Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Comment ne pas penser à mon père et à ma mère ?

Comment ne pas penser à mon père et à ma mère ?

Après Gaston Monnerville (1947 à 1968), Alain Poher (1968 à 1992), René Monory (1992 à 1998) et Christian Poncelet (1998 à 2008), Gérard Larcher devient le cinquième président du Sénat sous la Ve République.


« En ces instants d’émotion, – pardonnez-moi ! – comment ne pas penser à mon père et à ma mère, à qui je dois tant et qui me regardent en ce moment par la lucarne de la télévision, à mon épouse Christine et à nos trois enfants. Mes pensées vont aussi – et à ces mots se superposent des visages et des voix que j’aime et que j’ai aimés – à ceux qui ne siégeront plus dans cet hémicycle parce qu’ils ne se sont pas représentés, parce que le sort des urnes leur a été défavorable ou parce que la maladie les a emportés. »

C’est en ces termes un peu sibyllins que Gérard Larcher a pris ses fonctions de (jeune) président du Sénat mercredi dernier.

C’est en effet sans surprise aucune qu’à 59 ans le sénateur-maire UMP de Rambouillet et ancien ministre du Travail a été élu président du Sénat ce 1er octobre 2008 vers 17 heures 30.


Élection royale ?

Il a été élu dès le premier tour avec 173 voix contre 134 à son concurrent socialiste Jean-Pierre Bel, sénateur de l’Ariège et président du groupe socialiste au Sénat (les résultats complets ici).

Pour la première élection d’un président du Sénat, la victoire au premier tour est un véritable exploit.

En 1989, Charles Pasqua avait permis à un Alain Poher vieillissant de s’accrocher au plateau contre la volonté du groupe de l’Union centriste dont était issu Poher. En 1992, René Monory remporta difficilement la succession contre Pierre-Christian Taittinger et Charles Pasqua après des primaires au sein des groupes et en séance plénière. En 1998, René Monory pourtant soutenu par Jacques Chirac fut dépassé à son tour par Christian Poncelet au vote en séance plénière.


Exploit ?

Exploit ? Il y a eu quand même 32 voix qui se sont perdues dans le vote, dont 21 au moins au sein de l’UMP. Un soutien clair à René Garrec, questeur sortant qui serait donné non renouvelé au bénéfice de Roger Romani selon certaines sources. Et peut-être une marque de défiance vis-à-vis de Gérard Larcher au comportement un tantinet trop triomphaliste depuis sa victoire à la primaire de l’UMP.

Exploit ? En tout cas, Gérard Larcher a su faire preuve de persuasion pour éviter les candidatures multiples, car, finalement, l’élection au premier tour ne faisait aucun doute, étant donné qu’il n’y avait plus que deux seuls candidats.


Absence de concurrents multiples

En effet, après hésitation, la présidente du groupe communiste au Sénat, Nicole Borvo Cohen-Seat, avait renoncé à se présenter afin de faire bloc derrière la candidature du groupe socialiste.

Mais ce qui est le plus notable concerne la majorité sénatoriale. Après pourtant avoir déclaré sa candidature en indépendant (en dehors de la primaire du 24 septembre 2008), l’ancien ministre UMP du Budget Alain Lambert a finalement renoncé en début de journée après une réunion avec Gérard Larcher.

Le renoncement d’Alain Lambert a déçu beaucoup de sénateurs qui comptaient sur lui (et son courage) pour ne pas voter pour Gérard Larcher, rêvant même l’apport de voix socialistes pour semer la confusion au sein de l’UMP.

Hélas, Alain Lambert n’en est pas à son premier renoncement. Il s’était déjà distingué en annonçant son refus obstiné de voter la réforme des institutions pour in fine la voter dans une subtile allégeance.

Alain Lambert, qui a des idées très intéressantes et approfondies, risque donc de voir sa crédibilité fortement entamée après cette non-candidature.

Un autre candidat s’était également fait connaître. Il s’agissait du président du groupe de l’Union centriste, Michel Mercier, dont on a suivi les valses lyonnaises pendant plusieurs mois.

Son renoncement n’a pas étonné, puisque le retrait prévisible de sa candidature virtuelle n’est qu’une monnaie d’échange pour montrer l’importance des sénateurs centristes, indispensables pour rendre majoritaire l’UMP (à ce titre, aucun des rares sénateurs MoDem ne semble s’être manifesté en dehors de cette majorité).

Ce 6 octobre 2008 à 17 heures, tout se décidera pour les candidatures aux différents postes du bureau du Sénat qui seront pourvus en séance plénière le 7 octobre 2008 : vice-présidences, questeurs, présidence de commissions, etc., chacun de ces postes jouissant de privilèges intéressants.


Vous avez dit privilèges ? 

À propos des privilèges, et notamment ceux attribués à vie aux anciens présidents du Sénat (le fameux appartement de 200 mètres carrés auquel Christian Poncelet a dû renoncer entre autres ; notons que son prédécesseur René Monory avait refusé cet avantage), il est étonnant que, périodiquement, il y ait une vague d’antiparlementarisme qui arrive en France. Et qu’elle reparte presque aussi rapidement.

Je me rappelle clairement les avantages à vie des anciens présidents de l’Assemblée nationale (une voiture avec chauffeur) lorsqu’il s’est agi d’élire le successeur de Jean-Louis Debré au perchoir en mars 2007 (Jean-Louis Debré ayant été nommé président du Conseil constitutionnel).

Patrick Ollier avait été élu pour l’honneur, puisqu’il n’a pas eu à présider d’autre séance que celle de son élection, vu que c’était la fin de la législature. Il a finalement été convenu de supprimer ces avantages.

Quant aux sénateurs à la retraite, le site Rue89 a publié l’extrait d’une lettre confidentielle reçue par un sénateur qui terminait son mandat le 30 septembre 2008, et je vous propose d’aller lire la réaction d’un assistant parlementaire sur le sujet (ainsi que les commentaires qui suivent son article).


Entre abus parlementaires et antiparlementarisme abusif

Je ne dis pas qu’il n’y a pas quelques privilèges qui sont des abus de la République et qui mériteraient d’être supprimés, mais ne pas donner aux parlementaires (ou anciens parlementaires, parfois encore sollicités) un certain confort, c’est privilégier ceux des plus riches et des plus franciliens. Et les rendre plus réceptifs à toute forme de corruption.

L’antiparlementarisme joue naturellement sur le terreau de la jalousie ou de l’envie, et les élus ne font pas grand-chose pour montrer aux citoyens leur irréprochabilité.

Ce sera la tâche (très) ambitieuse de Gérard Larcher, celle de redorer l’image du Sénat dont l’utilité est reconnue de tous les juristes par l’amélioration des lois rédigées un peu précipitamment par le gouvernement ou l’Assemblée nationale.


Dans un prochain article, je reviendrai sur le grand perdant de cette élection.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (2 octobre 2008)


Pour aller plus loin :

Gérard Larcher gagne la bataille de l’UMP (25 septembre 2008).

Résultats de l’élection (1er octobre 2008).

Vidéo de la séance de l’élection du président du Sénat (1er octobre 2008).

Retranscription de la séance du Sénat du 1er octobre 2008 (présidée par Serge Dassault puis Gérard Larcher).

Perchoir, même privilège qu’au plateau ? (7 mars 2007).

Projet de rénovation du Sénat de Gérard Larcher.




Documents joints à cet article

Comment ne pas penser à mon père et à ma mère ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yvance77 2 octobre 2008 14:29

    Si il y a bien une chambre qui mérite le qualificatif de conservatrice, c’est bien celle-ci. Il serait temps de faire peau neuve !

    A peluche


    • Gabriel Gabriel 2 octobre 2008 14:57

      Bonjour,

      Et moi qui croyais qu’on avait fait disparaitre la noblesse et ses privilèges ! Cette poignée de planqué prétentieux et bouffis d’orgueil à la solde des lobbies qui les arrossent de pot de vin. Aucun intérêt, à faire disparaitre au plus vite ! Le sénat = absence total de démocratie et de transparence.


      • Hieronymus Hieronymus 2 octobre 2008 19:01

        la derniere photo est plus qu’eloquente
        celle on l’on voit ce grassouillet, triple menton
        nez rouge et bouffi, teint couperose,
        bref la caricature du "notable"
        de nos provinces ne pas cacher sa satisfaction ...

        certes tous les senateurs ne sont pas a mettre de le m sac
        mais a la vue de ce ventripotent autosatisafait et goguenard
        comment ne pas les detester visceralement ?
        c’est ca un senateur ? le genie politique
        un "sage" comme au senat romain ?
        a quoi ca sert, qu’on m’explique ?
        en 1969 de Gaulle voulait faire une regionalisation
        et reformer le senat, tentative ratee il y a 40 ans ! et
        pour toujours car lui seul avait l’autorite pour le faire et
        si son referendum a echoue (de tres peu) ce n’est pas
        peu du fait des manoeuvres en loucede de ces "planques"
        de la republique bien decides a defendre leurs privileges !


        • foufouille foufouille 2 octobre 2008 23:43

          tous pourris
          guillotine !!!!!


          • foufouille foufouille 3 octobre 2008 11:22

            http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/09/30/le-senat-pays-ou-la-vie-est-moins-chere_1101193_823448.html

            http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/09/30/le-senat-pays-ou-la-vie-est-moins-chere_1101193_823448_1.html

            avec ces deux articles du monde, on voit bien la ploutocratie

            petite phrase d’un futur parlementaire

            A entendre certains, il faudrait que les sénateurs aient une retraite de smicard. Il ne faut quand même pas pousser !

            mepris total de ces gens la


          • morice morice 5 octobre 2008 13:23

             Qu’est ce que c’est que cette intro larmoyante ??? Larcher se prend pour le garagiste du Futuroscope ? Le gars qui pond des rapports sur les hôpitaux sans un seul géographe de consulté ? A regrouper à tire-larigot ? Un gaulliste du genre qui plait tant à Sylvain ? celui qui a une opinion disons un peu spéciale sur les émeutes ? ?? même Pasqua n’est pas allé aussi loin en paroles !!!

            le gars qui pense "bagnole" ??
             En 2006, c’est l’abbé Yves Petit qu’il décore de la médaille des Arts et Lettres. Parce qu’il a « oeuvré à la rénovation du grand orgue »de l’église de Bagnoles. Larcher, devenu ministre du Travail, n’oublie pas « ses » petites gens.

            l’électoramisme ça a du bon : on supprime les hôpitaux, mais on distribue les hochets....

            résumé du personnage :
            Ses réseaux. Beaucoup évoquent une appartenance à la franc-maçonnerie, qu’il nie. La spiritualité est importante pour ce baptisé catholique devenu protestant par amour de son épouse, qui « rêve d’un courant transchrétien ». Lors de son passage au ministère du Travail, il acquiert la réputation de savoir écouter. Et dit « avoir gardé des relations » avec ses partenaires de négociations. « Vous seriez étonnés de savoir de qui j’ai reçu des encouragements », glisse-t-il.

            Sylvain, après Napoléon III, Pasqua et Palin, vous allez nous encensez qui ??? "Ce sera la tâche (très) ambitieuse de Gérard Larcher, celle de redorer l’image du Sénat" :  autant lui donner tout de suite un pot de peinture dorée.... à moins qu’il ne décide de mettre un orgue dans l’hémicycle et que sa femme n’y ramène ses copines ???


            • foufouille foufouille 5 octobre 2008 16:42

              allons, allons, l’auteur a 10 boulot. il travaille 72h/24, il ne peut donc repondre ............


            • Jean 5 octobre 2008 21:34

              Melanchon sénateur !


              • Jean 5 octobre 2008 21:39

                Au bar du sénat le wiskey est encore à 50 centimes, oui mais d’euro... mais le café est a 40 centimes d’euro, seulement 10 centimes d’écart ? pourquoi donc ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès