Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Chirac, les raisons de l’éternel retour

Chirac, les raisons de l’éternel retour

A soixante-quatorze ans, l’actuel président n’a, a priori, aucune chance d’emporter un troisième mandat. Pourtant, ses efforts pour crédibiliser une éventuelle candidature ne sont pas forcément signes d’un aveuglement pathétique. Affaires, désir de revanche contre Sarkozy ou baroud d’honneur, une éventuelle candidature pourrait lui permettre d’être du côté gagnant.

Jacques Chirac a investi l’année médiatique en fanfare. D’aucuns s’interrogent sur le sens politique de ce qui, au crépuscule attendu d’une vie publique bien chargée, ressemble a priori à un baroud d’honneur. Certains, interloqués, commencent à s’interroger à haute voix sur la possibilité d’une nouvelle candidature, au rang desquels Jean-Marie Le Pen, et Yves Michaud dans Libération. Si de tels discours, tant de la part de l’extrême droite que d’un journal de gauche comme Libération, ne sont sûrement pas dénués d’arrière-pensée - ils fragilisent la candidature du président de l’UMP - force est de reconnaître que l’activisme actuel du président contraste fortement avec cinq années de retraite à l’Élysée. Marathon des vœux en forme de programme électoral, projet de loi en catastrophe sur le droit au logement opposable, conférences internationales sur le Liban puis sur l’environnement, révision de la constitution avant la fin de la session parlementaire et même la toute récente déclaration de son meilleur grognard, Jean-Louis Debré, qui ne votera pas pour Sarkozy à la primaire de l’UMP ; Chirac semble vouloir désespérément prouver qu’il n’est pas encore mort. Personne ne croit encore pourtant à une nouvelle candidature, et ceci pour un certain nombre de bonnes raisons, bien récapitulées dans l’article de Antoine Guiral toujours dans Libération.

 

Quelles pourraient bien être les motivations d’une nouvelle candidature ? En premier lieu, un argument bien trivial : en choisissant de tenir sa promesse d’une réforme du statut pénal du chef de l’Etat, Chirac a pris le risque de démêlés avec la Justice. Dès lors, il lui est nécessaire de garantir son immunité d’une manière ou d’une autre. Pour Chirac, peser dans la campagne peut signifier appuyer implicitement ou explicitement l’un ou l’autre des finalistes annoncés, pour faire le roi (ou la reine) du scrutin. Bien qu’il ne s’avère nullement en position de l’emporter, par manque de popularité, les miettes de son aura médiatique pourraient être suffisantes pour faire pencher la balance. (75% d’insatisfaits, cela fait tout de même 25% de satisfaits). Deuxièmement, Jacques Chirac ne semble pas avoir digéré la prise de pouvoir, au sein de l’UMP, de Nicolas Sarkozy, qui l’a trahi en 1995. En proclamant la rupture, ce dernier a, de fait, rangé Jacques Chirac dans le placard des inadaptés au monde moderne, des has been. L’orgueil bien meurtri du Président, surtout après le référendum raté, pourrait l’inciter à un nouveau duel fratricide, après celui de 1981, révélé récemment. Une dernière campagne pourrait s’avérer la dernière occasion de laver l’impopularité de son deuxième mandat et de prendre la place qu’il convoite dans l’histoire. Enfin, comme troisième argument, nous pourrions avancer les convictions. Chirac est vu de l’étranger comme un homme de gauche. Il ne cesse lui-même de prêcher l’unité de la République et s’est fait élire en 1995 par un discours destiné aux couches populaires. La manière dont Nicolas Sarkozy assume le discours libéral semble l’agacer, lui qui a conquis sa place dans le monde politique en disant une chose et en faisant son contraire. Même si Jacques Chirac est sans conteste un homme de droite sur le terrain, il lui plaît cependant de penser qu’il est le meilleur garant de la cohésion nationale, par sa capacité à enthousiasmer également la France d’en bas. Qu’aurait en outre à perdre Chirac en s’engageant dans une nouvelle candidature ? A part le ridicule, peu de choses. Or après une dissolution ratée, une réélection face à l’extrême droite, la prise de son parti par Nicolas Sarkozy et un référendum raté, Jacques Chirac n’a plus grand-chose à perdre de ce côté.

Ces motivations peuvent-elles suffire à transformer sa candidature en une menace crédible ?

Jacques Chirac dispose de quelques atouts indéniables. En premier lieu, son bilan, qui pourrait passer comme convenable s’il était bien défendu : baisse du chômage, et tentatives de réforme sur les retraites et la santé. Chirac a défendu la place de la France sur la scène internationale : Irak, Unitaid. Enfin, quelques avancées emblématiques sur la sécurité routière, les handicapés ou la lutte contre le tabagisme. Deuxièmement, Chirac a, contrairement à son habitude, tenu certaines de ses promesses : baisses d’impôts, statut de la Nouvelle-Calédonie, réforme du statut pénal du chef de l’Etat, réformes des retraites. La politique de ses gouvernements a bien entendu contribué à accroître la fracture sociale, mais contrairement au contexte de 1995, l’épisode du 21 avril lui a permis de ne pas avancer beaucoup de promesses dans ce domaine. Troisièmement, Jacques Chirac pourrait plus facilement retrouver une place sur l’échiquier politique. Contrairement à ce que nous serinent les médias, la grande quantité de candidats déclarés pourrait avoir un effet inattendu sur la présence des petits partis à l’élection présidentielle. Lorsque dix candidats se partagent les paraphes de cinq mille maires non affiliés, il peut y avoir effectivement jusqu’à dix candidats sélectionnés. Arriverait-il un onzième larron, aussi motivé que les autres, tous nos petits candidats pourraient se retrouver avec moins de cinq cents signatures. Finalement, la prolifération des petits candidats pourrait conduire à réduire très fortement le nombre de candidats effectivement sélectionnés. Ce mécanisme, si on y ajoute les consignes des partis de gouvernement soucieux de ne pas revivre le 21 avril, peut expliquer les difficultés affichées que rencontrent nombre de candidats pour obtenir les signatures nécessaires. Dans le cas, pas si improbable, où Jean-Marie Le Pen ne bénéficierait pas d’un soutien suffisant, Jacques Chirac aurait alors toute légitimité pour rendre sa candidature crédible. Décomplexés, les électeurs de droite et de gauche pourraient vite oublier leurs résolutions de vote utile, et le soutien de Chirac serait alors indispensable à ceux qui espèrent passer le second tour. Un engagement tardif du Président dans la campagne ne serait peut-être alors pas si désavantageux que cela pour lui. Quatrièmement, l’improbabilité de sa candidature, son côté abracadabrantesque recèlent, comme tout événement imprévu, un potentiel médiatique énorme. Il suffirait ainsi à Chirac de faire preuve d’un peu d’activisme pour occulter facilement les favoris actuels des sondages. Jacques Chirac l’a sans doute bien compris, qui a choisi, pour faire sa sortie, le moment de l’élection de Nicolas Sarkozy à l’UMP. Il se place donc dans la lumière des projecteurs au moment même où Sarkozy aurait pu espérer asseoir une bonne fois pour toute sa position de leader incontesté de la droite. Enfin, le duel que nous annoncent les médias entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy sera vraisemblablement très serré. Il suffira donc de peu pour faire pencher la balance. Pour garantir sa sortie, Chirac a donc probablement fort intérêt à jouer sa dernière carte : tout faire pour rendre sa candidature crédible. En devenant le faiseur de roi (ou de reine), il pourrait alors tout à la fois assurer ses arrières et montrer à tous qu’il ne fut pas un président si tragique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (372 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • agosin (---.---.228.146) 9 janvier 2007 14:43

    Votre intervention est fort intéressante et exhaustive. Je suis en désaccord avec vous quant au « bilan défendable » dodécagone de JC dont vous êtes la meilleure preuve d’échec, sinon on ne comprend pas comment, avec votre doctorat et la qualité de votre plume, vous êtes à la recherche d’un emploi... Le fait que le chômage ait légèrement baissé ces derniers mois en France, ne doit rien à JC ou à Villepin mais bien à la conjoncture internationale très favorable. Les pays anglo-saxons naviguent autour de 5 % et la Suisse à 3 % quant à l’Allemagne, elle enregistre une amélioration au moins aussi marquée que celle de la France.

    Le bronzage, les effets de manche récents et les promesses à l’emporte-pièce du vieux roublard n’y changeront rien et son attitude pourrait se retourner contre lui si Sarkozy réussit son pari audacieux. Ceux qui l’ont déjà rallié ne s’y sont pas trompés et les hésitants ou hostiles tels Villepin ou Debré, auront probablement a en pâtir dans l’avenir. Je crois que dans l’hypothèse d’un deuxième tour Royal/Le Pen, les électeurs dits « libéraux » ne choisiraient pas Royal et que le scenario du pire d’une victoire de Le Pen serait pour Chirac, le bouquet final d’une carrière politique longue mais terriblement médiocre.


    • Thomas (---.---.100.64) 9 janvier 2007 15:06

      « Je suis en désaccord avec vous quant au »bilan défendable« dodécagone de JC dont vous êtes la meilleure preuve d’échec, sinon on ne comprend pas comment, avec votre doctorat et la qualité de votre plume, vous êtes à la recherche d’un emploi... »

      C’est l’évidence même. D’ailleurs, on délocalise jusqu’à la recherche et la haute technologie.


    • Thomas (---.---.100.64) 9 janvier 2007 15:11

      Ou encore, ces commentaires qu’on peut lire en rapport avec l’article de Denis Robert d’hier :

      Cher Denis Robert,

      Qu’attendez-vous de ces politicards, qui sont tous complices du même système ? Quant au fonctionnement de la Justice, une doctorante en litige avec des organismes scientifiques influents s’est vu infliger cette année, par la Cour administrative d’appel de Paris, un total d’amendes pour « recours abusif » et de frais d’avocat des parties adverses pour un montant supérieur à un an de ses revenus. Les amendes dépasent au total, à elles seules, l’amende infligée à plusieurs « personnalités » dans l’affaire de la fraude électorale à Paris récemment jugée. Des gens dont les revenus sont autres...

      C’est vrai que cette doctorante avait osé récuser des magistrats, faisant remarquer les liens d’au moins deux d’entre eux avec l’enseignement supérieur.

      **************************

      Le parquet n’a pas fait appel dans l’affaire des faux électeurs du IIIe arrondissement.

      La justice evolue, de plus en plus, vers une difficulté d’accès pour les « petits justiciables » et vers une difficulté tout aussi nette de faire avancer les dossiers dits « sensibles ». Il est intéressant de lire le dernier article d’Isabelle Debergue :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17009

      Réforme de la Justice : toujours impossible, ou pis encore ?

      Après Outreau et le rapport de la Commission d’enquête parlementaire, les citoyens attendaient une réforme de la Justice française recueillant leurs plaintes et leurs inquiétudes. Malheureusement, c’est loin d’être l’impression qui ressort de la lecture des débats parlementaires et des deux textes adoptés en première lecture (635 et 639) par l’Assemblée nationale. Même l’idée « minimale » d’instaurer une séparation des carrières entre le siège et le Parquet, avancée par la Commission d’enquête, a péri dans un débat parlementaire peu couvert par les médias et auquel les « petits justiciables » ont cessé d’être appelés. Exprimant une claire insatisfaction, Georges Fenech a annoncé, avec des acquittés d’Outreau et l’un de leurs avocats, la création d’un « Observatoire d’Outreau » afin de « promouvoir une réforme profonde de la Justice ». Des auteurs de cette initiative qualifient la « réforme » en cours de « réformette insignifiante ». Mais est-ce vraiment le cas, la réalité ne serait-elle pas pire ? Car, à la lecture des textes adoptés, on peut penser à une véritable contre-réforme cachée.

      (...)


    • Carmen (---.---.48.216) 9 janvier 2007 16:33

      Mitterrand et Chirac ont conduit la République vers une situation de véritable HONTE. Quant à savoir lequel des deux a été pire...


    • orwell (---.---.239.46) 9 janvier 2007 19:14

      La baisse du chômage ne me semble pas liée à une conjoncture internationale favorable, mais à un effet démographique (la retraite des baby-boomers) et à la manipulation des chiffres du chômage. Par ailleurs je ne crois pas que les électeurs libéraux de Sarkozy aient la moindre raison de préférer un nationaliste fascisant à une socialiste plutôt libérale (du point de vue économique).


    • (---.---.229.236) 9 janvier 2007 19:26

      Si c’est Royale/Le pen, une grande parti de l’UMP votera Le pen. C’est sans risque, de toute façon.


    • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 21:41

      La retraite prochaine des « baby boomers » fait partie de la conjoncture favorable, cher Monsieur, à moins que vous ne désiriez en attribuer la paternité à JC ?

      Pour ce qui est des électeurs libéraux, détrompez-vous ! Plutôt que de donner la victoire au gadget du PS, les électeurs choisiront le nationaliste fascisant dont certaines recettes ne sont d’ailleurs pas dénuées d’intérêt.


    • Arno (---.---.102.194) 9 janvier 2007 23:26

      « Je suis en désaccord avec vous quant au »bilan défendable« dodécagone de JC dont vous êtes la meilleure preuve d’échec, sinon on ne comprend pas comment, avec votre doctorat et la qualité de votre plume, vous êtes à la recherche d’un emploi... »

      C’est vraiment le dégré zéro du commentaire. Ségo aurait sans doute parlé de nullitude...

      « Le fait que le chômage ait légèrement baissé ces derniers mois en France, ne doit rien à JC ou à Villepin mais bien à la conjoncture internationale très favorable »

      Afficher avec une telle audace la « crassitude » de votre ignorance... Bravo Champion !!!

      Arno


    • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 23:43

      Niveau élémentaire affligeant... Vous devriez changer de forum, il règne sur celui-ci une certaine culture.


    • dégueuloir (---.---.78.104) 10 janvier 2007 03:38

      Pour être succint,JC veut négocier sa sortie......car il pourrait s’avérer que celle-ci fût délicate....... !! en vendant au plus offrant ou à la plus offrante...ses démélés judiciaire actuellement en « attente de traitement » ,il fait donc courrir le bruit de sa candidature............je pense que l’on est pas au bout de nos surprises.......smiley


    • prout (---.---.19.69) 10 janvier 2007 04:21

      baisse du chomage ? eh arrete tf1 d urgence... + de 4 millions de chomeurs , voila la realite !


    • prout (---.---.19.69) 10 janvier 2007 04:26

      @ degueuloir, putain y a un sacré ramassis de « planeurs » sur ce site... chirac avoir des demeles judiciaires ???vs vs etes crus en norvege ?? JAMAIS chirac n aura le moindre emmerde, c bien ça la difference entre des criminels et des politiques les 1ers vt en taule qques fois les seconds pratiquement jamais, ils se contentent de payer une amende(quelquefois) et ciao baby...


    • (---.---.156.200) 10 janvier 2007 09:40

      « ils se contentent de payer une amende (quelquefois) et ciao baby... »

      Amendes :

      - 2000 euros pour la fraude électorale de Paris, à des « personnalités » avec des revenus conséquents ;

      - 2500, d’après les informations récentes, pour « requêtes abusives » infligés à une étudiante de doctorat sans guère de ressources, en litige avec ses organismes scientifiques de tutelle...


    • Romain Baudry 9 janvier 2007 15:03

      Personnellement, je ne crois pas que même Chirac envisage sérieusement une nouvelle candidature de sa part. Le fait qu’il laisse planer le doute sur ce point et son discours offensif du réveillon ne sont pour lui que des moyens de continuer à exister quelque peu. Depuis le naufrage de Villepin, l’attention des médias et de l’opinion publique est presque exclusivement tournée vers l’élection à venir et ses deux « vedettes » Sarkozy et Royal. La carrière politique de Chirac s’arrête dans quelques mois et il ne veut pas hanter l’Elysée jusque-là comme une sorte de spectre transparent.


      • Thomas (---.---.100.64) 9 janvier 2007 15:04

        « son bilan, qui pourrait passer comme convenable s’il était bien défendu : baisse du chômage, et tentatives de réforme sur les retraites et la santé... »

        N’importe quoi. Chirac a marqué une nouvelle étape dans le massacre économique et social des Français. Et ça ne fera que s’aggraver, car avec le « marché mondial de la main d’oeuvre », les Français n’ont quasiment plus le droit à l’existence. Lire, par exemple :

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17469

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16585


        • 6eRépublique (---.---.122.245) 9 janvier 2007 15:49

          « N’importe quoi. Chirac a marqué une nouvelle étape dans le massacre économique et social des Français. Et ça ne fera que s’aggraver, car avec le »marché mondial de la main d’oeuvre« , les Français n’ont quasiment plus le droit à l’existence... »

          La désertification industrielle de la France ne doit son émergence qu’à un syndicalisme abusif et totalement irresponsable suivi et appuyé par les gouvernements successifs de « dieu » alias « François Mitterrand » , la dernière étape en ayant été la catastrophique Loi sur les 35 heures de Martine Aubry , preuve que la bêtise n’a rien a voir avec la couleur des cheveux !

          Jacques Chirac à certainement été le meilleur Président que la France n’ait eu depuis longtemps , certes il a commis quelques maladresses que d’autres, y compris dans son parti, se sont empressé d’utiliser contre lui. Il n’empêche que quoi qu’en disent certains, son bilan est positif à plus d’un titre et ni Sarkolène, ni Ségozy n’ont de leçons à lui donner.

          Sachons lui reconnaître qu’il a fait preuve, plus d’une fois de « bravitude » et arrêtons, s’il vous plait, l’« approximatiance » !

          Pour aller plus avant dans le débat, plutôt que de tirer à boullets rouges sur untel ou untel, posons nous les vrais questions : • La constitution de la 5e République (défendue par Jacques Chirac, je vous l’accorde) est-elle toujours bien adaptée à la gouvernance de la France ? • Est-il normal de pouvoir cumuler des fonctions électives à gogo ? • Est-il normal de pouvoir être responsable d’un parti politique, ministre et en même temps candidat à l’élection présidentielle (sans oublier, entre autres, une présidence du Conseil général des Hauts-de-Seine) ?

          Il est urgent de mettre des barrières législatives à un carriérisme politique qui pourrit la France depuis bien trop longtemps, à défaut, ne nous plaignons pas que les débordements de nos élus n’aient pas de limites.

          Pour résumer, il est temps de faire table rase du passé (pas de l’oublier !) et d’instaurer une 6e République qui puisse permettre de retrouver une sérénité politique et, in fine, une confiance en ceux qui détienne le pouvoir.

          Le retour de cette confiance ne sera attesté que lorsque le taux d’abstention lors des élections, sera inférieur à 20%, au-dessus aucun élu ne peut prétendre à la légitimité de son mandat !


        • Carmen (---.---.48.216) 9 janvier 2007 16:39

          « La désertification industrielle de la France ne doit son émergence qu’à un syndicalisme abusif et totalement irresponsable suivi et appuyé par les gouvernements successifs de »dieu« alias »François Mitterrand« ... »

          Pardon, mais ce discours n’a aucun sens. Mitterrand et Chirac ont les deux mené une politique antipopulaire de démolition des acquis sociaux. Seules les formes ont été légèrement différentes, et les cohabitations se sont « bien passées ».

          Quant aux syndicats, on ne voit pas quelles concessions auraient-ils pu faire contre la concurrence des salaires mimimum aussi bas que 30 euros. Qui a organisé le marché mondial de la main d’oeuvre, si ce n’est les gouvermeents qui se sont succédés depuis le début des années 1980 ?


        • J (---.---.68.76) 9 janvier 2007 23:15

          La voix de THURE ? J


        • (---.---.156.200) 10 janvier 2007 09:44

          Beaucoup pensent que la situation de la France actuellement est pire que celle de l’Espagne franquiste jadis, au moment où Franco est mort.

          C’est vrai que la France a beaucoup dégringolé, et que quand on se dit « démocratie » pour aller en Chine on peut se permettre ce qu’on veut « à la maison ».


        • Didier35 (---.---.212.108) 9 janvier 2007 15:13

          M Chirac a fait perdre M Giscard au profit de M Mitterrand en 1981 pourquoi n’en ferait-il pas autant avec M Sarkozy au profit de Mme Royal en 2007 ? Il a en plus une excellente raison de le faire : la trahison de M Sarkozy au profit de M Balladur en 1995 ! Mais qui s’en souviens, pas les journalistes à priori


          • (---.---.39.143) 9 janvier 2007 15:15

            Chirac avait déjà fait perdre Chaban au profit de Giscard en 1874 ...


          • (---.---.39.143) 9 janvier 2007 15:18

            Rectif : 1974


          • Didier35 (---.---.49.61) 9 janvier 2007 15:22

            Oui, mais en 1974, (pas en 1874) c’est la méthode Chirac que Sarkozy a également utilisée et améliorée en y ajoutant (entre autres) la pression sur les médias.


          • LE CHAT LE CHAT 9 janvier 2007 16:47

            tu prêches à un convaincu ! il faut vite pendre des gousses d’ail aux fenêtres de l’Elysée afin qu’il ne plante plus ses crocs dans la jugulaire de Marianne smiley


          • LE CHAT LE CHAT 9 janvier 2007 16:57

            @ARTHUR MAGE

            pour les loups garous y’a les balles d’argent , pour les nunuches y’a les soldes , t’as rien contre les gnomes ?


          • (---.---.17.126) 9 janvier 2007 17:37

            République fromagère.


          • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 21:24

            Avec des résistants aussi cons, on est mal barrés en cas de dictature...


          • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 21:33

            Le fichage des voyous, délinquants, racailles etc... est indispensable et de toutes manières ce n’est pas d’eux qu’on attendrait du secours en cas de besoin ; ils ne sont braves qu’au fond des caves, en bandes organisées pour des tournantes filmées au portable ou des pièges tendus aux pompiers qui viennent encore naïvement à leur secours.

            La « bravitude » n’est pas leur première qualité...La meilleure démonstration est votre commentaire qui selectionne un « résistant » en fonction de sa capacité à remettre un agent à sa place...

            PA THE TI QUE !


          • Arno (---.---.102.194) 9 janvier 2007 23:34

            « Avec des résistants aussi cons, on est mal barrés en cas de dictature... »

            Heureusement Agosin avec son QI de limace (ça explique sans doute la permanence de la grosse bave dans ses commentaires) et son intolérance de néo-communiste va nous sauver de la dictature...

            Arno


          • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 23:40

            La seule dictature que je craigne, est celle de l’ignorance qui engendre la peur et la haine... Mais là,cher Arthur, c’est vous le patron et de cette dictature là, personne ne pourra vous sauver.


          • Arthur Mage (---.---.181.194) 10 janvier 2007 00:59

            Yo no comprendo nada from your commentaries ! Apart from that (à part ça/apesar diso), comme disent mes amis roumains : noapte buna (good night/usiku mwema) !


          • agosin (---.---.228.146) 10 janvier 2007 15:39

            Quand on choisit des exemples, il faut rester objectif sous peine de diluer son propos.

            Les tournantes ne sont un délire pour vous que parce que vous n’avez jamais été une de leurs victimes et vous devriez en convenir même si vous jugez qu’elles sont insignifiantes...


          • agosin (---.---.93.139) 10 janvier 2007 22:08

            Arthur,

            Nous nous retrouvons sur l’essentiel, ni vous ni moi ne sommes favorables au crime.

            J’attire votre attention sur un élément souvent négligé, le fichage génétique en temps normal (hors dictature...) offre plusieurs avantages. Les deux plus évidents, sont en premier lieu, la possibilité d’identifier rapidement des individus dangereux, avant même qu’ils ne puissent récidiver et la deuxième qui vous séduira certainement davantage, c’est qu’avec le fichage génétique, de nombreux innocents condamnés à tort, auraient sauvé leur tête ou leur liberté.


          • agosin (---.---.228.146) 11 janvier 2007 16:28

            Brave, brave, c’est bien.


          • Floruf (---.---.123.101) 9 janvier 2007 16:03

            Ca serait un beau calcul du vieux pour priver le petit Nico du 2ème tour ! 5% pour Chirac devrait même suffir pour l’arrêter net à la manière de Chevenement envers Jospin en 2002 ! Donc rien que pour ça ,je suis plutôt pour !


            • agosin (---.---.228.146) 9 janvier 2007 16:19

              Je considère avec suspicion les commentaires qui utilisent un trait physique tel que « petit » pour qualifier un ou une candidate...d’ailleurs, Napoléon Bonaparte n’a pas eu besoin d’être grand pour avoir du génie.

              Une chose est certaine, Sarkozy ne laisse pas indifférent et la crainte qu’il inspire aux fainéants de tous bords, me laisse penser qu’il est vraiment l’homme de la situation pour la France en pleine déliquescence.

              Tremblez, « bons à rien » ! La sieste est bientôt finie...


            • bof (---.---.238.95) 9 janvier 2007 17:28

              C’est pas un argument ça , je suspecte le retour d’une certaine France .....


            • (---.---.17.126) 9 janvier 2007 17:39

              Napoléon ne se promenait pas en haut-talons, et n’aurait pas eu besoin d’un tabouret pour se faire photographier avec Bush.


            • agosin (---.---.86.114) 9 janvier 2007 21:21

              Qu’en savez-vous ? Vous avez vu beaucoup de photos des pieds de Napoleon ?

              N’importe quoi...


            • Floruf (---.---.33.196) 9 janvier 2007 22:18

              De mon côté, Agosin , Je considère avec suspicion les commentaires qui traitent de bons à rien les autres intervenants sans les connaître. Mais en général , c’est là la marque des connards !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès