de mise en conformité générale.

      Mais c’est précisément ce qui n’est guère admis ici, aussi bien par les gens « de gauche » que ceux « de droite », car l’esprit moderne, tourné vers « l’efficacité », est essentiellement orienté vers l’uniformisation.

      Nous ferions bien de nous rappeler que ce qui fait la beauté et l’harmonie de la nature, ainsi que la stabilité de ses équilibres, c’est précisément sa diversité ; et que cette stabilité est le produit d’interactions très complexes, directement entre ces diversités, sans passer par l’arbitrage d’une espèce de « grand gouvernement universel », autoritaire et normatif, qui viendrait se mêler de tout :

      « je ne veux voir qu’une seule tête... »

      C’est là le défaut propres aux états-nations, très profond, et finalement lié à leur historique de militarisme intrinsèque, au delà du vernis des idéologies superficielles.

      Cordialement Thierry


    • Rage Rage 13 mars 2007 12:15

      Bonjour,

      Article de propagande, peut-être. Par contre, programme de Sarkozy... non, vraiment pas.

      Je pense qu’il s’agit de cesser de proposer des idées « radicales » du tout ou rien, du tout ISF ou du pas d’ISF, du tout impôt sur les successions ou du pas d’impôt sur les successions.

      La position « Centre » de Bayrou ne me dérange pas dans le sens ou bien souvent la « rationnalité » se trouve dans la mesure et dans les points de détails qui changent tout.

      Le seuil de 200 000€ (un appartement T3 dans une grande ville) sortie de l’assiette de l’impôt permet de protéger les petites successions sans ouvrir à la gabegie des grosses fortunes : cela permet un équilibrage social et un « capital de couverture » pour les jeunes.

      Les 2 emplois pour les PME « sans charge », c’est aussi une incitation pour recruter des personnes faiblement qualifiées pour travailler là où le patron ne le pouvait pas avant. Cela pourrait aussi se compléter d’une mesure sur le « salaire maximum » qu’un patron peut se verser en fonction de la quantité de ses employés (ration de 1 à 2 max x coef employés me semble pas con) puisqu’il permettrait de tirer tout le monde vers le haut en cas de bon résultats et pas uniquement le patron.

      Le Small Business Act, ça c’est clair, c’est vitale.

      La liste pourrait être longue, mais c’est la mesure qui fait la différence (d’où le nom) : on ne peut pas rester dans le duel idéologique stérile portés par les candidats PS et UMP. Du « CMU pour tous + doublement APL- ARS - salaire mini étudiants » à « tous dehors, pas de CMU, pas d’ISF, pas d’impôts sur les successions comme dans des républiques dictatoriales » il existe un gouffre béant qui est celui de la « raison ».

      Bayrou a fait le choix de proposer une voie rationnelle. Cela ne sera pas simple pour lui de gouverner, c’est certain, mais croyez moi, il y a du monde au portillon pour prendre les postes d’action et pour agir suivant le cap présidentiel.

      Le temps des éléphants et des aristo-monarques touche je l’espère à sa fin : nous avons tant besoin d’agir sur l’essentiel : les classes moyennes, les seules qui peuvent tirer le pays vers le haut. Pour cela, il faudra savoir tapper les excès des plus riches et limiter les assistanats des plus pauvres (cumuls des aides).


    • Hasaverus (---.---.136.226) 13 mars 2007 12:46

      @Dedalus« Pour battre la droite, il est nécessaire de voter à gauche. »

      Voilà bien le problème. Encré dans votre bipartisme vous n’avez qu’un objectif battre la droite comme si cela résoudrait tous les problèmes. Et bien je pense qu’une grande majorité de français en ont ras-le-bol de cette guerre d’ambition de pouvoir et de voir ces disputes digne de gamin de maternelle à l’Assemblé qui ne permettent pas de faire avancer le débat.

      Quand aux exemple de proposition du programme de Bayrou je ne vois pas ce qu’elle ont de choquante a moins que vous soyez déçu que ce ne soit la gauche qui les aient proposées.


    • TB (---.---.21.162) 13 mars 2007 12:49

      Je pense que les Français sont tellement écoeurés par nos « élus » de tous bords que certains (plus nombreux sur Avox qu’ailleurs) s’imaginent, parce qu’une baffe par ci, parce qu’une porte ouverte enfoncée chez Chazal TF1 par là, qu’il va faire la différence. C’est de l’auto-suggestion, c’est ... faire semblant d’y croire. Et la véritable campagne n’a pas encore commencée. Une fois de plus on va voter pour le moins pire et pire .... en votant « utile » !!! ce qui ramenera le troupeau, une fois de plus, vers les mêmes oligarques.

      Un petite démocratie directe en ajout de la Constitution voilà qui pourrait faire changer les choses, faire évoluer les mentalités, faire passer certains Français qui ont des idées (sans pour autant vouloir s’impliquer dans des partis) du stade de la rage impuissante à celui de participants et d’acteurs grâce aux référendums d’INITIATIVES citoyennes. Juste pour faire adopter ou, au contraire, faire supprimer une loi (jugée inepte ou liberticide) par référendum. Je peux vous assurer que cela peut vraiment changer la donne. Cela ne résoudra pas tous les problèmes mais en résoudra quelques uns et c’est déjà beaucoup.

      Bachaud propose ce programme (les RIC). Je ne voterai pas « utile », je voterai pour lui. Vous, bien entendu, faites comme bon vous semble. Votez Bayrou ou un autre si vous avez envie de voter pour Bayrou ou un autre.


    • Dedalus Dedalus 13 mars 2007 15:26

      impressionnant : mon commentaire précéant a été replié comme « commentaire non constructif »... et est lui-même abondamment commenté.

      cachez cette vérité qui dérange !

      pourtant, ce commentaire se contentait de citer des extraits du programme de M. Bayrou, afin d’informer sur son véritable contenu.

      à croire décidément que les bayrouistes ne veulent surtout pas qu’on en parle !

      « non constructif » le programme de Bayrou ? c’est pas moi qui l’ai dit...


    • dégueuloir (---.---.76.101) 13 mars 2007 15:50

      mieux vaut un programme maigre mais réalisable plutôt que des programmes de démagos comme les 3 autres,totalement infaisable..... smiley


    • PasKal (---.---.201.240) 13 mars 2007 16:51

      Le PS se fait élir pour s’occuper ensuite de son propre électorat, soit grosso-modo 25% des français (puisque c’est son poids électoral). Et l’on se s’occupe pas des autres 3/4 des français !

      Le RPR/UMP se fait élir pour s’occuper ensuite de son propre électorat, soit grosso-modo 20-25% des français (puisque c’est son poids électoral). Et l’on se s’occupe pas des autres 3/4 des français !

      On a vu le résultat de ces ’aternances’ à répétition entre le PS et le RPR/UMP : une France limite ruinée, pillée, mise à sac, conduite dans une impasse innommable, et ’en (sérieuse) panne’.

      François BAYROU propose une alternative à tout ce ’merdier’ PS/RPR-UMP qui nous a conduit là où nous en sommes : qu’au moins pour un temps (5ans ? 10ans ? 15ans ? , qu’importe ; en tous cas le temps de remettre la France en état de marche), l’on sorte de ce cycle infernal qui conduit à notre affaissement irrémédiable, et que l’on RASSEMBLE les femmes et les hommes les plus COMPETENTS (d’où qu’ils viennent ; que ce soit du monde politique ou de la société civile), de les réunir autour non pas d’un « programme » (comme l’ont le PS et le RPR/UMP), mais d’une « MISSION » : SE RELEVER LES MANCHES AFIN DE RELEVER LA FRANCE et travailler non plus pour 1/4 des français comme c’est le cas depuis 25-30 ans au long des alternances successives, mais de travailler -enfin !- pour l’ENSEMBLE DES FRANCAIS pour remettre notre Patrie (et notre Démocratie ! ; ô combien mise à mal elle aussi par certains ’mafieux’ qui ont pillé les caisses de l’Etat au profit d’un certain nombre de leurs ’amis’, proches, et autres).

      Cela ne me semble pas déraisonné.

      Il y a des milliers de gens en France qui ont les compétences avérées et prouvées prêts à se mettre au boulot aux côtés de François Bayrou pour renouer ainsi avec la définition même du mot ’politique’ : « au service de tous ».

      Qu’ici ou là, l’un ou l’autre, par tactique politicienne de circonstance et du moment, se récusent n’est guère important, car des gens « compétents » pour ce job, il y en a un paquet !

      François BAYROU n’aura que l’embarras du choix pour choisir et sélectionner les meilleurs des meilleurs d’entre eux. Ca ne m’inquiête pas. Et je suis prêt à prendre les paris qu’une fois l’élection passée, les quelques rares individualités qui se sont (momentanément) récusés ...rejoindront eux aussi (et logiquemnent) le mouvement pour servir la France dans cette MISSION qui est la plus noble qui soit : RELEVER NOTRE PATRIE ET TRAVAILLER POUR LE « BIEN COMMUN » (et non plus pour le seul « intérêt particulier » exclusif d’1 ou 2 partis politiques), en formant un « GOUVERNEMENT DES COMPETENCES » AU SERVICE DE TOUS LES FRANCAIS.

      Ce PROJET, cette MISSION, qui n’est pas un simple ’programme’ idéologique pour quelques uns comme ’les autres’ (sans exclusive) le proposent me va parfaitement !

      C’est la raison pour laquelle JE VOTERAI François BAYROU au 1er TOUR....

      C’est la raison pour laquelle JE VOTERAI également François BAYROU au 2nd TOUR !!!


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 13 mars 2007 17:08

      Cher Dadalus,

      en effet c’est incroyable et je me permets de le republier de manière à lui donner la lumière dont il a besoin. "Je suis allé explorer les propositions d’un candidat, pour me rendre compte. En voici quelques extraits : Temps de travail : Permettre aux salariés qui le souhaitent d’améliorer leur revenu par le jeu libre des heures supplémentaires ... Dans toutes les entreprises, le paiement des heures supplémentaires (entre 35 et 39 heures) sera majoré de 35 % pour récompenser le travail. Les cotisations sociales seront réduites en proportion afin que les entreprises ne supportent aucun coût supplémentaire ;

      Contrat de travail : Je propose donc un CDI universel à droits progressifs ;

      Chômage : En réduisant les charges qui pèsent sur le travail, on libérera l’emploi ;

      Fiscalité des entreprises : Il faut créer un environnement amical pour l’entreprise, y compris fiscal, particulièrement pour les PME. Tout contrôle devrait être précédé d’un conseil, d’un avis, comme on ferait pour un ami, au lieu de sacrifier à la culture d’inquisition et de suspicion ;

      Famille : Pour moi, un mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme. Je défends cette vision que certains disent traditionnelle, mais que je trouve être une vision d’avenir. L’altérité sexuelle est source de vie et d’équilibre ;

      Immigration : Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’œuvre à l’extérieur ? ;

      Retraites : Je propose une refonte universelle, c’est-à-dire une réforme qui englobe tous les régimes, y compris les régimes spéciaux ;

      Droits de succession : exonération complète jusqu’à 200 000 euros ;

      On pourrait s’y tromper, n’est-ce pas ? Ce ne sont pourtant pas là des extraits du programme de Nicolas Sarkozy, mais bien de propositions que l’on trouve sur le site officiel de François Bayrou. Rien pourtant de surprenant à ce que deux hommes de droite, qui ont activement participé à la majorité parlementaire de ces cinq dernières années, proposent des programmes très similaires... et tout à fait conforme à une politique de droite. Aucun doute, que l’un ou l’autre soit élu, ils se donneront la main pour poursuivre ensemble cette politique réactionnaire.

      La seule chose qui peut éventuellement surprendre, à la visite du site de François Bayrou, est l’extrême maigreur de son programme... et sa vacuité concernant nombre de questions essentielles. Sans doute qu’il n’a pas voulu trop révéler de la réalité de ses intentions. On le comprend, tant le peu qu’on en lit nous en apprend beaucoup.

      Décidément, il n’y a pas à tortiller : Pour battre la droite, il est nécessaire de voter à gauche. Et si l’on veut focaliser sur un tout sauf Sarkozy, il suffit d’entendre ceci : soit Sarkozy l’emporte, soit Bayrou l’emporte et, à plus ou moins court terme, Sarkozy devient son premier ministre... Faisons donc en sorte que ce soit Royal qui accède à la présidence.

      http://sarkononmerci.fr...et bayrou, non plus !

      http://sarkononmerci.fr"

       smiley


    • (---.---.107.41) 13 mars 2007 19:25

      Figure du front du refus ou de la crédulité agoravoxienne, fruit d’un marketting politique « à droit » et opportuniste, Le vote Bayrou sonne creux.Comment un homme du centre , ayant participé au gouvernement avec Sarkozy, pourrait fédérer un gouvernement sur de telles bases flottantes et simplistes ?...

      L’engouement agoravoxienne n’est que le reflet d’une intox provisoirement réussie.


    • (---.---.140.77) 13 mars 2007 21:32

      «  »Le temps des éléphants et des aristo-monarques touche je l’espère à sa fin : nous avons tant besoin d’agir sur l’essentiel : les classes moyennes, les seules qui peuvent tirer le pays vers le haut. Pour cela, il faudra savoir tapper les excès des plus riches et limiter les assistanats des plus pauvres (cumuls des aides).«  »

      Trop fort rage ! tu as trouvé cela tout seul. Pour toi seul le centre (Bayrou) et le milieu (classes moyennes) comptent ! Les riches, il faut les ponctionner et les pauvres, leur enlever leur perfusion... trop fort !!!

      Très radical comme point de vue et comme politique.

      Tu en as encore beaucoup dans ta besace des idées fumeuses comme celles-là ???


    • Dryss (---.---.52.140) 13 mars 2007 21:39

      « François BAYROU n’aura que l’embarras du choix pour choisir et sélectionner les meilleurs des meilleurs d’entre eux. Ca ne m’inquiête pas. Et je suis prêt à prendre les paris qu’une fois l’élection passée, les quelques rares individualités qui se sont (momentanément) récusés ...rejoindront eux aussi (et logiquemnent) le mouvement pour servir la France dans cette MISSION qui est la plus noble qui soit : RELEVER NOTRE PATRIE ET TRAVAILLER POUR LE »BIEN COMMUN« (et non plus pour le seul »intérêt particulier« exclusif d’1 ou 2 partis politiques), en formant un »GOUVERNEMENT DES COMPETENCES« AU SERVICE DE TOUS LES FRANCAIS. »

      écrit par Paskal.

      Bayrou n’aura que l’embarras du choix pour choisir les meilleurs... Qui voudra travailler avec Bayrou ? Les hommes de droite logiquement allié à celui-ci car Bayrou est de droite. Les hommes de gauche OPPORTUNISTES. Je crois que cela va tout dire sur les meilleurs que va choisir FB : des opportunistes...

      « RELEVER NOTRE PATRIE ET TRAVAILLER POUR LE »BIEN COMMUN«  »

      C’est joli comme ca, et symptomatique de la popularité de FB, c’est creux, ca veux rien dire, mais c’est joli et personne ne peut le contredire...


    • layla (---.---.73.47) 13 mars 2007 23:12

      Rooohhh quelle horreur, de la propagande gaucho-socialo-marxiste... smiley

      Je plaisante bien sûr, juste pour dire que ce n’est pas en accusant tout le monde de faire de la propagande pour son candidat favori qu’on fera avancer le débat, respectons les opinions de chacun (et notamment des anti-bayrou) smiley


    • TB (---.---.21.162) 14 mars 2007 00:34

      Oui c’est de la propagande pour Bayrou ! Une vulgaire opération politico-marketing comme le montre le lien ci-dessous « Envoyé Spécial ». Les médias créent le personnage, lequel crée « l’événement » pour ces mêmes medias. La boucle est bouclée est les moutons autour... Bayrou vu et revu à la télé ! Les moutons s’agglutinent autour de lui et les journalistes de plus en plus présents partout où il passe et cet attroupement est aussitôt relayé par les medias. Spirale sans fin. Enorme mais s’appuyant sur du rien.

      http://www.dailymotion.com/search/fran%C3%A7ois%2Bbayrou/video/x1cepe_envoye-special-portrait-bayrou-12

      « Envoyé Spécial » ne restitue que la face franchouillarde d’un Bayrou et ment complètement à plusieurs reprises. Par exemple la toute dernière phrase de ce reportage destiné aux prozaqués « ce candidat (Bayrou) ne dispose pas des mêmes moyens financiers que les deux principaux ». C’est totalement faux : il dispose, comme pour 2002, des 2/3 des sommes allouées à Ségo ou à Sarko (à peu près le même budget de campagne), soit une bonne dizaine de millions d’euros plus ses propres réseaux. C’est tout à fait considérable, rien à voir avec les petits candidats comme Bachaud (chirurgien dentiste, femme, enfants, petits-enfants, issu lui aussi d’un milieu rural bien Français si on va par là) qui vaut autant qu’un Bayrou.

      Ces pseudos reportage alimentent l’idée qu’il a le vent en poupe ! Evidemment puisque les medias ne parlent désormais que de lui et, bien sûr, sous un angle flatteur. La face sombre de Bayrou n’apparait jamais :
      - son catholicisme fervent complètement rétrograde en comparaison de la société qui a évolué,
      - son apparternance à la Trilatérale en tant que maillon de la gouvernance mondiale par les lobby les plus criminels et plus pollueurs de la planète.

      Il a une femme, des enfants et est issu du milieu rural. Ben oui, comme les 3/4 des Français nés après-guerre. La seule différence avec les autres Français est que lui, justement, n’a jamais bossé et s’est enrichi, comme les autres élus, sur le dos de la République. Facile de se faire prendre en photo devant un tracteur quand on est propriétaire de 20 ha. C’est lui qui s’en occupe ? Faudrait savoir : il est député ou exploitant agricole ? Et sa femme, pourquoi a-t-elle « l’accent de Paris » et non du sud-ouest ? des petits détails, des pistes surtout pas explorées ....

      Faudrait se réveiller un peu là !!!


    • Blablabla (---.---.49.82) 14 mars 2007 07:00

      Monsieur méoni, n’est-ce pas l’Europe qui vide de sa substance la politique française et en même temps les caisses de l’Etat ?

      Rembourser, c’est bien ! Il faudra bien commencer un jour !

      Pour ma part, je préfère rembourser quand je fais rentrer de l’argent. Comment FB compte t-il faire rentrer de l’argent frais ?


    • Blablabla (---.---.49.82) 14 mars 2007 07:24

      @ malkut

      FB est comme un aiguilleur du ciel : devant son pupitre de maître des cieux, il observe les voyants-indicateurs sociaux, et comme ils sont tous au rouge et qu’il ne peut les mettre tous au vert, il actionne certains leviers-corporatistes pour tenter de libérer en partie le ciel de la menace.

      Rompu aux exercices périlleux de haute-voltige, il sait que certains planeurs en réchapperont et les aidera à se poser. Quant à ceux qui iraient trop vite, il sait qu’il y aura de la casse.


    • Blablabla (---.---.49.82) 14 mars 2007 07:58

      @ rage

      C’est très bien de vouloir encore et encore détailler les mesures de FB. Or pour chaque mesure, il y a une contre mesure et chacun pourra y trouver des impasses, des contre-sens ou des perversions.

      Pour l’une, créer des emplois en ôtant magiquement les taxes sur les deux premiers emplois équivaut pour les employeurs potentiels à embaucher des gens qualifiés moins chers, car c’est là où il en manque le plus et où c’est le plus cher en cotisations.

      Dire que l’emploi ne se fait pas car ç’est coûteux, c’est vrai dans une certaine mesure, mais si la rentabilité d’un poste tient à cela, les délocalisations vers les pays sans protection sociale continueront.

      Soutenir l’effort à l’employabilité des français par ce seul biais du coût de 2 emplois, c’est faire l’impasse sur tous les autres qui demeurent en l’état et qui plongent dans le rouge nombre de PME.

      Car le coût de ces deux français sera supporté par tous les autres, sans garantir une meilleure productivité.

      L’enjeu d’une meilleure technicité des PME et PMI par l’embauche de gens qualifiés est gagé pour quelques temps par cette disposition de FB.

      A l’heure de faire les comptes sociaux, on soulignera l’erreur de l’Etat de soutenir des emplois ciblés sur des populations non représentatives du chômage.


    • aquad69 (---.---.33.228) 13 mars 2007 11:01

      Bonjour,

      Merci, Mr Zaouati ; voici un article qui nous réconcilie avec vous, après le « faux-pas » (à mon avis) du précédent.

      Cette manière d’éclairer les significations qui existent dans les évènements d’actualités, de les mettre en relief et de les analyser pour mieux les faire comprendre, est précisément ce qui manque dans l’information ; bien sûr, il y à les éditoriaux et les analyses de la presse écrite, mais toujours en proportions trop faibles par rapport aux faits bruts et superficiels, qui noient la compréhension.

      Votre regard est perspicace, et nous apporte des éléments précieux, continuez...

      Cordialement Thierry


      • bulu (---.---.138.227) 13 mars 2007 11:07

        Oui, l’article n’est pas mauvais et vous allez pouvoir mesurer qu’Agoravox est avant tout pro-Bayrou plutot qu’antisemite comme suggeré dans votre article d’hier sur le 11/09.


      • bulu (---.---.138.227) 13 mars 2007 11:04

        De tout facon, on a pas le choix, Sarko fait peur et Sego attriste, Bayrou sera elu. C’est une question d’individu, pas de programme.


        • ptitlouis (---.---.246.116) 13 mars 2007 14:45

          En cas de duel Barou/Sarkozy, la gauche dépitée d’être absente fera voter Bayrou, Chirac est pour Bayrou lui ausi.j’ai déjà relevé des graffitti : « SARKO FACHO ».Ainsi, onverra des défilés « antiracistes » avec le slogan « Sarko facho le peuple aura ta peau » et Nicolas sera battu comme le fûtJean-Marie en 2002, avec des pourcentages plus raisonables cependant.D’où l’intérêt du petit nabot de vouloir affronter Le Pen au second tour. Le Pen, le seul, l’unique, pourtant, a incarner la vraie nation républicaine Française. Voteez bien pour la France et non pour nos (et leurs) intérêts particuliers de politiciens décadents.


        • bulu (---.---.138.227) 13 mars 2007 16:09

          Le pen n’est plus qu’un vieillard use et ca se voit.... peu importent ses idees. Il serait mieux au jardin de ville a s’occuper de ses petits-enfants.


        • PasKal (---.---.201.240) 13 mars 2007 16:56

          Nan, quand même pas !

          On peut accuser Chirac de beaucoup de choses mais pas de ’pédophilie’ tout de même !!!

           smiley


        • ExSam (---.---.184.151) 13 mars 2007 11:07

          Baudrillard aurait adoré cet article.

          Surexpositions d’images, commentaires de commentaires commentant les piliers d’une politique fantasmée et néanmoins terriblement bordurée.

          L’avenir passant par TF1. Un simulacre d’oxymore.


          • Hervé Torchet (---.---.211.40) 13 mars 2007 11:40

            Servir, servir la France, servir la république.

            On voit aujourd’hui les sectaires de gauche dévoiler leurs batteries : ils ne sont là que pour servir leurs propres poches. Oh, ils ne sont pas majoritaires à gauche, très loin de là, heureusement, mais ils tentent de faire croire, selon une vieille expression des archéostaliniens, que Sarko et Bayrou, c’est « blanc-bonnet et bonnet-blanc ».

            Qu’ils aillent donc demander aux habitants des Hauts-de-Seine ce qu’ils en pensent. Qu’ils aillent donc examiner ce maire de Levallois qui, sans la moindre vergogne, vient de se faire exempter de sa dette pénale par son propre conseil municipal.

            Voient-ils cela chez bayrou qui veut faire de la justice le vrai 3e pouvoir ?

            Quel est le programme qui ne peut qu’aboutir à casser le système social français ? Celui de Bayrou ? Non : celui de Sarko. Et les prétendus socialistes, se disant si ardents défenseurs de la cause des faibles, que font-ils ? Ils appellent à voter pour le casseur contre celui qui sauvegarde. Aberrant. Mais c’est ce que l’on commence à lire et entendre, tant les socialistes de l’appareil sont aux abois devant l’échec de leur campagne qui est avant tout celui de leur programme (plus d’ailleurs que celui de leurs intentions initiales).

            Aujourd’hui, il faut regarder la réalité en face : il y a, en France, des propositions politiques de droite, de gauche et du centre. Il y a des appareils politiques correspondant à ces propositions et des candidats développant des projets au-delà et des propositions et des appareils. Et celui dont le spectre est le plus large est Bayrou.

            Prétendre que l’augmentation du surcroît de rémunération des heures supplémentaires jusqu’à 35% est une mesure de casse sociale relève de l’humour involontaire.

            Sérieusement : il existe bien une gauche, un centre et une droite, mais la droite est prise en otage par une bande mafieuse. Des gens de gauche qui refusent de s’opposer à cette bande mafieuse s’en font en réalité les complices. Ils donnent raison à Bayrou quand celui-ci affirme que l’UMP et le PS sont coresponsables du drame actuel de la France. Non seulement ils en sont coresponsables, mais ils le savent et ils en sont contents.

            Alors, comme il faut hiérarchiser ses détestations, il faut tout de même noter que si, de droite, des voix s’élèvent pour dénoncer les dérives de leur propre camp, disons que c’est courageux et acceptons que ces voix s’unissent à celles qui veulent libérer la France par l’union nationale.

            Chirac a sauvé deux fois l’honneur de la France : la première en 2002 en infligeant une défaite cinglante au racisme érigé en principe politique, la seconde en 2003 en refusant la guerre en Irak.

            Il veut aujourd’hui sans doute apporter sa pierre à la refondation. Tant mieux. Merci de cet article encourageant.


            • parkway (---.---.18.161) 13 mars 2007 15:38

              M. Torchet, « On voit aujourd’hui les sectaires de gauche dévoiler leurs batteries : ils ne sont là que pour servir leurs propres poches. Oh, ils ne sont pas majoritaires à gauche, très loin de là, heureusement, mais ils tentent de faire croire, selon une vieille expression des archéostaliniens, que Sarko et Bayrou, c’est »blanc-bonnet et bonnet-blanc« . »

              votre 1er paragraphe m’a fait un sursauter et j’ai failli ne pas lire le reste, ce qui aurait été dommage.

              Bayrou et sarko, c’est blanc-bonnet et bonnet blanc, peut-être pas pour tout, mais sur l’europe et notamment le TCE, c’est kif-kif et bourricot.

              car en face des diktats de bruxelles, ils ne pourront rien faire...

              Les politiques actuels et suivant obéiront gentiment, avec le sourire, à M. Trichet et consorts...

              Alors que même les « salauds de gauchistes » ont dit non à l’europe de giscard, les gouvernements ( udf,ps et UMP) continuent d’appliquer les directives du TCE, sans sourciller, benoîtement...


            • Dryss (---.---.52.140) 13 mars 2007 12:55

              Résumé de cet article : tout les candidats sont nuls, seul Bayrou est bon, c’est un chef, il est superbe, c’est un orateur irréprochable, ect.

              Et on OSE poster ca dans la tribune POLITIQUE NORMALEMENT IMPARTIALE !!!!

              En plus, j’étais là, j’ai regardé cette émission et franchement Bayrou ne m’a pas ébloui. Celui qui m’a le plus impressionné dans la forme, c’est, et j’en suis moi-même désolé de cette opinion mais je ne suis pas de mauvaise foi, moi..., JMLP... Et oui, il a fait preuve d’un vrai discours bien construit, ect.

              Au niveau du contenu, c’est SR qui a tenu la barre le mieux vu qu’elle a parlé de choses qui intéressaient vraiment les francais et non d’un simple adieu d’un des présidents les plus corrompus que la Franca a connu, et qui ose déclarer « Pas un seul instant, je n’ai cessé à vous » et bien moi, je dirais que Chirac gagnerait en crédibilité en disant « à me remplir les poches... » au lieu du « vous »...

              Et ca, cette opinion(je l’aurais tout d’abord développée...), je ne l’aurais pas publié dans Politique mais dans Tribune libre car j’aurais eu le courage de dire EXPLICITEMENT qui je soutenais(pour ceux qui ne l’ont pas compris, c’est SR) et que c’était un article incitant à voter pour cette femme...

              Fausse impartialité, des choses très discutables, ect., un article qui n’a pas la place dans agoravox pour moi et en tout cas pas dans la rubrique Politique...


              • LE CHAT LE CHAT 13 mars 2007 13:09

                Le Pen enfin, haineux, horriblement haineux. Dans ses yeux, dans sa voix, par tous les pores de sa peau, c’est de la haine qui transpire.

                Tu voudrais quand même pas qu’il tende l’autre joue après le flot d’injures haineuses qu’il lui a déversé en 2002 entre les 2 tours ?

                Si Bayrou est le fils spirituel de l’escroc , ça présage rien de bon , encore 5 ans de perdus smiley


                • Bill Bill 13 mars 2007 13:30

                  «  »Je veux« dit Ségolène, »je ferai« dit Sarkozy. Ils ne feront pas, ou mal. Ils se heurteront aux mêmes obstacles, les syndicats pour l’un, la dette pour l’autre. »

                  Oui, c’est surement vrai, mais pourquoi Bayrou échapperait à la règle, lui qui a accompagné tous ces partis, qui a eut des ministères, et qui a souvent pris parti pour ces gouvernements ? Il nous fait croire à présent qu’il s’oppose, c’est très bien, il est toutefois regrettable qu’il ne se soit mis à le faire qu’un peu avant les élections !

                  Bill


                  • Pale Rider (---.---.191.118) 13 mars 2007 15:02

                    Je souscris totalement aux fines analyses de cet article. J’ai suivi le même parcours. Et c’est pourquoi je pense que Bayrou, qui n’est pas un vendeur de rêve, est le seul dont nous puissions rêver pour sortir de cette république corrompue et impuissante. Et oui : Chirac a fait un bon discours. Le premier (l’éloge de Mitterrand) et le dernier (celui-ci) auront été pratiquement les deux seuls qu’il aura prononcés de bien.


                    • parkway (---.---.18.161) 13 mars 2007 15:42

                      le problème c’est qu’on avait pas besoin d’un président discoureur.

                      il aurait mieux fait d’être bon pendant les 10 ans de son règne...

                      faut-y être stupide ou politicien pour aimer un type pareil !


                    • Franz (---.---.176.189) 13 mars 2007 16:09

                      Merci pour votre article. Certe engagé. Mais avec une belle manière de décrire l’évènement. Et surtout votre vue de Lepen : « Le Pen, c’est un peu comme les conservateurs américains après la chute du mur de Berlin, c’est un boxeur tout seul sur le ring et qui tourne en rond, un combattant sans adversaire. Le vide lui fait peur. C’était la fin de la carrière de Jean-Marie Le Pen ce soir. Bon débarras. » Assez juste. Espérons-le.


                      • (---.---.6.236) 13 mars 2007 16:44

                        Moi aussi je croyais que le passage naturel de relais serait entre CHIRAC et BAYROU !

                        Mais quand je vois que Fillias (ultra-libéral) jette l’éponge et soutient Bayrou je me dis que Sarko est un enfant de coeur du libéralisme et que Chirac ne pourra que le soutenir !

                        Un petit oeil sur le soutien tout chaud au pseudo-centriste Bayrou : http://fr.wikipedia.org/wiki/Edouard_Fillias


                        • (---.---.6.236) 13 mars 2007 16:51

                          J’hallucine totalement de ce soutien (Edouard Fillias) à Bayrou : + ultra-libéral que lui tu meurs !!

                          C’est définitivement décidé : en cas de 2nd tour Sarkozy-Bayrou JE NE VOTERAI PAS ! (mais j’espère que mes concitoyens vont ouvrir les yeux avant !)


                        • Aldoo (---.---.118.122) 13 mars 2007 22:43

                          Du point de vue de Fillias, et sans doute de Bayrou aussi, le libéralisme, c’est le centre (et dans nombre de pays, le parti libéral est considéré comme centriste).

                          La seule vraie question, c’est le rapport de Bayrou au libéralisme, que j’espère moins idéologique, plus pragmatique et plus au service du peuple que celui de Fillias ou de Madelin.

                          Je veux dire qu’on peut se permettre d’être libéral pour tirer les prix vers le bas dans des marchés où ils sont artificiellement hauts, mais qu’on peut se permettre d’être malgré tout protectionniste quand il le faut, pour empêcher les délocalisations sauvages et protéger les secteurs stratégiques. En gros je souhaiterais tout le contraire des politiques de droite actuelles, qui ne sont libérales que quand ça arrange les riches.

                          Difficile d’être sûr d’où se place Bayrou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès