Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Conseils pour le Président de la République

Conseils pour le Président de la République

Une citoyenne a décidé aujourd’hui de vous donner quelques conseils, Monsieur le Président.

J’ai la chance ou la malchance... ?... de discuter avec beaucoup de monde très facilement.

Monsieur le Président, vous vous éparpillez a donner des discours dans tous les sens, à faire des réformes à tout va. Cela a commencé quand vous étiez ministre, ca continue depuis que vous avez été élu, et ça s’empire depuis les élections régionales.

Alors si je peux me permettre, il me semble qu’en France, le pays que vous dirigez, il y a quelque 65 millions d’habitants.

Parmi ceux-ci, une grande partie de la population, il me semble que vous n’y connaissez rien. Président, est-ce un métier, une fonction ?

Parce que si la politique était de la mécanique, vous ne seriez pas le meilleur des garagistes...

Bref, venons-en au but.

Certes, vos Amis, avec un grand A, tant votre cercle d’Amis a l’air impressionnant, sont importants à vos yeux, et vous vous mettez en quatre afin de leur rendre la vie encore plus agréable qu’elle ne l’est déjà.

Mais, vous n’êtes pas le président de vos amis...

Vous êtes le Président Des Français...

Avez-vous déjà essayé de vous faire passer incognito, afin de constater comment marche toute votre administration ? et plus encore ?

Je vous conseille de vous déguiser, d’aller dans des lieux inconnus a vos yeux et a vos sensations, comme Pôle Emploi, les Assedics, la Sécurité sociale, les commissariats, la CAF, les impôts, le Trésor Public,les hôpitaux, les maisons de retraite...

Allez-y comme un citoyen que vous n’avez jamais été... allez-y comme vos électeurs potentiels... alors peut-être vous rendrez-vous compte du FOUTAGE DE GUEULE de ce monde insensé...

Combien ai-je pu entendre de personnes, âgées, ou non, avoir des histoires incroyables, de dossiers perdus, d’erreurs de jugement, de mauvais traitements dans des lieux dédiés à la santé, de descente aux enfers à cause des incohérences du système, celui auquel vous êtes à la tête.

Le seul monde que vous connaissez est celui des paillettes, des galas, des Diners d’État, de la communication, des médias, et quand vous vous exprimez vous ne parlez pas à la population, qui, oui Monsieur, se lève chaque jour pour aller travailler, et qui ne s’en sort plus, ou de plus en plus mal ( petits fonctionnaires, petits commerçants, professeurs, étudiants, retraités, femmes seules, hommes seuls, familles nombreuses, employés au bas de l’échelle, employés des boulots précaires, travailleurs sociaux, ouvriers, chômeurs, étrangers,...)

Revenons-en a mon exemple du garagiste... disons que vous, vous ne faites que des réparations sur les Berlines, 4/4 et autres véhicule de luxe.

Impossible pour vous de réparer une 4L, une deux-chevaux, une 205, bref, les petits modèles économiques.

Je pense que la première qualité d’un chef d’état, c’est avant tout de connaitre vraiment la population, dans toute sa diversité et dans la réalité quotidienne, au lieu de croire (et de faire croire) la connaitre à travers vos experts en statistiques et autres pantins qui parlent des humains en terme de chiffres , de numéros, de rentabilité et de profit.

Vous ne savez pas qui sont "vos" citoyens. Des beaufs,des bœufs,des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des étrangers, des cons, des perdus, des râleurs, des faignants... je vous imagine bien nous traiter de cette manière quand vous discutez avec vos amis, en rigolant, après vous être délecté d’une gorgée d’un vin à plusieurs milliers d’Euro.

Il faut arrêter à un moment de ne donner l’avantage qu’à une partie de la population, car tous ces bras, vous en avez besoin pour vivre, et pour continuer d’inviter vos Amis à diner...

Vous avez voulu nous flatter, nous faire croire que vos valeurs de travail étaient les mêmes que les Nôtres, et comme tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute, vous feriez mieux de vous détendre quelques instants, et de suivre mon conseil.

Le monde que vous nous proposez est faux. Vous ne voulez pas le bonheur de la population en tout cas, ça se saurait.

Il ne correspond à rien, du vide, du vide et encore du vide.

Faire des démarches administratives en France relève du parcours du combattant, mais tout le monde s’y plie, pas par dépit (et ca je l’ai enfin compris) mais avec l’espoir de voir des jours meilleurs arriver.

Un autre conseil, pourquoi ne pas vous entourer de gens du peuple dans votre gouvernement, car excusez-moi de vous dire que certains de vos ministres ne connaissent rien au domaine pour lequel ils sont les représentants et pour lequel ils reçoivent un salaire non négligeable. Vu sur Wikipédia :

« Leur traitement de base était de 13 905 € en 2005. Ils disposent d’un logement de fonction d’une superficie minimale de 80 m², plus 20 m² par enfant à charge, soit au ministère, soit pris en charge par l’État, d’une voiture de fonction avec chauffeur, d’un accès gratuit au réseau SNCF en 1ère classe, de la prise en charge des dépenses téléphoniques et de courrier et d’un quota de déplacements aériens »

Et puis il est inscrit nulle part dans la Constitution que pour être au sommet de l’Etat, il eut fallu faire l’ENA, l’IEP ou Science Po !

Moi par exemple j’ai un master 2 d’Histoire contemporaine, et quand je regarde le CV des ministres... par exemple Christine Boutin, eh bien, on sait qu’elle est diplômée en droit..., diplômée en Droit... voir ici

N’oubliez jamais que : pas de travailleurs, pas de monnaie, pas d’économie, pas de système monétaire, et pas de fluctuation du marché.

Derrière les entreprise de vos amis se trouvent des millions de personnes, qui je le répète, se lèvent chaque jour afin de faire tourner la machine.

N’avons-nous donc pas droit à un minimum de reconnaissance (en dehors de l’accès a la propriété et au crédits ?)

P.S :

Pour ceux qui commentent, pas la peine de me dire que je suis de gauche, ou que je suis chômeuse, ou si ou ça....

J’ai connu la "bourgeoisie", j’ai connu la misère, et je vois juste ce que c’est d’être citoyen aujourd’hui en France.

Et pour finir, mettre des centaines de caméras dans les villes pour nous surveiller et nous offrir cette sécurité apparemment tant désirée, moi j’aimerais aussi qu’une caméra vous filme un peu plus souvent dans votre vie , parce que je ne me sens pas vraiment en sécurité quand je vois comment toute cette Histoire se trame.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ecoust ecoust 25 mars 2010 11:20

    Bonjour,
    J’ai aussi connu la « petite » bourgeoisie, le boulot bien payé, les voyages et les loisirs et maintenant je connais le chômage, la fin de droits, le « comment faire pour payer le loyer », les démarches avec tous ces organismes que sont CAF, Pole Emploi , ... ! Votre description est très vraie ! Mais je ne vois pas le Président visiter « incognito » un quelconque des endroits que vous avez cités. D’abord, il est trop reconnaissable, ensuite même en passant par les mains du meilleur maquilleur de cinéma, il ne changerait pas intérieurement et donc ne serait pas crédible. Cela c’était pour l’anecdote !
    La question que je me pose est la suivante : que va-t-il se passer pour Nous ; je parle des petites gens, ceux qui, comme vous dites, se lèvent tous les matins pour aller bosser et gagner tout juste de quoi vivre et parfois faire vivre enfants et/ou parents. Et ceux qui vont gagner même pas assez de quoi vivre décemment, sans fioritures, juste l’indispensable dans notre société occidentale dite civilisée et développée ! Il y a ceux qui s’en sortent encore, pas à l’abri du moindre souci de santé, de boulot, ou la moindre petite faute et ceux qui font partie des nouveaux pauvres, familles monoparentales, retraités, chômeurs, salariés précaires ou à temps partiel, ... ! Tous ces gens-là, pour la très très grande majorité, n’ont pas choisi cette situation, sont prêts à des efforts pour travailler plus si c’est possible ! Mais encore faut-il leur donner les moyens : formation, bonnes informations (choix des filières qui ouvrent des portes et non sans issue, par exemple), aides ponctuelles quand c’est nécessaire ! Or tout ce qui actuellement fait en terme de lois, de décrets, de décisions va dans le sens contraire ! Le RSA, par exemple ! De bonnes intentions au départ ! Mais dans la réalité quotidienne, une source de complication, de difficultés, d’énergie dévorée en démarches incessantes, si bien que je regrette d’avoir fait un dossier ! On me donne des sous, on me les reprend, j’ai l’impression d’être une voleuse, d’avoir voulu tricher ! Et pourtant non, j’ai juste été honnête ! Je vais m’arrêter là, car je pourrai parler pendant des heures ! Tout cela pour dire que j’approuve l’auteur dans ses propos et que je m’inquiète de savoir où nous allons et ce qui va se passer !


    • ddacoudre ddacoudre 25 mars 2010 15:26

      bonjour ecoust

      « que je m’inquiète de savoir où nous allons et ce qui va se passer ! »

      je pense avec de juste raisons pour celles ci

      La politique par défaut.

       

      Comme dans l’existence nous vivons par défaut de tout connaître, nous faisons de la politique par défaut d’en disposer des pouvoirs.

      Les Français se sont exprimés par un rejet sans précédent de toutes les formes de représentations « partitaires ». 43 350 204 inscrits et 21 192 314 exprimés, le plus représentatif a obtenu 9 834 486, et celui qui est au pouvoir ump 7 497 649. Aucun d’entre eux ne peut dire que les français veulent de leur politique, pourtant nous n’entendons que cela, parce que l’abstention n’a pas de VOIX.

      Faute de cela nous pourrions penser que les analystes politiques s’intéressent aux raisons profondes de cela, car c’est leur travail, est en faire profiter la société afin de nourrir la réflexion des citoyens, quid. A l’exception d’un, les autres racolent les infos trottoirs et triturent les pourcentages minoritaires et extrapolent des stratégies politiciennes.

      Nous sommes tellement habitués à cela, à faire de la vie politique un spectacle, que chacun retrouve ses vieux réflexes conditionnant.

      Pourquoi faisons-nous de la vie politique un spectacle, parce que c’est le seul pouvoir qu’il nous reste avec celui de la sécurité intérieure.

      Le pouvoir économique ne nous appartient plus, il est la possession de la loi du marché via l’OMC et le traité de Lisbonne.

      Le pouvoir financier, il ne nous appartient plus depuis 1973 et les français le découvrent aujourd’hui.

      Depuis donc de nombreuses années (30 ans), nous votons en conscience pour des partis politiques qui nous garantissent par leurs programmes, croissance, prospérité, emploi.

      Le dernier en date celui de notre président fut la promesse du jardin de l’Eden, et le vote des régionales indique qu’ils n’y croient plus.

       

       

      Mais comme je préfère le pragmatisme même si j’ai des espérances, je préférerais que les partis et le gouvernement répondent à des questions qu’ont émises les français.

      Ils veulent réformer le capitalisme à91%, quelles sont les propositions des partis et du gouvernement.

      Ils n’ont plus confiance en l’OMC 61%, quelles sont les propositions des uns et des autres.

      Ils se méfient à 55% de l’UE, comment leur redonner confiance.

      Ils pensent que les entreprises les exploitent et sont les actrices de la vie chère à 55%, que leur proposer.

      Ils n’ont pas confiance aux banques à 63%, quelles modifications apporter au système bancaire.

      Ils n’ont pas confiance en leurs élites, partis etc. j’arrête là.

      C’est environ plus de 60% de français, soit 26 millions d’entre eux et les commentateurs vont cueillir sur les trottoirs l’écoute de Pierre ou Paul, comme les politiciens celles de leurs mandants, jusqu’à ce qu’ils trouvent dans leur propos ce qui confirment leur refus d’écouter les 26 millions autres.

      C’est 26 millions ont compris, tardivement peut-être, qu’ils ne possédaient plus ni le pouvoir économique ni le pouvoir financier, et que le gouvernement ne leur vendait que des peurs intérieurs comme toute politique, même si par leur votes antérieurs ils y ont contribués.

       

      Si les français voulaient plus de répressions, ils auraient voté massivement pour le FN or il a totalisé1 943 307 voix soit 4.48% des inscrits

      Si les français voulaient plus du jardin d’Edem du président ils auraient voté massivement pour l’UMP qui a eu 7 497 649, soit 17.3% des inscrits.

      L’union de la gauche 9 834 486, soit 22.7% des inscrits et les commentateurs saluent leur victoire par défaut.

      Si les français avaient voulu d’un grand parti de politique démocrate comme aux USA, ils auraient voté massivement pour le MoDem, or il totalise 178 858 voix soit 0.04% des inscrits.

      Si Europe écologie était l’avenir, ils n’auraient pas été que 207 435 à voter pour eux, soit 0.05% des inscrits. J’en termine avec eux.

       

      On ne peut pas passer l’abstention sous silence, certes c’était une élection régionale, mais compte tenu de la porté politique qui lui fut donné, l’on ne peut pas dire que ce fut un vote régional, dire cela est se mentir, même s’il a retrouvé un peu plus ce caractère au deuxième tour. Sans cela il y a des seuils ou la valeur d’une abstention est un choix politique, c’est le cas présent, comme ce fut celui des Européennes.

      Ainsi donc durant ces deux prochaines années la politique va se faire par défaut.

      Défaut de disposer du pouvoir économique.

      Défaut du pouvoir financier.

      Défaut du pouvoir politique.

      Que restent ils à nos gouvernants que la pulsion de mort ; la gestion de tous les désastres qu’entraine ce défaut de pouvoir.

      A savoir un retour sur les promesses illusoires d’un paradis après la mort et un renforcement sécuritaire liberticide, l’on en a n’a pas fini avec les spectacles dramatiques, et la dramaturgie des faits divers.

      Il y a de la joie en perspective. Jamais France ne fut aussi mal en point depuis 1945.

       

       

      cordialement.


    • Vipère Vipère 25 mars 2010 15:47

      Bonjour à tous

      Pas d’accord avec vous Ecoust.

      Et je tiens le pari. Nicolas SARKOZY à la rue, sans domicile fixe et vous verrez qu’au bout de 3 jours seulement, il sera méconnaissable et passera incognito dans toutes les administrations.


    • iris 25 mars 2010 14:47

      cela fait longtemps que ce sont les mèmes qui ont le pouvoir -à droite comme à gauche-croyez vous qu’ils vont lacher leurs privilèges et avantages sans se défendre ??ils ont en leur possession moyens de propagande et de pressions-
      beaucoup de gens votent à droite par peur de perdre le peu qu’ils ont- maisons travail ...la peur des bolchévitchs .....
      et parce que mal informé


      • ddacoudre ddacoudre 25 mars 2010 15:23

        bonjour cinqième vitesse

        un commentaire fraichement naïf qui fait plaisir à lire, et démontre qu’il n’est pas nécessaire de sortir de l’ENA et autre pour avoir du bon sens, mais aussi que celui vient avec son vécu personnel.

        cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès