Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Choisir son merle faute de grives ?

Choisir son merle faute de grives ?

Si les Français Sarkozystes (il en reste plus qu’on ne le pense) se laissaient aller au pessimisme ambiant à l’égard de leur champion, ils devraient se précipiter dimanche prochain pour voter à la primaire « citoyenne ».

François Hollande les y pousserait presque : il sacrifie à cette nouvelle mode du Sarkozy absent : absent pour avoir jeté l’éponge, ou absent après élimination au premier tour. Ainsi les inconditionnels du Sarkozysme et rien d’autre à droite seraient bien inspirés de se préoccuper du choix d’un candidat de gauche préféré : choisir son merle faute de grives !

La mode fait effectivement fureur : et si Sarkozy n’y allait pas ? Jean-Louis Borloo renforce cette lubie en déclarant, dans un même souffle, qu’il renonce à sa propre candidature mais qu’il ne sait pas qui sera le candidat de l’UMP. La prestation remarquée d’Alain Juppé chez Pujadas, semble conforter le camp des doux rêveurs : « OUI ! S’il n’était pas candidat » …

La décision de Jean-Louis Borloo dégage pourtant un peu l’horizon sarkozien du premier tour, mais les hypothèses d’absence ou d’élimination précoce soulevées reste néanmoins possibles. L’inverse, l’élimination du candidat PS n’est pas plus impensable.

Les récents sondages sur la prochaine présidentielle semblent montrer une discrète érosion des positions au premier tour des candidats possibles du PS. Comme si une certaine saturation due aux débats de la primaire « citoyenne » se faisait jour : une overdose de PS. La Lucarne use très vite les pratiquants trop assidus, Nicolas Sarkozy en sait quelque chose et sa discrétion entretenue depuis quelques mois ne relève pas du hasard.

A l’occasion de cette nouvelle vague d’enquêtes, Marine Le Pen progresse très significativement, faisant ainsi résonner l’hypothèse de l’élimination précoce, mais Jean-Luc Mélenchon enregistre également une percée importante, renvoyant vers l’hypothèse inverse.

Tout cela n’est bien sûr pas sérieux à 7 mois de l’élection, à un moment ou les Français ne se sont pas emparés véritablement d’un scrutin encore trop éloigné.

La semaine prochaine nous devrions connaître le candidat officiel du PS. A en croire les enquêtes, 13% des électeurs inscrits déclarent qu’ils iront « certainement » voter à ce scrutin d’un nouveau genre. Rapporté au corps électoral français (environ 45 millions de citoyens inscrits), cela donnerait quelque 5 800 000 votants. Même dans leurs rêves les plus fous, les socialistes n’en espèrent pas tant et les plus grandes réserves sont de mise. Dire qu’on ira voter et le faire, ce n’est pas la même chose. L’appréciation est d’autant plus difficile qu’il n’existe aucune base de référence, puisque cette primaire est une première.

Au premier tour, Hollande recueillerait 42% (+1 point par rapport à août) des intentions de vote des sympathisants de gauche, et 51% (+4) chez les proches du PS. Martine Aubry est nettement derrière avec respectivement 27% (- 4) et 26% (-5).

Après ce duo de tête viennent Ségolène Royal (11%), devant Arnaud Montebourg (8%). Enfin Manuel Valls obtient 5% chez les sympathisants de gauche, et 5% chez les sympathisants PS. Jean-Michel Baylet (PRG) stagne à 1% dans les deux catégories.

Ainsi, une importante donnée est absente de ces enquêtes : le vote des sympathisants de droite ! Il serait urgent d’en tenir compte puisque François Hollande les engage implicitement à se mobiliser. Vous aurez compris qu’il s’agit ici d’une plaisanterie. Que la gauche se rassure, très peu nombreux seront les droitiers à se déplacer et Arnaud Montebourg, en dépit de ses espérances, ne trouvera sans doute pas ce renfort escompté pour se hisser à la deuxième place… Quoi que ?

Le Blog


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • wakatanka wakatanka 4 octobre 2011 09:54

    Je me demande si le fait d’ouvrir les primaires PS à tous n’est pas le + gros point faible du dispositif, et stratégiquement, une énorme erreur :

    Imaginons :

    Tous les votants de droite (toujours + nombreux que ceux de gauche, comme l’ont prouvé les scrutins ultérieurs) vont voter d’un commun accord aux primaires socialistes pour Baylet.....

    Le PS peut dire bye bye au second tour.....


    • Jean Eymard-Descons 4 octobre 2011 11:00

      J’aime bien cette ambiance de bistrot, ou de machine à café pour ceux qui bossent, où on commente l’actu de la veille...

      Vive les médias alternatifs !

      PS : Kalki, tu peux envoyer


      • Beaurepaire Beaurepaire 4 octobre 2011 11:14

        La gauche n’a rien compris à la situation économique ce jour 4 octobre 2011. A part Arnaud Montebourg elle est d’une autre époque. Elle continue à vouloir mener la même politique que Sarkozy et les pays de la zone €. Son programme pour 2012 c’est créer des emplois en empruntant plus et donner plus d’aides aux immigrés clandestins en empruntant plus... Faire pire que Guéant, alors qu’il n’y a plus d’emplois et de logements, sans parler des 300.000 SDF ! La gauche c’est plus d’€, plus d’Europe... On co-organise l’impunité des élus avec l’UMP. On dit c’est pas bien quand une entreprise délocalise. On ne nationalise pas Areva. On est copain avec les banques et la Parisot car Jaurès est bien loin. Par contre on continue à maintenir en vie un parti communiste, vieil héritage du stalinisme. 

        L’Institut Jean Jaurès parle avec raison de : cet électorat qui est entré dans une autre logique et a d’autres attentes. L’impuissance publique face aux marchés financiers, aux banques, à la crise, nourrit également le vote frontiste. Le FN a toujours prospéré en période de crise et comme, en plus, elle a reprofilé le discours de son parti sur des aspects plus sociaux, elle peut encore espérer engranger des voix. Un de mes arrière-grand-pères me disait qu’il était devenu un élu socialiste en voyant la misère autour de lui. Lui qui aimait son pays et son peuple et profondément laïc je ne crois pas qu’il aurait aimé les DSK, les Fabius, les Hollande, la bande à Guérini, les magouilles à Hénin-Beaumont, les bassesses avec les islamistes ou aux communautaristes... 

        Je cite à nouveau l’excellente analyse de l’Institut Jean Jaurès : La dégradation de la situation économique donne l’impression aux électeurs frontistes qu’au sommet de la pyramide, une poignée de personnes mène grand train alors que le bas souffre et que les inégalités s’accroissent. Si une solution n’est pas trouvée pour sortir la Grèce de ses difficultés et sécuriser la zone euro, Marine Le Pen aura beau jeu de dire que ses thèses sont validées. Un quart des Français sont favorables à la sortie de l’euro, une proportion qui grimpe à 50% chez les ouvriers.

        • Traroth Traroth 4 octobre 2011 12:34

          A mes yeux, la primaire du PS est plus importante même que l’élection présidentielle : personnellement, départager Hollande, Sarkozy et Bayrou, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre...
          La primaire socialiste, c’est le moment ou JAMAIS (l’occasion ne se représentera pas de sitôt, en tout cas) de faire bouger le PS vers la gauche.

          Votez Arnaud Montebourg dimanche prochain ! Et vivement un second tour Montebourg-Mélenchon en 2012 !!!


          • dawei dawei 4 octobre 2011 17:17

            c’est clair , apres tout, ils nous doivent bien ça les droiteux apres 2002 et son Chirac vs Lepen quand plus de la moitié des voix du premier tour etaient à gauche, et avaient soigneusement évité de tout donner au PS, justement, accusé par ses electeurs de droitisation et de trahison.
            Quand le premier tour est de gauche, et qu’on se retrouve au deuxieme tour avec une droite molle face à une droite dure, ça fait mal au cul.
            Donc j’espère que les droiteux ressentiront a leur tour la douleur :
            deuxieme tour gauche molle vs gauche dure YEAHHHHHHH !
            Mais en vérité, j’espère surtout une reforme des institutions dans le sens d’une vraie représentativité citoyenne .


          • onetwo onetwo 4 octobre 2011 21:10

            Cela me va, les deux sont pour une VIe république, avec nouvelle constitution plus démocratique et sociale.


          • Eddie Constantine Eddie Constantine 5 octobre 2011 03:27

            Je trouve dérisoires ces pseudo études politiciennes sur les élections à venir.


            D’ici là, la Grèce aura déposé le bilan, l’Europe sera au bord de l’implosion et la France se sera embarquée en soutien des banques pour au moins 50 milliards ! Notre balance commerciale connaîtra un déficit comme jamais auparavant, la dette souveraine sera à 1700 milliards, et le déficit reparti à la hausse à 8-9 % du PIB, si pas pire... Ah, j’oubliais : nous serons entrés en récession !
            Les allemands n’auront de cesse de « gueuler » après les fraudeurs du Club Med, le Portugal sera sur le même chemin que la Grèce, Espagne et Italie seront au front face aux Hedges Funds.
            La France aura vu sa note dégradée.

            Et il y en a qui chantent encore vive l’€, vive l’Europe !!!


            Et vous voulez émettre des hypothèses sur qui, quoi, quand, comment ?
            Vous êtes « fadas » ! 

            • dawei dawei 5 octobre 2011 10:33

              - 1 : il y a une grosse part de la dette que l’on a pas a payé, car elle est due a des choix indépendants de notre volonté (loi 1973 , renfouement sans contrepartie, cadeaux fiscaux, cout de l’Europe, guerres ...)
              -2 : Si tout les pays sont degradés, on se retrouve à la case départ, non ? AA+ étant le nouveau maximum, Si tout le monde baisse d’un cran, la compétition reste exactement la même ... la compétition est la même, mais les taux sont plus élevés, donc la aussi faudra calmer l’exigence des banques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès