Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Chômage, mise en chantiers, épargne : la triple faillite de l’équipe (...)

Chômage, mise en chantiers, épargne : la triple faillite de l’équipe confirmée par Hollande

Ce n’est pas le moindre des paradoxes. Alors que François Hollande et Manuel Valls ont confirmé leur ligne en éjectant les quelques éléments un peu critiques du gouvernement, les derniers chiffres qui viennent de tomber sanctionnent la faillite complète de la politique menée depuis plus de 2 ans.

Une triple sanction dans les chiffres
 
Le symbole est cruel pour l’exécutif : un jour à peine après avoir bombardé ministre de l’économie l’ancien conseiller aux questions économiques du président, le chômage bat un nouveau record en juillet. La France compte pas moins de 3 689 500 chômeurs de catégorie A et 5 386 600 toutes catégories confondues, soit 27 400 et 43 500 personnes de plus en un seul mois. La fameuse inversion de la courbe du président de la République n’est pas prête de venir. Pire, la hausse est encore plus forte pour les chômeurs de longue durée, en hausse de 1,4% sur un mois pour ceux qui sont inscrits depuis plus d’un an et de 2% pour ceux qui sont inscrits depuis plus de 3 ans, un vrai « Munich social  ».
 
Il faut dire que pas un secteur ne va bien, au premier rang desquels, l’immobilier, qui ne digère pas la loi Duflot, qui s’additionne au climat économique morose. Les mises en chantiers sont en recul de 10,8% sur un an, même si le nombre de permis de construire se stabilise. En 2013, 331 867 logements neufs ont été mis en chantier, en baisse de 4,2%, contre un objectif d’un demi-million, dans un secteur crucial pour l’emploi. Et assez logiquement, face à cette crise qui dure depuis 6 ans, les ménages épargnent davantage puisque le taux d’épargne est passé à 15,9% au premier semestre 2014 contre 14,7% au dernier trimestre 2013, selon les chiffres de la Banque de France. Mais cela pèse sur la croissance puisque qu’au manque de progression des salaires s’ajoute une augmentation de la part non dépensée…
 
L’impasse acclamée par le patronat

Il est donc pour le moins effarant que le patronat ait réservé un accueil si chaleureux à Manuel Valls, venu à l’université d’été du Medef, au point que les Echos ont évoqué un véritable « coup de foudre  », confirmé par les éloges de Pierre Gattaz à l’égard du nouveau ministre de l’économie, Emmanuel Macron. Ce soutien est à double tranchant car, outre le fait de fâcher une partie de la gauche, il intervient alors que les résultats de l’équipe au pouvoir sont très mauvais. Dès lors, cela montre bien que, malgré l’absence de croissance, il est possible pour un gouvernement de mener une politique qui profite malgré tout à une petite minorité, à savoir le patronat, avec la baisse de 40 milliards des cotisations sociales.

Cette semaine agit comme un révélateur stupéfiant qui voit une majorité officiellement de gauche qui combine des résultats économiques désastreux, notamment dans le domaine social, comme le montrent les derniers chiffres du chômage, qui se fait acclamer par les grands patrons et qui s’entête sur sa ligne politique comme le montre le remaniement du gouvernement. François Hollande fait le pari extraordinaire de choisir le patronat contre les Français, en faisant le pari économique que les profits d’aujourd’hui seraient les emplois de demain, alors qu’ils ne sont que la richesse des actionnaires du jour, comme même la presse la plus libérale le reconnaît. Il amène la France dans le mur et décide d’accélérer.
 
Cette semaine mérite d’être inscrite dans le marbre de notre histoire politique. Alors même que sa politique eurolibérale est en échec depuis plus de deux ans, le parti « socialiste » persiste et va plus loin que jamais dans cette orientation, au point d’être acclamé par le Medef.

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 28 août 2014 12:15

    Ne soyons pas victime de la désinformation massive des financiers à travers les médias qu’ils possèdent et utilisent comme arme de destruction de la vérité.

    Hollande a montré ses limites dans l’art de gouverner. Ce n’est qu’un boutiquier, pas un homme d’état. Il ne fait que gérer une mauvaise situation économique d’une France minée par 40 ans de mauvais gouvernement, d’une Europe en perte de vitesse, d’une dette de 2000 milliards laissées par Sarkozy, et d’un découragement des investisseurs privés dans l’immobilier dont les causes sont bien antérieures à la loi Dufflot. Loi qui n’a rien fait pour arranger les choses en ajoutant encore des coûts et de la complexité bureaucratique.

    Hollande mène la politique que nous savions qu’il mènerait à une mauvaise surprise près, son incroyable alignement idéologique et militaire sur les USA, empire criminel et grand responsable de l’état actuel désastreux du monde. Partage t-il son idéologie ou paie t-il une dette ? Le résultat est là, la France n’est plus une nation indépendante, mais une région de l’empire.

    Il serait injuste de ne pas souligner la lutte anti corruption du gouvernement dont Sarkozy et ses sbires font logiquement les frais.

    Inutile de nous faire des illusions, les Français n’ont plus la fibre révolutionnaire et n’aspirent qu’au confort. L’élection de 2017 battra certainement des records d’abstention et ressemblera à celle de 1995 pour un résultat couru d’avance. Mon seul souhait est que ce ne soit pas le pire après Chirac, Sarkozy.

     


    • diogène diogène 28 août 2014 12:27

       « Ce n’est qu’un boutiquier, pas un homme d’état. »


      Ce n’est même pas un boutiquier : l’économie n’est pas son problème.
      C’est un bureaucrate, un apparatchik occidental dont le métier est de passer des alliances et négocier des influences pour conquérir ou conserver des fiefs et des sinécures pour ses amis.
      Contrairement à H Désir qui lui n’est vraiment bon à rien, Hollande a administré le PS et a permis le racket des budgets des Régions par la mise en place des barons PS.
      Ça, il a su le faire, mais là où il est, il ne peut que dire amen aux décisions du MEDEF.

    • goc goc 29 août 2014 05:34

      @Daniel roux
      Bonjour

      L’élection de 2017 battra certainement des records d’abstention et ressemblera à celle de 1995 pour un résultat couru d’avance.

      En effet, et de ce fait on assiste à un effet de bord assez curieux, à savoir que cette élection de 2014 se fera non pas à 2 tours, mais à un seul tour, tellement la certitude de voir MLP d’office qualifiée pour le second tour.
      Et donc du coup, tous les autres ont compris qu’il faut être au pire, 2ème dès le premier tour. Donc on va assister à des jeux d’alliance qui commencent déjà à se préparer en coulisse, et surtout les gros partis vont tout faire pour éviter les candidatures dissidentes, même les plus petites, car tout « 1% » gagné ou perdu pourra faire la différence. Je vous laisse imaginer les arrières cuisines électorales. Et pendant ce temps, le bateau « France » continuera tranquillement à naviguer vers son iceberg.


    • Robert GIL ROBERT GIL 28 août 2014 13:42

      Répartir autrement les richesses est la meilleure réponse à la crise. La part destinée aux salariés dans les richesses produites a nettement baissé depuis plusieurs décennies, tandis que les créanciers et les entreprises ont accru leurs profits pour les consacrer à la spéculation. En augmentant les salaires, non seulement on permet aux populations de vivre dignement, mais on renforce aussi les moyens qui servent au financement de la protection sociale et des régimes de retraite. Il faut dé-privatiser les entreprises et les secteurs qui ont été livrés au secteur privé, car leur gestion est une catastrophe, c’est une des raison de l’augmentation du chômage et de la fuite des capitaux...


      • ecolittoral ecolittoral 28 août 2014 15:06

        « ....sanctionnent la faillite complète de la politique menée depuis plus de 2 ans. »

        Oui ! En fait, depuis plus de 30 ans.

        Le premier, dans mes souvenirs, c’était un ministre du nom de Raymond Barre :

        « Les Français doivent se serrer la ceinture, et dans quelques années nous verrons le bout du tunnel ».

        C’était dans les années soixante dix !!!!

        Alors ! Pourquoi parler de 2 ans ?


        • Le421 Le421 28 août 2014 20:45

          Tout à fait exact !! Je me demande même, si on rétablissait l’esclavage, si le MEDEF ne demanderait pas à faire payer les cercueils par les familles... Il négocieraient pour cela avec la CFDT !!


        • zygzornifle zygzornifle 28 août 2014 17:21

          Hollande fera plus de victimes indirectement que le virus Ebola ....


          • zygzornifle zygzornifle 28 août 2014 17:23

            500 000 nouveaux chômeurs depuis le règne d’Hollande, 500 000 élus de la république UMPS la balance s’équilibre .....


            • zygzornifle zygzornifle 28 août 2014 17:23

              500 000 nouveaux chômeurs depuis le règne d’Hollande, 500 000 élus de la république UMPS la balance s’équilibre .....


              • BA 29 août 2014 10:28

                Droite modérée, droite dure, extrême-droite.

                A la prochaine élection présidentielle, le candidat de la droite modérée, François Hollande, n’atteindra pas le second tour.

                Le second tour opposera le candidat de la droite dure, Nicolas Sarkozy, au candidat de l’extrême-droite, Marine Le Pen.

                C’est ce qu’annonce un sondage publié cet été par le journal Marianne.

                Et la gauche ?

                En France, la gauche est morte.

                Nous sommes foutus.

                Lisez cet article :

                Jeudi 31 juillet 2014 :

                Pire que le 21 avril ! Le sondage Marianne-Ifop qui alarme : Marine Le Pen en tête du premier tour en 2017. Le sondage Ifop pour Marianne est un choc : si le premier tour de la présidentielle avait lieu aujourd’hui, Marine Le Pen arriverait en tête. La candidate frontiste recueillerait 26% des voix, et Nicolas Sarkozy se qualifierait pour le second tour avec 25% des voix, que ce soit face à François Hollande ou à Manuel Valls, lesquels seraient tous les deux éliminés (avec 17% des suffrages).

                Si l’hypothèse d’un Front National au second tour de 2017 se fait chaque mois plus probable – au point que les politiques, de droite comme de gauche, semblent l’avoir actée, dans un fatalisme défaitiste sinon dans de coupables stratégies –, jamais encore un sondage n’avait placé la candidate FN en tête du premier tour. 

                Ce test, à trois ans de l’échéance, vient confirmer que la dynamique dont elle bénéficie depuis plusieurs années est une lame de fond, et que nous n’assistions pas, ces derniers temps, à des séismes électoraux singuliers (comme certains ont voulu le dire lors des dernières européennes), mais à une tectonique.

                « Depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti et la mise en place de sa stratégie de « dédiabolisation », le FN a enregistré à chaque scrutin des plus hauts historiques », confirme Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion de l’Ifop.

                http://www.marianne.net/Le-sondage-Marianne-Ifop-qui-alarme-Marine-Le-Pen-en-tete-du-premier-tour-en-2017_a240405.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès