Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Comment en finir avec les populismes

Comment en finir avec les populismes

Une fois de plus le Front National est en train de gacher le débat d'idée de la présidentielle. Quelques idées donc pour en finir avec les populismes... en fait, ce billet est une forme de boite à idée.

La France est sur une pente fatale, celle du populisme. À l’instar de l’Europe, elle voit une population qui vieillit, des systèmes d’égalité sociale qui se grippent, une concurrence internationale qui la broie au fil des transferts de technologie. Le cap fatidique, qui est décrit par Dominique Reynié pour 2015 consiste en des signaux démographiques s’alourdissant : plus de vieux, moins de jeunes et enfin l’afflux de migrants issus de tous les pays en développement. Le migrant cristallisant l’ensemble des problèmes mal résolus par des politiques apeurés et confondant « comm » et bilan réel. La France pourtant est mieux lotie que l’Allemagne qui verra disparaitre « les Allemands » vers 2300 selon les démographes.
 
Ce genre de mécanique, déjà lourdement vécue par le Danemark, l’Autriche, l’Italie a contribué en l’essor de partis extrémistes de plus en plus implantés. L’idée de peur pour sa nation, son drapeau a été rejoint par l’idée d’insécurité pour sa culture héritée, pour sa maison, son environnement local : tout cela se concrétionne dans ce nouveau paradigme : le populisme patrimonial, une sorte de gloubiboulga de peurs irrationnelles, mais très ressenties. Il s’agit du terreau du FN. Grâce au rajeunissement d’image que pousse Marine Lepen, les idées frontistes revigorées par la décomplexions des élus UMP sont plus que ravivées. Les propos de Ciotti, de Guéant, les condamnations d’Hortefeux sont autant d’huile sur le feu pour notre bonne vieille démocratie devenue fort fragile. En ce sens Nicolas Sarkozy est devenu le champion d’une banalisation du frontisme. Il a même réussi le grand défi de ringardiser le Front National uniquement sur son programme économique tout en évitant de heurter un électorat sur les sujets d’immigration. Il a instrumentalisé le FN sur l’échiquier politique comme l’ont eu fait Chirac et Mitterrand : Nicolas Sarkozy se présentant comme le seul rempart au nationalisme. Ceci est élément à garder à l’esprit, car bon nombre de gens apeurés par le FN considèrent que voter à gauche conduirait à une vague extrême pour les élections suivantes. Pas plus que ce dimanche, Borloo s’est également déclaré comme candidat anti-FN idéal. C’est un argument de vente pour certains, mais in fine c’est un jeu dangereux qui divise les français, crée des fractures sur la couleur, la religion, un droit du sang ou du sol.
 
Aussi comment lutter contre ce populisme ? La Boite à idées se remplit très vite.
 
En premier lieu, en gardant à l’esprit les tirades récentes sur les migrants tunisiens qu’on aurait dû renvoyer sur des bateaux, il y a quelques bases à rappeler.
 
- Il faut réapprendre à parler des sujets migratoires en les dédramatisant et en évitant l’instrumentalisation politicienne. Dans ce cadre-là, l’UMP doit changer. C’est un prérequis à l’extinction du parti frontiste. La gauche doit sortir de l’angélisme, car cela emprisonne les populations issues de l’immigration dans des ghettos : ghettos sociaux, ghettos symboliques et causant une forme de fatalité dans le sort des primomigrants et des Français issus de l’immigration. Le migrant est sympa pour la gauche, il est victime et on doit le défendre sur tout. Face à ces communications décalées, il faut reparler sainement de l’immigration.
 
- Il faut peut-être montrer une autre image des migrations et des gens issus de l’immigration. Il ne s’agit pas de supprimer les problèmes liés à l’intégration ratée, mais parler différemment du migrant serait un Plus. Qui sait que bon nombre ont traversé des mers, éviter moult fois la mort pour arriver jusqu’à nous. C’est un gage de motivation, non ? Rappeler que certains sont très jeunes et qu’on ne peut pas dignement leur refuser cette porte d’entrée au vu de cette énergie qu’ils ont eue et qui aurait pu conduire ces corps jeunes à des naufrages à deux encablures des Canaries ou de Lampedusa. C’est à garder à l’esprit.
 
- L’image du migrant c’est aussi de celui qui accepte de tout donner contre un peu d’hospitalité… c’est le cas de l’ensemble de ces petites mains qui font marcher le BTP et les autres secteurs difficiles du pays. Réaliser cela c’est signer pour une autre vision du migrant qui s’active et bosse pour vivre et payer aussi l’impôt. À ce titre-là, ce sont les entreprises qui abusent du travail au noir et des sans-papiers… retournons les clichés pour montrer qui sont les fautifs d’une intégration ratée.
 
- Marteler qu’un français ce n’est pas une religion ou une couleur de peau, mais une adhésion à des principes républicains et laïques. C’est stratégique, car comme l’indique Dominique Reynié dans son ouvrage, si on prend l’exemple allemand, les blancs seront moins de 10% de la population germanique dans deux siècle. Aussi vaut-il mieux faire comprendre que « faire nation » c’est adhérer à des principes dénués de vieilleries religieuses ou raciales. C’est abandonner la bigoterie qu’elle soit voilée, catéchisée…
 
- Aider les enfants de l’immigration : ceci doit exclure des saupoudrages de discrimination positive. Il faut investir dans les quartiers populaires. Les classes d’enfant aujourd’hui sont une reproduction sociale de l’environnement humain. Ici, une rue sera de racine africaine ou turque ou chinoise, c’est ce qu’on appelle par exemple « quartier chinois » banalement. Là dans certaines écoles, le français n’est pas parlé. Non pas par communautarisme, mais juste parce que les nouveaux nationaux ont été zappés de l’éducation du français. En ce sens, une rectrice a produit beaucoup d’émotion récemment alors qu’elle s’inquiétait du « zéro chance » proposé à des générations de gamins, tous à 30 dans des classes, avec un seul prof désemparé. Ce n’est pas une formule pour s’intégrer et apprendre une langue puis savoir écrire le français pour juste mieux vivre ensemble. Plus globalement, une véritable politique d’alphabétisation des parents, des enfants seront utiles… Quand dans certaines classes, on compte plus de 20 enfants qui ne parlent pas le français et dont les parents ne le parlent pas, il faut probablement un effort de la part de l’éducation nationale et surtout un engagement gouvernemental… Cela n’est pas fait avec les moyens qu’il faudrait. Du cout, on « antisélectionne » ces jeunes.
 
- Une sensibilisation des femmes migrantes à leur rôle dans l’intégration au sein d’une culture française laïque et fédérée autour du respect justement de la femme. Elles sont souvent oubliées, car déresponsabilisées par nos bonnes politiques. Et pourtant, une mère est celle qui sera le plus en contact avec les futurs citoyens français… engagée des efforts vers ces populations est crucial.
 
S’attaquer aux dérives des populismes.
 
C’est le deuxième axe. Construire une manière de voir l’autre. C’est l’essentiel. Aussi pour cela, il faut cristalliser l’aspect ringard qui conditionne la création de partis populiste.
 
Être FN aujourd’hui c’est vécu comme un facteur de courage vis-à-vis de la nation. Or, il faut montrer combien ce positionnement va à l’encontre de nos valeurs.
 
La lutte contre les foyers de recul républicain. Cela peut être des associations à visée religieuse ou identitaire qui dans le cadre d’aide sociale vont prêcher des idées d’apéro-saucisson ou du tout « bourka ». En ce sens la démystification de certains tenants d’une France morcelée et populiste sont à combattre. Et à ce niveau, les Tarik Ramadan de gauche et de droite sont nombreux.
Donner l’exemple. L’un des viviers du FN et du populisme, ce sont les mauvaises pratiques des élus. Alors que bon nombre sont dévoués, une minorité se trouve prise dans les scandales… rien de tel pour mener la généralisation la plus classique qui soit. Depuis Maurras on sait que cela fait le corpus idéologique de l’extrémisme… en ce sens, il faut que les partis démocrates puisent toutes leurs ressources pour déboulonner sans scandale ceux qui flanchent éthiquement.
 
Surtout et c’est l’axe qui a déjà été abordé par Julien Bayou sur le Plus, donner une voix aux votes blancs. C’est constituer une sonde démocratique efficace. C’est trouver enfin un moyen de mettre en avant des échecs politiques. Ces abstentionnistes donnent un message important qui est mal écouté alors qu’il pourrait éviter les dérives extrêmes. Donner un poids à l’abstention c’est changer de cap démocratique : les extrêmes paraitront dérisoires numériquement par rapport à la voie du vote blanc ou de l’abstention.
 
Enfin, redonner du sens à la dignité de chacun. Du plus petit niveau au plus haut, il faut trouver des zones de partage et de fraternité. Il y a certes le foot, les cercles maçonniques, il faut trouver d’autres endroits pour cultiver le fait d’appartenir à une nation européenne issue des migrations et des melting pots de l’histoire contemporaine ou lointaine. On voit des associations déjà qui ont compris ce genre d’enjeu, je citerai l’association Macaq qui œuvre sur Paris à l’insertion, qui fait du co-développement, mais aussi devient une plateforme d'échange sans fixation sur des détails de couleur, de religion…
 
Rétablir chacun dans sa responsabilité. C’est donner un travail, des solutions humaines à des problèmes divers. Aujourd’hui, on s’éloigne bien de ces principes avec une communication qui confond échanges et ordres à subalternes. Il faut donc renouer les liens sociaux, humains et fraternels. C’est ce qui soude une nation contre les appétits populistes. En ce sens là, ce sont les DRH et les chefs d’entreprises qui doivent piger le changement à organiser… Mieux vaut s’acheter sa Porsche en fin de carrière : ainsi l’employeur préférant embaucher sur des contrats dignes aura plus de plaisir à réaliser ses rêves plutôt que de chercher l’hyper-rentabilité afin d’assurer des achats compulsifs.
 
En conclusion,
 
Le Populisme et la lutte contre le FN nourrissent des boites à idées complexes à synthétiser, mais in fine, le vivre ensemble et l’intégration coute moins que la ruée vers l’extrême. Aujourd’hui c’est l’extrême droite qui est le problème du vivre ensemble. Face à cela ce sont les républicains de Mélenchon jusqu’aux bonnes volontés de droites qui pourront faire bloc, en laissant évidemment la parole à des têtes nouvelles. Le monde de demain, ce n’est pas avec les anciennes générations qu’il faut le modeler, il faut le construire avec les nouveaux venus en politique.
 
Je finirai par une forme d’ouverture du débat. Aujourd’hui, extrémismes et populismes focalisent sur l’Europe et les migrations. Il serait opportun de traiter de manière identique les groupuscules extrêmes et les spéculateurs qui cassent une idée du vivre ensemble européen. Leur méthode est équivalente. La Grèce en est un exemple probant et c’est au travers de ce symbole d’un pays aux abois qu’il faut trouver aussi les idées qui combattront ces tourbillons d’idées dévastatrices. Là, nous touchons à l’essentiel. Europe et démocratie étant liées en termes de survie face à des populismes ou des comportements individualistes qui poussent à des réactions populistes.

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2011 10:22

    Faire croire à la protection de la classe ouvrière, alors que le FN n’a
    aucune proposition qui remette en cause les intérêts des plus riches est une
    véritable escroquerie. Taxer les profits, renationaliser les entreprises ou
    interdire les licenciements, tout cela est un sujet tabou dans le parti. Ses
    propositions économiques n’ont rien à envier aux régressions sociales de
    Sarkozy : fin des 35 h, casse du code du travail ou destruction des protections
    sociales. Le programme du FN est dans la droite ligne de l’UMP, voir ci-dessous :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/17/le-fn-defenseur-des-classes-populaires/


    • LE CARDINAL 30 juin 2011 10:30

      ROBERT... tes amis roulent depuis 40 ans pour le patronat... d’ailleurs le MEDEF ne s’y trompe pas ...

      LUI !!!

    • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2011 11:42

      c’est bien Cardinal tu a été le premier a réagir, j’attends les autres...........


    • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 13:15

      Entièrement faux !

      Le programme du FN national c’est de sortir des griffes du système financier international, de la spirale de l’endettement, qui n’est rien d’autre qu’une pompe aspirante de l’économie réelle et de ses richesses dont le but n’est rien d’autre que de convertir les bulles spéculatives qui ne sont que du papier en argent réelle.

      La seule et unique solution c’est de reprendre le contrôle de l’argent en rétablissant la souveraineté monétaire.

      Les fait même d’aborder ces thèmes, déclenche automatique la tempête du système politico-médiatique UMPS qui est totalement aux ordres du système financier international ultra-libéral, dont aujourd’hui toutes les nations européennes sont assujetties de par cette nouvelle logique économique, faisant que les nations et les peuples sont totalement redevables des marchés financier, obligeant les citoyen à ne travailler exclusivement que pour eux, afin de faire de la croissance car elles sert en fait à rembourser les intérêts et non pas à améliorer la qualité de vie des citoyens.


    • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2011 13:34

      On est d’accord la dette est une arnaque , comme le montre l’article ci-dessous, par contre que Marine soit contre ce systeme je doute............

      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/16/la-dette-de-la-france/


    • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 14:33

      Quel intérêt a le système politico-financiers-médiatique à ce que Marine Le Pen endoctrine des millions de citoyens toujours plus nombreux, dans un large mouvement réactionnaire qui ressemble de plus en plus à une forme de coalition nationale hétéroclite ?

      Absolument aucun !

      C’est pas comme ça que ça marche, au bout d’un moment il faut arrêter de fantasmer, la théorie du complot à ses limites.


    • LE CARDINAL 30 juin 2011 10:26

      c’est marrant mais je prends cet article pour une ode à Marine smiley

      des stats ethniques ? 
      Pourquoi pas ?
      mais pour quoi faire ?

      l’important est de savoir ce qu’est : être Français

      l’on peut être noir et FR
      musulman et FR
      de Corse et FR
      de père Malgache et FR
      de mère Suédoise et FR

      et toi, tu dis que tu es quoi ?
      -je dis que je suis FR
      et toi ?
      moi je le suis mais crache sur le drapeau et siffle la Marseillaise
      -ah bon !
      comme quoi ...

      c’était hier

      recensement ethnique = racisme ?


      • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2011 13:55

        c’est quoi etre francçais, c’est quoi l’identité nationale, pour le savoir lire ci-dessous :

        http://2ccr.unblog.fr/2010/11/04/lidentite-nationale/


      • JMK66 JMK66 30 juin 2011 11:48

        @YANNICK
        Vraiment tu n’as rien compris.
        Seules les formations anti-mondialistes sont de bonnes foi.
        Bien-sûr ses opposants les traiteront de populistes, extrémistes et même fascistes.
        Visiblement tu ne connais pas Etienne Chouard
        http://www.youtube.com/watch?v=CSo9MPPtlJc
        Tu ne connais pas non plus Pierre Hillard
        http://www.dailymotion.com/video/xj5two_interview-de-pierre-hillard_news#from=embediframe
        Essayes donc de réfléchir par toi même et non de rester sur les ruines de décennies de dictatures oligarchiques.
        Peut être que ton endoctrinement ne peut te faire changer d’avis, mais saches que la majorité des électeurs ont envi de changement radical.
        Encore une fois, seuls les anti-mondialistes pourront sauvez l’humanité .
        Paix sur Toi. 

          


        • Yohan Yohan 30 juin 2011 11:56

          Le populisme est au contraire un très bon garde fou pour stopper ce train fou qui va finir par se crasher.
          Je ne vois pas bien l’intérêt de faire venir chez nous les analphabètes d’afrique pour, comme vous dites, devoir ensuite nous faire assumer la charge de leur apprendre à lire et à écrire, d’autant que nous n’avons pas d’emplois à leur donner. Faudrait surtout stopper de toute urgence toute cette bisounourserie et les yaka fokon. Ceux qui, comme vous, réclament qu’on accueille à bras ouvert les migrants de Lampédusa, devraient être au moins cohérents avec leur profession de foi, en acceptant de les accueillir sous leur toit, de les nourrir et de s’engager à leur trouver du travail. En dehors de cet acte citoyen, tout autre déclaration bienpensante est vide de sens.


          • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2011 14:02

            Yohan comme tu parles des « Yaca Fokon » je te propose ce petit texte sur ces droles d’individus :

            http://2ccr.unblog.fr/2010/11/20/ya-cas-faut-quon/


          • Yannick Comenge Yannick Comenge 30 juin 2011 12:13

            Pour moi, il y a un combat à mener contre le FN et ses viviers.

            C’est maintenant que ce combat est crucial à mener. Je vois des réactions assez marquées sur l’échiquier politique.

            De mon coté, je veux un idéal de liberté, d’égalité, fraternité. Nous sommes issus dans notre démocratie de cette fraternité. De cette constitution d’Anderson qui a donné tant de grandeur à l’homme, cette constitution de 1723 pour laquelle je m’incline avec respect et fraternité.


            • JMK66 JMK66 30 juin 2011 12:45

              En bon maçon tu nous fais ta propagande.
              Tout le monde aura compris que les mots liberté, d’égalité, fraternité n’ont de signification que dans les loges entre initiés.
              http://www.loge-francophone-zurich.ch/html/franc-maconnerie.html&nbsp ; -A lire absolument !
              Comprends que le reste du monde ( les larbins) ne supportent plus d’entendre tes bêtises.
              Mais si Dieu le veut, un jour les peuples s’approprieront les rennes du pouvoir et alors se seront les personnes comme toi qui seront à leur tour mis en esclavage. 


            • lemoncitron lemoncitron 30 juin 2011 12:33

              « une nation européenne issue des migrations et des melting pots de l’histoire contemporaine ou lointaine »

              Encore une fausse vérité asséné par le NWO et reprise en choeur par les habitants de boboland. Vous confondez l’europe et les états-unis. Depuis des siècles la population européenne est homogène. L’immigration extra européenne de masse date du XXème siècle à peine... Arrétez avec ce conte de fées qui voudrait que l’europe soit ouverte à tous les vents depuis la nuit des temps. J’aimerais que vous m’expliquiez alors comment l’européen a pu resté blanc (blanc ? Mon dieu, autant dire une bête immonde et fascistoïde) avec ce flot inextinguible d’immigrés. C’est comme cela qu’agissent les fascistes bruns/rouges, au départ ils déforme la vérité historique par le mensonge pour arriver à la faire correspondre à leur idéologie.

              Autre chose, pourquoi ne pas vous attaquer à la chine, à l’inde, bref aux pays d’asie en général chez qui le « vivre ensemble » et le « melting pot » n’existent pas ? Et en afrique alors, vous en voyez beaucoup du mélange ? En algérie, elle est de combien la proportion d’immigrés ? Le peu qu’il y a, des chinois, subissent des exactions racistes mais là on en parle pas. Ben oui, comme les européens (les français donc) les ont colonisé, ils ont le droit d’être raciste, intolérants, c’est ça le fond de votre idéologie. Salopards d’européens, il faut qu’ils paient, quite à les éradiquer...

              Et pourquoi votre vision des choses devrait obligatoirement s’appliquer à des peuples qui n’en veulent pas ? Vous décrétez que vos idées sont supérieures à celles des autres. Pourquoi ? De quel droit ? Je vais vous dire, c’est parce que vous pensez appartenir à l’élite, élite mieux à même de choisir comment doit vivre le citoyen puisque ce dernier, par sa bêtise crasse et son idéologie nauséabonde, n’est capable que du pire. Vous êtes partisan d’une sorte de « despotisme éclairé ».

              Du coup on comprend mieux votre rejet du populisme puisque le populisme c’est :

              « En politique, le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant »accaparé« le pouvoir... accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre. » (toupie.org).

              Et comme l’a si judicieusement rappelé quelqu’un ici, mettez vos idées en adéquation avec vos actes, parce que sinon vous êtes juste un énième joueur de pipeau idéologique.

               


              • lalejand lalejand 30 juin 2011 23:35

                « J’aimerais que vous m’expliquiez alors comment l’européen a pu resté blanc »
                heu, parce que les migrants étaient blancs eux aussi.
                Ne réduiriez-vous pas rapidment « immigration » à « immigration d’Afrique du Nord » ?


              • Yohan Yohan 30 juin 2011 12:38

                L’auteur est un expert en communication virale, normal pour un chercheur en biologie, les virus ce le connait. Il pourrait commencer par s’atteler au virus de la bisounourserie, il est plus que temps de trouver l’antidote smiley smiley


                • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 12:55

                  Je suis absolument d’accord avec l’auteur, il faut en finir avec les populismes.

                  L’enjeu pour les français c’est de se rassembler et faire bloc, au tour de nos oligarchies politiques, de nos élites parisianistes, et soutenir tout ceux qui représenterons le mieux les intérêts des lobbys financiers internationaux, des marchés et des agences de notations, à qui nous devons tout, et qui nous prêtent généreusement tout l’argent dont nous avons besoin, et pour lequel il faut un grand effort de solidarité nationale afin d’honorer dans la dignité tout nos devoirs et nos engagements, pour une société plus juste basé sur la consommation de masse, soutenant notre croissance et notre PIB permettant de nous acquitter, que ce soit de nos taux d’intérêt qu’ils soient individuels ou collectifs.

                  Il ne faut surtout pas nous éloigner de nos votes et partis utiles, qui sont les seuls à défendre les intérêts ’une société ouverte et mondialiste, ultra-libérale et généreuse, et pour être sures de ne pas vous tromper, voter PS ou UMP à tout les coups vous ferez le bon choix et vous éviterez quelque surprise que ce soit, en ayant la garanti qu’à partir de maintenant, et bien ce sera comme avant.


                  • Cocasse Cocasse 30 juin 2011 14:07

                    en ayant la garanti qu’à partir de maintenant, et bien ce sera comme avant.

                    Non, juste un peu plus pire qu’avant.
                    Toujours un peu plus pire, petit à petit, mais toujours pire.


                  • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 14:25

                    De l’ultra libéralisme, puis un peu de socialo-vaseline pour ne pas avoir trop mal au cul, c’est la bonne posologie, ça va ensemble.


                  • Cocasse Cocasse 30 juin 2011 17:08

                    En parlant de vaseline et de mal au cul : maintenant, les candidats du système racolent comme de vieilles putes défraichies en jouant sur les intérêts communautaires.
                    Un exemple tiré de « direct matin » d’aujourd’hui : la communauté homo fait savoir que son vote pencherait en faveur de candidat autorisant le mariage homo.

                    Donc on peut avoir n’importe quel salopard dans la liste (on a que ça d’ailleurs), avec n’importe quel programme de rigueur et de pillage national, du moment qu’il lâche une petite mesurette bien bobo libérale, tout un tas d’abrutis voteront pour lui pour obtenir leurs peccadilles.
                    C’est d’autant facile quand il s’agit de mesures de ce genre, déjà destructrice du tissu traditionnel et familial.


                  • posteriori 3 juillet 2011 10:11

                    « Donc on peut avoir n’importe quel salopard dans la liste (on a que ça d’ailleurs), avec n’importe quel programme de rigueur et de pillage national, du moment qu’il lâche une petite mesurette bien bobo libérale, tout un tas d’abrutis voteront pour lui pour obtenir leurs peccadilles. »

                    Cocasse je ne te savais pas maitre à ce point dans l’autocritique, et «  les bobos libéraux » belle périphrase qui nous raconte si bien ta horde.


                  • Ducagire 30 juin 2011 12:58

                    Décidément, les sympathisants de Marine aiment réagir.

                    Je répondrai simplement que la diversité est bonne. Qu’il vaut mieux un monde de bisounours que des chemises noires.

                    Enfin, je ne renie pas ce que certains veulent detruire. La liberté, Egalité et Frat,


                    • LADY75 LADY75 30 juin 2011 16:47

                      Lady Panam’ s’étonne :

                      En général, les ceusses qu’y s’fendent de pareils listings des zones « barbares » y ajoutent la Roumanie... pays apparemment peuplés, dit-on dans la mouvance « identitaire » de diseuse de bonne aventure qui volent des poules et mendient avec des enfants pour s’offrir des caravanes luxueuses tirées par des Mercedes haut de gamme..
                      Pourquoi cet oubli ?


                    • lalejand lalejand 30 juin 2011 23:40

                      L’article a été référencé sur le site fdesouche. LE site d’extrème droite qui traite euh ... d’immigration et qui recense les faits divers du moindre petit bled histoire de faire genre « oulala tout fout le camp ».
                      Donc comme d’habitude ils arrivent en masse. Et comme d’habitude c’est 90% de railleries et 10% de commentaires constructifs.


                    • kiouty 30 juin 2011 13:16

                      Il serait opportun de traiter de manière identique les [...] spéculateurs qui cassent une idée du vivre ensemble européen.

                      J’ai l’impression que pour vous, la lutte contre le FN est une fin en soi. Mais vous planquez sous la moquette des problèmes innombrables.
                      Je vous signale que c’est l’Europe de Bruxelles qui a inscrit le libre-échange de façon constitutionnelle, et que si les spéculateurs sont autant en mesure de déstabiliser le système, c’est bien par la dérégulation de la circulation des capitaux et la réduction drastique des règles prudentielles qu’a imposée l’Europe avec la complicité des politiques du PS comme de l’UMP.

                      Vous ne pouvez pas lutter contre la finance sauvage avec l’Union Européenne actuelle, qui soutient ce type de politiques de dérégulation pro-marché et pro-finance, c’est un non-sens.

                      La construction de votre idéal européen, ça fait longtemps qu’elle a fait long feu, ça me fait toujours rire jaune quand je vois des naïfs qui croient défendre un truc qui n’existe plus depuis longtemps, qui a été complètement dévoyé. Cela montre à quel point la force de propagande européiste est conséquente.

                      Je vous reproche, monsieur l’auteur, d’être européiste et anti-fn juste par conviction. C’est votre droit, et je partage certainement votre dégout de la partie haineuse du FN et leur obsession des questions raciales, mais vos objectifs qui sont : lutter contre le populisme et soutenir l’Europe de Bruxelles envers et contre tous n’aidera certainement pas ni à réguler la finance, ni au maintien de la démocratie (cf. ce que l’Europe fait à la Grèce, car elle n’a pas le pouvoir de contrer les marchés), ni à progresser dans une société ou la richesse est redistribuée correctement.


                      • non667 30 juin 2011 13:21

                        à yannik
                        t’as fini ?
                        oubli pas de tirer la chasse ! smiley smiley


                        • Cocasse Cocasse 30 juin 2011 14:04

                          Encore un article à la noix, du niveau de ceux de rue89.
                          L’auteur a 60 ans de retard.
                          Sauf qu’il n’a pas encore réalisé que ceux qu’il prétend combattre sont aujourd’hui du coté de la résistance, et ceux qu’il soutient sont les pires collabos de notre époque.


                          • easy easy 30 juin 2011 14:10

                            Ouille ! En finir avec le populisme ?

                            Autant réclamer d’en finir avec le besoin de manger.

                            Essayons de définir le populisme en disant déjà qu’il y en a mille puisqu’il y a mille sujets de la vie.

                            Dans chacun des sujets de la vie, il y a obligatoirement,grégarisation, verbe et communication obligent, un courant de pensée qui se dessine.
                            Avant la Révolution il y avait des courants de pensée populiste et des idées de marge. Après la Révolution bien des idées autrefois de marge sont devenues populistes et il est surgi de nouvelles idées de marge qui un jour, deviendront probablement populistes.



                            C’est quoi un fleuve ? C’est une masse d’eau qui circule du haut d’un terrain vers le bas ?
                            Certes, mais à y regarder de plus près il y a bien d’autres choses à en dire. On peut par exemple remarquer qu’il existe un milieu à ce fleuve et où l’eau circule plus vite sur sur les berges où les dernières molécules sont même immobiles, planquées dans les enfractuosités des berges.
                            Il y a donc de l’eau qui circule sur de l’eau qui circule pendant qu’il y a de l’eau qui circule sur des roches. Et cette eau qui circule sur les roches les érode, transmet les limons vers le reste des eaux et ce limon se déplace en reformant un lit. Ce lit est à la fois défait, et refait. Au total, un fleuve comporte des parties droites, des sinuosités, des chutes, des tourbillons, des plats, des affluents, des confluents, des deltas, des sources.....

                            Les courants de pensée ressemblent à des fleuves.

                            Alors détruire les fleuves de pensée ?

                            Pour quoi faire à la place ?

                            Des lacs ?
                            Des mares ?
                            Ou carrément des lits à sec ?




                            • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 14:19

                              L’auteur devrait étudier la pensée de Claude Levi Strauss, il s’apercevrait peut-être que ce sont les gens qui véhiculent ce type d’idées abstraites universalistes qui sont le véritable danger pour le vivre ensemble, et qu’il n’y a rien de plus redoutable et nocif dans l’état actuel de notre degré d’évolution en terme de civilisation, que les idées cosmopolites et multiculturalistes.

                              Justifier le multiculturalisme en se basant comme exemple sur le brassage de populations d’origine, de culture, et de civilisation celtiques gréco-romaine et la plus grande imposture intellectuelle de tout les temps, que l’on peut désormais comparer à son alter égo qui n’est rien d’autre que le nazisme et qui à terme immanquablement reproduira les même effets, c’est à dire le chaos généralisé sur Terre, par une guerre généralisé entre le Nord et le Sud et ont le théâtre des opérations comme d’habitude sera le continent Européen, qui pour la troisième fois consécutive se suicidera une fois de plus, malgré tout ses atouts intellectuels, philosophiques et culturels.


                              • voxagora voxagora 30 juin 2011 14:21

                                Quel bougli-boulga ! Ou est la sincérité la-dedans ?

                                Au départ le populisme est une école littéraire qui décrit avec réalisme, 
                                dans des romans, les milieux populaires.
                                Comme l« HOTEL DU NORD » d’Eugène Dabit immortalisé par Marcel Carné au cinéma.

                                Puis c’est en Russie un mouvement politico-social qui veut entraîner le peuple
                                dans la lutte contre le pouvoir tsariste.

                                Cela devient une doctrine faisant appel au peuple,
                                mais quand on y adjoint le mot « libéral »cela devient la soi-disant idéologie
                                du soi-disant « petit producteur réactionnaire qui nie la lutte des classes »,
                                à l’usage de marxistes pas fins,

                                et voilà que perverti en France par des idées pas claires et des a-priori un rien tordus,
                                il est associé à la seule idéologie FN,
                                achevant de creuser l’écart entre les mots et leur sens,
                                entre l’universalité des mots et leurs utilisateurs incultes.
                                .

                                 


                                • Yannick Comenge Yannick Comenge 30 juin 2011 14:42

                                  Je n’ai aucune once de sympathie pour les désaxés de l’extrémisme. Et je crois que ce combat permet de résoudre bon nombre de probleme.
                                  En apportant une reelle politique d’integration, cela permet à des jeunes de connaitre notre culture, notre langue et d’éviter l’aspect ghettos qu’on a construit depuis la fin des années 70.

                                  Le populisme patrimonial que j’attaque dans mon texte est celui de la frilosité. C’est celui qui est combattu par les républicains de Mélenchon à De Villepin. En assainissant en plus certains erreurs de la construction de l’Europe, il sera possible de construire une vraie dynamique sur le continent.

                                  En acceptant que nous vieillissons et que la vieille manière d’etre français n’a pas de sens, cela ouvre des perspectives. Oui, je crois en ces petit chinois qui arrivent de loin, je crois ces afghans qui ont traversé des pays, je crois en ce tunisien qui viennent chercher le refuge. Pour moi ils sont « plus français » que certains électeurs confits dans leur haine de l’autre.

                                  Enfin, là, ou certains se trompent. Le Bisounours est un vrai panda en face de l’extrémisme car oui, la pente fatale du populisme amène à un régime lepénisant. Et en ce sens, la notion de combat démocratique a tout son sens.

                                  Je vous laisse vous défouler et regrette de voir tant de dérives...


                                  • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 15:14

                                    Je crois que vous êtes très jeune et n’avez pas connu les années 80, époque à laquelle la France était dotée, comme elle l’est encore, de tout les outils structurels, éducatif et sociaux en matière d’intégration plus que suffisants.

                                    Sauf qu’on a mis plus de contenu que le contenant ne pouvait en recevoir, donc forcément ça déborde.

                                    Année après année, on constate et on nous dit que le contenant est trop petit, et qu’il en faut un plus grand. OK !

                                    On prend donc un contenant plus grand.

                                    Sauf que ceux qui n’ont seulement nous disent tout le temps que le contenant est trop petit, sont les mêmes qui militent année après année, en nous disant qu’il n’y a jamais assez de contenu, et qu’il en faut toujours plus.

                                    Résultat des courses ça déborde encore.

                                    Bref, c’est sans fin !

                                    Moi aussi j’étais multiculturaliste, cosmopolite, universaliste etc....

                                    Sauf qu’au bout d’un moment il faut arrêter les conneries, sortir de cette logique linéaire et unilatérale qui ne mène nulle part sauf dans le mur.

                                    Comme dit le proverbe « Dieu se rie de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».

                                    On peut pas éternellement détruire la société et le tissu social, puis ensuite venir pleurer sur les conséquences qu’on a nous même créé. Au bout d’un moment il faut savoir dire stop, reconsidérer les choses et faire des propositions vraiment alternatives dans l’intérêt général.


                                  • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 15:33
                                    même dans le pays le plus multiculturaliste,, le brésil, ca a échoué LAMENTABLEMENT

                                    Ce n’est pas exact, les problèmes au Brésil n’ont aucune nature culturelle ou ethnique, ou même quoi que ce soit en termes d’une quelconque intégration.


                                  • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 16:09

                                    Le racisme au Brésil ça se relativise.

                                    Il y a bien a entendu une élite majoritairement blanche, et pour beaucoup de raisons un taux de réussite beaucoup plus important, mais on trouve également beaucoup de blancs qui partagent avec les noirs et les métisses la classe sociale la plus pauvre, mais vivent cependant ensemble sans être communautarisés par affinités ethnique comme aux US.

                                    Bref, encore une bonne dose de propagande antiraciste, qui trouve et invente du racisme là où il n’y en a pas. Cela ne veut pas dire non plus que le racisme n’existe pas au Brésil, mais on sait comme fonctionne l’antiracisme, et il convient de relativiser.

                                    D’autre part qu’est-ce que le multiculturalisme au Brésil ?

                                    Ce sont différentes cultures qui se sont mélangé et imprégner depuis 5 siècles, et qui ont créé un pays nouveau, ainsi aujourd’hui il n’y a qu’une culture brésilienne, aussi bien partagée par les blancs et les métisses, quand bien même elle s’est créé par de multiples influences.

                                    C’est quelque chose de très éloigné de ce que l’on entend en Europe par multiculturalisme, qui pour le moment n’est rien d’autre qu’une juxtaposition, qu’elle soit culturelle ou ethnique.

                                    On peut faire en 50 ans et brutalement, ce que le Brésil a fait petit à petit en 5 siècles, à des époques très différentes de la notre et où il y avait beaucoup moins de population, et surtout dans ce qu’on appelle le « Vieux Continent » avec une culture et civilisation multi-millénaire.

                                     


                                  • Jaime Horta Jaime Horta 30 juin 2011 17:04

                                    Absolument d’accord, et le Brésil n’est pas vraiment représentatif de ce qui est la norme, peut-être l’exception qui confirme la règle.

                                    Une autre différence, c’est que les brésiliens quels qu’ils soient, sont très chauvins, très fier de leur pays de leur langue et d’être brésiliens.

                                    En France on a pris l’habitude prendre de prendre la défense des délinquants, or dans une ville comme Salvador da Bahia il n’est pas rare que la police intervienne pour sauver les voleurs du lynchage populaire, mais ce n’est pas une coutume, mais il y a une véritable exaspération populaire de la délinquance, et sans aucun parti pris en fonction de la race et de la couleur.

                                    En Europe et particulièrement en France, il semble que ce soit devenu un sport national que de cracher sur son pays, sa culture, sa langue et son histoire.

                                    C’est particulièrement dangereux pour la cohésion nationale, et ceux qui entretiennent cet état d’esprit n’ont pas l’air de s’en rendre compte. On veut faire du lien social, tout en détruisant tout ses fondements culturels jugés obsolètes et racistes, après ils s’étonnent qu’il y a de plus en plus de racisme, car l’antiracisme à dépasser un stade de non retour où il ne se rend même plus compte que juste c’est lui qui oppose les gens aux autres.

                                     


                                  • lemoncitron lemoncitron 30 juin 2011 15:06

                                    « Je vous laisse vous défouler et regrette de voir tant de dérives... »

                                    Courageux en plus...

                                    Soit on est d’accord avec vous, soit on est des cons. Despotisme éclairé donc. Mais despotisme tout de même. A part faire de l’incantation moralisante, vous avez des vrais arguments à proposer ?

                                    « je crois en ce tunisien qui viennent chercher le refuge. Pour moi ils sont »plus français« que certains électeurs confits dans leur haine de l’autre. »

                                    Pardon ? Qui a la haine de l’autre ? Relisez-vous !

                                    De toute façon, quand on commence un article avec un mensonge, c’est que la suite sera du même tonneau. Je ne sais plus qui a dit : « le communisme c’est le fachisme avec le mensonge en plus »... Belle formule qui vous va comme un gant.

                                    « C’est celui qui est combattu par les républicains de Mélenchon à De Villepin » Par contre voila un gag excellent. Finalement vous avez de l’humour et vous maniez l’ironie de main de maître smiley


                                    • Yannick Comenge Yannick Comenge 30 juin 2011 16:14

                                      @actias...
                                      Le populiste ou le frontiste sont contre l’Europe, viscéralement.
                                      Ils sont dans la peur systématique de l’autre.
                                      Ils sont l’immigration choisie comme des maquignons choisissant leurs bestiaux
                                      Ils sont pour les stat ethniques pour pouvoir mener des politiques bien pire par la suite.

                                      La préférence nationale est une hérézie dans un monde européen dont la démocraphie vascille et ou il y a necessité d’ouvrir les portes à l’immigration dans une logique d’intégration bien faite.


                                    • Cocasse Cocasse 30 juin 2011 17:14

                                      Le populiste ou le frontiste sont contre l’Europe, viscéralement.
                                      Ils sont dans la peur systématique de l’autre.
                                      Ils sont l’immigration choisie comme des maquignons choisissant leurs bestiaux
                                      Ils sont pour les stat ethniques pour pouvoir mener des politiques bien pire par la suite.

                                      La préférence nationale est une hérézie dans un monde européen dont la démocraphie vascille et ou il y a necessité d’ouvrir les portes à l’immigration dans une logique d’intégration bien faite.

                                      Là c’est du lourd, tu vas devoir attendre jusqu’à tes 70 ans pour sortir du formatage.
                                      Et encore, c’est pas gagné.
                                      Je blague, j’ai aussi connu ça plus jeune, enfin pas à ce point quand même...


                                    • Cocasse Cocasse 30 juin 2011 17:15

                                      La citation s’arrête à « bien faite », mais il y a eu un bug au postage et les italiques ont été retirées.


                                    • Yohan Yohan 30 juin 2011 23:16

                                      Il en traîne une couche celui là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès