Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Compte-rendu du meeting de fin de campagne de Nicolas Dupont-Aignan

Compte-rendu du meeting de fin de campagne de Nicolas Dupont-Aignan

En exclusivité pour Agoravox, je me suis rendu au Palais de la Mutualité, dans le Vème arrondissement, mardi 2 juin, pour assister au meeting de fin de campagne du parti Debout La République, dont le congrès fondateur a eu lieu le 23 novembre 2008, qui présente pour la première fois des listes à des élections.

Un parti jeune qui n’oublie pas que l’expérience est nécessaire pour conquérir les Français
 
Dès les premières minutes, le ton était donné. A chaque instant, se faisait sentir ce mélange d’enthousiasme juvénile et cette foi tirée de l’expérience qui caractérise les partis naissants et sages à la fois, conscients de l’ampleur de la tâche à accomplir pour atteindre des sommets.
Tandis que la salle se remplissait, que les fanions blancs et violets, aux couleurs du parti gaulliste, se multipliaient, accompagnés d’un drapeau bleu blanc rouge agrémenté d’une croix de Lorraine, les militants pouvaient goûter, pour la première fois sans doute depuis plusieurs décennies, la renaissance d’un mouvement authentiquement gaulliste.
 
Les 550 places (un peu moins que les 800 annoncées par le site de Debout la République) suffisaient à peine pour les militants, adhérents de longue date ou supporters d’un soir, comme cette femme assise à côté de moi, banquière, et qui assistait pour la première fois à un meeting politique, ici parce qu’avec la mondialisation, elle "ne savait où allait son argent".
C’est donc sans préjugés politiques qu’une partie de l’assistance avait fait le déplacement. D’autres, nostalgique de la figure historique du général de Gaulle (une majorité du public était âgé de plus de 60 ans) s’inquiétaient des dérives du néolibéralisme et de la perte d’identité que représente à leurs yeux une Union Européenne supranationale et réduite à des chiffres : Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La République, fustigera ainsi "l’Europe qu’on veut uniformiser et l’homo economicus qu’on veut créer". Enfin, les plus jeunes ne manquaient pas à l’appel, preuve que, même auprès de ceux qui sont nés sous la présidence de Mitterrand, le gaullisme n’a pas perdu tout son pouvoir de séduction... En revanche, l’absence de la tranche d’âge 30-50 ans se faisait cruellement sentir, et semble dès aujourd’hui un handicap fondamental que ce parti devra surmonter s’il veut connaître des succès électoraux à la hauteur de ses ambitions.
 
 
Des principes gaullistes immémoriaux
 
 
Nicolas Dupont-Aignan s’est présenté ce soir comme l’héritier authentique du général de Gaulle, chef de la France libre pendant la deuxième guerre mondiale, à la tête du gouvernement provisoire de la République française depuis la Libération en juin 1944 à janvier 1946 et président de la République française de décembre 1958 à mai 1969.
 
En effet, plusieurs traits caractéristiques du héros national apparaissent dans le long discours (une heure) de Nicolas Dupont-Aignan :
 
-Son insistance sur l’Europe des nations contre l’Europe supranationale qui est, selon lui, mise en place par le quator UMP-PS-MODEM-VERTS ("Ils sont les coproducteurs de cette Europe qui ne marche pas et ils sont les premiers à en dénoncer les effets", a-t-il lancé). Ainsi, pour conjurer les effets de la crise économique et identitaire, il serait nécessaire de "s’appuyer sur les démocraties nationales et de (...) laisser vivre les nations".
"Je veux une Europe comme une équipe de foot", a-t-il annoncé en se tournant, complice, vers l’ancien international de football François Bracci, engagé avec Debout La République dans la campagne européenne, entendant par cette métaphore un peu obligée qu’il faut laisser à chaque pays ses spécificités, sa personnalité et ne pas considérer les Etats comme des pions qui n’auraient ni histoire ni valeurs propres.
 
-De même, il faut selon lui rendre l’Europe aux européens, autrement dit aux peuples qui la composent. "Répétez inlassablement que nous sommes copropriétaires de l’Europe !", clame-t-il, très applaudi. Il a fustigé de cette façon l’adoption du Traité simplifié de Lisbonne par les parlements européens, après que les peuples de France et des Pays-Bas ont voté pour le "non" au référendum du 29 mai 2005.
Il a ainsi dénoncé le fonctionnement actuel de l’Union : "On a confié l’Union Européenne à trois instances non élues", critiquant particulièrement la Commission européenne, dont il a proposé la suppression et "son remplacement par un secrétariat intergouvernemental".
Nicolas Dupont-Aignan, ovationné au moment d’évoquer son refus de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, a par ailleurs réclamé "un référendum obligatoire sur la question des frontières".
 
-Par ailleurs, en marquant sa préférence pour "une Europe utile" plutôt qu’une Europe supranationale, c’est une politique de grandeur, chère à de Gaulle, que Nicolas Dupont-Aignan a appelée de ses voeux. Pour lui, l’Europe ne doit pas se limiter aux questions mineures (d’où l’exemple cocasse, quoique caricatural, de la taille de l’étiquette de yaourt dans les pays de l’U.E., qui aurait fait débat pendant un an au Parlement européen...) mais a le devoir de s’attaquer aux grands défis de notre époque. De fait, en "investissant dans les secteurs de pointe" (la voiture électrique, l’énergie solaire, etc), l’Europe qui marche est pour Nicolas Dupont-Aignan "une Europe compétitive (...) qui prépare les grands dossiers de demain".
 
-D’autre part, le parti Debout La République a marqué sa claire opposition au néolibéralisme, système économique des démocraties libérales depuis le début des années 1980. Suivant l’exemple de "la troisième voie" chère à de Gaulle, c’est contre "les gros intérêts qui achètent Bruxelles" que Nicolas Dupont-Aignan veut placer son combat. Cette formule, qu’on pourrait imaginer sortie d’une réunion du parti communiste, correspond bien à la tonalité de la soirée. Ainsi, condamnant "un libre-échange déloyal, (...) un poulailler avec un renard dedans", qui "favorise l’exploitation des chinois, le retour à l’esclavage" et déshumanise les relations entre les Etats européens ("Nous n’avons plus le droit de mettre en place des contrôles sanitaires car cela est vu comme un retour au protectionnisme"), le mouvement gaulliste estime que le libre-échange doit être limité aux "zones de même niveau économique", tout en restaurant des barrières douanières pour protéger les produits français. Entre capitalisme et marxisme, il y aurait donc bien une solution, mais jusqu’à présent "les traités qu’ils ont signé interdisent l’Europe sociale".
 
-Un cinquième et dernier trait propre au gaullisme le plus pur est la volonté de Debout La République d’être, comme l’a très bien dit la tête de liste dans la région Nord-Ouest, "au-delà des partis, comme disait Chevènement, un peu à droite, un peu à gauche, mais surtout contre cette Europe". En s’opposant à l’esprit de caste qui est celui des partis traditionnels, c’est contre le "système" (de Gaulle) que Nicolas Dupont-Aignan se bat, faisant l’éloge de tel villepiniste, tel ancien du MPF, tel ami de Chevènement au MRC, ou même aux quelques communistes qui ont rejoint le parti. De fait, le président de Debout La République se veut l’inventeur d’un nouveau centre entre ceux qu’il appelle les "eurobéats" (UMP-PS-MODEM-VERTS qui sont les quatre partis en tête dans les sondages, et tous favorables à la constitution européennes de 2005, refusée par référendum par les français) et les "euroronchons" (l’extrême gauche qui "veut faire la révolution dans tous les pays" et "haït la valeur nation", et l’extrême droite, fermée sur elle-même).
 
 
Toutefois, des têtes de liste débutants en politique et parfois maladroits
 
 
A bien des égards, par un discours virulent, notamment au moment où il a accusé "le président de mensonge d’Etat sur la question turque" (Nicolas Sarkozy, en public favorable au "non", aurait ouvert huit chapitres pour la pré-adhésion de la Turquie...), et un verbe éloquent, inspiré par le souffle de de Gaulle qu’on croyait éteint depuis plusieurs décennies, Nicolas Dupont-Aignan a réussi à convaincre les 550 citoyens qui s’étaient déplacés au Palais de la Mutualité.
Cependant, on ne peut pas dire que les têtes de liste aient été à la hauteur de la situation. Souvent débutants en politque, ces hommes et ces femmes n’ont pas paru en permanence au clair sur leurs idées. Sans parler de la faiblesse de certains au moment de s’exprimer (nous n’aurons pas le coeur de faire une analyse détaillée au cas par cas...), il est tout de même nécessaire de révéler la démagogie outrancière de certains de ces candidats.
 
L’un fustigera ainsi "Nicolas, le faux, pas le vrai..." avant de stigmatiser des sondages prétendument "truqués, manipulés...", qui ne sont que des mots faciles dignes de faire ricaner les militants les plus exaltés, mais qui n’ont guère fait avancer le débat. Quelque temps après, il est même fait allusion à la Résistance ("Quand on est de la Résistance, on va jusqu’au bout"...), une affirmation un peu exagérée, que Nicolas Dupont-Aignan aura le malheur de reprendre dans son discours ("La France n’a jamais été dans un tel état depuis 1945").
 
D’autre part, une phrase prise au hasard, d’une rare démagogie, d’un français approximatif, et empreinte de xénophobie :"Qui encaisse les impôts ? Qui encaisse les taxes sociales ? Ce sont les Chinois, ce sont pas nous ! Et en plus on leur donne notre technologie !" , sans doute idéologiquement plus proche du MPF, voire du FN, que de Chevènement, illustre bien les pièges que devra éviter Nicolas Dupont-Aignan s’il persiste dans sa volonté de rassembler tous les Français dans son parti.
 
La critique classique des médias était évidemment présente, passerelle pour tous les excès ("On ne dira jamais assez combien les médias nous ont été hostiles !") , de même que l’attaque contre les autres partis ("Le carré UMP-PS-MODEM-VERTS se sent tellement menacé qu’il évite le débat des urnes"...).
 
Enfin, et cela est franchement préoccupant, un candidat s’est contredit d’une façon grossière, et qui touche les fondements mêmes du gaullisme. Ainsi, il commence par affirmer que "Notre vision du monde s’appuie sur les nations (...), nos idées sont cohérentes et sont fondées sur l’histoire des nations", avant de se demander, dans une tentative guère concluante pour faire une phrase raffinée, si "partir de rien pour changer le monde, n’est-ce pas la meilleure définition du gaullisme ?...". Avec ces sentences à l’emporte-pièce, ces personnes, trop peu expérimentées et surtout ignorantes de ce qu’est réellement le gaullisme, risquent de faire couler le chef du parti, Nicolas Dupont-Aignan, dont nous estimons qu’il devra vite soigner ses relations pour aller loin lors des prochaines échéances électorales.
Signalons pour finir cette phrase hallucinante, "Nous sommes contre la France de l’arabe et la France du latin", qui a certes flatté les militants issus de l’extrême droite, mais est en même temps une attaque non voilée contre les élites. Il est d’ailleurs tout à fait regrettable que ce ton populiste ait été repris à de multiples reprises dans le discours de Nicolas Dupont-Aignan, qui croit savoir que "le poisson est toujours pourri par la tête" et qu’"il y a un moment où il faut la couper"...
 
 
La surprise principale de ce meeting de fin de campagne reste l’oubli de la question de l’indépendance de la France et de l’Europe vis-à-vis des Etats-Unis. En effet, Nicolas Dupont-Aignan a préféré axer son programme sur les difficultés actuelles des Français, à savoir l’emploi : "Notre priorité absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi !...", a-t-il clamé au moment fort de son discours. Nous l’avons donc compris, qu’on le veuille ou non, le gaullisme a bel et bien été ressuscité lors de cette campagne, un gaullisme social, plus proche des préoccupations quotidiennes des Français, grâce à un homme et une équipe qui, quoiqu’il arrive, "seront vivants le 7 juin", forts de "plus de 10 000 adhérents" à travers la France.
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Stéphane Bouleaux 4 juin 2009 11:04

    Il est bien ce dupont aignan, dommage qu’il ne parle pas assez du probleme de l’immigration.


    • morice morice 4 juin 2009 14:20

      tiens, notre nationaliste raciste seb59 devient gaulliste : on aura tout vu... au fait Stéphane Boulot, c’est moi, pas vous. Ça fait 24 ans que je m’appelle comme ça. Vous, à peine 6 mois. Vous avez perdu le droit d’usage, là, car vous trichez.... seb59.. xénophobe, raciste, nationalist, lepeniste.. la complète quoi... 


    •   4 juin 2009 14:27

       smiley

      Stéphane bouleaux ? Le même type qui fut viré de cuk.ch pour insultes ?
      C’est toi ?


    • Stéphane Bouleaux 4 juin 2009 16:51

      @ morice

      Quand on soutient le hamas et les integristes comme toi morice, qu’on ment sur sa bio (« redacteur en chef, prof etc... »), qu’on se dit membre de groupe oeuvrant pour la paix (tu es membre de « la paix maintenant », comme moi) alors ...

      On ne la ramene pas.

      Va voter pour dieudonné lorsque tu sortiras de la mosquée de tourcoing dimanche, tu auras accomplis ton devoir de « resistant anti-sioniste ». Et laisse donc LES VRAIS FRANCAIS parler entre eux !


    • Stéphane Bouleaux 4 juin 2009 16:53

      @ momo

      Au fait : « Stéphane Boulot, c’est moi, pas vous. Ça fait 24 ans que je m’appelle comme ça. »

      Comment c’est possible, vu que tu as 56 ans ??? LOL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • LE CHAT LE CHAT 4 juin 2009 11:48

      oui , on n’est pas contre l’Europe , mais contre cette Europe là , celles des lobbies et des technocrates !

      Je préfére ce Nicolas à l’autre .........


      • non666 non666 4 juin 2009 15:10

        Oui il semble bien.
        J’avoue que j’hesite baucoup pour ce scrutin entre differents noms.
        Ce sera un souverainiste dans tous les cas.

        Il ne me reste plus que 3 choix :
        * Dupont-Aignan.
        * Le FN
        * DeVillliers-libertas

        Les 3 choix ont leurs inconvenients et je prefererais franchement que tout cela fusionne dans un seul mouvement democratique au lieu du « tous derriere moi et moi-seul.... »
        J’y ajouterais egalement les gens de chevenement qui ont egalement des choses a dire.
        Mais bon les problèmes sont :

        Pour Dupont-Aignan  :
         * Sa reculade face a Sarkozy en 2006 . Aucun candidat « gaulliste » a l’investiture de l’UMP, ni lui, ni MAM.
        * Son rapprochement du Modem, qui si il est est vraiment un partenaire « de gouvernement » possible, n’a rien de commun avec le gaullisme (droite chretienne democrate et droite nationale/souverainiste ont peu de thèmes communs)
        * Sa capacité a attirer à lui l’ensemble des votes souverainistes après avoir été « sali » par l’etiquette UMP

        Pour LePen
        * Son incapacité manifeste a ecouter les autres, sa conception « Fuhrerprinzip » du fonctionnement d’un parti. Meme si en cela il n’est pas fondamentalement different d’un Sarkozy (voir le fonctionnement de l’UMP...) ou d’un Bayrou (Modem....)
        * Son age et le peu d’avenir qu’il laisse entrevoir a ceux qui voudrait le suivre (syndrome du pharaon qui prefere etre entérré avec ses suivants plutot que de voir un autre triompher avec ses idées
        * Son passé et le refus d’une quelconque Europe de substitution.
        c’est le candidat « retour complet au 100% France » qui ne tient pas compte de certaines realités d’aujourd’hui.

        Pour DeVilliers :
        * C’est le candidat de la france « catho-tradi »
        * C’est le candidat « province » qui a une vision micro-economique (artisanat, PME) de l’economie
        * C’est le candidat qui retourne TOUJOURS voter avec l’UMP une fois les elections « d’existence » terminées... Il serait la pour empecher l’emergence d’une droite nationale credible qu’il ne s’y prendrait pas autrement....

        Pour Chevenement :
        * C’est un homme de gauche qui traine le passif de cette ideologie

        Voila ou j’en suis moi, 3 ou 4 demi-solutions, dont aucune ne me satisfait completement.





      • Arthur 75 4 juin 2009 15:55

        Je tiens juste à réagir sur quelques points de votre commentaire, précisemment concernant Nicolas Dupont-Aignan :

        Tout d’abord, je ne vois pas de quelles reculade vous parlez en 2006... Nicolas Dupont-Aignan a tout fait pour se présenter contre Nicolas Sarkozy aux présidentielles, mais n’a malheureusement pas réussi à le faire du fait des pressions de l’ump. Ensuite, au second tour (et au second tour seulement), il a dit qu’à titre personnel, il se prononçait pour N Sarkozy au second tour (pour tout un tas de raison : en premier lieu parce qu’il n’estimait S Royal pas capable d’être présidente, en raison des accents gaullistes de la campagne de M. Sarkozy).

        Le fait que l’ump n’ait pas présenté un candidat contre lui ne veut rien dire : en réalité, ils ont essayé, mais personne n’a accepté d’aller au casse-pipe. Dois-je vous rappeler que NDA est le maire le mieux réelu de France ? Qu’il a été élu au premier tour aux législatives depuis deux législatures dans une circonscription populaire alors qu’il est catalogué à droite ?

        Ensuite, il a voté la confiance au gouvernement. Je l’approuve sur ce point : il fallait laisser sa chance au gouvernement Fillon. Sarkozy ne l’a pas prise, et NDA s’est rapidement opposé à lui avec le plus grand courage (récemment sur la réintégration du commandment militaire de l’otan, l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, loi Hadopi, plan de sauvetage des banques sans prise de participation de l’Etat...).

        Tout ça pour dire qu’il n’y a plus aucune raison de ne pas voter pour lui. Par contre, je suis en complet désaccord avec vous lorsque vous expliquez que l’étiquette ump « salit » : je suis un anti-sarkozyste, pourtant jamais je n’emploierait ce genre de termes insultants. De plus, lorsqu’il était à l’ump, ce parti n’avait pas encore seulement pour but d’être un club sarkozyste !


      • non666 non666 4 juin 2009 17:20

        Je vais mettre les points sur les I.

        OUI, il s’est degonflé.
        On peut dire ce que l’on veut du PS, mais EUX, ils ont fait de vraies primaires.

        Il n’y en a jamais au FN ou le pen se fait designer par acclamation.
        Il n’y en pas plus chez deVilliers ou au Modem ou tout le monde conait déjà leurs prochains présidentiebles.

        A l’UMP, le discours du petit teigneux etait qu’il voulait etre « en rupture » avec le système précedent et qu’il souhaitait des primaires.
        Dans ces conditions, ne pas « y aller », contre un candidat qui avait été très clair dans son suivisme des etats unis, dans ses visites systématiques et ses allegeances au lobby juif (septembre 2004 ; puis visite en israel la meme année : lisez la prose de Besson !) c’etait une reculade.
        Personne ne lui aurait reproché de perdre et de montrer ainsi les vrais rapports de force au sein de l’UMP
        Sarkozy et les racailles qui controlent la presse avait organisé le debat interne entre les « pro-Sarko » et les pro-chirac/villepin.
        La reculade des Villepinistes ne prejugeait en RIEN du vote dominant au sein de l’UMP : celui des souverainistes/gaulliistes .

        En se couchant, Dupont-Aignan (comme Mama d’ailleurs) ont validé de fait la transformation de l’UMP d’un mouvement gaulliste/souverainiste en mouvement liberal, atlantiste et pro-israelien : Terrible mutation !

        Depuis, nous sommes perdus alors que les souverainistes, a droite, sont ULTRA-Majoritaires


      • Arthur 75 5 juin 2009 11:10

        Désolé de ne pas suivre, mais que reprochez vous à Nicolas Dupont-Aignan ?

        Vous dites qu’il s’est dégonflé. Mais à quel moment ? Vous devez faire erreur.

        Nicolas Dupont-Aignan n’a pas voulu participer à la mascarade de pseudo-primaire, où un score ridicule lui aurait été alloué par l’ump qui truque à tout va ce type de scrutins (je crois que ce n’est un secret pour personne). D’ailleurs, Nicolas Dupont-Aignan s’était déjà présenté contre Sarkozy lors de la présidence contre l’ump, obtenant 9%, score évidemment truqué. Cette fois ci, on lui aurait alloué un score encore inférieur, sans lui laisser le moindre temps de paroles... NDA a refusé cette grotesque manipulation et s’en est expliqué notamment dans cet article de son blog http://blog.nicolasdupontaignan.fr/index.php/post/2006/12/07/117-primaires-de-dupes


        Ensuite, Nicolas Dupont-Aignan a tout fait pour être candidat à l’élection présidentielle. C’est à ce moment là que je me suis engagé à DLR, et je peux témoigner des pressions exercées sur les élus.

        NDA ne s’est donc jamais dégonflé. Il a fait tout ce qu’il a pu, et plus encore. Je crois que tout est dit, pour le reste reportez vous à mon message précédent.

        Il faut tirer la logique de ce que vous avez dit sous cet article : vous ne pouvez plus voter que pour DLR le 7 juin


      • Iren-Nao 7 juin 2009 05:26

        @ Non 666

        Je comprends vos hesitations.

        Cependant, clairement Le Pen et Chevenement sont des has been et de Villiers le Neuneu une petite force d’appoint, guere plus.

        Ideologiquement je vous sens plus proche de ce NDA que je connais bien mal qui pourait un jour etre rejoint par un certain nombre de gens valables, dont il semble bien manquer, qui servent de paillasson au nain magyar.

        La pensee de ce Nicolas la semble au moins assez claire et plutot constante et si des reproches peuvent lui etre faits, qui n’a faute un jour. ?

        A quant un Front uni Souverainiste qui si il est consequent ne peut etre que antiliberal.
        Il y a de la route avant que ses tenors puissent se la jouer presidentiable.

        Cordialement

        Iren-Nao


      • Arthur 75 4 juin 2009 11:55

        Bonjour,

        Militant à Debout la République, je me suis moi aussi rendu au meeting de Debout la République avant-hier soir. Je n’ai pas compté l’assistance à la salle, mais il me semble que nous devions être environ 700. Lors de la convention à la mutualité, un technicien de la salle m’avait dit que la salle centrale avait une capacité de 500 places et les deux sur le côtés de 200, soit 900 places assises. Ce jour là, nous étions un millier et la salle avait fait le plein (arrivé en retard, j’étais resté debout derrière). Mardi, la salle centrale était blindée et la salle de gauche a été ouverte et s’est vue progressivement remplie : avec les personnes qui ont préféré restées debout, nous devions donc être 700, ce qui n’est pas si mal pour un soir de semaine !

        Sinon, sur les phrases des candidats, je veux bien vous croire mais certaines m’étonnent. Toutes les têtes de liste ne sont pas de grands orateurs (mais certains si, Enjalbert, Grégoire et H Temple étant selon moi très bon. J’ai même trouvé l’intervention de M. Lechevalier intéressante alors que j’avais un a priori plutôt négatif. M. Gérard disait également des choses intéressantes, mais je n’ai pas trouvé qu’il ait bien parlé dans l’ensemble). A mon avis, il s’agit d’erreurs, de personnes qui s’emportent un peu trop. Si nos candidats sont à DLR, c’est bien parce qu’ils refusent la logique de l’extrême droite.

        Je ne comprends pas bien en quoi dire que DLR s’appuie sur l’histoire des nations serait contradictoire avec l’idée du gaullisme. Partir de rien signifie simplement que nous sommes un petit parti avec peu de moyens et que nous espérons faire de grandes choses, c’est tout. Il n’y a aucune contradiction.

        Les sondages sont sans doutes manipulés, c’est très facile de le faire avec un parti neuf. Il suffit de faire des retraitements à la baisse, ne pas citer notre parti ou le nom de Nicolas Dupont-Aignan... Surtout, ce qui est incroyable, c’est qu’à chaque intervention de Nicolas Dupont-Aignan, on lui sort les mauvais sondage (un sondage où il est à 0,5%... Ce qui est risible, puisqu’à l’échelle de l’ile de france, cela représente moins d’électeurs qu’il n’a dans sa propre ville, alors qu’il est le maire le mieux réelu de France) mais jamais ceux qui sont meilleurs, or il en a eu à 4 ou 5% !

        Sur le protectionnisme et les taxes perçues par les Chinois, c’est simplement un cri d’alarme, de désespoir. La diabolisation du protectionnisme (cf l’édito hallucinant de M. Duhamel) est l’une des conséquences directes de son adoption (du moins dans les discours) par l’extrême droite. Ces imbéciles desservent ainsi la cause qu’ils entendent servir.

        Enfin, pardonnez le (bon) mot sur Nicolas. Je ne vois pas ce qu’il y a de méchant. C’est juste un peu bête, pas de quoi casser trois pattes à un canard !

        Au final, ce meeting était assez enthousiasmant et plutôt réussi je trouve ! Je ne me fais pas trop d’illusions : très probablement, nous ne réussiront pas à envoyer des députés (encore que, en IDF on ne sait jamais...). Mais je suis sûr que notre score sera honorable, et on ne pourra plus à l’avenir censurer NDA comme le fait Arlette Chabot !


        • citoyen 4 juin 2009 14:35

          je ne vois pas ce qu’il y a de détonnant dans les propos cités dans l’article (hors de leur contexte .).. il s’agit d’un meeting électoral , rappelons le . Quand à la démagogie , personnellement , plus je cherche , moins je trouve ce que c’est , au fond ....

          La démagogie , c’est surtout ce dont ceux qui SE CROIENT supérieurs accusent leurs contradicteurs . A propos , tentons une définition , disons , en creux , par le contraire . : c’est quoi le contraire de la démagogie ? L’honnéteté intellectuelle , le respect de l’adversaire .... Je cherche , je cherche quel homme politique axctuel n’a jamais été démagogue. il est vrai que ce n’est pas facile .

          autre point : la « novlangue » . arrêtez de parler des « démocraties libérales » . On n’a plus c’est vrai d’autre mots pour désigner le systéme de fonctionnement politique « europe , USA , canda et quelques autres », alors on a accaparé ce vocable ( démocratie .... ) , dont pourtant le fonctionnement des-dits pays - notamment en europe-est a mille lieux.

          CF : l’affaire du reférendum européen et bien d’autres encore .

          Il s’agit plutot pôur le moment de « dictamolle » .

          la dictature ( ou dictadure ), c’est : Tais toi ou je frappe !
          la dictamolle , c’est : Je ne frappe pas , mais cause touours , je ferai ce que je veux , quoique tu puisses en penser !

          Nous sommes donc bien en dictamolle , avec de plus l’aspect : je t’enfume en soutenant contre vents et marées que je suis en « démocratie » , que j’applique la « volonté du peuple » .

          il est vrai que des aspects dictaduriens apparaissent ( répression syndicale , lois Hadopi , etc...) et sont assez inquiétants.

          PS : les gens de 30 50 ans , dont je suis , ont plus de peine à venir ( le lendemain , ils bossent pour la plupart , ont des gosses a emmener à l’ecole , etc... ) . Tout responsable d’association le sait bien


          • mci-journal mci-journal 4 juin 2009 15:34

            la réalité de l’actualité est que l’on assiste àla disparition mystérieuse de la campagne pour les Européennes 2009 àcause d’un avion... qui arrange tous les grands partis mal àl’aise avec le débat sur l’Europe ! regardez cette petite vidéo satirique sur le sujet :
            http://www.dailymotion.com/video/x9h45f_spoteuropeenneslost2009_news


            • monpetitavis 4 juin 2009 15:47

              Ayant commencé à connaître NDA lors des élections présidentielles, je peux dire qu’en 3 ans, il est resté constant sur ses convictions et n’a jamais fait d’alliance contre-nature. Il a bien évidemment l’immense tache de faire naitre un parti mais je crois qu’il en est capable car c’est bien le premier des gens dits « souverainistes » à ne pas s’être laissé enfermé à la droite de la droite. Pas sa position de gaulliste-social il a réussi à dépasser les clivages et j’ai rencontré un certains nombre de personnalités de la liste qui sont d’anciens du MRC de Chevènement.
              Quant au programme, c’est de toute évidence le plus abouti. Il s’appuie sur les travaux d’économistes « alternatifs » (ceux qui ont prédits la crise) comme Sapir, Gréau, Allais, Lordon, El Karoui pour construire un projet réellement novateur pour l’Europe. Il est allé bien au-delà du simple slogan « L’Europe des nations », dans son livre programme « Le petit livre mauve », il a rerédigé de A à Z un nouveau traité européen beaucoup simple et délimitant très clairement les compétences de l’Europe.

              Pas de doute, le 7 juin, je mise sur ce nouveau parti, le renouveau vient très surement d’eux.


              • Internaute Internaute 4 juin 2009 17:42

                J’en suis au même point que Non666, peut-être encore plus navré que lui.

                Dans ma zone, ce sont 21 listes qui se présentent. J’ai entendu quelque part à la radio qu’il fallait un minimum de pourcents (8% ?) pour avoir droit à une réprésentation parlementaire. J’en viens au raisonnement suivant.

                Même sil’ on vote pour une petite liste, de toutes manière ce n’est que l’UMPS qui sortira des urnes mais notre vote leur permettra de dire « Les européens soutiennent la construction de l’Europe. Ils ont voté massivement et démocratiquement pour plus d’Europe ». Je refuse cette récupération. Au contraire, s’il y a 80% d’abstention, les députés perdront toute légitimité. Trés vite, les rivalités politiques internes à l’UE seront exacerbées par le manque de légitimité populaire des élus ce qui est une bonne chose.

                Au bon du compte, je pense m’abstenir.


                • monpetitavis 4 juin 2009 17:58

                  Si 3 referendums perdus ne les ont pas fait bougé d’un iota, je ne pense que c’est une abstention un peu plus forte que d’habitude qui les fera bouger.
                  Quitte à proposer qqch de nouveau, une vote noniste sera toujours mieux qu’un non vote.


                • non666 non666 4 juin 2009 19:00

                  Exactement.

                  Ne pas voter, c’est transformer les 10% d’electeur « actifs » qui votent pour le Traitre en Majorité Legitime , en gagnant de ces elections trafiquées.

                  Meme si nos votes sont dispersées, ce qui en resirtira, ce sera le CHARCUTAGE qu’on opéré en COMMUN, le PS ET l’UMP.

                  J’ai expliqué la :(http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/mathematique-et-magouilles-51285) comment les truands au pouvoir ont violé la seule election qui montrait les VRAIS rapport de force dans notre pays.

                  Ils n’ont ni l’un, ni l’autre interet a ce qu’on approfondisse le debat europeen, ni sur ses finalités, ni sur le sujet de la trahison du referendum par les partis factieux qui controlent la presse.

                  Bouder ne fait que leur profiter.

                  Vous pouvez voter LCR , FN ou pour deVillier ou pour Melanchon ou pour NDA : il y a le choix pour les nonistes !

                  Mais voter pour les collabos de la soumission de la france, de l’Europe aux etats unis, c’est trahir.

                  4 murs, c’est 3 de trops pour les traitres.....


                • Lapa Lapa 4 juin 2009 21:14

                  merci pour cet article qui tente l’objectivité et nous change des tracts de propagandes constants sur ce site. De plus il met un peu en lumière une candidat et un parti qui n’ont pas beaucoup d’espace médiatique (comme d ’ailleurs bizarrement la quasi totalité des nonistes pourtant majoritaires au référendum...)


                  • ASINUS 4 juin 2009 21:30

                    participer a cette election suivant le deni de democratie umps sur le vote des nonnistes c est valider indirectement leurs futures elections moins nous seront nombreux a voter moins seront legitimes les ordures umps , je conçoit le nécéssité d exister pour les autres listes fussent elles des listes que je pourrait approuver , mais le vrai combat
                    la vraie baffe dans la gueule à nos elite c est l abstention ils tiennent certes les médias mais le vrais chiffre courra sur le net le vrais chiffre serra connu de tous le vrai chiffre les decrédibilisera definitivement 
                    LE VERITABLE GESTE REVOLUTIONNAIRE LE VERITABLE ACTE DE RESISTANCE
                    LE VRAI CRACHAT A LA GUEULE DE CETTE CASTE CORROMPUE UMPS
                    C EST L ABSTENTION  !!!!!!

                    RAPPELEZ VOUS NOUS LEUR AVONS DIT NON

                    les peuples meritent ce qu ils veulent bien endurer de leurs dirigeants


                    • non666 non666 4 juin 2009 21:50

                      Non, non et NON !

                      Nous ne pouvons pas faire baisser leur nombre de voix.

                      Mais, meme si ils ne sont QUE 10% des electeurs a voter pour eux et qu’ils sont les seuls a se deplacer, ils pretendront avec raison que 90% des electeurs s’en foutent et qu’ils representent les seuls qui ont un avis.

                      Pire, ils pourront pousser l’humiliation jusqu’a pretendre que les electeurs etant convaincus qu’ils allaient gagner , ils ne se sont pas deplacés faute de « menaces » credibles contre les listes données gagnantes. Notre abstention vaudra approbation de fait.

                      Les seuls qui ont interet a cette abstention sont les suppots des partis qui ont violés l’intention clairement exprimées des français lors du referendum.
                      L’absence de debat sur le sujet europeen jusqu’a aujourd’hui a la meme cause.
                      Les journalistes beni-oui-ouistes et les factieux de l’UMP et du PS ont les memes interets.

                      Si le trio UMP/PS/Modem gagne ils pretendront que le camps du oui est devenu majoritaire et qu’ils etaient approuvés par les français d’avoir imposé le traité de Lisbonne de force.

                      Si ils sont minoritaire Dimanche ils apparaitront pour ce qu’ils sont : des avorteuses qui ont fait leur triste besogne en cachette, à la cave, loin des yeux. Leur vote du traité sera lu et vu comme un crachat au peuple et ils sauront qu’ils ne sont plus legitime.
                      Quels que soit la composition du « camps du non »....

                      Il reste des enjeux.
                      De plus, a droite comme à gauche il y a au moins celui de se compter, en plus de celui que je viens de decrire.

                      A droite que pourra dire l’UMP sur sa legitimité si les souverainistes sont plus nombreux que les lemmings votent pour ses listes ?
                      Entre les « amis de la France » qui voteront NDA, FN ou DeVilliers et les « amis des etats unis et d’israel » qui voteront UMP, il commence a etre temps de se compter.


                    • ASINUS 4 juin 2009 21:58

                      @non666
                      bonsoir imaginez un vote de 30/100 il sera caduque sans valeur de toute façons ils s assoient sur les votes pourquoi participer a cette parodie s abstenir devient un acte
                      positif un acte de resistance le refus de lancer des dés pipés.


                      • Leviathan Leviathan 5 juin 2009 10:02

                        Vidéo à voir ! Dupont-aignan et les USA par« LeLibrePenseur » :

                        http://www.dailymotion.com/group/SoutienLLP/video/x9bj81_llp-nick-dupontaignan-et-les-usa_news


                        • non666 non666 5 juin 2009 21:32

                          Jusqu’a la moitié de la video , je me suis dis : c’est quoi ce cinglé ?

                          Et puis il a prononcé les mots magiques, IFRI , franco-américaine et j’en ais meme decouvert un autre de ces think tank : Le siècle....

                          Bon, qu’on l’egorge avec les autres, à la libération.

                          NDA out.
                          Chevenement pas présenté
                          DeVilliers vraiment trop nul pendant sa prestation TV....
                          Reste Marine, qui a été plutot pas mal , finalement.
                          (ok le niveau de la compétition n’etait pas très haut ! )

                          Si je fais le bilan de ceux qui se sont reclamé du gaullisme :
                          * Chirac l’a utilisé pour s’en servir comme tramplin de lancement avant de le transformer en clone de la chretienne democratie
                          * Pasqua s’en servi comme machine a billet et est desormais l’otag de sarkozy, encage dorée au senat
                          * Mam voulait « y aller » , mais s’est couchée devant le nain, empechant tout autre de concurrencer l’agent des etats unis et d’israel.
                          * NDA est membre de la franco-americaine

                          J’en vomi de rage.
                          Ils nous ont TOUS trahis.


                        • 3.14 3.14 5 juin 2009 21:44

                          à non666 : Le Pen père a eut une politique gaulliste (refus des deux guerres du Golfe, reconnaissance de la légitimité du Hamas, discours condamnant le récent massacre à Gaza...), celle de sa fille est mois claire.
                          Il reste aussi Alain Soral qui se réclame du gaullisme. A ce propos, connaissez-vous la conférence de novembre 1967 de De Gaulle, où il s’en prend au sionisme : http://www.dailymotion.com/relevance/search/de+gaulle+conf%C3%A9rence+novembre+1967/video/x98x6c_charles-de-gaulle-27-novembre-1967_news
                          Après l’avoir vue, on peut se demander s’il n’aurait pas voter antisioniste aujourd’hui...


                        • Arthur 75 5 juin 2009 22:16

                          Vous avez bien raison en disant que ce mec est un fou. Il accuse sans aucune preuve.

                          D’abord, rien n’indique que la french american foundation soit le sous-marin des Etats-Unis que certains croient.

                          Ensuite, quand bien même la french american foundation serait une entreprise de destabilisation de la France, cela ne veut pas du tout dire que NDA se soit compromis avec. En effet, NDA a simplement participé à une conférence. Débattre est-il interdit ?

                          Surtout, les actes de NDA démentent totalement une prétendue allégance aux Américains : Nicolas Dupont-Aignan a ainsi voté la censure lors de l’envoi de troupes supplémentaires aux américains, lors de la réintégration du commandement militaire intégré et j’en passe.

                          Prétendre que NDA soit un agent dormant des américains est tout à fait ridicule !!!


                        • non666 non666 6 juin 2009 09:19

                          excellente video , 3,14 : merci.
                          Je connaissais cette conférence de presse mis je ne savais pas qu’elle etait disponible sur internet desormais.

                          Ah, c’etait une autre epoque.
                          Les chefs de l’etat avait de la culture generale, de la compétence dans les affaires internationnales et n’etaient missionés par d’autres peuples que le peuple français.


                        • Arthur 75 5 juin 2009 13:27

                          Attention,

                          Ce n’est pas une vidéo à voir, bien au contraire. C’est une vidéo de calomnie pure qui n’a aucun intérêt !


                          • 3.14 3.14 5 juin 2009 21:56

                            Moi non plus je ne sais pas trop pour qui voter, j’aurais voulu donner ma voix à la liste antisioniste, malheureusement, je n’habite pas Paris.

                            En conséquence, je veux reporter ma voix sur le parti me paraissant le plus anti-système. Mon environnement social et familial me poussait à voter à l’extrême-gauche, toutefois, je me suis rendu compte qu’elle ne représente plus une opposition réelle.
                            Reste donc l’extrême-droite, n’y connaissant pas grand-chose, je serais tenter de voter FN, vu qu’il s’agit tout simplement du parti le plus important en termes électoraux. Mais c’est surtout un autre argument qui m’a convaincu : celui du traitement médiatique. Etant en effet le seul parti qui a été stigmatisé durant des années (est-ce toujours le cas maintenant, je ne sais pas), je pense que c’est donc également celui qui représentait (ou represente toujours, à part les antisionistes) l’opposition la plus convaincante face au système.
                            Je sais que Marine n’a pas l’air de marcher dans les traces de son père et essaye de racheter une image au FN, mais en hommage à tout ce que ce parti a subit (surtout en 2002) et pour mettre une quenelle à tous ceux (les élites politico-médiatiques) qui m’ont toujours interdit de voter pour lui, je lui donnerai ma voix pour mon premier vote.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès