Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Contre l’abstention, comptabilisons le vote blanc

Contre l’abstention, comptabilisons le vote blanc

Non, 60% d’abstentions ne prouvent pas le désintérêt des européens pour l’Europe. cette abstention ne prouve pas non plus le dégoût pour l’Europe. au mieux elle exprime l’absence d’alternatives au système politique tous partis confondus, au pire l’inutilité du vote qui permet de cautionner un système de représentation injuste et biaisé.

Car les citoyens sont capables de se rendre massivement aux urnes, il n’y a qu’à regarder certains taux de participation, comme celui du 29 mai 2005 : 70% ; 2ème tour de élections présidentielles Chirac/Le pen : 84%.

Tous ces hommes politiques qui font mine de défendre la démocratie en se soumettant à des règles électives viciées participent à un système que la majorité des européens conteste. Il n’y a en réalité que deux camps qui s’affrontaient à ces élections : ceux qui désirent continuer à faire tourner le système comme il est, et ceux qui le refusent. Ceux qui le refusent ont gagné, mais comme le système n’est pas démocratique, leur contestation n’est ni entendue, ni écoutée.

Pourtant, il existe une méthode simple et empirique pour juger des vraies causes de l’abstention : comptabiliser les votes blancs. A partir du moment où chaque homme ou femme de plus de 18 ans est considéré capable d’utiliser son vote de manière éclairée, c’est faire offense aux citoyens que de ne pas leur laisser cette possibilité. Le vote blanc, c’est exprimer son intérêt pour le scrutin, tout en marquant son désaccord avec les candidats en lice. C’est aussi revendiquer l’existence de ce droit, et refuser d’être contraint à choisir entre la peste et le choléra. Car ce n’est pas le droit de vote qui est contesté, mais les règles qui définissent le découpage électoral, ou les candidats eux-mêmes, avec leurs programmes. Nos médias et nos politiques, s’ils avaient le courage qu’ils disent, et s’ils faisaient réellement confiance à leurs électeurs, ne devraient pas pouvoir s’opposer à une telle proposition.

Mais pourquoi ne le font-ils pas ?

Si le taux d’abstention restait le même après ça, ils ne pourraient bien sûr plus prétendre que les élections n’intéressent pas. Mais si le taux d’abstention baissait au profit du blanc, c’est là que cela coincerait. Et il est bien évident que c’est la raison pour laquelle le vote blanc n’est pas comptabilisé, car le taux d’abstention baisserait, et celui du vote blanc s’envolerait.

Evidemment, il faut réfléchir aux conditions d’une telle réforme, pour ne pas tomber dans une éternelle répétition du « jamais content ». mais reconnaître qu’une majorité de votes blancs signifie la nullité d’une élection, pourquoi pas ? les citoyens n’ont ni envie d’une élection tous les quatre matins, ni d’un pays qui n’avance pas. Il faudrait par exemple, organiser et autoriser constitutionnellement la possibilité d’annuler une fois le premier tour, et déterminer qu’une majorité de votes blancs doit se rassembler au second « premier tour » sous une même bannière (ou plusieurs), sous peine de ne pas les comptabiliser au scrutin suivant.

 on pourrait aussi imaginer qu’un "vote blanc" arrivé second soit l’occasion d’un retour aux urnes pour tous les partis sauf le premier arrivé, qui conserverait sa place au deuxième tour... de multiples possibilités sont envisageables pour ne pas bloquer l’Etat, mais qui les cherche ?

Cette méthode permettrait pourtant à la fois de marquer la défiance des citoyens envers les candidats présents, ainsi que de démocratiser la sélection qualitative de ces candidats. De plus, la perte de temps (et d’argent) occasionnée par une nouvelle campagne effraierait sans doute quelques soutiens, et favoriserait l’arrivée de nouvelles têtes plébiscitées par les contestataires.

Bien sûr, je ne crois ni au courage des hommes politiques ni à leur bonne volonté de se tirer une balle dans le pied, et une telle proposition n’est pas prête de voir le jour.

Mais un institut de sondage, ou un journal racoleur, pourrait sans doute être intéressé par ce genre de statistiques : « si le vote blanc était comptabilisé, vous abstiendriez-vous de vous rendre aux urnes ? »

Les résultats seraient peut-être évocateurs...
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 9 juin 2009 13:37

    les votes blancs sont comptés bien sûr :  (Votes blancs et votes nuls).
    mais ça m’emporte aucune aucune conséquence.

    Sauf à déterminer un seuil minimum de participation pour valider une élection, ça ne sert à rien de les « comptabiliser » comme vous dites. Que voulez vous faire ? à quoi cela servirait’il ? le parti abstentionniste ou le parti des votes blancs, ne peuvent conduire a l’élection de représentants. ( En bretagne, il y a eu un parti du vote blanc aux régionales de 1992 qui avait eu un élu . S’il avait été honnête il aurait du voter blanc pour toutes les décisions du Conseil Régional. )

    le vote blanc serait utile qu’à une seule condition . 

    « admettons qu’il y ait 100 députés à élire dans le cadre d’élection à la proportionnelle. S’il y a 20 % de votes blancs, le nombre d’élus devrait être réduit de 20. Il n’y aurait donc plus que 80 députés par exemple au lieu de 100. . là oui le vote blanc mériterait d’être comptabilisé. »


    • RilaX RilaX 9 juin 2009 14:15

      Pour avoir été président d’un bureau de vote aux dernières cantonales, je confirme que les blancs et les nuls sont comptabilisés. Le problème se situe quelques échelons au dessus. En effet, je ne sais pas qui a décidé ça, mais l’abstention, c’est l’abstention + les votes blancs + les votes nuls.
      Donc forcement, si se lever le cul pour aller glisser une enveloppe vide dans l’urne est considéré comme un acte pas plus citoyen que d’aller a la plage, ca n’encourage pas a se présenter a son bureau de vote. Donc les gens sont tres peu nombreux a voter blanc.
      Mais si seulement les medias commencaient a donner le taux de vote blanc, sans aucune autre consequence que de l’annoncer a tous les citoyens, je suis convaincu que la participation augmenterait significativement.
      Nos politiques actuels sont installés dans un systeme qu’il leur est bien trop confortable. Il faudrait mettre un grand coup de pied dans cette fourmiliere pour degager le bon grain de l’ivraie.


    • bernard29 bernard29 9 juin 2009 15:07

      Mais si bien sûr qu’ils sont comptabilisés aussi au ministère de l’intérieur. par exemple


      région ile de france ; 

      Blancs ou nuls 10 817 1,32 % (inscrits)  3,55% (votants) Région Ouest
      Blancs ou nuls
      10 551
      1,93% (inscrits) 
      4,58% (votants)
      Vous pouvez les retrouver pour chaque réguion sans aucun problème.
      ce vote dénote un esprit civique par rapport aux abstentionnistes. C’est tout.

    • caleb irri 9 juin 2009 15:13

      je sais bien ce que vous dites, mais les votes blancs n’ont pas de conséquence électorale. l’objet de mon article est de dire que si ces votes comptabilisés en avaient une, il y a un grand nombre d’abstentions qui se reporteraient sur le vote blanc (dont le mien d’ailleurs).

      car pour le moment, même si 70% des citoyens votaient blanc, cela n’influerait aucunement sur le résultat des élections.


    • RilaX RilaX 9 juin 2009 15:21

      Ces données étant si facilement consultable, pourquoi aucun grand média n’en parle ? Pouruoi aucun analyste politique ne l’analyse ? Et surtout, pourquoi dans la loi electorale, l’abstention est constitué de l’abstention réelle associé aux votes blancs (acte civique) et nuls (erreurs de manipulations ou actes civiques) ?

      Parceque ca arrange bien des gens. Quels gens ? Je vous laisse deviner.


    • bernard29 bernard29 9 juin 2009 15:50

      Vous avez raison ; mais en définitive ce qui intéresse les gens (partis, médias et ciotyens) ce sont les scores relatifs des partis entre eux et la répartition des élus par partis.

      De fait si on cumule les abstentionnistes et les votes nuls et blancs, il n’y a eu que 38,88% des citoyens à s’être exprimés.

      voici le tableau final des résultats. ( http://elections.interieur.gouv.fr/FE.html )
       
      Inscrits  44 282 679
      Abstentions 26 282 225
      Votants  18 000 454
      Blancs ou nuls 781 480
      exprimés 17 218 974 soit (38,8 % des inscrits)


    • bernard29 bernard29 9 juin 2009 16:35

      Si au nombre de 17 218 974 voix exprimées, j’enlève les voix des listes qui n’ont pas eu d’élus, soit ; 2 750 000 voix

      il n’y a donc que 14 466 974 citoyens français qui sont actuellement représentés au parlement européen.  soit 32, 67 % des électeurs français. 

      On peut considérer que deux français sur trois ne sont pas représentés au parlement européen.


    • Patisab 10 juin 2009 10:08

      Bonjour,

      Certes, les votes blancs sont comptabilisés, mais avec les votes nuls. Or, ils sont fondamentalement différents. C’est d’ailleurs pour cela que depuis une loi de 1976 (si mes souvenirs sont bons) les votes blancs ne sont plus considérés comme des suffrages exprimés.

      La raison est évidente. Si les votes blancs étaient des suffrages exprimés, ils diminueraient d’autant la proportion des votes portant sur des candidats. Ainsi, par exemple, si la moitié des abstentionnistes avait voté blanc dans un système où ils seraient considérés comme un suffrage exprimé, l’UMP ne serait qu’en seconde place et aurait moins de siège au Parlement Européen.
      La question qu’il faut poser est : que signifie le vote blanc ? Pour ma part, la réponse est assez simple : virez-moi tout ça et proposez-moi autre chose.
      La plupart des élus le sont par défaut. Il n’y a pas de vrai choix puisque ce sont les mêmes candidats pendant des décennies. Le vote blanc comme suffrage exprimé permettrait de faire comprendre qu’un renouvellement du personnel politique serait le bienvenu.

      Mais ce ne sont que des rêveries. La discussion n’a finalement pas grand intérêt.

      Cordialement.


    • TEO TEO 9 juin 2009 14:41

      Rapidement :


      - le problème avec « l’abstention » est qu’on ne sait pas ce qu’il exprime en dehors de ce que ceux qui l’interprètent ont intérêt qu’il exprime... On serait même en peine de dire ce qu’il est à proprement parler, et à quelle hauteur : abstention ? oubli ? empêchement ? incompétence ?etc.

      - Quelle légitimité y a t-il à considérer que parce qu’une offre, un choix, ne me plait pas à moi, il n’est pas plaisant et encore moins légitime ? Si par le seul fait qu’il ne me plait pas je suis fondé à l’invalider, n’est-ce pas me donner un pouvoir disproportionné et illégitime ? 
      Or, c’est bien à quoi aboutirait qu’un taux de votes blancs puisse fonder la nullité d’un scrutin. 
      A noter par ailleurs, qu’une majorité arithmétique de votes blancs pourrait n’avoir aucune cohérence. Supposons que parmi des candidats aux présidentielles il y en ai un pour proposer un programme en 100 propositions. J’en apprécie 99, mais la proposition-100 ne me plait pas. Pourquoi me contenter de 99 propositions ; le pouvoir conféré à mon vote blanc me donne envie d’envoyer le candidat revoir sa copie : j’en veux 100%. Je vote donc blanc. Mon voisin fait de même sauf que lui, c’est la proposition-5, qui lui déplait ; un autre encore vote blanc à qui la proposition-90 déplait etc, etc... Un amoncellement de votes-blancs pourrait ainsi conduire formellemement à la nullité d’un scrutin alors qu’individuellement et collectivement nous partagerions de larges pans des propositions. Serait-ce bien légitime ?

      - Pourquoi ne pas faire ce qu’il y aurait de plus simple : le vote obligatoire. A l’instar de notre contribution financière à la collectivité (l’impôt), nous serions tenu à une contribution politique : le vote. (On ne peut accepter le principe de la première contribution sans accepter celui de cette dernière.) 
      Dans un tel cadre, le vote blanc équivaudrait à l’abstention... une abstention qu’il appartiendrait au quatrième pouvoir de travailller à faire comprendre.

      • RilaX RilaX 9 juin 2009 14:58

        Dans votre raisonnement, j’ai du mal a saisir en quoi le « pouvoir du vote blanc » est trop grand. Votre exemple montre 2 cons jamais satisfait. Il y en a sûrement beaucoup en France, mais de la a dire que compter les votes blanc leur donne un immense pouvoir ...

        Sinon, par votre dernière proposition, vous démontrez toute l’absurdité du système de comptage actuel. Si le vote est obligatoire, alors oui le vote blanc s’assimile a de l’abstention ; mais le vote n’étant pas obligatoire, nous avons le devoir de faire la distinction, ne serait ce que symbolique, entre ceux qui font l’effort d’aller glisser un bulletin vide dans l’urne et ceux qui vont a la plage (ou au travail, oui il y a des gens qui travaillent le dimanche). En gros a l’heure actuelle c’est « t’es pas d’accord avec ce qu’on te propose ? ben ferme la ». Et en plus certains ont le culot d’insulter les abstentionnistes. Je rappel qu’au jour du jour d’aujourd’hui, l’abstention c’est aussi les votes blancs et nuls. Tant que ce sera comptabilisé ainsi, je refuse qu’on mésestime l’abstentionniste.

        PS : En 11 ans, je ne me suis abstenu qu’une seule et unique fois a cause d’un cafouillage avec celui a qui j’avais donné procuration.


      • TEO TEO 9 juin 2009 15:23

        je dis : le pouvoir du vote blanc serait disproportionné dans le cas où un certain taux de votes-blancs (par exemple 60%) permettrait de prononcer la nullité du scrutin.


      • logan 9 juin 2009 14:47

        Le problème avec l’abstention c’est que cela n’exprime rien dutout.

        Honte à ceux qui se sont abstenus et qui avaient qqchose à exprimer ...


        • caleb irri 9 juin 2009 15:02

          rendre le vote obligatoire est un déni de démocratie. si le vote blanc était comptabilisé (en ce sens que son score ne vaut pas « nul »), l’abstention serait sans doute très faible.

          imaginons que le vote soit obligatoire et qu’Hitler et Staline se retrouvent au second tour. sérieusement, je préfèrerais payer une amende que d’aller voter !

          pour votre exemple sur les 100 propositions, je trouve que vous ne faites pas grand cas de l’intelligence des citoyens...croyez-vous que le programme de Nicolas Sarkozy plaisait à 100% de ses électeurs ?


          • caleb irri 9 juin 2009 15:03

            pardon, plaisait à 100% A ses électeurs,


          • TEO TEO 9 juin 2009 16:10

            « le vote obligatoire » serait un « déni de démocratie » et l’impôt obligatoire n’en serait pas un ? J’aimerais bien savoir comment vous argumentez pour justifier l’un et pas l’autre.


            Que le vote soit obligatoire n’implique pas qu’on ne puisse pas voter blanc. Entre vos Staline et Hitler imaginaires vous pourriez donc voter blanc et alors votre vote aurait pour signification « je m’abstiends de choisir ». Vous pourriez aussi comme vous dites ne pas aller voter dut tout et payer une amende. Dans le cadre de vote obligatoire que je défends, les deux comportements auraient du sens. Alors que dans le actuel ce n’est absoluement pas le cas.

            • logan 9 juin 2009 17:47

              Le vote doit être un acte d’espoir, pas une contrainte ...

              Si vous voulez vaincre l’abstention, attaquez-vous aux vrais problèmes plutôt. Les vrais problèmes c’est qu’on n’est pas en démocratie et que nos politiciens trahissent les votes.


            • Kalki Kalki 9 juin 2009 19:03

              @ auteur
              Une partie des électeurs sont contre ce système, monsieur, et contre la société du spectable.

              POUR L’ABSTENTIONagir_ou_elire_l_abstention

              L’esprit antidémocratique des fondateurs de la « démocratie » moderne

              Si vous arrivez à me prouver que voter pour tous les citoyens c’est faire entendre sa voie et décider, et si vous arrivez a appeler cela « démocratie » je vous offre un cadeau


              • Jérôme M. 9 juin 2009 19:28

                OUI OUI OUI. Je n’arrête pas de le crier depuis 20 ans.

                Le vote blanc EST l’expression d’une opinion, lorsqu’aucune des alternatives ne correspond à ses convictions.

                Merci à l’auteur.

                • Radix Radix 9 juin 2009 19:56

                  Bonsoir

                  Un vote blanc n’est pas une abstention, c’est un vote exprimé !

                  Quand plus de 50% des électeurs vote blanc, l’élection doit-être annulée, c’est cela la démocratie !

                  La démocratie c’est aussi respecter un vote et ne pas passer outre pour des intérêts mercantiles.

                  Le non respect des résultat du référendum sur la constitution ne doit pas être étranger à la brusque désafection des électeurs pour le vote Européen !

                  Radix


                  • saint_sebastien saint_sebastien 9 juin 2009 22:06

                    la comptabilisation du vote blanc ne changera absolument rien.

                    Voter ce n’est pas faire du shopping. Voter c’est choisir le moindre mal , pas ce qui nous plait.

                    Si aucun parti ne me plait , libre à moi d’en créer un et de le présenter aux élections ( bon ce n’est pas aussi simple je le concède)

                    S’abstenir c’est la pire des choses car c’est nier sa citoyenneté...

                    Les jeunes qui ont tout cassé lors des émeutes et qui ne sont pas capables d’aller mettre un bulletin dans une urne mérite leur sort et le mépris qu’ils subissent.

                    Les abstentionnistes sont des sous hommes , pas besoin de se battre pour leur droits , ils n’en veulent pas , autant se la jouer perso et se compromettre avec la majorité actuelle, puisque les abstentionnistes ont choisit de subir, plus jamais je ne descendrai dans la rue pour une quelconque solidarité envers qui que ce soit , puisque le peuple n’est pas capable d’aller voter en masse pour sanctionner cet horrible gouvernement.


                    • Inusable 9 juin 2009 22:10

                      Beaucoup d’approximations sur cette page. Confusion entre compter les bulletins blancs et les comptabiliser. Pour avoir les idées plus claires, une seule solution : visiter le site vote-blanc.org. Vous saurez tout sur la France et sur ce qui se passe à l’étranger.
                      Rien ne sert de râler le lendemain de l’élection, il faut agir incessamment pour changer cet état de fait.


                      • viconte 9 juin 2009 23:38


                        Ce qui intéresse un politique, c’est d’être élu ! Peu lui importe que cela soit avec 10% des voix ou 85 %, du moment qu’il soit élu.

                        Tout le reste, c’est de la littérature.

                        ... et à quoi ca sert de compter les blancs, quand on ne respecte déjà pas le résultat clairement exprimé lors un référendum ? Vous rêvez là, non ?

                        ... et on pourra monter toutes les usines à gaz du monde pour compter tous les bulletins, en quoi nos politiques actuels deviendraient-ils soudainement plus compétents ?


                        • Bibi 10 juin 2009 13:49

                          Et si l’on inventait le vote CONTRE ?
                          Les votes blancs ou nuls, même s’ils étaient comptabilisés, n’expriment qu’un rejet global de l’ensemble des candidatures.
                          J’ai un jour envoyé par mail à plusieurs députés, une proposition à laquelle aucun d’entre-eux n’a jugé bon de répondre : Et si l’on pouvait votre CONTRE un candidat ? Si, entre le candidat A (dont je ne veux pas), et le candidat B (dont je ne veut surtout pas), je pouvais exprimer un votre CONTRE, et que ma voix soit décomptée de celles déjà obtenues ?
                          L’intérêt en serait, par exemple, dans le cas d’une élection comme celle qui a opposé Messieurs Chirac et Le Pen, de manifester mon refus de l’un, sans pour autant donner ma voix à l’autre.
                          De plus, certains candidats se retrouveraient peut-être en négatif, ce qui atténuerait sans doute leur propension à trouver dans la défaite un « message du peuple », autre que l’injonction qui leur serait faite de céder leur place...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès