Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Claude Allègre, le mammouth embourbé

Claude Allègre, le mammouth embourbé

Vanitas vanitatum et omnia vanitas (vanité des vanités, et tout est vanité). Le fort en gueule Claude Allègre est aujourd’hui rattrapé par ses affirmations tonitruantes à contre-courant de beaucoup de scientifiques sur le changement climatique. Les excès verbaux employés par l’ancien ministre contribuent à marginaliser les avis scientifiques critiques qui s’étaient déchaînés après le climategate.

Alors qu’une enquête parlementaire britannique donne raison aux scientifiques mis en cause , c’est au tour de Claude Allègre se voir accusé par Håkan Grudd, paléo-climatologue suédois à l’Université de Stockholm d’avoir trompé les lecteurs de son livre (L’imposture climatique) « par un acte contraire à l’éthique ». Une formule policée qui recouvre une accusation de manipulation d’un graphique et de falsification de données .

Invité de France Inter ce matin face à Yannick Jadot (Europe Ecologie), le tonitruant scientifique semblait avoir perdu de sa superbe.

MAJ : merci à ceux qui ont relevé l’erreur initiale de la citation latine de départ… Errare humanum est !

 

Claude Allègre et Yannick Jadot
envoyé par franceinter


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • curieux curieux 1er avril 2010 13:17

    "Le fort en gueule Claude Allègre est aujourd’hui rattrapé par ses affirmations tonitruantes à contre-courant de beaucoup de scientifiques sur le changement climatique« 
     »beaucoup de scientifiques" En voilà une démonstration tonitruante mais bien peu scientifique
    Allez, je vous crois. Allègre est un imposteur

    POISSON D’AVRIL


    • pissefroid pissefroid 1er avril 2010 13:44

      Le débat aurait pu être équilibré et intéressant si en face d’allègre europe écologie avait mis un scientifique.
      Yannick Jadot répète ce qu’il a entendu ou lu.
      Il ne sait pas comment fonctionne le giec.
      voir http://www.ipcc.ch/organization_giec_fr.htm
      Le rapport final est émis après accords gouvernementaux.
      Le giec n’est pas un organisme scientifique, c’est un organisme politique.
      Je regrette que les écologistes ne veuillent pas le comprendre.


      • JL JL 1er avril 2010 14:27

        On n’en attendait pas moins du Figaro !  smiley


      • curieux curieux 1er avril 2010 19:21

        Oui, le Figaro, France Info, futura sciences
        Il suffit de voir comment ils ont manipulé les populations avec la grippe A.
        Ce sont d’excellences références, surtout à ne pas prendre au sérieux. Ce qui me fait rire : « des chercheurs demandent à Pecresse de se prononcer » Comme si une universitaire spécialiste de je ne sais quoi intronisé par un ignare était la parole d’évangile.
        Qu’ils aillent tous se faire voir par le GREC, pardon par le GIEC


      • epapel epapel 1er avril 2010 22:41

        Allègre non plus ne sait pas comment fonctionne le GIEC au point qu’il ne connaît même pas la signification du signe.


      • JL JL 1er avril 2010 14:31

        « l’erreure initiale », ça vaut l’erreur initial, non ?

        Blague à part, c’est sûr qu’avec des amis comme Claude Allègre, les anti-réchauffistes n’ont pas besoin d’ennemis : je l’ai entendu discuter, ce type est une calamité pour la cause qu’il défend, et du pain béni pour ses détracteurs.


        • Laury 1er avril 2010 15:43

          Attention les Anglais et la City sont les premier a profiter de cette fumisterie sur le climat donc
          ce ne sont certainement pas eux qu’ils faut croire combien cela va leurs rapporter de milliards ??
          Foutter la paix au climat il n’a jamais eux besoin de l’homme surtout les vaniteux !!


          • Nautile 1er avril 2010 16:44

            Vraiment un triste débat entre un vrai scientifique malgré tous ses défauts (je le connais, je l’ai eu comme prof à la fac !) et un politico écolo qui sait à peine de quoi il parle.

            Saisissant de voir que ce politico écolo ne regarde même pas son interlocuteur et passe son temps à asséner des affirmations qu’il a du apprendre par cœur. Sans compter sa manière d’empêcher de parler son interlocuteur ...
            L’écouter ainsi parler me fait mal à la fibre écolo qui m’anime !

            OUI, la température moyenne du globe est une absurdité.
            NON, le GIEC n’est pas un organisme scientifique mais un repère de politicards et son président homme d’affaire avisé (en taxes climatiques) et ingénieur des chemins de fer !

            A propos, 400 illustres inconnus signataires d’un texte, ce n’est pas la communauté scientifique, ni même la communauté des climatologues. C’est d’abord surtout les membres du laboratoire de Jean Jouzel, a commencer par l’instigatrice de cet appel.

            Le GIEC agonise et nous commençons a voir ses derniers soubresauts !

            Le plus grave dans tout cela, c’est la décrédibilisation de la recherche scientifique auprès du grand public.
            ce pugilat de chiffonniers n’a rien avoir avec une démarche scientifique.


            • epapel epapel 1er avril 2010 22:15

              Deux scientifiques au moins cités par Claude Allègre dans son livre lui reprochent d’avoir falsifié leurs données et écrit à tort qu’ils invalidaient la thèse réchauffiste.

              Mais Allègre est malin, il ne cite que des scientifiques étrangers qui ne viendront pas en France pour lui intenter un procès si tant est qu’ils l’aient lu.

              A partir du moment où l’imposture est établie et qu’elle ne relève pas d’une polémique scientifique, il est tout à fait normal de faire désavouer l’imposteur par les autorités compétentes.


            • peroldaniel 2 avril 2010 13:04

              Non la température moyenne du globe n’est pas une absurdiuté. Quand elle aura monté de cinq ou six degrés, ce qui ne manquera pas d’arriver si des malhonnêtes comme Allègre continuent d’être écoutés, et si on continuer de faire si peu pour limiter la pollution de l’atmosphère que nous respirons, vous ne serez hélas pas le seul à pleurer !!

              Les 400 signataires ont le défaut de ne pas se répandre sans cesse dans les medias et de faire leur travail de chercheur avec sérieux, ce qui n’est pas le cas d’Allègre. Alors évidemment c’est plus facile d’écouter celui qui crie si fort .. malheureusement c’est un menteur, les preuves sont là, sur la table, et s’accumulent !!

              Il ne s’agit pas d’un pugilat de chiffonniers, mais de gens sérieux qui sont attaqués par un type qui a passé la plus grande partie de sa carrière à piquer les travaux des autres, et qui maintenant, non seulement les pique mais en plus les modifie pour servir des théories qui ne tiennent pas debout.


            • epapel epapel 2 avril 2010 13:25

              Et puis nier la pertinence du calcul d’une température moyenne globale est très habile, car du coup ça rend beaucoup plus difficile la mise en évidence des variations climatiques.

              Deux exemples exploités par M Allègre :
              - le petit optimun climatique du moyen âge, le recueil des données montre qu’il est circonscrit à une portion de l’hémisphère nord principalement l’Europe, et qu’il y a aucune incidence à l’échelle globale
              - l’hiver 2009-2010 plus froid que la moyenne, c’est une situation circonscrite à l’Europe et l’est des USA, largement compensée par des températures élevées que la moyenne au Canada (camions et canons à neige aux JO de Vancouver) et au Pôle Nord (brises glaces opérationnels pour la première fois en plein hiver), au point que globalement c’est un hiver plus doux que la moyenne pour l’hémisphère Nord, en plus l’hémisphère Sud a connu un été plus chaud que la moyenne.


            • Nautile 2 avril 2010 14:59

              Les 400 signataires n’ont sans doute pas le temps de se répandre dans les médias ... heureusement pour nous, mais leurs responsables y passent quand même pas mal de temps ! En particulier l’instigatrice de cette pétition qui semble n’avoir de cesse que de se produire dans les médias. Quand va t’elle avoir le temps de travailler ?
              Quelles preuves s’accumulent ? celles de la fonte des glaciers de l’Himalaya ? celle de la crosse de hockey ? je crois que malheureusement en l’état actuel les argumentaires ressassent sans arrêt les mêmes rengaines ...

              Et je trouve bien triste cette manière de procéder par pétition pour faire interdire de parole ceux qui ne sont pas de leur avis !

              Cet acharnement aussi à vouloir utiliser une modélisation mathématique comme seule vérité ! L’ordinateur serait il la pythie des réchauffistes ? Aucun modèle ne peut pallier à la méconnaissance d’un ensemble de phénomènes naturels qui interagissent ensemble. la climatologie n’est pas encore une science mature, comment les modélisations pourraient l’être !

              Pour en revenir au débat, ce n’est pas Allègre qui criait le plus fort, mais bien un politicien qui a plus fait la preuve de son sectarisme et de son incompétence. Du moins de son incapacité à débattre et à argumenter réellement. Réellement décevant de voir sa méconnaissance du sujet.

              Des gens sérieux au Giec ? je voudrais bien le croire ...mais tout n’est pas clair dans cette émanation de l’ONU. A commencer par ses dirigeants.
              Est il acceptable que cet organisme puisse laisser insérer dans son rapport des argumentations non scientifiques, des courbes récupérées dans wikipédia ? Ce sont des métodes de potaches, pas « d’experts » devant remettre un rapport aux décideurs.

              Ce qui m’inquiète le plus, ce n’est pas tant les risques (?) de réchauffement climatique, mais bien le pillage généralisée des ressources de notre planète. Ce gaspillage éhonté et absurde !
              Comment expliquerons nous à nos enfants le désastre que nous avons laissé faire.


            • epapel epapel 2 avril 2010 15:30

              Comment expliquera-t-on le désastre à nos enfants ?

              C’est très simple : il suffira de leur dire que pour chaque problème identifié il y a toujours eu assez de sceptiques pour « démontrer » que le problème n’existait pas et annoncer sans jamais s’en occuper qu’il y avait des problèmes plus urgents à traiter.


            • geo63 1er avril 2010 17:34

              Bon, je connais Allègre depuis longtemps, ce n’est pas un bon débatteur. Courtillot lui est nettement supérieur, sa confrontation avec Jadot aurait été bien plus intéressante.

              Le pugilat de chiffonniers, comme mentionné plus haut n’est pas très grave, tout cela finira bien par décanter et puis le débat, même musclé, n’a jamais fait de mal.

              Ce que je n’ai pas apprécié c’est l’agressivité verbale de Jadot qui empêchait Allègre de s’exprimer, une vieille technique de politicard, alors qu’il n’a strictement aucune formation scientifique. S’efforcer de faire taire Allègre, même si celui-ci peut (éventuellement, je n’en sais rien) dire des inexactitudes, c’est quand même un peu fort de café, non ? Je supporte mal.


              • epapel epapel 1er avril 2010 23:03

                Pour une fois ce n’est pas Allègre qui empêche les autres de parler en les coupant et en tapant du poing sur la table et du pied par terre.


              • epapel epapel 2 avril 2010 15:22

                Et moi ce que je n’ai pas apprécié, c’est le déni de M Allègre par rapport à l’enrôlement dans son camp de scientifiques opposé à ses thèses : en clair nier qu’il fait dire à ces personnes autre chose que ce qu’elles ont démontré. Or il est notoire qu’il ment car ces personnes (notamment Grudd et Simié) ont fait connaître publiquement leur désaccord avec M Allègre.

                Nul besoin d’être un scientifique pour pointer les falsifications une fois qu’elles ont été mises en évidence.


              • Agequodagix 1er avril 2010 17:52

                Il s’agit néanmoins d’une controverse d’arrière garde. Les températures globales mesurées par satellites ne correspondent plus aux modèles climatiques carbocentriques du GIEC (publiés en 2007, à partir de rapports de 2005, basés sur des chiffres encore antérieurs) depuis au moins dix ans. Mais ils n’en parlent pas encore officiellement avant leur prochain rapport officiel de 2013. Néanmoins, dans un mail daté d’octobre 2009 adressé à Michael Mann et en copie aux principaux climatologues du GIEC, Kevin Trenberth (membre du GIEC) le reconnait quand il dit que « le fait est » qu’ils ne peuvent justifier (au moyen de leurs modèles climatiques) le manque de réchauffement pour le moment, et que c’est une situation grotesque qu’ils ne le puissent pas. (sauf à mettre en cause l’exactitude des données).

                Normalement, il ne reste en lice que la théorie du changement climatique imputable à des causes naturelles. Les émissions de CO2 ne seraient plus qu’une cause minime.

                 


                • epapel epapel 2 avril 2010 13:39

                  Le réchauffement climatique n’est pas linéaire comme le montrent les données depuis 100 ans.

                  Des événements tels que El Nina cumulé avec une diminution de l’activité solaire peuvent masquer temporairement le réchauffement.

                  D’autre part la pollution permanente en aérosols qui ne cesse de se renforcer sur l’Asie du Sud-Est depuis depuis 2000 suite à l’émergence de la Chine et de l’Inde est un facteur de refroidissement au niveau du sol à une échelle continentale au point qu’elle perturbe significativement la mousson (à la baisse malheureusement).

                  La vraie question pour les climato-sceptiques est plutôt pourquoi on ne constate pas de refroidissement avec de tels effets favorables.


                • Agequodagix 3 avril 2010 23:22

                  @ epapel.

                  C’est pas moi qui le dit, c’est Kevin Trenberth ! C’est lui qui trouve qu’il est grotesque de ne pas pouvoir justifier le manque de réchauffement actuel ni par les courants marins, ni par le CO2, ni par le soleil. Donc que leurs modèles sont faux, à moins que ce ne soient leurs données, ce qu’ils préféreraient. Les confrères de Trenberth réagissent mollement et sans beaucoup de conviction : ils croient toujours au CO2, mais n’arrivent plus à démontrer son influence dans leurs modèles 2007. Alors ils attendent le prochain rapport de 2013 en espérant découvrir une tendance et des causes convaincantes entretemps.

                  C’est vous qui trouvez plein de bonnes raisons pour l’influence du CO2. Les vrais scientifiques sont beaucoup moins catégoriques. C’est qu’ils s’y connaissent vraiment, eux !


                • viva 1er avril 2010 18:57

                  Il faudrait déjà expliquer quelques faits scientifiques non controversé.

                  Sur 3 des 4 déglaciations qui ont eu lieu ces 420 000 dernière années, la hausse des températures précède ou accompagne la hausse du CO2.

                  Dans un cas établis la hausse des températures précède l’augmentation du co2.

                  Si le réchauffement à lieu avant l’augmentation du CO2, ça ne peux pas coller avec les thèses du giec

                  Pire, en période de refroidissement le Co2 baisse 1000 ans après la baisse des température. Ce qui veut dire qu’avec un fort taux de CO2 la température baisse

                  autre problème qui va dans le sens des réchauffistes un des rares arguments en fait, le CO2 est à un niveau très élevés au 20 ème siècle.

                  Et encore cela n’explique pas le refroidissement qu’ il y a eu des années 1940 à 70.

                  Enfin bref, personne n’est capable de prédire l’évolution du climat ...


                  • curieux curieux 1er avril 2010 19:25

                    Bien sûr et on n’est pas près de le faire. En revanche, prédire les super-bénéfices de certaines industries lorsqu’on lance un bobard, il y a dans ce domaine des experts très compétents.


                  • epapel epapel 1er avril 2010 22:38

                    Tout cela est bien connu et parfaitement décrit dans le rapport technique du GIEC qui ne le conteste pas et montre que le retard de l’élévation ou de la diminution du taux de CO2 n’est pas un problème.

                    De fait, dans les changements climatique passés, le CO2 est responsable pour seulement 1/3 de variations de température en rétroaction positive.

                    L’explication est la suivante pour le passage d’une période glaciaire à une période chaude :
                    - à moment donné du cycle de Milancovitch une première phase de réchauffement a lieu
                    - ce réchauffement entraîne un dégazage progressif des océans et la reprise de l’activité organique des terres ce qui entraîne l’élévation du taux de CO2 dans l’atmosphère
                    - l’élévation du taux de CO2 entraîne une nouvelle augmentation progressive de température mais plus faible et ce jusqu’à l’équilibre
                    Pour le passage d’une période chaude à une glaciation c’est le même mécanisme à la baisse.

                    Ce qu’il faut bien comprendre c’est que le décalage n’est constaté que par rapport au début du changement mais que la stabilisation de la température et du taux de CO2 1000 plus tard sont concomitantes. Par exemple pour une variation de 6°C, il y en a 4 qui précèdent la variation significative du taux de CO2 et deux qui sont simultanés.

                    Je vous invite à lire le rapport technique du GIEC pour des explications plus complètes.


                  • bernard bernard425 1er avril 2010 20:54

                    La planète existe depuis des milliards d’années et continuera d’exister(avec ou sans réchauffement) bien après que les pingoins qui l’ habitent auront disparu.


                    • kalon kalon 1er avril 2010 22:34

                      La terre n’existait pas il y a 3 milliards d’année et n’existera plus dans, disons, 1 milliard d’année.
                      Mais de quel « temp » parlons nous ?
                      1 milliard d’année humaine n’est qu’une fraction de temp dans un autre systéme de mesure.
                      Ainsi, la terre n’était pas hier et ne sera plus demain.
                      Le présent ne sait existé sauf à intérrompre le temps !


                    • epapel epapel 1er avril 2010 22:47

                      On l’occurrence, il ne s’agit pas de sauver la planète mais d’essayer de sauvegarder des conditions de vie satisfaisantes pour l’espèce humaine.

                      Ceci dit, puisque de toute façon tout doit disparaître un jour y compris l’humanité, pourquoi s’embarrasser du sort des générations futures ? Une de plus ou de moins qu’est-ce que ça change ?


                    • Salade75 1er avril 2010 20:55

                      Pendant que tout le monde s’étripe sur la responsabilité du CO² d’origine humaine dans l’évolution du climat, les pollueurs sont bien tranquilles !


                      • epapel epapel 2 avril 2010 15:34

                        Et ils le resteront tant qu’il existera des sceptiques hauts placés et bien reçus dans les médias pour leur servir la soupe.


                      • bernard bernard425 1er avril 2010 21:40

                        La Terre s’est formée il y a 4,6 milliards d’années. Actuellement, qui est capable de prévoir avec certitude le temps qu’il fera dans 10 jours ? personne. Et les pseudos scientifiques eux pourraient prévoir le temps qu’il fera dans un siécle ? Albert ! ! ! reviens(avec ta grenouille) 


                        • kalon kalon 1er avril 2010 22:27

                          Je peux définir avec une trés grande précision ce qui se passera dans un siécle pour la seule raison que ceux qui m’écoutent ou me lisent ne pourrons jamais le vérifier !
                          Par contre, l’heure à laquelle je me réveillerai demain m’est, totalement, inconnue :-


                        • epapel epapel 1er avril 2010 22:58

                          Confusion classique - la même qu’Allègre - entre prévision météo et climat qui est du même ordre que d’affirmer qu’on peut pas prévoir que l’hiver il fait froid avec une température moyenne de X et que l’été il fait chaud avec une température moyenne de Y.

                          On confond ici un événement singulier (la météo un jour donné en un lieu donné) avec une moyenne (le climat d’un zone durant une saison).

                          Autre exemple avec la longévité : il est possible de prévoir l’espérance de vie moyenne d’une population (eq climat) connaissant ses conditions d’existence mais impossible de connaître longtemps à l’avance la date de décès de chaque individu (eq météo). En revanche les prévisions de décès à court terme pour les agonisants sont possibles.


                        • cyaxarte 1er avril 2010 22:02

                          Même s’il est très maladroit, ce que dit Allègre est rigoureusement vrai et mérite donc quand même d’être écouté. Par exemple lorsqu’il dit que le GIEC n’est pas un organisme scientifique, il faut quand même savoir que l’acronyme « légal » du GIEC est IPCC en anglais, qui veut dire « International Panel on Climate Change ». Il n’y a, dans ce vocable, aucune référence à quelque expert que ce soit. Les anglosaxons d’ailleurs, ne s’y trompent pas. Qui donc a pu traduire cela par GIEC ?
                          Par ailleurs, sur le totalitarisme, Allègre a raison. Je l’ai personnellement expérimenté et sur ce sujet précis dans les instances européennes. Il n’y a pas de liberté d’expression sur le climat et dénoncer l’imposture est quasiment impossible.
                          Etc.
                          Aujourd’hui, avec la lettre des climatologues, c’est un procès du type Galilée et l’ombre de Lyssenko est très proche. Voilà la réalité.


                          • epapel epapel 1er avril 2010 23:00

                            Ce qu’écrit Allègre au sujet du climat est au contraire rigoureusement faux si tant est qu’on puisse parler de rigueur : références erronées, données falsifiées, raisonnements faux.


                          • epapel epapel 2 avril 2010 15:49

                            Dans l’affaire Allègre, ce qui est en cause ce n’est pas la liberté d’expression mais son droit à :
                            - insulter et diffamer collectivement d’autres scientifiques (malhonnêteté, subordination, mauvaise foi,...) sans avoir le courage de citer des noms afin éviter des procès et une sanction judiciaire méritée
                            - manipuler et falsifier des données pour les rendre conforme à ses propres thèses
                            - enrôler dans son camp des scientifiques qui contre ses thèses
                            - tromper le public en faisant croire que sa démarche est scientifique alors qu’il n’a jamais rien publié ni critiqué sur le sujet dans un cadre scientifique.

                            En vérité, c’est Allègre le Lyssenko de la climatologie.


                          • kalon kalon 1er avril 2010 22:20

                            Toujours les mémes à écrire toujours la méme chose !
                            La pathologie est évidente !
                            Et la posologie, éfficace ;
                            Que feriez vous sans Agoravox sinon battre votre chien ! smiley


                            • Magnon 2 avril 2010 00:16

                              Ce qui est écrit sur le climat est passablement approximatif :
                              Quelle sera la réaction à l’augmentation de température plus ou moins de nuages, seront ils hauts ou bas, les uns ayant un effet de refroidissement, les autres de réchauffement, l’effet de la salinité des eaux, de l’évaporation terrestre, etc. Un satellite vient d’être lancé pour cette étude spécifique, et jusqu’à présent, on ignore à peut près tout sur la quantification des ces mécanismes.
                              On ignore à peut près tout sur les aérosols d’origine humaines, les aérosols sulfaté (blancs à haute altitude, effet refroidissant) les suies (aérosols noirs, basse altitudes effet réchauffant) ainsi que les aérosols liés à la combustion des végétaux (là on ne sait rien du tout).
                              On va lancer un satellite spécifique pour savoir ce qui se passe.
                              Sauf que le développement industriel et agricole de la Chine, de l’Inde et de l’Indonésie en produit une monstrueuse quantité !!!


                              • epapel epapel 2 avril 2010 14:16

                                Cela fait déjà 30 ans que les satellites observent ces phénomènes, les nouveaux satellites ne font que remplacer les anciens (la durée de vie d’un satellite est de 10 à 15 ans ) en offrant une meilleure précision et encore plus de données.

                                L’effet des aérosols d’origine industrielle est bien connu et quantifié depuis 15 ans, il a été démontré qu’ils ont un effet refroidissant et ils sont correctement pris en compte dans les modèles climatiques.

                                Quand aux nuages, leur influence sur le climat est bien connue et quantifiée aussi, mais ce qu’on ne sait pas encore c’est :
                                - quelle sera la répartition entre nuages hauts et bas à l’avenir en réponse à l’élévation des températures
                                - prendre en compte les nuages dans les modèles climatiques car les mailles de calcul sont beaucoup trop importantes

                                Le plus rigolo, c’est le résultat des expériences des derniers mois pour démontrer la validité de la théorie de Svensmark concernant l’influence des rayons cosmiques sur la formation des nuages : ils favorisent nettement la formation des nuages hauts donc le refroidissement c’est à dire l’inverse de ce qu’il escomptait pour expliquer le réchauffement en cours. C’était logique et prévisible car :
                                - les rayons cosmiques sont absorbés par l’atmosphère donc il ont une influence plus forte dans les hautes couches que dans les basses
                                - les basses couches sont naturellement bien pourvues en aérosols au point que l’apport du aux rayons cosmiques est négligeable
                                La théorie de Svensmark vient donc d’être invalidée en tant que cause naturelle du réchauffement climatique puisque qu’elle a l’effet inverse ce qui fiche par terre par la même occasion une bonne partie des élucubrations de MM Allègre et Courtillot dans leurs bouquins respectifs.

                                Conclusion : c’est le climategate qui est en train de se dégonfler.


                              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 2 avril 2010 02:06

                                Claude Allègre :

                                « Ce n’est pas le niveau des mers qui augmente, ce sont les terres qui s’enfoncent ».

                                « Les ours polaires ne meurent pas du réchauffement climatique, ils meurent tués par les esquimaux ».


                                • epapel epapel 2 avril 2010 16:43

                                  Excellent, ça du bien quand même de citer de temps en temps les absurdités d’Allègre.

                                  Rappelons que :
                                  - sur la première citation, le niveau de référence pour la mesure du niveau des mers n’est plus depuis longtemps la côte puisque le mesures sont faites par satellites qui peuvent prendre des références n’importe où à l’intérieur des terres, à moins qu’Allègre ne prétende que ce sont les continents dans leur ensemble qui s’enfoncent.
                                  - sur la seconde citation, il ne s’est visiblement pas interrogé sur comment se fait-il que la disparition des ours polaires soit imputable aux esquimaux alors qu’il ont abandonné massivement depuis longtemps leur mode de vie ancestral.
                                  Le mieux, c’est qu’il répète ça à longueur d’année sur les plateaux de télévision sans que personne ne le reprenne, à croire que ses contradicteurs s’imaginent que les téléspectateurs ont un sens critique assez aiguisé et donc qu’il ne faut pas ôter à Allègre les occasions de se dé crédibiliser.

                                  Autres perles :
                                  -ignorance de la différence entre la météo et le climat :
                                  « Je ne peux pas croire en la prévision climatique dans 100 ans car il est prouvé qu’on ne peut pas prévoir le temps qu’il fera dans 3 semaines

                                  - méconnaissance du fait que l’amplitude du réchauffement est plus élevée à mesure qu’on s’approche des pôles :
                                   »Lors du dernier réchauffement les températures en Antarctique étaient plus élevées de 5°C qu’aujourd’hui ce qui prouve que le climat global était plus chaud de 5°C« 

                                  - ignorance des conséquences de la fonte de l’islandsis du Groenland (potentiellement 7 m d’augmentation du niveau des mers) :
                                   »Oui c’est vrai, au moyen âge le Groenland était un pays vert largement libéré des glaces"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès