Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Comprendre le vote FN, sans complaisance

Comprendre le vote FN, sans complaisance

La victoire de justesse du candidat socialiste dans le Doubs, face à une candidate du Front National a de nouveau provoqué des réactions diverses, certains y voyant une victoire du FN, d’autres, comme moi, un résultat pas si extraordinaire. Mais que penser du choix des électeurs ?

Un vote socialement logique
 
Cela fait depuis 2002 qu’il est devenu clair que le vote FN est d’abord social. En effet, certains sondages avaient montré que Jean-Marie Le Pen avait obtenu deux fois plus de voix dans les classes populaires que Lionel Jospin, décillant durement une certaine gauche qui se croyait quasiment propriétaire des voix des ouvriers. Dès 2011, avant même la présidentielle, et lors du premier succès électoral du FN de Marine Le Pen, il était déjà clair que le succès du parti lepéniste auprès des classes populaires, premières victimes de la crise, allait se poursuivre, ce qui a été confirmé un an plus tard, avec les 17,9% de la présidente du FN aux présidentielles et le très bon score des élections européennes.
 
Leur choix est logique  : depuis 40 ans, UMP et PS se partagent le pouvoir, et la situation ne cesse de se dégrader, malgré les alternances et les promesses. Il n’est pas illogique que les premières victimes de la crise souhaitent changer de dirigeants et votent pour le premier parti qui n’a pas été au pouvoir, les Verts, les centristes et la gauche radicale étant teintés par leurs expériences gouvernementales. Pour Hervé Le Bras et Emmanuel Todd « le FN est devenu, économiquement et territorialement, le partis des dominées, de ces faibles qui ont été éloignés, par l’éducation autant que par le métier, des centres urbains de pouvoir et de privilèges, et rélégués dans les zones périurbaines et rurales  ».
 
Un vote important mais marginal

Mais si les frontistes s’appuient sur les derniers scores pour voir l’avenir en rose, il faut quand même noter que le FN pèse dans les élections depuis plus de 30 ans et reste toujours finalement assez loin du pouvoir, au contraire de Syriza et Podemos, dont l’ascension a été bien plus rapide et déterminante pour leur pays, au point de les porter aux portes du pouvoir. Si le parti lepéniste n’est même pas capable de gagner dans le Doubs, une région favorable, au cœur d’une crise sévère et face à un pouvoir extrêmement impopulaire, on peut penser que ce parti restera à tout jamais marginal électoralement, tout en étant paradoxalement le premier parti de France, un peu comme le PCF en son temps.

Les classes populaires votent sans doute majoritairement pour le FN au second tour, mais ce parti reste assez repoussant pour qu’une nette majorité du reste de la population, qui souffre moins, s’oppose à son accession au pouvoir. Et cela n’est pas prêt de changer, comme l’ont montré la comparaison nauséabonde de Louis Aliot sur les obsèques de Charlie Hebdo, mises sur le même plan que des obsèques d’un dignitaire nazi par la seule grâce de l’Internationale, ou encore ce candidat aux cantonales, qui a fait sienne la devise de Vichy. Bref, à sa tête et dans ses rangs, le parti lepéniste charrie toujours les mêmes extrémistes xénophobes, menteurs et démagogiques, ce qui leur barre les portes du pouvoir.
 
Bref, si je respecte et comprend même largement le choix des électeurs du FN, aussi critique que je sois sur le PS et l’UMP, je pense que le parti de la famille Le Pen, même s’il progresse temporairement, restera très heureusement dans la marginalité. La France a besoin d’une nouvelle voie.

Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • non667 17 février 2015 11:07

    :un souverainiste qui attaque un autre souverainiste avec les mêmes arguments /propagande que ses ennemis (fn anti-républicain ,anti-démocrate,raciste ) est un traître au souverainisme  !
    ses attaques ?son passé ( souverainiste depuis peu  par rapport au fn =42ans ) contre le fn montrent qu’il est une taupe du N. O .M.
     destiné a diviser les souverainistes et grapiller quelques % au fn , au même titre que les « souverainistes de mes 2 » dupont gnangnan ,de villiers ,.ASSELINEAU .............etc....

    DES TAUPES/VALETS DU N.O.M.


    • lsga lsga 17 février 2015 11:11

      la caste moyenne réactionnaire française veut plus de matières premières africaines et moins d’africains  ; plus de « pouvoir d’achat » et moins de « chômage » ; une sécurité sociale « nationale » et SURTOUT PAS mondiale ; elle s’intéresse à sa misère et ne veut surtout pas entendre parler de la misère que son style de vie provoque partout sur la planète. 

       

      • olivier cabanel olivier cabanel 17 février 2015 11:29

        a l’auteur

        vous n’êtes pas le seul, et j’ai entendu à 1000 reprises cette phrase : « victoire sur le fil », a tel point que le gagnant s’était presque excusé d’avoir gagné...
        les médias ont tous dit la même chose, et vous reprenez le truc...
        mais que je sache, lors de la dernière élection présidentielles, et aussi idem pour les précédentes, le gagnant ne l’emporte toujours qu’avec des scores étriqués du genre 49/51 et personne n’a évoqué une « victoire sur le fil »
        voila, c’est tout ce que je voulais vous dire.
         smiley

        • César Castique César Castique 17 février 2015 11:40

          « ..., au contraire de Syriza et Podemos, dont l’ascension a été bien plus rapide et déterminante pour leur pays, au point de les porter aux portes du pouvoir. »


          Je ne connais pas un seul exemple de parti qui ait fait une entrée fracassante sur la scène politique de son pays, qui ne se soit effondré avec la même brutalité.

          Cela tient, principalement, aux espoirs insensés éveillés par les nouveaux venus et à la disparité « idéologique » de leurs électeurs. 

          Vous devriez vous intéresser davantage à l’histoire, ce n’est pas la discipline inutile que brocardent les imbéciles.

          • lsga lsga 17 février 2015 11:43

            « Je ne connais pas un seul exemple de parti qui ait fait une entrée fracassante sur la scène politique de son pays, qui ne se soit effondré avec la même brutalité. »

             
            exemples ?

          • lsga lsga 17 février 2015 12:05

            on moinsse une demande ? Je demande juste des exemples de partis ayant fait une entrée fracassante et qui se soient effondrés avec la même brutalité : exemples svp. 


          • César Castique César Castique 17 février 2015 13:01

            L’UDCA

            Le M5S
            L’ADQ



          • lsga lsga 17 février 2015 13:51

            aucun des partis cités n’a eu un grand succès populaire. Ce sont tous de petits partis d’extrême droite qui n’ont jamais gagné aucune élection. 

             
            D’autres exemples ? Comparables à Syriza en termes de popularité ? 

          • César Castique César Castique 17 février 2015 14:44

            « D’autres exemples ? »


            Pour quoi faire ? On va te laisser à tes illusions.

            « Comparables à Syriza en termes de popularité ? »

            Un votant sur 3, un inscrit sur 4... On reparlera de tout cela dans trois mois... Ou dans quinze jours...

          • lsga lsga 17 février 2015 15:05

            bin là ils ont remportée une élection, ce qui n’est le cas d’aucun des partis fascistoïdes que tu as cité.

             
            et je ne me fais aucune illusion concernant Syriza. A peine élu, ils deviennent le nouvel ennemi de classe.

          • César Castique César Castique 17 février 2015 15:24

            « A peine élu, ils deviennent le nouvel ennemi de classe. »


            Ah bon... J’aurai pas perdu mon après-midi smiley

          • lsga lsga 17 février 2015 15:40

            "

            Tandis que les petits bourgeois démocratiques veulent terminer la révolution au plus vite et après avoir tout au plus réalisé les revendications ci-dessus (ndlsga : façon Syriza), il est de notre intérêt et de notre devoir de rendre la révolution permanente, jusqu’à ce que toutes les classes plus ou moins possédantes aient été écartées du pouvoir, que le prolétariat ait conquis le pouvoir et que non seulement dans un pays, mais dans tous les pays régnants du monde l’association des prolétaires ait fait assez de progrès pour faire cesser dans ces pays la concurrence des prolétaires et concentrer dans leurs mains au moins les forces productives décisives. Il ne peut s’agir pour nous de transformer la propriété privée, mais Seulement de 1’anéantir ; ni de masquer les antagonismes de classes, mais d’abolir les classes ; ni d’améliorer la société existante, mais d’en fonder une nouvelle.« 
             
             » Il faut qu’ils [les ouvriers] s’efforcent, par tous les moyens et autant que faire se peut, de contenir la jubilation suscitée par le nouvel état de choses et l’état d’ivresse en jugeant avec calme et sang-froid la situation et en affectant à l’égard du nouveau gouvernement une méfiance non déguisée.«  
             
             » Mais, pour pouvoir affronter de façon énergique et menaçante ce parti dont la trahison envers les ouvriers commencera dès la première heure de la victoire, il faut que les ouvriers soient armés et bien organisés. 
             
            "Marx, Circulaire de Mars 1850 à la ligue des communistes

          • César Castique César Castique 17 février 2015 17:12

            « ...jusqu’à ce que toutes les classes plus ou moins possédantes aient été écartées du pouvoir, que le prolétariat ait conquis le pouvoir et que non seulement dans un pays, mais dans tous les pays régnants du monde e l’association des prolétaires ait fait assez de progrès pour faire cesser dans ces pays la concurrence des prolétaires et concentrer dans leurs mains au moins les forces productives décisives. »



            Mais ça, ça sera peut-être dans deux ou trois mille ans ? Alors qu’est-ce qu’on fait en attendant ? 


            Faut pas oublier qu’il y a des régions tellement peu développées, qu’elles ont même pas les moyens de s’offrir des prolétaires !

          • lsga lsga 17 février 2015 17:23

            non on y est presque là. Je dirais qu’avant la fin du siècle s’est plié. 


          • César Castique César Castique 17 février 2015 17:32

            « ...non on y est presque là. Je dirais qu’avant la fin du siècle s’est plié. »


            Pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff smiley 

            Tu t’en fous, tu seras plus là pour qu’on se paie ta tronche.

            IL y a un coin où tu tiens, le samedi après-midi, pour qu’on puisse te montrer aux gosses ?





          • lsga lsga 17 février 2015 17:38

            pour tout dire, le Socialisme est immédiatement possible. La démocratie directe, tout ça.

             
            mais c’est à cause de la puissance des forces réactionnaires en ce moment que je pense qu’on va encore perdre une trentaine d’année. 

          • Amelia Amelia 17 février 2015 12:05

            JAMBARD GUILLAUME : « Twitter si vous partager ma devise »
             
            Ah, encore un frontiste nationaleux infichu d’écrire correctement en français... Décidément, les fronto-nationaleux maîtrisent très mal leur langue nationale...
             


            • Pere Plexe Pere Plexe 17 février 2015 18:01

              Le français tu l’aimes ou tu le quittes...


            • eric 17 février 2015 12:43

              Quoi que l’on pense du Fn, il est impossible de mener une reflexion valable sur lui sur la base de prémisses fausses.

              Quand on parle de catégories populaires ou de vote ouvrier, il ne faut jamais oublier que la catégorie ouvrier INSEE était caractérisée par des taux d’abstention de 80% et plus.
              Ceux-ci ont baissé à environ 70%. Notamment vote FN. Une bonne partie du vote Fn vient de l’abstention, et de l’abstention populaire. En cela le vote Fn témoigne que le niveau monte, et est un phénomène de modernité.

              Cela revient accessoirement à dire qu’il n’y a a jamais eu vraiment de vote populaire à gauche.
              Votaient à gauche des gens qui étaient fonctionnaires à statut ouvrier (20% de la fonction publique de mémoire), des gens dans de très grosses boites, à statut, souvent nationalisées à un moment ou un autre. Quan d80% s’abstiennent, mais que les 20% restant sont encadré dans les syndicats de la fontion publique et votent comme et autatn que les autres fonctionnaire, on peu facilement faire croire à un vote populaire à gauche. Ce n’est plus le cas, parce que le reste du « peuple » s’est mis à plus voter.

              Il est à peine exagérè de dire qu’il n’y a jamais eu de vote populaire à gauche. Emmanuel Todd, dans ses études démographiques, montre même qu’il y a une corrélation négative,historiquement, entre pourcentage d’ouvriers dans une circonscription et vote communiste. Au contraire, en zone rurale, votaient communistes des régions de petits agriculteurs propriétaires à faible identités régionales.

              Plus généralement, les classes populaires, pour les mêmes raisons sont composées aujourd’hui largement de gens qui n’ont pas le droit de vote ou votent encore moins. Les migrants et français d’origine migrante. Le niveau a monté, et les métiers les plus rebutant sont le lot d’étrangers en tendance en France. Aux municipales, 6% des résidents ayant un passeport portugais ( première diaspora de migrants en France, souvent arrivé depuis longtemps, bien intégrés, ont participé au vote. Avec un tiers des votant étrangers, ils étaient de loin le groupe le plus important...°

              Pour le reste, vote raisonnement est erroné. En Grèce, au cœur d’une vraie grande crise ( baisse réelle, économique et profonde des revenu, et non limitée et pour l’essentiel lié à la ponction fiscale et à la baisse des prestations aux plus pauvres par le PS comme en France, les populistes démago n’ont jamais fait que 36% des suffrages. c’est dans l’ordre de grandeur des votes FN.
              Il suffirait ainsi que le Fn conclut lui aussi une alliance rouge brun avec par exemple, une partie de l’extrême gauche souverainiste, pour avoir lui aussi une majorité relative suffisante pour gouverner.

              C’est d’autant moins invraisemblable, que l’allié de Syriza, le parti en ce moment chéri par les extrémistes populistes de gauche en France, et très nettement plus xénophobe, raciste et anti immigré que le Fn, si tant était que cela soit le cas de ce parti.

              Si il devait y avoir des obstacles à une telle alliance, ils ne tourneraient donc pas autour de la question des étrangers.

              Enfin , la marginalité, ce n’est pas 25-30% des suffrages ( FN aux différentes élections) , c’est plutôt des partis comme le PS (14 aux précédentes, peut être 18 au suivantes) et je ne parle pas des groupuscules comme FdG Communistes verts et autres modem.

              Les « nouvelles voies » sont définies par des partis dominant, pas par les groupuscules d’appoint.
              Ainsi, en Grèce, dans l’alliance, c’est Syriza qui commande, pas le parti extrême de droite.

              Aujourd’hui, tous les micro partis ci-dessus évoqués, doivent d’abord réfléchir à la question de savoir si il soutiendront plutôt l’UMP ou le FN.

              Ce qu’il adviendra en Grèce pourrait être un bon élément de réflexion. Si c’est un échec, on peut espérer que le populistes de gauche en France, ne cèderont pas aux sirène et à la tentation du FN qui touche déjà tant de leurs électeurs...(dans le Doubs, l’UMP a progressé en pourcentage par rapport à l’élection précédente, le FN aussi : qu’est ce qui reste comme origine des ces progrès ?)


              • dixneuf 17 février 2015 17:44

                Je cite : « les métiers les plus rebutants sont le lot d’étrangers ... »

                Et oui, et leur descendance, devenant sur cet aspect bien française, préfère le chômage à ces emplois sales et/ou fatiguants. 

              • zygzornifle zygzornifle 17 février 2015 12:44

                Comme s’il y avait déjà eut de la complaisance avec le FN , la complaisance c’est pour l’UMP et le PS .... Copains comme cochons ....


                • Ben Schott 17 février 2015 13:14

                  Comprendre le vote FN, avec ou sans complaisance, c’est assez facile. Comprendre le vote PS ou UMP est plus difficile.


                  • anamo 17 février 2015 13:50

                    C’est simple effectivement. Le vote FN est un vote anti-politique. Facile !
                    L’électeur FN vote contre l’immigration, les impôts, l’euro, l’Europe, l’islam, l’essence trop chère, le voisin qui touche le RSA, le dealer d’en face, l’école qui forme des vauriens, les profs qui sanctionnent ...
                    Pourquoi voterait-il pour l’intégration, le contrôle du budget de l’état, une monnaie stable, la paix des peuples, la laïcité sans concession, une force économique sans pareil, un système de protection social eprouvé mais à réformer, une justice sociale et pénale digne de ce nom, la valeur et le respect de l’enseignement ...Peu compatible avec les idées du Front National et peu « vendeur ».


                  • Ben Schott 17 février 2015 13:55

                    "Pourquoi voterait-il pour l’intégration, le contrôle du budget de l’état, une monnaie stable, la paix des peuples, la laïcité sans concession, une force économique sans pareil, un système de protection social eprouvé mais à réformer, une justice sociale et pénale digne de ce nom, la valeur et le respect de l’enseignement..."

                    Peut-être parce que le joli programme que vous présentez n’est ni celui de l’UMP ni celui du PS ?


                  • anamo 17 février 2015 18:48

                    Je ne parle ni du PS, ni de l’UMP mais de politique, et je veux souligner que, individuellement, le vote FN est essentiellement anti-politique.

                    Je veux également souligner que sur tous les sujets que j’évoque, et à la lecture du programme du Front National, c’est le désenchantement garanti.

                    Immigration : C’est moins « l’opulence » de chez nous que la guerre, la pauvreté et l’oppression qui la génère. C’est moins le contrôle aux frontières que l’appel des acteurs économiques qui la génère. Sortir de Shengen, c’est totalement incantatoire.
                    Impots : Plus d’état, donc ...
                    Europe : Renégociation des traités, Bonjour l’ambiance !
                    Islam : Guerre de civilisation, où va-t-on ?
                    Essence trop chère : On peut voir avec la Russie (mais c’est du gaz !)
                    Aides sociales : Aïe je ne sais pas !
                    Insécurité : 40 000 places de prisons et la justice aux ordres
                    Education : d’abord la révision des programmes (pas jusqu’au révisionnisme ...)


                  • Doume65 17 février 2015 16:26

                    « ce parti reste assez repoussant pour qu’une nette majorité du reste de la population, qui souffre moins, s’oppose à son accession au pouvoir. »

                    Réduire la propension à voter pour le FN à la quantité de souffrances subies me parait un peu hasardeux. Sinon, c’est l’extrême droite qui serait au gouvernement en Grèce.


                    • dixneuf 17 février 2015 17:36

                      Comprendre le vote FN ? C’est simple : il ya deux domaines ou les décisions sont irréversibles :

                      >>> L’environnement, avec les atteintes de toutes sortes.
                      >>> L’imigration, avec l’extension continue de l’islamisation et donc de l’islamisme.
                      Je suis très divisé : les écolos ou le FN ?
                      Je vais demander à mon épouse de choisir, moi je prendrai l’autre bulletin.

                      • Pere Plexe Pere Plexe 17 février 2015 18:18

                        Il est incontestable que le parti socialiste est devenu un parti bourgeois (sans que ce soit péjoratif à mon sens) et que PC n’a pas su récupérer l’électorat qui s’en est détourné.
                        Le génie de MLP à été ,suite à la crise de 2008, de donné un violent coup de barre à gauche du moins économiquement.Le FN parti ultra libéral devenait (ou prétend être devenu) étatiste, pour une économie régulée...socialiste !
                        Ajouté à une europhobie largement majoritaire chez les plus modestes (et je les comprends) c’était le cocktail gagnant pour ramasser la mise d’un électorat « populaire »
                        Saupoudrez d’un zeste de préférence nationale qui flatte l’électeur, de quelques concessions aux positionnement sociétaux traditionnels et vous obtenez un beau 30% !


                        • Pere Plexe Pere Plexe 17 février 2015 19:46

                          Je suis bien d’accord.
                          Reste que l’option prise par MLP n’était pas une évidence pour un parti d’extrême droite.
                          Elle risquait de désorienter les anciens du FN et de ne pas séduire les déçus du PS...
                          Il semble qu’au contraire elle à su conserver les premiers et attirere les seconds.
                          C’est vrai qu’ être aux manette nul part, même pas dans une grande ville, donne des libertés que les autres n’ont pas.
                          La conquête de Bézier est à ce titre une victoire à la Pyrrhus.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 février 2015 09:32

                          Le FN n’a pas vocation d’arriver au pouvoir, toute la classe politique sait que 80% des Français n’en veulent pas à la tête de l’ Etat.


                          Comme les médias censurent les nouveaux Partis politiques, les électeurs n’ont droit qu’au FN, PS & UMP à chaque élection. Jamais aucun débat de fond avec d’autres contradicteurs.
                          Les électeurs sont d’abord des abstentionnistes, 50%, 60%. C’est le 1er Parti de France.

                          Le FN a été inventé par Mitterrand, c’est un Parti leurre, qui sert :
                          - à diviser la Droite. Pour le PS et la Gauche radicale, c’est une bonne affaire.

                          - à salir tous les sujets qu’il touche, principalement tout ce qui relève de la monnaie, de la sortie de l’euro, de la souveraineté et de la sortie de l’ UE.

                          - et à traiter de fachos tous ceux qui veulent sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.

                          - à monopoliser les débats comme si le FN était un opposant, alors qu’il a au moins 14 versions différentes sur l’ UE et l’euro, ce qui montre son incompétence et sa volonté délibérée de ratisser large en noyant le poisson.

                          - et j’ajouterais, par sa diabolisation permanente de l’ Islam, son fond de commerce, il apporte de l’eau au moulin du choc des civilisations du Pentagone & de l’ OTAN.


                          S’il n’existait pas, il faudrait l’inventer, Mitterrand l’a inventé.

                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 février 2015 08:02

                          Bonjour,
                          .
                          Avez vous remarque qu’en ce moment les grands médias invitent très rarement les leaders du FN ?
                          .
                          A la dernière élection présidentielle le FN à bénéficie d’un sacre soutien médiatique .... surtout sur BFM TV http://www.regards.fr/web/article/temps-de-parole-bfm-la-part-belle
                          .
                          Est-que le FN est t-il tombé en dis-grasse chez le grands médias ?
                          .
                          Si vous l’avez pas encore remarque, le FN est un partie politique, utilisé par les système, pour canaliser le mécontentement des électeurs ... ceci permet au système de perdurer.
                          .
                          Ne présentant ainsi pas de danger pour le système le FN est lui comme les autres grands parties politique un partie politique du système qui sert au système !
                          .
                          Voila le rôle qui jouent les grands médias, de détournes les électeurs mécontents vers le FN (tout en dosent le temps d’antenne accordé au FN, juste ce qu’il faut mais pas trop) pour que ses lecteurs restent loin des parties politiques qui veulent réellement changer le système comme l’UPR ou le PRCF. Les instututs de sondage jouent un rôle clé dans le temps d’antenne qui est accordé au FN !
                          .
                          Les électeurs du FN n’ont t-ils toujours pas compris que c’est un partie leur du système et qu’ils sont doublement bernais, c’est à dire par le système et le FN (un partie du système) ?


                          • Garance 18 février 2015 10:49

                            Me font marrer tous nos « Bien-pensants »


                            « Pourquoi voter FN ?.... » Fait partie du « Système » .... « Incapable de gouverner » ...

                            Et gna gna gni et gna gna gnère.....

                            Titi a très bien résumé la situation et expliqué le pourquoi du comment

                            Marre des beaux discours sans fin qui ne servent à rien

                            Traiter de racistes les pauvres cons qui subissent le racisme de la part de populations qui le sont 100x plus qu’ils ne le seront jamais ; ça devait bien arriver que les pauvres cons en aient marre à la fin

                            Il suffirait qu’un centième des problèmes du à l’immigration , sauvage ou pas , soit traité par le FN pour que cela justifie que l’on vote pour lui

                            Je vais voter pour lui comme je le fait depuis 20 ans

                            Ceux à qui ça ne plait pas je leur souhaite une bonne tournante dans la cité qui se trouve derrière chez eux

                            • titi 18 février 2015 13:27

                              « Je vais voter pour lui comme je le fait depuis 20 ans »

                              J’ajoute qu’il y a 20 ans lorsque JM Le Pen parlait d’envoyer les militaires dans les banlieues tous les bien pensants rigolaient.

                              Bah maintenant on y est arrivé, et plus personne ne rigole.


                            • L'Auvergnat L’Auvergnat 18 février 2015 12:55

                              Sur le terrain de la « charcuterie fumée » c’est facile d’enfumer les pauvres gens déjà exploités par les "patrons.......................... 

                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 février 2015 13:30

                                Voilà Sampiero, vous avez toutes les explications.
                                Le FN se résume a une idée simple : on manque d’emplois et d’argent, on vire les étrangers et on donne leurs emplois à des Français, de préférence blancs, de souche et cathos.
                                La carte du vote FN correspond à celle du chômage.
                                Et la carte du chômage correspond à celle de la désindustrialisation.


                                Vous soutenez l’ Europe qui nous a ruinés, qui met en faillite une usine par jour, délocalise les entreprises depuis Maastritch, et envoie 700 personnes sous le seuil de pauvreté chaque jour. Et désespère des millions de gens.
                                En soutenant l’ UE, vous soutenez de fait l’ OTAN et ses guerres, qui provoquent des vagues migratoires, et la boucle est bouclée.

                                Vous ne levez jamais le petit doigt pour condamner la censure dont le PRCF et l’ UPR sont l’objet. Qui eux, veulent sortir la France de ce bousin européen.
                                Vous ne voulez pas vous occuper « de cette France rance et moisie », dixit Mélenchon.
                                C’est donc que vous préférez le FN à la sortie de l’ UE.
                                Vous êtes servi. De quoi venez vous vous plaindre ?

                                • titi 18 février 2015 13:43

                                  @Fifi

                                  L’anti-FN se résume a une idée simple : le vote FN se résume à l’expression de sous éduqués, sans emploi qui vivent dans des villes sinistrées.

                                  Les filles s’appellent toutes Cosette et les hommes Valjean.

                                  C’est bien continuez comme cela.


                                • zygzornifle zygzornifle 18 février 2015 18:26

                                  on a fait le tour de ce que nos proposait de mieux la droite puis la gauche, les remettre au pouvoir c’est « retour vers le passé » .....


                                  • Paul Leleu 25 février 2015 19:55
                                    Les études sociologiques émanent de sociologues qui se sont déjà trompés par le passé. Il faut les prendre avec distance critique. 

                                    D’abord, il y a toujours eu un vote populaire à droite. Où alors, comment comprendre les fascismes de masse en Europe dans les année 20 et 30 ? C’est même ce qui a obligé le PCF à rejoindre le Front Populaire, par peur d’être débordé. D’après la presse, la circonscription du Doubs était une circonscription ouvrière ancrée à droite (à l’exeption de la parenthèse Moscovici). 

                                    Ne peut-on pas supposer un système de vases communicants dans l’abstention entre gauche et droite ? Car il faudra quand même expliquer les taux d’abstention. 75% à Troyes dans un second tour FN-UMP ! Et encore 51% d’abstention au second tour dans le Doubs (60% au premier tour).

                                    Le procédé de « culpabilisation » de la gauche prétenduement « bobo » est une mode médiatique. Car, les hiérarques embourgeoisés du PS ne sont pas pires que ceux du FN ou de l’UMP. On trouve même un bon nombre de « bobos » déracinés au FN (il suffit de regarder dans nos entourages. Combien de « patriotes de salon » et de « patriotes de bistro » qui nous gavent avec Poutine et l’OTAN ?). 

                                    Enfin, les ouvriers d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier. Les délocalisations sont passées par là. Depuis longtemps les masses de miséreux délocalisables ne sont plus ouvrières. Les ouvriers demeurent dans des secteurs industriels encore protégés. Ils ont une mentalité corporatiste qui s’expirme dans le vote FN. 

                                    Le peuple de gauche a disparut. Non pas tant sociologiquement, que philosphiquement. Cela explique beaucoup plus le vote FN. Il n’y a pas à culpabiliser outre-mesure. C’est le fruit de la culture « kleenex » (le salarié jetable) produit par l’entreprise depuis 30 ans. Mais surtout, je pense, de l’islam. Les français ont plutôt bien accueilli tous ces immigrés. En retour ils ont eu le « nike la France » et le dumping social. Il n’y a pas de jugement moral. Le FN, c’est le peuple ordinaire. Sans idéal. 

                                    Pas de quoi fouetter un chat. Un peuple sans idéal est un peu facho. Où est la surprise ? Et une bourgeoisie sans idéal est libérale ? Où est la surprise ? 


                                    Cependant, je pense que sociologiquement, le vote FN touche massivement les emplois protégés. Car les vrais précaires (y compris dans les grands centres urbains) sont trop anticapitalistes pour voter Marine. 
                                    La masse des vrais précaires souffre en silence. Ils ne votent pas FG à cause de l’islam et des sectaires rouges. Ils ne votent pas FN à cause du petit-capitalisme et des sectaires fascistes. 

                                    Alors au FN, c’est surtout : patrons-commerçants des centre-villes piétonnisés et des ZTI, artisans qui vendent des produits de luxe aux « bobos », agriculteurs anti-européens subventionnés par bruxelles, ouvriers des secteurs protégés, retraités fatigués et maintenant des fonctionnaires... A tout cela s’ajoutent la nuée parisianiste des pros de la com’ et de la pub’, et quelques énarques en quête de carrière. On y trouve aussi des rebuts de la télévision (Soral, Finkielkraut, Dieudonné, Ménard, Collard, Zemmour, Delon, Houellebecq, Bardot, etc. etc.). Sans compter toute une masse de fils de famille semi-déclassés et fortement jointés, qui ne pourront plus faire carrière dans les colonies avec un simple DEUG de lettres.
                                    Tout ça dans une esthétique de « catalogue carrefour » qui fait frémir les vieux-réac’ de province de la Manif’ pour tous, et les jeunes cadres-sup’ et courtiers d’assurances du bloc identitaire. 


                                    Mais le jour où il faudra trancher concrètement les questions économiques, je ne sais pas si les fils d’ouvrier entre 2 emplois resteront ... 

                                    Alors oui, le FN monte, mais c’est pas la gloire non plus. Après, il n’est pas impossible qu’il gagne les élections. Mais sur quels malentendus... ? On n’est pas sortis de l’auberge !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès