Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Comment contrer les lobbies de toute sorte et comment aller vers la (...)

Comment contrer les lobbies de toute sorte et comment aller vers la démocratie

La fusion de Suez et Gaz de France vient donc d’aboutir. La création du groupe Suez-Gaz de France est l’occasion d’évoquer le poids des lobbies, qui par leur jeux antidémocratiques interviennent dans les décisions de politique économique, industrielle et autres. Les médias ne rappellent pas souvent que l’intérêt particulier de certains groupes de pouvoir ou d’influence n’est pas compatible avec l’intérêt public.

Le problème de lobbies de toute sorte : une pression anti-démocratique

La pratique de lobbies (ou « lobbys » dans certains articles de la presse française) se généralise. Certaines lois, nationales ou européennes, reprennent à l’identique les argumentaires de ceux qui ont les moyens de financer le lobbying. Les rencontres entre les lobbies et les députés, nationaux ou européens, se multiplient par l’intermédiaire des colloques ou des groupes d’études.

C’est un détournement de l’intérêt général des citoyens au profit de l’intérêt des entreprises ou des groupes minoritaires qui paient pour que leurs intérêts s’imposent dans les décisions légales.

En démocratie, les lois devraient être adoptées d’après la volonté exprimée par la majorité des citoyens. En attendant une démocratie future et hypothétique, c’est un fait qu’actuellement les lois sont proposées et adoptées selon ce qui est imposé ou subtilement suggéré par :
- les activistes remuants, qui sont minoritaires, mais souvent bien servis par les médias ;
- les sociétés de lobbying - payées par les groupes d’intérêts, souvent des groupes d’affaires, des entreprises, parfois des syndicats professionnels, etc.
- qui savent influencer ceux qui écrivent les lois.

Le journal français 20 minutes daté du 2 octobre 2006 (1) (voir les notes en fin de l’article) signale que :
- 50 organismes disposent d’un badge d’accès à l’Assemblée parlementaire française. Parmi eux : Air France, EDF, GDF, TotalFinaElf, le Medef, la FNSEA ;
- 128 groupes d’études siègent à l’Assemblée parlementaire française : sur les biocarburants, l’industrie aéronautique, la presse, l’armement... ;
- une centaine d’assistants parlementaires travaillent également pour des cabinets de conseil.

À Bruxelles, les lobbies sont déclarés à la Commission européenne (2) (voir les notes en fin de l’article). La Commission européenne prétend que « ces lobbies sont la garantie que les lois écrites par la Commission sont démocratiques puisqu’elles reflètent les points de vue des groupes concernés par ces lois ». Les technocrates de la Commission font peut-être une confusion de signification entre « démocratie », « technocratie » et « oligarchie »...

Le journal 20 minutes signale qu’en France, en juillet 2006, une vingtaine de députés ont été conviés à la Coupe du monde de foot en Allemagne, par Suez... avant l’examen du projet de loi de privatisation de Gaz de France. Ce projet de loi a été votée quelques mois plus tard, en novembre, après un débat parlementaire de pure forme, mais qui a tout de même duré deux mois - deux mois de débat de mascarade car la décision finale a été imposée depuis longtemps. Débat de deux mois inutile quant à l’issue du débat, mais utile pour se donner les apparences de démocratie. Débat parlementaire et vote parlementaire certes amusants pour ceux qui ont participé à cette pièce de théâtre, d’autant plus amusants que cette comédie a été financée par les contribuables. Moins d’une semaine après ce vote, qui était le préalable nécessaire à la fusion Suez-Gaz de France, la Commission européenne a approuvé la fusion. Une confirmation de plus que pour ceux qui gouvernent en Europe, l’énergie n’est pas un secteur stratégique, ce qui justifierait de le mettre sous contrôle direct des gouvernements de l’Union européenne ou au moins des États membres de l’Union européenne. Pour ceux qui gouvernent dans l’Union européenne, il est considéré normal que le secteur de l’énergie soit soumis aux lois du marché concurrentiel, lois selon lesquelles le profit financier prime sur les intérêts des populations européennes présentes ou futures.

Pourquoi a-t-on séparé EDF-GDF - une entreprise publique - pour constituer Suez-Gaz de France - un groupe privé ? Il faut savoir qu’un pôle EDF-GDF détiendrait 90 % du marché français de l’énergie. Bruxelles pourrait alors exiger, au nom de la concurrence, la vente d’une partie des 19 centrales nucléaires du groupe français à des grands concurrents mondiaux. Les intérêts stratégiques nationaux ou européens dans le domaine de l’énergie ne comptent pas pour les institutions qui gouvernent l’Union européenne. Ce qui compte c’est le grand business sans contraintes. Désormais la situation est créée pour permettre qu’un jour les actionnaires des ces entreprises, qui interviennent dans les domaines stratégiques, se révèlent être des représentants des pays situés sur d’autres continents, opposés aux intérêts des citoyens européens. Les lobbies qui interviennent à Bruxelles n’agissent pas dans l’intérêt à long terme des citoyens européens, mais agissent dans l’intérêt de ceux qui les financent : les groupes capitalistiques mondiaux.

Dans un autre domaine, c’est un groupes d’études, présidé par un ancien coureur automobile, qui a présenté la solution « formidable » concernant les biocarburants en France : l’éthanol. En vérité ce choix est soutenu par les lobbies industriels qui sauront en tirer profit. Le choix du carburant à la fois écologiquement rationnel et favorable aux citoyens en général, plutôt qu’aux intérêts financiers et industriels, aurait dû être en faveur de l’huile de colza. Parmi de nombreux aspects qui démontrent que l’éthanol n’est pas le choix optimal pour un biocarburant, mais est au contraire un choix irrationnel excepté du point de vue des industriels (qui gagneront beaucoup d’argent) et du ministère des Finances (qui amassera beaucoup de taxes), on note avec intérêt la simple constatation suivante : le bilan énergétique des procédés de production d’éthanol est inférieur à celui de l’huile de colza. D’autres aspects penchent également en faveur de l’huile de colza. Mais le « groupe d’études » - présidé par un champion des compétitions automobiles - à décidé autrement. L’intérêt général des citoyens n’a pas été respecté, d’ailleurs il n’a pas été fait appel au bon sens de citoyens pour décider - un référendum aurait été possible pour choisir entre les divers biocarburants. Les intérêts des industriels et du ministère des Finances ont été prioritaires et les lobbies ont rédigé la solution qui rapportera le plus de bénéfices aux groupes industriels concernés.

Le journal 20 minutes daté du 2 octobre 2006 (3) rappelle aussi qu’en 2005 une affaire avait révélé que l’ancienne assistante de l’actuel président du Sénat français avait été rémunérée de 1972 à 2000 par les Postes et Télécommunications puis par France Telecom. Une enquête est toujours en cours à la brigade financière du parquet de Paris pour déterminer s’il s’agit d’un emploi fictif. On note que les lois françaises sur les télécommunications sont sans doute très favorables aux groupes financiers qui investissent dans ce domaine, puisque les coûts des communications en France sont beaucoup plus élevés que dans d’autres pays d’Europe.

Similaire aux démarches des lobbies qui représentent les intérêts de leurs clients payeurs, une autre démarche antidémocratique vient de certains groupes d’opinions minoritaires qui savent s’imposer à travers les associations d’activistes remuants et médiatisés, pour à la fois manipuler l’opinion et influencer ceux qui écrivent les textes de lois. Un exemple de ces groupes qui représentent les opinions minoritaires sont les divers « collectifs » très actifs qui actuellement agissent en faveur de l’immigration africaine massive légale ou illégale. Il savent très bien utiliser les médias et se servent de la corde sensible des « pauvres enfants et gens dans la misère ».

Par contre, la volonté majoritaire des simples citoyens tranquilles est ignorée, car les simples citoyens tranquilles ne savent pas se faire entendre de façon bruyamment médiatisée et n’ont pas les moyens de payer les sociétés de lobbying.

Ceux qui gouvernent ne respectent pas la volonté majoritaire des citoyens.
Ils respectent la volonté des lobbies et des agitateurs des groupes de pression.
C’est, par exemple, le cas de l’adhésion de la Turquie. Les citoyens n’avaient pas le droit d’exprimer quelle est leur décision démocratique concernant cette question. Le processus d’adhésion de la Turquie a commencé et, pour financer ce processus, l’argent des contribuables européens est dépensé, sans l’accord des citoyens.

Les citoyens européens ne pourront-ils dire ni OUI ni NON si les politiques européens, d’après leur bon vouloir, d’après les intérêts qui leur sont propres et qui leur ont été dictés par les lobbies, décident eux, les politiques seuls, de dire OUI à l’adhésion à l’Union européenne d’États tels que par exemple le Yémen ou l’Ouganda, ou de dire OUI à l’abolition de la protection sociale et économique des citoyens européens afin de s’aligner sur les habitudes mondialistes de la globalisation, etc. ?

La solution pour la démocratie : la liberté d’expression et les référendums
=======================================================

Les lois qui interdisent la liberté d’expression ne reflètent pas les souhaits de la majorité des citoyens, mais ont été imposées par divers groupes de pression. Plusieurs lois de ce genre sont en application en France : les politiques décident ce que les citoyens ont le droit de penser, de croire, de dire. Les citoyens qui n’acceptent pas cette limitation de liberté d’opinion et de parole peuvent être punis par des amendes et par l’emprisonnement. La majorité silencieuse, soumise, doit incliner la tête et fermer la bouche.

La démocratie existe quand les décisions sont prises selon les souhaits de la majorité des citoyens. En démocratie, le peuple doit décider sur toutes les questions qu’il souhaite, y compris des questions fondamentales, comme le sont par exemple la question de l’adhésion des États à l’Union européenne, la globalisation, etc.

Pour prévenir que les décisions politiques antidémocratiques ne soient prises par les cercles au pouvoir, il faudrait que les citoyens disposent du droit de convoquer les référendums sur l’initiative de la population.

En démocratie, les citoyens doivent avoir le droit, à tout moment, sur toute question, selon les critères de leur choix, de décider par référendum. Les citoyens doivent avoir la liberté complète de parole, liberté au sujet de la question posée et au sujet des critères de décision. Toute entrave à cette liberté complète est signe de dictature. Les lois qui interdisent ou limitent la liberté d’expression sont antidémocratiques (4).

Le référendum d’initiative populaire n’est pas une utopie, ce serait au contraire le fondement même de la démocratie qui actuellement manque à l’Union européenne et dans tous les États membres de l’Union européenne. Le référendum d’initiative populaire existe par exemple en Suisse, où les citoyens suisses peuvent demander pour toute question et à tout moment, par une procédure qui s’appelle « initiative populaire », qu’on procède à une « votation populaire ».

Souvent on rétorque que le référendum d’initiative populaire au niveau de l’Union européenne n’est pas possible puisque plusieurs États membres de l’Union européenne dans leur Constitution n’autorisent pas le référendum. Mais c’est facile de remédier à cette interdiction de démocratie : il suffit d’introduire dans la Constitution de ces États la possibilité de référendum d’initiative populaire qui y fait défaut. La Constitution n’est pas parole divine, c’est un texte de lois comme un autre, écrit par des humains pour des humains, et il doit pouvoir être corrigé quand le besoin s’en fait sentir. La Constitution française a d’ailleurs été modifiée plusieurs fois au cours de ces dernières décennies... mais le plus souvent cela a été fait à l’initiative des partis politiques dominants, qui sont au pouvoir, pour introduire dans la Constitution des changements qui permettent à ces mêmes partis politiques dominants de mieux verrouiller leurs positions et de mieux se maintenir au pouvoir.

Le droit au référendum d’initiative populaire devrait être instauré au niveau de chaque État membre ainsi qu’au niveau global de l’Union européenne. Ce droit au référendum d’initiative populaire permettrait de corriger les situations où les procédures législatives n’ont pas respecté les souhaits de la majorité des citoyens. Le droit au référendum d’initiative populaire nous rapprocherait de la démocratie.

En attendant... dans les pays de l’Union européenne, nous sommes encore loin de la démocratie et peut-être même nous nous en éloignons malmenés par le processus de la globalisation.

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.—.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-
Notes :
-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.—.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-

(1) L’article de 20 minutes « Des députés dragués en toute discrétion » : 1
et 2

(2) Le lien suivant vous montre comment les officines européennes de lobbying se font de la publicité :
http://www.lobbying-europe.com/mod.php?mod=userpage&page_id=4

(3) L’article de 20 minutes « Le conseiller lobbyiste de Nicolas Sarkozy » : 1
et 2

(4) Lisez l’article « La liberté d’expression est une condition de la démocratie » :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28714


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • CoolRaoul CoolRaoul 7 septembre 2007 15:32

    A (re-)écouter en complément et en illustration de cet article :

    « Lobby Planet » La bas s’y j’y suis 13 et 14 février 2006

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=850

    et

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=851


    • CoolRaoul CoolRaoul 7 septembre 2007 15:34

      Complément au complément, toujours pour illustrer le sujet (qui me tient à coeur)

      « Lundi investigation : les lobbies au coeur de la république »

      http://www.kewego.fr/video/iLyROoaft2Gq.html#


    • Nougeottier 8 septembre 2007 21:59

      Il me semble que la véritable question est de savoir quelle « démocratie » peut-il y avoir avec l’actuel système économique et social.

      Le verrouillage de la politique ne disparaîtra pas avec des mesures ponctuelles telles que le référendum. Après tout, il y a eu plus de 80% de votants aux deux tours des présidentielles françaises, alors que c’était nul.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 septembre 2007 17:29

      La démocratie est évidemment la porte ouverte à la corruption, puisqu’on donne a des gens dont tous les besoins ne sont pas satisfaits le moyen de les satisfaire en bradant le pouvoir qu’on leur confie. Il faut trouver des façons de réduire les risques de corruption. En modifiant les structures et en montrant à la population que cet abus de confiance est LE PLUS GRAVE des crimes qu’un individu puisse commettre contre la société. Aujourd’hui on s’en moque. On peut sortir de prison et se présenter devant l’électorat sans être lynché. C’est la décadence de la garde prétorienne, mettant la dignité impériale aux enchères. Apres, il y a eu les invasions barbares, puis 1 000 ans de moyen-âge.

      Il faut prioritairement remettre les choses en ordre et l’honnêteté au pouvoir. Si ce n’est pas la Prince-President qui le fait, ce sera le suivant.

      http://www.nouvellesociete.org/6.html

      Pierre JC Allard


    • Ingrid du Midi 10 septembre 2007 11:46

      Plusieurs commentaires viennent d’être enlevés de ce fil : tous ce qui parlent du véritable lobbying, qui n’est pas celui qu’évoque l’article mais celui qui se passe à un niveau plus élevé.

      Ont disparu de ce même fil tous les commentaires qui parlaient du Siècle, de la Commission Trilatérale, de l’appartenance de la coupole du monde politique à ces cercles ensemble avec les réprésentants de la grande finance, etc...

      C’EST LA PREUVE QU’AGORAVOX FAIT DE l’INTOX, ET QUE LE PRESENT ARTICLE N’EST EN REALITE QU’UN ECRAN DE FUMEE POUR OCCULTER l’ESSENTIEL.

      Il faudra y revenir, mais voici quelques liens sur les vrais réseaux, ceux dont font ou ont fait partie les Sarkozy, Bayrou, Strauss-Kahn, Fabius... ensemble avec la coupole des milieux financiers :

      http://www.strategies.fr/archives/1365/136504901/management_14_le_pouvoir_a _la_table_du_siecle.html

      http://www.trilateral.org

      http://www.faits-et-documents.com/archives/118.pdf

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=237

      etc...

      Agoravox attire les citoyens promettant « quelque chose d’autre », mais la censure que pratiquent ses modérateurs montre bien pour qui roule ce site. Voir aussi ces trois articles censurés par Agoravox :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=79

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=87

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=217

      Le lecteur qui arrive devant un article comme celui-ci, mis de surcroît à la une, croit qu’il y apprend ce qu’est le lobbying, alors que l’essentiel lui est occulté.

      Tel est le jeu des modérateurs d’Agoravox. Quant à ce qui s’est passé pendant la campagne électorale, voir aussi :

      http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=46226

      Juste un extrait de ce qui a été censuré dans les commentaires de ce fil, tiré d’un blog :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (2)

      (...)

      La Commission Trilatérale a tenu sa réunion annuelle à Bruxelles du 16 au 19 mars. Avec un peu moins de discrétion que d’habitude, car Reuters a même diffusé une photo de Henri Kissinger et Jean-Claude Trichet prise à cette occasion. Javier Solana, Haut Représentant de la « Politique étrangère et de sécurité commune » (PESC), Secrétaire Général à la fois du Conseil de l’Union européenne et de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), et ancien Secrétaire Général de l’OTAN, fait état de sa participation sur son agenda officiel (allocution du 17 mars à 14h30). C’est peut être que la Commission « a un message à faire passer ». Celui de la prétendue nécessité urgente d’un « ordre mondial » en bonne et due forme.

      Un important rapport présenté à cette réunion circule déjà dans sa version « pré-publication » : celui de John Deutch, diffusé sur un site d’information et recherche juridiques hébergé par l’Université de Pittsburgh. Mis en ligne en annexe à un article de Joe Shaulis du 20 mars, ledit rapport, intitulé : « Priority Energy Security Issues », porte un cachet du Massachusetts Institute of Technology où enseigne Deutsch. Ce dernier apparaît dans la liste des membres de la Trilatérale comme : « John M. Deutch, Institute Professor, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA ; former Director of Central Intelligence ; former U.S. Deputy Secretary of Defense ». Il fut, en effet, directeur de la CIA et de la « National Intelligence » en tant que « Director of Central Intelligence » en 1995-96, après avoir été Sous-Secrétaire de Défense US en 1994-95. La thématique abordée dans le rapport est l’un des principaux domaines de compétence de John Deutch, comme on peut le constater sur son site universitaire.

      (...)

      Une véritable dictature planétaire de l’oligarchie, avec le slogan passe-partout « sauvons la planète » et, de surcroît, la réhabilitation du nucléaire devenu « propre » ou en tout cas « moins polluant ». Qui dit mieux, pour « nos » banquiers et « nos » PDGs de multinationales ? Si le discours sur le « nucléaire moindre mal » n’est pas nouveau, son couplage avec un certain type de propagande sur le « danger écologique imminent » et avec le lobbying sur l’ « ordre mondial » sécuritaire est une donnée plus récente « intelligemment » introduite. Au vieux discours sur la « liberté », qui avait du mal à passer, on substitue une intox analogue au nom de la « planète » et de l’ « écologie ». Excellentes causes, nul n’en doute. Sauf que la liberté l’était également, mais la réalité était autre...

      (...)


    • Ingrid du Midi 10 septembre 2007 12:05

      Voir, plus haut, mon commentaire de 11h46 sur les nombreux commentaires enlevés parce qu’ils parlaient de cercles comme :

      - Le Siècle, que presque tous les « VIP » de la politique française fréquentent ou ont fréquenté.

      Exemples de liens :

      http://www.strategies.fr/archives/1365/136504901/management_14_le_pouvoir_a _la_table_du_siecle.html

      http://www.faits-et-documents.com/archives/118.pdf

      - Ou la Commission Trilatérale, où on trouve des « sommités » de la politique française et de tous les pays capitalistes, appartenant tous les courants « de gouvernement » (Pierre Lellouche, Laurent Fabius, Jean-Louis Bourlanges...). [ En dehors du PCF, dont des membres et « apparentés » ont lancé, avec des « syndicalistes », des politiques de toutes tendances, des représentants des multinationales et des milieux financiers... leur propre « think tank » Confrontations Europe : http://www.confrontations.org . ]

      La Trilatérale a un site très complet et à travers lequel on peut même obtenir la liste de ses membres : http://www.trilateral.org .

      Un autre extrait censuré par Agoravox dans les commentaires à cet article :

      http://www.strategies.fr/archives/1365/136504901/management_14_le_pouvoir_a _la_table_du_siecle.html

      STRATÉGIES 1365 du 14/04/2005 (page 49)

      Réseaux

      14-Le pouvoir à la table du Siècle

      Ultrasélectif, le Siècle rassemble la quintessence du pouvoir politique, économique et médiatique. La discrétion de ses membres est à la hauteur de son influence.

      Un mercredi par mois, place de la Concorde à Paris, la fine fleur de la communication et des médias pénètre discrètement dans les salons de l’Automobile club de France. Ce n’est pas l’amour des voitures qui rassemble Maurice Lévy (Publicis), Alain de Pouzilhac (Havas), Serge July (Libération) ou Patrick Poivre d’Arvor (TF1), mais un dîner en compagnie de Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Thierry Breton, Claude Bébéar ou Nicole Notat. Tous sont membres du Siècle, le plus prestigieux des cercles de décideurs hexagonaux.

      (...)

      Mais n’entre pas qui veut. La sélection est rude. « On ne choisit pas le Siècle, c’est lui qui vous choisit ! », souligne Étienne Lacour. Présidé en 2005 par Renaud Denoix de Saint-Marc, vice-président du Conseil d’État, le conseil d’administration compte une quinzaine de personnalités comme Denis Jeambar (L’Express), Anne-Marie Couderc (Hachette Filipacchi Médias), Marc Tessier (France Télévisions) et même Nicole Notat (Vigeo). Triées sur le volet, les recrues gardent le statut d’invités pendant au moins un an avant de devenir membres. David Pujadas (France 2), Emmanuel Chain, Édouard de Rothschild ou Jean-François Copé ont, depuis peu, décroché le sésame.

      (...)

      [fin de l’extrait]

      Ou encore, cet autre, tiré d’un article déjà censuré par Agoravox :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=217

      Sarkozy, Strauss-Kahn, Bush, transversalité et targaires de la politique

      (...)

      Ce n’est pas tout. Nicolas Sarkozy aurait-il, de fait, choisi le candidat du Parti Socialiste aux présidentielles de 2012, en aidant Dominique Strauss-Kahn (DSK) a accéder à la présidence du Fonds monétaire international (FMI) ? La question a aussitôt été tacitement posée, et l’hypothèse continue à faire le tour de Toile. Jusqu’au parallèle avec le président sortant du FMI, Rodrigo Rato, démissionnaire avant la fin de son mandat au moment où commence de fait la campagne pour les élections espagnoles de mai 2008. La « demande européenne » d’un parti français à façade « sociale-démocrate » n’est sans doute pas étrangère à l’opération de promotion de DSK. Mais, de toute façon, Sarkozy et Strauss-Kahn ont fait les deux partie, depuis le début des années 1990, des « élites » que rassemblent les cénacles de la « transversalité » française comme le Siècle. Pareil pour Bernard Kouchner et, depuis bien avant, Jack Lang ou Jacques Attali. Ou encore François Fillon, Luc Ferry, François Hollande, plus récemment Didier Migaud ou Rachida Dati, et bien d’autres. Le monde politique est un mouchoir. Mais ces cercles se caractérisent surtout par le rôle qu’y jouent les représentants des milieux financiers et industriels, véritables patrons de la politique réelle.

      Dans l’ensemble, les partis politiques sont devenus des courroies de transmission de stratégies qui ne s’élaborent, ni dans leur sein, ni même à l’Elysée ou à Matignon, mais dans les coupoles du monde des affaires. Le reste relève de la mise en scène. Le rôle, de plus en plus symbolique, du Parlement consiste à rassurer l’opinion en lui fournissant une apparence de débat et en opérant quelques mises en forme. Quant aux directions syndicales, elles se sont rapprochées des mêmes cercles et réseaux que le monde politique. Pas seulement en France, où Nicole Notat fréquentait déjà le Siècle dans les années 1990, mais aussi au niveau international. Le rôle de dirigeants de la CGT et d’autres centrales au sein du « think tank » Confrontations Europe est bien connu, de même que l’appartenance du président de l’AFL-CIO américaine John Sweeney à la Commission Trilatérale.

      (...)


    • Abstention 2007 10 septembre 2007 15:06

      ET A NOUVEAU L’AVALANCHE « CACHEUSE ». Ce qui prouve qu’il faut persévérer, car ça gène vraiment certaines cliques.

      C’est un peu normal. Le jour où tout le monde saurait ce que sont ces réseaux et qui y trempe, beaucoup de gagne-pains pourraient se perdre...


    • Little Scarlet Pimpernel Little Scarlet Pimpernel 12 septembre 2007 12:07

      En réalité, cet article n’est pas ce qu’il faut pour comprendre ce qu’est le lobbying. Il rejette la faute sur des seconds couteaux et sur des exécutants, mais cache le lobbying des véritables puissants.

      Un politicien des vrais réseaux pourrait signer un article comme celui-ci, qui ne dénonce que des phénomènes sécondaires « voyants » tout en se taisant sur l’essentiel dont on évite de nous parler (sauf, un peu, dans l’article de lundi sur Bildeberg, passé sans doute à cause des nombreuses protestations contre la censure d’Agoravox).

      Lire, par exemple, pour comparaison, cet extrait :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (2)

      (...)

      La Commission Trilatérale a tenu sa réunion annuelle à Bruxelles du 16 au 19 mars. Avec un peu moins de discrétion que d’habitude, car Reuters a même diffusé une photo de Henri Kissinger et Jean-Claude Trichet prise à cette occasion. Javier Solana, Haut Représentant de la « Politique étrangère et de sécurité commune » (PESC), Secrétaire Général à la fois du Conseil de l’Union européenne et de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), et ancien Secrétaire Général de l’OTAN, fait état de sa participation sur son agenda officiel (allocution du 17 mars à 14h30). C’est peut être que la Commission « a un message à faire passer ». Celui de la prétendue nécessité urgente d’un « ordre mondial » en bonne et due forme.

      Un important rapport présenté à cette réunion circule déjà dans sa version « pré-publication » : celui de John Deutch, diffusé sur un site d’information et recherche juridiques hébergé par l’Université de Pittsburgh. Mis en ligne en annexe à un article de Joe Shaulis du 20 mars, ledit rapport, intitulé : « Priority Energy Security Issues », porte un cachet du Massachusetts Institute of Technology où enseigne Deutch. Ce dernier apparaît dans la liste des membres de la Trilatérale comme : « John M. Deutch, Institute Professor, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA ; former Director of Central Intelligence ; former U.S. Deputy Secretary of Defense ». Il fut, en effet, directeur de la CIA et de la « National Intelligence » en tant que « Director of Central Intelligence » en 1995-96, après avoir été Sous-Secrétaire de Défense US en 1994-95. La thématique abordée dans le rapport est l’un des principaux domaines de compétence de John Deutch, comme on peut le constater sur son site universitaire.

      (...)

      [fin de l’extrait]

      Ou encore celui-ci, d’un article censuré par Agoravox :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=217

      Sarkozy, Strauss-Kahn, Bush, transversalité et targaires de la politique

      (...)

      Nicolas Sarkozy aurait-il, de fait, choisi le candidat du Parti Socialiste aux présidentielles de 2012, en aidant Dominique Strauss-Kahn (DSK) a accéder à la présidence du Fonds monétaire international (FMI) ? La question a aussitôt été tacitement posée, et l’hypothèse continue à faire le tour de Toile. Jusqu’au parallèle avec le président sortant du FMI, Rodrigo Rato, démissionnaire avant la fin de son mandat au moment où commence de fait la campagne pour les élections espagnoles de mai 2008. La « demande européenne » d’un parti français à façade « sociale-démocrate » n’est sans doute pas étrangère à l’opération de promotion de DSK. Mais, de toute façon, Sarkozy et Strauss-Kahn ont fait les deux partie, depuis le début des années 1990, des « élites » que rassemblent les cénacles de la « transversalité » française comme le Siècle. Pareil pour Bernard Kouchner et, depuis bien avant, Jack Lang ou Jacques Attali. Ou encore François Fillon, Luc Ferry, François Hollande, plus récemment Didier Migaud ou Rachida Dati, et bien d’autres. Le monde politique est un mouchoir. Mais ces cercles se caractérisent surtout par le rôle qu’y jouent les représentants des milieux financiers et industriels, véritables patrons de la politique réelle.

      (...)


    • stradiuvarius 7 septembre 2007 15:32

      Bon article...

      Notons pour abonder dans le sens de l’auteur que partout ou la libéralisation de l’énergie a été rendue possible dans l’UE sous l’égide de la nomenklatura Bruxelloise, les factures d’électricité ou de Gaz, pour les particuliers et les entreprises ont littéralement EXPLOSE - à la hausse bien sûr -(Belgique, Allemagne pour exemple) ! L’effet sur la marché s’est donc révélé, à posteriori, inverse à ce qui avait été initialement promis en gage de consolation. Mais Bruxelles n’est plus à un mensonge prêt.

      Quand l’intérêt particulier au travers du honteux Lobbying exercé à Bruxelles, prétend oeuvrer pour l’intérêt général, en plaçant l’économie au coeur des débats ou des préoccupations citoyennes pour soit disant pérenniser le tissu social dans un souci de « richesse » ou de « prospérité » pour tous, ce n’est plus de Démocratie dont il est effectivement ici question mais bien de démagogie ou de Diktat pour moins avoir à justifier des choix qui sont pris relativement à la volonté populaire (au sens ou la Constitution Française l’entend en rendant aux citoyens leur souveraineté et leurs libertés par exemple)

      Demos - Peuple Kratos - Pouvoir

      Où se situe donc le citoyen dans les préoccupations européennes et les décisions prises unilatéralement ?

      Nulle part :

      - le 29 Mai 2005, le TCE a massivement été rejeté par les Français au suffrage universel, 3 jours plus tard par les Néerlandais.

      - Fin 2005 des négociations d’adhésion ont été lancées avec un pays non européen, la Turquie contre la volonté des citoyens

      Il faut à tout prix combattre de monstre Bureaucratique fascisant.


      • Forest Ent Forest Ent 7 septembre 2007 16:06

        Cet article dit des choses justes sur toute une série de sujets. La réalité me semble un peu pire que cela.

        Je recommande la lecture de l’article de « Matin-Plus », le journal de Bolloré, sur la privatisation de GDF. Un festin de propagande éhontée. « La naissance d’un géant français ». « Sarkozy en phase avec l’UE ». ...

        Soyons directs. Il n’y a pas de méchants lobbyistes qui vont démarcher d’innocents gouvernants qui pourraient se laisser tenter. Il y a un milieu financier qui tire les ficelles d’une marionnette qu’il a placée au pouvoir en usant des médias qu’il contrôle.

        Soyons encore plus direct. Les principaux actionnaires de Suez sont Bruxelles-Lambert de Albert Frère, Power Corp de Desmarais, BNP et Crédit Agricole.

        Desmarais est un ami de Georges Bush. Sarkozy a été en vacances chez lui. C’est le canadien le plus riche.

        Frère est le belge le plus riche. C’est un ami de Sarkozy et de Bernard Arnault, avec qui il a quelques placements communs. Arnault est le français le plus riche, en partie actionnaire de Poweo.

        Frère et Desmarais sont les premiers actionnaires de Total.

        Crédit Agricole est dirigé par M Carron, ancien conseiller général UMP. Il y a beaucoup d’amis de Sarkozy à la BNP, comme M Mariani. A ce propos, est-il bien logique qu’un banquier comme Carron ou Pébereau soit administrateur d’un groupe comme Suez avec lequel il peut être en relation de financement ?

        Il n’est plus du tout évident que la BNP soit une entreprise française, mais c’est la plus grande entreprise cotée à Paris.

        La privatisation de GDF se fait au profit d’intérêts en grande partie non résidents. Alors parler de GDF Suez comme d’une boîte française est un gag. L’Etat aura une minorité de blocage ? Je suppose que Pinocchio va nous promettre de la garder ?

        Les discours de Lagarde et Cirelli comme quoi les prix resteraient réglementés sont illégaux. Les tarifs réglementés n’existent plus légalement depuis le 1er juillet. Les autres actionnaires pourraient attaquer en justice un actionnaire qui n’agit pas dans l’intérêt de l’entreprise.

        Les médias participent à la ruée vers l’argent du contribuable. TF1 enjolive parce que Bouygues vise AREVA après Alstom.

        Ceci est la deuxième grande décision politique du quinquennat. Pinocchio a relancé les négociations avec la Turquie après avoir promis « non, c’est non ».

        Après cinq ans de mensonges, après avoir dit que jamais GDF ne serait privatisé, après avoir dit qu’il faisait quand même voter la loi par l’UMP pour faire plaisir à Chirac, mais qu’il ne l’appliquerait pas, Pinocchio vient d’abattre son jeu.

        Pinocchio vient de démontrer qu’il n’est qu’un bonimenteur, une marionnette vendue à quelques trusts. En tant que français, j’ai HONTE d’un président pareil.

        Plus d’infos sur tous ces sujets sur « la forêt des médias » :

        http://forestent.free.fr/

        _


        • stradiuvarius 7 septembre 2007 16:19

          Merci Forest pour la qualité et la précision de l’info !


        • debase 8 septembre 2007 11:33

          @Forestent

          D’accord avec vous mais j’aimerais rajouter ceci (qui ne vous plaira peut-être pas, je m’en excuse par avance)...

          Les médias sont à mon sens en gros à 70% (l’émission Thalassa par ex. ainsi que quelques autres ne me semble pas concernée), purement et simplement au service des lobbies. Les deux lobbies principaux sont celui des « affairistes » et un « autre » que je vous laisse deviner...

          Tous deux sont ’immigrationnistes’. Les affairistes se moquent comme d’une guigne de la France et de son ’identité’, ils veulent juste pouvoir tirer les salaires vers le bas (de même qu’ils sont aussi pour l’entrée de la Turquie dans l’U.E. dans le but de pouvoir développer toujours plus leur bizness). Je vous laisse encore deviner l’intérêt d’une immigration massive de peuplement pour « l’autre » (attention, il faut que l’ordre et la sécurité soient préservés, sinon des mesures drastiques seront prises !!!)...

          Il suffit de regarder la télé, notamment les infos et leurs reportages concernant la vie courante des français (le sport, les vacances, la rentrée des classes, l’arrivée du velib, etc...), quelques secondes tout au plus pour réaliser l’effort qu’ils font pour nous amener à accepter le plus naturellement du monde ce phénomène d’immigration. Les problèmes de violence liés à l’immigration sont clairement minimisés. Il y a quelques jours au JT de TF1, JP Pernot a signalé en moins de 10 secondes la bagarre entre bandes à Paris ayant eu lieu la veille (qui a pourtant mené par la suite à un déplacement sur les lieux du ministre en personne).

          Très logiquement, par médias interposés ces deux lobbies tirent à boulets rouges du matin au soir sur les partis souverainistes (FN et Villieristes)

          On peut noter qu’actuellement le lobby des « affairistes » cherche à amener le Rugby au même niveau de popularité que le Foot : il y a un gros paquet de fric à engranger...

          Les médias cherchent ouvertement à manipuler l’opinion, le problème pour eux est que la majorité des français en a bien pris conscience...


        • Forest Ent Forest Ent 8 septembre 2007 15:12

          @debase

          Effectivement , je n’aime pas, comme vous vous en doutiez. J’ai l’impression que vous cédez à une tendance centenaire de la droite qui consiste à chercher le bouc émissaire de service quand les choses vont mal, ce qui détourne le peuple de ses vrais intérêts. On a déjà vu ça entre 1890 et 1914. Il me semble que nos points de vue sont aussi opposés que disons ceux de Maurras et Jaurès.

          « Les deux lobbies principaux sont celui des »affairistes« et un »autre« que je vous laisse deviner. »

          Non, je ne devine pas. Mais je vais faire une hypothèse. Supposons que par hasard un lecteur puisse s’imaginer que vous ayez envisagé de désigner ainsi les juifs. Heureusement, je ne me l’imagine pas. Ce serait bête car une vision du monde aussi simpliste n’amène à rien. Si un ensemble d’environ 15 millions de personnes avait une influence déterminante sur le destin des 6 milliards d’autres, ça en dirait long sur la cervelle de ces derniers. Je n’y crois pas du tout.

          J’essaye de ne me jamais mêler de ces sujets sur AV car ils finissent toujours en trolls. J’évite en général également les sujets parlant du proche-orient pour la même raison. Il me semble aberrant d’imaginer que la politique US au proche-orient soit dictée par Israel. C’est à mon avis plutôt le contraire.

          Quand au « lobby des affairistes », c’est à mon avis tout simplement vous et moi. Bouygues, Arnault, Bolloré, sont des français qui ont du fric, et nous ferions à leur place la même chose qu’eux. Il y a toujours eu des rapports étroits entre pognon et pouvoir, et nous devons simplement veiller à ce que ça ne s’aggrave pas trop. Pinocchio me semble battre des records, mais il n’a pas inventé « l’Etat-UDR ». N’oublions quand même pas que c’est Fabius qui a donné LVMH à Arnault, et DSK qui a donné Aérospatiale à Lagardère.

          « Tous deux sont ’immigrationnistes’. Les affairistes se moquent comme d’une guigne de la France et de son ’identité’, ils veulent juste pouvoir tirer les salaires vers le bas (de même qu’ils sont aussi pour l’entrée de la Turquie dans l’U.E. dans le but de pouvoir développer toujours plus leur bizness). »

          Il y a du mélange là-dedans. Oui, les gens riches veulent tirer les salaires vers le bas. Non, ils n’ont plus besoin d’immigration pour cela. Il leur suffit d’envoyer le boulot en Chine. L’immigration massive, c’était dans les années 1960, et ça a été fait par de Gaulle et Pompidou. A l’époque, ça rapportait. Maintenant, c’est fini. Ca a bien sûr été une erreur historique, mais elle est faite et on ne reviendra pas dessus. Taper sur les descendants de ces gens qu’on a fait venir exprès ne sert à rien et ne nous apporte rien.

          Pourquoi la Turquie ? C’est un moyen de flinguer l’Europe politique, l’Europe-puissance. C’est une démarche atlantiste. La Turquie a été un pilier de l’OTAN contre l’URSS. Ca a été un allié US au proche-orient, bien que la politique de Bush soit destinée à remettre cela en cause à terme.

          « Je vous laisse encore deviner l’intérêt d’une immigration massive de peuplement pour »l’autre«  »

          Pas compris.

          « par médias interposés ces deux lobbies tirent à boulets rouges du matin au soir sur les partis souverainistes (FN et Villieristes) »

          Ce n’est pas parce que les médias tirent sur le FN que le FN a raison. A mon avis, les idées du FN sont mauvaises, parce qu’elles détournent un conflit social légitime vers un conflit racial stérile et dangereux.

          Il n’y a d’ailleurs pas que le FN et le MPF comme souverainistes. A mon avis, le moins mauvais à droite était Dupont-Aignan. Il ne s’est même pas fait taper dessus. Il a été ignoré. Il était sur le fond plus dangereux pour Pinocchio que Le Pen.


        • duffy duffy 8 septembre 2007 19:33

          Cet article, au demeurant, intéressant, en ce qui concerne les éléments techniques, me parait fort discutable sur le plan des analyses qu’en tire l’auteur, ainsi que plusieurs commentateurs. 1) Notre pays vit dans un système de démocratie représentative. Dans ce système, les citoyens délèguent une partie de leurs pouvoirs à des représentants, députés qui composent le parlement, président qui dirige l’exécutif. 2) Si nos représentants sont achetés par des intérêts financiers, c’est que nous les avons choisi sans prendre assez de précautions. Donc, la première proposition de l’auteur de l’article, qui dit vouloir rendre le pouvoir de décision au peuple, revient à remettre ce pouvoir entre des mains qui, de fait, n’arrêtent pas de se tromper car ce même auteur, affirme que cette situation est pérenne depuis de nombreuses années. Quel avantage le simple citoyen retirera-t-il d’un tel changement ? 3)Concernant la fusion de Suez et de GDF, ainsi que les participations croisées de Messieurs Desmarais, Frère, et Arnault dans le capital de plusieurs entreprises qui revêtent une importance majeure mondialement, que dire ? De tout temps, la planète a été dirigée par des individus plus ou moins doués. On peut cependant constater que la fin du vingtième et le début du vingt-et-unième siècle se sont déroulé sans conflit majeurs en Europe de l’ouest. Peut-être ces dirigeants sont-ils moins sanguinaires et plus commerçants que les précédents ? En tout cas, de manière certaine, et ce depuis la nuit des temps, partout ou une société base ses valeurs sur le commerce et les échanges, elle est beaucoup plus sereine et paisible que lorsqu’elle choisit le dogme et la terreur.


        • Forest Ent Forest Ent 8 septembre 2007 20:58

          « partout ou une société base ses valeurs sur le commerce et les échanges, elle est beaucoup plus sereine et paisible que lorsqu’elle choisit le dogme et la terreur »

          Ce n’est pas une tautologie, ça ? « Partout où une société base ses valeurs sur la musique, elle est moins guerrière que lorsqu’elle choisit l’escrime. »

          Une société choisit-elle entre commerce et dogme ? Entre commerce et terreur ? Le commerce ne peut-il être un dogme ? N’y a-t-il pas de société qui joigne commerce et terreur ? L’Angleterre victorienne qui « commerçait » avec l’Inde, qui importait l’opium en Chine était-elle paisible ? Les phéniciens n’étaient jamais guerriers ?

          Désolé, je n’achète pas sans complèment de définition.

          La crise de 1929 parmi beaucoup d’autres a montré que les problèmes du commerce peuvent engendrer la violence.

          La fin du 20ème siècle a peut-être été paisible en occident, mais elle n’a jamais connu une année sans guerre. Pour mettre l’accent sur les dommages collatéraux des échanges commerciaux paisibles, rappelons que la guerre Irak-Iran a sans doute fait plus d’un million de morts.


        • duffy duffy 9 septembre 2007 11:25

          Pour compléter, prenons la France de Louis XIV par exemple. Lorsque les souverains de l’Europe s’agenouillaient devant le « Roi soleil », le peuple pleurait dans les provinces, affamé, malade, étouffé par le poids de la fiscalité. La France de 1685 étaient centralisée, les provinces étaient soumises aux pouvoirs des intendants et des sous-intendants du Roi, Colbert y avait installé les manufactures royales, ces entreprises publiques avant la lettre, qui produisait sans discernement, sur la base de cahiers des charges décidés à Paris. Des indices précis comme le taux de population au Km carré montre bien que la France d’alors patinait sérieusement (40 habitants) Prenons la Hollande contemporaine de cette époque. Chacun s’emploie à produire et à vendre. Les vaisseaux de la flotte exportent draps, produits agricoles et autres productions nationales. Bien que Guillaume d’Orange, futur Roi d’Angleterre n’atteigne pas la renommée du Roi Soleil (et de loin), il est peu contesté que les gens du peuple vivait bien mieux au quotidien que leurs voisins de France. Antagonisme entre les trames sociales et religieuses qui génèrent, ou bien centralisme, dirigisme et rigidité imbécile, ou bien, proximité des pôles de décision, esprit de responsabilité et rétribution large et reconnue du travail bien fait. Réforme et contre-réforme, ... le sujet est si vaste, enfin, chacun trouvera des exemples innombrables pour illustrer l’idée que, dés lors que le pouvoir laisse les citoyens libre de décider par eux-mêmes ,les règles qui doivent leur être appliqué au niveau local, avec en contrepoint de cette possibilité, une responsabilité des personnes désignées sur leurs deniers personnels, les choses vont toujours mieux que lorsque un état centralisateur impose depuis le centre des règles, qui lorsqu’elles atteignent les membres de la communauté, n’ont plus de sens, que pour maintenir dans son statut imbécile, le fonctionnaire qui les applique.


        • Forest Ent Forest Ent 9 septembre 2007 14:46

          Je ne comprends plus du tout de quoi vous parlez. S’agit-il de liberté du commerce, de structure administrative, de religion ? Etes-vous en train de nous faire l’apologie du protestantisme comparé au catholicisme ? Quelle est la pertinence économique du fait de comparer la France et la Hollande ?

          Votre tautologie initiale semblait insinuer par sophisme que le commerce est créateur de paix. Tout ceci ne le démontre en rien.

          Je vous suggère plutôt le 19ème siècle et le combat entre les ricardiens et les mercantilistes. Les ricardiens l’ont aujourd’hui emporté dans les esprits. Et dans les faits ?


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 septembre 2007 17:49

          @ Forest Ent : Comme d’habitude, je suis impressionné par la pertinence de votre information, la qualité de votre analyse et votre habileté à éviter les mines anti-personnelles. Une question, toutefois. Au point où l’on en est, ne faut-il pas souhaiter PLUS de pouvoir pour Sarkozy, plutôt qu’une lente érosion de la démocratie ? Plonger avec un seul requin bien nourri, plutôt qu’avec des centaines de piranhas affamés ? Je suis de gauche et je prêche la démocratie depuis 50 ans... mais il faut lire l’Histoire, si on ne veut pas être surpris. J’aimerais avoir votre opinion. Mon mail est sur mon site.

          Pierre JC Allard http://www.nouvellesociete.org


        • Forest Ent Forest Ent 9 septembre 2007 19:53

          @ debase

          « J’avoue être surpris. »

          Oui, ça surprend toujours les extrêmes que l’on parle de « lobby financier » sans ajouter aussitôt « juif ». Un peu moins à l’extrême-gauche, et encore ...

          « succès mérité de votre intervention »

          Merci.

          « Il n’est pas possible de nier que la plupart des émissions politiques ou un tant soit peu ’intello’ dans les médias sont animées par des juifs »

          Si vous voulez. Ca m’est indifférent. Vous confondez le virtuel et le réel. Vous prenez le speaker comme le créateur d’un message. Vous prenez Bruce Willis pour un policier. Ceux qui définissent la ligne éditoriale sont les actionnaires et les annonceurs, et c’est à eux que j’ai consacré mon site.

          Bouygues, Arnault, Pinault, Bolloré, ... Ca fait bien des bretons. D’ailleurs Pinault et Bolloré ont commencé leur business en Afrique. Dois-je en déduire que c’est un atavisme hérité du commerce triangulaire ? Ca doit expliquer pourquoi les autoroutes sont gratuites en Bretagne. Et le rôle de PPDA. J’ai souvent remarqué aussi la sur-représentation des Corses dans les fonctions administratives et électorales : Tiberi, Dominati, Mariani, ...

          « Ne constatez vous pas l’origine réelle du bourrage de crâne continuel auquel nous sommes soumis concernant la nécessité d’une immigration importante ou de cette apologie du métissage à terme des français, présenté comme inéluctable ? »

          Ben non. Moi, ce que je constate, c’est surtout que l’actuel président s’est fait élire en reprenant en gros le discours du FN.

          Non, je ne vous suis pas, pour des tas de raisons.

          La première est l’histoire. A tous les lieux et toutes les époques, quand un pouvoir a eu des problèmes, il a toujours trouvé quelque minorité à désigner à la vindicte des Pierre le Fou pour tenter de se tirer d’affaire. Philippe le Bel n’a pas craché sur l’or des templiers et des juifs qu’il a fait brûler. Mais sinon, ce sont les arméniens, les maures, ... Le « lobby financier » s’accommode très bien du racisme et de l’antisémitisme. Il a prospéré sous le nazisme, qui a poussé à son paroxysme l’imbrication fric-pouvoir. Les magnats français s’en sont très bien accomodés, et ont regardé sans commisération partir vers les stalags un Marcel Bloch (dont j’égratigne souvent le fils chrétien Serge Dassault). C’est un « moindre mal » si ça défoule la populace.

          Ensuite, ça ne résiste pas à l’examen des faits. Pourquoi se faire des noeuds au cerveau pour expliquer une convergence d’intérêts entre Desmarais, Frère, Arnault, ... ? La monarchie saoudienne, l’émirat du Qatar, les banques japonaises sont « aux mains des juifs » ? Warren Buffet et Bill Gates ?

          « Il est évident que cette communauté s’oppose aux mouvements souverainistes et prône l’immigration. »

          Ben non, ce n’est pas du tout évident.

          « obligation de mettre en scène une France ’diverse’ et ’métissée’ ? »

          C’est objectivement le cas depuis longtemps. Ca fait partie des mesures d’intégration. Comme les US en ont fini par venir aux mesures d’intégration après avoir pratiqué l’apartheid jusque vers les années 1970. Il n’y a pas vraiment le choix. Une guerre civile ne fait pas de gagnants.

          « cette communauté est loin d’avoir en France l’influence qu’elle imagine »

          ... que vous imaginez.

          « il serait fort intéressant de votre part ne nous dire très précisément qui (quel(s) Lobby(ies)) cherche(nt) à favoriser cette entrée (de la Turquie) et pour quelles raisons précises ? »

          Etats-Unis, Angleterre, mondialisateurs en général. Pour empêcher que l’Europe soit autre chose qu’une zone de libre-échange. Pour garder la Turquie ancrée à l’occident. Pour tenter de la stabiliser. C’est qui les « mondialisateurs » ? Un milieu très vaste qui inclut la plupart des hommes politiques et businessmen occidentaux.

          « il y avait Clémenceau »

          qui était il me semble très opposé à l’antisémitisme, qu’il considérait comme une déchéance du sentiment national.

          « L’immigration massive n’a pas du tout eu lieu dans les années 60 mais à partir de 76 et s’est fortement renforcée avec la gauche au pouvoir. »

          Ca m’étonnerait. Il n’y avait déjà plus beaucoup de demande industrielle dans les années 1980.

          « simple affirmation de votre part. Il y a une différence entre ’riche’ et ’affairiste’. »

          C’était un peu plus qu’un aphorisme. Pour moi, il n’y a pas des bons et des méchants. Que des méchants, au moins potentiels.

          « Pouvoir faire venir en France une main-d’oeuvre manuelle aussi bien qu’intellectuelle (informaticiens, comptables, etc...) acceptant presque n’importe quel salaire est très intéressant pour le MEDEF. »

          « L’immigration choisie » est une Sarkozysterie, c’est à dire un truc fumeux qu’il a cru voir aux US et essayé de pomper. En fait, les US ne choisissent pas vraiment leur immigration, et le « mur » n’y changerait rien. Par contre, leurs universités attirent plus que les notres, mais c’est un autre sujet.


        • Forest Ent Forest Ent 9 septembre 2007 22:26

          @ Pierre JC Allard

          « ne faut-il pas souhaiter PLUS de pouvoir pour Sarkozy, plutôt qu’une lente érosion de la démocratie ? »

          Alors celle-là, je dois dire que je ne m’y attendais pas !

          Je souhaite plus d’honnêteté dans les affaires et la politique. Le reste ...


        • debase 9 septembre 2007 22:40

          @Forestent

          Vos réponses sont à l’emporte-pièce !

          Je n’ai même pas dit, car je ne le pense pas, que le lobby juif présent dans les médias représentait la finance internationale...

          Il défend les interêts de cette communauté un point c’est tout.


        • Forest Ent Forest Ent 9 septembre 2007 22:49

          « Vos réponses sont à l’emporte-pièce ! »

          Euh ... il m’était difficile d’être beaucoup plus détaillé sans entamer un roman. smiley


        • debase 10 septembre 2007 15:39

          @P.Renève

          Vous avez trouvé le moyen de faire supprimer mon post, honte à vous ! La boboïtude bien-pensante a encore frappé !

          Je constate avec une grande amertume sinon presque de l’écoeurement que sur Agoravox, parait-il un espace de liberté où chacun est censé pouvoir s’exprimer librement et dire le fond de sa pensée, dans le but avant tout de faire avancer la démocratie dans notre pays qui en a bien besoin, la censure est bel et bien pratiquée !

          Il s’avère en particulier impossible d’y exprimer l’opinion suivante (résumée), vis à vis de laquelle il aurait été possible à chacun de répondre et d’argumenter, les internautes participants étant considèrés comme des adultes à même de juger :

          Il existe en France un lobby juif ayant une très forte main-mise sur nos principaux médias, sans rapport avec les 1% de la population que représente cette communauté, lui permettant d’agir sur l’opinion générale avant tout dans le sens de ses propres intérêts. En particulier et pour diverses raisons qui pouvaient être discutées sont empèchés de s’exprimer tout ceux qui prônent la préservation d’une certaine idée de ’nation française’ ayant sa propre identité, sa culture dont ils ont le droit d’être fier (comme n’importe quel autre peuple au monde) et qui donc s’opposent à cette idée de la soit-disant nécessité d’une immigration importante en France. L’opinion est manipulée de manière à ce que cette question reste un ’tabou’, une vérité n’ayant pas à être discutée. Les opinions simplement ’souverainistes’ sont combattues en les présentant comme des positions racistes et xénophobes si ce n’est pire encore.

          Jamais je n’ai pu entendre ou voir une émission ou lire un article de presse contestant un tant soit peu cette nécessité alors que d’après un sondage récent 53% (et ce chiffre me parait très en dessous de la réalité) des Français trouvent qu’il y a trop d’immigrés en France. Il suffit de consulter n’importe quel forum pour constater que cette opinion est largement partagée, y compris à gauche.

          La démocratie est baillonnée !


        • Droopy 7 septembre 2007 16:40

          Ce sont les citoyens qui élisent leurs représentants. Et ce sont les habitudes de vie et de consommation qui créent la société où on vit.

          Si on ne veut pas de (censuré) qui nous représentent, il ne faut pas voter pour eux.

          Et si on ne veut pas une société malade pour nos enfants, c’est à nous de faire attention tous les jours.

          Le reste s’apparente aux dialogues de cours d’école : « c’est pas moi c’est lui » ...... pas moi mais systématiquement les autres.


          • Pinpin 7 septembre 2007 16:46

            Nos « démocraties » n’ont que le nom qui les rattachent aux principes d’une réelle démocratie. Comme les concepts de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, ne me dites pas qu’ils sont appliqués en France. Le système actuel est une oligarchie, le pouvoir allant à l’argent et aux industriels, avec 60 millions de consommateurs asservis.

            D’ailleurs, j’émets des doutes sur la viabilité d’une démocratie à l’échelle d’un pays de 60 000 000 d’habitants, où tous les citoyens se partageraient équitablement le pouvoir politique. Chez les grecs anciens, un tel concept eut paru abérant, conscients de l’impossibilité d’un tel système à cette échelle.


            • FYI FYI 7 septembre 2007 16:47

              La question qu’il faut à mon avis se poser est, pourquoi tout se dégrade autour de nous ?

              Parce que le peuple n’est plus pris en compte au détriment de multinationale qui maîtrise le marché et donc nos destins.

              en France tous les 30 ans, il y a une Révolution ... ça va faire 40 ans que nous sommes en léthargie.

              Nous avons rien à attendre de la Représentation du Peuple car ils sont impuissants à répondre aux véritables besoins des peuples.


              • gutend 7 septembre 2007 16:52

                Forest Ent, Il est bien dommage et consternant que les francais n’est pas la meme analyse que vous, aussi juste et clairevoyante... C’est malheureusement une veritable catastrophe que nous allons vivre encore 5ans et bien sur plus rude que les annees chirac !!! Allez comprendre cette fascination pour les medias !!!car encore une fois, sarko n’a pas gagne les elections mais c’est un systemMediaque qui a remporte les elections et ils y ont place une marionnette...


                • Dégueuloir Dégueuloir 8 septembre 2007 13:52

                  comme aux USA,en 2000.....on connait la suite,un désastre ..... smiley


                • tvargentine.com lerma 7 septembre 2007 17:03

                  Vous dites justement

                  « La pratique de lobbies (ou « lobbys » dans certains articles de la presse française) se généralise »

                  Oui,mais ces lobbies existent depuis des années et ils ont faient leur beurre durant les « années socialistes ».

                  La dernière fois qu’il y a eu un vrai crack boursier rampant (la net économie) les socialistes étaient au pouvoir !

                  Pourquoi les socialistes n’ont-ils rien faient pour limiter le pouvoir des lobbies ?


                  • geko 7 septembre 2007 18:42

                    @Lerma ...et continuent de ne rien faire !

                    Je pense que l’article refusé par Agoravox concernant les targiaires politiques et le concept de transversalité prend ici tout son sens !

                    Au niveau même de notre parlement les assistants des parlementaires sont régulièrement invités par des lobbyistes à des séminaires moyennant rémunération !

                    Les veaux on voté pour leur boucher ! meuhhh et la lame est bien aiguisée !


                    • xapon 7 septembre 2007 18:46

                      Les systèmes actuels de direction par des élus, quelque soient leur mode de scrutin, privilégient l’ordre établi et limite l’apparition d’idée nouvelle. Les dirigeants sont en général tous issus du même milieu et ont tendance à favoriser leurs pairs.

                      Ils ont un autre point faible, c’est la corruptibilité. Il est plus facile de graisser la patte à une personne bien placée que de convaincre une population entière.

                      Cela dit, je ne vois pas par quoi remplacer le système ?

                      Slts, Xavier


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 septembre 2007 17:58

                        @ Xapon : Voir mon commentaire plus haut et le lien qui conduit à une vingtaine d’articles (courts !) sur une nouvelle démocratie. http://nouvellesociete.org/6.html

                        Pierre JC Allard


                      • ZEN ZEN 7 septembre 2007 18:49

                        Article intéressant, qui souligne entre autres un vrai danger potentiel :

                        « Désormais la situation est créée pour permettre qu’un jour les actionnaires des ces entreprises, qui interviennent dans les domaines stratégiques, se révèlent être des représentants des pays situés sur d’autres continents, opposés aux intérêts des citoyens européens. »

                        Pour ce qui concerne le lobbying permanent des grands groupes multinationaux près des instances bruxelloises, il faut lire l’étude de Jennar, expert européen : « Europe, la trahison des élites »(Fayard)


                        • Justin Themiddle Justin Themiddle 7 septembre 2007 18:57

                          A noter toutefois que la pratique du lobbying au parlement européen est nettement plus encadrée que celle sur le parlement français. Au parlement européen il n’y a pas trop intérêt à ce qu’un politique se fasse prendre en délit de discussion avec un membre d’un lobby dans le café du coin. Autant dire que l’exemple de l’invitation à un match de foot de coup du monde est innimaginable à Bruxelles.

                          Je pense qu’il ne faut pas stigmatiser le lobbying, il est en quelque sorte necessaire et inéluctable en revanche il faut mettre en face un contre-poid. Le véritable problème est qu’il est donné aux politiques un unique point de vue pour leur permettre de prendre des décisions. Sur tout les sujets, des autorités indépendantes de la société civile se doivent d’avoir la même force de parole que les industriels. Dans les deux cas c’est du lobbying. Lobbying civil contre lobbying industriel. Un point de vue qui défendrait avant tout des intérêts économiques contre un qui défendrait la société civil. De plus il est évident qu’il faut être intraitable en cas de collusion avérée.


                          • ZEN ZEN 7 septembre 2007 19:22

                            @ Justin

                            Si vous lisez Jennar, vous verrez que cela ne se passe pas dans les cafés , autour d’une Stella Artois...


                          • Forest Ent Forest Ent 7 septembre 2007 23:32

                            Le parlement européen est plus corrompu que le parlement français. Il n’interdit pas aux députés de traiter de leurs propres intérêts. Voir par exemple Janelly Fourtou et EUCD. Le lobbying y est peut-être « encadré » mais d’une efficacité redoutable.


                          • Justin Themiddle Justin Themiddle 8 septembre 2007 03:40

                            Je reconnais ne pas savoir exactement ce qu’il en est des faits au parlement européen mais qu’importe. Le lobbying existe et existera toujours sous une forme ou sous une autre. Mon commentaire visait juste la stigmatisation du terme. La vraie question à se poser est : de quel lobbying voulons-nous ?


                          • Bobby Bobby 7 septembre 2007 19:05

                            Bonjour,

                            Très bon article, suivi de mêmes commentaires... Stradiuvarius, exellent de Forest end ! tous en plus ! évidemment.

                            Le gouvernement belge perd son droit de véto face à la nouvelle fusion Suez- Gaz de France. Cet exemple n’est qu’un élément dans une mouvance générale.

                            Quels sont les moyens de contrer les corollaires augmentations de tarifs si même les gouvernements sont incapables de résister ? Serait-ce l’annonce d’une vision apocalyptique de l’économie homophage ?


                            • Barbathoustra Barbathoustra 7 septembre 2007 20:17

                              Moi j’adore le lobying ! J’ai pas trouvé mieux pour avoir un ordinateur ultra performant à bas coût, les logiciels qui vont avec et internet illimité à 30€/par mois et j’emmerde les gauchistes et autres altermachin qui me font la leçon sur internet avec un PC qui si ça se trouve est encore plus gros que le miens !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès