Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Christian Estrosi appelle l’UMP à revenir à ses fondamentaux

Christian Estrosi appelle l’UMP à revenir à ses fondamentaux

Ancien sportif, Christian Estrosi sait que quand une équipe enregistre une défaite, il lui faut revoir sa stratégie et revenir à ses fondamentaux. C’est exactement ce que prône le député-maire de Nice qui dénonce ouvertement depuis dimanche la ligne politique de l’UMP et la pensée unique “Copéiste”.

Les couteaux sont tirés. Les mauvais résultats enregistrés par l’UMP aux cantonales ont fait voler en éclat l’unité de façade du parti présidentiel. Préoccupé par 2017, Jean-François Copé a étrillé lundi devant les caméras de télévision son rival potentiel. Le patron de l’UMP a accusé le Premier ministre de ne pas “jouer collectif ” sur le débat sur la laïcité voire, de cultiver une “posture“. En langage “jeune”, on appelle ça “envoyer du lourd”.

La querelle familiale a contraint mardi Nicolas Sarkozy à procéder à un recadrage lors du petit déjeuner hebdomadaire de la majorité à l’Elysée. Sous la pression du Chef de l’Etat, Jean-François Copé a été contraint à un acte public de contrition qui ne trompe personne. Contrairement aux affirmations respectives, l’incident est loin d’être clos.

Et pour cause, rien n’est tranché. Surtout pas de savoir si la ligne politique de la majorité doit rester la même ou, comme le demandent notamment Fillon, Baroin et Estrosi, être corrigée. François Fillon estime que “quand on fait la politique de l’extrême droite, on donne des voix à l’extrême droite“. Dans la même lignée, Christian Estrosi juge que cette stratégie fait de l’UMP “une machine à perdre“, “quand il y a un échec, il faut savoir le dire” déclarait mardi matin l’ancien ministre de l’industrie qui considère “la surenchère sécuritaire” comme “une course à l’échalote avec le FN“.

Christian Estrosi estime que la vocation de l’UMP, conformément aux engagements de la campagne de 2007 est sociale et populaire. En conséquence, il faut selon lui apporter des réponses en matière de pouvoir d’achat, de réduction des inégalités entre hauts et faibles revenus, de meilleure répartition des richesses dans les entreprises qui ont de bons résultats.

Une analyse qui rejoint celle de Laurent Wauquiez. Dans une tribune publiée dans Le Monde, cosignée par une cinquantaine de députés, le ministre des affaires européennes plaide pour “des propositions concrètes et des mesures applicables immédiatement“.

Autre point commun avec l’ancien porte-parole du gouvernement, la mise en cause de la gestion de l’UMP par Jean-François Copé. Christian Estrosi attend du chef du parti présidentiel qu’il rassemble pas qu’il divise et rappelle que, le chef de la majorité c’est le chef du gouvernement pas le patron de l’UMP.

Derrière la critique émerge le constat au grand jour “qu’il y a plusieurs lignes politiques” à l’UMP. Une analyse partagée par Jean-Louis Borloo et toute la droite dite “sociale” que la droitisation de la majorité met mal à l’aise.

Pour autant même contraints au grand écart, ces membres du parti présidentiel ne sont pas encore prêts au régicide. Le député-maire de Nice juge que, “ce qui est en cause, ce n’est pas le candidat (Nicolas Sarkozy) mais la stratégie de l’UMP“. Autrement dit, la responsabilité pèserait intégralement sur les épaules de Jean-François Copé.

Un Jean-François Copé dont l’ambition affichée laisse planer une suspicion permanente sur sa loyauté à l’égard du Chef de l’Etat. Un échec de la droite en 2012 ouvrirait en effet plus facilement la voie d’un succès personnel du député-maire de Meaux aux présidentielles de 2017.

Un Jean-François Copé accusé de vouloir imposer sous un habillage de solidarité une pensée unique à l’UMP baptisée mercredi de “Copéisme” par l’ancien ministre de l’industrie dans les colonnes de Nice Matin. “La solidarité pour moi, c’est d’abord un problème de lucidité. Je suis un ami loyal et fidèle du Président de la République mais je ne suis pas un courtisan et mon devoir est de dire la vérité” avait déclaré la veille sur France Inter Christian Estrosi. Ambiance, ambiance …


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • interlibre 31 mars 2011 09:38

    Allez y, déchirez vous et pitié faites que l’UMP disparaisse avec tout ces magouilleurs qui ne méritent que la prison (si le PS pouvais suivre....ce serait un rêve qui se réalise). Ensuite on pourra peut être repartir sur des bonnes bases et enfin travailler pour la France et les Français.


    • TSS 31 mars 2011 09:51

      les fondamentaux selon Estrosi et son factotum Ciotti ,la bonne vieille methode maffieuse

       Medecin(le mentor)... !!


      • Taverne Taverne 31 mars 2011 09:55

        Réponse de Sarkozy : « Mon UMP, tu l’aimes ou tu la quittes ! »


        • Alpo47 Alpo47 31 mars 2011 10:03

          Et l’on constate que l’UMP est un « panier de crabes », dont le seul trait commun était de vouloir accéder au Pouvoir.
          Qu’y a t-il de commun entre les UMP, proches de l’extrème droite et le Nouveau Centre, Borloo, ou les derniers Gaullistes ? Juste une stratégie d’accession au pouvoir.

          La succession de défaites et la perspective d’une prochaine à la présidentielle et surtout aux législatives à suivre, commence à affoler ce petit monde. Perdre tous les prébendes associés au pouvoir commence à les affoler et va sans doute les emmener à s’éloigner de Sarkozy.

          Quels seront les premiers à faire défection ?


          • jako jako 31 mars 2011 10:15

            Ce bal des pourris commence vraiment à m’énerver.
            Quand je vois que hervé gaymard vient d’être réélu et carignon risque d’être dédommagé...
            On est vraiment dirigé par une mafia mais les gens qui votent sont les premiers responsables
            Très pessimiste pour 2012 smiley


          • dawei dawei 31 mars 2011 11:37

            L’electeur responsable ? non, le bipartisme mafieux et completement inequitable tue le semblant de responsabilité demoratique et citoyenne de l’electeur. Le citoyen lui est responsable, car il doit s’opposer à ça, par le rue ,la désobéisance civile et/ou par l’aide d’éventuelles institutions encore à son service ( y en a presque plus ), ou en assechant toute la clique mafieuse par des boycots bien choisis, et par des greves.


          • Marc DELON 31 mars 2011 10:11

            les fondamentaux de l’équipe UMPS nous ont envoyé dans le mur. La situation est catastrophique. Avec une dette qui progresse jour après jour et aucune perspective pour changer de cap.
            Estrosi ne parle pas des fondamentaux de l’équipe de FRANCE mais de celle de l’umps.


            • Cocasse cocasse 31 mars 2011 10:12

              Il n’y a aucun « fondamentaux » à l’UMP.
              Les uns sont mondialistes ultra-libéraux et ont complètement berné les autres, qui sont divers, centristes droite, ex-chiraquiens, gaullistes, et Jean Noublie, n’étant pas expert de la (dé)composition de l’UMP.


              • Marc DELON 31 mars 2011 10:30

                UMPS auberge Espagnole, c’est vrai. Mais une constante cependant : le mondialisme.
                Un système « politique » ou les technocrates décident de la vie, de l’avenir d’un pays, des nations à la place des citoyens.


                • Taverne Taverne 31 mars 2011 10:39

                  Le retour aux fondamensonges, le retour aux affaires juteuses et à leur étouffement, le retour aux combines, aux bienfaits des cumuls des mandats et des fonctions...


                  • LE CHAT LE CHAT 31 mars 2011 11:35

                    qu’il commence à revenir à ses fondamentaux personnels et à arrêter de se disperser dans ses mandats d’archi cumulard !


                    • kiouty 31 mars 2011 11:57

                      Christian Estrosi, la grosse blague... smiley

                      Qu’est-ce qu’on en a a foutre de ce que raconte ce gangster, quoi ?


                      • BlackMatter 31 mars 2011 12:21

                        C’est vrai qu’entre ce que disait Estrosi avant les élections et ce qu’il dit maintenant, c’est le jour est là nuit.


                        C’est à ça qu’on reconnait un bon vieux politicard bien opportuniste, sans idée et surtout assez méprisant puisqu’il prend le peuple pour des gens sans mémoire : il est capable de dire tout et son contraire avec la même force de conviction.

                        Chapeau l’artiste !


                        • iris 31 mars 2011 12:31

                          karkosi= bayrou= de villepin= borloo=
                          à compléter -tous de droite et à s’aider mutuellement si il faut


                          • Robert GIL ROBERT GIL 31 mars 2011 15:15

                            En tant que français, j’estime qu’en cette période de crise, plusieurs débats doivent être demandés au gouvernement

                            - Un débat sur l’emploi en France
                            - Un débat la ré-industrialisation de notre pays et la compétitivité de nos entreprises
                            - Un débat sur le monde de la finance
                            - Un débat de fond sur la fiscalité
                            - un débat sur les services publics et leur avenir
                            - Un débat sur la sécurité sociale
                            - Un débat sur l’hôpital et la santé
                            - Un débat sur l’école et l’avenir de nos enfants
                            - Un débat sur la recherche
                            - Un débat sur l’énergie
                            - Un débat sur les dérives de notre démocratie
                            - Un débat sur la corruption de nos « élites »
                            - Un débat sur les hommes politiques et leur intégrité
                            etc. etc.

                            Le débat sur la laïcité et l’islam est probablement le dernier a organiser après tout ça.et surtout rappeler un principe fondamental

                            http://2ccr.unblog.fr/2010/11/25/revenu-maximum-autorise/


                            • pastori 31 mars 2011 17:11


                              Une enquête publiée en décembre 2010 par le Journal du Dimanche révélait qu’un quart des entreprises du CAC 40 n’avait pas payé d’impôt en 2009.
                              Ces mêmes grandes entreprises seraient imposées à 8% de leurs bénéfices quand lesPME reversent 22% de leurs revenus aux impôts, disait l’enquête.
                              Cette inégalité fiscale, pourtant parfaitement légale puisqu’elle procède de déductions relevant du Code des Impôts, a fait réagir le député UMP Christian Estrosi.
                              L’ancien ministre de l’Industrie a ainsi demandé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire afin d’examiner les niches qui permettent à certaines grandes entreprises d’échapper à l’impôt sur les bénéfices.
                              « En 2009, une entreprise française du CAC 40 sur quatre n’aurait pas payé cet impôt grâce à l’optimisation fiscale, ce qui n’est pas acceptable » a déclaré Christian Estros
                              i".

                              voilà qui est louable. le seul défaut c’est que c’est au bénéfice des pme qu’il intervient, jamais au bénéfices des salariés.



                              • morice morice 31 mars 2011 21:24

                                Bac moins seize va finir par passer le bac, là : il comprend des choses que ses collègues ne pigent pas : on peut en déduire que Copé est un imbécile DANGEREUX, tout simplement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès